Synthèse des programmes de travail 2015





télécharger 289.99 Kb.
titreSynthèse des programmes de travail 2015
page1/5
date de publication30.10.2017
taille289.99 Kb.
typeThèse
d.20-bal.com > économie > Thèse
  1   2   3   4   5
Synthèse des programmes de travail 2015

des membres du CRIES
L’Île-de-France fait l’objet de très nombreuses études et enquêtes conduites par les services de l’État, de la Région et par de multiples institutions publiques et parapubliques.

Les approches socioéconomiques couvrent toutes les problématiques liées à la connaissance de la population et de l’activité économique.

Dresser la synthèse des travaux réalisés par l’ensemble des membres du CRIES n’est pas un exercice facile, tant la liste est impressionnante… et elle ne peut donc être exhaustive dans le cadre de cette synthèse.

Aussi, la synthèse des programmes de travail 2015 (voire début 2016), proposée ci-après, est une sélection des études et des enquêtes nouvelles, notamment celles réalisées en partenariat, s’inscrivant dans le cadre de l’information statistique régionale.

C’est en quelque sorte le « programme des programmes » qui permet de repérer les travaux innovants des principaux acteurs de la région pour l’année. La présentation synthétique par thème en est une illustration.

A noter

Les contributions recueillies auprès d’un grand nombre d’organismes font ainsi l’objet d’une mise en ligne sur le site internet du CRIES d’Île-de-France : www.cries-idf.fr
Pour des informations plus détaillées, le lecteur pourra s’y reporter ou encore se rapprocher du service producteur pour connaître les modalités et le calendrier de diffusion des résultats.
Ce recensement des études et enquêtes réalisé avant l’été a peut-être évolué. Il appartient aux lecteurs, membres du CRIES, de transmettre au secrétariat du CRIES (Monique Saul - DR Insee Île-de-France) les informations complémentaires qu’ils souhaitent communiquer. C’est aussi une façon d’enrichir la synthèse du CRIES.

Présentation thématique

Classification en six rubriques

Principales orientations p. 4

1 - AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


(territoires, politique de la ville) p. 15

Études/Travaux 

Liens entre territoires : migrations résidentielles et alternantes :

Politique de la ville et de cohésion sociale

Bassin parisien 

Occupation des sols et étalement urbain 

Intercommunalité 

SIG et cartographie

Enquêtes
2 - AMENAGEMENT URBAIN (environnement, transports)

et LOGEMENT p. 18

Études/Travaux 

Développement durable et indicateurs correspondants

Climat/environnement

Environnement/déchets

Environnement et santé 

Transports/déplacements

Logement 

Projets d’aménagement urbain 

SIG et cartographie 

Enquêtes

3 - DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

(économie, entreprises, agriculture, commerce,

services, tourisme) p. 24

Études/Travaux 

Entreprises

Innovation et développement économique

Analyses sectorielles et de filières

Tourisme

Conjoncture

SIG et cartographie 

Enquêtes
4 - EMPLOI - FORMATION

(marché du travail, chômage, salaires) p. 31

Études/Travaux 

Travaux prospectifs

Emploi sectoriel

Métiers/qualifications

Insertion professionnelle et trajectoires

Formation

Chômage/marché du travail

SIG et cartographie 

Enquêtes

5 - POLITIQUES SOCIALES

(démographie, santé, social) p.35


Études/Travaux 

Prospective démographique/vieillissement de la population

Les jeunes et les immigrés

Pauvreté/précarité/exclusion

Santé et action sociale

SIG et cartographie 

Enquêtes

6 - CONDITIONS DE VIE

(sport, culture, loisirs) p. 39

Études/Travaux 

Culture

Loisirs

Sports

Enquêtes

Pour mémoire - Principales orientations

Insee : Le programme d’action régionale de l’Insee Île-de-France offre une gamme complète de services qui vont du service universel (diffusion via Insee.fr, notamment des résultats du recensement de la population désormais actualisés chaque année, confection de produits sur mesure) à la réalisation d’études en partenariat pour répondre aux besoins des acteurs publics régionaux. A cet égard, le CRIES d’Île-de-France offre un lieu privilégié de dialogue entre les producteurs et les utilisateurs franciliens de la statistique publique.

Le programme d’action régionale de la direction régionale résulte de la confrontation entre la disponibilité de données statistiques et leur analyse, et les besoins exprimés par les acteurs en charge de la définition et/ou de la mise en œuvre des politiques publiques dans la région : il se concrétise par un ensemble de publications, réalisées majoritairement en partenariat, et de contributions aux travaux de groupes d’experts constitués sur les problématiques structurantes pour la région. Exemples de productions à forte valeur ajoutée réalisées en 2014, l’analyse des caractéristiques comparées des entreprises de taille intermédiaire et des PME, le poids économique du tourisme, les caractéristiques des sans-domicile dans l’agglomération parisienne, illustrent la stratégie mise en œuvre ces dernières années par l’Insee au niveau régional : contribuer au débat public régional par des études de types diagnostic, prospectif ou évaluation.

En 2015, la direction régionale de l’Insee poursuivra ses efforts pour accompagner la diffusion de ses données notamment auprès des communes partenaires pour la collecte du recensement et apporter son expertise aux décideurs publics franciliens, collectivités locales et services de l’État. Les actions de présentation de notre offre en matière d’indicateurs territoriaux à destination des collectivités et organismes départementaux seront poursuivies.

Parmi les études prévues :

- Les quartiers de gare du Grand Pa ris ;

- L’exploitation des résultats de l’enquête nationale logement 2013 ;

- Les salaires et la qualité des emplois ;

- Le poids des secteurs du numérique en Ile-de-France.

