After Market En manque de vitamines ? After us





télécharger 119.42 Kb.
titreAfter Market En manque de vitamines ? After us
page1/3
date de publication05.07.2017
taille119.42 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > finances > Documentos
  1   2   3



lundi 3 juillet 2017

After Market

En manque de vitamines ?

After US




  • Les indices américains clôturent sur une petite hausse, après une séance très hésitante, tiraillée entre de bons résultats de plusieurs sociétés et la chute du secteur de la santé. Le Dow Jones termine sur un gain de +0,07%, le Nasdaq progresse de 0,2% grâce à Apple et le S&P 500 recule de 0,1%. Apple (+ 6%) et Morgan Stanley (+ 4,0%) sont les deux valeurs phares de la séance d’hier. L'indice KBW bancaire a fini en progression de 0,9%. En revanche, le secteur de la santé a pesé lourdement sur la bourse, le marché s'inquiétant de l'impact de la réforme santé américaine. Le laboratoire Abbott Laboratories (-2,4%) a abaissé ses prévisions annuelles pour cette raison. Parmi ses concurrents, Merck a chuté de 3,7%, Pfizer de 1%, UnitedHealth recule de 2,32%, et les assureurs santé Aetna (-2,8%) et Cigna (-2,7%) reculent aussi. Le pétrole a terminé en baisse, pénalisé par la hausse des stocks américains de pétrole et de produits pétroliers. Le contrat juin sur le brut léger américain a fini en baisse de 17 cents (- 0,2%), à 83,68 $. Les stocks américains de brut ont augmenté la semaine dernière. Les stocks d'essence et de distillats ont également augmenté, et plus que prévu. En revanche, les prix de la platine (+ 1%) et du palladium (+ 3%) sont au plus haut depuis 2 ans. L’or progresse de 0,8% à 1 148,80 $. Enfin, au niveau des valeurs, Visa a cédé 1%. L'émetteur de cartes de paiement va racheter pour deux milliards de dollars la société Cybersource (+ 32,3%), spécialisée dans les paiements en ligne sur téléphone mobile, qui gère 25% du commerce électronique et possède 295 000 sites web clients aux Etats-Unis. Les ventes via les terminaux mobiles pourraient croître de 65% par an pour représenter en 2015 près de 20% du commerce électronique total selon Coda. Mais, il s’agit aussi pour Visa de contrer la concurrence de Paypal (16% des transactions électroniques aux Etats-Unis).

  • Le Sénateurs sont en discutions pour adopter une loi limitant la taille des banques pour qu’elles ne soient plus « too big to fail ». Bank of America, JP Morgan et Wells Fargo seraient concernés par cette nouvelle loi. Une banque ne pourrait concentrer plus de 10% des dépôts aux Etats-Unis et les engagements ne devront pas représenter plus de 2% du PIB pour les banques non commerciales. Les holdings de banque et d’institution financières ne pourront avoir un levier de plus de 6%. Chris Dodd, principal auteur du projet de réforme, a indiqué que les élus s’approchent « d’un texte qui aurait un soutien des deux bords ». De plus, hier, la commission de l’agriculture du Sénat a adopté par 13 voix (dont une Républicaine) contre 8 une proposition de loi règlementant les dérivés. Les banques commerciales devront augmenter sensiblement leurs capitaux face à leur position sur les marchés de dérivés. Enfin, Obama devrait défendre sa réforme du système bancaire, aujourd’hui, dans un discours à New York.

  • Paulson, le célèbre gérant de Hedge Funds, a indiqué anticiper une « V-shaped recovery » de l’économie américaine et un rebond significatif du marché immobilier. Les prix immobiliers pourraient progresser entre 8 et 10% cette année et les perspectives 2010 sont très positives. Le marché immobilier Californien serait le premier à se redresser et les prix pourraient progresser de 8 à 10%. Il anticipe aussi un retour de l’inflation d’où sa position importante sur l’or.

  • Le constructeur américain General Motors (GM) a remboursé 8,1 milliards de dollars (environ 6 milliards d'euros) de prêts contractés auprès des gouvernements américain et canadien, a annoncé mercredi son président directeur général Ed Whitacre.

  • Google a annoncé l’acquisition de la start up Agnilux, spécialisée dans les architectures de semi-conducteurs et les logiciels de virtualisation. Le groupe pourrait préparer de nouveaux logiciels pour Nexus One permettant aux utilisateurs d’accès à distance aux data centers.


