Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à





titreLes fêtes annuellement céLÉBRÉes à
page1/85
date de publication19.01.2020
taille4.3 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   85


@

J. J. M. de GROOT

LES FÊTES ANNUELLEMENT CÉLÉBRÉES À

ÉMOUI



à partir de :

LES FÊTES ANNUELLEMENT CÉLÉBRÉES À ÉMOUI (AMOY),

Étude concernant la religion populaire des Chinois

par J. J. M. de GROOT (1854-1921), Ph. D.

Traduit du hollandais, avec le concours de l'auteur, par C.G. CHAVANNES.

Ernest Leroux, éditeur, Paris, 1886. Deux volumes. XXV+400+432 pages+24 illustrations de Félix Régamey.

Réimpression par Chinese Materials Center, San Francisco, 1977.

Édition en mode texte

par Pierre Palpant

www.chineancienne.fr
Fan Tch'i questionna au sujet de la science. Le Maître dit : « C'est connaître les hommes ».

Confucius, Loun-yu, XII, 22.

Ce que l'on appelle la science est la connaissance des hommes. Parmi les sciences il n'y en a pas de plus grande que celle qui traite de l'homme.

Liou Ngan, Houng-lieh-kiai, ch. XX.

TABLE DES MATIÈRES

IndexTable des illustrations
Introduction
CHAPITRE PREMIER. LE PRINTEMPS

Premier mois

1er jour. Fête du Nouvel-an

2e jour

3e jour

4e jour. Réception des dieux domestiques

5e jour

9e jour. Fête du Ciel

§ 1. Le dieu du Ciel

§ 2. Offrande domestique

§ 3. La messe taoïque

§ 4. Processions pour obtenir la pluie

§ 5. La papauté taoïque

10e jour. Jour de naissance de la Terre

Réception du printemps

13e jour. Fête de Kouan Ti, dieu de la Guerre

15e jour. Fête des Lanternes

Deuxième mois

2e jour. Jour de naissance de la Terre

§ 1. La Terre, seconde divinité principale de la nature; sa différenciation en dieux tutélaires des Champs et du Blé

§ 2. Jour de naissance de la Terre et des dieux tutélaires des Champs

§ 3. La déesse-Terre comme dieu de la Richesse et du Bonheur

§ 4. Culte du dieu de la Terre et de la Richesse

§ 5. Explication légendaire de la distribution inégale des richesses

3e jour. Fête des dieux des Lettres

Introduction

§ 1. Wun Tch'ang

§ 2. Le philosophe Kouan

§ 3. Le patriarche Lu

§ 4. K'oueï Sing

§ 5. L'Habit rouge

Conclusion

19e jour. Fête de Kouan Yin, déesse de la Grâce divine

22e jour. Fête de Keh-Sing-ong

Troisième mois

3e jour. Fête du troisième mois

Époque du Manger froid

§ 1. Extinction et renouvellement des feux

§ 2. Œufs de Pâques

Fête des Tombeaux

§ 1. Cérémonies en l'honneur des morts

§ 2. Maisons ornées de verdure

23e jour. Jour de naissance de la patronne des Marins

§ 1. Má-Tsó-Pô

§ 2. Cérémonies qui se font dans les temples

CHAPITRE SECOND. L'ÉTÉ

Quatrième mois

8e jour. Fête du baptême de Bouddha
Cinquième mois

5e jour. Grande fête de l'été

Introduction

§ 1. Célébration de la fête dans les maisons

I. Offrande aux dieux domestiques, aux ancêtres et au dieu de la Richesse

II. Méthodes pour préserver le corps des influences malsaines

III. Préservation des maisons contre les influences malignes

IV. Les herbes de la St. Jean en Europe, etc.

§ 2. Courses des bateaux-dragons

A. Le dragon en Chine et spécialement dans la fête de l'été.

B. Le dragon en Europe

13e jour. Second jour de fête du dieu de la Guerre

Sixième mois

6e jour. Ouverture des portes du ciel

15e jour. Fête du milieu de l'année

§ 1. Offrande aux dieux domestiques et aux ancêtres

§ 2. La Parque chinoise

19e jour. Second jour de fête de la déesse de la Grâce divine

CHAPITRE TROISIÈME. L'AUTOMNE

Septième mois. Sacrifices aux morts

I. Ouverture de l'enfer

II. Grand jour d'offrande pour les âmes

1. Dans les maisons — 2. Près des temples

III. Fermeture de l'enfer

7e jour. Fête du septième soir

15e jour. Seconde fête des Seigneurs des trois Mondes

Huitième mois

3e jour. Fête du dieu de la Cuisine

15e jour. Grande fête de l'automne

§ 1. Fête de la moisson célébrée en l'honneur de la Terre

§ 2. Culte de la Lune

A. L'homme de la lune — B. La femme — C. Le crapaud — D. Le lièvre — E. Les arbres — F. Le bûcheron

§ 3. Contemplation de la lune et consultation de l'avenir

22e jour. Deuxième jour de fête de Keh-Sìng-ông

§ 1. Renseignements écrits

§ 2. Légendes populaires

§ 3. Pèlerinages
Neuvième mois

9e jour. Fête des Cerfs-volants

19e jour. Troisième jour de fête de la déesse de la Grâce divine

CHAPITRE QUATRIÈME. L'HIVER

Dixième mois

15e jour. Troisième fête des Seigneurs des trois Mondes
Onzième mois

Fête du Solstice d'hiver

§ 1. L'offrande domestique

§ 2. Le culte dans les temples des ancêtres

§ 3. Pourquoi l'on rend hommage aux morts en hiver.
Douzième mois

16e jour. Dernier jour de Fête en l'honneur de la Terre

24e jour. Voyage des dieux domestiques au ciel

§ 1. Culte du dieu de la Cuisine

§ 2. Voyage des dieux domestiques au ciel

29e ou 30e jour. Fête de la clôture de l'année

§ 1. Occupations domestiques

§ 2. Les dieux des Murailles et Fossés

§ 3. Inscriptions et dessins des portes, leur origine et leur signification

§ 4. Veillée du Nouvel-an

CHAPITRE CINQUIÈME. APERÇU DU DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME RELIGIEUX DES CHINOIS.

