Cours à la force physique. Ai





télécharger 0.53 Mb.
titreCours à la force physique. Ai
page2/8
date de publication19.03.2018
taille0.53 Mb.
typeCours
d.20-bal.com > loi > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8

KERI (geri) : Coup de pied ou de genou : Coup de pied direct(ou de genou)

MAE KERI KEAGE : Avant/Coup de pied/Profondément : coup de pied av fouette

MAE KERI KEKOMI : Av/Coup de pied/Profondément : Coup de pied av défonçant

KOSHI : Dent du tigre : Coup de la paume du pied

SOKUTO : Pied/Sabre : Coup avec le tranchant du pied

YOKO KERI KEKOMI : Cote/Coup de pied/Profondément : Coup de pied de cote défonçant

MAWASHI GERI : Tourner/Coup de pied : Coup de pied circulaire

USHIRO KERI : Ar/Coup de pied : Coup de pied AR

HOJO UNDO : Les éducatifs spécifiques; complètent l’échauffement

-Nigiri Kaeshi : En Chika Ma, dégagement et ressaisie du poignet adverse, répétition sans rupture.

-Neiji Kaeshi : En Chika Ma, sur clé de coude, retournement de la situation en passant devant ses appuis et pliant le bras main ouverte.

-Oshi Kaeshi : Saisie Ryote Dori, renvoie de la force adverse repoussant les 2 bras vers l’Ar

-Shinogi : Coup de poing Jodan, contrôle par la main cote extérieur de l’adversaire en faisant passer sur le cote du visage avec mouvement du bassin.

-Tsuppari : En To Ma Lors d’une poussée adverse au niveau des épaules, contrôlez au niveau des coudes en remontant et poussant vers l’Ar.

TE HODOKI font partis des TSUKAMI KATA: Dégagement de saisies, riposte par atemi (éducatif privilégié sur saisies de références)

MAE : de face

Jyunte Dori : saisie du poignet en vis-à-vis externe

Gyakute Dori : Saisie du poignet en vis-à-vis interne

Dosokute Dori : saisie du poignet en oblique interne

Ryote Ippo Dori : saisie du poignet à 2 mains

Ryote Dori : saisie des 2 poignets

Muna Dori (Mae Eri Dori) : saisie des revers à 1 main

Sode Dori : saisie des 2 manches à hauteur des bras

Mae Kumi Tsuki : avant encerclement de face (type plaquage)

USHIRO : arrière

Ushiro Eri Dori : saisie du revers de col à hauteur de la nuque

Ushiro Ryote Dori : saisie des 2 poignets

Ushiro Uwate Dori : encerclement à bras le corps par-dessus les bras

Ushiro Shitate Dori : encerclement à bras le corps sous les bras

Ushiro Katate Dori eri Shime : saisie et contrainte d’un bras en armlock et étranglement

Ushiro Ryo Sode Dori : saisie des 2 manches

TSUKI et UCHI WASA : les attaques

Tsuki Jodan : coup de poing direct au visage

Tsuki Chudan : coup de poing direct à l’abdomen

Choku Tsuki : coup de poing direct dans l’avancée du corps

Koshi Stuki : coup de poing direct avec les hanches

Hiki Stuki : coup de poing direct en retrait de bassin

Omote Yoko Men Uchi : frappe circulaire intérieure sur le cote de la tête

Ura Yoko Men Uchi : frappe circulaire en revers sur le cote de la tête

Shomen Uchi : frappe verticale sur le sommet de la tête

Mae Geri : coup de pied direct de face

Yoko Geri : coup de pied direct latéral

Mawashi Geri : coup de pied direct vers l’AV

Ura Mawashi Geri : coup de pied circulaire en AR vers l’AR

Ushiro Geri : coup de pied arrière direct

NAGE WASA : techniques de projections

Mukae Daoshi : renversement en allant à la rencontre

Ura Mukae Daoshi : idem mais en revers

Koshi Nage : projection de hanche

Ushiro Kata Otoshi : faire tomber vers l’ar par actions sur les épaules

Ushiro Hiki Otoshi : faire tomber vers l’ar en tirant sur un bras

Mae Hiki Otoshi : faire tomber vers l’av en tirant sur un bras

Te Ushi Mata Gaeshi : renversement par percussion de la main de l’int de l’entre jambe

