Cours à la force physique. Ai





télécharger 0.53 Mb.
titreCours à la force physique. Ai
page5/8
date de publication19.03.2018
taille0.53 Mb.
typeCours
d.20-bal.com > loi > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8

Principe : La production d'un certificat médical d'aptitude vise à protéger les pratiquants contre les risques de santé prévisibles : elle peut être exigée par un organisateur d'activités physiques ou sportives en raison d'une obligation légale ou en raison d'une préoccupation spontanée.


Un certificat médical ne peut pas indiquer une aptitude générale au sport : il certifie l'absence de contre-indication à la pratique de tel(s) ou tel(s) sport précisément identifié(s).

Attention : Les pratiquants peuvent se voir opposer un certificat de contre-indication établi par le médecin de la fédération sportive chargé de leur surveillance médicale, qui annule tout certificat d'aptitude précédent et suspend la validité la licence. La présentation de la licence sportive en cours de validité suffit à démontrer la possession d'un certificat médical d'aptitude récent.



LUTTE ET PREVENTION ANTI DOPAGE




Code du sport Article L232-9

Il est interdit à tout sportif participant à une compétition ou manifestation sportive organisée ou autorisée conformément au titre III du livre Ier du présent code, ou se préparant à y participer :

1° De détenir, sans raison médicale dûment justifiée, une ou des substances ou procédés interdits par la liste mentionnée au dernier alinéa du présent article, pour lesquels l'appendice 1 à la convention internationale contre le dopage dans le sport, adoptée à Paris le 19 octobre 2005, ne prévoit la possibilité de sanctions réduites qu'en cas de circonstances exceptionnelles ;

2° D'utiliser une ou des substances et procédés interdits par la liste mentionnée au dernier alinéa du présent article.

L'interdiction prévue au 2° ne s'applique pas aux substances et procédés pour lesquels le sportif dispose d'une autorisation pour usage à des fins thérapeutiques conformément aux modalités prévues par l'article L. 232-2.

La liste des substances et procédés mentionnés au présent article est celle qui est élaborée en application de la convention internationale contre le dopage dans le sport précitée ou de tout autre accord ultérieur qui aurait le même objet et qui s'y substituerait. Elle est publiée au Journal officiel.

Moyens

- Axe législatif : Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD)

- Axe préventif : Antennes Médicales de Prévention du Dopage (AMDP)

- Axe répressif : sanctions, emprisonnement, amende, fermeture d’établissement

Rôle des fédérations sportives :

- Pouvoir disciplinaire sur les sportifs et sanctions sportives

- Mission de surveillance médicale  du simple pratiquant (loisir) au sportif de HN

Moyens affectés à la lutte contre le dopage :

- Un réseau de 24 médecins conseillers, placés auprès des directeurs régionaux et départementaux (DRDJS).

- Un budget pour la santé des sportifs et à la lutte contre le dopage

Acteurs et intervenants

- Ministère : lois, AFLD, 24 médecins conseillers, numéro vert, écoute dopage, moyens budgétaires

- AMA : agence mondiale antidopage : fondée en 1999 à Lausanne, promotion internationale de la lutte ; instituée à l’initiative du CIO et de certains Etats, recherche, éducation. Supervise "le Code" mondial antidopage

- AFLD : agence française de lutte contre le dopage : autorité publique indépendante, rapprochement avec l’AMA, un collège de 9 membres (trois juristes, trois scientifiques, trois qualifiés du sport) organisation des contrôles, analyses des prélèvements, suivi des procédures disciplinaires, la délivrance des Autorisation d'Usage à des fins Thérapeutique, les actions de recherche, les actions de prévention

- CIO : la lutte contre le dopage dans le cadre des valeurs de l’olympisme, la commission médicale (1967) œuvre dans la protection de la santé des athlètes

- CNOSF : mise en place d’une structure médicale sur les grandes compétitions ; création d’une  « fondation sport santé » à l’intention de tous, grand public ou pratiquants chevronnés : information et prévention

- CONSEIL DE L’EUROPE : harmonisation au niveau international des mesures contre le dopage : ratifié par 49 pays

