Sommaire general





télécharger 204.68 Kb.
titreSommaire general
page1/19
date de publication19.01.2020
taille204.68 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19
LE JOURNAL DU CNRS numéro 243 Avril 2010

TITRE : La révolution laser

SOMMAIRE GENERAL :


Développement durable : Les maisons écolos du futur

Archéologie : Un monastère à fleur de bitume

Alzheimer : L'énigme du cuivre presque résolue

Evolution : Une hasardeuse histoire de l'humanité

Biodiversité : L'odyssée des espèces de Madagascar

Particules : Des rayons dans les supernovae

Aérologie : La suie, quelle poisse!

Biologie : Une explication pour le paradoxe français

Brèves

Satellite : A l’assaut des humeurs du soleil

SAFRAN : Un goût pour la recherche

Valorisation : Une aventure en or

Gitans : halte aux idées reçues

Carine Karachi : L'exploratrice du cerveau

Archéologie : Jeux de mains à Bornéo

Une philosophe très romanesque

Financement de la recherche : Une vraie dynamique s'est créée

Organisation : Les bienfaits de la démarche qualité

Antarctique : Un paradis pour les astronomes

Electronique : De nouveaux logiciels pour les puces

De l'éthique pour les Stic

CERN : En route vers une nouvelle physique

Enquête : La revolution Laser


Développement durable : Les maisons écolos du futur


Des scientifiques préparent l'habitat écologique de demain au sein d'un laboratoire commun au Centre de thermique de Lyon et à EDF. Alors que ces deux partenaires viennent de renouveler pour quatre ans leur accord de coopération, visite guidée de ce que sera peut-être le bâtiment du futur. En cette fraîche journée de février, le soleil brille sur le campus de la Doua, à Villeurbanne. « Du coup, aujourd'hui, le bâtiment d'enseignement que vous voyez risque la surchauffe : en effet, l'isolation est tellement bonne que l'énergie accumulée ne peut pas être évacuée », explique Jean-Jacques Roux, du Centre de thermique de Lyon (Cethil) (Unité CNRS / Insa de Lyon / Université Claude-Bernard de Lyon). Spécialiste depuis plus de vingt-cinq ans du comportement thermique des bâtiments, il copilote le laboratoire commun Bâtiments à haute efficacité énergétique (BHEE) avec son collègue Jean-Luc Hubert, d'EDF recherche & développement. Créé il y a cinq ans par EDF et le Cethil, le BHEE compte aujourd'hui une cinquantaine de personnes (Celles-ci travaillent sur le campus de la Doua et au centre de recherches des Renardières d'EDF). C'est deux fois plus qu'il y a quatre ans. Leur objectif? Assurer des bases solides à la quête d'efficacité énergétique et de basse consommation dans les bâtiments en développant des modèles de comportement énergétique fiables, nourris de données précises sur les matériaux utilisés. Alors que le Grenelle de l'environnement a proposé d'imposer une norme de construction à « énergie positive », des bâtiments qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment, à partir de 2020, les chercheurs du BHEE s'attellent à montrer comment y parvenir. «Jusqu'à présent, les efforts se sont concentrés sur la période de chauffage, résume Jean-Jacques Roux. D'où la tendance à construire des coquilles très isolées. Est-ce bien la solution ? D'une part on réduit les apports solaires en période hivernale, et d'autre part on piège l'excédent de chaleur parfois produit en interne, qu'il est alors difficile d'évacuer. » De plus, à quoi sert de réduire la facture énergétique hivernale s'il faut climatiser dès la mi-saison ? La solution doit être optimale pour l'ensemble de l'année. Au BHEE, les chercheurs étudient principalement l'enveloppe des bâtiments (façades, toit) et l'intégration de technologies solaires à celle-ci. Deux axes qui reposent autant sur l'étude des performances des matériaux que sur la modélisation des bâtiments, effectuée à l'aide d'outils de simulations validés par des expériences grandeur nature. Dans le grand hall qui accueille une partie des expériences du BHEE, on découvre ainsi Minibat, une « habitation » dont l'environnement climatique est totalement contrôlé. La température et l'humidité de l'air y sont réglées pour reproduire les conditions extérieures ou simuler la présence d'un logement contigu. En cours de rénovation, Minibat est aujourd'hui une pièce vide, de six mètres sur trois et deux mètres cinquante de hauteur. La façade donne sur le générateur climatique : un espace dans lequel de puissants projecteurs simulent le soleil et où circule – pendant les expériences – un flux d'air reproduisant les conditions extérieures. Les expériences sont ainsi totalement maîtrisées et parfaitement reproductibles. Toutes les parois sont bardées de capteurs, capables de mesurer la température, et le flux de chaleur qui les traverse. Dans quelques semaines, Minibat recevra sa nouvelle façade : un assemblage de briques de verre remplies d'un matériau dit « à changement de phase », qui fond en captant de la chaleur et se solidifie en la libérant. « C'est une piste importante pour les bâtiments à haute efficacité énergétique », explique Jean-Jacques Roux. Pour éviter la surchauffe en hiver, liée à une forte isolation, le matériau à changement de phase fond en prélevant l'excès d'énergie dans le bâtiment. Celle-ci est libérée la nuit au cours de la solidification pour préchauffer l'air destiné à l'intérieur, réduisant ainsi le besoin de chauffage lorsqu'il fait plus frais. Le système fonctionne aussi l'été où il est possible de réduire les besoins de climatisation, voire de les supprimer en amortissant les surchauffes de température. La chaleur en excès est toujours piégée la journée et libérée la nuit, mais cette fois vers l'extérieur du bâtiment. Reste à déterminer le meilleur matériau à changement de phase pour réguler l'intérieur des bâtiments : il doit fondre autour de 22°C, et résister à d'innombrables cycles fusion-solidification. D'où le recours à des paraffines tirées du pétrole ou à des graisses d'origine végétale. « Nous avons travaillé, dans le cadre du programme Habisol de l'Agence nationale de la recherche (ANR), entre autres avec Dupont de Nemours et EDF, sur des panneaux intégrant de petites capsules de matériaux à changement de phase », poursuit le chercheur lyonnais. Le BHEE consacre également d'importants efforts à l'étude des enveloppes des bâtiments, et notamment les « murs à double peau » comme ces façades qui portent des panneaux solaires photovoltaïques. Panneaux situés à quelques centimètres des murs de manière à assurer leur refroidissement par l'arrière. « Les performances des cellules diminuent quand leur température augmente. Il faut donc les ventiler, si possible naturellement. En hiver, dans l'idéal, cette chaleur pourrait réchauffer le bâtiment, mais il faut surtout éviter qu'elle y pénètre en été. » Un dispositif expérimental, avec une alternance de panneaux solaires et de parois vitrées sur toute la hauteur de la façade, permet de tester en vraie grandeur l'efficacité de ce composant de façade. « Nous testons toute une gamme de situations pour déterminer le comportement optimal de cette double peau », conclut Jean-Jacques Roux. Murs à changement de phase ou à double peau... Le développement de ces nouvelles structures nécessite modélisations et simulations. Car les nouveaux matériaux, par exemple, ne font pas tout. Il faut aussi savoir où les installer précisément. Depuis plusieurs décennies, le Cethil s'est donc fait une spécialité de la modélisation « thermo-hydro-aéraulique » des bâtiments : l'étude des échanges de chaleur, des flux d'air et de leur humidité. Car, comme dans beaucoup de domaines, la simulation est le moyen le plus souple pour tester idées et concepts. Une modélisation qui fait appel à de nombreux paramètres : il faut à la fois représenter le bâtiment, sa géométrie, ses matériaux, mais aussi son environnement : éclairement solaire, ombres, vent, humidité et même rayonnement issu du ciel et des nuages – de jour comme de nuit. Il faut aussi prendre en compte le mode de ventilation et bien sûr l'humidité de l'air, car la condensation peut rapidement dégrader les matériaux et leurs performances. Et, enfin, intégrer les systèmes de chauffage et de climatisation (chaudière, électricité, solaire thermique, pompe à chaleur simple ou couplée à une installation géothermique, etc.) ainsi que leur régulation. « Nous simulons l'ensemble sur ordinateur sur le long terme, au moins sur une année, en tenant compte des données météorologiques locales, résume Jean-Jacques Roux. Cela nous permet par exemple de vérifier qu'une idée qui semble bonne pour l'hiver présente également de bonnes performances en été ou en demi-saison. » Aussi complète soit-elle, la modélisation se heurte à une difficulté de taille : le comportement des occupants. « Dans l'éco quartier de Fribourg en Allemagne, la consommation annuelle au mètre carré varie dans un rapport de à 5 d'un logement à l'autre! Cela s'explique essentiellement par le comportement des occupants. » Comme quoi, malgré les progrès techniques, rien ne se fera sans sensibiliser les utilisateurs. Dans l'immédiat, les chercheurs et techniciens du BHEE espèrent pouvoir financer le projet «33 », inspiré de Minibat : un cube de trois mètres de côté, placé en ambiance totalement contrôlée (pression, hygrométrie et température), et équipé entre autres d'un système d'imagerie de pointe afin de visualiser les mouvements de l'air dans la pièce à l'aide d'une technique appelée vélocimétrie par suivi de particules. Au lieu d'un capteur de vitesse locale qu'il est nécessaire de déplacer en chaque point de mesure, les chercheurs du BHEE suivent les mouvements de minuscules bulles de savon remplies d'hélium, à l'aide d'un trio de caméras à haute vitesse (120 images par seconde). « Hier, la mesure du champ de vitesse de l'air dans une pièce prenait une semaine avec le capteur de vitesse ; dans «33 » ce dispositif permettra de faire la même chose en moins d'une heure et avec une meilleure précision ! » Rendez-vous est pris en 2012, si les financements sont là.