Les publications durant l’ouverture de Wall Street


Morgan Stanley (+ 4,0%)


Forte performance des activités de Trading

Publication :




La banque américaine annonce un profit de 1,41 Mds $ (contre une perte de 17 millions $ l’année dernière), soit 99 cents par action contre 57 cents attendus par le consensus. Ces profits intègrent un remboursement d’impôt de 382 millions $ (profits non distribué et réinvestis dans la société).

Le produit net bancaire est de 9,08 Mds $ (x3,1) contre 9,4 Mds $ attendu par les analystes. Une partie de cette hausse s’explique par la création de la joint venture Morgan Stanley Smith Barney.

Le RoE est de 17,1% sur le trimestre (13,1% hors effet fiscal).
Banque d’investissement : la division affiche un profit de 2,1 Mds $ contre une perte de 464 millions l’année dernière. Le produit net bancaire est de 5,3 Mds $ (contre 1,6 Mds l’année dernière et 3,2 Mds au trimestre précédent). L’activité obligataire (trading et vente) dégage un PNB de 2,7 Mds $, l’activité actions de 1,4 Mds $ (croissance des activités de Prime Brokerage). Le portefeuille d’investissement dégage un gain de 174 millions $. La banque a sensiblement renforcé ses effectifs dans cette activité, mais, comme pour Goldman Sachs, les profits générés par les activités de trading n’ont pas induit de hausse de la prise de risque. Au total, la VaR quotidienne moyenne a baissé, à169 mlns $ contre 187 mlns au trimestre précédent. Sur les activités de trading, elle est de 143 millions (vs 135 millions).

Gestion de patrimoine : le PNB est de 3,1 Mds (+ 93%) avec un profit de 278 millions. L’intégration dans les comptes de Smith Barney explique la forte progression du PNB. L’encours d’actifs sous gestion atteint 1 600 Mds $, avec une collecte nette de 5,8 Mds $.

Gestion d’actifs : le PNB est de 653 millions contre 22 millions l’année dernière. Mais ce chiffre intègre un gain exceptionnel sur 122 millions des fonds immobiliers. La division annonce un profit de 173 millions.


Points Clefs :

L’embauche d’une centaine de traders a été profitable au groupe. Les activités de trading sont les principaux soutiens aux résultats du groupe. Par contre, les activités d’intermédiation sont en recul. Les performances du groupe resteront très sensibles aux fluctuations des marchés financiers.




Wells Fargo (- 2,0%)


"We believe quarterly provision expenses and quarterly total credit losses have peaked", « Our credit picture has improved earlier than we had anticipated. In the consumer portfolio, lower early stage delinquencies, better delinquency roll rates, and improved values for residential real estate and autos were evident in the first quarter », Responsable du risque crédit.

Hausse des pertes liées au crédit immobilier résidentiel. Bonne surprise sur les prêts dans l’immobilier commercial.

Réduction des besoins de provision

Publication :




Wells Fargo annonce un profit de 2,55 Mds $, soit 45 cents par action contre 42 cents attendus.

Le produit net bancaire est de 21,4 Mds $ (+ 2%).
La marge nette d’intérêts est de 4,27% (+ 11 pb sur un an). Les dépôts sont en hausse de 14% sur un an. Les nouveaux crédits (immobilier, consommation et commerciaux) sont en hausse de 4,9 Mds $ sur le trimestre pour un encours total de 797,4 Mds $. Les prêts à « haut risque » sur les crédits à la consommation, hérités de Wachovia, représentent 4,3 Mds $ contre 23,2 Mds $ lors de l’acquisition. Le PNB des activités de brokerage et de gestion est en hausse de 16%.
Les provisions pour risque de crédit sont de 4,53 Mds $ (+ 13% sur un an), mais reculent de 583 millions par rapport au trimestre précédent.

Les pertes nettes sur l’ensemble des crédits reculent de 83 millions sur le trimestre (à 5,33 Mds $ contre 5,41 Mds $). ElIes représentent 2,71% de l’encours total de crédit. Les net charge-offs sur les crédits aux ménages sont en hausse de 283 millions (3,45% de l’encours), essentiellement sur l’immobilier, par contre ils diminuent de 356 millions dans l’immobilier commercial (1,79% de l’encours).
Le ratio Tier 1 est de 10% et common Tier 1 de 7,1%.

