La génération dankai no sedai





titreLa génération dankai no sedai
page1/5
date de publication10.10.2019
taille99 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5



Marc delplanque

tokyo, 8 avril 2006

le japon d’aujourd’ui différent d’hier

entre en crise de maturité


Tout y va plus vite que nulle part ailleurs, tout y est trop tard aussi, mais il n’est jamais trop tard car c’est toujours et déjà demain, ici, bien que ce soit encore aujourd’hui..

Le Japon est entré en crise de maturité parce que c’est le pays qui a la population la plus âgée du monde ; parce qu’il est parvenu à un stade de développement économique avancé en étant la seconde puissance économique du monde ; et que le Japon est mûr aujourd’hui pour un grand changement de société.

La formule suivante est devenue célèbre au Japon : « Dankai no sedai no Jukunen rikon », ce qui signifie le divorce tardif des seniors japonais nés lors du Baby-boom de 1947 à 1949. Une série télévisée, appelée « Jukunen rikon », a conduit les seniors japonais à réfléchir sur les conséquences de la réforme des pensions de retraite dont les négociations avaient déjà commencées en 2001. Ce téléfilm a été diffusé par TV Asahi en automne 2005 avec un taux d’audience record de 21,4% 1 parmi toutes les séries télévisées de la chaîne. Cela a soulevé beaucoup de discussions dans l’opinion publique. Ce téléfilm de neuf épisodes met en scène le divorce d'un homme de 60 ans et d'une femme de 57 ans, ainsi que les conséquences que cela entraîne sur toute la famille. C’est l’histoire d’un ingénieur qui prend sa retraite, sa femme va lui annoncer lors du dernier jour de son travail qu'elle veut divorcer. Alors qu’il s'imaginait passer le restant de sa vie à profiter de son temps libre pour voyager avec sa femme, et de célébrer tout d’abord ce départ par un voyage à l’étranger comme c’est la coutume au Japon. Finalement, le retraité s’est engagé dans une ONG humanitaire en Amérique du sud et son ex-femme s’est lancée pour la première fois de sa vie sur le marché du travail.

la génération dankai no sedai



En 1998, Taichi Sakaiya avait été également nommé, par le Premier Ministre Keizo Obuchi, Ministre d’État du Ministère de la Planification Économique. Il a fait un discours remarquable à Washington en avril 1999, qui s’intitulait « The Japan of Tomorrow, Different from Yesterday ».
Un écrivain Taichi Sakaiya publié en 1976, un roman d’anticipation sur l’avenir du Japon après 29 ans de carrière en tant que fonctionnaire du MITI (Ministry of International Trade and Industry). Son roman est intitulé « Dankai no sedai » pour qualifier la génération née lors du premier Baby-boom d’après-guerre (1947-1949), et dont les enfants, nés lors du second Baby-boom du début des années 1970, préfèrent rester célibataires et ne pas faire d’enfants. A peu près 50% des filles de la génération Dankai no sedai n’avait pas encore d’enfants à l’âge de 30 ans, selon les chiffres annoncés le 3 mars 2006 par le Ministère de la Santé du Travail et des Affaires Sociales. La génération Dankai no sedai a fortement contribué au développement économique du Japon, mais ils ont été les premiers licenciés de la restructuration des entreprises suite à l’éclatement de la bulle économique dans les années 1990. Le troisième Baby-boom qui aurait dû se produire ces dernières années n’a pas eu lieu. La génération Dankai no sedai représente plus de 5% de la population totale du pays, environ 6,8 millions de japonais y compris les femmes, dont 5 millions d’actifs. De 2007 à 2009, plus de 2,8 millions de Japonais Dankai no sedai auront le droit de décider ou non de partir à la retraite. D’où l’inquiétude du Gouvernement japonais à cause de l’augmentation de la population non active et de l’aggravation de la baisse démographique et donc du manque d’actifs pour couvrir les dépenses liées aux retraites, à l’éducation, à la santé etc.. Et surtout de la grande peur des entreprises, de perdre du personnel compétent et d’un certain savoir-faire et de manquer de personnel si tous les salariés de Dankai no sedai décident effectivement de prendre leur retraite. Le taux de chômage serait alors inférieur à 3,6% dans une situation économique identique à celle d’aujourd’hui, selon le Mizuho Institute.
  1   2   3   4   5

similaire:

La génération dankai no sedai iconType Console de salon Génération

La génération dankai no sedai iconCommission Solidarité Interquartiers – Xème arrondissement
«Famille, vulnérabilité, pauvreté», présidée par Martin Hirsch, qui proposait 15 résolutions pour engager des politiques volontaristes...

La génération dankai no sedai iconEmploi d’avenir, évaluation en milieu de travail, contrat de génération, et période d’immersion
«ateliers et chantiers d’insertion» recouvre un dispositif unique. Aucune distinction n’est opérée entre ateliers et chantiers

La génération dankai no sedai iconAinsi le voyageur qui, dans son court passage, Se repose un moment à l'abri du
«Ce qu'il faut, c'est enseigner à la génération qui vient la haine de l'alcool, le mépris de la viande, la méfiance du sucre, la...

La génération dankai no sedai iconTable des matières Introduction Une nouvelle génération de la politique de la ville
«méthode du carroyage» permettant d’identifier les quartiers où les revenus sont inférieurs à 60% du revenu fiscal de référence moyen...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com