Gyaku Te Ushi Gaeshi : idem mais position du corps inversée

Do Gaeshi : renversement direct du buste à bras le corps

Gyaku do Gaeshi : idem mais position du corps inversée

TOBU WASA : techniques de tête

Hachi Mawashi : faire tourner le haut de la tête (haut du casque)

Mae Tobu Nage : projection vers l’av par saisie de la tète

Ura Tobu Nage : Idem mais position du corps renversée

KOTE WASA : techniques de poignet

Kote Gaeshi : renversement du poignet (forme flexion)

Neji Kote Gaeshi : retournement du poignet (forme torsion)

Gyaku Kote Gaeshi : idem mais mains inversées

Yuki Chigae : aller en se croisant

Kote Kudaki : briser le poignet en morceaux

UDE WASA : techniques de bras

Shiho Nage : dans ttes les directions

Tembim nage : la balance

Ura Ude Nage : le bras en revers

Robuse : la rame, mouvement d’amener au sol

Ude Garami : emmêler le bras (actions niveau sup)

Juji Garami : bras entre croises

Ura Kata Ha : repliement du bras dans le dos en aile de poulet

Kataha Otoshi : aile de poulet et faire tomber

Eri Tori Kata Ha : aile de poulet avec saisie du col

Mae Hiji Kudaki : briser le coude en morceaux (vers l’av)

Ushiro Hiji Kudaki : idem (vers l’Ar)

Hiji Gaeshi : renversement du coude

Ude Kake Mae Hiji Otoshi : faire tomber par crochetage du bras en tirant vers l’av

ASHI WASA : techniques de jambes

Ashi Tori Oshi Taoshi : prise et poussée de la jambe

Ashi Tori Sukui Taoshi : idem mais ave ramassage en cuillère

Ashi Tori Neji Taoshi : idem mais avec torsion

SHIME WASA : techniques d’étranglement

Ude jime (1 étranglement) : avec le bras

Eri jime (2 étranglement) : avec le col

Kataha Jime (3 étranglement) : aile de poulet

Oyayobi Jime (4 étranglement) : avec le pouce

Genko jime (5 étranglement) : avec le poing

SUTEMI WASA : techniques de sacrifice de la verticalité du corps entrainant la chute du partenaire

Han Sutemi : sutemi termine à genoux

Kubi Otoshi sutemi (1 sutemi) : poussée sur le cou

Hazu Otoshi Sutemi (2 sutemi) : poussée sur l’abdomen

Harite Sutemi (3 sutemi) : poussée de la paume de la main à hauteur au visage

Hiji Kake Sutemi (4 sutemi) : crochetage du coude

Soto Waki Tori Sutemi (5 sutemi) : prendre sur le cote en extérieur

Ude Tomoe Sutemi (6 sutemi) : roue autour du bras

Ude Kake Sutemi (7 sutemi) : crochetage du bras

Gyaku Ude Kake Sutemi (8 sutemi) : idem mais position inversée

Eri Tori Sutemi (9 sutemi) : saisie au col

Hiji Oshi Sutemi (10 sutemi) : poussée du coude

Do Gaeshi Sutemi (11 sutemi) : renversement du buste

Tobi Nori Sutemi (12 sutemi) : sauter et faire voler

Kan Nuki Otoshi Sutemi (13 sutemi) : avec verrou

OSAE WASA : techniques d’immobilisation

Hiji Kansetsu : clé sur coude

Kata Kansetsu : clé sur l’épaule

Te Kubi Kansetsu : clé sur le poignet

Ude Kansetsu : clé sur le bras

HIKIITATE WASA : techniques de contrainte pour entrainer

Kan Nuki Hikitate : verrouillage du bras

Hiji Mage Hikitate : écrasement de la main sur l’av bras, coude plie

Kataha Jime Hikitate : aile de poulet et étranglement

Shiho Hikitate : ttes les directions

BUKI DORI : les armes : Dans l’application manuelle :

