La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap)





télécharger 94.01 Kb.
titreLa loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap)
page1/3
date de publication16.10.2019
taille94.01 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
COMMUNE DE LUNEVILLE

AIRE DE MISE EN VALEUR DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE (A.V.A.P)

P R E A M B U L E : D E L A Z P P A U P A L ’ A V A P

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des ZPPAUP en le remplaçant par celui d’« Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine » (AVAP). Selon les termes de cette loi, toute procédure de création de ZPPAUP en cours au moment de sa promulgation (ce qui est le cas de Lunéville : prescription de son élaboration en 2008) doit donner lieu à des compléments d’études relatifs à la prise en compte des principes du développement durable. Ceci dans le but de répondre aux exigences de contenu de l’AVAP (mise en compatibilité avec les documents d’urbanisme, définition de règles relatives aux installations visant l’exploitation des énergies renouvelables, prise en compte des objectifs environnementaux…).
Le décret n°2011-1903 du 19 décembre 2011 relatif aux Aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine, se substitue au dispositif des Zones de Protection du Patrimoine Architectural et Urbain, conformément aux articles du code du patrimoine. Il est complété par la Circulaire relative aux aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine, de la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture et de la communication, datée du 2 mars 2012. Le décret définit le contenu et la procédure d’établissement de l’AVAP.

Le dispositif des AVAP conserve les principes fondamentaux qui avaient présidé l’institution des ZPPAUP : il s’agit d’une servitude d’utilité publique dont l’objet est de garantir la qualité du cadre de vide et plus précisément la pérennité et la mise en valeur du patrimoine dont les intérêts s’expriment de multiples manières. Les intérêts culturel, architectural, paysager, historique ou archéologique sont pris en compte au sein de l’AVAP. Les dispositions de l’AVAP sont compatibles avec le PADD du PLU approuvé le 13 juin 2013.
En application de l’article L.642-2, ce projet de dossier d’AVAP comporte :
1° Un diagnostic architectural, patrimonial et environnemental, qui est annexé au rapport de présentation. Le diagnostic met en lumière les caractéristiques du territoire et du patrimoine sous toutes ses formes, tels que défini par l’article D.642-4 du code du patrimoine.
2° Un rapport de présentation qui définit les objectifs de l’aire et comporte une synthèse du diagnostic. Le rapport n’aborde que les deux champs fédérateurs de l’AVAP :

a) La préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces dans toutes les déclinaisons prévues par l’article L.142-1 du code du patrimoine ;

b) La prise en compte des objectifs de développement durable.
3° Un règlement et un document graphique prévus aux troisième à septième alinéas du même article. Le règlement contient des règles relatives :

a) à la qualité architecturale des constructions nouvelles ou des aménagements de constructions existantes ainsi qu'à la conservation ou à la mise en valeur du patrimoine bâti et des espaces naturels ou urbains ;

b) à l'intégration architecturale et à l'insertion paysagère des constructions, ouvrages, installations ou travaux visant tant à l'exploitation des énergies renouvelables ou aux économies d'énergie qu'à la prise en compte d'objectifs environnementaux.
Le règlement peut prévoir la possibilité d’adaptations mineures et de prescriptions.

Le document graphique contient une présentation des prescriptions énoncées par le règlement.
L’EMPRISE D’ETUDE DE L’AVAP DE LUNEVILLE
L’emprise d’étude préalable à la mise en place de l’AVAP s’est appuyée sur les préoccupations suivantes :

- La prise en compte des abords défini par les bâtiments protégés au titre des monuments historiques et par le site inscrit du centre ville, en considérant l’influence qu’exercent ces bâtiments sur leur environnement proche ou lointain. Il est toutefois à noter que contrairement à la ZPPAUP, l’AVAP ne suspend pas les abords des monuments historiques.

- La prise en compte des dimensions paysagère, urbaine et architecturale des espaces considérés.
Au regard de ces données l’aire d’étude prédéfinie couvre les entités urbaines et paysagères suivantes :

-la ville historique, correspondant à l’emprise de la ville médiévale et de la ville classique

- Le château et son parc

- les faubourgs historiques, correspondant aux voies d’accès et de circulation

- les quartiers plus récents d’intérêt patrimonial, constitués à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, avec en particulier, le développement industriel conséquent à l’arrivée du chemin de fer.

- Le grand paysage des vallées de la Vezouze et de la Meurthe.
Cette aire d’étude a été, au regard des diagnostics et des options prises par les acteurs de l’AVAP, affinée et redéfinie afin de constituer son zonage.