- UE : rôle important par le biais de la commission européenne : finance les projets pilotes de l’AMA

- UNESCO : rôle majeur dans l’harmonisation mondiale de la lutte ; adoption unanime de états membres de la convention internationale contre le dopage dans le sport : objectifs : elle engage les états membres à conformer leurs pratiques sportives aux principes énoncés par le code mondiale antidopage de l’AMA

Procédure et sanctions disciplinaires

- Si analyse positive ; procédure engagée par la fédération ou AFLD (si non licencié)

- Contre-expertise possible dans les 5 jours

- Puis, Une instruction fédérale en première instance ; audition du sportif

- Délai de 10 semaines en 1ere instance puis 4 mois maximum en appel

- Sanctions applicables définies dans le règlement relatif à la lutte contre le dopage

- Encoure une suspension de 2 à 6 ans de suspension

- Si récidive, de 4 ans à suspension à vie

- Les trafiquants prescripteurs, pourvoyeurs et incitateurs encoures des sanctions pénales jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75000 euros d’amende

Déroulement d’un contrôle antidopage

- Tout sportif peut être contrôlé (licencié ou pas)

- Contrôle de l’AFLD ou par de la DRDJS

- Par des médecins agrées et assermentés, à partir d’un ordre de mission

- Sportif choisi par tirage au sort ou sur libre choix du préleveur

- Le sportif doit se rendre à la salle de contrôle muni d’une pièce d’identité

- Si refus, le sportif sera sanctionné de la même façon que s’il était convaincu de dopage

- Procédure de recueil des urines sous contrôle d’un médecin

- Le contrôle peut comprendre un entretien médical avec le sportif

- Un procès-verbal est rédigé

- Echantillons à l’AFLD, les résultats envoyés confidentiellement au président de la fédération concernée

La prévention du dopage

- formation à la prévention du dopage pour les médecins du sport, les enseignants.

- les fédérations doivent développer une information contre l’utilisation de substances et procédés dopant avec les AMPD

- la surveillance médicale dans le cadre de la licence sportive (certificat médical)



LICENCE




Code du sport Article L131-6 : La licence sportive est délivrée par une fédération sportive ou en son nom. Elle ouvre droit à participer aux activités sportives qui s'y rapportent et, selon des modalités fixées par ses statuts, à son fonctionnement.

Les statuts des fédérations sportives peuvent prévoir que les membres adhérents des associations affiliées doivent être titulaires d'une licence sportive

Principe : Prendre une licence sportive signifie adhérer à un club sportif ou à une fédération sportive.


La FFAAA exige de toute personne souhaitant prendre part à l'une de ses manifestations ou activités qu'elle prenne une licence. Un certificat médical d'absence de contre-indication à la pratique est obligatoire pour la délivrance de la licence fédérale. La licence assure le pratiquant pendant la pratique désignée.

Participation à la vie d'un club sportif : En tant qu'acte d'adhésion à une vie associative, la possession d'une licence sportive ouvre des droits à participer à la gestion du club sportif et de la fédération qui y correspondent. Elle concerne aussi les dirigeants, arbitres, juges, médecins et délégués divers qui contribuent la gestion et au bon déroulement de la vie associative ou des compétitions, qu'ils soient eux-mêmes pratiquants ou non.

Soutien de la discipline : Prendre une licence sportive peut représenter une simple contribution au développement du sport en général ou d'une discipline particulière, sans engagement personnel à pratiquer, encadrer ou animer.




RESPONSABILITES



Notion de Responsabilité :

Au sens courant, c'est assumer sa vie et les conséquences de ses actes : être une personne "responsable".

Au sens moral, c'est rendre compte de ses actes devant sa propre conscience : responsabilité "morale".

Au sens juridique, obligation qui incombe à quelqu'un de répondre de ses actes ou de sa non-intervention.

La responsabilité juridique se divise elle-même en deux catégories

- la responsabilité CIVILE qui correspond à une notion de REPARATION du dommage causé à autrui,

Sanctions encourues : elles consistent dans le versement de dommages et intérêts à la victime

-la responsabilité PENALE qui correspond à une notion de SANCTION pour violation des lois en vigueur.