Tanto Dori : poignard

Tanbo Dori : bâton court

Hambo Dori : bâton moyen

Tonfa Jutsu : techniques variées de défense avec bâton à poignée latérale

DAITO RYU  : Le DAITO RYU AIKI-JUJ AIKI JUJUTSU : Ecole historique (comportant 5 séries de katas, de Ikkajo à Gokkajo) (fin XIX siècle) est un art martial tourne vers une efficacité immédiate, sobre et utilitaire de .maitre TAKEDA Tokimune

http://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/t_historique.gif

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/t_daito.gif


http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_l2.gifHistoire du daito ryu, littéralement école du grand EST, est d'abord l'histoire d'un clan médiéval du japon, le clan TAKEDA. C'est en effet de l'art secret réservé aux dirigeants de ce clan que sont nées les techniques du daito ryu. La tradition fait remonter l'origine de l'art jusqu'à SHINRA SABURO MINAMOTO NO YOSHIMITSU.   

    Ce guerrier était l'héritier d'un art de combat du clan GENJI, le

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gif







http://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/daito02.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gif
http://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/daito01.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/daito03.gif







TEGOI. Lutteur de sumo émérite, Yoshimitsu a vécu dans le château Saburo Daito à Oe (pref de Shiga). Il fut nommé gouverneur de la province de KAI en reconnaissance de ses hauts faits durant les guerres de Gosannen no Eki (1083-1087).   


http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_l2.gifun de ses descendants, YOSHIKYIO s'installa dans le village de TAKEDA et en prit le nom. Le clan se fortifia au fil des siècles et sa renommée se fit grande lorsque TAKEDA HARUNOBU dit "SHINGEN" (1521-1573), en prit la direction. L'histoire de ce célèbre Daimyo est particulièrement connue grâce au film d'Akira Kurosawa "KAGEMUSHA".

   Devant les lourdes menaces que faisaient peser sur le clan TAKEDA, les clans ODA et TOKUGAWA, il demanda à son neveu TAKEDA KUNITSUGU de s'installer à AIZU (pref de Fukushima), ce qui fut fait en 1574. La suite lui donna raison car en 1575, la défaite du clan TAKEDA à NAGASHINO, entraîna le seppuku du Daimyo KATSUYORI, fils de Shingen, l'élimination de son armée et l'invasion de la province de Kai.

    Accueilli par MORIUJI ASHINA chef du clan de AIZU, KUNITSUGU accepta, en reconnaissance pour son hôte, d'enseigner le fameux art de combat des Takeda, l' AIKI IN HO YO, aux hauts dignitaires du clan AIZU. Ses descendants s'établirent en tant que prêtres dans les temples de la province et transmirent les principes secrets de leur art de combat. Le lieu central de cet enseignement fut le dojo NISHINKAN.        http://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/daito04.jpg


    http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_e.gifn 1643, un seigneur nommé HOSHINA MASAMORI, apparenté à un vassal du clan Takeda et surtout aux Shogun Tokugawa, devient le chef du clan d'AIZU. Conseiller des Tokugawa durant 20 ans, il modifia l'art et en fit un art de maintien de la paix dans le palais : L'Oshikiuchi (litt défense de la cour) était né.
Par ailleurs il étudia les techniques De l'école de sabre Hono Ha Itto ryu et exigea que chaque successeur du seigneur d'AIZU transmette systématiquement l'enseignement de ces deux écoles. C'est la famille SAIGO qui au fil des générations assurera cette transmission.       

    La reconnaissance suprême vint lorsque le Shogun demanda au Clan Aizu de former désormais ses gardes personnels.
Un membre de la famille Takeda, TAKEDA SOEMON (1758-1853), prêtre shinto versé dans plusieurs arts de combat, dévoila les secrets de l'AIKI IN HO YO et de l'OSHIKIUCHI à son fils TAKEDA SOKICHI ainsi qu'à SAIGO TANOMO du clan AIZU. TAKEDA SOKICHI devint un sumotori de grande renommée.       

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_s.gifAIGO TANOMO (1829-1905) a suivi l'enseignement de SOEMON au NISHINKAN dès l'âge de 10 ans. Plus tard, il devint O karo (grand intendant) du clan AIZU, dans une période troublée où le shogunat des Tokugawa était menacé. En effet les clans SATSUMA et CHOSU s'allièrent contre le shogunat pour restaurer le pouvoir de l'empereur.       
SAIGO TANOMO prit la tête des armées du clan AIZU et affronta les armées ennemies, mieux préparées et bien supérieures en nombre. Il fut défait à la bataille de Shirakawaguchi, en 1868. Les troupes ennemies envahirent le clan AIZU, assiégèrent le château TSURUGAJO à AIZU. Le clan fut décimé et la plupart des dignitaires périrent ou se firent Seppuku.