S Y N T H E S E D U D I A G N O S T I C

A P P R O C H E E N V I R O N N E M E N T A L E
1 . LE CONTEXTE ET LA GEOMORPHOLOGIE DU TERRITOIRE
Troisième ville de Meurthe-et-Moselle, Chef-lieu de Canton et d’arrondissement, la commune de Lunéville s’étend sur une superficie de 1634 hectares et comptait en 2009, 19 937 habitants, soit une densité de 1236 habitants au km².
La ville, située à 30 kilomètres au Sud de Nancy, est implantée à la confluence de la Meurthe et de la Vezouze, à une altitude de 230m. Entourée par les communes de Hériménil, Jolivet et Moncel-lès-Lunéville, Lunéville est située à 26 km au sud-est de Vandoeuvre-lès-Nancy, la plus grande ville des environs. Elle est contournée au sud par la RN333 qui la relie à Nancy. Elle est reliée à la plaine d’Alsace par la RN4 (Strasbourg à 120 km) et par la RN 59 (Saint Dié-des-Vosges à 55km).
La commune de Lunéville bénéfice d’un passé et d’un patrimoine culturel riche où se sont ancrées de nombreuses traditions comme la broderie, la faïence, les cultures maraichères. C’est par ailleurs, une ancienne cité cavalière.
Son territoire appartient au plateau lorrain, en bordure orientale du bassin parisien et au sud-est du pays lorrain. Il s’agit d’une zone de basse altitude dont le point le plus élevé est situé à 320m.

La ville est positionnée à la confluence de la Meurthe et de la Vezouze, sur une terrasse alluviale à l’abri des hautes eaux. Cette situation géographique (entre deux cours d’eau) a grandement conditionnée le développement de la ville initialement implantée en rive sud de La Vezouze (Cf. Approche historique et évolution urbaine).
Le caractère inondable des plaines alluviales formées par les deux cours d’eau constitue une contrainte naturelle qui empêche toute extension urbaine sur les périphéries nord et ouest du centre ancien ainsi qu’au sud de la ville.

A l’ouest la ville est cadrée par un relief assez doux entaillé par le vallon de Dehainville, qui très tôt servit de couloir naturel permettant de relier Lunéville à Nancy. Au nord, le relief plus affirmé vient cadrer la vallée de la Vezouze et créer un belvédère surplombant le centre ancien.
Au sud comme à l’est, les reliefs sont peu marqués. Les larges fonds alluviaux de la Meurthe forment de grandes étendues plates au sein desquelles les terres restent humides.
2 . SYNTHESE DE LA MORPHOLOGIE PAYSAGERE ET DE L’OCCUPATION DES ESPACES
L’ensemble des entités paysagères à valeur patrimoniale constituant le territoire communal en périphérie du centre urbain ont été identifiées. Elles découlent d’une géomorphologie, d’une situation spatiale et d’une occupation du sol spécifiques. Elles forment les secteurs paysagers qui, du fait de leur valeur patrimoniale ou de leur fonction d’accompagnement d’espaces et d’édifices d’intérêt,

entreront dans la délimitation de l’AVAP.
Les entités repérées sont :

o Le plateau de Méhon

o Les coteaux nord de Lunévlle

o Le vallon de Dehainville

o La plaine alluviale de la Vezouze

o Les écrins boisés à l’ouest de la Vezouze

o Le château de Saint Léopold et son parc

o Les quais de la Vezouze et le canal des Petits Bosquets

o Les abords du château de Lunéville et du parc des Bosquets, comprenant Le champs de Mars, l’avenue de Tassigny et le chemin de la Ménagerie)

o Les espaces « paysagés » en mutation

o Les jardins maraîchers

o La plaine alluviale de la Meurthe

o Les étangs « les Grandes Fauchées »

o Les boisements et terres agricoles « la Fourasse ».
Les écrins boisés d’intérêt qui les accompagnent ont également été repérés. Ces derniers ont toute leur importance dans le paysage dans la mesure où ils forment l’enveloppe de milieux ouverts et permettent une meilleure intégration des zones urbanisés dans le paysage.