Introduction

§ 1. Premières notions sur une forme invisible de l'existence

§ 2. Croyance primitive aux doubles des êtres divers

§ 3. Développements progressifs de la croyance aux doubles des êtres

§ 4. Continuation de l'existence du double de l'homme après la mort

§ 5. État et nature de l'âme après la mort

§ 6. Exorcismes et divination

§ 7. Moyens de bien disposer les esprits. Culte des ancêtres

§ 8. Divinités dues à la déification de personnages historiques

§ 9. Demi-dieux

§ 10. Dieux des Eaux

§ 11. Dieux du Sol et des Champs

§ 12. Sabéisme

§ 13. Le dieu du Feu

§ 14. Conformité du culte des dieux avec le culte des morts

§ 15. Preuves historiques de la priorité en date du culte des ancêtres

§ 16. Le confucianisme

§ 17. Le taoïsme

§ 18. Le bouddhisme

§ 19. Considérations finales.
APPENDICES

I. Traduction des passages d'ouvrages allemands et anglais cités dans l'original dans cet ouvrage

II. Liste des livres chinois cités dans cet ouvrage

III. Liste des principaux mots chinois

IV. Index général
@

TABLE DES ILLUSTRATIONS

Planche

Premier volume

  1. Les seigneurs des trois mondes.

  2. Yû-wang-shang-ti, CMG 949

  3. Kouan-ti entre Tcheou-tsang et Kouan-pin, CMG 1 5351, 1643, 1636.

  4. Kouan-ti, CMG 1216.

  5. Kouan-ti, CMG 1658.

  6. Thai-shin, CMG 1329.

  7. Wen-shang-ti-kiun, CMG 5347.

  8. Liu-tong-ping, CMG 5358.

  9. K'ouei-sing, CMG 5348.

  10. Tsou-wen, CMG 1388.

  11. Kouan-yin, CMG 5344.

  12. Kouan-yin, CMG 112.

  13. Kouan-yin, CMG 5363.

  14. Kouan-yin, CMG 1123.

  15. Ma-Tso-Pô, CMG 1411.

Second volume

  1. Si-Wang-Mou, CMG 1363.

  2. Déesse de la lune, CMG 5345.

  3. Tablettes de souhaits et félicitations offertes à des mandarins, CMG.

  4. K'ouei-sing, CMG 1326.

  5. Shang-ti, CMG 1412.

  6. Confucius, CMG 5350.

  7. Laô-tseu.

  8. Buddha pénitent, CMG 952.

  9. Kouan-yin, CMG 1449.



@





Pl. XII. KOUAN-YIN

Statuette chinoise porcelaine blanche. Haut. 38 cm

Collection du Musée Guimet, n° 112

INTRODUCTION

@

p.VII Il s'est publié déjà un grand nombre d'ouvrages sur la religion de la Chine ; mais presque tous ont pour point de départ les livres nationaux, surtout ceux qui datent des débuts de l'empire. Les auteurs pensaient ainsi saisir dans leur principe même les notions religieuses qui ont régné au sein de la nation et qui y règnent encore, et pouvoir de ces principes parvenir à la connaissance du système religieux dans son ensemble.

Cette méthode présente sans doute quelques avantages ; cependant un peu de réflexion fera voir que, par la force des choses, elle ne peut fournir à la science des religions que des résultats insuffisants. Il faut qu'une race ait atteint un aussi haut degré de civilisation que celui où la nôtre n'est parvenue qu'au siècle passé, pour qu'elle éprouve le besoin de se formuler à elle-même d'une manière nette et un peu complète, dans les écrits qu'elle produit, les idées qui régissent sa vie sociale. Or les Chinois sont encore fort éloignés d'être entrés dans cette phase. Aussi leur littérature, quoique fort p.VIII riche en soi, est très pauvre en fait de données touchant leur pensée et leur vie religieuses, plus pauvre peut-être que notre littérature du moyen-âge, à nous, ne l'est pour ce même genre de questions. Par exemple, ce que l'on peut essayer d'y glaner par rapport à leur religion telle qu'elle se manifeste actuellement chez le peuple, équivaut à rien du tout. La méthode dont nous parlons a encore l'inconvénient de ne pas tenir compte des modifications apportées par le temps dans les idées populaires, durant les siècles qui se sont écoulés depuis l'époque des premiers philosophes et des premiers écrivains ; elle oublie que toutes ces tribus, tous ces peuples, si nombreux, qui habitent l'immense territoire de l'empire chinois, sont fort loin d'avoir tous les mêmes conceptions religieuses ; en un mot, elle généralise trop. En outre, elle part de la supposition tacite, mais fausse, ou en tout cas dénuée de toute preuve, que ce que les philosophes et les auteurs ont écrit n'a pas été seulement l'expression de leurs idées personnelles, mais encore un écho digne de confiance de la pensée nationale. Pour bien connaître une médaille, il faut en voir les deux faces. Or la méthode en question néglige des deux faces du sujet la plus importante, l'étude de la religion des Chinois telle qu'elle se pratique dans la réalité, pour ne s'attacher qu'à ce que les livres disent qu'elle est, ou plutôt qu'elle devrait être. Il résulte de là que les livres chinois sont une source tout à fait insuffisante pour apprendre à connaître leur religion ; à quoi il faut ajouter que c'est un terrain fort glissant, où les faux pas sont fort à redouter ; à chaque instant on est exposé à croire comprendre, quoique l'on ne comprenne pas, et à tirer d'une fausse interprétation et d'une mauvaise traduction des conclusions erronées.

Renversons l'ordre suivi par cette méthode, ce sera suivre une route plus sûre. Du moins il vaut la peine de tenter l'entreprise. Il faudra donc prendre pour point de départ les coutumes et les notions p.IX qui existent actuellement de fait, chercher à les comprendre à l'aide d'une connaissance suffisante des langues tant écrites que parlées, s'efforcer de saisir l'enchaînement logique qui relie le tout, et enfin consulter les données que l'on peut recueillir dans les livres chinois et qui sont de nature à jeter du jour sur l'origine et la raison d'être des coutumes et conceptions étudiées. L'ouvrage que nous offrons à nos lecteurs est sorti de l'application de cette méthode aux usages religieux des Chinois d'Émoui 1. A ceux qui le parcourront de juger si la méthode est bonne.

L'auteur arrivait en 1877 à Émoui, chargé par le gouvernement des Indes orientales néerlandaises d'aller étudier la langue, les mœurs et les usages de la contrée, car c'est de là surtout que les émigrants viennent à Java. Armé des connaissances acquises, il devait remplir dans les colonies les fonctions d'interprète et d'aviseur pour les affaires des Chinois. Comme il s'agissait pour lui de connaître des êtres humains existant réellement, leur manière de penser, leur manière d'exprimer leurs pensées, et leurs coutumes, il avait devant lui un terrain encore inexploré, car ce n'est pas dans les écrits chinois qu'il pouvait trouver ce qu'il avait à voir de ses yeux et entendre de ses oreilles. Mais quel chaos à débrouiller que celui qui se présentait à lui dans ces mille pratiques religieuses observées par les Chinois d'Émoui et des environs dans d'innombrables circonstances ! Fallait-il essayer de tout voir, de tout comprendre, de tout expliquer à la fois ? Cet ouvrage gigantesque, pour s'accomplir d'une manière scientifique et utile, eût réclamé de longues années d'un labeur incessant. Il ne pouvait être question de l'entreprendre de cette manière, et le p.X seul moyen d'arriver à une étude systématique de cet immense tout c'était de l'aborder par parties distinctes, nettement séparées les unes des autres.

