Convention collective nationale du 18 mars 2005





télécharger 0.85 Mb.
titreConvention collective nationale du 18 mars 2005
page1/26
date de publication12.02.2017
taille0.85 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26
Brochure JO 3159

Coiffure et professions connexes
CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE du 18 mars 2005
Convention collective nationale de la coiffure et professions connexes.
Etendue par arrêté du 12 octobre 2005 JORF 23 octobre 2005.

IDCC : 2493


Organisations patronales signataires :
Fédération nationale de la coiffure française ;
Conseil national des entreprises de coiffure (CNEC).
Syndicats de salariés signataires :
Fédération des services CFDT ;
Fédération nationale de l'encadrement, du commerce et des services ;
Fédération nationale de la coiffure FO ;
Fédération CSFV-CFTC ;
Fédération du commerce CGT.
article 1
article 1.1
 



Chapitre Ier : Dispositions générales.
Application de la convention.
Champ d'application.
en vigueur étendu
La présente convention règle les rapports de travail entre les employeurs et les salariés des entreprises et établissements métropolitains ayant une activité de coiffure, c'est-à-dire effectuant tous travaux sur le cheveu naturel et/ou artificiel sur la personne humaine quelles que soient les modalités d'exercice (salons de coiffure, hors salons de coiffure), le plus souvent répertoriée sous le code NAF 930 D dans la nomenclature d'activités françaises telle qu'elle résulte du décret n° 92-1129 du 2 octobre 1992. Sont exclus les entreprises et établissements dont l'activité principale est la fabrication, la vente et l'importation de postiches ou de perruques. Les établissements à activités multiples relèvent de la convention collective applicable à l'activité principale.

La présente convention est applicable à l'ensemble du territoire métropolitain. Des accords particuliers règleront l'application de la présente convention pour les départements et territoires d'outre-mer. La commission mixte nationale sera tenue informée, le cas échéant, de la signature de ces accords. Des accords particuliers pourront être établis à la demande des organisations représentatives d'une branche ou d'une activité particulière de la profession et communiqués pour information à la commission mixte nationale.



article 1.2 

Chapitre Ier : Dispositions générales.
Application de la convention.
Avantages acquis.
en vigueur étendu
Les dispositions de la présente convention ne pourront, au moment où elles s'appliqueront, être la cause d'une réduction des avantages acquis.

Seuls sont considérés comme acquis les avantages consentis librement par l'employeur par le contrat de travail individuel, écrit ou verbal, ou dans le règlement intérieur de l'entreprise. Ne font pas partie du contrat de travail et ne sont donc pas considérés comme acquis les avantages ayant découlé d'une disposition qui s'est imposée aux parties en vertu d'une loi, d'un texte réglementaire ou d'une convention collective, lorsque l'obligation qui en résulte vient à disparaître.

Les avantages relatifs aux salaires consentis essentiellement par une convention collective antérieure, une loi ou un texte réglementaire, à l'exclusion d'un contrat individuel ou d'entreprise, sont acquis en somme et non en conditions de rémunération.

Ils s'apprécieront, pour le maintien du même niveau, de la même catégorie ou du même échelon d'emploi, suivant la formule la plus avantageuse pour le salarié : soit sur la base du salaire brut global versé pendant les 12 mois ayant précédé la date d'application de la présente convention dans l'entreprise, soit sur la base du salaire brut perçu durant les 3 derniers mois écoulés. Si le salaire ainsi calculé est supérieur au minimum conventionnel correspondant au coefficient du salarié, celui-ci devient le salaire garanti au titre des avantages acquis à titre individuel.

La durée de la présente convention est indéterminée.

Les parties signataires et adhérentes au sens de l'article L. 132-9, dernier alinéa, du code du travail pourront à tout moment proposer aux autres partenaires sociaux des modifications à la convention. La partie qui demandera la modification devra faire connaître, en même temps, les motifs de sa demande. Les autres parties seront tenues de lui répondre dans un délai de 2 mois à dater de la réception de ladite demande. La demande de modification n'entraînera pas la résiliation de la présente convention.

