Contexte et objet du marché





télécharger 68.88 Kb.
titreContexte et objet du marché
date de publication23.10.2019
taille68.88 Kb.
typeDocumentos





canal de gap
Projet de retenue de substitution du Châtelar à La-Roche-des-Arnauds
Marché n° 2 : Inventaires de 4 espèces à enjeux fort, dossier CNPN et mesures de gestion sur des zones humides existantes

Cahier des charges valant CCTP


Maitre d’ouvrage



ASA DU CANAL DE GAP

2 avenue Lesdiguières 05000 GAP

04 92 51 01 30

AMO

Agence de Clermont-Ferrand 23, rue Jean Claret 63 000 CLERMONT-FERRAND – 04 73 34 75 00 - http://www.somival.fr/











février 2015 / version 1







Agglo de Brive

9, avenue Léo Lagrange

19 100 Brive-la-Gaillarde

tel. 05 55 74 10 00

www.agglo-brive.fr

Sommaire


Contexte et objet du marché



L’ASA du canal de Gap gère un important linéaire de canaux et ouvrages hydrauliques pour distribuer l’eau qu’elle prélève dans le DRAC pour irriguer les parcelles agricoles de ses adhérents. L’irrigation des terrains agricoles est à l’origine de la création du Canal de Gap. C’est la volonté du monde rural, les besoins en eau du bassin Gapençais et le soutien des autorités qui a permis la construction des ouvrages.
L’ASA du canal de Gap a en projet la réalisation d’un stockage de substitution de la ressource en eau sur la commune de la Roche-des-Arnauds (05), au lieu-dit le Châtelar. Ce projet vise à sécuriser l’approvisionnement en eau d’environ 600 Ha de terrains pour plus de 80 propriétaires, qui sont déjà en situation très précaire vis-à-vis de cette ressource et que les accroissements de débit réservé sur le Drac vont rendre encore plus tendue.
Le projet de réserve de substitution a fait (ou fait encore) l’objet des études suivantes :

  • Etude d’identification et d’estimation de travaux conduisant à des économies et des moyens de substitution de la ressource en eau agricole – rapport définitif – Société du Canal de Provence –mars 2014,

  • Etude faisabilité de la rehausse du barrage de Corréo - Société du Canal de Provence –juin 2013,

  • Avant Projet de la retenue du Châtelar - Stucky – 2013

  • Expertise floristique et faunistique du site du Châtelar –Olivier Senn - janvier 2014

  • Etude géotechnique du stockage de substitution du Châtelar – Géolithe - février 2014

  • Campagne de mesures hydrauliques du cours d’eau traversant le site– M. Charton - Eté, automne et hiver 2014

  • Etude de danger du barrage du Châtelar - Tractebel Engineering – juin 2014 ,

  • Dossier CNPN pour la destruction de station de Choin ferrugineux – Acer Campestre – octobre 2014,

  • Compléments d’inventaires faunistiques (chiroptères et insectes) – octobre 2014

  • Projet de la retenue du Châtelar - Tractebel Engineering – Novembre 2014

  • Dossier d’enquête publique comprenant le dossier de demande d’autorisation au titre de la loi sur l’eau, l’étude d’impact, l’évaluation des incidences sur les sites Natura 2000 –SOMIVAL - en cours,


Le projet de retenue conduit à supprimer 1,8 ha de zone humide dont les caractéristiques ont été étudiées. La qualité écologique de la zone humide détruite, ses fonctionnalités et la présence d’espèces protégées ont été étudiées en 2013 et 2014. Il en ressort :

  • la présence de deux habitats d’intérêt communautaire : la prairie à molinie et la prairie de fauche,

  • la présence de deux espèces végétales déterminantes ZNIEFF, qui sont le Saule rampant et le Choin ferrugineux. Cette dernière est protégée au niveau national ; dossier CNPN (en cours)

  • la présence d’espèces animales protégées : plusieurs espèces de chauve-souris, un amphibien (le crapaud commun), de reptiles (le lézard des murailles et le lézard vert), d’oiseaux (le bruant jaune, la mésange charbonnière, le grimpereau des jardins et le petit-duc scops),

  • la présence de 4 espèces animales à enjeux fort dont l’habitat sera détruit par le projet : le Campagnol amphibie (Protection Nationale), la musaraigne aquatique, le Vertigo angustior (Directive Habitat), l’Azuré de la Sanguisorbe.