De toutes les subdivisions de la matière à étudier, la première qui sembla à l'auteur de ces pages s'imposer à l'attention est celle qui renferme les usages et coutumes qui se rattachent à des dates fixes, revenant périodiquement chaque année. En effet l'étude qu'on en fera permettra d'examiner la religion populaire sous ses différentes faces, avantage que n'offre pas l'étude des cérémonies qui se rattachent à des circonstances accidentelles, comme les décès, les mariages, les épidémies, etc., et qui ne permettent de voir les choses que sous un aspect très spécial. Les cérémonies annuelles au contraire sont, par exemple, très souvent en rapport avec quelques-unes des principales divinités nationales, avec lesquelles par conséquent il faudra faire connaissance, puisque sans cela on ne pourrait pas se rendre compte du culte dont elles sont l'objet. De plus ces usages régulièrement périodiques ne sont pas tous exclusivement religieux, les notions qu'ils supposent ne se rattachent point toutes directement à la religion au sens exact du mot, et cela même est un grand avantage ; car cela permet d'observer d'une manière bien plus complète la vie intellectuelle et morale du peuple, de bien mieux comprendre sa manière de concevoir et de sentir, et l'intelligence de sa religion ne pourra qu'y gagner énormément ; non seulement on la comprendra mieux, mais, pour cela justement, on la jugera mieux et plus équitablement. Voilà pourquoi les fêtes et coutumes qui reviennent régulièrement chaque année fournissent des données qui, bien ordonnées, et complétées par les faits tirés de l'histoire générale de la religion en Chine, permettront, à notre avis, de se faire de la religion chinoise une idée plus juste que la seule étude des documents écrits que possède l'empire.

p.XI Tel est le programme qui a dirigé les études dont le présent ouvrage consigne les résultats. On trouvera dans les quatre premiers chapitres une étude, faite suivant l'ordre du calendrier, des jours de fête annuellement observés par les Chinois d'Émoui et des usages et coutumes qui se rattachent à ces différentes fêtes. Chaque jour férié est traité pour lui-même ; cela a été fait de propos délibéré, afin de permettre de lire chaque article indépendamment des autres, sans que pour le comprendre il faille absolument étudier l'ouvrage entier. Il y a bien à cela des inconvénients ; la forme que nous choisissions nous condamnait d'avance à des répétitions assez nombreuses, quoique courtes, et de plus, à mettre au bas des pages des renvois continuels. Au point de vue esthétique, cela est regrettable. Nous croyons cependant avoir eu pour en agir comme nous l'avons fait une raison excellente, qui nous garantit l'indulgence du lecteur. C'est que notre ouvrage n'est pas destiné aux seuls sinologues, mais aussi aux savants qui étudient l'ethnographie et la hiérologie générale, et à qui il fallait permettre de consulter notre travail sur les points qui les intéressent, en négligeant le reste ; c'est ce qui nous a imposé la forme d'articles spéciaux, formant chacun un tout, pour chaque fête. Un second motif recommandait fortement cette forme. C'est que les fêtes qui sont décrites ici existent, plus ou moins modifiées, pour la plupart dans plusieurs contrées de la Chine, et qu'il devait être agréable aux voyageurs ou aux explorateurs scientifiques qui pourraient en observer les parallèles de trouver réuni en quelques pages tout ce que nous avons eu à dire sur chacune d'entre elles.

Notre cinquième chapitre est consacré à un exposé d'ensemble de la religion chinoise, tel qu'il résulte principalement des données fournies par les quatre premiers chapitres. Notre principale conclusion est que la base essentielle de la religion chinoise est ce que l'on a appelé l'evhémérisme, c'est-à-dire que les divinités sont pour la plupart des p.XII hommes divinisés après leur mort. Nous ne nions point qu'à cet évhémérisme ne s'unisse une certaine dose de naturisme, qui probablement date d'une période déjà relativement avancée de développement ; mais les notions naturistes se sont amalgamées avec l'évhémérisme au point de s'y fondre presque complètement, et en tout cas d'être éclipsées par lui. Nous avons donc dû appliquer aux Chinois les théories de l'éminent philosophe anglais Herbert Spencer, qui croit applicable à toutes les religions connues l'explication évhémériste, laquelle, il est vrai, a souvent été contredite, mais que nous ne croyons pas avoir été victorieusement réfutée.

Dans la description des fêtes et coutumes annuelles des Chinois d'Émoui, à laquelle une grande partie de cet ouvrage est consacrée, nous nous sommes avant tout proposé comme notre grand but de découvrir si possible l'origine des usages décrits et des notions qui s'y rattachent, et d'en expliquer la raison d'être. Dans ce but nous avons en premier lieu abondamment puisé aux sources chinoises, consultant tous les ouvrages qui font autorité et que nous possédions ou auxquels nous avons pu nous procurer l'accès 1, appuyant ainsi. comme d'une charpente solide les résultats de nos observations personnelles et directes. En second lieu, nous avons largement fait usage d'une clef que l'on trouvera capable de faire pénétrer bien des mystères apparents dans les usages de presque tous les peuples. Cette clef merveilleuse est le calendrier.

Partout le calendrier a joué un rôle normatif capital dans le règlement des cérémonies religieuses. On n'avait pas encore inventé les almanacs pour la facilité des prêtres et des dévots, que déjà c'était l'état du ciel qui déterminait le moment des fêtes et des cérémonies, surtout si l'objet du culte était, ou le ciel lui-même, ou quelqu'une de ses parties. Dans d'autres cas, il fallait, pour p.XIII célébrer la fête, attendre une époque heureuse, ce qui ne pouvait être indiqué que par la position des étoiles. Bref, les occupations des hommes en général, et, en particulier, leurs fêtes et cérémonies, ont toujours été réglées par l'aspect de la nature aux différentes périodes du cycle annuel. Ainsi, chez les peuples occidentaux, les plus grandes fêtes et les sacrifices les plus importants coïncidaient avec les solstices et les équinoxes. Noël et Pâques peuvent servir d'exemple parmi bien d'autres. Il en a été et il en est encore de même chez les Chinois. La position des astres, ou, ce qui revient au même, les saisons et les différents aspects de la nature terrestre qu'elles ramènent périodiquement, ont donné naissance à un grand nombre de leurs jours de fête et d'offrande. C'est donc dans la position des astres, et tout particulièrement dans celle du soleil, que nous trouverons l'explication de mainte coutume et la solution de maint mystère, incompréhensible sans cette clef.

Nous avons enfin souvent dans le cours de notre ouvrage cherché à jeter du jour sur les mœurs et les coutumes dont nous nous occupions, en les comparant aux usages analogues qui existent ou ont existé dans d'autres parties du monde, sans en excepter notre Europe. Il ne faut cependant pas voir dans ces essais des études ethnographiques ; ce sont plutôt de simples notes, ramassées au courant de nos lectures, et placées ici dans l'unique but de rappeler que les analogies entre ce qui existe en Chine et ce qui peut s'observer ailleurs sont très réelles, et de prémunir ainsi contre les jugements précipités dont les Chinois pourraient être victimes. Ce n'est pas à nous, mais bien aux ethnographes de l'Occident à approfondir ces analogies, et à décider si les mœurs et les usages de la Chine dont il est traité dans cet ouvrage ont droit à une place dans le programme de l'ethnographie comparée.