Points Clefs :

Le groupe présente des résultats assez semblables à ceux de ses concurrents. Certes, les pertes nettes sur les crédits immobiliers progressent mais elles auraient atteint un point haut au premier trimestre. Le groupe pourra sensiblement réduire le montant de ses provisions trimestrielles (encore 4,5 Mds $ sur le trimestre !) dans ses prochaines publications.




Keycorp (+ 4,2%)


« We have reduced our risk, continue to emphasize our core relationship businesses, and our balance sheet reflects strong capital, liquidity and loan loss reserve levels. », M. Meyer, CEO

Moins de perte grâce à de moindres provisions…

Publication :




La banque régionale annonce une perte de 96 millions, 11 cents par action, contre une perte de 536 millions l’année dernière. Les analystes anticipaient une perte de 30 cents par action.

Le produit net bancaire est en hausse de 0,8% à 1,08 Mds $. L’encours de nouveaux crédits progresse de 5,3 Mds $.
Les provisions pour risque crédit sont de 413 millions $, en fort recul par rapport aux 847 millions $ de l’année dernière ou aux 756 millions $ du trimestre précédent. Les réserves représentent 2,4 Mds $, soit 4,34% de l’encours total de crédits.

Les pertes nettes sur les crédits atteignent 3,67% de l’encours, contre 4,6% au trimestre précédent (- 186 millions). Les prêts non performants, proches du défaut, représentent 3,69% de l’encours contre 3,72% au trimestre précédent.

Le ratio Tier 1 est de 12,96% et common Tier 1 de 7,53%.

Points Clefs :

Toujours la même histoire : recul du taux de défaut + niveau de provisionnement des crédits élevés = recul à venir des efforts de provision => Hausse des profits…




Boeing (+ 3,9%)


« Our outlook remains attractive, and we are focused on executing well and delivering on our commitments to customers », M. McNerney, chairman et Chief Executive.

Forte reprise des commandes prévue pour 2011.


Publication :




Les profits du groupe sont en recul de 15% à 519 millions $, soit 70 cents par actions. Le groupe annonce une charge exceptionnelle de 20 cents par action imputable à la réforme du système de santé aux Etats-Unis. Les analystes anticipaient des EPS à 67 cents.

Le chiffre d’affaires recule de 7,8%. A 15,2 Mds $, il est inférieur aux attentes des analystes de 15,4 Mds $.
Le chiffre d’affaire de la division aéronautique civile se contracte de 13%, mais la marge de la division augmente de 4,2 points à 9,1% (réduction des coûts sur le programme 747 et mix-produit favorable sur les livraisons du Q1). Les profits sont en hausse de 63% à 679 millions. Boeing a livré 108 avions contre 121 l’année dernière. Le carnet de commandes est en hausse de 100 appareils pour 17 annulations. Au total, le carnet de commande représente 3 350 appareils, d’une valeur de 250 Mds $, soit 7 ans de chiffre d’affaires !
Les profits de la division défense reculent de 6%, à 664 millions, principalement en raison par des retards dans le programme spatial.
Pour 2010, le groupe révise à la baisse ses guidances sur ses EPS avec une fourchette de 3,5 à 3,8 $ contre 3,7 à 4 $ précédemment, principalement liée aux éléments fiscaux. Les livraisons de 787 et 747-8 permettent d’anticiper une forte croissance du chiffre d’affaires du groupe en 2011. Le cash flow opérationnel pourrait progresser de plus de 5 Mds $.

Points Clefs :

Cette publication intervient après que les autorités (Federal Aviation Administration) aient annoncé la certification du 787 Dreamliner (contraintes technique et test en vol), permettant à Boeing de conserver ses objectifs de livraisons sur ce modèle. Cette annonce explique en partie la hausse de l’action sur la séance. Mais la communication du groupe reste positive sur une forte reprise de l’activité en 2011. Les annulations de commande sont inférieures aux nouvelles commandes (contrairement à l’année dernière) et la taille du carnet de commandes reste impressionnante.




AT&T (- 1,2%)


Forte croissance du trafic data (mobile et fixe) = Hausse des investissements. Positif pour les équipementiers Télécoms

Développement de nouveaux services potentiellement positif pour les marges à venir (VPN’s pour les entreprises, triple ou quadruple play pour les ménages).

