L’héritage karmique individuel et familial





télécharger 36.05 Kb.
titreL’héritage karmique individuel et familial
date de publication28.10.2017
taille36.05 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > histoire > Documentos
Karma
Ce texte traite de l’héritage karmique individuel et familial. Ce Karma est intimement lié à l’au-delà et aux vies antérieures qu’il s’agisse d’existences réelles historiques ou d’existences virtuelles générées lors de la vie intra-utérine. De plus il s’entremêle avec le Karma familial, ancestral, transgénérationnel. Je vais écrire en quoi l’individu est lié à sa famille au moment de sa conception puis en quoi il est tributaire de ses ascendants et descendants durant sa vie et même au-delà.
1. Définition du Karma
1.1. Tradition
Le mot Karma vient d’une racine sanskrite signifiant « acte », « action », « rite ». Il désigne habituellement un ensemble de liens de cause à effet. Généralement on le comprend comme un ensemble d’énergies positives et négatives qui entraînent des conséquences bénéfiques ou malheureuses. Ainsi lorsqu’on se blesse ou qu’on est malheureux on se console en se disant que c’est la conséquence d’un acte particulièrement odieux accompli dans une vie antérieure. C’est une façon de se déresponsabiliser car on considère que c’est un autre soi-même qui a été mauvais ou dans l’erreur. En subissant le contrecoup du Karma on paye une sorte de dette. A contrario lorsqu’on a de la chance ou qu’on a un don, on peut dire qu’on bénéficie d’un bon Karma. On hérite des actes vertueux qu’un autre soi-même a accomplis. Cela permet d’expliquer pourquoi un être malfaisant peut avoir beaucoup de chance. Mais l’adage chrétien « on récolte ce que l’on sème » reste de vigueur car, malgré les avantages du bon Karma, un être maléfique aura à subir le contrecoup de ses méfaits dans ses vies futures.

Pour les kabbalistes modernes, le Karma est un ensemble d’épreuves choisies à la naissance et qui sont soumises au libre arbitre durant toute l’existence. Il n’est pas question de vies antérieures. Les gens vertueux qui souffrent seraient donc des âmes un peu masochistes…
1.2. Théoscientalité
Pour moi le Karma est un ensemble de fluctuations d’énergies qui agissent sur la destinée des êtres soumis à l’espace-temps. A partir du moment où il y a espace-temps, il y a possibilité de fluctuations énergétiques et donc création d’ondes, de vibrations qui interagissent et occasionnent des liens de cause à effet qu’on appelle le Karma. Ce qu’il faut savoir c’est qu’une cause provoquée dans des circonstances semblables ne provoque pas toujours le même effet contrairement à ce que voudrait affirmer la science. Tout comme deux vrais jumeaux élevés dans le même contexte sont tout à fait uniques et différents. Le verbe « être » n’a pas de sens dans la Théoscientalité car rien n’a son équivalent. Le verbe « être » n’est valide que dans le langage et la logique. Il perd son sens à partir du moment où on cherche à l’associer aux choses réelles.

Ainsi tout est possible. Le Karma n’a pour seul rôle que de mesurer les effets des actes singuliers accomplis dans des circonstances qui ne pourront jamais être reproduites rigoureusement. La science comprime les énergies afin d’orienter le Karma dans un sens précis. Mais il y a toujours une marge d’erreur, d’incertitude. Le Principe d’Heisenberg est une illustration de cet état de fait. La position et le vecteur d’onde ne peuvent être connus simultanément. Le temps de mesure de l’énergie d’une particule ne peut être donné avec précision si la valeur de cette énergie est exacte. C’est comme si on comprimait une particule dans ses mains pour l’observer et qu’elle s’agitait alors de plus en plus frénétiquement pour devenir invisible.

Ainsi le Karma en Théoscientalité est une expression de la volonté de la Théoscientalité qui puise son énergie infinie dans le vide. L’énergie absolue est la fluctuation de l’espace dans le temps, ces deux grandeurs pouvant être interchangeables. Une particule voyage aussi bien dans l’espace que dans le temps et son énergie peut être employée pour évoluer dans ces deux dimensions que la physique classique distingue arbitrairement.