Nous ne nous dissimulons en aucune façon qu'il pourra se faire plus p.XIV d'une fois que l'on découvre des parties faibles dans l'argumentation au moyen de laquelle nous nous efforçons de remonter d'un usage à son origine et à sa raison d'être. Nous avons cependant à plaider des circonstances atténuantes. C'est sous le climat étouffant des côtes basses de Java et de Bornéo qu'ont été mis en œuvre par nous les matériaux que nous avions recueillis en Chine ; nous avons dû ainsi travailler à plusieurs milliers de lieues de distance de l'Europe et de sa culture, ne disposant que des ouvrages chinois en nombre trop restreint que nous avions pu rassembler nous-même, sans avoir à notre portée de bibliothèque publique bien fournie d'ouvrages d'ethnographes occidentaux au courant de la science actuelle, forcé par conséquent de nous rabattre souvent sur des travaux vieillis. Il faut tenir compte aussi de l'impossibilité de tirer de la bouche des Chinois eux-mêmes rien de concluant sur l'origine et la vraie signification de leurs coutumes, puisque eux-mêmes sont parfaitement ignorants à ce sujet ; il n'y a donc d'autres ressources que de glaner les renseignements épars dans leurs livres et de les compléter par l'observation et la comparaison des usages. Ajoutons que les voies ne se trouvent jamais frayées d'avance pour un sujet du genre du nôtre. Quant à notre sujet spécial à nous, il n'y a que Doolittle qui nous ait précédé ; c'est dans les trois chapitres intitulés « Established annual Customs and Festivals » de l'utile ouvrage qui porte le titre de « Social Life of the Chinese ». Mais il est des plus superficiels, et de plus ce n'est pas des Chinois d'Émoui qu'il traite, mais de ceux du chef-lieu du Fouhkien, Fouh-Tcheoufou. Jamais il ne donne une explication plausible de ce qu'il avance ; jamais il ne remonte jusqu'à l'origine des coutumes traitées, et ce défaut vient évidemment de ce qu'il ne connaît pas la littérature chinoise, car sans s'être quelque peu familiarisé avec elle il est clair qu'il ne peut être question de se rendre compte rationnellement des coutumes. Voici comment p.XV un des collaborateurs de la « China Review » 1 s'exprimait au sujet de l'ouvrage de Doolittle : [Trad.]« The volume contains many inaccuracies in details, and as all the social customs and religious ceremonies described in the book are explained on the basis of popular hearsay evidence, instead of tracing the phenomena of modern society and religion back to their fountain-head as described in the Li Ki 2 and the historical records, there is about the whole work a noticeable lack of exactness and a want of historical comprehension ». Nous souscrivons sans hésiter à ce jugement, espérant en même temps n'en avoir pas mérité un semblable ; car nous avons fait notre possible pour remonter à l'origine des usages que nous avons décrits. Le lecteur jugera si nos efforts ont été couronnés de quelque succès. Ce n'est pas à dire que le travail de Doolittle soit sans ses grands mérites ; mais il est clair que nous ne pourrons que rarement y avoir recours. Nous tirerons moins de chose encore de l'ouvrage remarquable du Dr. Gray intitulé « China », dans le onzième chapitre duquel se trouve une notice, fort courte et plus superficielle encore que ce que donne Doolittle, sur quelques fêtes et coutumes annuelles des habitants de Canton.

Nous avertissons tout particulièrement le lecteur de ne point s'attendre à trouver dans cet ouvrage la description de toutes les fêtes indistinctement qui se célèbrent régulièrement d'année en année à Émoui. Les fêtes patronales de divinités adorées uniquement par certains groupes d'habitants — par exemple celles du patron des charpentiers, du patron des comédiens, du patron des médecins, du patron des bouchers, etc. etc. — ont été toutes passées sous silence, d'un côté, parce qu'il est très facile de les faire rentrer dans un autre sujet, de l'autre côté, parce que nous n'aurions pas pu les traiter sans augmenter énormément le volume de cet ouvrage ; probablement p.XVI il aurait été doublé. On ne trouvera donc ici que les fêtes très générales, et celles auxquelles prennent part les membres de groupes très importants, fortement représentés dans la population, comme ceux des marchands, des agriculteurs, des lettrés, etc.

Il ne sera pas inutile, ces explications données, de dire ici quelque chose d'Émoui et de ses environs immédiats, puisque c'est des habitants de cette ville que parle notre ouvrage.

Émoui est l'un des plus importants des ports ouverts en Chine au commerce étranger. On en écrit très souvent le nom, suivant l'orthographe anglaise, où l'a long a le son de l'e, « Amoy » ; mais il est clair que cette orthographe ne vaut rien pour les langues où l'a conserve le son de cette lettre en latin, par conséquent pour le français. Nous avons suivi la prononciation dans l'orthographe que nous avons adoptée. Peut-être eussions-nous mieux fait d'écrire « E-mûng », ce qui représente la prononciation des habitants de la ville et de l'île sur laquelle elle est située, plutôt que « Émoui », qui représente celle des habitants du continent à l'entour de l'île ; mais ce serait nous écarter plus que besoin est de l'orthographe généralement adoptée. Quelques cartes européennes donnent « Hia-mun », ce qui représente la prononciation de ce nom dans la langue mandarine.

La ville d'Émoui fait partie du district de Toung-Ngan dont le nom est prononcé Tâng-Oan par les habitants — et elle est située un peu au sud-est du chef-lieu, qui porte le même nom et se trouve en terre ferme. Ce district fait à son tour partie du département de Ts'uen-Tcheoufou, l'un des onze qui composent la province de Fouhkien.

p.XVII L'île qui porte la ville d'Émoui 1, par 24°40' de latitude nord et 118° de longitude est, environ, se trouve, en compagnie d'une multitude d'îlots, dans une baie formée, sur la côte méridionale du Fouhkien, par une belle rivière, appelée par les habitants Liôngk'e, « Rivière des Dragons ». Cette rivière se jette dans la baie par une embouchure si large, qu'elle mériterait le nom de bras de mer. Le tout forme un ancrage admirable, assez profond pour les plus grands navires, et à l'abri même des grandes tempêtes. On a dit parfois que la rade d'Émoui pourrait abriter en même temps les flottes marchandes du monde entier, et ce n'est pas une exagération aussi énorme qu'on pourrait peut-être le supposer.

Un si beau port, auquel aboutit une large rivière avec de nombreux affluents, c'est-à-dire d'excellentes routes naturelles pour communiquer avec l'intérieur du pays, a toujours été une place importante. Déjà au neuvième siècle on rencontrait les marchands d'Émoui, non seulement dans les principales villes maritimes de l'empire chinois, mais aussi dans l'Archipel des Indes orientales 1, dans l'Hindoustan et même en Perse, et les Européens ont commencé à faire le commerce à Émoui aussitôt que leurs vaisseaux sillonnèrent les eaux chinoises. Les Portugais, en grand nombre, y ont déjà fait leur apparition en 1544, et les Hollandais ont essayé d'y nouer des relations commerciales pour la première fois en 1622, semble-t-il. Dès lors il y a toujours eu des transactions passablement régulières ; toutefois Émoui n'a été définitivement ouvert au commerce étranger qu'en 1842, comme conséquence du traité de Nankin.

p.XVIII L'île qui porte la ville d'Émoui a le même nom. Elle a une circonférence d'environ quarante milles anglais. La ville a été construite sur la pointe sud-ouest, droit en face de l'embouchure de la Rivière des Dragons, dont elle est séparée par un îlot, écueil formé de roche et de sable et appelé Kó-Lōng-Soū, « Ile des Vagues tonnantes ». C'est sur cet îlot que les étrangers se sont établis, au nombre d'environ deux cents ; il y a en outre, dispersés parmi les collines, des villages indigènes pouvant contenir environ trois mille habitants. Le port intérieur, qui est très profond, se trouve entre la ville et l'îlot. C'est un abri sûr, même contre les terribles typhons qui visitent souvent cette partie des côtes ; il est fréquenté par une multitude de jonques et d'embarcations chinoises de tout genre, et de plus il n'y a presque pas de pavillon européen qui n'y flotte régulièrement toutes les années.