Cela concerne entre autres, les boisements en limite du vallon de Dehainville et de la plaine de la Vezouze. Ces boisements et les plantations du parc du château de Saint Léopold forment un ourlet paysagé qui s’étend de la cité Sainte Anne à l’entrée ouest de la Ville.
Ont également été repérées les vues majeures sur le grand paysage et sur les grands édifices d’intérêt patrimonial. Ces vues qui participent à l’identité des différentes entités, permettent la découverte de la ville et la compréhension de son implantation dans un territoire plus vaste. Au sein du tissu urbain, les vues longues cadrées par l’alignement des façades ont également été identifiées

2 . DEFINITION DES SECTEURS D E L’AVAP
2.1. SECTEUR 1 : LES ESPACES BATIS A CARACTERE URBAIN
A partir de l’étude de l’évolution de la constitution de la ville, de la reconnaissance du patrimoine urbain, paysager et architectural des entités historiques, nous avons fait émerger un « ensemble urbain patrimonial », dans lequel le patrimoine sous toutes ses formes et époques, est suffisamment représenté et lisible pour singulariser cette portion du territoire de la commune de Lunéville.
Par ailleurs, l’analyse du patrimoine bâti et des « entités particulières à dominante bâtie» à valeur patrimoniale (grands équipements, sites usiniers et lotissements anciens), a permis d’affiner l’approche, en tenant compte de la densité des éléments méritant attention, protection et mise en valeur.
« L’ensemble urbain patrimonial » se base sur les entités historiques suivantes :
. La ville médiévale dans sa première enceinte du XIIe siècle, étendue à l’ouest au XIVe siècle.

Avec la restitution de la ville au Duché de Lorraine, après le traité de Ryswick en 1697, sont menés de grands travaux qui vont profondément marquer Lunéville. Le château est entièrement reconstruit, la ville médiévale, ruinée par les conflits, fait l’objet d’un vaste plan d’aménagement, mis en oeuvre par Christophe André, intendant des bâtiments de Lorraine. Si la reconstruction se réalise sur les traces du parcellaire médiéval, des servitudes d’alignement et de hauteur des bâtiments confèrent encore aujourd’hui à cet ensemble urbain d’aspect XVIIIe, une très grande cohérence.
. Les voies d’accès historiques à la ville médiévale, sont prises en compte dans le secteur 1 pour leurs sections qui ont été, en grande majorité, redressées et élargies au XVIIIe siècle, et ont conservé des constructions de cette époque à valeur patrimoniale.
En particulier :

- L’entrée de la ville par le sud-ouest, avec l’ancien village de Viller, jusqu’au gué sur la Meurthe.

- L’entrée ouest par l’ancien faubourg de Nancy, pris en compte pour la partie de l’avenue du Général de Gaulle, bordée de constructions homogènes de la fin XVIIIe et du début du XIXe siècle.
. Le château et le parc des Petits Bosquets, qui au début du XVIIIe siècle, est reconstruit par Léopold, duc de Lorraine, alors qu’il fait de Lunéville la capitale de son duché. Les travaux se réalisent sur deux décennies, de 1703 à 1723. Afin de réaliser le parc, d’importants travaux sont entrepris pour combler les fossés et canaliser la Vezouze. L’ensemble est aujourd’hui protégé au titre des monuments historiques.
. L’urbanisation au nord du château, qui se réalise en trois phases :

- Dans la partie ouest de l’île Saint André (1707 à 1712) avec la création de l’actuelle rue Chanzy, bordée d’architectures ordonnancées, occupées à l’origine par une académie militaire et une caserne des gardes ; puis avec l’aménagement des quais de la Vezouze et du canal.

- Dans la partie est de l’île, avec l’ancien lotissement des Chartreuses (concessions données aux favoris de Stanislas, dans la deuxième moitié du XVIIIe, qui y construisent des pavillons dans de vastes jardins d’agrément et potagers). Cet ensemble a disparu, et a fait place à des constructions sans intérêt. Il semble toutefois qu’il subsiste quelques vestiges des constructions initiales. Il est à noter que la moitié est très peu dense, et peut encore faire l’objet de mutations importantes, en co-visibilité directe avec le château et le parc de Petits Bosquets, qui dominent ce site.