Plus prosaïquement, le Karma exprime le fait que toute pensée, toute parole, toute action met en mouvement des forces qui entraînent des conséquences. Seulement cette pensée, cette parole, cette action accomplie par un être particulier, à un moment déterminé, dans des circonstances données justifiera l’accomplissement d’un événement fixé de façon spécifique qui reste unique en son genre. Ce qu’il faut savoir c’est que le contexte et les motivations dépendent du passé de l’individu qu’il s’agisse de vies antérieures, d’une programmation anténatale ou des aléas de la vie courante. Tout sujet donné ne réagira pas de la même façon aux mêmes sollicitations selon son état d’esprit, son éducation, sa condition physique et psychique.

Il n’y a pas de hasard. Tout est soumis à des lois seulement ces lois sont propres à chaque individu et à chaque instant. On peut dégager des généralités, des tendances mais pas de vérité absolue.
2. Effets du Karma
2.1. Karma individuel
Tout individu naît avec son Karma individuel, son héritage karmique personnel intimement lié à sa Psycarnima (corps-esprit-âme). Le Karma s’inscrit dans les gènes de chaque cellule du corps. Il s’inscrit dans la mémoire consciente et inconsciente, dans l’inconscient collectif (considéré comme héritage phylogénétique freudien ou comme magma ancestral télépathique jungien). Il s’inscrit au plus profond de l’âme, cette étincelle qui existe avant la vie et après la mort.

Le Karma individuel est une sorte de programme qui régit l’apparence morphologique, le profil psycho émotionnel, l’histoire personnelle avec ses accidents, ses événements, ses joies, ses bonnes fortunes. Le Karma est inscrit dans les lignes de la main, dans le thème astrologique de naissance. C’est à travers lui que l’âme du nouveau né a choisi ses parents en fonction de ce qu’il voulait recevoir et donner à ses proches et à la société de son époque sur cette planète. Dans cette acception, cela rejoint la conception kabbaliste moderne qui cherche à s’affranchir des vies antérieures.

Toutefois je pense que l’âme traîne avec elle tout un passé énergétique. Ce passé peut venir d’existences antérieures minérales, végétales, animales, humaines vécues sur terre ou ailleurs. L’âme surgit selon moi à la création de l’Univers et puisque l’Univers a également un passé précédent le Big-Bang, cette âme a pu connaître un parcours dans des Univers antérieurs. Le Big-Bang et le Big-Crunch correspondent au battement de cœur d’une Divinité au sein de l’Eternité hors de l’espace-temps car l’espace et le temps sont des composantes de l’Univers. L’Univers est comme un nouveau-né qui à l’origine renferme le Karma d’un passé remontant à la Nuit de l’Eternité. Tout le plan de l’Univers est contenu dans l’étincelle dont il a surgi. Il est impropre de parler du passé de l’Univers car l’espace-temps tel que nous le connaissons est une composante physique de l’Univers. Nous pouvons voyager dans l’espace-temps sans en atteindre les limites mais cela n’empêche pas que ce dernier soit circonscrit et ait une existence limitée. Il suffit que l’espace-temps se courbe infiniment lorsqu’on approche de la périphérie de l’Univers pour renfermer l’infini dans le fini.

