Question Histoire – Sujet d’étude





télécharger 16.87 Kb.
titreQuestion Histoire – Sujet d’étude
date de publication30.10.2017
taille16.87 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
Question 1. Histoire – Sujet d’étude

Les femmes dans la société française de la Belle Époque à nos jours.

1) Reproduisez le tableau ci-dessous sur votre copie. Identifiez et nommez les deux autres thèmes présents dans les repères chronologiques. Classez les dates en fonction des trois thèmes. (5,5 points)




Document. Repères chronologiques.

1924 : Les filles peuvent passer le baccalauréat et subissent le même examen que les garçons.

1932 : Jeanne Valbot interrompt des séances du Sénat en lançant des tracts féministes et en

s’enchaînant sur son siège. Elle demande un débat sur le suffrage des femmes.

1936. Pour la première fois, trois femmes entrent dans un gouvernement, celui de Léon Blum.

1944 : Les Françaises deviennent électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes.

1956 : L’association la Maternité heureuse est créée. Son objectif est de proposer la contraception en

France et de faire modifier la loi de 1920 qui l’interdit totalement.

1960 : Le Mouvement français pour le planning familial accueille les femmes et les informe sur les

méthodes contraceptives et la sexualité.

1967 : La loi Neuwirth est votée : elle organise la régulation des naissances et autorise la vente de

certains contraceptifs dont la pilule.

1972 : La loi instaurant l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes est votée. Elle

fonctionne sur le principe : «À travail égal, salaire égal ».

1974 (1): Le parlement vote la loi qui autorise la gratuité et l’anonymat de la contraception pour les

mineures dans les centres de planification.

1974 (2) : Simone Veil fait adopter une loi permettant l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

1975 : La loi Haby impose la mixité scolaire.

1995 : Un Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes est créé. Placé auprès du Premier

ministre, il observe les inégalités entre hommes et femmes dans les domaines politique, économique et

social.

2000 : La loi dite sur la « parité » favorise l’égal accès des femmes aux fonctions électives.
2) Dans quel domaine les inégalités persistent-elles ? Citez deux exemples et développez votre réponse.(4 points)

Question 2. Histoire – Situation

Simone Veil et le débat sur l’IVG.
3) Comparez les deux documents. Quels sont leurs points communs ? En quoi ces documents sont-ils diamétralement opposés ? Quelle conclusion peut-on formuler ? (4 points)


Loi du 31 juillet 1920 (extraits)

Art. 1.- Sera puni d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de cent francs à trois mille francs quiconque ; soit par des discours proférés dans des lieux ou réunions publics ; soit par la vente, la mise en vente ou l’offre, même non publique, ou par l’exposition, l’affichage ou la distribution à domicile, la remise sous bande ou sous enveloppe fermée ou non fermée, à la poste ou à agent de distribution ou de transport, de livres, d’écrits, d’imprimés, d’annonces, d’affiches, dessins, images et emblèmes ; soit par la publicité de cabinets médicaux ou soi-disant médicaux, aura provoqué au crime d’avortement, alors même que cette provocation n’aura pas été suivie d’effet1 .

Art.2.-Sera puni des mêmes peines quiconque aura vendu, mis en vente ou fait vendre, distribué ou fait distribuer, de quelque manière que ce soit, des remèdes, substances, instruments ou objets quelconques, sachant qu’ils étaient destinés à commettre le crime d’avortement, lors même que ces remèdes, substances, instruments ou objets quelconques proposés comme moyens d’avortement efficaces seraient en réalité inaptes à les réaliser.

[…]

Loi du 30 janvier 1993 (extraits)

Entrave à l'interruption volontaire de grossesse

Art. L. 162-15. - Sera puni d'un emprisonnement de deux mois à deux ans et d'une amende de 2000 F à 30000 F ou de l'une de ces deux peines seulement le fait d'empêcher ou de tenter d'empêcher une interruption volontaire de grossesse […] : «- soit en perturbant l'accès aux établissements […]ou la libre circulation des personnes à l'intérieur de ces établissements;«- soit en exerçant des menaces ou tout acte d'intimidation à l'encontre des personnels médicaux et non médicaux travaillant dans ces établissements ou des femmes venues y subir une interruption volontaire de grossesse.
4 a. Précisez le contexte dans lequel Simone Veil s’exprime : lieu, moment, fonction occupée… (1,5 point)

4 b. Relevez les deux raisons qu’avance Simone Weil pour modifier la loi. (2 points)