Publication :




Le premier opérateur télécom des Etats-Unis annonce un recul de 21% de ses profits, soit 2,48 Mds $ ou 42 cents par action. Comme annoncé précédemment, le groupe supporte une charge exceptionnelle de 1 Mds $ (17 cents par actions) liée à la réforme du système de santé. Hors exceptionnel, les EPS sont donc de 59 cents contre 54 cents attendus par les analystes.

Le chiffre d’affaires est quasiment stable à 30,65 Mds $ (30,73 Mds $ attendu).
Mobile : Les résultats du groupe restent concentrés sur l’activité mobile : + 8,2% pour le chiffre d’affaires et + 21% pour les profits. La valeur moyenne des nouveaux contrats est en hausse grâce aux offres liées à l’iPhone (exclusivité AT&T). L’ARPU des postpaid est en hausse 3,9% grâce aux contrats iPhone. Le groupe annonce 2,7 millions de clients iPhone dont 1/3 (environ 900 000) sont de nouveaux clients. Le nombre de clients post-paid augmente de 512 000. Au total, le groupe annonce 1,9 millions de nouveaux clients en nets. Le chiffre d’affaires dans la division particuliers progresse sur un trimestre pour la première fois depuis deux ans. Les revenus du trafic de données progressent de 22% sur un an.

Internet et fixe (U-verse) : Le groupe ne communique plus que sur ses offres internet haut débit (comprenant la VoIP). Le réseau VDSL ou de fibre optique profite d’une forte demande. Plus de 75% des abonnés sont soit en triple soit en quadruple play. Le chiffre d’affaires des services IP pour particulier sont en croissance de 32,5% sur un an. La demande des entreprises se redresse : stabilisation pour la VoIP, forte demande pour les VPN (Virtual Private Network, permettant la constitution d’une connexion sécurisée entre deux ordinateurs), indispensable pour le cloud computing, en croissance de 16%.
Elément négatif, le groupe doit continuer d’investir dans son réseau. Pour l’année 2010, ses investissements atteindront 18 à 19 Mds $, ses investissements dans son réseau mobile seront en hausse de 34% sur un an !











Points Clefs :

Recul des profits, hausse des efforts d’investissement et charge exceptionnelle liée à la réforme du système de santé… Si le secteur des télécoms va perdre son statut de valeur de rendement, AT&T souligne qu’une hausse de l’ARPU est possible au niveau de la téléphonie mobile (certes grâce au succès de l’iPhone) et que de nouvelles applications pourraient stimuler les résultats de la division services aux entreprises.




Mc Donald (+ 0,03%)


Forte croissance de la demande

Publication :




Le groupe de restauration rapide annonce un profit de 1,09 Mds $ (+ 25%), soit 1$ par action contre 96 cents attendus par le consensus.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 10% à 5,61 Mds $. Hors effet de change, les ventes sont en hausse de 4%. Le consensus anticipait un chiffre d’affaires de 5,53 Mds $.

A périmètre constant, les ventes progressent de 4,2% : + 1,5% aux Etats-Unis, + 5,2% en Europe, + 5,7% en Asie. Les profits opérationnels progressent de 12% aux Etats-Unis, et de près de 23% à l’international.

La marge brute est en hausse de 220 pb à 29,8%.

Le groupe relève ses prévisions d’EPS pour 2010 entre 4,3/4,44 $ et pour 2011 entre 4,63/4,77$.


Points Clefs :

Mc Donald est le principal bénéficiaire de la récession et de la pression sur le pouvoir d’achat des ménages. Ces derniers ont concentré leur consommation sur la restauration la moins chère. Les ventes du mois d’avril sont attendues en forte hausse. Les performances du groupe resteront solides.




