Notes de lecture : «Paid For»





télécharger 217.04 Kb.
titreNotes de lecture : «Paid For»
page1/5
date de publication24.10.2016
taille217.04 Kb.
typeNote
d.20-bal.com > économie > Note
  1   2   3   4   5
Notes de lecture : « Paid For », de Rachel Moran
Notes et traduction par JS Mallet, septembre 2014
Document original écrit entre 2002 et 2012


Voici mes notes de lecture d'un livre d'une survivante de la prostitution. « Paid for » de Rachel Moran. Il m'avait été conseillé à New York par une autre d'entre elles qui le considérait comme une très bonne description de ce que pouvait vivre une personne dans la prostitution.
De nombreuses discussions avec des sénateurs au printemps m'ont fait prendre conscience à quel point nous sommes encore loin d'une bonne appréhension du phénomène par les responsable politiques, même parmi les plus humanistes. Il n'y aura d'évolution des mentalités et des comportements qu'après être passé par cette phase.
Ce travail et ce témoignage de Rachel Moran sont d'une force et d'une précision que j'ai rarement rencontrées sur ce sujet. Il nous permet d’enrichir notre connaissance du sujet et notre capacité d’argumentation. Rien n’est laissé de côté.
La traduction du livre en français est sans doute le meilleur travail à faire. En attendant, ces notes retravaillées ou mises en forme, avec l’accord de l’auteure, pourraient être un outil de sensibilisation et d’introduction au livre, utilisable par tous.
Si ce premier travail, fait rapidement, encore incomplet, vous semble intéressant, utilisez le, sélectionnez parmi cette matière ce qui vous plaît, diffusez le.
Par ailleurs, j'accueillerai volontiers toutes les remarques et suggestions que vous voudrez bien me faire pour l’améliorer.

Cordialement


NB : Certaines phrases sont en gras, elles m’ont parues intéressantes, d’autres en gras et soulignées, elles m’ont parues alors très intéressantes. L’italique n’a été utilisé que pour marquer quelques citations fortes mentionnées par l’auteure. Une lecture très rapide consiste donc à ne lire que ce qui est en gras et souligné.

Table des matières


Chapitre 1 : la première question
Chapitre 2 : une exclusion sociale à l'enfance

Chapitre 3 : la maladie de ma mère

Chapitre 4 : sans abri
Chapitre 6 : le premier jour
Chapitre 7 : submergée dans la prostitution
Chapitre 8 : couche de négativité
Chapitre 9 : l'interférence de la dépravation
Chapitre 10 : le mythe de l'escorte de première classe
Chapitre 11 : Le malheur de la prostitution, le viol
Chapitre 12 la violence inhérente à la prostitution
Chapitre 13 : stratégies de survie
Chapitre 14 : la dissociation la séparation de soi
Chapitre 15 : le mythe de la prostituée heureuse
Chapitre 16 : le mythe du plaisir sexuel des prostituées
Chapitre 17 : le mythe du contrôle sur les prostituées
Chapitre 18 : les pertes de la prostitution
Chapitre 19 : concepts faux sur la prostitution
Chapitre 20 : légalisation et décriminalisation
Chapitre 21 : la normalisation de la prostitution
Chapitre 22 : intégration dans la société
Chapitre 23 : dépression et tentative de suicide
Chapitre 24 : les conséquences pour les relations et la sexualité
Chapitre 25 : contrecoups
Chapitre 26 : la dernière question
Chapitre 27 : Epilogue

Chapitre 1 : la première question

Chaque personne a une histoire unique. Le mieux nous la connaissons le mieux nous pouvons comprendre pourquoi ils firent ce qu'ils firent.

