23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine





télécharger 221.89 Kb.
titre23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine
page6/7
date de publication09.10.2019
taille221.89 Kb.
typeDocumentos
1   2   3   4   5   6   7

Le voici : Plus le fruit est rond et plus il sera juteux!

Et pour en conserver, laissez les fruits baigner dans un saladier d’eau (si vous changez l’eau régulièrement, ils resteront frais durant 3 mois (aussi frais que si vous veniez de les acheter, si, si!)

19.01.2015 : 330. Fin de l'interdiction européenne des OGM :

L'Europe a mis fin à des années de blocage sur le dossier OGM. Mardi 13 janvier, les eurodéputés ont adopté à une large majorité (480 voix contre 159), en deuxième lecture, un amendement à une directive datant de 2001, permettant à un pays de l'Union de s'opposer aux cultures d'organismes génétiquement modifiés sur son territoire, même si une autorisation a été délivrée au niveau de Bruxelles. Dans le même temps, cette législation, qui entrera en vigueur au printemps, devrait faciliter la culture de semences transgéniques sur un Vieux Continent hostile aux biotechnologies.

Jusqu'à présent, la Commission autorisait les OGM après avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), mais se retrouvait systématiquement confrontée à l'hostilité des Etats anti-OGM lors des conseils européens et ne parvenait pas à obtenir de majorité qualifiée lors des votes. De leur côté, les Etats « anti-OGM » (ils sont 19, dont la France, à s'opposer à ces cultures) ne pouvaient interdire les cultures transgéniques qu'en prenant sur leur territoire des clauses de sauvegarde ou des mesures d'urgence pour des motifs environnementaux et sanitaires. Une procédure très fragile juridiquement.

Lire le décryptage : OGM : tout comprendre au nouveau cadre européen

Désormais, les capitales pourront évoquer également des motifs de politique agricole, d'aménagement du territoire ou des conséquences socio-économiques. Dans le détail, les Etats qui souhaitent bannir des OGM devront négocier avec les semenciers, sous la houlette de la Commission, pour leur demander d'être retirés du périmètre de culture proposé par les entreprises. Si la firme refuse, l'Etat membre pourra néanmoins interdire de manière unilatérale l'OGM. Ce qui devrait, en toute logique, empêcher les firmes des biotechnologies (Monsanto, etc.) de contester leurs décisions devant la Cour de justice de l'Union européenne.

DISTORSION DE CONCURRENCE

Pourtant, beaucoup d'eurodéputés, à part la famille sociale-démocrate, restent sur leur faim, ou alors franchement insatisfaits. Les anti, comme les pro-OGM. Côté conservateurs – majoritaires dans l'hémicycle –, on dénonce, à l'instar du député UMP Alain Lamassoure, un « recul de l'Europe qui va laisser les pays décider comme ils l'entendent ». Le texte voté mardi prévoit ainsi des garde-fous, pour éviter la dissémination des OGM d'un pays qui en aurait autorisé la culture à un voisin. Mais la nature des « zones tampons » à mettre en place, leur surface, etc., tout cela sera à la discrétion des capitales.

Autre crainte des députés conservateurs : « Ce texte risque d'introduire une distorsion de concurrence entre agriculteurs, entre ceux des pays qui ont autorisé les cultures et les autres. Ce serait redoutable », relève l'eurodéputée UMP Françoise Grossetête. Les Verts, qui ont voté contre le texte, soulignent aussi ce risque de distorsion de concurrence, mais à l'inverse pour les agriculteurs n'utilisant pas d'OGM.

RECOURS D'UNE FIRME OGM

Mais surtout, José Bové, pour la délégation française, s'inquiète qu'en voulant corriger une incertitude juridique la nouvelle directive en introduise d'autres, peut-être plus graves, selon lui. « On n'est pas à l'abri d'un recours d'une firme des biotechnologies contre un Etat européen qui déciderait de s'opposer à une semence génétiquement modifiée, en utilisant des mécanismes d'arbitrage privé [prévus dans de nombreux traités bilatéraux entre Etats], au motif que leur investissement dans ce pays en pâtira », assure l'eurodéputé français. « D'autres pourraient être tentées de faire un recours devant l'Organisation mondiale du commerce [OMC], pour entrave au commerce, en instrumentalisant un petit pays extra-européen [seuls des pays peuvent faire des recours devant cette instance] », ajoute M. Bové. Or, l'OMC peut sanctionner des décisions politiques basées sur des arguments socio-économiques et non scientifiques.