Il ne s’agit là que de quelques exemples. Enfin, rarement menée en Île-de-France, et s’inscrivant dans notre stratégie d’établir des diagnostics locaux, une synthèse départementale des atouts et des faiblesses en matière économique et sociale sera également réalisée. Au total, près d’une trentaine d’études seront poursuivies ou engagées en 2015. C’est l’objet de ce programme prévisionnel d’action régionale de les présenter dans leur diversité.
DRIHL : Le programme d’études du service des Observatoires, études et évaluations de la Direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement (DRIHL) d’Île-de-France pour l’année 2015 se décline selon les deux axes de travail de la Stratégie régionale du logement et de l’hébergement adoptée en CRHL :

- Construire et rénover des logements pour tous ;

- Mettre à l’abri, héberger et loger les plus démunis.
Direccte : La feuille de route 2015 de la DIRECCTE Île-de-France met fortement l’accent sur l’importance des enjeux territoriaux pour l’année à venir : Grand Paris, grands projets, réforme territoriale avec la création de la métropole du Grand Paris et de nombreuses révisions des périmètres des intercommunalités et, sur le champ travail, mise en œuvre de la nouvelle organisation territoriale de l’inspection.
Ces orientations se traduisent pour le SESE, par un renforcement des diagnostics territoriaux et par la production d’éléments de réponse à la forte demande qui ne manquera pas de lui être adressée sur le suivi des actions de la DIRECCTE sur les territoires prioritaires. D’ores et déjà, l’analyse territoriale n’est bien sûr pas absente des travaux du SESE. Outre les nombreux diagnostics départementaux permis par l’existence du réseau des correspondants statistiques en UT, on peut citer pour 2014 les fiches de données par SPEL (produites chaque année), le dossier sur le Grand Roissy, l’analyse détaillée des mouvements de main d’œuvre avec l’URSSAF sur les zones d’emploi de Meaux et Coulommiers, le dossier avec l’Insee sur la dynamique économique des zones d’emploi du bassin parisien… Mais la demande de diagnostics par SPEP, la mise en œuvre du « nouveau Grand Paris » et de ses contrats de développement territoriaux, la forte demande des UT sur les nouveaux quartiers de la politique de la ville, les diagnostics attendus sur les territoires des nouvelles unités de contrôle nous obligeront à mobiliser plus de ressources internes qu’auparavant et à mobiliser au mieux les outils qui sont à notre disposition : Thessalie en premier lieu mais aussi les nombreux fichiers ad hoc que nous avons créés pour répondre aux demandes qui nous sont faites et dont il faudra réajuster les structures et les contenus en fonction des nouveaux périmètres territoriaux qui vont progressivement se mettre en place et des sources complémentaires dont nous pourrons disposer.
La dynamique économique espérée du Grand Paris se traduit également par l’accent mis sur le développement des filières, à la fois dans le cadre du Grand Paris, avec le lien contrats de développement territoriaux / filières et dans le cadre de la mise en œuvre francilienne des plans filières nationaux, l’Île-de-France étant chef de file pour plusieurs d’entre elles. C’est dans ce cadre que se nouent la plupart de nos collaborations avec le DECI.
Depuis de nombreuses années, le SESE a beaucoup investi le champ de l’analyse de la mise en œuvre régionale des diverses mesures de politique de l’emploi avec la production permanente de très nombreux documents statistiques, notes internes de synthèse et publications (plus rares) qui viennent compléter et enrichir aujourd’hui les outils de pilotage mis à disposition dans POP par la DGEFP. L’investissement du SESE se traduit aussi par la réalisation de quelques enquêtes et évaluations propres à la région et par la réalisation des travaux de répartition des enveloppes physiques et/ou financières allouées aux départements et aux structures (missions locales, MDE, SIAE, entreprises adaptées, CUI, EAV, FSE…).
Cette activité restera centrale en 2015. Outre nos productions statistiques habituelles particulièrement fournies sur les CUI et EAV, les enjeux principaux dans ce domaine semblent se situer en 2015 :

  1.  dans l’appui à la réforme de l’IAE : participation à la définition d’une stratégie régionale de développement, suivi de l’activité des structures grâce à l’enquête annuelle régionale encore reconduite cette année avec une attention toute particulière au développement de leur participation aux travaux financés à la suite de marchés publics (axe fort des actions d’appui à l’insertion initiées dans le projet Grand Paris), évaluation programmée des actions d’accompagnement du public réalisées par les SIAE.

  2.  dans l’appui à l’animation du réseau des chargés de mission « conventions de revitalisation » en s’appuyant notamment sur le rapport d’évaluation des actions d’appui conseil aux PME financées par la revitalisation que le SESE a initié et piloté.

  3. Dans le suivi et l’analyse des évolutions régionale et départementales de l’alternance à partir de nos extractions régulières des fichiers Ariane et Extrapro.

  4.  dans l’appui à la mise en œuvre du PRITH. Outre l’alimentation régulière en analyses des groupes de travail auxquels nous participons régulièrement, deux axes de travail pourraient être approfondis : l’appui à la politique régionale de développement des entreprises adaptées par la proposition de critères permettant de mieux définir les choix de soutien aux nombreux projets de d’entreprises adaptées ; l’utilisation de la grille nationale de bilan des accords qui devrait être diffusée prochainement pour analyser les résultats des accords clôturés récemment. La mauvaise qualité du remplissage des DOETH dans plusieurs gros départements ne nous permettra toutefois pas d’utiliser cette source dont les résultats sont pourtant très attendus.

