La génération dankai no sedai





titreLa génération dankai no sedai
page4/5
date de publication10.10.2019
taille99 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5

60 millions de Japonais en 2100


La France a mis un siècle pour passer de la catégorie pays vieillissant à celle de pays âgé, tandis qu’au Japon, le rythme de vieillissement de la population est quatre fois plus rapide qu’en France. Le nombre de jeunes japonais diminue fortement : en 2001, les 20-29 ans étaient 18 millions ; en 2015, ils ne seront que 12 millions. L’indice de fécondité est de plus en plus bas : 1,29 enfant par femme contre 1,94 en France en 2005. Les personnes de 65 ans et plus représentent déjà presque 20% de la population de ce pays de 127,756.815 habitants en 2005. En revanche, il y a une diminution de 19.000 habitants par rapport à l’an dernier. C’est la première fois que la population japonaise a diminué depuis que le recensement a commencé en 1920, excepté l’année 1945. Cette diminution démographique a commencé avec deux ans d’avance sur les prévisions du gouvernement.

Selon des statistiques officielles japonaises, en 2015, les seniors représenteront 26% de la population, 28,7% en 2025 et 35,7% en 2050 ; tandis qu’en 1970, ils ne représentaient que 7%. Pour la première fois de son histoire, en 2005 le Japon a eu un nombre de décès supérieur de 10.000 à celui des naissances. L'espérance de vie la plus longue au monde, continue à augmenter et a atteint 85,33 ans en 2004. 25.000 Japonais ont 100 ans et plus contre plus de 16.000 en France. Selon l'Agence Nationale de la Police japonaise, les conducteurs âgés de plus de 65 ans sont devenus plus nombreux que ceux âgés de moins de 24 ans en 2003.

Les deux tableaux suivant reprennent les chiffres donnés par l’OCDE en 2005. Ces chiffres sont parfois différents de ceux émanant d’organismes statistiques du Japon ou de la France.

+ de 65 ans

Japon

France

Pourcentage de la population totale

1990

12,1

14

2005

19,9

16,5

2010

22,5

16,9

2015

26

18,7

2020

27,8

20,6



+ de 65 ans

Japon

France

Pourcentage de la population active

1990

23,3

32,4

2005

37,7

37,6

2010

43,6

39,2

2015

51,3

44,5

2020

55,9

50,5

Il y a plus de 127 millions d'habitants en 2005 au Japon, mais la population sera de 60 millions d’habitants en 2100 et de 8,5 millions d'habitants en 2200 si l’indice de fécondité et l'espérance de vie actuelle restaient inchangés.

inquiétudes des japonais et certitudes économiques


Leurs inquiétudes des Japonais sont fondées sur des certitudes économiques, sociales, démographiques, qui ne sont pas seulement relevées par des statistiques mais qui résultent aussi de la réalité quotidienne.

  • Dans l’entreprise, l’avancement à l’ancienneté est remplacé par l’avancement au mérite. L’allocation logement et l’allocation familiale sont de moins en moins attribuées par l’entreprise qui le faisait traditionnellement, mais l’État ne prend pas la relève.

  • De plus en plus, ce sont les collectivités locales qui prennent en charge les allocations familiales ou l’aide sociale, mais pas l’allocation logement. Car les collectivité locales ont une grande liberté de décision et d’action dans le domaine sociale et peuvent attribuer des logements publics à loyer modéré. Le système d’allocation familiale de l’État a été mis en place en 1972 ; à partir du 3e enfant et jusqu’à l’âge de 5 ans, on avait droit seulement à 3000 Yen par mois. Depuis le 1er avril 2006 (6e ajustement des allocations familiales), 5000 yens par enfant et pour les deux premiers enfants, et 10,000 pour le troisième et suivant, jusqu’au 31 mars de la dernière année d’école primaire (l’année scolaire commence toujours le 1er avril). Si un enfant atteint l’âge de 18 ans, il n’est plus pris en compte dans le calcul du montant des allocations. Ces allocations sont limitées à un plafond de revenu annuel.