Les mesures d’évitement et de réduction ont recherchées sans succès notamment la comparaison d’autres sites pour la retenue par la SCP. Il a alors été décidé de s’orienter vers la compensation. Celle-ci peut prendre 2 formes :

  • soit la création d’une zone humide compensatoire : le site a été identifié et fait l’objet d’un marché spécifique (marche n° 1),

  • soit la mise en œuvre de mesures de gestion de zones humides existantes dans les alentours du projet.


Par ailleurs, suite à diverses investigations menées dans le cadre de l’étude d’impact notamment des inventaires faune flore réalisés par Olivier Senn en 2013 puis par Acer Campestre en 2014 il apparait indispensable de mieux connaitre les populations des 4 espèces à enjeux forts, leurs habitats et leur état de conservation, ainsi que la vulnérabilité de ces espèces au plan local.
La mission objet du présent marché n°2 porte ainsi sur :

  • la réalisation d’inventaires au cours de la saison 2015, l’analyse des impacts du projet de retenue sur les populations et leur habitat et des propositions de mesures pour les 4 espèces suivantes:

  • du Campagnol amphibie (Protection Nationale),

  • de la musaraigne aquatique (protection nationale),

  • du Vertigo angustior (Directive Habitat),

  • de l’Azuré de la Sanguisorbe (Directive habitat annexe II et IV – protection nationale).

  • Le montage du dossier CNPN : La présence de l’Azuré de la Sanguisorbe étant avérée, un dossier CNPN est prévu en tranche ferme. Ce dossier devra également viser toutes les espèces protégées identifiées dans les études antérieures même si les impacts ne sont pas considérés comme significatifs (cas des chiroptères par exemple). Par contre, s’il s’avérait que les 3 autres espèces protégées à enjeux fort mentionnées ci-dessus soient elles aussi impactées directement ou indirectement par la future réserve de substitution, le dossier de demande de dérogation devrait porter également sur ces espèces (tranches conditionnelles).

  • la participation à la concertation avec les services de l’Etat, les collectivités, les associations et le public,

  • la caractérisation de zones humides à fort potentiel écologique autour du projet et la définition de mesures de gestion susceptibles d’améliorer l’état des milieux et de compenser la zone humide détruite par la retenue.



En parallèle à ce marché d’inventaire et de demande de dérogation et de gestion des zones humides existantes, un autre marché n° 1 est engagé portant sur les études nécessaires à la création d’une zone humide compensatoire à Basse Corréo, la maitrise d’œuvre des travaux de mise en eau ainsi que la gestion de la zone humide ainsi créée.

Pilotage et conditions de réalisation



La mission sera pilotée par l’ASA du canal de Gap assisté de son AMO. Un comité de suivi est en projet composé de :

  • La DREAL – service en charge des espèces protégées,

  • La DDT,

  • L’ONEMA,

  • Le conservatoire botanique,

  • Le CEN PACA.


Il pourra comprendre également les financeurs du projet de retenue.
Le comité de suivi devra être consulté à chaque phase de la mission notamment pour valider les propositions techniques.

Les prix des offres des titulaires est sensé comprendre :

  • 3 réunions techniques avec le maître d'ouvrage à Gap,

  • Les réunions nécessaires à la concertation avec le comité de suivi pour la validation des phases d’étude,

  • Les comptes-rendus de réunion.

  • Les frais de déplacement.



Contenu des études




Inventaires des 4 espèces à enjeux fort



Afin d’apporter des éléments aux services instructeurs et aux associations de protection de la nature sur l’absence ou pas d’incidences significatives sur les espèces à enjeux fort, une description de leur population doit être réalisée. Faite de façon approfondie et sur un périmètre large (voir ci-après) cette description devra apprécier leur bon état de conservation et la dynamique de la population tout en en précisant les mécanismes qui agissent sur cette dynamique autant que possible.
Cette description doit être faite à partir :

  • De données bibliographiques recueillies auprès des services et organismes compétents,

  • Des inventaires de terrain.


Les résultats de ces investigations devront contribuer au dossier CNPN dont elles constituent un des fondements.