- Au-delà de la Vezouze, avec la création de l’actuelle place des Carmes, au carrefour des routes d’Einville et de Nancy. Cette place est représentative du modèle Lorrain avec façades ordonnancées et statue du prince remplacée par celle de l’abbé Grégoire. Si son emprise est conservée, elle a aujourd’hui perdue sa cohérence architecturale, suite à la substitution de l’ensemble des constructions

d’origine. Il est toutefois à noter qu’une majorité des bâtiments actuels, d’époques diverses, présente une valeur patrimoniale.
. La ville Neuve, organisée selon un plan en damier, autour de l’actuelle place Léopold, et comprenant les rues Banaudon, René Basset, Gambetta, de Sarrebourg, d’Alsace, des Bosquets, Gaillardot, Girardet, Carnot et du Général Leclerc. Ce maillage s’étend vers l’est, jusqu’à château du prince Charles Alexandre, occupant un terrain en pointe entre le cours de Verdun et l’avenue Voltaire. Ces deux voies se rejoignant sur l’ancienne route d’Allemagne (actuelle avenue du 30ème groupe de Chasseurs). Avec des largeurs de 11 à 14 mètres et une architecture classique régulière (XVIIIe et XIXe siècles), cette ville Neuve constitue encore aujourd’hui, un ensemble urbain remarquable d’homogénéité.
. La ville industrielle est suscitée par l’arrivée du chemin de fer à partir de 1852 (ligne Paris Strasbourg), par l’installation, à partir des années 1870, de plusieurs industries transférées des départements annexées (établissements de Dietrich et de la filature de l’Est implantées avenue de la Libération) et par la construction de nouvelles casernes. Ces phénomènes ont contribué à l’urbanisation des zones encore non bâties, en particulier au sud de la voie ferrée.

Au tout début du XXe siècle, de nouveaux quartiers sont créés, afin d’accueillir la population travaillant dans les usines :

- Le quartier Jeanne d’Arc au sud-est de la ville Neuve, organisé à partir d’une place centrale (place Victor Hugo), et de voies rectilignes

branchés sur chacun de ses quatre angles. Le lotissement de cet ensemble, avec des immeubles de rapport très simples, n’a jamais été abouti, en particulier sur la place.

- le quartier du Mesnil, à l’est de l’ancien domaine des Bénédictins, constitué de vastes parcelles loties de villas « bourgeoises », avant la première guerre mondiale.
Enfin, entre la fin du XIXe siècle et l’entre-deux-guerres, un nombre important de lotissements ouvriers est réalisé, à l’initiative du patronat ou des premières sociétés d’Habitations à Bon Marché.
L’ensemble de la phase d’urbanisation de la ville industrielle est prise en compte dans le secteur 1 de l’AVAP, en distinguant des « entités particulières » correspondant aux ensembles urbains à valeur patrimoniale s’affranchissant du tissu courant (lotissements, grands équipements, sites usiniers…) décrits dans le chapitre ci-dessous.
La prise en compte des stratifications et des développements historiques décrits ci-dessus, nous a permis de déterminer un « ensemble urbain patrimonial », que nous n’avons volontairement pas morcelé selon les phases de développement, partant du principe que la ville d’aujourd’hui constitue un tout, avec ses particularités par rue, par quartier, par entité spécifique.
  1   2   3

similaire:

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconRésumé Cette circulaire détaille les conditions d’application des...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconDepuis la loi portant engagement pour l’environnement (ene) du 12...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconCommission du développement durable
«Grenelle I», et du 12 juillet 2010, ou «loi Grenelle ii», textes auxquels s’ajoutera, outre la loi d’organisation et de régulation...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconDdt@territoire-de-belfort gouv fr
«Grenelle ii», est un texte d’application et de territorialisation du Grenelle Environnement et de la loi Grenelle I. IL décline...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconLes mesures phares décryptées
«opérationnel» du Grenelle de l’environnement ont été adoptés définitivement par le Sénat et par l’Assemblée nationale les 28 et...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconUne nouvelle procédure d’examen «au cas par cas» sur l’opportunité d’une étude d’impact
«Grenelle ii» du 12 juillet 2010, cette réforme, qui vise à mettre en conformité la législation française avec les exigences européennes,...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconPont-aven revise son plan local d’urbanisme
«Grenelle» de 2009 et 2010, Loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (dite Loi alur) de mars 2014, Loi d’Avenir pour l’Agriculture...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconRésumé : En France, depuis la loi de 2009 dite Grenelle 1, les projets...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconLoi portant Engagement National pour le Logement (enl)
«mobilisation de la ressource foncière pour la réalisation de logements», au «développement de l'offre de logements et accès au logement»...

La loi portant engagement national pour l’environnement (dite Grenelle 2) du 12 juillet 2010 a modifié le dispositif des zppaup en le remplaçant par celui d’«Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine» (avap) iconPremière partie : Programme de mise en œuvre des conclusions du Grenelle de l’environnement






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com