Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant





télécharger 0.87 Mb.
titreUn cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant
page14/34
date de publication13.02.2018
taille0.87 Mb.
typeCours
d.20-bal.com > documents > Cours
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   34

VI.4. Défenses de l’organisme.


Le maintien de l’homéostasie dans l’organisme requiert des moyens de défense continuelle contre les activités d’organismes pathogènes ou leurs toxines. Les mécanismes de défense peuvent être classés en 2 groupes :

* les défenses non spécifiques qui comprennent plusieurs mécanismes qui procurent une réponse

générale contre l’invasion de micro-organismes : inflammation, température,….

* les défenses spécifiques ou immunité qui concernent la production d’anticorps ou l’activation

de lymphocytes T contre un pathogène particulier. C’est une réponse précise.
Ces éléments sont étudiés dans le cours de bactériologie et ne sont donc donnés ici que d’une manière succinte.

Défenses non spécifiques de l’organisme.




Défense

Action

1. Peau et muqueuse

Première défense contre les micro-organismes pathogènes:

* 1.1. Barrière mécanique :

A. Peau :

- l’épiderme : couche kératinisée compacte qui forme une barrière physique qui interdit

l’entrée des microbes :

- desquamation : évacuation régulière des microbes se trouvant à la surface de la peau.

B. Muqueuses :

Les muqueuses tapissent les parois des cavités qui s’ouvrent sur l’extérieur (voies

digestives, respiratoires et uro-génitales).

- sécrétion d’un mucus qui emprisonnent les microbes te substances étrangères ;

- présence de poils ou de cils qui filtrent l’air et propulsent vers la gorge, les poussières

et les microbes qui sont restés emprisonnés dans le mucus ;

C. Sécrétions particulières :

- les larmes diluent et éliminent les substances irritantes et empêchent les microbes de se

fixer à la surface du globe oculaire ;

- la salive empêche la colonisation microbienne en enlevant les microbes de la surface

des dents et de la muqueuse de la bouche;

- l’urine, lors de son écoulement, permet de nettoyer l’urètre et d’empêcher la

prolifération microbienne (les sécrétions vaginales ont le même effet);

- la défécation(diarrhée) et les vomissement sont des processus mécaniques d’expulsion

de microbes, responsables d’une irritation de la muqueuse digestive.

* 1.2. Barrière chimique :

Certains agents chimiques contribuent également à donner à la peau et les

muqueuses un haut degré de résistance aux invasions microbiennes :

- le sébum, sécrété par les glandes sébacées, forme une pellicule protectrice à la

surface de la peau et provoque une acidité de la peau qui contribue à décourager

la croissance de nombreux micro-organismes ;

- la sueur contient une substance(lysosome) capable de détruire les parois cellulaires de

diverses bactéries ; cette substance est aussi présente dans les larmes, la salive,…

- le suc gastrique, très acide, détruit les bactéries et même la plupart des toxines

bactériennes

- les sécrétions vaginales sont également légèrement acides, ce qui empêche la

prolifération bactérienne.




2. Substances antimicrobiennes

Deuxième défense de l’organisme, au cas où les microbes pénétreraient dans la peau et les muqueuses.

Les interférons :

Les cellules infectées produisent des protéines (interférons) qui gagnent les cellules adjacentes saines qui produisent, à leur tour, une protéine antivirale capable d’inhiber la réplication virale à l’intérieur de la cellule.

Ils augmentent également l’activité destructrice des macrophages et des cellules « tueuses » naturelles, et inhibent la croissance cellulaire (cancer).

Le complément :

C’est un ensemble de protéines(20) inactives, présentes dans le plasma sanguin et dans les membranes cellulaires. Lorsqu’elles ont « activées », ces protéines augmentent certaines réactions immunitaires, allergiques et inflammatoires :

* activation de l’inflammation : dilatation des artérioles et augmentation de la perméabilité

des capillaires

* agents chimiotactiques : attirent les phagocytes vers le siège de l’invasion microbienne ;

* favorise la phagocytose par les phagocytes ;

* cytolyse : se fixent sur la paroi des microbes et la détruise.

3. Les cellules tueuses naturelles

Troisième ligne de défense avec les phagocytes.