La dénonciation pour résiliation de la convention devra être demandée par pli recommandé 3 mois au moins à l'avance. Elle pourra porter sur la totalité de la convention ou sur certains de ses articles seulement. Sauf conclusion d'un accord de substitution, la convention ou les articles dénoncés resteront en vigueur pendant une année, conformément aux dispositions de l'article L. 132-8 du code du travail (1).

(1) Alinéa étendu sous réserve de l'application des dispositions de l'article L. 132-8 du code du travail (arrêté du 12 octobre 2005, art. 1er-1).



article 1.3 

Chapitre Ier : Dispositions générales.
Application de la convention.
Dialogue social.
en vigueur étendu
Le système légal de l'absence d'opposition majoritaire suite à la loi du 4 mai 2004 est retenu comme règle applicable à l'entrée en vigueur des accords conclus dans la branche coiffure.

Pour la détermination du caractère majoritaire, le système légal de majorité en nombre d'organisations syndicales de salariés représentatives est retenu.

Les signataires décident que les accords conclus à un niveau inférieur ou couvrant un champ d'application territorial ou professionnel moins large ne pourront déroger aux dispositions de la présente convention, de ses avenants et annexes, que par des dispositions plus favorables aux salariés.



article 2
article 2.1
 


Chapitre Ier : Dispositions générales.
Commissions.
Commissions de conciliation.
en vigueur étendu
2.1.1. Commissions régionales de conciliation.

Il sera constitué pour chaque région académique une commission composée, selon une représentation égale en nombre, de 2 membres employeurs et de 2 membres salariés au minimum ou bien de 4 membres employeurs et de 4 membres salariés au maximum, adhérents des syndicats affiliés aux organisations signataires ou adhérentes de la présente convention.

Les commissions régionales se réunissent à la requête de la partie la plus diligente, formulée au moins 1 semaine à l'avance.

Ces commissions auront à connaître, en vue d'un règlement amiable ou pour avis, de tout conflit collectif ou, facultativement, de différends individuels survenant entre employeurs et salariés, à l'occasion de l'application de toutes les clauses de la présente convention et, plus généralement, de tout problème posé par leur mise en pratique. L'avis de la commission doit être motivé et a une valeur consultative entre les parties.

Les avis rendus devront être communiqués à la commission nationale de conciliation pour information.

Les commissions ainsi créées ne constituent pas d'organes de négociation pour la conclusion d'accords spécifiques régionaux.

2.1.2. Commission nationale de conciliation.

Il est institué une commission nationale composée au minimum de 4 membres représentants des employeurs et de 4 membres représentants des salariés, appartenant aux organisations signataires ou adhérentes. Chaque collège devra comporter un même nombre de membres.

La commission nationale se réunira à la requête de la partie la plus diligente formulée au moins 1 semaine à l'avance.

La commission aura à examiner entre autres :

- les conflits collectifs ou, facultativement, les litiges individuels qui n'auront pu être réglés au sein des commissions régionales ;

- le règlement des conflits collectifs de travail se situant hors de la compétence des commissions régionales ;

- la formation des commissions régionales et leur fonctionnement régulier conformément à l'article 2.1.1 ci-dessus.

En accord avec la majorité des membres présents, et en cours de réunion, la commission nationale de conciliation peut à tout moment se transformer en commission nationale paritaire d'interprétation lorsque la conciliation demandée vise l'interprétation de la présente convention collective.



article 2.2 

Chapitre Ier : Dispositions générales.
Commissions.
Commission nationale paritaire d'interprétation.
en vigueur étendu
Conformément aux dispositions de l'article L. 132-17 du code du travail, il est institué une commission nationale paritaire d'interprétation dont le but est de donner un avis sur les difficultés d'interprétation de la présente convention.

Elle a la même composition que la commission nationale de conciliation instituée à l'article 2.1.2 de la présente convention.

Le secrétariat de la commission paritaire d'interprétation est assuré par la fédération nationale de la coiffure.