Abbott Laboratories (- 2,4%)





Publication :




Le laboratoire pharmaceutique annonce un profit de 1 Mds $, soit 64 cents par action. Le groupe annonce diverses charges exceptionnelles, dont 3 cents par action liés au coût de la réforme du système de santé. Il enregistre par ailleurs et un gain exceptionnel de 32 cents. Hors éléments exceptionnels, les EPS sont de 81 cents, comme attendu par le consensus.
Le chiffre d’affaires est en hausse de 15% à 7,7 Mds $ (comme attendu) avec un effet change positif représentant 4 points de croissance. Les ventes sur les Etats-Unis sont en hausse de 8%. Les ventes de produits de nutrition sont en hausse de 12% et les ventes de produits pharmaceutiques de 13% grâce au succès de son médicament Humira (+ 37% à 1,4 Mds $). La croissance du chiffre d’affaires du groupe s’explique principalement par ses nombreuses acquisitions.
Le groupe est doublement affecté par la réforme du système de santé avec une charge de 60 millions liée à la hausse des rebates et une autre charge de 60 millions imputable à la fin du crédit d’impôt sur l’assurance santé de ses employés. De fait de cette réforme, le groupe révise à la baisse ses guidances sur ses EPS à 4,13/4,18 $ contre 4,2/4,25$ prévus précédemment.


Points Clefs :

Les groupes pharmaceutiques continuent à communiquer sur les coûts liés à la réforme du système de santé aux Etats-Unis. Les EPS du secteur de la santé vont être sensiblement révisées à la baisse sur 2010 et 2011.




EMC (+ 2,3%)


« During the first quarter, we saw customers move forward with increased confidence, focusing not only on cost-cutting initiatives, but beginning new innovative projects in their traditional and virtual data-center infrastructures », M. Goulden, CFO

Forte croissance des dépenses IT des entreprises


Publication :




Le groupe de solutions et d’unité de stockage annonce un profit du groupe sont en hausse de 92% à 372,7 millions, soit 17 cents par actions. Hors éléments exceptionnels, le groupe annonce des EPS à 26 cents contre 24 cents attendu par le consensus.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 23% à 3,89 Mds $. VMware, dont EMC détient la majorité, contribue à hauteur de 632 millions $. Les analystes anticipait un chiffre d’affaires de 3,7 Mds $.

La marge brute progresse à 12,9% contre 8,9% l’année dernière.
Les dépenses informatiques, sur le segment de EMC, aurait observé une croissance record sur le trimestre. Les besoins de stockage des entreprises croît rapidement et elles ont sous investit en 2009. Le développement du cloud-computing est aussi un moteur important de croissance pour EMC avec des unités de stockages importantes, remplaçant les anciennes, centralisé dans un seul lieu. Les dépenses totales IT des entreprises devraient croître entre 3 et 5% sur 2010.

Pour 2010, le groupe relève ses guidances avec des EPS à 1,18 $ (contre 1,12$) et un chiffre d’affaires de 16,5 Mds $ (contre 16 Mds $). EMC envisage d’accroître ses effectifs de 2 000 personnes dans le Monde cette année.

Points Clefs :

Discours toujours très positif pour le secteur technologique. EMC est un segment très porteur profitant du réinvestissement des entreprises dans les serveurs (solution de sauvegarde et de stockage) et des ruptures technologiques. La solide croissance de WMware, détenu avec Cisco, est aussi un élément positif.




Altria (+ 1,4%)


Un effet stocks ponctuellement positif.

Publication :




Les profits sont annoncés en hausse de38% à 813 millions, soit 39 cents par action. Hors éléments exceptionnels, les EPS sont de 42 cents contre 40 cents attendus.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 27% à 5,76 Mds $, hors hausse des taxes, il progresse de 3,6% à 3,95 Mds $, au-dessus des attentes du consensus.

Le volume de cigarettes vendues recule de 0,7%. Les détaillants et grossistes ont reconstitué leurs stocks, hors effet stocks, les volumes seraient en contraction de 11%. Mais, la marque Marlboro gagne des parts de marché (42,7% du marché) et affiche une hausse de ses ventes en volume de 1,6%.

Le groupe laisse ses guidances inchangées.







United Technologies (+ 3,7%)


« Order trends are improving, and that's all in line with organic [revenue] growth resuming in the second half of 2010 », M. Hayes, CFO

L’effet de levier réside encore dans les efforts de restructuration

Publication :




Le groupe industriel diversifié (ascenseurs Otis, air conditionné, moteurs d’avions) annonce une hausse de 20% de ses profits) à 866 millions $, soit 93 cents par action (90 cents attendus).

Le chiffre d’affaires est en recul de 1% à 12,1 Mds $, inférieur aux attentes du consensus (12,2 Mds $).

