Leçon 1 06 Novembre 1957





télécharger 6.91 Mb.
titreLeçon 1 06 Novembre 1957
page1/109
date de publication22.05.2017
taille6.91 Mb.
typeLeçon
d.20-bal.com > documents > Leçon
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   109



c:\users\alain\desktop\lacan séminaires\ressources\doc s5\illustrations\calder\ekbalance_52767.1369940761.1280.1280__63091.1379462055.1000.1200.jpg

LACANLes formations de l’inconscient

1957-58
Table des séances



Leçon 1 06 Novembre 1957

Leçon 2 13 Novembre 1957

Leçon 3 20 Novembre 1957

Leçon 4 27 Novembre 1957
Leçon 5 04 Décembre 1957

Leçon 6 11 Décembre 1957

Leçon 7 18 Décembre 1957
Leçon 8 08 Janvier 1958

Leçon 9 15 Janvier 1958

Leçon 10 22 Janvier 1958

Leçon 11 29 Janvier 1958
Leçon 12 05 Février 1958

Leçon 13 12 Février 1958


Leçon 14 05 Mars 1958

Leçon 15 12 Mars 1958

Leçon 16 19 Mars 1958

Leçon 17 26 Mars 1958
Leçon 18 16 Avril 1958

Leçon 19 23 Avril 1958

Leçon 20 30 Avril 1958
Leçon 21 07 Mai 1958

Leçon 22 14 Mai 1958

Leçon 23 21 Mai 1958
Leçon 24 04 Juin 1958

Leçon 25 11 Juin 1958

Leçon 26 18 Juin 1958

Leçon 27 25 Juin 1958
Leçon 28 02 Juillet 1958

Sigmund Freud : Der Witz und seine Beziehung zum Unbewußten

Sigmund Freud : Der Untergang des Ödipuskomplexes

Sigmund Freud : Ein Kind wird geschlagen

Sigmund Freud : Die Ichspaltung im Abwehrvorgang

Sigmund Freud : Über die weibliche Sexualität

Sigmund Freud : Einige psychische Folgen des anatomischen Geschlechtsunterschieds

Sigmund Freud : Konstruktionen in der Analyse


Karen Horney : On the genesis of the castration complex in women.

Joan Riviere : Womanliness as a masquerade

Ernest Jones : The phallic phase

Ernest Jones : Early female sexuality

Edmund Glover : The therapeutic effect of inexact interpretation

Charles Odier : Une névrose sans complexe d’Œdipe.

Ce document de travail a pour sources principales :

  • Les formations de l’inconscient, éditions Piranha 1981, format thèse universitaire.

Le texte de ce séminaire nécessite l’installation de la police de caractères spécifique, dite « Lacan », disponible ici : http://fr.ffonts.net/LACAN.font.download (placer le fichier Lacan.ttf dans le répertoire c:\windows\fonts)

Les références bibliographiques privilégient les éditions les plus récentes. Les schémas sont refaits.

N.B.  Ce qui s’inscrit entre crochets droits [ ] n’est pas de Jacques LACAN.

(Contact)



Remerciements renouvelés aux auteurs des « schémas optiques » sur Wikipédia.
06 Novembre 1957   Table des séances               


Nous avons pris cette année pour thème de notre séminaire les formations de l’inconscient. Ceux d’entre vous,

et je crois que c’est le plus grand nombre, qui étaient hier soir à notre séance scientifique, sont déjà au diapason.

À savoir qu’ils savent que les questions que nous allons poser concernent cette fois d’une façon directe, la fonction dans l’inconscient de ce que nous avons, aux cours des années précédentes, élaboré comme étant le rôle du signifiant.
Un certain nombre d’entre vous - je m’exprime ainsi parce que mes ambitions sont modestes - j’espère, ont lu l’article qui est dans le 3ème numéro de La psychanalyse que j’ai fait passer sous le titre de L’instance de la lettre dans l’inconscient.

Ceux qui auront eu ce courage seront bien placés, voir mieux placés que les autres, pour suivre ce dont il va s’agir.

Au reste il semble que c’est une prétention modeste que je puis avoir, que vous qui vous donnez la peine d’écouter

ce que je dis, vous vous donniez aussi celle de lire ce que j’écris, puisqu’en somme c’est pour vous que je l’écris.

Ceux qui ne l’on pas fait, donc, feront tout de même mieux de s’y reporter, d’autant plus que je vais tout le temps

m’y référer. Je suis forcé de supposer connu ce qui a déjà été énoncé.
Enfin pour ceux qui n’ont aucune de ces préparations, je vais vous dire ce à quoi je vais me limiter aujourd’hui,

ce qui va faire l’objet de cette leçon d’introduction à notre propos. Je vais vous rappeler dans un premier temps…

d’une façon forcément brève, forcément allusive puisque je ne peux pas recommencer