Tout ça pour montrer que la notion d’une âme qui surgit de nulle part et vierge de tout passé est une notion absurde. On peut l’accepter en considérant que toute étincelle d’énergie qui surgit du néant porte une empreinte particulière dont on peut ignorer les conditions de création. Ces conditions de création réside malgré tout dans un héritage, une continuité car toute chose ne surgit pas de rien sans être imprégnée d’un champ morphogénétique issu de l’espace-temps dans lequel elle apparaît. Ainsi même si la chose n’a qu’un temps donné d’existence, elle hérite d’une histoire éternelle qui imprègne tout l’espace-temps qui pulse d’énergies et donc de Karma. Seul le néant absolu est exempt de Karma. Tout autre chose a un Karma.
2.2. Fatalité karmique et Chazarre
Il est donc impossible à un individu d’échapper à son Karma. Toutefois qui dit Karma ne dit pas fatalité à partir du moment où l’individu acquiert une forme de libre arbitre. L’ignorance du futur, le filtrage des vibrations présentes et l’oubli du passé, c'est-à-dire la circonscription de la Théoscientalité dans l’espace-temps, autrement dit la finitude dans l’infini, permettent dans certaines mesures de violer les lois de la Théoscientalité et de provoquer une sorte de chaos créateur. Ce chaos créateur est une bizarrerie comme la mutation génétique qui permet l’évolution. Je propose d’appeler ce concept le Chazarre (prononcer « Kazar ») qui associe le Chaos, le Hasard et le Bizarre. Le libre arbitre mêle donc le chaos (absence apparente de loi), le hasard (ignorance des lois exactes qui régissent un événement) et le bizarre (étrangeté, incapacité à modéliser, à mesurer un état). Le Chazarre rejoint le Principe d’Incertitude. Seulement il surgit uniquement dans la finitude en l’infini, finitude qui rend possible la distinction entre le Néant et l’Infini. Le Chazarre ne signifie pas que les lois universelles n’existent pas. Toute cause entraîne ses effets et toute énergie interagit avec son environnement. Seulement même un minéral peut échapper au déterminisme en provoquant une Chazarrerie. Il suffit qu’un électron d’un cristal dévie de sa trajectoire logique de façon inopinée pour que cela tienne du Chazarre. C’est le Chazarre qui rend insaisissable le monde quantique. Le Chazarre rejoint le probabilisme.

La liberté est donc la possibilité de violer les lois de la Théoscientalité grâce à l’ignorance. Un être qui connaîtrait toutes les lois à chaque instant serait totalement déterminé car il saurait ce qui est le meilleur pour tout le monde et n’aillant d’autre choix que de faire le meilleur il ferait forcément ce pour quoi il est prévu. C’est donc l’ignorance qui permet de faire des « mauvais » choix et donc de faire évoluer le monde. Le Chazarre et donc l’évolution née de l’ignorance.
2.3. Karma et événements
Le Karma marque son empreinte à tous les niveaux de l’être : physique, émotionnel, psychique, spirituel.

Avant de se condenser dans le monde matériel, il naît dans les niveaux les plus subtils : les niveaux atmiques, animiques. C’est Dieu ou l’âme qui souhaite exprimer quelque chose. Si l’individu n’explore pas ces dimensions de son être en méditant par exemple, le problème que se pose Dieu ou l’âme va rester sans réponse et il va se créer un nœud karmique qui va occasionner des tensions énergétiques. L’énergie qui doit librement circuler depuis la dimension physique vers la dimension divine va être plus ou moins bloquée et le barrage va occasionner une pression sur les niveaux inférieurs.

La perturbation spirituelle va faire germer des pensées, des idées au niveau psychique. Plus la pression sera grande et plus les pensées seront source de mal-être. Cela va commencer par des mauvais rêves puis des cauchemars. L’individu va ressentir le besoin de trouver des réponses à certaines questions. Il va faire des lapsus, lire certains livres, regarder certains films, chercher à accomplir certains actes. S’il ne cherche pas dans la bonne direction ou s’abrutit avec les choses de la vie, des nœuds vont se former dans des niveaux plus denses.

La tension mentale va occasionner des humeurs, des sentiments, des impulsions qui éloignent de la sérénité. Vont survenir des passions amoureuses, des désirs, des sautes d’humeur, des accès de colère, de la tristesse et même de la joie. Ces pulsions apparemment irraisonnées nous parlent pourtant du problème existentiel qui préoccupe notre divinité. Socialement, on va avoir tendance à se mettre dans des situations nous parlant de nos nœuds karmiques. Ainsi si le nœud concerne une forme d’avidité, la relation avec les autres va être placée sous le signe du besoin, de l’envie, de la jalousie. Le défaut de comportement émotionnel n’est pas inné ni inéluctablement lié à l’essence de l’être. Il cherche à exprimer un problème philosophique subtil et existentiel. Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg contre lequel bute le navire de l’individu. La personnalité ne se construit pas au hasard de la naissance, de l’éducation, du milieu social, des rencontres. Elle se fonde sur des nœuds karmiques des niveaux subtils de l’être. Un être né dans un certain milieu et élevé par certains parents sera malheureux et dans l’échec alors qu’un autre parviendra à s’épanouir dans les mêmes circonstances. Si l’individu considère que ses émotions sont inévitables et le caractérisent, il va les intégrer en lui-même et cela va se condenser dans le plan physique.