Les environs de la baie d'Émoui sont fort pittoresques, et les hauteurs sauvages qui enferment le golfe dans une ceinture de récifs altiers donnent au paysage un caractère d'imposante beauté. En revanche le sol est peu fertile. D'interminables rangées de collines granitiques ne présentent sur leurs pentes pour tout terroir que le sable provenant de la désagrégation de la roche, et quoique un travail opiniâtre et un fumage énergique aient créé sur ces coteaux des champs et des jardins, la terre est fort loin de produire de quoi nourrir ceux qu'elle porte. La population de la campagne afflue à cause de cela pour une bonne part dans la ville, pour y chercher dans la navigation, l'industrie et le commerce les ressources que l'agriculture ne lui accorde que d'une manière insuffisante.

Émoui est devenu une vraie fourmilière toute grouillante d'habitants. On estime à plus de trois cent mille âmes la population de l'île, p.XIX dont les deux tiers appartiennent à la ville et à ses faubourgs, et dont le reste vit dans les nombreux villages et hameaux dispersés dans l'île. La pauvreté du sol n'a pas peu contribué à réveiller l'esprit d'entreprise des habitants. Ils ont de bonne heure essaimé, traversant même des mers lointaines ; des milliers d'entre eux sont allés à Formose, aux Moluques, dans les Straits-Settlements, à Java, même, dans les temps modernes, au Pérou, à Cuba, en Californie et en Australie, où ils trouvaient de vastes champs où déployer leur génie entreprenant et laborieux, et où ils pouvaient organiser des relations commerciales avec leur littoral si bien fait pour le négoce étranger. Il faut qu'une nation possède une grande énergie morale, doublée d'une remarquable puissance de résistance physique, pour que ses enfants puissent si aisément et en si grand nombre quitter l'admirable climat de leur patrie, pour se rendre sous les tropiques ou au delà de vastes océans, sous des climats dangereux, au milieu de peuples hostiles, chez lesquels ils ne trouvent ni congénères, ni dieux et autels semblables aux leurs. Quelque important que soit ce mouvement d'émigration, il ne se fait pas par grandes masses. Ce ne sont pas des colonnes de combattants, se nombrant par centaines et par milliers, qui les armes à la main vont conquérir la place qui leur manque chez eux ; ce sont des individus isolés, de petits groupes conduits par les plus courageux, qui s'en vont chercher fortune, se reposant sur leur propre activité, leurs propres talents et leur propre énergie pour. faire leur chemin. Ce phénomène ne trouve de parallèle qui l'égale en importance qu'à cette époque enfoncée dans la nuit du passé, où l'histoire ne saurait pénétrer et sur laquelle la philologie comparée peut seule verser quelques rayons de lumière, lorsque des motifs qui nous échappent firent émigrer vers l'Europe nos ancêtres aryens, alors vivant dans l'Asie centrale. Quelle que soit la cause qui les porta à abandonner leur patrie et à en chercher une nouvelle en s'avançant dans p.XX l'inconnu vers des contrées de plus en plus froides, cette cause a été très puissante, comme maintenant est puissante la force magique qui pousse leurs descendants, les Anglais, les Allemands, vers les solitudes et les mines d'or de l'autre côté du monde, et celle qui pousse les Chinois à se hasarder au loin parmi des hommes qui les détestent, au milieu de dangers et de difficultés de toutes sortes.

On aurait tort cependant de considérer Émoui comme la patrie proprement dite des nombreux Fouhkiennois qui sont allés s'établir outre-mer. Sans doute l'île fournit son fort contingent à l'émigration ; mais Émoui est simplement le port d'embarquement, la porte ouverte sur l'océan pour y verser l'excès de population du Midi du Fouhkien. Le courant principal du mouvement auquel Émoui sert ainsi d'embouchure est nourri par les campagnes qu'arrose la Rivière des Dragons et qui font partie du département de Tchang-Tcheoufou.

Ce que nous disions il y a un instant du caractère physique du littoral voisin d'Émoui, s'applique aussi tout particulièrement aux rives du cours inférieur du Liông-ke. Elles sont très peuplées, les villages y sont nombreux ; mais la qualité du sol y est plus que médiocre. Elle s'améliore toutefois à mesure que l'on s'avance vers l'intérieur des terres, si bien qu'au bout de deux jours de marche le voyageur se trouve au milieu d'un vrai paradis. Aussi le Fouhkien a-t-il la réputation d'être une des plus belles provinces de l'empire ; il y a peu de pays au monde aussi bien traités par la nature. Avec son climat tropical modéré, qui peut rivaliser avec celui du Midi de l'Europe, avec un sol d'une fécondité qui n'a peut-être pas sa pareille, cette province est admirable de productivité ; à elle seule, par exemple, elle exporte du thé pour une somme qui se chiffre par p.XXI millions. Elle a, pour mettre l'intérieur en communication avec les côtes, de magnifiques rivières, et pour mettre la côte en communication avec les pays d'outre-mer, des ports naturels excellents. Elle a tout, et ceux qui l'ont visitée ne s'étonnent aucunement de ce que, lorsqu'ils l'eurent annexée au moyen-âge, les Chinois du Nord en changèrent le nom, qui était Min, et la baptisèrent Fouhkien, ce qui signifie « Colonie heureuse ».

Comme nous l'avons dit, le berceau de l'émigration d'outre-mer est le département de Tchang-Tcheoufou, dont le chef-lieu, qui a le même nom, est situé sur la rive nord du Liông-ke à environ trente-cinq milles anglais d'Émoui. Il y a une vingtaine d'années cette ville comptait encore, dit-on, six cent mille habitants ; mais elle a bien déchu depuis ; les T'aï-p'ings 1 l'ont brûlée en grande partie en 1864 après un carnage horrible, sa population s'est trouvée réduite des deux tiers, et sa prospérité a disparu, peut-être pour bien longtemps. Maintenant encore le voyageur qui parcourt les beaux coteaux des environs, plonge par dessus les remparts un regard mélancolique sur les immenses ruines qui subsistent, là où autrefois vivait en paix une population industrieuse, et où fleurissaient la production et le commerce. La dévastation a surtout été épouvantable du côté de la ville par où les rebelles pénétrèrent ; les ruines s'y étendent sur une distance de plusieurs milles ; il n'y resta littéralement pas une pierre sur l'autre, et tout fut brûlé et rasé.