Sanctions encourues : ce sont des peines : amendes, emprisonnement, travail d'intérêt général.

La responsabilité civile contractuelle : lorsque le dommage dont fait état la victime résulte d'un contrat C’est une obligation de moyens, de résultats. Dans le domaine des APS, cette obligation de moyens se traduit par une OBLIGATION de Sécurité.

La responsabilité civile délictuelle : lorsque le dommage est au contraire indépendant de tout contrat et tous les cas où la responsabilité contractuelle n'est pas mise en jeu

- du fait personnel, volontaire ou involontaire

- du fait d'autrui, parent/enfant, dirigeant/bénévole, employeur/salarié

- du fait des choses, d'un animal, ou d'un bâtiment, que l'on a en garde/usage/contrôle/direction, propriétaire

Exonération et atténuation :

-intervention d'une force majeure

-faute de la victime.

-fait d'un tiers.

La responsabilité pénale : La responsabilité pénale n'est basée que sur la transgression d'une REGLE établie par LA SOCIETE et destinée à assurer sa propre sécurité. Elle s'analyse en trois éléments:

- un élément LEGAL

- un élément MATERIEL

- un élément MORAL
DIRIGEANTS D’ASSOCIATION ET RESPONSABILITE

Le président est le premier responsable. Il gère « en bon père de famille ».

Le président (et aussi l’enseignant) est responsable :

- il aménage les locaux en privilégiant la sécurité et la salubrité

- il est responsable du comportement des élèves pendant la pratique

- il veille à ce que tous les pratiquants soit licencié

La responsabilité contractuelle est engagée dans les associations sportives le plus souvent par un manquement aux conditions de sécurité :

- mauvais état, inadaptation du matériel et des locaux

- défaut d’organisation, défaut de surveillance

- insuffisance ou incompétence du personnel

- imprudence

OBLIGATION D’INFORMATION

L’association à une obligation d’information de ses adhérents et futurs adhérents.

Sur le formulaire qu’ils devront signer, figurent les informations sur les garanties de l’assurance de base. Au dos de ce document sont indiquées les garanties complémentaires qui peuvent être souscrites en plus de la garantie de base.

Lorsque la personne signe le document de demande de licence, elle atteste qu’elle a bien été informée des conditions d’assurance, et atteste également que le club a bien respecté ses obligations d’information.



REDACTION D’UN PLAN DE COURS




Titre du cours

Déroulement de la séance

1) Prise en Main

But : éveiller l'attention des élèves

Moyens : Le salut traditionnel. Puis explication du thème de la leçon. Possibilités d’apports historiques à ce moment, d’explications liées à l’exercice à venir : les Wa no Seishin, les sutemi, les Te Hodoki, etc.

Durée : 2 à 3 minutes

2) Mise en Train

But : réveil de l'organisme : c'est l'échauffement, c'est de préparer le corps à l'effort physique sans le fatiguer. Réveil cardio-pulmonaire, neuromusculaire.

Moyens : éducation physique, jeux, éducatifs spécifiques.

Particularités : selon le travail prévu durant ce cours, certaines parties du corps peuvent être plus spécifiquement mobilisées lors de cette mise en train (genoux, poignets, cervicales, etc.)

Durée : elle est variable et dépend de plusieurs variables : âge des élèves, la spécialité, température (plus longue par temps froid).

3) Partie Technique : Apprentissage de la technique, correction des erreurs, recherche de l'aisance, de l'efficacité, de l'automatisme dans l'exécution.

Moyens : suivant la complexité de la technique ou le degré de connaissance des élèves : par exécution globale ou par exécution analytique.

4) Application : Exécution globale des techniques sans réflexion, sous forme de travail continu et souple. Possibilité de déboucher sur le randori.

5) Retour au Calme : Destinée à favoriser le retour général des fonctions générales du corps à un rythme normal de travail : étirements, stretching, respiration

6) Reprise en Main : Salut traditionnel de fin de cours. Remarques d'ensemble, félicitations, encouragements, critiques, annonce du prochain cours, etc.