C'est au siège de ce secrétariat que les organisations [*signataires ou adhérentes*] (1) doivent saisir la commission des litiges relatifs à l'interprétation qu'il convient de donner aux dispositions de la présente convention, à charge pour le secrétariat de réunir la commission dans un délai de 1 mois.

Les avis délibérés à la majorité des voix par la commission paritaire d'interprétation auront la même force exécutoire que la convention elle-même lorsqu'ils sont incorporés à la convention par voie d'avenant, sur décision de la commission mixte nationale.

(1) Termes exclus de l'extension comme étant contraires au principe de non-discrimination tiré des dispositions combinées de l'article L. 132-2 et du 1er alinéa de l'article L. 133-1 du code du travail (arrêté du 12 octobre 2005, art. 1er-1).


Organisations patronales signataires :
Fédération nationale de la coiffure française ;
Conseil national des entreprises de coiffure (CNEC).
Syndicats de salariés signataires :
Fédération des services CFDT ;
Fédération nationale de l'encadrement, du commerce et des services ;
Fédération nationale de la coiffure FO ;
Fédération CSFV-CFTC ;
Fédération du commerce CGT.
article 2.3 


Chapitre Ier : Dispositions générales.
Commissions.
Commission nationale paritaire de l'emploi et de la formation professionnelle.
en vigueur étendu
En application de l'accord national interprofessionnel du 10 février 1969, il est institué une commission nationale paritaire de l'emploi et de la formation professionnelle de la coiffure (établissements répertoriés le plus souvent sous le code NAF 930 D).

a) Composition

Cette commission est composée de 2 représentants de chacune des organisations syndicales de salariés [*signataires et adhérentes de la présente convention*] (1) et d'un même nombre total de représentants patronaux.

b) Réunion

La commission se réunira au moins 3 fois par an.

c) Secrétariat

La fédération nationale de la coiffure assumera la charge matérielle du secrétariat et du fonctionnement de la commission.

d) Missions

La mission de la commission nationale paritaire de l'emploi et de la formation professionnelle de la coiffure est celle définie par les articles 5 et 8 de l'accord national interprofessionnel du 10 février 1969. Elle aura donc pour tâche :

- de permettre l'information réciproque sur la situation de l'emploi dans la profession à partir de statistiques concernant les effectifs de chaque spécialité et leur répartition dans chaque catégorie d'emploi ;

- d'étudier la situation de l'emploi, son évolution au cours des mois précédents et son évolution prévisible, en fonction de la conjoncture économique, du progrès technique et des besoins de la profession ;

- de participer à l'étude des moyens de formation, de perfectionnement et de réadaptation professionnels, publics et privés existants pour les différents niveaux de qualification et de rechercher avec les pouvoirs publics et les organismes intéressés les moyens propres à assurer leur pleine utilisation, leur adaptation et leur développement, et de formuler à cet effet toutes observations et propositions utiles ;

- d'examiner, en cas de licenciements généralisés ou collectifs, les conditions de mise en oeuvre des moyens de reclassement et de réadaptation ;

- d'assurer les liaisons nécessaires et de faire toutes les démarches auprès des pouvoirs publics et des organismes intéressés, ayant des attributions en matière d'emploi (agence nationale pour l'emploi, AFPA, APEC, UNEDIC, ASSEDIC, etc.).

Un rapport sera établi, au moins annuellement, sur la situation de l'emploi et son évolution.

(1) Termes exclus de l'extension comme étant contraires aux dispositions de l'article 4 de l'accord national interprofessionnel du 10 février 1969 modifié sur la sécurité de l'emploi (arrêté du 12 octobre 2005, art. 1er-1).



article 3 

Chapitre Ier : Dispositions générales.
Commissions.
Non-discrimination.
en vigueur étendu
L'application de la présente convention ne peut entraîner aucune discrimination entre les travailleurs, quel que soit leur sexe ou leur âge. La commission prévue à l'article 2.1.2 aura à connaître de tout différend pouvant naître à ce sujet.