    SAIGO Tanomo, ayant échappé à la mort, se retira alors sous le nom de HOSHINA GENSHIN (et H. CHIKANORI), en tant que Grand prêtre du temple des Tokugawa à NIKKO ( AIZU NIKKO TOSHOGU). Cependant, sa famille ayant été presque entièrement détruite, il se trouvait privé de descendance. Il chercha donc un successeur pour préserver l'art du clan. Ce fut d'abord Shida Shiro puis Takeda Sokaku


http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_s.gifHIDA SHIRO ( 1866-1922) fut sélectionné dès l'âge de 9 ans pour devenir le successeur de SAIGO Tanomo et reçut de sa part un enseignement poussé. En 1882, il changea son nom pour celui de SHIRO SAIGO.       
Il rencontra cependant en 1883 Me JIGORO KANO, alors très jeune et fut subjugué par ce professeur aux idées modernes. Il abandonna alors le Daito ryu et devint l'élève de Jigoro Kano.

    Cependant, il se servait des techniques de l'Oshikiuchi pour relever les défis, nombreux à l'époque (parmi ces techniques, le fameux Yama Arashi, tempête dans la montagne). Il fut immortalisé à l'écran par A. KUROSAWA sous le nom de Sugata Sanshiro. Il abandonna également le Judo quelques années plus tard.       


http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_t.gifAKEDA SOKAKU (1860-1943) reçut dans sa jeunesse l'enseignement de son père, TAKEDA SOKICHI. Par la suite il fut formé, de 1875 à 1898, par Saigo Tanomo. Il reçut également l'enseignement de l'école de sabre Jiki shinkage Ryu et de l'Hozoin Ryu (art de la lance). Il reçut le menkyo kaiden d'Oshikiuchi des mains de Saigo Tanomo en 1898. A la demande de ce dernier, il ouvrit l'enseignement des techniques du clan à d'autres personnes.     
  Pour nommer son art il utilisa le nom DAITO, qui était celui du château du fondateur du clan, puis le terme AIKI en référence à l'ancien art de combat l'AIKI IN HO YO et enfin Ju-jutsu (techniques souples).http://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/daito05.jpg

«  La technique est brève, rustique, directe, sans complaisance mais contrôlée, dure et réellement efficace. Il n’y a ni jeu, ni expression libre, apanage des arts martiaux modernes. Une attaque= une réponse qui doit être décisive »…………….. Maitre Alain FLOQUET

Ikkajo et Nikkajo (1 et 2 séries)

Idori (Swari wasa) : série de techniques en défense à genoux

Tachi Ai : série de techniques en défense debout, attaques de face

Ushiro Dori : série de techniques en défense, attaques par l’Ar

Hanmi han tachi Wasa : série de défense à genoux contre adversaire attaquant debout (dénommé « Go Ten »défense dans la forteresse)

KATA : Les Kata

Kihon Nage Wasa : Kata fondamental des techniques de projection

Kihon Osae Wasa : kata fondamental des techniques d’immobilisation

Happoken Kata : kata de frappe dans les 8 directions

Suwari wasa : Kata fondamental des techniques à genoux

Tai No Kata : Kata historique (armure)

Tanto No Kata : Kata de poignards

Tambo No Kata : Kata de bâton court

Gen Ryu No Kata : kata des origines

Iai Jutsu : art de dégainer (Ken) de l’école Yoseikan et de l’école Katori

RANDORI : combat en application dynamique et réaliste

Wa No Seishin : forme dynamique, souple et en harmonie de mouvements amenant à la chute

Ju No Dori : forme souple

Futari Dori Randori : contre 2 adversaires (techniques)

Taninzu Dori Randori : plus de 2 adversaires (esquives/canalisations)

Buki Dori Randori : contre des armes (tanto, tambo, hambo)

D’autres éléments s’ajoutent et vous les découvrirez pendant votre parcours, ils sont décrits plus loin.

L’Aikibudoka ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui sans la pratique des Armes.