  • Exceptionnellement, à Chyoda-ku, un quartier des affaires de Tokyo, les femmes enceintes à partir du 5e mois de grossesse et jusqu’à l’âge de 18 ans de leur enfant, sans limitation de revenus, peuvent percevoir 5000 yen mensuel, et 5000 yen d’allocation mensuelle pour chacun des deux premiers enfants, ainsi que 10,000 yen pour le 3e enfant et suivant jusqu’à 18 ans et non pas jusqu’à la dernière année d’école primaire, comme c’est le cas dans tout le Japon. Mesure nouvelle qui s’applique à compter du 1er avril 2006. Il faut noter que Chyoda-ku est un des 23 arrondissements de Tokyo à statut spécial, possédant chacun un maire et donc une certaine autonomie ; que Tokyo est l’équivalent de ce qu’on appelle en France un département, dont l’administration est une préfecture dirigée par un gouverneur, lequel est actuellement, Ishihara Shintaro. Ayant une grande indépendance, ces arrondissements peuvent avoir une politique familiale différente dans un pays où l’État est fortement décentralisé, ainsi l’arrondissement de Minato-ku (où se trouve l’Ambassade de France), la prime d’accouchement est de 500,000 Yen au lieu de 300,000 Yen fixé par l’État. Cette dernière sera relevée à 350,000 Yen à compter du 1er octobre 2006.

  • Les ménages n'épargnent plus, il était à peine supérieur à 7% en 2003 contre 25% au milieu des années 1970 (en revanche, le taux d’épargne actuel des Français atteint 18%). Avec le bas niveau des taux d’intérêt et le faible rendement des placements, les épargnants japonais sont découragés d’épargner pour financer leurs retraites.

  • Les Japonais ne croient plus à leur régime de retraite, près de 40% de la population ne verse pas leurs cotisations au régime national de retraite.

  • En 2007, Toshiba et Sony vont doubler leur recrutement, respectivement à 1570 et 400 emplois ; Sharp augmente son recrutement de 37% (615 emplois), et Fujitsu, de 17% (585 emplois). Ce recrutement en masse s’explique par le départ massif à la retraite de la génération du 1er Baby-boom. D’autre part, NTT Ouest, avec le départ massif à la retraite en 2007 de ses salariés, a décidé de créer une filiale pour embaucher en CDI à temps complet et partiel 25.000 salariés en CDD qui travaille notamment dans le service « Call Center », à cause du risque de perte de personnel compétent.

  • Selon une étude du Ministère de l'Éducation, les foyers ayant un enfant à l’école primaire publique ont dépensé 58,000 yen en 2004, en hausse de 14,4% en deux ans. Les foyers ayant un enfant dans un collège public ont dépensé 175,000 yen, en hausse de 8,5%. Dans les deux cas, le montant des dépenses annuelles a atteint un record historique. Les parents sont également inquiets de la baisse du niveau scolaire qui résulte selon eux d’une éducation laxiste. Selon le Yomiuri Shimbun, les frais scolaires et d’inscription pour 4 ans d’études dans une université publique sont de 2,88 millions, de 5,33 millions de Yen dans une université privée et davantage dans les filières scientifiques et en médecine. Pour l’année scolaire 2005, 22% des foyers ont fait un crédit pour financer l’entrée dans une université privée de Tokyo, en moyenne 1, 664 million Yen selon une enquête d’une association des enseignants.

  • Pour savoir si les Japonais sont heureux, une récente enquête a conclu que le sentiment d’être heureux est proportionnel au montant des revenus, jusqu’à 15 millions de yen par an, ensuite ce sentiment décroît à mesure que le revenu progresse au delà de 17 millions de yen.

  • L’Agence Nationale de la Police, signale que le nombre de suicides s'est élevé l'an dernier à 34.427, en hausse de 7% et atteignant un record depuis que le comptage a commencé en 1978. Pour la sixième année consécutive ce chiffre dépasse 30.000. Il y a 8897 suicides pour motif économique, en progression de 12%, et pour la première fois le seuil de 8000 a été franchi. Ce motif représente 25% des suicides, d’autre part, environ 50% des suicides sont motivés par des raisons de santé.

  • 141 seniors ont été arrêtés pour meurtres en 2005. Dans 32% des cas, le conjoint est la victime, soit deux fois plus que la moyenne nationale. Cette augmentation de la criminalité chez les seniors s'explique principalement par l'éclatement de la famille et par la solitude des personnes âgées.

  • Les mères restent à la maison pour s’occuper de leurs enfants car il y a très peu de crèches et les enfants quittent l’école en début d’après-midi. 70% des femmes actives abandonnent leur métier pour mettre au monde leur premier enfant. En général, la femme japonaise choisit un homme qui travaille beaucoup sous une forme stable (CDI) et ayant un certain revenu. Elle désire avoir un deuxième enfant à condition que le père les aide à faire le ménage et à éduquer les enfants.

  • En 2004, 40% des femmes ont eu leur premier enfant à 30 ans et plus. L’âge moyen du premier mariage chez les femmes est de 27,8 ans et l’âge moyen lors de l’accouchement du premier enfant est de 28,9 ans, soit trois ans plus tard qu’il y a trente ans dans les deux cas. Par ailleurs, un enfant sur quatre est né d’une femme s’étant mariée après avoir été enceinte.