« Certains Etats anti-OGM vont se retrouver dans une position schizophrénique, prévient en outre Eric Meunier, chargé de mission pour l'association Inf'OGM. Ils pourront interdire un OGM sur leur territoire mais, en échange, la Commission européenne attend qu'ils ne s'opposent pas à l'autorisation de cet OGM dans le reste de l'Europe. »

HUIT OGM EN ATTENTE D'AUTORISATION

Une chose est sûre, la nouvelle législation va accélérer la mise en culture de semences transgéniques sur le sol européen. Conséquence des années de blocage, un seul OGM est actuellement cultivé en Europe : le maïs MON810 du groupe américain Monsanto. Cette semence, plantée presque exclusivement en Espagne et au Portugal, fait l'objet d'un moratoire dans huit pays, tandis que la France a voté une loi en mai 2014 pour interdire la culture des maïs transgéniques. Trois autres semences génétiquement modifiées ont été autorisées mais abandonnées par les entreprises qui les commercialisaient, faute de débouchés : le maïs Bt176 de Syngenta, le maïs T25 de Bayer et la pomme de terre Amflora de BASF.

Or, huit dossiers d'OGM attendent une autorisation européenne de culture, selon Inf'OGM : le MON810 (demande de renouvellement), le TC1507 de l'Américain Pioneer, proposé à la culture par la Commission en novembre 2013 sous la pression d'un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne, ainsi que six autres maïs de Pioneer, Dow AgroSciences et Syngenta. Les premières mises en culture ne devraient pas intervenir avant 2016, au vu des délais pour la mise en œuvre de la nouvelle législation.

D'ici là, la situation pourrait même encore avoir changé. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a ainsi inscrit dans ses priorités de 2015 la révision de la procédure d'autorisation des OGM. La controverse n'est peut-être pas close. 

15.01.2015 : 329. Le gaspillage alimentaire :

Dans le monde, presque 1 personne sur 7 se couche l’estomac vide. Or, environ 1/3 de la nourriture produite chaque année dans le monde est perdue ou gaspillée, soit 1,3 milliard de tonnes. Si l’on ne compte que le gaspillage en Europe, la quantité d’aliments perdus pourrait nourrir 200 millions de personnes.

La Fondation GoodPlanet s’engage sur la lutte contre le gaspillage alimentaire et vous aide à démêler le vrai du faux !

Le saviez-vous ?

En France il y a 8 590 000 tonnes de déchets alimentaires par an – soit presque 80 kg par personne. Or, si 80% de ces déchets sont difficilement évitables (os, épluchures…) il reste tout de même 20 kg/personne et par an de gaspillage alimentaire.

Mais qu’est-ce que le gaspillage alimentaire ?

Il désigne la quantité de nourriture qui aurait pu être consommée et qui est finalement jetée. Par exemple chaque français jette en moyenne chaque année 7 kg d’aliments non consommés et encore emballés.

Pourquoi réduire le gaspillage alimentaire ?

Tout d’abord, pour des raisons éthiques : la Terre produit suffisamment pour nourrir tous les hommes mais le gaspillage alimentaire accapare 28 % de nos terres agricoles !

D’autre part, pour des raisons économiques : dans le monde, le gaspillage alimentaire représente une valeur d’environ 1 000 milliards de dollars soit le PIB de l’Australie. En France, il représente un coût moyen annuel de 400 € pour une famille de 4 personnes.

Enfin, pour des raisons environnementales : l’agriculture nécessite l’utilisation d’importantes quantités d’eau, d’énergie et de ressources naturelles. Il faut, par exemple, 15 000 litres d’eau (soit 80 baignoires pleines !) pour produire un kilo de viande rouge ; et ce kilo a émis autant de GES qu’une voiture ayant roulé pendant 80 km. Ainsi l’agriculture et les changements d’utilisation des terres (déforestation, etc.) sont à l’origine d’environ 30% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Halte aux idées reçues !

D’après une étude de la Commission européenne, les ménages seraient les premiers responsables du gaspillage alimentaire, représentant près de 40%. Les acteurs de la grande distribution qui souvent pointés du doigt ont réalisé, quant à eux, des efforts importants : leurs dons aux Banques Alimentaires permettent de redistribuer environ 600 millions de repas chaque année aux plus démunis.

Quelles solutions pour faire face au gaspillage alimentaire ?