Maintenant que le lecteur a une idée générale du pays dont nous décrirons en partie les mœurs et les coutumes, nous demandons la permission, avant d'entrer en matière, d'ajouter quelques explications touchant la transcription des mots chinois qui se trouvent dans cet ouvrage.

p.XXII Les lettres employées pour écrire ces mots conservent dans la règle la valeur qu'elles ont dans l'alphabet français. Il y a cependant quelques exceptions, nécessitées par la prononciation du chinois, qu'il fallait approcher d'aussi près que possible. Que le lecteur veuille donc bien prendre note des règles suivantes :

les voyelles a et o sont toujours longues, à moins qu'elles ne soient suivies d'une des consonnes k, p, t ou ng, ou que nous les ayons soulignées (a, o), auxquels cas elles sonnent comme dans patte et orme ;

la voyelle e se prononce toujours comme dans thé, qu'elle soit surmontée d'un accent ou non (ceci a été rendu nécessaire par l'usage que nous avons fait des accents, et que nous expliquerons tout à l'heure), excepté lorsqu'elle est soulignée (e) ; alors elle se prononce ouverte, comme dans tes, toujours sans tenir compte de l'accent dont elle est surmontée ;

la voyelle i est toujours longue, à moins qu'elle ne soit suivie de k ou ng ;

la voyelle u n'est brève que lorsqu'elle est suivie de n ou ng ;

les diphthongues se prononcent en tenant compte de la valeur des signes en français, sans oublier toutefois que tous les mots chinois sont monosyllabiques : ainsi ouï, ao doivent se prononcer d'une seule haleine, quoique chaque fois il y ait deux sons, ou et i, a et o. Dans la diphthongue ouï il faut toujours accentuer le son ou un peu plus que le son ï, à l'inverse de la coutume française ;

quant aux consonnes, le g est toujours dur, comme dans Gabriel, guimauve ; on a réservé le j pour les rares cas où se présente le son doux du g, comme dans gîte, que nous écririons jit, si c'était un mot chinois ; nous avons ainsi évité de marquer d'un u la prononciation dure du g devant e et i, ce qui aurait eu le grave inconvénient de faire exception à une règle que nous voulions absolue, celle de n'avoir point de lettres muettes (donc ge et gi se prononcent comme s'il y avait gué et guî) ;

p.XXIII les aspirations doivent se faire complètement entendre après les consonnes ; nous les avons pour cela indiquées au moyen du signe c 1;

l'h au commencement des mots est toujours aspirée ; elle ne devient presque muette, réduite à peu de chose de plus qu'un signe orthographique, qu'à la fin des mots ; cependant elle y a sa valeur ; elle brise brusquement le son de la voyelle, qu'elle termine comme par un k, un p on un t indistincts, presque oblitérés ;

les consonnes m, n et ng, imprimées en petits caractères, un peu en haut, à la fin d'un mot, ne se prononcent pas, mais elles indiquent que le son qui précède est fortement nasal. Elles prennent la place des consonnes représentées par ces mêmes lettres, imprimées comme le reste du mot, qui terminent les mots en question dans la langue littéraire, ou qui les terminaient anciennement. Par exemple on trouvera m, « oser », à la place de ká ; n, « changer », à la place de pièn ; tsioung, « composition littéraire », à la place de tsiang. Cette modification des sons nasaux se rattache au travail d'oblitération qui s'effectue sur certaines articulations et qui est très sensible dans la langue parlée d'Émoui ;

que l'on veuille bien remarquer enfin que, si nous donnons en règle générale aux lettres leur valeur de l'alphabet français, cela n'est vrai que des lettres prises chacune pour elle, mais non pas des associations de lettres, sauf pour ou, voyelle pour laquelle il n'existe pas de caractère en français ; mais in, ou at, par exemple, ne doivent pas se prononcer comme dans cousin et attentat, mais comme s'il y avait ine, atte.

Les intonations jouent un rôle des plus importants dans tous les idiomes chinois, surtout dans la langue parlée d'Émoui. Cependant, comme nous n'écrivons pas un ouvrage de philologie, nous ne nous croyons point tenus à en exposer la nature et les fonctions, et nous pouvons nous contenter d'avertir que, pour les représenter, nous p.XXIV avons suivi le système adopté par Douglas dans son admirable dictionnaire-modèle de la langue d'Émoui. On trouvera dans l'introduction de cet ouvrage un exposé détaillé du système d'intonations de cette langue, et nous pouvons d'autant mieux y renvoyer que le dictionnaire en question se trouve nécessairement entre les mains de quiconque s'occupe sérieusement de l'idiome parlé par les Chinois d'Émoui.

Outre les termes et les expressions empruntés à la langue d'Émoui, le présent ouvrage renferme un grand nombre de mots écrits d'après la prononciation mandarine. Ce sont principalement des noms d'endroits, ou bien des noms de personnages historiques, de dieux et de déesses qui n'appartiennent pas exclusivement à Émoui, mais bien à la Chine entière, et qui pour cela naturellement doivent être reproduits d'après la langue officielle des provinces septentrionales, qui joue en Chine un rôle analogue à celui du français en Europe, ou bien du latin pendant le moyen-âge, ou bien encore du malais dans les colonies hollandaises aux Indes orientales. Nous avons suivi presque complètement pour ces noms la prononciation adoptée par Williams dans son « Syllabic Dictionary », qui est le dictionnaire le plus complet de la langue chinoise écrite qui ait jusqu'ici été publié dans une langue européenne. Nous n'avons cependant pas fait usage des signes indicatifs des intonations, vu qu'ils ne présentaient aucune utilité dans cet ouvrage et qu'en revanche leur adoption aurait rendu plus pénible le travail des imprimeurs et des correcteurs. Pourtant, ce qui était facile, nous avons presque partout rendu visible au premier coup d'œil la provenance des mots chinois, en faisant imprimer ceux de la langue d'Émoui en italiques, et ceux de la langue mandarine en caractères ordinaires. En outre, nous avons placé à la suite de notre seconde partie des registres, dont l'un renferme les principaux mots mandarins cités, et l'autre la plupart de ceux de la langue d'Émoui ; on pourra donc en cas de doute consulter ces p.XXV tables, qui auront de plus l'avantage de pouvoir rendre des services si l'on compose un jour un dictionnaire des religions de la Chine.

Nous avons autant que possible, dans tout le cours de cet ouvrage, rendu en caractères chinois les expressions empruntées à la langue parlée d'Émoui, afin d'offrir une facilité aux sinologues, dont plusieurs étudient loin de la Chine la langue écrite, sans connaître de langues parlées 1.

Relevons encore que, pour ne rien leur faire perdre de leur saveur, nous avons donné dans la langue originale les citations d'auteurs anglais et allemands que nous avons intercalées dans notre ouvrage ; toutefois la traduction française de ces citations se trouve en appendice à la suite de la seconde partie.

Qu'il nous soit permis de terminer par l'expression de la vive reconnaissance que nous devons à M. Émile Guimet, grâce auquel cet ouvrage, qui a primitivement été publié en hollandais par les soins de la Société des Arts et des Sciences de Batavia, paraît maintenant dans la langue française, comprise de tous les hommes de science. Nous avons aussi à le remercier de ce qu'il nous a mis dans la possibilité de revoir notre ouvrage, d'y faire des adjonctions, et surtout de l'enrichir d'une foule de citations en chinois, qui étaient complètement absentes de l'ouvrage primitif et qui font presque de celui-ci un nouveau livre.

La Haye, 1885. D. G.