La Séance

Préparer une séance dépend :

 Des pratiquants : nombre - âge - sexe

 Du lieu : plein air, salle fermée

 Du temps : froid - chaleur

 de la durée de la séance

 des goûts

 des moyens matériels

 des programmes fixés

Différentes qualités à respecter au cours d'une séance :

 Dosage : quantité - intensité - rythme.

 Progressivité : l'effort doit être lent

 Continuité : sans aucun arrêt

 Attrait : motivation

Comportement de l'Educateur

L'éducateur a un rôle important à jouer, il doit d'être :

 Dynamique

 convaincre, avoir la foi, l'enthousiasme

 être en bonne condition physique

 avoir une bonne prestance, du maintient

Conduite à Tenir au Cours d'une Séance

L'éducateur doit :

 parlez clairement pour être bien compris, être bref, précis.

 connaître son sujet

 être vu par tout le monde lors des explications

 bien se placer lors des démonstrations et en changeant les axes

 faire des démonstrations correctes, ni hachurées

 laisser l'initiative au groupe, observer les acteurs (pratiquants)

 les encourager, les motiver

 veiller aux signes de fatigue essoufflements, maladresse, douleur etc;



SECURITE et HYGIENE du DOJO



CODE DU SPORT Art. A. 322-141 : Toute salle où sont pratiqués les arts martiaux doit présenter les garanties minimales d'hygiène, de technique et de sécurité suivantes :

1o Aire de travail : Surface minimum du tapis : 25 m2, sans obstacle tel que pilier ou colonne et largeur minimum : 3,50 m. Au-dessus de 6 couples pratiquants, cette surface sera augmentée de 4 m2 par couple.

2o Équipement de la salle– Hauteur minimum sous plafond, poutre ou tout autre obstacle tel qu'éclairage : 2,50 m.– Protection de la salle par le capitonnage des obstacles de toute nature (angles, piliers, radiateurs...) situés à une distance inférieure à 1 mètre du tapis et ce, sur une hauteur de 1,50 mètre en partant du sol.– Les matériaux de protection doivent correspondre aux normes de sécurité en vigueur. Interdiction du verre armé dans le vitrage.

3o Dispositions diverses– Existence d'un nécessaire médical de premier secours en vue des premiers soins à apporter en cas d'accident.– Existence d'un téléphone et affichage à proximité de ce téléphone, des numéros d'appel du SAMU, des pompiers, du médecin et d'un responsable de la salle ou du club, de l'hôpital, de l'ambulance.

Équipement sanitaire

Règlement sanitaire départemental Titre III

Dispositions applicables aux bâtiments autres que ceux à usage d'habitation et assimilés.

Généralement

2 WC, 2 urinoirs

1 salle de douche collective, 2 cabines de douche individuelle, main courante obligatoire (caillebotis interdits, même en plastique)

Système de ventilation, 30 m3/h par pratiquants

CONTROLE DES DOJOS

Les inspecteurs Jeunesse et Sports contrôlent les dojos.

La Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales(DDAS) contrôle l’hygiène et la sécurité.

La Direction Générale des Impôts contrôle l’emploi des salariés

Le PREFET peut décider de la fermeture d’un établissement pour non-respect des conditions :

- d’honorabilité.

- d’assurance.

- d’hygiène.

- de sécurité.

Et/ou sur demande du procureur de la république,

CONDITIONS D’OUVERTURE D’UN DOJO

Pour l’exploitant

- posséder l’honorabilité

- avoir une assurance responsabilité civile de l’exploitant, des employés, des pratiquants

- déclarer l’activité au Préfet (sous-préfet) deux mois avant l’ouverture
Pour l’éducateur

- posséder l’honorabilité

- être assuré

- être titulaire d’un diplôme d’enseignement

Pour la salle :

Conformes à l’hygiène et aux règles techniques de sécurité en vigueur



DIPLOMES ENSEIGNEMENT




Code du sport Article L212-1 Seuls peuvent, contre rémunération, enseigner, animer ou encadrer une activité physique ou sportive ou entraîner ses pratiquants, à titre d'occupation principale ou secondaire, de façon habituelle, saisonnière ou occasionnelle,(…) sous les titulaires d'un diplôme, titre à finalité professionnelle ou certificat de qualification