  5.  dans l’expertise de l’usage statistique des nouveaux systèmes d’information : I-milo (qui remplace Parcours 3), SI-PSE, intra-RC, SI-CSP.


L’analyse du marché du travail se traduit principalement depuis plusieurs années par la publication régulière de documents de conjoncture largement diffusés (Synthèse mensuelle emploi et marché du travail, Bref trimestriel). Il est prévu pour 2015 quelques réaménagements dans ces publication pour tenir compte des sources complémentaires qu’il sera possible d’utiliser (DPAE, évolutions CVS de la DEFM par domaine professionnel…). L’objectif sera de renforcer les publications sur le marché du travail par des brefs thématiques sur des sujets plus structurels en réutilisant notamment le FHS.
Sur le champ travail, l’axe principal pour 2015 portera sur l’accompagnement de la mise en place des nouveaux territoires de l’inspection du travail. Il y aura encore à travailler en début d’année sur la géographie des sections mais c’est bien sûr la construction, avec le pôle T et les agents de l’inspection, des outils de diagnostics territoriaux (UC, communes…) qui constituera le thème de travail central : appropriation des outils DARES, définition et mise à disposition de données statistiques complémentaires, travail collectif sur les utilisations possibles des systèmes d’information (wiki-T, divers fichiers de gestion…) pour en tirer des informations plus qualitatives ou plus précises (listes d’entreprises…). Sera notamment finalisée et publiée l’étude en cours visant à fournir une typologie des territoires en fonction des conditions de travail qui les caractérisent.

Un autre axe de travail portera sur la poursuite de l’analyse approfondie du contenu de la négociation collective. Alors que vient d’être publié le décret définissant les seuils de pénibilité, l’étude du contenu des accords ou plans d’action d’entreprises franciliennes portant sur la prévention de la pénibilité sera privilégiée.

Enfin, le SESE sera associé à la définition des orientations du nouveau PRST et à son suivi.

DRIEA : Au sein de la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement (DRIEA), le service de la connaissance, des études et de la prospective (SCEP) assure des missions de prospective et d’évaluation en produisant des études sur le fonctionnement de la région dans les domaines des déplacements (routiers, ferrés), du développement économique (emploi, fiscalité, foncier, immobilier, transport) et de leurs interactions ave les dynamiques urbaines. Le SCEP capitalise également des données géographiques et statistiques sur la région, par le biais d’enquêtes et de conventions d’échange de données.

DRIEE : la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (DRIEE) réalise des études générales ou sectorielles pour ses interventions dans le domaine de l'environnement, de l'énergie et de l'économie verte. Elle fait appel à des données statistiques dans ce cadre. Depuis 2012, elle participe, dans le cadre d'une convention avec l'Insee, la DRIHL et la DRIEA, à un programme de travail prévoyant d'une part de renseigner et décrire les indicateurs de développement durable (IDD) définis par le SOeS du ministère en charge de l'environnement, et d'autre part de publier deux livrables d'environ 6 pages, présentant quelques IDD selon un regroupement par thèmes ayant trait aux politiques publiques de ces directions.
Défi métiers (le Carif oref francilien) : financé par la Région Île-de-France et par l’État, le Carif Île-de-France, renommé Défi métiers en 2012, est un groupement d’intérêt public qui rassemble les principaux acteurs régionaux de la formation et de l’emploi. Sa mission : accompagner l’élaboration et la mise en œuvre des politiques régionales dans le domaine de la formation, de l’orientation et de l’emploi. À ce titre, il est d’abord une structure d’informations visant à développer l’efficacité d’action des opérateurs et le partage des informations, et aussi, pour les opérateurs et les décideurs, une structure d’animation au service de la réflexion et de la mise en œuvre des politiques publiques, et une structure d’observation et d’analyse de la relation emploi-formation.

Défi métiers mène en outre diverses études portant sur l’analyse de l’offre de formation régionale et l’anticipation des évolutions de l’emploi et des compétences. Il contribue à l’animation et à la professionnalisation du réseau des missions locales et des antennes relais-conseil VAE et, plus largement, des acteurs de l’orientation en mettant en place des espaces collaboratifs dématérialisés, des lieux d’échanges de pratiques, des journées d’étude, etc. Défi métiers porte par ailleurs la mission régionale de lutte contre l’illettrisme.
Driaaf : la Direction régionale et interdépartementale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt d’Île-de-France (Driaaf) assure le pilotage, l’animation et la coordination des politiques publiques du ministère en charge de l’agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt en Île-de-France. Elle les met en œuvre directement pour les départements de Paris et de la petite couronne. La directrice régionale est également autorité académique pour l’enseignement agricole francilien.

La Driaaf dispose d'un service régional d'information statistique et économique (SRISE). Ce service a pour mission d'éclairer les décisions régionales dans les champs de compétence de la Driaaf. Le SRISE assure la collecte de données pour le réseau des Nouvelles des Marchés (RNM) de FranceAgriMer et pour le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère chargé de l’agriculture. A partir des données collectées, il réalise des études, publications et les diffuse tout au long de l'année.

Pour 2015, on notera en particulier la diffusion des résultats de l’enquête « forêts privées » en Ile-de-France
CROCIS : Le CROCIS (Centre Régional d’Observation du Commerce, de l’Industrie et des Services) est le centre d’observation économique régional de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France. Créé en 1994, il a pour principal objectif d’étudier l’économie francilienne et de produire des analyses chiffrées et commentées nécessaires à une meilleure connaissance de la région. Il met le savoir-faire de ses experts en analyse économique et territoriale à disposition des entreprises, organismes ou collectivités dans le cadre de prestations sur mesure d’appui méthodologique (enquêtes, veille, montage d’un observatoire économique, formations).
Le CROCIS travaille en collaboration avec les CCI départementales, les CCI territoriales, ainsi qu’avec les principaux organismes économiques franciliens.