Les désordres affectifs et émotionnels vont finir par provoquer des douleurs physiques, des maladies, des accidents. Il se peut qu’un animal soit blessé ou meure ou qu’un objet inanimé soit endommagé pour éviter que l’individu ne soit lésé physiquement. Dans ce cas il faut savoir être reconnaissant envers l’être qui a servi d’exutoire à la tension personnelle et qui s’est sacrifié pour soi. Lorsque la tension devient extrême, il survient un problème physiologique. La tension se somatise. Tout événement traumatique n’est pas le fait du hasard. Il est l’expression d’un nœud karmique qui veut être dénoué afin de permettre la libre circulation de l’énergie.

Il faut moduler cette description du Karma. En effet le Karma ne vient pas d’un questionnement relatif à la vie présente de l’individu. Il se pose avant même que l’être ne soit incarné. L’âme est attirée dans la matière orientée par un ensemble de forces qui guident son cheminement tout comme les champs électromagnétiques dévient les particules chargées dans l’espace. Il y a une part de Chazarre mais ce Chazarre ne peut contrer l’effet du Karma le plus « lourd ». Ainsi on peut voir la conception d’un être comme la collision d’un électron avec un atome après un certain parcours dans le vide et l’absorption de l’électron par l’atome à condition que certains paramètres énergétiques soient présents. Ce qui fait que deux parents se rencontrent et conçoivent un enfant est l’expression du Karma individuel de l’enfant mais aussi de celui des parents. C’est le Karma des parents qui a su attirer et capter le Karma de l’enfant. Les questionnements existentiels de l’âme de l’enfant se retrouvent dans ceux de ses parents. Et le Karma individuel de l’enfant réside dans l’arbre de vie que l’âme introduit avec elle et qui se comprend comme des vies antérieures ou comme un héritage phylogénétique ou encore comme un plan choisi par l’âme au moment de s’incarner. On peut appeler la réunion de ces trois principes dans le concept de Progénocarnotype.

Ce Progénocarnotype conditionne le profil spirituel de l’individu avec ses tensions et nœuds karmiques originels. Il configure le profil psychique et psychologique, la personnalité, les dons intellectuels et artistiques. Il programme aussi le profil émotionnel, les attirances, les goûts personnels. Enfin, le corps est le temple de l’âme. Il cristallise en quelque sorte tous les niveaux subtils de l’être. Ainsi les imperfections, la souplesse, la force, la pigmentation, la morphologie, le tempérament (nerveux, sanguin, bilieux, lymphatique), le genre sexuel sont le reflet de l’âme, de l’esprit et de l’affect. Les complexes physiques apprennent beaucoup sur les nœuds karmiques spirituels. Une âme a généralement une tendance sexuelle dominante et il n’est pas rare qu’une âme plutôt féminine s’incarne dans un corps masculin et en éprouve un certain mal être.

Le Progénocarnotype est propre à l’individu mais il n’implique pas que lui. Il est tributaire de la famille, de l’environnement, de la société.
2.4. Karma familial
Toute âme qui s’incarne crée aussitôt des liens avec les âmes de la famille proche et lointaine. Il arrive souvent que toute une constellation d’âme s’agrège et se retrouve de vies en vies. Cela forme comme une galaxie d’âmes ou un atome avec ses nucléons et ses électrons. Cet agrégat est lié par des forces attractives et répulsives et donc du Karma. La naissance n’est pas conditionnée par la biologie et le hasard des rencontres mais par le Chazarre Karmique et ses lois énergétiques et vibratoires. C’est comme si les chemins des individus étaient plus ou moins tracés et ne laissaient que très peu de choix. Parfois c’est un train sur ses rails, parfois un ensemble de sentiers à travers bois que l’on emprunte à pied ou en vélo, parfois une autoroute où on ne peut sortir qu’à certains endroits. En tout cas les âmes se croisent et se rencontrent de façon cyclique tout comme la faune et la flore évoluent au cours des saisons. Certaines âmes s’attirent et d’autres se repoussent. Il existe des âmes quasi inséparables et des électrons libres. Enfin il existe des âmes anciennes et massives et d’autres jeunes et légères.