Le carnet de commandes est en hausse de 9%, mais il devrait fortement croître au second semestre 2010. Toutefois, le groupe laisse inchangé ses anticipations de chiffre d’affaires sur 2010 mais révise à la hausse ses guidances sur les EPS à 4,5/4,65$ contre 4,4/4,65 $ en décembre. Les efforts de réduction de coûts devraient améliorer les marges.

La marge brute progresse à 27,8% contre 25,7% l’année dernière.
L’activité « moteur d’avion » profite de la hausse du trafic aérien (hausse des coûts de maintenance des compagnies aériennes). Otis annonce une croissance de 2,5% de ses ventes. Le segment le plus dynamique est celui de la sécurité (+ 32% sur les profits et + 10% sur le chiffre d’affaires).




Publications After Market


Starbucks (+ 1,7%)


Forte croissance des ventes et relèvement des perspectives

Publication :




Le groupe annonce un profit de 217,3 millions $, soit 28 cents par action contre 25 cents attendus.
Le chiffre d’affaires est de 2,5 Mds $ en hausse de 9%. Les analystes attendait 2,4 Mds $. Les ventes à magasins comparables sont en progression de 7% (contre un recul de 8% à la même période l’année dernière).

Le trafic dans les magasins aux Etats-Unis progresse de 3% et le ticket moyen sont en hausse (+ 5%). Au niveau international, le trafic dans les magasins est en hausse de 6% et les ventes progressent de 7% à magasin comparable et le ticket moyen est en hausse de 1%.
La marge brute progresse de 1,8 point à 13,4%. Aux Etats-Unis, elle s’améliore à 17,7% contre 4,2% l’année dernière.
Pour 2010, le groupe annonce des EPS entre 1,19/1,22 $ contre 1,12 $ attendu par les analystes.

Points Clefs :

Les efforts de restructuration du groupe et le redressement de l’économie permettent à Starbucks d’afficher des perspectives très positives pour les prochains trimestres. Le groupe désire ouvrir 100 magasins aux Etats-Unis et 200 dans le Monde et devrait encore améliorer sa marge brute.




Qualcomm (- 8,3%)


« "healthy 3G device shipments and greater than expected demand for our chipsets.”, M. Jacobs, Chiefs Executive.

Perspectives décevantes. Pressions sur les prix de ventes sur les mobiles.

Publication :




La société annonce un profit de 774 millions, soit 46 cents par action. Hors éléments exceptionnel, les EPS sont de 59 cents contre 57 cents attendu.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 10% à 2,7 Mds $ contre 2,6 Mds $ attendu.
Les frais de R&D progressent de 8% sur un an du fait du développement des nouvelles normes de téléphonie (CDMA et OFDMA).
Les guidances pour le trimestre en cours sont sur des EPS entre 51 et 55 cents (55 cents attendu par les analystes) et un chiffre d’affaires entre 2,5/2,7 Mds $ contre 2,66 Mds $ anticipé. Le groupe se montre prudent sur les perspectives à court terme en raison d’un risque de repli des prix de vente des téléphones mobiles. Les ventes de téléphones 3G devrait progresser de 23% en 2010 (après + 7% en 2009).


Points Clefs :

La déception sur le perspectives semble plus liée à un effet « prix » que volume. Le groupe perçoit des revenus sur ses brevets en pourcentage du prix de vente du mobile. Il reste très positif sur la croissance des ventes en volume qu’il chiffre en croissance à deux chiffres cette année, par contre, un recul des prix est évoqué…




SanDisk (+ 6,8%)


Forte croissance de la demande. Perspectives positives dans la mémoire Flash.

Publication :




Le fabriquant de mémoire Flash annonce un profit de 234,7 millions, soit 99 cents par action. Hors éléments exceptionnels, les EPS sont de 95 cents contre 59 cents attendus par les analystes.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 65% à 1,1 Mds $ contre 985,9 millions attendu. Sur le trimestre, les ventes progressent de 12%. La demande est essentielle tiré par les constructeurs informatiques (+ 63%) et le secteur des téléphones mobiles. Les revenus générés par les licences progressent de 31% (+ 6% en séquentiel).
Les prix moyen de vente du gigabyte est stable sur un an et en recul de 7% en séquentiel.
La marge brute est de 46% grâce à une stabilisation des prix de ventes et aux efforts de productivité.