Dans un premier temps lors de l’achat : s’interroger sur la nécessité des achats, la pertinence des quantités, et tenir compte des dates de péremption. Par exemple il faut faire attention aux offres promotionnelles avec des quantités que nous ne pourrons écouler à temps. –   La DLC – date limite de consommation – concerne les produits très périssables qui pourraient provoquer une intoxication alimentaires si consommés trop tardivement. –   La DLUO – date limite d’utilisation optimale – elle, concerne les denrées moyennement périssables dont les qualités nutritives et gustatives peuvent s’altérer un peu avec le temps.

Ensuite, grâce à une meilleure conservation des aliments : organiser son réfrigérateur (aliments fragiles dans les zones plus froides, aliments proche de la date de péremption devant etc.), le nettoyer régulièrement, utiliser des boites de conservation réutilisables (pour conserver les plats cuisinés et/ou des produits entamés), et ne pas hésiter à se servir de son congélateur.

Dans un troisième temps, grâce à une cuisine futée : ajuster les quantités et cuisiner les restes. Par exemple du pain rassis peut devenir un dessert de pain perdu, de la chapelure ou des croutons à l’ail. Trouvez plus de recettes de cuisine sur La Fabrique à Menus.

Finalement avec le compostage : alléger sa poubelle recyclant les restes organiques. En effet, c’est le principe selon lequel la faune et la flore transforment les déchets organiques et les recyclent en un compost excellent pour la fertilité des sols. Attention, il faut connaître les déchets compostables et varier leur apport, vérifier le bon process de décomposition des déchets et ventiler le compost régulièrement

- See more at: http://www.goodplanet.info/actufondation/2015/01/14/consommer-moins-et-consommer-mieux-eviter-le-gaspillage-alimentaire/#sthash.KYKBGr67.dpuf

07.01.2014 : 328. LEGUMES PERPETUELS :

Légumes perpétuels : Récolter chaque année, sans trop forcer !

Publié par : Lucas dans Au potager, Fiches conseils, Jardinage, Tous les articles
Faciles et économiques, les légumes perpétuels cumulent les avantages des plantes vivaces tout en assurant des récoltes régulières au potager avec un minimum d’entretien. Ces plantes potagères et légumes vivaces sont généralement de culture très simple et restent en place d’une année à l’autre…alors découvrez les sans plus tarder et donnez-leur la place qu’ils méritent dans votre potager !

criste marine - alsagarden (2)

La Criste marine, une plante potagère vivace et parfaitement rustique !
1   2   3   4   5   6   7

similaire:

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine icon01. 06. 2015 : 365. La dépression agit sur l'adn et non l'inverse !
«Mais moi, j’ai toujours eu une excellente digestion !» Tant mieux, mais est-ce que ça durera ?…

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine icon03. 06. 2015 : 365. La menthe : a cultiver dans son jardin ou en pot !

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconRapport commercial qui s’établit de 1 à 16, l’argent est en réalité...
«Lorsque deux monnaies sont en circulation, l’une considérée comme bonne, l’autre considérée comme mauvaise, la mauvaise monnaie...

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconSynopsis : Namir
«le Baron». Aya croise ce dernier un matin d’avril et sa vie entame peu à peu une descente en enfer

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconLa parabole ‘du fils prodigue’
«Tous les publicains et les gens de mauvaise vie s'approchaient de Jésus pour l'entendre. Et les pharisiens et les scribes murmuraient,...

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconLe décret sur les modalités de consultation des institutions représentatives...
«vulnérabilité [d’une personne] résultant de sa situation économique, apparente ou connue de son auteur». A l'origine de cette disposition,...

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconLittérature russe
«l’étincelle divine», comme on disait autrefois. Aussi quand on leur montre une image vraie, exacte, sombre, mauvaise, ils se refusent...

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconRecherche par une date a. La date connue est anterieure a la renovation...
«origine de propriété». En réalité ce qui est explicité ici à la suite, le système d’investigation, est basé avant tout uniquement...

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconAlerte à une proposition de loi scélérate, lancée par un membre du Comité Cedif
«Le signalement effectué dans ces conditions ne peut engager la responsabilité civile, pénale ou disciplinaire, du praticien, à moins...

23. 05. 2015 : 365. une cause peu connue de la mauvaise haleine iconL’annonce d’une mauvaise nouvelle en soins palliatif : patient et famille
«les médecins ont l’épouvantable privilège de trouver les mots pour nommer la perte de leurs semblables» (Hervé Hamon in : Nos médecins,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com