Le livre de M. De Groot sur les Fêtes annuelles des Chinois d'Émoui, très libre de pensée au point de vue religieux, a été traduit avec beaucoup de talent et la plus grande exactitude par M. C. G. Chavannes, pasteur protestant. L'Administration du Musée doit être d'autant plus reconnaissante à M. Chavannes d'avoir bien voulu se charger de cette tâche qu'il est loin de partager toutes les opinions de l'auteur. Nous le remercions de nous avoir mis à même de publier ce document si intéressant, plein de détails précieux tout à fait inédits en France sur le culte et les croyances populaires des Chinois.



CHAPITRE PREMIER

LE PRINTEMPS

PREMIER JOUR DU PREMIER MOIS

LA FÊTE DU NOUVEL-AN

p.003 Division de l'année. Nettoyage avant le commencement du printemps. Parure du nouvel-an. Payement des dettes avant le dernier moment de l'année. Grand étalage dans les boutiques. Inscriptions et devises affichées aux portes sur papier rouge, blanc ou bleu. Le port au nouvel-an. Absence de mouvement sur l'eau et dans les rues. Mendiants. Compliments de nouvelle année dans la rue. Les dés. Veillée d'une année à l'autre.

Offrande au dieu du Ciel et aux Seigneurs des trois Mondes. Ce qu'il faut probablement entendre par ces seigneurs. Encens et encensoirs. Pétards ; composition et fabrication ; emploi. Dieux domestiques ; leur culte au nouvel-an ; offrandes de thé, d'encens et de cierges le premier et le quinze de chaque mois, ainsi que tous les soirs sans exception. Compliments de nouvelle année des enfants aux parents et des enfants entre eux. Visites du jour de l'an.

Culte des ancêtres ; origine naturelle de ce culte. Les tablettes ; manière dont on les « peint » sur les tombes. Cérémonie de l'ouverture des yeux des idoles. Grande tablette des âmes des ancêtres. « Évocation » de l'âme. Offrande bis-hebdomadaire d'encens et de cierges aux ancêtres. Grande et petite offrande du jour de l'an aux tablettes, Papier d'offrande ; espèces diverses ; fabrication.

Riz, gâteaux, légumes et canne à sucre employés comme symboles de bonheur et p.004 d'abondance à l'occasion du renouvellement de l'année. Fleurs et oranges employées avec la même signification. Jeûne du jour de l'an. Superstition relative à l'emploi du riz à l'eau.

@

Il est à propos, avant de décrire comment les Chinois célèbrent le premier jour de l'année, d'indiquer comment ils le déterminent, et quelles divisions ils ont introduites dans le cours de l'année entière.

L'année chinoise se subdivise en mois ; chacun de ceux-ci commence un jour de nouvelle lune et a donc 29 ou 30 jours. Il y a douze mois dans l'année ordinaire, à laquelle il manque par conséquent quelques jours pour coïncider avec l'année solaire. Cela rend nécessaire au bout de quelque temps l'intercalation d'un mois supplémentaire, qui est alors annoncé par l'almanac. L'année commence à la première nouvelle lune qui suit la sortie du soleil du dernier des trois signes hivernaux, c'est-à-dire du Capricorne ; le jour de l'an tombe ainsi toujours entre le 21 janvier et le 19 février et ouvre la saison printanière, ce qui n'est pas le cas chez nous. La division du temps est, comme on le voit, très rationnelle chez les Chinois, puisqu'elle est fondée sur la marche des deux grands régulateurs de la Nature, le soleil et la lune, ce qui n'est plus le cas pour notre calendrier.

Il est clair que la manière dont les Chinois divisent l'année leur permet de toujours faire tomber l'équinoxe du printemps dans le cours du second mois, le solstice d'été dans le cinquième, l'équinoxe d'automne dans le huitième et le solstice d'hiver dans le onzième. Ainsi ces quatre centres véritables du printemps, de l'été, de l'automne et de l'hiver, tombent en réalité dans les mois moyens des quatre saisons chinoises, de sorte que dans l'extrême Orient l'année civile se base absolument sur des règles astronomiques.

Nous passerons maintenant à la description du jour qui ouvre pour les Chinois la saison du printemps, et avec elle l'année 1.

Le jour de l'an est une très grande fête pour les Chinois. Il faut qu'un Chinois n'ait ni argent ni crédit, ou qu'il ait perdu le dernier vestige du sentiment des apparences, pour que le jour de l'an il se montre autrement qu'habillé de neuf ; de plus c'est pour un grand nombre d'entre eux la seule occasion où ils se lavent le corps entier, car pour le reste de l'année ils bornent p.005 en général leurs ablutions aux parties du corps qui sont toujours exposées. La crasse de l'année a été enlevée des meubles et des boiseries quelques jours déjà avant la fête ; la maison même a subi un nettoyage quelconque. C'est comme si, avec ses vieux habits et sa vieille poussière, la population tout entière voulait mettre de côté la vieille année, de sorte que la propreté, qui n'est pas d'ordinaire la vertu cardinale des Chinois d'Émoui, devient une condition indispensable de la digne célébration du jour de l'an.

Le peuple en Hollande et dans plus d'une contrée de l'Europe a encore maintenant l'habitude d'acheter des « habits de pâques » et de faire passer aux habitations et aux meubles une grande revue de propreté vers l'époque où le soleil doit franchir l'équateur pour se rapprocher de nous. C'est ce même moment qui servait chez nous à déterminer le commencement de l'année il y a quelques siècles seulement. Nos habitudes sont ainsi conformes à celles des Chinois ; on met des vêtements neufs et l'on nettoie la maison, pour se mettre en harmonie avec la nature qui commence à se parer, mais on ne va pas si loin que les anciens Mexicains, qui, à l'entrée d'une nouvelle année, détruisaient leurs vieux meubles et les remplaçaient par des neufs.

Les préparatifs du jour de l'an commencent en Chine plusieurs jours à l'avance. Les marchands exposent tout ce qu'ils peuvent en vente dans les boutiques, car il leur faut de l'argent, une coutume excellente voulant que toutes les dettes s'acquittent avant que l'année soit close. On vend donc autant que possible ; l'argent roule ainsi et en même temps on trouve souvent l'occasion d'acheter à fort bas prix des articles de valeur. Un autre motif qui pousse les marchands à garnir très abondamment leurs étalages pendant les derniers jours de l'année, c'est que les emplettes se font alors très nombreuses, parce que la coutume veut que l'on fasse beaucoup de présents ; les amis en font à leurs amis, les supérieurs à leurs employés, les parents à leurs enfants :

[Trad.] The next to this is New-Yeare's day, whereon to every frende

They costly presents in do bring, and New-Yeare's giftes do sende.