CRMA IdF : la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat d’Ile-de-France (CRMA IdF) assure la représentation de l'artisanat au plan régional. Elle donne des avis, formule des propositions et des recommandations intéressant l'artisanat auprès des différentes instances régionales et participe ainsi au débat régional sur les thématiques du développement économique, de la formation professionnelle et de l’apprentissage. S’appuyant sur les compétences des chambres de métiers et de l’artisanat d’Ile-de-France, elle définit la stratégie régionale et fixe les priorités en matière de développement économique, de formation et d’apprentissage en faveur de l’artisanat. Elle coordonne les actions communes des huit chambres de métiers et de l'artisanat de la région dans le but créer une véritable dynamique régionale et promouvoir un développement équilibré du tissu économique artisanal. Elle conduit, par ailleurs, des études économiques et statistiques et assure une veille permanente du secteur en étroite collaboration avec le réseau des chambres de métiers et de l’artisanat. Enfin, elle gère la commission régionale des qualifications qui attribue le titre de maître artisan.

ARS : les Agences régionales de santé (ARS) ont été mises en place depuis le 1er avril 2010 pour donner davantage de cohérence et de force aux politiques de santé et ainsi mieux répondre aux besoins de la population. Leurs compétences portent sur l’ensemble du champ de la santé : la veille et la sécurité sanitaires, la prévention et la promotion de la santé, l’organisation des soins dans les secteurs ambulatoires et hospitaliers, ainsi que l’organisation de la prise en charge dans les établissements et services médico-sociaux.

L’Agence régionale de santé d’Île-de-France dispose donc de larges prérogatives pour construire et mettre en œuvre avec tous ses partenaires un projet global de santé au service des Franciliens. L’ARS a fixé trois grandes orientations stratégiques qui devront guider l’élaboration de ce projet et la mise en œuvre de ses politiques :

- assurer à chaque Francilien un parcours de santé lisible, accessible et sécurisé ;

- améliorer la qualité et l’efficience du système de santé ;

- conduire une politique de santé partagée avec tous les acteurs au plus près de la réalité des territoires.

Pour améliorer la santé des Franciliens et répondre aux problématiques de santé spécifiques de la région, l’ARS s’appuie sur le Projet Régional de Santé (PRS) élaboré en concertation avec l’ensemble de ses partenaires. Le projet régional de santé d’Île-de-France a été arrêté pour une période de cinq ans (2013-2017 ) à compter du 1er janvier 2013. Il est composé :

- du plan stratégique régional de santé qui définit les objectifs et priorités de santé en Île-de-France ;

- des trois schémas opérationnels qui décrivent, de façon prospective et territorialisée, l’organisation des services, actions, autorisations et coopérations à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs :

    • le schéma régional de prévention (SRP) ;

    • le schéma régional d’organisation médico-sociale (SROMS) ;

    • le schéma régional d’organisation des soins (SROS) qui se décline en deux volets : volet ambulatoire qui porte sur les soins de ville, et le volet hospitalier.

- de quatre programmes transversaux qui traitent de :

    • l’accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies (PRAPS) ;

    • l’accompagnement des handicaps et de la perte d’autonomie (PRIAC),

    • la télémédecine, levier majeur d’amélioration de la performance du système de santé dans un contexte de diminution prévisible de la démographie médicale ;

    • la gestion du risque (PPR-GDR), élaboré en partenariat avec les organismes d’assurance maladie, qui organise les actions afin d’améliorer l’efficience du système de santé.

DRJSCS : La nouvelle Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale a pour but d’améliorer le service rendu à l’usager en apportant une plus grande cohérence dans l’action de l’Etat en région en matière sociale, comme dans les domaines de la jeunesse, de la vie associative et du sport. Ce nouveau service regroupe les missions de la direction régionale de la jeunesse et des sports, d’une partie du pôle social de la direction régionale des affaires sanitaires et sociales, de la direction régionale de l’agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la mission à l’égalité des chances de la préfecture de région. La DRJSCS fédère ainsi les différents services de l’Etat œuvrant au renforcement du lien social et à la promotion du « mieux vivre ensemble ». Au sein de cette direction, la mission d’observation, d’expertise et d’appui requiert plusieurs fonctions :

- Observation, veille et prospective ;

- Contrôle, audit, évaluation et appui à l’inspection ;

- Ingénierie.
CRT : le Comité Régional du Tourisme (CRT) Paris Île-de-France est un organisme associé à la Région Île-de-France pour assurer les actions de promotion et de communication de la destination Paris Île-de-France et mener toute mission concourant à la mise en œuvre de la politique régionale du Tourisme. Il définit et met en œuvre la stratégie permettant de disposer de la connaissance de l’activité touristique régionale. Il assure les missions d’accueil et de commercialisation au profit des visiteurs. Il développe ses actions à partir de plusieurs orientations :

- Créer et faire émerger l’évènementiel ;

- Travailler sur la qualité de l’offre touristique ;

- Rendre accessible la destination à tous ;

- Développer le partenariat avec les acteurs publics et privés ;

- Assurer la mise en réseau des différents acteurs ;

- Réaliser des missions d’accueil et de commercialisation de produits touristiques ;

- Promouvoir et communiquer au profit de la destination à partir d’une segmentation des clientèles et des marchés.