Zones et effort de prospection



La prospection aura bien sûr lieu sur le site de la zone humide qui sera détruite par le projet. Mais la zone de prospection s’étendra bien au-delà, le but étant de décrire la population de l’espèce et d’évaluer sa dynamique et les menaces qui pèsent sur elle. L’effort de prospection se doit d’être important et proportionnel au budget du projet pour cette phase et à la qualité de la zone humide existante.
L’étude bibliographique devra permettre de cartographier pour chacune des 4 espèces, les habitats potentiels sur un rayon à définir par espèce autour du projet. Cette cartographie reposera sur la trame verte et bleue, les zones humides et d’une façon générale sur les corridors écologiques empruntés par les espèces.

Ces zones humides seront cartographiées et caractérisées.
Les zones humides seront recherchées et prospectées a minima sur l’ensemble de la ZNIEFF et engloberont le pourtour du lac de Corréo, le pourtour du lac de D’, le pourtour du lac de Pelleautier, les prairies humides localement, le marais de la Freissinouse et des prairies en pâturages, les zones humides de la plaine de Lachaup, les marais de manteyer, les champs du Mase à l'est du lac de Pelleautier et quelques autres sites qui pourraient être désignés par l’ASA et l’enquête bibliographique.
Le candidat devra présenter dans son offre une analyse de la pertinence du périmètre de prospection général présenté p. 6 et joindre une carte de prospection pour chaque espèce. Ces éléments ainsi que l’effort de prospection proposé constituent un des critères de jugement des offres.

Protocoles d’inventaires par espèce



Les protocoles d’inventaires devront être adaptés aux espèces. Le candidat devra présenter ces protocoles dans son offre méthodologique, cet élément constituant un des critères de jugement des offres.
Les protocoles préciseront a minima le nombre de passages, la technique de contact et de détermination, etc. La période de prospection s’étend sur une année complète.

Contenu



Cette phase d’inventaires comprend :

  • Recherche bibliographique pour les 4 espèces,

  • Réunion de lancement avec l’ASA, la DDT, la DREAL, le CEN PACA, le conservatoire botanique, l’ONEMA (comité de suivi) sur la méthodologie,

  • Cartographie et caractérisation des zones humides dans la zone de prospection,

  • campagne d’inventaires (mars 2015 – mars 2016),

  • rapport d’étape et provisoire à fin juin 2015, puis corrigé suite aux remarques de l’ASA et des services de l’Etat pour juillet 2015,

  • présentation du rapport intermédiaire au comité de suivi,

  • rapport d’étude complet à fin avril 2016 (provisoire puis définitif tenant compte des remarques des services de l’Etat et de l’ASA),

  • présentation du rapport complet au comité de suivi.


La rencontre de chacun des membres du comité de suivi est obligatoire (individuellement ou de préférence ensemble) ; le ou les compte rendus seront exigés.


Figure : Zone de prospection pour les inventaires
ZNIEFF

Figure : Présentation de la Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Floristique et Faunistique

Source : Expertise écologique d’Olivier SENN, réalisée en 2013




Dossier CNPN

Tranche ferme


Le dossier CNPN en cours pour le Choin ferrugineux réalisé par Acer Campestre sera complété (tranche ferme) a minima pour l’Azuré de la Sanguisorbe dont la présence est avérée sur la zone humide détruite ainsi que pour toutes les espèces protégées et même si les enjeux ou les impacts sur l’espèce ne sont pas considérés comme significatifs (chiroptères, batraciens, reptiles,…).
Ce dossier CNPN devra faire état et devra tenir compte :

  • Du projet de création d’une zone humide compensatoire à Basse Corréo objet du marché n° 1 (rendu étude préliminaire pour le 31/05/15 et rendu du plan de gestion en tranche conditionnelle pour le 31/07/15),

  • Des mesures de gestion étudiées sur les zones humides alentour, autre volet du présent marché (cf. p. 8).


Cette tranche ferme comprend :

  • Constitution du dossier CNPN provisoire,

  • Présentation du dossier provisoire au comité de suivi et au CRSPN, y compris compte rendu de réunion,

  • Corrections et compléments au dossier,

  • Présentation au CNPN à Paris y compris compte rendu de présentation,

  • Corrections et compléments pour fourniture du dossier définitif, y compris fichiers sources au format .docx et .shp


Le dossier final devra être accompagné de tous les éléments nécessaires à sa compréhension notamment cartographiques.

Tranches conditionnelles



Une tranche conditionnelle est prévue par espèce :

  • TC 1 : complément au dossier CNPN pour le Campagnol amphibie (Protection Nationale),

  • TC 2 : la musaraigne aquatique (protection nationale),

  • TC 3 : le Vertigo angustior (Directive Habitat).


