2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin





télécharger 54.36 Kb.
titre2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin
date de publication19.05.2017
taille54.36 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
« Comment briser la loi du silence »
Séquence VIE DE CLASSE
1. Temps de mise en scène rapide (5 mn)
3 volontaires ; la scène peut être une agression physique
Nous sommes devant le collège à 17h15. Les élèves attendent le car.

Alex discute avec ses copains. Benoît, très excité, se dirige vers Alex et l'agresse. Christophe, un peu plus loin, assiste à la scène sans intervenir. Vous êtes Christophe.
2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin
a) réflexion individuelle (5 minutes)
Chaque élève répond individuellement aux 2 questions (cf feuille élève)
- Qu'éprouve Alex ?

Réponse : peur, douleur, colère, chagrin, honte

- Que peut faire Alex

Réponse : fuir, se laisser faire, se taire, frapper Benoît, se venger plus tard, appeler à l'aide, raconter l'évènement à un adulte
b) réflexion collective (15 minutes)
Les animateurs reportent les réactions à la question « que peut faire Alex ? » sur un tableau blanc, en ayant au préalable fait un tableau à 3 colonnes. On ne donne pas le titre des colonnes.

Les réponses sont reportées par les animateurs sur le tableau (rajouter + si avantages ou - si inconvénients).


COMPORTEMENT DE L’ORDRE DE LA FUITE (ou silence)

COMPORTEMENT DE L’ORDRE DE LA RIPOSTE

L’APPEL A L’AIDE

Avantages

inconvénients

Avantages

inconvénients

Avantages

Inconvénients

Met fin à l’agression







Risque d'escalade, de

cercle vicieux

Réponse moins

dangereuse







L'agresseur risque de

récidiver


Légitime défense sauf si disproportion entre la gravité de l'attitude et les moyens de défense employés
Exige du sang-froid
Peut se retourner contre la victime

Montrer que l'on n'a pas peur







Si on se tait,

l'agresseur est le

vainqueur




Crainte de représailles







Défiance vis-à-vis de l'adulte (préciser de quels adultes on parle)


Les élèves doivent trouver le titre des colonnes : 3 grandes attitudes sont adoptées.

Possibilité de sonder rapidement à main levée les élèves sur leur attitude.

3. Concernant Christophe ( chaque élève de la classe se met à sa place), pas de temps de réflexion. Réaction spontanée des élèves en groupe.
Réponse à la question « Que peut faire Christophe ? ». Se servir de l’argumentation ci-dessous pour répondre aux questions des élèves.
- appeler à l'aide (assistance)

L'appel à l'aide, immédiat ou différé est une réponse beaucoup moins dangereuse. Il provoque pourtant deux réactions chez les élèves : la crainte des représailles et la défiance vis-à-vis des adultes. Une discussion ouverte permet d'essayer de les convaincre que l'intervention d'un adulte et de toute façon préférable au silence, qui peut générer, lui, une récidive. Appeler à l'aide, c'est aussi une manière de montrer que l'on n'a pas peur. A ce moment de la séance, il n'est pas superflu de faire préciser de quels adultes on parle. Généralement, les réponses arrivent dans cet ordre : la police, le personnel du collège, les parents, les passants. Il est intéressant de reprendre toutes ces possibilités en essayant de montrer qu'elles provoqueront des effets différents. C'est là aussi que l'on découvre que presque tous les élèves ont au moins une expérience négative de l'appel à l'aide des adultes. Il ne faut pas, je crois, chercher à nier ou à relativiser ces remarques. Nous connaissons tous les lâchetés (grandes ou petites) dont chacun de nous est capable... On peut conseiller alors aux élèves d'interpeller d'autres adultes, jusqu'à ce que leur problème soit pris en considération.
- s'interposer (interposition)

L'interposition dans une agression apparaît de loin comme l'action la plus valorisante, l'héroïsme exerçant une fascination forte sur l'imaginaire des adolescents. Il convient de montrer aux élèves tous les dangers de cette réaction et quelle maîtrise de soi elle suppose pour être efficace. De façon générale, elle n'est réaliste que dans certaines situations (agression verbale, acteurs plus jeunes que le témoin). Dans tous les autres cas, elle peut être dangereuse pour le témoin, et donc inefficace pour la victime. L'appel à l'aide est donc préférable, même s'il est moins glorieux.
- ne rien faire (passivité)

Les attitudes de passivité font l'objet d'un traitement particulier. Car le regard du témoin est rarement unique. Si Christophe voit Alex et Benoît, Alex et Benoît peuvent souvent voir Christophe. Le manque de réaction du témoin peut alors être traduit par la victime (et éventuellement par les services de police) comme de la complicité. De son côté, l'agresseur peut l'interpréter comme de la peur et découvrir ainsi sa prochaine victime.
- fuir (passivité, lâcheté)

Les comportements de l'ordre de la fuite (symbolique ou non), s'ils peuvent mettre un terme immédiat à l'agression, peuvent ne constituer que des solutions provisoires, la peur manifeste de la victime pouvant encourager l'agresseur à récidiver.
- porter secours à la victime, le rassurer (assistance)