Le CRT Paris Île-de-France mène des études destinées notamment à mieux définir l’image de la destination, les habitudes de voyages, les attentes et le profil de clientèles cibles, l’environnement concurrentiel…

CRESS : l’Observatoire régional de l’ESS en Île-de-France, porté conjointement par la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire Île-de-France (CRESS IDF) et l’Atelier (Centre de ressources régional de l’économie sociale et solidaire), a été créé en 2010. Ses premiers travaux ont été réalisés dans le cadre d’un partenariat avec la Direction régionale de l’Insee, impulsés par le CRIES, la Chambre régionale d'économie sociale et solidaire (CRESS IDF) et l'Atelier. En outre, l’Observatoire s’inscrit dans une dynamique nationale, portée par l’Observatoire national de l’économie sociale et solidaire (Conseil National des CRES).

Depuis 2011, l’Observatoire a produit ses propres publications, tout en continuant à mobiliser l'expertise de la DR Insee au sein d'un comité technique et du comité de pilotage. Les publications de l’Observatoire bénéficient désormais d'une charte graphique spécifique.

Le panorama régional n° 1 (données Insee 2008) publié en juin 2011, le panorama régional n° 2 (données 2009) publié en décembre 2011, le panorama régional n° 3 (données 2010) publié en décembre 2012, ainsi que le panorama n° 4 (données 2011) paru en décembre 2013 ont été mis en page selon cette nouvelle identité graphique. Le panorama régional présente les données statistiques annuelles de l’ESS en Île-de-France, obtenues grâce à la commande commune réalisée chaque année par le CNCRES (commande mutualisée par tous les observatoires régionaux).

Enfin, de façon à valoriser les nombreuses données statistiques, des « fiches territoire » présentant les principales données ESS sous forme de tableaux de bord à l'échelle départementale ont été mises à disposition des collectivités territoriales et d'autres acteurs et partenaires susceptibles d'utiliser ces données.
Apur : Le programme partenarial de l’APUR pour les années 2015 / 2016 s’inscrit dans le cadre du nouveau projet municipal pour Paris et des évolutions métropolitaines confirmées par l’installation de la Métropole Grand Paris au 1er janvier 2016.

Le travail préparatoire mené avec nos partenaires au premier rang desquels la ville de Paris et avec les salariés de l’atelier réunis en séminaire les 22 et 29 septembre 2014 a mis en avant 3 objectifs majeurs :

- Etre un outil au service des politiques publiques parisiennes et conduire des réflexions prospectives.

- Jouer un rôle d’éclaireur dans la mise en place de la métropole Grand Paris autour des compétences de la future métropole telles que définies dans le texte de la loi Maptam.

- Confirmer l’intérêt de l’APUR comme plateforme et assembleur auprès des collectivités et acteurs publics de la Métropole.
L’ensemble s’organise en 4 volets :

 Volet 1/ les données et cartes de référence.

 Volet 2/ les études, évolutions des cadres règlementaires et recherche prospective.

 Volet 3/ l’international et la coopération décentralisée.

 Volet 4/ la diffusion et les échanges, web, papier, réseaux sociaux et professionnels.
Le volet 1, données et cartes de référence, forme, avec les observatoires, le socle de la production de l’atelier. Les sujets sont traités sur de longues durées pour assurer la fiabilité des informations délivrées et leur actualité, l’enrichissement des données permettant d’anticiper sur les études à venir. Ces travaux se sont ouvert en septembre 2014 à l’open data et à la datavisualisation.

Le volet 2, les études, prend appui sur ce socle. Les évolutions de nos méthodes de travail, le mode projet, la plateforme partenariale, nous ont conduit à proposer 8 thèmes de travail. Chacun de ces thèmes développe de nouvelles données, alimente un ou plusieurs observatoires et mène des travaux de recherche et de développement.

Le volet 3 présente les travaux liés à l’international et le volet 4 réunit l’ensemble des sujets liés à la diffusion en interne, vers nos partenaires et plus largement tous les publics.

L’ampleur de ce programme dépasse le cadre des subventions de bases accordées à l’Atelier par ses partenaires historiques, la Ville et le département de Paris, l’Etat, la Région Ile-de-France, la CCI et plus récemment Paris Métropole. Aussi chaque année de nombreuses conventions de subventions complémentaires sont signées ; c’est le cas en 2014 de conventions complémentaires passées avec la Ville de Paris, la Société du Grand Paris, la Mission de Préfiguration de la Métropole Grand Paris, la RATP, le STIF, l’EPAURIF, les CG 93 et 94, Est Ensemble et Plaine Commune, l’EPAORSA, Paris Habitat et le SIFUREP. En 2015 ces mêmes partenaires et d’autres seront invités à nous rejoindre pour la réalisation de ce programme ambitieux.

Les échanges initiés en 2014 entre l’APUR et l’IAU-IDF seront enrichis et des réflexions communes mises en place avec l’AIGP. Des travaux orientés vers les comparaisons européennes seront menés avec les étudiants du cycle d’urbanisme de Sciences Po, des centres de recherche universitaires et les écoles d’architecture parisiennes.
ORS IDF : l’Observatoire régional de santé Île-de-France (ORS), département autonome de l’IAU îdF, est un observatoire scientifique indépendant financé par l’Agence régionale de santé (ARS) et par le Conseil régional d’Ile-de-France.

Comme chaque année, le programme de travail a été bâti pour aider les acteurs franciliens, par une meilleure connaissance de la santé et de ses déterminants, à faire face aux défis, en particulier celui des inégalités territoriales et sociales de santé qui sont au coeur des préoccupations franciliennes.