Le contenu de chaque tranche conditionnelle est identique à celui de la tranche ferme, adapté à l’espèce concernée.

Propositions de gestion compensatoire sur une ou plusieurs zones humides existantes


En plus du projet de création d’une zone humide compensatoire à Basse Corréo, objet du marché n° 1, il est envisagé de compenser la destruction de la zone humide du Châtelar par des mesures de gestion appropriées sur une ou plusieurs zones humides à proximité du projet.

Rappel des objectifs de la compensation


Au vu du diagnostic de la zone humide perdue, la compensation doit viser les objectifs suivants :
Objectif hydraulique

Le projet de réserve en lui-même, de par sa nature, assure les objectifs de régulation (régulation des crues et stockage des eaux de surface notamment). A l’exception du maintien d’un débit réservé dans le cours d’eau traversant le site, Il n’y a donc pas lieu de viser des objectifs hydrauliques pour la zone humide compensatoire.
Objectifs biologiques

Objectif 1 : recréer les conditions favorables au Choin ferrugineux au droit de la zone humide de compensation. Le projet de retenue entraîne la destruction d’une station d’environ 20 m² d’une espèce protégée au niveau nationale, le choin ferrugineux.
L’objectif est donc de recréer les conditions d’un sol favorable au choin ferrugineux.
Objectif 2 : recréer les conditions favorables à la Sanguisorbe au niveau de la zone humide de compensation.

Le projet de réserve induit la destruction de pieds de sanguisorbe, habitats d’intérêt d’une espèce protégée qui est l’Azuré de la Sanguisorbe.
L’objectif est donc de recréer les conditions d’un sol favorable à la sanguisorbe.
Objectif 3 : Créer les conditions de l’habitat du campagnol amphibie, de la musaraigne aquatique et du vertigo angustior.
L’objectif est donc de recréer les conditions favorables à ces espèces.
Objectif d’épuration

A l’exception de la phase de vidange, cet objectif est assuré par la future retenue. Concernant la vidange, il a été démontré que l’incidence de celle-ci sur le milieu récepteur était négligeable, voire nulle, au vu des caractéristiques du projet (réserve en assec en été).
En résumé, les objectifs de la compensation sont essentiellement biologiques et orientés vers la reconstitution des conditions favorables à l’installation des espèces végétales protégées (le choin ferrugineux en premier lieu), de la sanguisorbe et des habitats des espèces animales protégées.

Désignation de la (ou des) zone(s) humide(s), objet de nouvelles modalités de gestion



La cartographie et la caractérisation des zones humides réalisées au début de la phase d’inventaire sera affinée sur un échantillon de zones humides dont la restauration présente un réel intérêt face aux objectifs de compensation :

  • Une description de chacune (surface, propriétaire, exploitation, menaces,…),

  • Cartographie des habitats, bio-évaluation et état de conservation de ses habitats,

  • Potentialités écologiques notamment au regard de la restauration d’habitats favorables aux espèces à enjeux présentées ci-avant,

  • Faisabilité d’une gestion nouvelle,

  • Comparaison multicritère et choix de la ou des zones humides à restaurer,


Cette comparaison sera présentée au comité de suivi qui désignera la ou les zones les plus intéressantes sachant que la surface concernée devra être au minimum de 3,6 ha (1,8 ha x 2).


Plan de gestion de la ou des zones humides désignées



Le maître d’ouvrage engage sa responsabilité sur la réalisation effective des mesures compensatoires finalement retenues et ses réussites à termes. Il a, en la matière, une obligation de moyens et de résultats qui implique de définir un plan de gestion précisant :

  • Les modalités et l’échéancier des mesures retenues ;

  • La mise en place d’une procédure de gestion avec un accompagnement du maitre d’ouvrage dans la gestion foncière de la zone choisie pour la compensation,

  • La mise en place de l’organisation, outils et procédures pertinentes pour évaluer les effets des mesures d’accompagnement retenues en faveur de l‘environnement.


C’est pourquoi un plan de gestion est demandé au prestataire comportant notamment un suivi scientifique, rigoureux et périodique qui permettra d’évaluer l’efficacité de la mesure compensatoire. Il consiste en une évaluation de composantes physiques ou vivantes du milieu, qui par comparaison à des références de bases, permettra de visualiser l’évolution de ces composantes. Le cadre défini en pages 12 et suivantes devra être appliqué.

Nous présentons ci-après les points essentiels de ce protocole dans le cadre du plan de gestion.