Pour toute mesure concernant le personnel, et notamment pour arrêter une décision d'embauchage, de promotion ou de licenciement, pour prendre des mesures de discipline, pour conduire et répartir le travail, les employeurs s'interdisent de prendre en considération :

- l'appartenance à un syndicat ou à un groupement professionnel ;

- les opinions politiques ou religieuses ;

- des critères d'ordre racial ou ethnique ;

- la nationalité ;

- le sexe ;

- les moeurs ;

- la situation de famille.

Dans les établissements d'au moins 20 salariés, le règlement intérieur devra rappeler les dispositions légales applicables en matière de harcèlement moral et de harcèlement sexuel, ainsi que les dispositions légales relatives à l'égalité de traitement entre les hommes et les femmes.

Article étendu sous réserve de l'application des dispositions de l'article L. 122-45 du code du travail (arrêté du 12 octobre 2005, art. 1er-1).



article 4
article 4.1
 


Chapitre Ier : Dispositions générales.
Liberté syndicale.
Principe de liberté syndicale.
en vigueur étendu
Le droit syndical s'exerce dans le cadre de la Constitution du 4 octobre 1958 et des articles L. 412-1 et suivants du code du travail. Les parties contractantes reconnaissent la liberté, aussi bien pour les employeurs que pour le personnel de s'associer pour la défense collective des intérêts afférents à leur condition ainsi que la pleine liberté pour les syndicats de poursuivre leurs buts.




article 4.2 

Chapitre Ier : Dispositions générales.
Liberté syndicale.
Droit syndical dans l'entreprise.
en vigueur étendu
L'exercice du droit syndical est reconnu dans toutes les entreprises conformément aux dispositions des articles L. 412-1 et suivants du code du travail.




article 4.3 

Chapitre Ier : Dispositions générales.
Liberté syndicale.
Congé de formation économique, sociale et syndicale.
en vigueur étendu
En vue de faciliter la participation des salariés à la vie syndicale et à l'éducation ouvrière, les salariés et apprentis désireux de participer à des stages ou cessions consacrés à la formation économique, sociale et syndicale ont droit, sur leur demande et conformément aux articles L. 451-1 et suivants du code du travail, à un congé non rémunéré (il sera rémunéré dans les entreprises d'au moins 10 salariés) de 12 jours ouvrables par an, sous réserve que cette absence ne perturbe pas l'organisation du travail et la bonne marche de l'entreprise. Tout refus éventuel du congé par l'employeur devra être motivé. Ce refus pourra être contesté devant le conseil des prud'hommes.

Ce congé est porté à une durée de 18 jours lorsque le salarié est appelé à exercer des responsabilités syndicales ou à animer des stages.

Organisations patronales signataires :
Fédération nationale de la coiffure française ;
Conseil national des entreprises de coiffure (CNEC).
Syndicats de salariés signataires :
Fédération des services CFDT ;
Fédération nationale de l'encadrement, du commerce et des services ;
Fédération nationale de la coiffure FO ;
Fédération CSFV-CFTC ;
Fédération du commerce CGT.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   26

similaire:

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconAssemblée nationale
«convention alpine»), votés le 19 mai 2005 et promulgués le 20 mai 2005 (Loi n°2005-492)

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconA la convention collective nationale des hotels, cafes, restaurants

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconConvention collective nationale des établissements privés d'hospitalisation,...

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconConvention collective nationale des entreprises d’installation sans...

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconPresentation du draft de la convention collective nationale des entreprises...

Convention collective nationale du 18 mars 2005 icon2015 Date de lancement : 27 mars 2015
«collective». L’article L. 6326-3 du code du travail précise le cadre de la poe collective

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconDispositions locales de la convention collective

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconEn l’affaire Ghirea c. Moldova
«le requérant»), a saisi la Cour le 28 April 2005 en vertu de l’article 34 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et...

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconRésumé L’Assemblée nationale, en France, a adopté, le 9 août 2004,...
«Droit de la santé» de l’Agence universitaire francophone (auf), 29 mars au 1er avril 2005, Dakar (Sénégal)], Bordeaux, Éditions...

Convention collective nationale du 18 mars 2005 iconConvention collective de travail des exploitations agricoles






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com