KOBUDO : signifie « Art martial ancien »

KATORI SHINTO RYU (pratique traditionnelle) Ecole historique de Maitre SUGINO Yoshio

Armes traditionnelles Japonaises

http://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/t_historique.gif

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/t_ksr.gif

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gif
le katori shinto ryuhttp://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/calbt.gifle temple katori jinguhttp://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/calbt.gifportfoliohttp://www.aikibudo.com/akbd/version_fr/01_historique/images/calbtliens.gif

T e n s h i n S h o d e n K a t o r i S h i n t ô R y u









http://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/ksr02.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gif
http://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/ksr01.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/rubriques/rectbleu1.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/ksr03.gif







http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_c.gifhoc du monde moderne et de la tradition la plus ancienne ; à peu de distance de l'endroit où se posent en rugissant les jets internationaux ralliant l'aéroport de Narita, près de Tokyo, se trouve une école traditionnelle japonaise de l'art du sabre, le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu.  Cette école a été fondée au milieu du XVème siècle et constitue aujourd'hui la plus ancienne des écoles traditionnelles de sabre au japon.   

    Cet art est dû à un valeureux guerrier du nom de IIZASA IENAO. Né en 1387 à Iishino,près de la ville de katori, dans la province de CHIBA, en pleine période MUROMACHI (voir histoire du japon), il était au service du seigneur de la province, le clan Chiba. D'après les renseignements qui sont parvenus jusqu'à notre époque, il aurait aussi été durant une brève période de sa vie, maître d'armes du Shogun Ashikaga Yoshimasa.   


http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_a.gifprès la disgrâce de la famille Chiba, ayant compris que les guerres et les conflits ne pouvaient qu'entraîner la ruine de la noblesse, il se retira au temple de Katori, l'un des trois sanctuaires shintô les plus révérés au japon (les deux autres étant Kashima et Ise) sous le nom de Chosai Ienao.   

    Le temple de Katori était consacré à Futsunushi no kami, une divinité tutélaire du monde martial, particulièrement importante pour tous les guerriers. Là, il menait de pair sa vie monastique et un entraînement rigoureux accompagné d'un enseignement à ses disciples. D'après la légende, un disciple eut l'idée saugrenue de laver le cheval de Chosai avec l'eau de la fontaine sacrée, réservée à la purification des fidèles. Que croyez-vous qu'il arriva ? le cheval en creva. Comprenant la puissance de la divinité Shintô du temple, le maître Chosai Ienao se retira sur le mont Umeki, non loin du temple durant 1000 jours, pour prier, jeûner et s'entraîner.

    C'est à la fin de cette ascèse que le maître, "inspiré par le dieu", définit la doctrine de son école. C'est pourquoi il fit précéder le nom de l'école par "TENSHIN SHODEN" ce qui peut être traduit par "tradition céleste véridique et fidèle".

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_d.gife nombreuses autres légendes courent sur la vie de ce maître exceptionnel qui mourut selon les informations détenues au temple à l'âge de 102 ans en 1488. Pour l'époque, il s'agit véritablement d'une longévité exceptionnelle, quasi surnaturelle ! !
Lorsqu'on venait le défier, ce qui n'était pas rare, dans un temple très fréquenté par des guerriers, il invitait d'abord le guerrier à discuter avec lui. Ses disciples étendaient alors une natte tressée sur des bambous nains. Le maître Chosai, savait s'y asseoir sans que les bambous ne plient sous son poids. Généralement le "challenger" comprenait que cet homme avait atteint un niveau bien supérieur au sien et renonçait spontanément à son projet de défi. Ensuite le maître lui exposait longuement qu'au lieu de rechercher la meilleure façon de tuer les autres, un guerrier doit apprendre à se comporter humainement, à améliorer son esprit.
D'ailleurs le maître interdisait à ses disciples de se battre et cela figure dans le KEPPAN, l'engagement d' entrée dans l'école, que l'on signe de son sang.

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_d.gife nombreux pratiquants de haut niveau après avoir été formés au Katori, poursuivaient leur chemin à travers le japon et finissaient par fonder des écoles qui devinrent célèbres.   