Prostituée à 15 ans, 7 ans en prostitution, 14 ans dehors depuis.
Il faut aussi insister sur le décalage entre les fantasmes du client et la réalité de ce que la personne vit pour comprendre.
A eu une mère addicte à la drogue et un père addicte aux jeux.
Déconnectée du monde dès l'adolescence.
La prostitution : un moyen de continuer à vivre hors du normal.
Dans la prostitution on rentre dans un monde secret. On ne peut discuter de façon ouverte de ce qu'on fait qu'avec des gens du même monde.
Il n'y a que là où on a un langage honnête entre nous
On vit la nuit, on boit, on fume, on se drogue, ce sont d'autres échappatoires encore.
On finit par se sentir totalement différent des autres personnes de la société.
C'est encore plus vrai pour des personnes qui n'ont jamais eu d'autres revenus que par la prostitution.
Les attitudes et les opinions envers les prostituées ne sont jamais positives.
Si on tente d'écrire un CV on prend conscience qu'on a pris un chemin qu'on ne peut jamais refaire en arrière.
On est alors encore plus exclue et séparée de la société. La spirale dépressive continue.
Par chance mon image de moi que ce soit comme escorte ou au début avec un nombre dégoûtant de clients par jour je n'imaginais pas être dans la société autour de moi. j'avais un sens très clair de qui j'étais.
Les mots les plus crus s'appliquent à vous dans leurs sens le plus total.
En fait tout ceci n'est qu'une perception des autres et si vous arrivez à accorder peu d'importance à cette perception alors cela va pour vous.
Il ne peut pas y avoir de plus grande différence entre une relation sexuelle avec quelqu'un que vous aimez et celle que vous avez avec un client ou un proxénète.
On développe des capacités particulières dans cette activité comme un sens des intentions de l'autre.
On retrouve souvent dans la prostitution des gens ayant eu des manques dans l'éducation et sans domicile.
La question d'écrire ce livre de façon anonyme s'est posé d'un côté oublié de l'autre marqué pour dépasser la vérité est probablement dans les deux.
Révéler son identité est pour moi ma famille et les miens un signe d’honnêteté

Chapitre 2 : une exclusion sociale à l'enfance
Nous ne connaissons le monde qu'à travers notre relation à lui.
Un contexte familial fragiles, 2 parents souvent malades et à l’hôpital. Rejet à l’école, rejet du voisinage. La prostitution a souvent pour origine désavantages économiques et exclusion sociale…

Chapitre 3 : la maladie de ma mère


Une famille de 5 enfants, des parents pauvres et exclus. Un amour familial, mais une mère atteinte de schizophrénie.

Chapitre 4 : sans abri
Quitte la maison à 16 ans
Quand on est sans abri, on est considéré comme une personne qui ne vaut rien et en plus qui n'est pas désirée par personne. On gêne. Vous êtes seule et votre signification sociale est égale à zéro.
On se retrouve à plusieurs sans abri. On commence à voler. Il est évident que la prostitution est la conséquence de cette situation sociale de sans abri.
Le lien entre fugues et prostitution a été repris dans un rapport du ministère de l'Intérieur.
On fugue parce qu'on est dans une situation qu'on ne peut pas supporter.
Par ailleurs être sans abri conduit à accepter n'importe quelle autre solution pour sortir de cette situation elle même traumatique.
Pour sortir de la situation de sans abri certaines personnes peuvent prendre des risques pouvant conduire à la mort rien que pour une nuit sous un toit. J'ai vu des personnes prendre des doses excessives de drogue pour être conduit à l'hôpital ne serait-ce qu'une nuit.
Quand vous êtes sans abri, vous êtes pas invisible mais ne valant pas la peine d'être regardée.
Même si on aime lire on ne peut pas s'acheter un livre quand on est sans abri, le peu d'argent que l'on peut avoir sert seulement à acheter de la nourriture.

Chapitre 6 : le premier jour

Ai-je changé pendant la nuit ? Je me suis réveillé un petit peu différente.
Je pourrais peut-être être cette femme me disais-je. Je pourrais être assez forte pour faire cela. Cela mettrait une fin à cette vie errante.

Benburb street. Le client avait 45 ans et à la fenêtre mon petit ami lui a dit : fais attention c'est la première fois.
Le prix était 15 euros la pipe et 20 euros la passe. Il me donna 30 euros pour quelque chose de plus compliqué. J'appris dès la première fois que les pervers payeront plus cher et que c'est là qu'était l'argent.
Je décidai que je ne pourrais pas avoir des relations totales. Je commençais par des masturbations manuelles et quelques fellations progressivement.
J'avais encore l'odeur de son sexe dans ma main et l'expérience avait été à peine supportable.
C'était en 1991, j'ai fourni ce genre de prestations pendant deux ans avec préservatifs.
Je ne comprenais pas à cette époque le lien entre le comportement d'aujourd'hui et les conséquences pour demain.

Les partisans de la prostitution utilisent souvent le terme d’adultes consentants.
Ceci mérite d'être examiné avec attention :
D'abord il n'est pas possible de consentir un style de vie que vous n'appréhendez pas. C'est seulement possible de consentir un style de vie tel que l'on imagine qu'il est et il n'est pas possible d'avoir une compréhension juste de la prostitution avant d'être immergée dedans.
Deuxièmement beaucoup de prostituées ne sont pas adultes, elles ne sont pas dans une position de consentir.