LES DIPLOMES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS




Métiers du Sport

Métiers de l'animation

Niveau I (Ingénieur)

BEES 3ème degré (1)




Niveau II (Bac+4)

DEDPAD (2) - DESJEP (8)

BEES 2ème degré (1)




Niveau III (BTS)

DEJEPS (7)

DEFA (3) - DEJEPS

Niveau IV (Bac)

BPJEPS (4)

BEES 1er degré (1)

BEATEP (5)

Niveau V (Bep-Cap)

BAPAAT (6)

1 Brevet d'Etat d'Educateur Sportif (3 degrés)

2 Diplôme d'Etat de Directeur de Projet d'Animation et de Développement

3 Diplôme d'Etat aux Fonctions d'Animation

4 Brevet Professionnel de Jeunesse, Education Populaire et Sports

5 Brevet d'Etat d'Animateur Technicien de l'Education Populaire et de la Jeunesse

6 Brevet d'Aptitude Professionnelle d'Assistant Animateur Technicien de la J&S

7 Diplôme d'Etat de la Jeunesse, de l'Education populaire et du sport

8 Diplôme d'Etat Supérieur de la Jeunesse, de l'Education populaire et du Sport 
DEJEPS diplôme d’Etat de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport : Diplôme de niveau III qui permet l’enseignement de l’Aikibudo contre rémunération. Ce diplôme atteste des compétences suivantes :

- concevoir des programmes de perfectionnement sportif

- coordonner la mise en œuvre d’un projet de perfectionnement

- conduire une démarche de perfectionnement sportif

- conduire des actions de formation

Modalité d’obtention-à l’issue d’une formation continue en UC ou par le biais de la VAE

Durée de formation : 1200 h dont 500 h en structure d’accueil.

Unités capitalisables :

UC 1 : être capable de concevoir un projet d’action,
UC 2 : être capable de coordonner la mise en œuvre d’un projet d’action,
UC 3 : être capable de conduire une démarche de perfectionnement sportif dans une discipline,
UC 4 : être capable d’encadrer la discipline sportive définie dans la mention en sécurité.
DESJEPS diplôme d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport : Diplôme de niveau II qui permet l’enseignement de l’Aikibudo contre rémunération. Ce diplôme atteste des compétences suivantes :

- préparer un projet stratégique de performance

- piloter un système d’entraînement

- diriger un projet sportif

- évaluer un système d’entraînement

- organiser des actions de formation de formateurs

Modalité d’obtention à l’issue d’une formation continue en UC ou par le biais de la VAE.

Unités capitalisables :

UC transversales :

UC 1 : être capable de construire la stratégie d'une organisation du secteur

UC 2 : être capable de gérer les ressources humaines et financières d'une organisation du secteur

UC de la spécialité :

UC 3 : être capable de diriger un système d'entraînement dans une discipline.

UC de mention :

UC 4 : être capable d'encadrer la discipline définie dans la mention en sécurité
LE DIPLOME FEDERAL BF : Diplôme fédéral qui permet l’enseignement de l’Aikibudo bénévolement. Ce diplôme atteste des compétences suivantes :

- préparer une action d’animation

- animer, encadrer, accompagner un groupe dans le cadre d’un projet

- mobiliser les connaissances nécessaires à la conduite des activités professionnelles

- maitriser les outils techniques de l’Aikibudo

Modalité d’obtention-à l’issue d’un examen
LE DIPLOME PROFESSIONNEL : CQP Certification de Qualification Professionnelle : Le CQP Assistant professeur d’arts martiaux (CQP APM) enregistré par l’arrêté du 13 novembre 2009 au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) pour 5 ans et au code du sport le 17 mai 2010.

Pour exercer, le titulaire du CQP APAM devra obtenir tous les 5 ans à compter de la date de délivrance de son diplôme un certificat d’aptitude à l’exercice de la fonction d’assistant professeur d’arts martiaux (CAEFAPAM) renouvelable à l’issu d’une formation de 14h.