Denis Delbecq

Contact

Jean-Jacques Roux Cethil, jean-jacques.roux@insa-lyon.fr

Jean-Luc Hubert EDF, jean-luc.hubert@edf.fr

Retour sommaire

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   19

similaire:

Sommaire general iconSommaire general
«être religieux» des jeunes qui te sont confiés … Quelques chants pour prier et préparer une messe, les textes de loi et de promesse...

Sommaire general iconRapport d’evaluation interne 2013 sommaire
«Coste Baills» a été construite en 1975 et achevée en 1977. C’est un Etablissement public géré par son Directeur, soumis aux instances...

Sommaire general iconPanorama de presse 08/12/2009 Spécial 49ème Congrès de la cgt sommaire
«Je ne suis pas affecté d'un sarkozysme aigu, je me sens vacciné contre cela.» Bernard Thibault secrétaire général de la cgt, à l'ouverture,...

Sommaire general iconRapport du droit pénal général et du droit pénal spécial
«S’il n’y a pas de droit pénal spécial, le droit pénal général serait en réalité un cadre vide». Le droit pénal général est la grammaire...

Sommaire general iconCommissaire général aux réfugiés et aux apatrides
«Commissaire général», au sujet de la décision de ce dernier de ne pas lui octroyer le bénéfice de la protection subsidiaire

Sommaire general iconSur le site de la manifestation, les internautes trouveront le programme...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire general iconAvant-propos : avis aux lecteurs de Flash-Services
«services sociaux d’intérêt général» et les «services d’intérêt économique général». Ensuite, les Etats sont libres de définir ces...

Sommaire general iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire general iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire general iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com