These gifts the husband gives his wife, and father eke the childe,

And maister on his men bestowes the like, with favour milde ;

And good beginning of the Yeare they wishe and wishe again,

According to the ancient guise of heathen people vaine, etc. 1

p.006 Il va sans dire que pendant toute cette saison d'emplettes les rues présentent un aspect très animé ; la gaieté en est rehaussée, non seulement par les étalages attrayants des boutiques, mais encore par les bandes neuves de papier rouge, munies d'inscriptions variées, que l'on colle aux portes des maisons. D'ordinaire on en affiche deux par maison, une de chaque côté de la porte. On les appelle mûng-toùi 1 ou mûng-liên, et les inscriptions sont dans la règle rédigées sous forme antithétique et se rapportent soit à l'année qui commence, soit à la famille ou à la vocation de celui qui habite la maison. On commence déjà le 24 du dernier mois de l'année à renouveler ces bandes de papier. On peut les acheter toutes prêtes dans les boutiques ou bien les écrire soi-même, et il se vend de petits livres qui donnent des indications pour les composer. Toutefois elles font beaucoup l'objet d'un petit négoce spécial ; quelque pauvre lettré loue pour la saison une petite place dans la devanture d'une boutique au coin d'une rue, pour y vendre les papiers qu'il a écrits et se procurer de quoi avoir aussi sa fête. Souvent on colle un troisième papier au dessus de la porte ; l'inscription fait aussi allusion, soit au printemps qui s'ouvre, soit au métier de l'habitant de la maison. Ainsi un hôtelier ou un boutiquier choisira pour devise : « Puissent les hôtes venir en nuées » ; un boutiquier écrira : « Puissent les riches chalands ne cesser de descendre jusqu'ici », etc. Cependant l'inscription qui se voit le plus fréquemment sur les maisons de gens de toutes conditions et de tous rangs est celle-ci : « Puissent les cinq bénédictions descendre sur cette porte ». Ces cinq bénédictions sont une longue vie, la richesse, la paix et le repos, l'amour de la vertu, et une fin qui couronne la vie ; du moins c'est ainsi qu'elles sont énumérées dans le Chou-king 2, le plus ancien des cinq livres que l'on appelle les livres sacrés des Chinois. Si dans le cours de l'année il y a eu un décès dans la maison, p.007 on n'affiche pas de papier rouge, mais on en emploie du blanc, du jaune ou du bleu, suivant le rang et le sexe du défunt, car le rouge est partout en Chine symbolique du bonheur et de la joie, et on l'évite toujours quand on est en deuil 1. Ces papiers dont la nuance tranche ainsi sur la couleur uniforme qui orne la devanture des maisons deviennent, au milieu de la gaieté générale, comme un discret memento-mori adressé aux passants ; qu'ils se réjouissent, mais en même temps qu'ils donnent une pensée à plus d'un concitoyen, qui hier encore paraissait plein de santé, et qui maintenant déjà n'est plus sur la terre des vivants.

Mais, à Émoui, c'est le port avec ses jonques et ses barques innombrables, qui offre au nouvel-an le spectacle le plus bariolé. Les équipages ne se font pas faute de décorer leurs embarcations des indispensables devises sur bandes de papiers de couleur rouge ; on les colle partout, sur la coque, sur les mats, sur les rames ; on en fait flotter à la poupe ; on y joint de grandes banderoles blanches fendues sur une grande partie de leur longueur, et une multitude de pavillons triangulaires ou carrés. Tout prend ainsi un grand air de fête. Toutefois, le matin du jour de l'an, la ville aquatique, autrement si vivante, est comme endormie sous sa parure ; l'animation en a momentanément disparu, de même que dans les rues, qui pendant quelques heures restent à peu près désertes. C'est que les Chinois, qui ne connaissent pas de jour hebdomadaire d'inaction, fêtent le premier jour de l'année en cessant toute espèce de travail, et en font le premier d'une série de jours consacrés exclusivement au délassement et au plaisir. Naturellement toutes les boutiques restent fermées, ce qui contribue à la tranquillité des rues ; mais, de même que chez nous, l'armée des mendiants se met en campagne au grand complet dès le point du jour, dans l'espérance de recueillir des aumônes extra-abondantes. Vers le milieu de la journée les voies publiques commencent à se peupler de plus en plus. On voit les gens, en habits de fête, se hâter la mine affairée ; c'est que chacun a toute une tournée de visites à faire, coutume qui, je crois, n'existe qu'en Hollande, si ce n'est que de ce pays elle s'est transplantée dans p.008 quelques contrées de l'Amérique. Ces courses amènent de nombreuses rencontres entre amis et connaissances. Aussitôt on s'arrête et, joignant les mains devant la poitrine, on s'écrie kiong-hí, kiong-hí, ce qui, traduit librement, revient à « bien du bonheur et de la bénédiction ». La scène est animée, mais n'aurait rien de passionné si l'on pouvait purger les coins des rues de multitudes de koulies qui se livrent avec ardeur au jeu des dés, ou se glissent dans les maisons de jeu qui ont échappé à la vigilance des mandarins.

Offrande au Ciel et aux Seigneurs des trois Mondes.

Passons de la rue dans les maisons et voyons comment les Chinois y fêtent le nouvel-an. Non seulement la jeunesse dans la plupart des familles veille pour attendre, comme c'est l'usage chez nous, que l'ancienne année ait fait place à la nouvelle 1, mais encore elle ne se couche pas du tout. En effet, il faut de très bonne heure, souvent c'est même longtemps avant le lever du soleil, faire une offrande au dieu du Ciel, T'in-Kong 2, divinité par laquelle les Chinois entendent le ciel matériel lui-même, ou bien l'esprit qui l'anime. Dans ce but on dispose sur une table, placée devant la porte de la grande salle de la maison, de l'encens, des cierges, des tasses de thé et de petites boîtes remplies de sucreries ; ces boîtes s'appellent tsièn-áp, ce qui signifie « boîtes d'introduction » ou « boîtes de recommandation ». Celui qui présente l'offrande, d'ordinaire le chef de la famille, s'avance, prend dans ses mains jointes un ou trois petits bâtons d'encens, incline légèrement son buste à plusieurs reprises, puis dépose l'encens dans le cendrier 3.



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   85

similaire:

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconDiscours sur les principales fetes de marie

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconJoyeuses fêtes de fin d’année

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconSommaire
«Recensement de la fraude sur les moyens de paiement scripturaux» vise à recenser annuellement la fraude sur le chèque, le virement,...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconConcours gratuits à l’association francas dans le cadre du contrat Enfance Jeunesse
Dans le décret du 07 mai 1995 relatif aux ccas, IL est précisé dans l’article 1 que les ccas procèdent annuellement à une analyse...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconArt 1er. Dénomination et siège
«membres» jouissent de la plénitude des droits. Le nombre de membres est illimité, sauf sur décision du conseil d'administration...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconSoyons plus offensif pour mettre nos propositions revendicatives
«seniors», seraient toujours entre deux avions et entre deux fêtes à Marrakech ou à Saint-Barth. On lit et on entend dire fréquemment...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconRapport d’activité 2012
«Balades», conférences, fêtes, salons, expositions sans oublier notre e 8ème concert de trompes et orgue à Chilleurs aux Bois. Plus...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconArtifêtes Diffusion : importateur d’articles de fêtes avec plus de...
«Haute Gamme» ! Cela conforte mon sentiment que nous sommes un petit comité par la taille mais un «grand comite» pour notre sens...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconSur le maintien des services publics au niveau communal
«Concert de Noël» le vendredi 16 décembre à 20 h 30 à la salle des Fêtes de Ramonville avec le soutien de l’Association musicale...

Les fêtes annuellement céLÉBRÉes à iconLes initiateurs et les partenaires du Concours
«Quartiers Anciens» (pnrqad), l’anru intervient notamment sur les logements, les espaces publics, les équipements scolaires, les...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com