    Ainsi l'école voisine, Kashima shin Ryu, a été fondé par Matsumoto Bizen (1468-1524), dont la famille occupait la prêtrise du temple shintô de kashima. Or Matsumoto Bizen a d'abord été un élève de CHOSAI. L'un des élèves de Bizen est beaucoup plus célèbre que lui, puisqu'il s'agit de Tsukahara Bokuden (1489-1571). Ce dernier fut d'abord un élève du Katori avant de devenir un disciple du Kashima. Pour finir, il fonda sa propre école, sous le nom de Shintô Ryu. Il fut maître d'armes de 3 shogun de la famille Ashikaga.   

http://www.aikibudo.com/akbd/gif/pix.gifhttp://www.aikibudo.com/akbd/gif/lettrines/hist_d.gifans son livre le GO RIN NO SHO, Myamoto MUSASHI parle de l'art des moines du Shinto ryu. D'ailleurs le toût premier duel livré par Musashi à 12 ans, et qu'il gagna, l'opposait à un pratiquant de shintô ryu, l'école de Bokuden.   

    Par la suite la tradition du Katori s'est poursuivie au fil des siècles. Vingt soke (héritiers) se sont succédés au sein du Katori, mais il y eut beaucoup de maîtres, de shihan qui sans faire partie de la famille IIZASA,détenaient l'entière connaissance du contenu de l'ecole. Chacun a apporté sa touche à l'édifice. Quand au shintô ou voie des dieux, elle indique le chemin, que chaque génération emprunte, guidée par la précédente. Ainsi s'est transmis jusqu'à nos jours cet art merveilleux qui, à partir d'une technique meurtrière, apporte en fait paix et sérénité à ceux qui poursuivent la voie.   http://www.aikibudo.com/akbd/photos/01_historique/ksr04.jpg

-Le Sabre(KEN)

-Le Bâton long (BÖ)

-La hallebarde (NAGINATA)

-La lance (YARI)

C’est une étude complémentaire à celle des techniques à mains nues et les relations entre le mouvement de la main et celui du sabre sont multiples.

-L’une apporte davantage en ce qui concerne l’assise du corps, le sens de la précision et la rigueur.

-L’autre met l’accent sur la disponibilité du corps et de l’esprit, la rapidité, la souplesse et la sureté du jugement.

Par contre ils insistent tous les 2 sur la concentration, l’absence de peur, la détermination, l’attitude parfaite avec le respect d’autrui.

« SA PRATIQUE EST UN VRAI COMPLEMENT DE L AIKIBUDO »

Programme complet de la TENSHIN SHODEN KATORI SHINTO RYU

KEN-JUTSU : Technique de sabre

BO-JUTSU : Technique de bâton

NAGINATA-JUTSU : Technique du fauchard

IAI-JUTSU : technique de coupe en tirant le sabre du fourreau

RYOTO-JUTSU : Techniques des 2 sabres

KODACHI-JUTSU : Technique du petit sabre

SOO-JUTSU : Technique de la longue pipe (YARI)

SHURIKEN-JUTSU : techniques du lancer de pointes

JU-JUTSU : Technique de combat à mains nues

NIN-JUTSU : Technique d’espionnage

SEN-JUTSU : Stratégie

CHIKUJO-JUTSU : Technique de construction de fortification

GLOSSAIRE

Les parties corporelles

AGO : Menton AKIRESUKEN : Tendon d’Achille ASHI : Jambe, pied ATAMA : Tête

DO : Tronc DOSOKU : Même cote (Do=même SOKU =cote)

EMPI : Coude (moderne) »Coude

GENKO : Poing

HARA : Ventre HARITE : Technique de Sumo : frapper ou pousser avec la paume de la main sur le cote du visage HAZU : Flanc, cote HIJI : Coude HIZA/HITTSUI : Genou

HIZA-KANSETSU : Articulation du genou

JINCHU : Sous le nez

KACHIKAKE : Gorge KAKATO : Talon KANSETSU : Jointure, articulation KASUMI : Tempe

KEN : Poing KENTEKI : Testicules KOSHI (goshi) : Hanche KOTE : Av-bras KUBI : Nuque