Etapes du plan de gestion scientifique
Tableau : Principales étapes du plan de gestion


Phases

Descriptif des étapes du plan de gestion scientifique

Calendrier

Mission comprises dans le présent marché

Phase 1

Etat initial du site de compensation

Avant la mise en place de la mesure (une session de suivi au printemps)



Comprises

Phase 2

plan de gestion : Définir les objectifs, les hypothèses

Avant la mise en place de la mesure

Sélection d’indicateurs de suivi (eau, espèces emblématiques, …)

Détermination des méthodes de suivi

Phase 3

Application des mesures des nouvelles mesures de gestion

Variable selon les mesures

Phase 4

Réalisation d’un nouvel état initial

Plusieurs sessions de suivi (3 ans minimum) à partir de la mise en place de la mesure


Hors marché

Phase 5

Traitement et analyse des données. Exploitation des résultats

Une fois les sessions de suivi réalisées

Phase 6

Selon les résultats, réajustement ou non des travaux et/ ou des mesures de gestion

Bilan des années de suivi


Ce suivi (mission hors marché) sera effectué comme ci-dessous (informations à caractère purement indicatif et susceptibles de modifications) .
Il est précisé au candidat que les mesures de suivi du plan de gestion qu’il propose pour la ou les zones humides compensatoires devront être présentées au comité de suivi puis validé par celui-ci, qui sera composé :

  • Du maitre d’ouvrage,

  • D’une structure indépendante non encore désignée qui assurera l’animation et le pilotage du suivi,

  • De la DDT,

  • De la DREAL,

  • Du CEN PACA,

  • Du le conservatoire botanique,

  • De l’ONEMA,


Comme indiqué dans le tableau ci-dessus, le prestataire aura pour mission la réalisation des phases 1 à 3 incluses.

Le plan de gestion validé devra être remis avant le 31 juillet 2015.


Compétences et références requises



Les compétences requises pour l’équipe soumissionnaire sont les suivantes :

  • Expertises faunistiques et floristiques,


Références requises :

  • Plan de gestion de zones humides,

  • Inventaires faune et flore en milieu humide,



Rendu


Le format informatique (fichiers natifs modifiables et PDF) sera privilégié pour les livrables des documents. Les échanges relatifs à la mise au point des documents se feront, majoritairement, par voie électronique.
Les dossiers seront à fournir sur support électronique (CDRom ou clé USB) à destination du maître d’ouvrage.

Délais



Les délais courent à partir de la notification du marché (tranche ferme) ou de l’affermissement de la tranche conditionnelle. L’achèvement est prononcé après validation de la phase par l’ASA et le comité de suivi et/ou la délivrance de l’autorisation administrative par l’autorité de l’Etat compétente.


libellés

Délais

Date de rendu

Inventaires des 4 espèces à enjeux

12 + 1 mois

30/04/2016

Dossier CNPN et assistance de l’ASA







Tranche ferme (Azuré de la S.)

3 mois après achèvement des inventaires

31/07/2016

TC 1 (Campagnol amphibie)

3 mois après achèvement des inventaires

31/07/2016

TC 2 (Musaraigne aquatique)

3 mois après achèvement des inventaires

31/07/2016

TC 3 ( vertigo angustior)

3 mois après achèvement des inventaires

31/07/2016

Plan de gestion d’une ou plusieurs zones humides existantes

5 mois

31/07/15



Eléments fournis au candidat retenu





  • Etudes mentionnées en page 3 (au format .pdf, .doc, .docx ou .xls)

Annexes au CCTP




Composition du plan de gestion



Un plan de gestion est une démarche comportant trois éléments : données, évaluation et planification.
Ce document technique s’articule de la manière suivante :

  • Préambule

  • Partie I : Description du site

  • Partie II : Evaluation et définition des objectifs

  • Partie III : Plan d’action (prise des mesures)


La première partie correspond à une description générale du site, présentant les informations disponibles et les éventuelles carences à cet égard. Cette partie devra être régulièrement mise à jour et servira de base en vue du suivi de la mesure compensatoire.

L’évaluation peut porter sur les éléments suivants :

  • Superficie,  diversité biologique actuelle, bio-évaluation,

  • Potentiel d’amélioration écologique du site.