Cela se traduit par :

- un programme d’étude répondant à une expression des besoins concertée entre l’ORS et ses partenaires institutionnels, avec un travail conséquent d’identification et de partage des priorités d’étude par les partenaires,

- une priorité donnée à l’Observatoire de travailler sur les indicateurs de santé publique nécessaires en vue d’améliorer la connaissance sur les pathologies et leur évolution, sur les déterminants de santé, et sur la qualité de vie des différents groupes de population, afin d’éclairer les décideurs,

- un volet d’analyse des inégalités territoriales et sociales de santé mieux identifié dans le cadre des études conduites par l’ORS,

- la volonté affichée de travailler dans une logique plus forte de synergie et de transversalité,

 au sein de l’IAU afin de se donner les moyens d’anticiper les évolutions et leurs effets pour répondre à des questionnements nouveaux dans une Île-de-France et un monde en constante évolution, qui se traduit par des réflexions croisées sur des questions de stratégies régionales comme sur des questions thématiques telles que les modes de vie, les transports, l’aménagement du territoire, …

 au sein de partenariats multisectoriels, comme dans le cadre de la mise en place d’une commission justice et santé.
Dans le souci permanent de venir en aide à la décision et en éclairage des politiques publiques, et de répondre au mieux aux besoins des décideurs, l’ORS affiche une nouvelle fois un programme de travail très ambitieux (le programme détaillé par fiches ne reprend pas les activités permanentes de l’Ors telles que la veille, l’alimentation de son site internet et des réseaux sociaux, l’édition, etc.). Certaines précisions sur les besoins (et par voie de conséquence sur la contribution apportée par l’ORS) devant encore être apportées et des arbitrages faits en conséquence, la mise en oeuvre de ce programme sur 2015 est donc soumise à certaines conditions de réalisation qui seront précisées entre les partenaires début 2015.

MIPES : créée dans le cadre d’un partenariat État-Région, la Mipes est une instance permanente d’information, d’observation et d’échanges qui a pour mission d’informer et d’approfondir la réflexion sur la pauvreté et l’exclusion sociale en Île-de-France. S’inscrivant dans une démarche partenariale avec l’ensemble des acteurs (organismes sociaux, organisations humanitaires ou sociales, les collectivités territoriales, les services de l’État), la Mission doit répondre à plusieurs objectifs :

- Rassembler, coordonner, valoriser et mettre en perspective les données statistiques, études

et enquêtes menées sur la pauvreté et l’exclusion sociale ;

- Organiser une veille sociale afin de pouvoir percevoir les phénomènes émergents ou cumulatifs susceptibles de frapper certaines populations fragiles ou certains territoires franciliens ;
- Soutenir la réflexion de tous les acteurs et actrices impliqués dans les politiques favorisant l’insertion sociale ou professionnelle, en conduisant ou suscitant des études et recherches.
IAU îdF : L’Île-de-France est entrée dans une période de mutations qui marquera, sans doute, durablement son histoire. Les réformes engagées en 2014 vont transformer le paysage institutionnel francilien et vraisemblablement impulser de nouvelles dynamiques. La création de la future Métropole du Grand Paris et la refonte des intercommunalités en grande couronne, une Région renforcée dans son statut et dans ses compétences, l’accélération des projets du Nouveau Grand Paris financés dans le cadre d’un nouveau contrat de plan accompagné d’un plan de mobilisation pour l’aménagement et le logement, c’est dans l’histoire de la région capitale, un moment aussi important que l’époque de Paul Delouvrier. Mais le contexte n’est plus tout à fait le même, ne serait-ce qu’au plan institutionnel. La préfiguration, l’élaboration ou le lancement de ces réformes à l’issue de l’élaboration par la Région de plans stratégiques (SDRIF, PDU, SRCAE, PREDEC, SRDEI…) se concentrent sur 2015, une année charnière et dense dans un contexte économique, sociale

environnemental incertain et complexe.

Cette mise en mouvement des institutions et des territoires mobilise l’IAU îdF, agence régionale unique en son genre et dont la diversité des expertises favorisent des réflexions croisées et étayent cohérence et mise en perspective des politiques publiques qui accompagnent les transformations du cadre de vie des Franciliens. C’est toute cette richesse que l’IAU met au service des territoires.

Dès lors, un changement de contexte d’une telle ampleur ne pouvait manquer d’avoir des conséquences sur la construction du programme d’études 2015, qui constitue un outil essentiel d’expression et de suivi des travaux de l’Institut

Élaboré conjointement avec les services de la Région et de l’État, c’est un document renouvelé en profondeur dans sa conception thématique et dans son architecture.

La trame de ce nouveau programme s’articule autour de cinq grandes thématiques :

- les stratégies régionales et métropolitaines en structurent les priorités, qu’il s’agisse des travaux sur l’articulation Région, Métropole, départements, territoires, EPCI et communes, sur la transition énergétique et économique, sur le Schéma régional de l’habitat et de l’hébergement (SRHH) ou sur l’aménagement des futures gares du Nouveau Grand Paris des transports ;

- les études sur les dynamiques territoriales, permettront des éclairages et des décodages renouvelés pour enrichir la connaissance des territoires « en mouvement » dans le nouveau contexte institutionnel. L’analyse de certains projets conduits par les collectivités franciliennes qu’accompagne la Région permettra une mise en débat à travers des réseaux comme les clubs de la FNAU, le club des Nouveaux Quartier Urbains, l’AiGP, ou encore le réseau européen Metrex. Une attention particulière sera portée au périurbain, dans la continuité des études précédentes et des chroniques initiées à ce sujet en octobre 2014 ; IAU île-de-France - Programme d’études 2015 4