La difficulté aujourd'hui de parler de cette époque et que je vis avec une réalité qui est différente de celle-ci. Je ne me raconte plus les mensonges qui sont nécessaires pour une prostituée pour se protéger.
On comprend l'environnement de la prostitution mais on s'efforce de ne pas trop y penser.
Repenser son histoire dans la prostitution force à y réfléchir plus qu'on l'a fait quand on y était
Par ailleurs il est maintenant bien connu que l'être humain a des capacités d'anesthésie dans des circonstances où il est menacé ou traumatisé. Quand nos émotions sont particulièrement douloureuses, nous avons la capacité de nous anesthésier.
Avant même la fin de ce premier jour, j'avais déjà activement engagé un processus de me couper de la réalité que j'étais en train de vivre. Avant même d'arriver Bendurd Street j'avais déjà engagé un processus de me couper de cette réalité, de mettre une image différente une image qui était acceptable pour moi.
Parce que je n'avais pas de rapport sexuel complet et que les prix étaient très bas j'avais souvent plus de 10 relations sexuelles par jour. C'est difficile de décrire cette sensation de vide qu’éprouve une femme après avoir été utilisée par 10 hommes différents la même journée. Même si un homme a accepté de ne pas enfoncer son pénis en vous, il y mettra ses doigts ou d'autres choses
Il vous mettra en pièces vous mordra, il essaiera d'enfoncer sa langue dans votre gorge et autre part.
J'ai connu un de mes clients à quel point il pouvait aimer mordre et sucé mes mamelons jusqu'à ce qu'il jaillisse du sang.
Ils n'avaient rien d'ordinaire ces hommes en ce qui me concerne.
J'ai sympathisé avec une jeune femme bien présentée. Elle se dégrada excessivement rapidement. C'était la conséquence de cette activité intrinsèquement destructive.

Partie 2
Chapitre 7 : submergée dans la prostitution

Pour presque tout, il est plus facile d'y entrer que d 'en sortir.

Quels que soient les efforts que vous fassiez pour vous adapter à votre nouvelle peau des incidents se produisent qui vous font réaliser à quel point les choses ont changé.
Je vis assez cette fille portant le même uniforme de l'école que je fréquentais un an avant cela me parut tellement lointain. Les choses avaient perdu leur innocence.
Dans mes moments de conscience je compris que toutes les choses que j'avais aimé, comme la littérature, étaient toujours là mais ne m'étaient plus accessibles en tant que prostituée.
J'étais différente maintenant et toutes ses pensées dévastatrices. (page 58)
En revenant à la maison les premières heures du jour j'aurais voulu j'aurais voulu aimer l'atmosphère du canal mais c'était impossible.
Je pu me réfugier au début dans la littérature et me reconnecter à moi-même. Impossible de se connecter au monde social on est seul, On garde son secret pour soi.
Les seules complicités peuvent être avec d'autres filles elle-même prostituées, de courts moments.
Je ne voyais pas de fin à tout cela. Il y en aurait sûrement une fin de la prostitution ou fin de moi.
J'utilise le terme submergée par la prostitution parce qu'on est complètement immergé dedans au point qu'on sent que c'est le seul chemin de vie ouvert à vous.
C'est vrai d'ailleurs pour tous les moyens illicites de gagner de l'argent.
Il y a ce qui est acceptable socialement et ce qui est inacceptable.
Il y a également un manque d'estime de soi.
Les éléments de bonheur de vivre, que toute personne peut attendre dans la vie, paressent dans la prostitution impossibles.
Devenir heureuse me sembla inatteignable. Il n'y a pas de prostituées heureuses.

La prostitution envahit toutes mes habitudes de sommeil, les vêtements que j'achète, les conversations que j'ai, les choses que je ne fais pas autant que les choses que je fais.
Je mesurais le temps pas en heures ou en minutes mais le temps avant de devoir travailler.
J'entendis le terme enfants prostitués longtemps après. Je n'avais que quinze ans mais je ne me sentais plus comme un enfant à cette heure-là, j'avais toujours eu le sentiment d'être plus âgée.
J'ai toujours dit mon âge au client à cette époque, cela les faisait venir plus rapidement, ce qui était une bonne nouvelle pour moi.
Je voulais peut-être tout ce qu’une jeune fille de mon âge veut être à cet âge, modèle ou actrice.
Est-ce que mon sexe ou mes seins étaient déjà matures à 15 ans? Comme chacun sait on ne définit pas la maturité d'une personne par ces éléments.
Chapitre 8 : couche de négativité

Toutes les femmes parlent de tentatives de se garder elle-mêmes séparées de l'acte et d'identification dans la prostitution.