Je crois que les âmes ne naissent pas directement humaines. Elles doivent évoluer comme toute chose et donc éprouver la minéralité, la végétalité, l’animalité et enfin l’humanité comme l’explique le médecin occultiste Papus. L’âme humaine est unique en son genre, elle n’a rien à voir avec une âme végétale. Mais il ne s’agit que d’une différence de phase tout comme la vapeur se distingue de la glace tout en restant fondamentalement de l’eau. De même l’âme d’un humain en particulier est unique également. Il n’y a pas une âme qui change de véhicule. Toutefois chaque âme hérite d’un Progénocarnotype à sa naissance qui est une transformation énergétique tout comme la fusion de trois atomes d’Hydrogène donne naissance à un atome complètement différent d’Hélium en émettant positron, neutrino et rayonnement Gamma. L’Hydrogène et l’Hélium sont fondamentalement différents tout comme le minéral et le végétal se distinguent. Pourtant cela reste l’expression énergétique d’une âme.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. En fait l’âme d’un individu hérite de tout un passé énergétique et donc d’un certain Karma. Mais le Karma n’est jamais purement individuel. C’est une équation systémique. Le Progénocarnotype est holistique c’est-à-dire qu’il n’existe pas isolément du Grand Tout, de l’Univers. Ainsi, l’individu naît dans un creuset et intègre en lui tout l’arbre généalogique. Il se connecte aux membres de sa famille tout comme la feuille à l’arbre.

On pourrait croire qu’avec la mort se produit une cassure mais ce n’est pas vrai. Les âmes restent reliées. Seulement les êtres vivants ont une liberté plus grande et une emprise sur le Chazarre plus importante. Les défunts ne peuvent plus agir physiquement selon les énergies les plus denses. Une bulle de gaz carbonique dans un verre de champagne va s’élever et quitter le verre sans pouvoir y rester. Elle ne pourra plus peser sur le verre et former une masse liquide. Certes elle sera légère et libre d’évoluer dans les airs mais elle n’aura presque plus de poids. Ainsi les défunts ne pèsent plus sur le monde matériel et s’ils volent dans les hautes strates spirituelles ayant une vision plus aigüe des choses de l’esprit, ils sont limités dans leur champ d’action. Il y a donc certaines forces qui leur échappent et leur pouvoir sur le Chazarre devient très limité car le Chazarre est ancré dans les forces lourdes et intenses de l’Univers matériel. C’est aussi pour cela que les anges interagissent avec les humains car ils ont besoin qu’ils agissent pour eux. Et cela justifie l’existence des Boddhisattvas qui sont des sortes d’anges incarnés. Quel intérêt aurait un ange à s’incarner si ce n’est pour faire bouger réellement les choses ?

Un défunt devient donc dépendant de sa descendance pour pouvoir évoluer. S’il est soumis à des forces trop intenses pour lui il va falloir une énergie intense pour l’en libérer. Tant que l’être est vivant, il peut jouer avec des énergies très denses en accomplissant des actes significatifs ou bien, à défaut, en ressentant peine et douleur pour les transmuter. Car d’un mal sort toujours un bien. Autrement dit par la Loi d’Equilibre, lorsqu’une énergie négative est captée par un système, une énergie positive est dégagée dans l’environnement ou dans un autre système. Ainsi un défunt qui veut se libérer d’une chaîne Karmique a besoin qu’un vivant éprouve de la peine ou fasse un effort pour la briser. Parfois prier pour ses morts et travailler sur son corps et dans la société en faisant certains actes ou prononçant certaines paroles est suffisant pour soulager la peine de certains esprits désincarnés. Un défunt est comme une fusée qui a besoin de suffisamment de carburant pour quitter l’attraction terrestre. Et le carburant tiré des vivants est nettement plus énergétique que celui des plans plus subtils. Encore faut-il que les vivants soient prêts à faire certains sacrifices.