- le troisième thème traduit un déplacement du centre de gravité des travaux de l’institut. À une concentration forte de l’activité de ses équipes sur les grands schémas régionaux, succède une phase consacrée aux politiques publiques et à leur évaluation. L’accent sera particulièrement mis sur la mobilité et la logistique et les stratégies économiques, dans la perspective des nouvelles compétences attribuées à la Région. C’est également dans ce cadre que la question de la territorialisation des politiques publiques sera examinée en lien avec le travail conduit sur le CPER et les divers schémas ;

- l’IAU îdF entend également renforcer ses missions de prospective en faveur du développement régional et s’investir dans une réflexion sur les modes de vie de demain afin que les enjeux de société et les évolutions des modes de vie (alimentation, santé, sport, sécurité…) soit bien pris en considération. A ce titre, la prospective et la recherche constituent le quatrième thème du programme et regroupe diverses approches relevant de la ville durable et de la ville pour tous ;

- le dernier thème se rapporte à l’un des grands métiers de l’institut, celui de centre d’observation et de ressources avec ses activités de « long cours », en matière de banques et bases de données, d’indicateurs, de cartographie et de SIG / Visiau.

Par ailleurs, il est utile de préciser les priorités et les temps forts qui marqueront l’activité de l’IAU îdF en 2015 :

- la mise en œuvre et le suivi – évaluation de plans et schémas régionaux et du SDRIF, grâce à la mise en place du référentiel territorial et des diverses actions de pédagogie envisagées ;

- la réflexion sur la transition économique, sociale et écologique de la région qui permettra de renouveler les approches en matière de développement économique et d’emploi (SRDEII) tout en donnant une plus grande visibilité aux stratégies environnementales de l’Ile de France, et ce, dans la perspective de la COP21 ;

- les évolutions de gouvernance et la participation active aux travaux qui accompagnent la préfiguration de la Métropole du Grand Paris ;

- les réformes institutionnelles qui seront nourries de comparaisons internationales ;

- le CPER et les dynamiques interrégionales, dont notamment l’Axe Seine ;

- dans une perspective à plus long terme, la question de l’accueil d’un grand évènement en Île-de-France, comme l’éventuelle candidature aux Jeux Olympiques de 2024 ou l’Exposition universelle de 2025 ;

- enfin, les projections démographiques seront mises à jour et permettront d’alimenter les bilans de divers plans et programmes régionaux, dont notamment le Plan pluriannuel d’investissement dans les lycées (PPI).

Toutefois, pour fondamentales que sont ces priorités et temps forts, ils sont indissociables de l’activité de « long cours » de l’IAU îdF, qui constitue les « fondations de la Fondation ». Au fil des années, de multiples actions ponctuelles, pluriannuelles ou permanentes (activités de veille, suivi et mise à jour) ont permis de constituer un capital exceptionnel de connaissances et de données qui nourrissent et étayent l’expertise de l’IAU îdF.

Les manifestations qui ont célébré les 30 ans du Mos en ont donné en 2014 une éclairante illustration.

2015 sera également marquée par des initiatives nouvelles et qui inscrivent résolument l’institut dans le débat des idées :

- c’est ainsi qu’une offre nouvelle de formation va être développée aux côtés des actions et commandes « classiques » d’expertise. L’IAU îdF dispose déjà de bons acquis (fondamentaux de l’urbanisme, etc.), permettant de proposer une palette élargie au sujet des schémas régionaux, des documents d’urbanisme et leur évaluation, du suivi des évolutions législatives et réglementaires, des transformations des modes de vie ;

- les liens avec la recherche et l’université devront s’intensifier. Dans l'écosystème de la recherche urbaine francilienne, l’institut occupe en effet une position singulière, jouant un rôle de « passeur » entre le monde des chercheurs et des décideurs, élus et professionnels. La diffusion-valorisation des résultats de recherche, la co-élaboration des commandes avec les chercheurs, et la coproduction en réseau permettront de renouveler des partenariats et ont pour objectif de permettre une meilleure identification l’IAU comme lieu de l’expertise ;

- un effort tout particulier sera engagé pour mieux faire connaître et valoriser les productions de l’IAU îdF, via la refonte de la politique éditoriale (numérique et print) et du site Internet, en relation étroite avec la stratégie d’évènements et de débats et les évolutions des modes de représentation (carte interactive Paris Region Map, Wiki map Projets…).

C’est également dans ce contexte que le rôle de la médiathèque a vocation à évoluer afin d’être mieux identifié et connu ;

- enfin, hors du champ du programme mutualisé, une refonte de l’action commerciale de l’IAU îdF sera engagée en 2015 : stratégie renouvelée en fonction des acquis, des ressources internes et des contraintes internationales, professionnalisation de la réponse aux appels d’offres (back office, banque de CV, etc.) et réorganisation interne du pôle international, pour qu’il puisse à la fois mieux accompagner la politique régionale de coopération décentralisée et mieux contribuer à la diversification des ressources de l’institut.

Ainsi, le programme d’études de l’IAU îdF s’inscrit dans la durée (pluriannualité) et la volonté de travailler dans une logique plus forte de synergie, de transversalité et de partenariat afin de se donner les moyens d’anticiper les évolutions et leurs effets pour répondre à des questionnements nouveaux dans une Île-de-France et un monde en constante évolution.

Ce programme a été bâti pour aider les acteurs franciliens à faire face à des défis et des mutations institutionnelles, économiques, sociales et environnementales qui se posent parfois dans l’urgence. En cela, il illustre la capacité de l’Institut à se renouveler et à rénover son fonctionnement et son organigramme, ses modes de réflexion et ses approches. Cette refondation se poursuivra naturellement, révélant ainsi les solides fondations de l’IAU îdF et sa souplesse d’adaptation et de propositions face aux transitions et aux évolutions actuelles.
ORIE : L'Observatoire a été créé en 1986 à l'initiative de M. Le Préfet de la région Île-de-France et de M. Le Président de la Chambre des Promoteurs Constructeurs.