Le CQP permet d’enseigner à titre rémunéré, en activité secondaire ou à temps partiel jusqu’ 300 heures par an. (i.e. 3 fois 2h30 par semaine pendant 40 semaines)

Il permet donc d’enseigner en autonomie et de délivrer des grades jusqu’au 1er Kyu.

Modalité d’obtention- à l’issue d’une formation continue en UC ;
- par le biais de la VAE

- par examen

Unités capitalisables : UC1 : Concevoir un projet d’enseignement au sein d’un club

UC2 : Mettre en œuvre un projet d’enseignement dans un club

UC3 : Participer au fonctionnement d’un club

Par VAE : Pour les licenciés FFAAA justifiant de 2400 heures d’expérience en lien avec le CQP APAM mention Aikibudo sur une durée minimum de 3 ans

Lors du positionnement, la ou les modalités sont définies pour chaque candidat.

Par examen en candidat libre

Positionnement

Cas A : Aucune expérience ni BF : Stage avec tutoré de 50h + 110 h de formation

Cas B : Titulaire d'un BF de moins de 3 ans : Pas de stage tutoré et allègement possible de 60 h; reste 50 h de formation

Cas C : Titulaire d'un BF de plus de 3 ans avec expérience d'enseignement : Pas de stage tutoré et allègement total possible. Si l'allègement total est confirmé, examen en candidat libre.



CRITERES D’EVALUATION





Critère 1
Attitude


Critère 2
Expression


Critère 3
Précision


Attitude corporelle: Shisei

Distance: Ma Ai

Contrôle technique

Équilibre
Posture
appuis au sol
Verticalité
Mise en garde


Respect de la distance de travail
Positionnement pendant l'attaque
Placement en fin d'esquive


Précision d'exécution de la technique
Contrôle du partenaire par la contrainte corporelle
Respect de l'intégrité du partenaire


Attitude mentale: Zanshin

Déplacement: Tai Sabaki

 

Présence mentale
Vigilance, sécurité active
Concentration


Fluidité du mouvement
Précision du déplacement: angle de déplacement et angle d'action
Coordination bassin/Jambes


 

Détermination: Kime

Canalisation & déséquilibre: Kuzushi

 

Tonicité
Dynamisme
Volonté


Mise en mouvement du partenaire
Déséquilibre du partenaire
Contrôle de son déséquilibre


 
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Cours à la force physique. Ai iconLe cours de physique est détaillé en 9 chapitres
«iii- l’air qui nous entoure Lien entre agitation thermique et température» du programme de physique de la classe de seconde à l’aide...

Cours à la force physique. Ai iconI) Force de Laplace 1) mise en évidence de la force de Laplace (voir p 76 a la force de Laplace

Cours à la force physique. Ai iconL Es lois de newton
«force» et «vitesse», mais entre «force» et «variation de vitesse» entre deux dates

Cours à la force physique. Ai iconForce d’attraction gravitationnelle et vitesse de liberation
«Tout corps matériel dans l’univers attire tout autre corps avec une force directement proportionnelle au produit de leurs masses...

Cours à la force physique. Ai iconLe programme de physique chimie en terminale stl, spcl, est composé...

Cours à la force physique. Ai iconLa définition fiscale française du trust
Pour l’application du présent titre, on entend par constituant du trust soit la personne physique qui l’a constitué, soit, lorsqu’il...

Cours à la force physique. Ai iconLa nouvelle obligation du trustee de déclaration des trusts
Pour l’application du présent titre, on entend par constituant du trust soit la personne physique qui l’a constitué, soit, lorsqu’il...

Cours à la force physique. Ai iconSport et Education physique : une seule histoire ?
«l’ep dès lors qu’elle devient Sportive, est-elle une éducation sportive, une éducation physique par le sport, ou une éducation physique...

Cours à la force physique. Ai iconLa force est une grandeur vectorielle ayant une grandeur et une orientation
«somme») ainsi que celles dans le sens vertical ( Fy = 0), alors la force nette sur l’objet est nulle et l’objet maintient un mouvement...

Cours à la force physique. Ai iconPremière s : Accompagnement personnalisé : Quand la physique rencontre...
«La physique ne nous donne pas seulement l’occasion de résoudre des problèmes; elle nous aide à en trouver les moyens et cela de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com