J'ai été photographié pour de la pornographie.
C'est encore difficile à dire aujourd'hui. Si je revoyais ses photos je grimacerais sans doute à la vue de l'image de femme sexuelle qu'il fallait prendre et qui n'est pas moi.
J'écris cela car cela peut-être utile à d'autres.

La prévalence de la violence en dehors de la prostitution de rue est supérieure à celle-ci selon certaines études (voir page 68).
Dans la rue on choisit même en une seconde un client.
Ce n'est pas vraiment possible au téléphone.

La loi contre le racolage en Irlande a eu dans ce sens des conséquences néfastes.
En ce qui me concerne on ne peut pas dire par téléphone qu'on refuse certains actes ou le client va téléphoner à une autre personne, alors que c'était possible dans la rue parce que j'étais jeune et jolie.
Un rapport sexuel complet pour moi était traumatisant. Je le fis le minimum de fois possible pendant 4 ans.
Je préférais les jeux de domination ou demande particulières. (Bondage)
L'expérience du bordel: s’il y a quelque chose de plus dégradant pour une femme que de vendre son corps à un homme, c'est celle de vendre son corps au bénéfice d'un autre homme.

Les strip-teases : les hommes s'y comportaient comme des d'animaux: paris, commentaires, insultes sur nous.

Certains considèrent le striptease comme un moindre mal. Ce n'est pas le cas. Les dernières frontières qui restent entre eux et vous qui sont vos vêtements disparaissent petit à petit. C'est une invasion psychologique profonde.
Dans certains cas je fus photographiée. Là encore cela a des conséquences.
Pour conclure ce chapitre. Ces décisions ne sont pas des décisions de libre consentement sexuel car ce sont des décisions économiques, gagner de l'argent.
Chapitre 9 : l'interférence de la dépravation

Nous avons une meilleure connaissance de la sexualité aujourd'hui sans pour autant être capable de mieux la contrôler. Nous savons mieux comment cela est fragile et complexe et cela peut avoir mystérieusement des conséquences dommageables. Malgré les utopies sexuelles des années 60, le sexe n'est pas une valeur libre sans conséquences humaines et émotionnelles. Richard Holloway

Peu d'anciennes prostituées parlent de l'interférence en termes de dépravation entre elles et leurs clients.
Ces interférences entre le client et la prostituée prennent des formes multiples et des nuances aussi nombreuses.
Dans la relation de domination la prostituée doit évaluer ce que le client demande et ce dont il a besoin parce que ces deux points sont très importants et souvent très distincts même si le client en est pas conscient. C'est le seul moyen pour garantir que le client soit satisfait et revienne régulièrement.
(Voir p 80 l’explication sur l'équilibre dans le rapport sado-maso)
  1   2   3   4   5

similaire:

Notes de lecture : «Paid For» icon39 notes de lecture

Notes de lecture : «Paid For» iconNotes de lecture de l’édition Pocket Micromégas + Ingénu = 2 étrangers curieux; «débarquent»
«rien n’est plus simple et plus ordinaire dans la nature». Durée de vie proportionnelle à sa taille (cf Gargantua)

Notes de lecture : «Paid For» icon’Notes nouvelles sur Edgar Poe’’
«C'est cet admirable, cet immortel instinct du beau qui nous fait considérer la terre et ses spectacles comme un aperçu, comme une...

Notes de lecture : «Paid For» iconQuestionnaire de lecture

Notes de lecture : «Paid For» iconExtraits étudiés en lecture analytique

Notes de lecture : «Paid For» iconLecture de tables et interpolations affines

Notes de lecture : «Paid For» iconDeuxième lecture de la loi biodiversité par le Sénat

Notes de lecture : «Paid For» iconGénétique et société : une lecture de l’innéisme contemporain 1

Notes de lecture : «Paid For» iconLecture du manuel «heritage des civilisations» p. 166

Notes de lecture : «Paid For» iconNotes de cours






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com