Le message de Jésus dans les religions chrétiennes, est qu’il faut savoir parfois porter sa croix et faire des sacrifices pour libérer les morts de leurs Enfers. La récompense n’est autre que la Vraie Vie, libérée du poids des ancêtres. Cela ne veut pas dire qu’il faille mourir physiquement même si le Jésus mythique et historique est allé jusque-là. En fait il faut accepter de connaître certaines souffrances pour connaître mort et résurrection c’est-à-dire se transformer et devenir libre du poids des ancêtres. Si ce sacrifice est accompli, la Vierge Marie, la Mère Archétypale autrement dit la Lignée pourra également accéder au Ciel, à la liberté. C’est l’Assomption, du latin « enlever ». C’est également ce qu’enseigne le Bouddha. Il ne faut pas se libérer de la souffrance et de l’effort mais les voir comme le moyen de se libérer de la Samsara, terme sanskrit qui signifie « ensemble de ce qui circule ». Il ne s’agit pas de quitter l’Univers et le cycle de la vie ou de la matérialité mais de créer un corps, un système harmonieux libéré des tensions et des nœuds karmiques individuels et familiaux. Bien sûr le rôle de la vie humaine a son extension cosmique et divine mais nous ne sommes pas directement concernés à notre niveau actuel. Une âme humaine doit s’efforcer de libérer sa Lignée et c’est déjà un effort énorme.

Tout cela explique pourquoi toute génération a besoin de son ou sa chamane pour apaiser les ancêtres. Sinon les défunts vont se servir et provoquer toute sorte de catastrophe dans leur descendance afin de s’affranchir du poids de leurs péchés autrement dit de leur « mauvais » Karma, le Karma qui contraint et bloque la circulation de l’énergie. Car l’énergie doit circuler au sein de la famille et de l’humanité comme dans un corps humain. La Lignée souhaite être saine et si pour cela il faut sacrifier certains de ses membres ou leur faire connaître la douleur, elle est prête à le faire. Cela me fait penser à ces déesses hindoues qui créent et détruisent pour assurer l’harmonie universelle. Finalement une vie humaine ne vaut-elle par la paix de toute l’humanité même si cela exige beaucoup de souffrance ? Sans doute si on considère que toute âme a l’éternité devant elle.

Ce qui est dommage c’est qu’un être qui souffre accumule un certain mauvais Karma et c’est un peu le cercle vicieux, le serpent qui se mord la queue. La meilleure solution est de porter sa croix, d’avancer et d’être positif et constructif. Il faut beaucoup d’efforts pour bâtir un temple mais celui-ci bénéficiera à tous pendant des siècles voire des millénaires.




similaire:

L’héritage karmique individuel et familial iconChronologies de l'égalité Bas du formulaire Chronologie générale
«La Maternité heureuse» dont l'objectif est de défendre l'enfant désiré et de lutter contre l'avortement clandestin. Le Mouvement...

L’héritage karmique individuel et familial iconTransition dif – cpf
«Afin de permettre l’utilisation du droit individuel à la formation, les employeurs doivent informer par écrit, avant le 31 janvier...

L’héritage karmique individuel et familial iconTransition dif – cpf
«Afin de permettre l’utilisation du droit individuel à la formation, les employeurs doivent informer par écrit, avant le 31 janvier...

L’héritage karmique individuel et familial iconHÉritage et succession successions doc 18/08/2004

L’héritage karmique individuel et familial iconLa Cour d’assises Bilan d’un héritage démocratique

L’héritage karmique individuel et familial iconLe regroupement familial

L’héritage karmique individuel et familial iconLecture du manuel «heritage des civilisations» p. 166

L’héritage karmique individuel et familial iconProjet de loi Travail : ce qui a changé
«l'équilibre personnel et familial» ajoutée aux objectifs du droit à la déconnexion

L’héritage karmique individuel et familial iconM. E. T. I maintenance en équipement thermique individuel

L’héritage karmique individuel et familial iconLe droit individuel a la formation (dif)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com