MATA : Cuisse MEN : Face, visage MUNE (muna) : Poitrine MYOJO : Centre du ventre

OYAYOBI : Pouce

SAKATE : Oppose, inverse=Gyaku SHINZO : Cœur SHOMEN : Devant SOKU : Pied

SUIGETSU : Plexus solaire SUNE : Tibia

TEISOKU : Plante du pied TE : Main TEKUBI : Poignet TENTO : Dessus de la tête

TOBU : Tête

SURIGANE : Parties génitales

UDE : Bras

WAKI : Aisselles

YUBI : Doigt

LES CHIFFRRES

ICHI : 1 ROKU : 6 JUICHI : 10+1 JUROKU : 10+6

NI : 2 HICHI : 7 JUNI : 10+2 JUHICHI : 10+7

SAN : 3 HACHI : 8 JUSAN : 10+3 JUHACHI : 10+8

SHI (yon) : 4 KYU(Kyu) : 9 JUSHI : 10+4 JUKU(Jukyu) : 10+9

GO : 5 JU : 10 JUGO : 10+5 NIJU : 2x10

SANJU : 3x10 YONJU (shiju) : 4x10 GOJU : 5x10 ROKUJU : 6x10

HICHIJU : 7x10 HACHIJU : 8x10 KYUJU : 9x10 HYAKU : Cent

SEN : Mille



LES ARMES





La loi n° 2012-304 du 6 mars 2012   modifie les règles d'acquisition et de détention des armes ainsi que le régime des sanctions pénales.

Elle crée 4 catégories au lieu des 8 précédentes et le nouveau classement repose non plus sur les caractéristiques techniques des armes mais sur leur dangerosité.
1° Catégorie A : matériels de guerre et armes interdits à l'acquisition et à la détention, sous réserve des dispositions de l'article L. 2336-1.
« Cette catégorie comprend :
« ― A1 : les armes et éléments d'armes interdits à l'acquisition et à la détention ;
« ― A2 : les armes relevant des matériels de guerre, les matériels destinés à porter ou à utiliser au combat les armes à feu, les matériels de protection contre les gaz de combat ;
« 2° Catégorie B : armes soumises à autorisation pour l'acquisition et la détention ;
« 3° Catégorie C : armes soumises à déclaration pour l'acquisition et la détention ;
« 4° Catégorie D : armes soumises à enregistrement et armes et matériels dont l'acquisition et la détention sont libres.
Article L2338-1

Le port des armes des catégories A, B ainsi que des armes de la catégorie D figurant sur une liste fixée par un décret en Conseil d’Etat ou d'éléments essentiels des armes des catégories A et B ou de munitions correspondantes est interdit ainsi que leur transport sans motif légitime

1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Cours à la force physique. Ai iconLe cours de physique est détaillé en 9 chapitres
«iii- l’air qui nous entoure Lien entre agitation thermique et température» du programme de physique de la classe de seconde à l’aide...

Cours à la force physique. Ai iconI) Force de Laplace 1) mise en évidence de la force de Laplace (voir p 76 a la force de Laplace

Cours à la force physique. Ai iconL Es lois de newton
«force» et «vitesse», mais entre «force» et «variation de vitesse» entre deux dates

Cours à la force physique. Ai iconForce d’attraction gravitationnelle et vitesse de liberation
«Tout corps matériel dans l’univers attire tout autre corps avec une force directement proportionnelle au produit de leurs masses...

Cours à la force physique. Ai iconLe programme de physique chimie en terminale stl, spcl, est composé...

Cours à la force physique. Ai iconLa définition fiscale française du trust
Pour l’application du présent titre, on entend par constituant du trust soit la personne physique qui l’a constitué, soit, lorsqu’il...

Cours à la force physique. Ai iconLa nouvelle obligation du trustee de déclaration des trusts
Pour l’application du présent titre, on entend par constituant du trust soit la personne physique qui l’a constitué, soit, lorsqu’il...

Cours à la force physique. Ai iconSport et Education physique : une seule histoire ?
«l’ep dès lors qu’elle devient Sportive, est-elle une éducation sportive, une éducation physique par le sport, ou une éducation physique...

Cours à la force physique. Ai iconLa force est une grandeur vectorielle ayant une grandeur et une orientation
«somme») ainsi que celles dans le sens vertical ( Fy = 0), alors la force nette sur l’objet est nulle et l’objet maintient un mouvement...

Cours à la force physique. Ai iconPremière s : Accompagnement personnalisé : Quand la physique rencontre...
«La physique ne nous donne pas seulement l’occasion de résoudre des problèmes; elle nous aide à en trouver les moyens et cela de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com