Ce sont des cellules NK présentes dans la rate, les ganglions lymphatiques, la moelle osseuse et le sang et qui ont la capacité de détruire une grande variété de microbes ainsi que certaines cellules tumorales qui se forment spontanément. Leur action ne repose pas sur la reconnaissance d’un antigène spécifique

4. La phagocytose

C’est le processus d’ingestion et de destruction des microbes réalisé par les leucocytes :

- les granulocytes (éosinophiles et neutrophiles) ;

- les agranulocytes (monocytes macrophages).

Ce processus se déroule en 4 étapes :

* Chimiotactisme : attraction chimiques des phagocytes vers un endroit particulier ;

* Adhérence : fixation du phagocyte à la surface d’un micro-organisme;

* Ingestion : les prolongements de la membrane cellulaire du phagocyte (pseudopodes)

englobent le microbe et forme une vésicule phagocytaire.

* Destruction : les enzymes digestives contenues dans le phagocyte détruisent le microbe.

5. L’inflammation

La réaction inflammatoire suit 3 étapes :

* vasodilatation et perméabilité des capillaires : augmentation du débit sanguin à

l’endroit de la lésion ( rougeur et chaleur) et accroissement de la perméabilité qui

permet aux matériaux de défense du sang (Anticorps, phagocytes et facteurs de

coagulation) ainsi que du liquide contenant des protéines de pénétrer dans l’endroit lésé ( tuméfaction et douleur).

* la migration des phagocytes : par le phénomène de diapédèse, ils atteignent le foyer de la

lésion, et phagocytes les microbes. En quelques jours, il se forme une poche contenant des

phagocytes morts et du tissu lésé  pus.

* la réparation : l’augmentation du débit sanguin permet d’éliminer les débris cellulaires et

les agents pathogènes et d’apporter les grandes quantités d’oxygène et de nutriments

nécessaires au processus de réparation.

6. Fièvre

 de la T°:

* intensifie les effets des interférons ;

* inhibe la prolifération de certains microbes ;

* accélère les réactions de l’organisme qui favorisent la guérison : régénération plus

rapide des cellules atteints, accélération cardiaque de sorte que les GB sont acheminés

plus vite vers le foyer infectieux.



Défenses spécifiques ou immunité.



On appelle immunité la capacité de l’organisme de se défendre lui-même contre des agents envahisseurs spécifiques.

Les substances qui sont reconnues par le système immunitaire et qui provoquent des réactions immunitaires sont appelées antigènes (Ag).

La réaction immunitaire présente 4 aspects fondamentaux :

1. Elle est spécifique à un antigène : le système immunitaire reconnaît les substances étrangères

ou les agents pathogènes particuliers et il dirige son attaque contre eux ;

2. Elle est systémique : la réaction immunitaire n’est pas restreinte au siège initial de la lésion ;

3. Elle possède une mémoire : le système immunitaire reconnaît les agents pathogènes déjà

rencontrés et il élabore contre eux des attaques encore plus énergiques ;

4. Elle à une reconnaissance du soi : les lymphocytes sont capables de reconnaître nos propres

protéines et de les distinguer des protéines étrangères constituant les Ag.
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   34

similaire:

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconCorrection Anatomie

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconI. Anatomie générale des nerfs crâniens

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconRecours devant la Cours de Cassation : Contentieux des arrêts sur...
«La procédure est gratuite et sans frais.». Les contentieux électoraux de l’entreprise sont également gratuits

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconLettre de rentrée Inter-langues septembre 2016
«les langues vivantes dans la réforme» peut être téléchargé en suivant le lien suivant

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconCours de cassation : recherche de paternité naturelle. La cours de...
«disponibles», le juge n’est pas obligé de soulever d’office la règle de rattachement. IL peut le faire mais n’est pas obligé. S’il...

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconCours Niveau : quatrième Partie du programme
«comment mesurer une tension électrique ?» a déjà été utilisée au cours d’une activité pour la compétence : «reconnaître qu’il peut...

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconCours de droit administratif (2010-2011) (Bruno Lombaert et François...
«droit administratif», et non d’un enseignement spécialisé en «contentieux administratif», les contrôles auxquels est soumise l’administration...

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconRéunion tenue à Paris au cours de cette année. Ce Forum regroupe...

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconCours de Droit Administratif Cours du Mardi 16h00-19h45

Un cours d’anatomie ne peut se concevoir sans schémas. Ceux utilisés au cours font référence au livre d’anatomie suivant iconNotes de cours a diffuser
«s’orienter dans la pensée». L’objectif de ce cours sera d’étudier tout particulièrement la






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com