…quelques point ponctuant en quelque sorte ce qui, les années précédentes, amorce, annonce ce que j’ai à vous dire sur la fonction du signifiant dans l’inconscient. Ensuite, ceci pour le repos de l’esprit de ceux que ce bref rappel pourra laisser un peu essouflés, je vous expliquerai ce que signifie ce schéma auquel nous aurons à nous reporter

dans toute la suite de notre expérience théorique cette année.
1.jpg

Enfin je prendrai un exemple, le premier exemple dont se sert FREUD dans son livre sur Le trait d’esprit 1,

non pas pour l’illustrer, mais pour l’amener parce qu’il n’y a de trait d’esprit que particulier, il n’y a pas de trait d’esprit

dans l’espace, abstrait. Et je commencerai de vous montrer à ce propos, comment le trait d’esprit se trouve

la meilleure entrée pour notre objet, à savoir les formations de l’inconscient. Non seulement c’est la meilleure entrée,

mais je dirais aussi que c’est la forme la plus éclatante sous laquelle FREUD lui-même nous indique les rapports

de l’inconscient avec le signifiant et ses techniques.
Je vous rappelle donc d’abord…

puisque ce sont là mes trois parties, et vous savez donc à quoi vous en tenir sur ce que

je vais vous expliquer, ce qui vous permettra du même coup de ménager votre effort mental

…que la 1ère année de mon séminaire a consisté essentiellement à propos des Écrits techniques de Freud,

à vous introduire la notion de la fonction symbolique comme seule capable de rendre compte de ce qu’on peut appeler « la détermination dans le sens », ceci étant la réalité que nous devons tenir comme fondamentale de l’expérience freudienne.
Ainsi, je vous rappelle : la détermination dans le sens  n’étant rien d’autre en cette occasion qu’une définition de la raison

je vous rappelle que cette raison se trouve au principe même de la possibilité de l’analyse, et que c’est bien précisément parce que quelque chose a été noué à quelque chose de semblable à la parole, que le discours peut le dénouer.
À ce propos je vous ai marqué la distance qui sépare cette parole, en tant quelle est remplie par l’être du sujet, du discours qui bourdonne au-dessus des actes humains, eux-mêmes rendus impénétrables par l’imagination de ses motifs rendus irrationnels, précisément en tant qu’ils ne sont rationalisés que dans la perspective moïque de la méconnaissance.
Que le moi lui-même soit fonction de la relation symbolique et puisse en être affecté dans sa densité, dans ses fonctions de synthèse, toutes également faites d’un mirage mais d’un mirage captivant - ceci vous l’ai-je rappelé également

dans la 1ère année - est possible seulement à raison de la béance ouverte dans l’être humain par la présence biologique

- originelle chez lui - de la mort, en fonction de ce que j’ai appelé « la prématuration de la naissance ».
Ceci est le point d’impact de l’intrusion symbolique, et voilà où nous en étions arrivés au joint de mon 1er

et de mon 2nd séminaires. Le 2nd séminaire - vous rappellerai-je - a mis en valeur ce facteur de l’insistance répétitive comme venant de l’inconscient, insistance répétitive que nous avons identifiée à la structure d’une chaîne signifiante.
Et c’est ce que j’ai essayé de vous faire entrevoir en vous donnant un modèle sous la forme de la « syntaxe »

dite des α, β, γ, δ, dont vous avez un exposé2 qui, malgré les critiques qu’il a reçues…

certaines motivées : il y a deux petits manques qu’il conviendrait de corriger dans une édition ultérieure

…me semble être un résumé sommaire sur le sujet de cette syntaxe, qui doit pouvoir encore et pour longtemps, vous servir.
Je suis même persuadé qu’il se bonifiera en vieillissant, et que vous y trouverez moins de difficultés à vous y reporter dans quelques mois, voire à la fin de cette année, que maintenant. Ceci pour vous rappeler ce dont il s’agit dans

cette « syntaxe » dite α, β, γ, δ, pour répondre aussi aux efforts louables qu’ont faits certains pour en réduire la portée,

ce qui en tout cas pour eux est une occasion de s’y éprouver. Or c’est précisément tout ce que je cherche,

de sorte qu’en fin de compte quelque impasse qu’ils y aient trouvée, c’est tout de même à cela que ça leur aura servi,

à cette gymnastique que nous aurons l’occasion de retrouver dans ce que j’aurai lieu de leur montrer cette année.
Je vous fais remarquer qu’assurément - comme ceux qui se sont donné cette peine, me l’ont souligné, et écrit même,

chacun de ces termes des α, β, γ, δ, sont marqués d’une ambiguïté fondamentale, mais que c’est précisément

cette ambiguïté qui fait la valeur de l’exemple. Nous sommes d’ailleurs ainsi entrés dans ces groupements, dans la voie de ce qui fait actuellement la spéculation de ce qu’on appelle les recherches sur « les groupes et les ensembles », 

leur point de départ étant essentiellement fondé sur le principe de partir de structures complexes dans lesquelles

les structures simples ne se présentent que par des cas particuliers. Or précisément, je ne vous rappellerai pas comment

sont engendrées les petites lettres [α, β, γ, δ,], mais il est certain que nous aboutissons, après les manipulations

qui permettent de les définir, à quelque chose de fort simple, chacune de ces lettres étant définie par les relations entre eux des deux termes de deux couples :

  • le couple du symétrique et du dissymétrique, du dissymétrique et du symétrique,

  • et ensuite le couple du semblable au dissemblable, et du dissemblable au semblable.