L'assistance à la victime ne semble pas être une attitude spontanée. Il convient donc, à ce moment de la séance, de lui consacrer un moment privilégié, où seront étudiés ses avantages. Cette démarche possède d'abord le mérite de briser le mur de la peur, de la honte et du silence dans lequel s'enferme la victime. Les élèves sont généralement sensibles à ce comportement de « bon camarade ». Surtout, il permet de sortir d'un dilemme douloureux pour eux. En effet témoigner en faveur d'un camarade victime, c'est parfois dénoncer un camarade auteur. On connaît le folklore de type « mafieux » dont sont imprégnés nos élèves. De ce point de vue, conseiller une victime pour l'amener elle-même à interpeller les adultes paraît beaucoup plus honorable. Il convient au passage de souligner l'ambivalence du verbe « dénoncer » en français, puisqu'on peut « dénoncer les juifs » sous l'Occupation, et « dénoncer l'injustice » dont fut, par exemple, victime Dreyfus.
- l'accompagner au collège, chez ses parents, ... (assistance)

Travail de réflexion en groupe
- Les animateurs reportent les attitudes à la question « que peut faire Christophe ? » sur un tableau blanc, en ayant au préalable fait un tableau à 3 colonnes. On donne le titre des colonnes.


L’INTERPOSITION

L'ASSISTANCE

LA PASSIVITE

avantages

inconvénients

avantages

inconvénients




Le plus valorisante

auprès des ados









Pour être efficace, demande une grande maîtrise de soi et n’est réaliste que dans certaines situations

Dénoncer = briser le mur du silence et la peur dans lequel est enfermé Alex
Permet le dialogue et une recherche de solutions

Se taire, c'est être complice

Le silence est coupable et condamnable






Témoigner faveur de Alex = dénoncer Benoît qui peut être un bon camarade de

Christophe
en

qui peut être un bon camarade de Christophe







Dangereuse pour le

témoin (2ème victime)

donc inefficace pour

Alex

Christophe







- Présentation des avantages et inconvénients par les animateurs de chaque attitude.

- Insister sur les phrases soulignées.
4. Conclusion
Définition : La « loi du silence », appelée aussi « omerta » dans le milieu mafieu, signifie «ne rien dire».

Agir ainsi donne du crédit, de l'assurance aux délinquants.
Rappel à la loi :

Parler, ce n'est pas de la délation mais de la protection.

Il est nécessaire de parler afin de se protéger et de protéger les autres. La communication et la parole sont essentielles pour prévenir et guérir. Agir, c'est commencer par briser la loi du silence.
Un exemple triste : en France, chaque année, on estime à 25000 1e nombre d'agressions sexuelles, or seulement 8000 cas sont recensés officiellement.

Eventuellement, retour sur la notion de légitime défense
Principe

Tout individu a le droit de se défendre et de porter des coups s'il est agressé de façon soudaine et imprévisible et qu'il se trouve dans l'impossibilité de faire appel aux forces de l'ordre.

Exemple : se défendre contre l'auteur d'un vol usant de violences.

Situations de non légitime défense

Un individu peut être poursuivi en justice :

  • s'il réagit après une attaque alors que son agresseur s'est retiré. Cette réaction est considérée comme une vengeance,

  • s'il anticipe une agression future et incertaine.



Caractéristiques de la légitime défense

  • être nécessaire (il n'y a pas d'alternative),

  • être proportionnée à l'attaque,

  • correspondre à une nécessité impérieuse (ne pas avoir le temps d'appeler la police).

La provocation ne justifie pas le recours à la légitime défense, le tribunal peut toutefois admettre des circonstances atténuantes et réduire la peine.

Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin
- Qu'éprouve Alex ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Que peut faire Alex

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin
- Qu'éprouve Alex ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Que peut faire Alex

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin
- Qu'éprouve Alex ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Que peut faire Alex

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin
- Qu'éprouve Alex ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..
- Que peut faire Alex

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..



similaire:

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconNote de service n°1
«Il s'agit donc de concilier l'École pour tous et la réussite de chacun, en s'assurant que chaque élève, quel que soit son parcours,...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconNote. Le président sur tous les fronts depuis l’élection de Nicolas...
«Il y a une guerre des classes, c’est un fait, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre, et nous sommes...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconLe prefet de la charente-maritime
«pro gard securite» dont le siège social est situé 128 rue Pierre Loti à rochefort est autorisée à exercer ses activités de surveillance...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconInstruction n° cng/dgd/udh/DS/2016/226 du 12 juillet 2016 relative...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconIntervention de me benoit renaud

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconSous-prefecture de saint-benoit
«Jeunesse Athlétique de Cambuston» est autorisée à organiser une compétition sportive dénommée «Relais de l’ajac» le dimanche 11...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconKatiba, de Jean-Christophe Rufin
«Le titre d’écrivain ne peut, à mes yeux, être décerné que par le temps : IL faut du recul pour savoir si l’on en est un», expliquait-il...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconMonsieur Christophe bombled, Bourgmestre de cerfontaine

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconPréface
«Justice par la Foi», qui se développa en 1888, la plupart des adventistes éprouvèrent de la difficulté à accepter l'évaluation du...

2. Benoît agresse Alex, Christophe (chaque élève de la classe) est témoin iconDehors, les vieux !, par Christophe Trivalle






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com