Points Clefs :

Sans surprise, le groupe est optimiste à court et moyen terme avec une demande stimulée par les nouveaux biens de consommation électronique (iPad, smartphone, disque dur SSD…). Les nouvelles mémoires NAND et disque dur flash devrait soutenir les ventes du groupe sur le trimestre en cours.




eBay (- 8,5%)


Perspectives décevantes

Publication :




Les profits du groupe sont 398 millions $ (+ 11%), soit de 28 cents par action. Hors éléments exceptionnels, les EPS sont de 42 cents contre 41 cents attendus.
Le chiffre d’affaires est en hausse de 9% à 2,2 Mds $. En excluant Skype, les ventes progressent de 18%. Le consensus attendait un chiffre d’affaires de 2,18 Mds $. L’activité PayPal observe une croissance de 26% de son chiffre d’affaires à 809,3 millions $. Les activités « marketplace » profite du dynamisme des ventes sur Internet : le chiffre d’affaires est de 1,4 Mds $ avec une hausse de 24% de la valeur total des biens mis en vente (+ 6% seulement hors automobiles). Les ventes à l’internationale sont en recul de 10%.
Pour le trimestre en cours, le groupe anticipe des EPS entre 37/39 cents (contre 40 cents attendu) et un chiffre d’affaires de 2,15/2,2 Mds $ (2,2 Mds $ attendu).

Points Clefs :

Après un quatrième trimestre exceptionnel, et un premier trimestre bon, le groupe se montre très prudent sur les perspectives de vente. Les changements dans le système de commission du site a perturbé les ventes du site, notamment à l’international, notamment en Europe. Le groupe reste donc prudent dans ses perspectives…




Amgen (- 0,3%)





Publication :




L’entreprise de biotechnologie annonce un profit de 1,17 Mds $, soit 1,18 $ par actions. Hors éléments exceptionnels, les EPS sont de 1,30 $ contre 1,24$ attendu.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 9% à 3,6 Mds $, légèrement inférieur aux attentes (3,62 Mds $). Les ventes du médicament phare du groupe, Enbrel, sont en hausse de 6%.
La réforme du système de santé aux Etats-Unis pourrait réduire le chiffre d’affaires du groupe entre 200 et 250 millions. Mais, les guidances pour le chiffre d’affaires 2010 sont entre 15,1/15,5 Mds $ alors que le consensus est de 15,18 Mds $. Les EPS seront entre 5,05/5,25 $ (consensus à 5,15$).






  1   2   3

similaire:

After Market En manque de vitamines ? After us iconCompte rendu du conseil municipal du 13 octobre 2015
«éléphant bleu» sur leurs parcelles situées à proximité de Carrefour Market à Essars

After Market En manque de vitamines ? After us iconLa pauvreté dans l’abondance
«laissez faire». En 1870 Cairnes dénonce le manque de scientificité de la loi (1e critique)

After Market En manque de vitamines ? After us iconCours manqué voir fiche sur Stéréotype. Les stereotypes et les perceptions intergroupes

After Market En manque de vitamines ? After us iconRapport de mission «Une nouvelle donne pour l’intermittence»
«déloyauté, manque de sérieux des négociations». L’affaire devrait être examinée le 1er juillet

After Market En manque de vitamines ? After us iconNote : le texte présenté est en date du 18 mai 2009. IL manque quelques...

After Market En manque de vitamines ? After us iconCe que disent les texte, lois & décrets ?
...

After Market En manque de vitamines ? After us icon2 A. sc lecture F. N°: 1 Unité : 1 Supports : livre de l’élève p...
«Une» sont souvent incomplètes, la suite est placée aux autres pages du journal en raison de manque de place sur la «Une»

After Market En manque de vitamines ? After us icon1- contexte institutionnel 1 L’anef : Association Nationale d’Entraide
«L’objectif de l’action éducative et sociale n’a pas pour fondement unique de combler un manque, d’apaiser une souffrance, elle vient...

After Market En manque de vitamines ? After us iconToutes et tous en greve
«il manque des postes de médecins et de personnels non médicaux». Si elle est en partie vraie, elle n’en reste pas moins programmé...

After Market En manque de vitamines ? After us iconLa Fondation Abbé Pierre en manque de données
«Quant aux chiffres des personnes hébergées de manière contrainte chez des tiers, IL faut se référer aux chiffres de l’année 2002,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com