4 c. Pourquoi peut-on dire que le vote de la loi Veil correspond à l’évolution des mentalités ? (3 points)

D’aucuns s’interrogent encore : une nouvelle loi est-elle vraiment nécessaire ? Pour quelques-uns, les choses sont simples : il existe une loi répressive, il n’y a qu’à l’appliquer. D’autres se demandent pourquoi le Parlement devrait trancher maintenant ces problèmes : nul n’ignore que depuis l’origine, et particulièrement depuis le début du siècle, la loi a toujours été rigoureuse, mais qu’elle n’a été que peu appliquée. […]

Lorsque les médecins, dans leurs cabinets, enfreignent la loi et le font connaître publiquement, lorsque les parquets, avant de poursuivre, sont invités à en référer dans chaque cas au ministère de la Justice, lorsque des services sociaux d’organismes publics fournissent à des femmes en détresse les renseignements susceptibles de faciliter une interruption de grossesse, lorsque, aux mêmes fins, sont organisés ouvertement des voyages à l’étranger, alors je dis que nous sommes dans une situation de désordre et d’anarchie qui ne peut plus continuer. Mais me direz-vous, pourquoi avoir laissé la situation se dégrader ainsi et pourquoi la tolérer ? Pourquoi ne pas faire respecter la loi ? Parce que si des médecins, si des personnels sociaux, si même un certain nombre de citoyens participent à ces actions illégales, c’est bien qu’ils s’y sentent contraints ; en opposition parfois avec leurs convictions personnelles, ils se trouvent confrontés à des situations de fait qu’ils ne peuvent méconnaître. Parce qu’en face d’une femme décidée à interrompre sa grossesse, ils savent qu’en refusant leur conseil et leur soutien ils la rejettent dans la solitude et l’angoisse d’un acte perpétré dans les pires conditions, qui risque de la laisser mutilée à jamais. Ils savent que la même femme, si elle a de l’argent, si elle sait s’informer, se rendra dans un pays voisin ou même en France dans certaines cliniques et pourra, sans encourir aucun risque ni aucune pénalité, mettre fin à sa grossesse. Et ces femmes, ce ne sont pas nécessairement les plus immorales ou les plus

inconscientes. Elles sont 300 000 chaque année.

C’est à ce désordre qu’il faut mettre fin. C’est cette injustice qu’il convient de faire cesser.

Extrait du discours prononcé par Simone Veil, Ministre de la Santé devant l'Assemblée nationale, le

26 novembre 1974, à l’occasion du débat sur l’interruption volontaire de grossesse.

similaire:

Question Histoire – Sujet d’étude iconLa vérité est un sujet aussi vaste que paradoxal. En effet, la question...
«vécu» de l’Infirmière. Question à laquelle je répondrai par une hypothèse, dont je vous présenterais par la suite les outils d’évaluation...

Question Histoire – Sujet d’étude iconI. Lexique
«sujet» implique un nécessaire décentrement : la grammaire distingue le génitif objectif et le génitif subjectif (la crainte des...

Question Histoire – Sujet d’étude iconNote: Dans l’histoire de l’islam, IL y a deux vues opposées à ce...

Question Histoire – Sujet d’étude icon«pas touche a la pension de reversion»
«Enfin, un sujet particulier m’inquiète : c’est la question de la pension de réversion, son niveau, mais aussi son statut législatif....

Question Histoire – Sujet d’étude iconRecherche biomédicale présentant des risques ou contraintes importantes...

Question Histoire – Sujet d’étude iconRappel concernant les lectures liées à l’objet d’étude «- la question...
«- la question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du xvième à nos jours»

Question Histoire – Sujet d’étude iconLa question de la burqa en France est un sujet très grave qui touchent...
«la burqa n’est pas la bienvenue sur le territoire de la République française.»

Question Histoire – Sujet d’étude iconDocteur en Histoire des Mondes Anciens. Université Paris IV sorbonne
«Dynamique d’occupation et zones de confins à l’époque antique : la question du territoire carnute (Ier s av. J. C. –IVe s ap. J....

Question Histoire – Sujet d’étude iconC omposition histoire et mémoires de la Guerre d’Algérie
«Pieds Noirs», les immigrés algériens… facilité l’amnésie de la population française. Petit à petit, l’histoire officielle, cependant,...

Question Histoire – Sujet d’étude iconNos sources (liste non exhaustive) : Pour la France et la Turquie
«La laïcité à l’épreuve des droits de l’homme» et «Brève histoire de la laïcité en France», in Jean Baubérot (dir), La laïcité à...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com