Il regroupe au sein d'une association loi 1901 l'ensemble des acteurs du marché de l'immobilier d'entreprise francilien, partenaires professionnels (aménageurs, promoteurs, investisseurs, experts, conseils en immobilier d'entreprise, utilisateurs) et publics (État et collectivités territoriales).

L'observatoire s'est tout d'abord attaché à mieux appréhender l'évolution qualitative de l'offre via, dans un premier temps, la diffusion d'une lettre d'information semestrielle présentant l'évolution des chiffres de la construction neuve de bureaux, puis dans un second temps la mise au point, en liaison avec la Direction Régionale de l'Équipement Île-de-France, de la première estimation communale du parc de bureaux présentée en 1988.

Le retournement du marché immobilier au début de la décennie 1990 et la crise de surproduction qui s'ensuit poussent les membres de l'ORIE à poursuivre et à approfondir leur analyse de l'évolution quantitative, qualitative et géographique de la production de bureaux : en 1991 une première enquête sur la commercialisation de l'offre neuve est réalisée, démarche qui sera renouvelée trois ans plus tard et approfondie avec la publication d'une étude sur le devenir des bureaux autorisés en 1990 et 1991. Parallèlement, l'ORIE poursuit sa mission de concertation et d'information de ses adhérents sur les grandes orientations des politiques d'aménagement menées en Île-de-France : des rencontres avec le comité de Décentralisation, l'Agence pour l'Implantation des Entreprises en Île-de-France ou la DATAR sont organisées, les grandes orientations du SDRIF de 1994 sont présentées en avant-première aux professionnels...

A l'occasion de son 10ème anniversaire début 1997, l'ORIE organise son premier colloque, qui réunira près de 300 participants, et inaugure une orientation plus ambitieuse, avec l'ouverture à de nouvelles thématiques d'études et la mise en place de son fonctionnement actuel par groupes de travail, qui font appel à l'implication active des adhérents.

Depuis, l'ORIE continue à œuvrer pour une plus grande transparence du marché et une meilleure qualité de l'information mise à disposition de l'ensemble des acteurs. Il a poursuivi et amélioré son estimation annuelle du parc de bureaux, qui fait aujourd'hui référence. Sa note de conjoncture semestrielle, lancée en 1997, présentant une analyse partagée de la situation du marché entre l'ensemble des grands commercialisateurs, a ensuite évolué vers un format thématique. Diffusée à l'occasion des colloques, la note accompagne la publication de l'étude par une synthèse et une série d'interviews des acteurs du marché permettant d'éclairer la problématique abordée.

Il a innové avec la mise au point d'outils méthodologiques tels que les zones d'iso-indice de prix ou la grille de classification des entrepôts inaugurée en 1997 et renommée CELOG lors de sa réactualisation en 2003. En 2001, l'ORIE a présenté la déclinaison bureau de cette cotation, la CIBE, réactualisée à l'occasion de la « garden-party » de juillet 2008.

Enfin, l'observatoire s'est depuis plusieurs années investi dans des réflexions de fond autour de la problématique centrale du devenir du parc d'immobilier d'entreprise francilien. Déjà en 1998, l'ORIE s'interrogeait, dans un contexte de sortie de crise, sur les motivations des opérations de renouvellement du parc de bureaux et sur les possibilités d'en appréhender le rythme.

Ses missions principales peuvent se résumer de la manière suivante :

  • observer et analyser l'évolution du marché de l'immobilier d'entreprise en Île-de-France ;

  • réaliser les études ou recherches qu'elle juge nécessaires ;

  • maintenir une concertation permanente entre administration et professionnels ;

  • développer un mode d'information réciproque.

 

  1   2   3   4   5

similaire:

Synthèse des programmes de travail 2015 iconProgrammes école-collège, version consolidée conforme au bo du 24 décembre 2015

Synthèse des programmes de travail 2015 iconNote de synthèse sur la Proposition de loi de réforme du temps de travail
«inactive» du temps de garde qui n’est pas comptabilisée comme temps de travail

Synthèse des programmes de travail 2015 icon2015 Date de lancement : 27 mars 2015
«collective». L’article L. 6326-3 du code du travail précise le cadre de la poe collective

Synthèse des programmes de travail 2015 iconSynthèse de la 2ème séance de travail du 6 novembre 2014

Synthèse des programmes de travail 2015 icon14-15 Immigration et politiques culturelles : synthèse de trois débats...

Synthèse des programmes de travail 2015 iconProgrammes de Terminale s et es.  Continuité et cohérence entre...

Synthèse des programmes de travail 2015 iconProgrammes 2010 de la voie générale et technologique, programmes 2009 de la voie professionnelle

Synthèse des programmes de travail 2015 iconEmmanuel Macron, le Tony Blair français?
«Perspectives critiques sur la participation dans le monde du travail : éléments de repérage et de discussion», Participations, n°5,...

Synthèse des programmes de travail 2015 iconSynthese reflexe handicap apf 06 prix accessibilite 2012
«Prix Accessibilité» qui récompense le travail des communes ayant démontré de façon significative leur volonté de se conformer à...

Synthèse des programmes de travail 2015 iconAtelier de formation doctorale p. 66 Emplois du temps 2015-2016 p....
«Centre d’études féminines» a été fondé à Paris 8 (Vincennes) en 1974 par Hélène Cixous. La filière Études féminines proposait alors...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com