  • L’espérance de vie d'un senior japonais qui divorce baisse d'une dizaine d'année.

  • Il résulte de l’ensemble des statistiques récentes qu’en 2025 : la population active passera de 39 à 36 millions chez les hommes et de 27 à 26 millions chez les femmes; les plus de 65 ans passeront de 20 à 29% de la population ; les personnes âgées de plus de 65 ans « dépendantes » passeront de 13 à 19% ; les foyers célibataires passeront de 29 à 35%. La part de l’emploi du secteur manufacturier passera de 20 à 9%, et celle du secteur non manufacturier de 80 à 91% en 2030.

  • Enfin, mise en place, à compter d’avril 2006, d’un plan de réduction de plus de 5% du nombre de fonctionnaires sur cinq ans. Japan Post est la plus importante institution financière du Japon, elle collecte 36% des dépôts des ménages, 217.000 milliards de yens de dépôts au 31 mars 2004 (plus de 1.500 milliards d’euros). 17.000 emplois ont été supprimés en 2003, et 380.000 emplois (1/3 des emplois de fonctionnaires) y compris CDD et emplois à temps partiel, passeront du statut d’agent public à celui de salarié du privé. La réforme de la Japan Post commence le 1er avril 2007 et sera terminée en 2017.

  • Le coût du départ massif à la retraite de la génération Dankai no sedai est évalué à 50 billards de Yen en indemnités de départ pour l’ensemble des entreprises selon le quotidien Yomiuri Shimbun. Dont la conséquence sur l’augmentation de la consommation est estimé à 15,3 billards de Yen jusqu’à 2013 selon l’expertise de Dentsu, une grande société publicitaire.

Dans le dernier sondage réalisé par le quotidien Yomiuri Shimbun du 11 et 12 février 2006, 87% des sondés considèrent que la diminution de la population est un problème très grave. 94% manifestent leur inquiétude sur la survie du système de protection sociale. 52% estiment qu’il faut augmenter le taux de TVA unique qui n’est que de 5% actuellement pour sauver le système. 76% pensent qu’il est très difficile de mettre au monde un enfant et de l’élever.

La nouvelle loi sur les retraites risque d’aggraver ce phénomène social, le divorce tardif, inédit dans l’histoire du Japon et de porter gravement atteinte à l’idéal traditionnel japonais de la famille unie et solidaire dans laquelle le divorce a toujours été mal vu et considéré comme la dernière solution bien qu’il soit déjà répandu. La moitié d'une retraite risque d’être insuffisante, bien qu’il soit plus facile au Japon qu’en France, pour un senior de trouver un travail même s’il n’a jamais travaillé. L'absence d’une véritable politique familiale est une des principales raisons du déclin démographique. Le Japon avait moins d'habitants que la France à la fin du 19e siècle : 34,8 millions contre 37,653 millions! La loi prévoit la révision du régime des retraites tous les cinq ans et 2009 est la prochaine échéance.

Alors le Japon, saura t-il faire preuve de maturité, de sagesse, de jugement, pour trouver les meilleures solutions à ce grand bouleversement social ? Sera t-il l’exemple à suivre pour les autres nations vieillissantes ? Le monde est en alerte, à moins qu’un événement global imprévu, causé par la nature ou bien par les activités des hommes, ne vienne perturber toutes ces prévisions.
1   2   3   4   5

similaire:

La génération dankai no sedai iconType Console de salon Génération

La génération dankai no sedai iconFormulé par l’engagement n° 33 du projet présidentiel de François...

La génération dankai no sedai iconCommission Solidarité Interquartiers – Xème arrondissement
«Famille, vulnérabilité, pauvreté», présidée par Martin Hirsch, qui proposait 15 résolutions pour engager des politiques volontaristes...

La génération dankai no sedai iconEmploi d’avenir, évaluation en milieu de travail, contrat de génération, et période d’immersion
«ateliers et chantiers d’insertion» recouvre un dispositif unique. Aucune distinction n’est opérée entre ateliers et chantiers

La génération dankai no sedai iconAinsi le voyageur qui, dans son court passage, Se repose un moment à l'abri du
«Ce qu'il faut, c'est enseigner à la génération qui vient la haine de l'alcool, le mépris de la viande, la méfiance du sucre, la...

La génération dankai no sedai iconTable des matières Introduction Une nouvelle génération de la politique de la ville
«méthode du carroyage» permettant d’identifier les quartiers où les revenus sont inférieurs à 60% du revenu fiscal de référence moyen...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com