Nous avons donc là ce groupe minimum de quatre signifiants qui ont pour propriété que chacun d’eux soit analysable

en fonction de ses relations avec les trois autres, c’est-à-dire - pour confirmer au passage les analyses de JAKOBSON, et d’ailleurs son propre dire quand je l’ai rencontré récemment - le groupe minimum de signifiants nécessaires

à ce que soient données les conditions premières, élémentaires de ce qu’on peut appeler l’analyse linguistique.

Or vous le verrez, cette analyse linguistique a le rapport le plus étroit avec ce que nous appelons l’analyse tout court,

elles se confondent même, elles ne sont pas essentiellement, si nous y regardons de près, autre chose. 
Dans la 3ème année de mon séminaire, nous avons parlé de la psychose en tant qu’elle est fondée sur une carence signifiante primordiale, et nous avons montré ce qui survient de subduction du réel quand, entraîné par l’invocation vitale, il vient prendre sa place dans cette carence du signifiant dont on parlait hier soir sous le terme de Verwerfung,

et qui - j’en conviens - n’est pas quelque chose qui soit sans présenter quelques difficultés.
C’est pour cela que nous aurons à y revenir cette année, mais je pense que ce que vous avez compris

dans ce séminaire sur la psychose c’est que, sinon le dernier ressort, du moins le mécanisme essentiel

de cette réduction de l’Autre, du grand Autre - de l’Autre comme siège de la parole - à l’autre imaginaire, cette suppléance

du symbolique par l’imaginaire, et même comment nous pouvons concevoir l’effet de totale étrangeté du réel

qui se produit dans les moments de rupture de ce dialogue du délire, par quoi seulement le psychosé peut soutenir

en lui ce que nous appellerons une certaine intransitivité du sujet, chose qui nous paraît, quant à nous, toute naturelle : « Je pense, donc je suis »disons-nous intransitivement. Mais assurément c’est là la difficulté pour le psychosé, précisément dans la mesure de cette réduction de la duplicité de l’Autre avec le grand A et de l’autre avec le petit a :

  • de l’Autre siège de la parole et garant de la vérité,

  • et de l’autre duel, qui est celui en face de qui il se trouve comme étant sa propre image.


Cette disparition de cette dualité est précisément ce qui donne au psychosé tant de difficulté à se maintenir

dans un réel humain, c’est-à-dire dans un réel symbolique. Je rappellerai enfin que dans cette troisième année

j’ai illustré cette dimension de ce que j’appelle le dialogue en tant qu’il permet au sujet de se soutenir,

par l’exemple de la première scène d’Athalie, ni plus ni moins.
C’est un séminaire que j’aurai bien aimé reprendre pour l’écrire si j’en avais eu le temps.

Je pense néanmoins que vous n’avez pas oublié l’extraordinaire dialogue de cet ABNER, qui s’avance ici comme

le prototype du faux-frère et de l’agent double, qui vient en quelque sorte tâter le terrain dans la première annonce de :

« Oui, je viens dans son temple », et qui fait résonner je ne sais quelle tentative de séduction, admirez comme c’est extraordinaire ! Il est vrai bien entendu, que la façon dont nous l’avons couronné nous fait oublier un peu

toutes ces résonances, et je vous ai souligné comment le grand prêtre y allait de quelques signifiants essentiels :


  • « Et Dieu resté fidèle en toutes ses menaces »,

  • « 
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   109

similaire:

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 18 novembre 1959 Leçon 2 25 novembre 1959
«Éthique», vous verrez pourquoi, ce n’est pas par plaisir d’utiliser un terme plus rare, plus savant

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 17 novembre 1954

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 21 novembre 1956

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 1 15 novembre 1961
«Beau» pour marquer la barrière où le transfert trouve sa limite et son pivot. Sans aucun doute, ce n’était pas là la beauté dont...

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconDiscours de Suède lors de la remise du prix nobel de littérature 1957

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconLeçon 15 11 Juin 1974 13 Novembre 1973 Table des matières Je recommence...
«je croyais que c'était passé» cette créance m'a donné l'occasion de m'apercevoir de quelque chose

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconRÉsumé La présente étude se penche sur l’acceptation du handicap...
«Écoutons-là : c’est une belle leçon de courage et même une leçon tout court car cet accident qui l’a brisée et que, sottement, nous...

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconDahir portant loi n° 1-74-467 du 11 novembre 1974 (26 chaoual 1394)...

Leçon 1 06 Novembre 1957 icon15 novembre 2015 au 14 novembre 2019

Leçon 1 06 Novembre 1957 iconRapport d’activités 2009-2010 (novembre à novembre) Co-financeurs...
«ménagement» de l’agriculture au sein d’espaces ruraux soumis à de fortes pressions urbaines






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com