La deuxième partie consiste à définir les objectifs à atteindre.
La gestion est matérialisée par la mise en place d’objectifs à long terme. Une fois identifiés, il est important de déterminer quels sont les facteurs influençant positivement ou négativement leurs mises en place. Ces facteurs sont classés en catégories :

  • facteurs naturels d’origine interne (succession de la végétation naturelle, précipitations),

  • facteurs anthropiques d’origine interne (pollution, érosion, espèces exotiques),

  • facteurs naturels d’origine externe (changements climatiques, pollutions, etc.),

  • facteurs liés à la législation et/ou traditions (obligations légales ; activités récréatives),

  • Résumé des facteurs influençant la mise en place des objectifs à long terme, permettant la définition d’objectifs opérationnels.


Les objectifs opérationnels tiennent compte des facteurs influençant les objectifs à long terme afin d’établir des objectifs réalisables (ou opérationnels). Les objectifs opérationnels peuvent différer des objectifs à long terme, mais doivent théoriquement y conduire. La distinction entre objectifs opérationnels et à long terme dépend de la notion de limites de changement acceptable (tolérance d’un changement). Par exemple, quel est le niveau d’eau maximum ou minimum pour la zone humide ? A partir de quand faut-il mettre en place des mesures correctives ?
La troisième partie correspond à la mise en place d’actions, de mesures afin de réaliser les objectifs opérationnels en premier lieu, puis ceux à long terme.

Les éléments suivants peuvent faire l’objet d’une gestion appliquée :

  • Gestion des habitats (y compris paysage et hydrologie),

  • Gestion des espèces,

  • Utilisation du site,

  • Accès du site,

  • Eco-tourisme.


Les options de gestion envisageables à mettre en place sont les suivantes:

  • La non-intervention (toutefois surveillance mise en place),

  • Une intervention limitée,

  • Une gestion active,

  • Pour les espèces : contrôle/réduction/éradication ; réintroduction/introduction ; etc.,

  • Pas d’utilisation,

  • Utilisation traditionnelle ou par les habitants,

  • Accès fermé ; restreint ; partiellement libre ; ouvert,

  • Eco-tourisme : aucuns équipements d’informations/pas de publicité ; publicité active.


Pour répondre aux objectifs, des fiches actions doivent être mises en place. Elles contiennent la description de l’action à réaliser, l’acteur la réalisant, le temps de réalisation, les fonds nécessaires, etc. Chaque fiche action se voit attribuer un ordre de priorité et une durée (en années).
Figure : Exemple de fiche action pour le plan de gestion de la zone humide de compensation


Fiche action n°X

Titre de l’action

Contexte

Présentation sommaire

Pourquoi ?

Le but de cette action 

Les objectifs

Les missions

Pour qui ?

A qui est destinée cette action

Par qui ?

Qui réalise l’action

Localisation et nature de l’action

Lieu

Calendrier et phasage

Durée de l’opération (préparation - suivi) – phasage du suivi

Comment ?

Méthodologie

Coûts et financement

Moyens humains, matériels, dépenses diverses

Evaluation - Indicateurs

Indicateurs de suivi, de réalisation

Priorité de l’action

Importance (échelle 1 à 3) / Urgence (échelle 1 à 3) + Justification


De la même manière, des fiches de suivi/résultats pourront être réalisées pour mesurer le travail accompli, les résultats de la surveillance et des relevés. Ces fiches serviront à l’évaluation à court et à long terme de la mise en place de la mesure compensatoire.

L’évaluation à court terme va simplement confirmer si le site est géré conformément aux exigences du plan alors que l’évaluation à long terme vérifiera si les objectifs opérationnels sont bien respectés et toujours en adéquation.

La périodicité d’évaluation peut s’articuler de la manière suivante : 1 – 3 – 5 ans.

similaire:

Contexte et objet du marché iconChapitre 1er generalites article 1er Objet du marché Dispositions générales 1 Objet du marché

Contexte et objet du marché iconArticle 1 : Objet du marché Le présent marché concerne la prestation...

Contexte et objet du marché iconCctp marche a procedure adaptee (Inférieur à 90 000 €) Objet du marché

Contexte et objet du marché iconArticle premier. Objet intervenants dispositions generales 1 Objet du marché

Contexte et objet du marché iconArticle 1: objet du marche article 2: consistance des travaux article...

Contexte et objet du marché icon1. objet du marche

Contexte et objet du marché iconArticle I objet du marché

Contexte et objet du marché iconArticle 1 objet du marche dispositions generales

Contexte et objet du marché iconArticle 1 objet du marche – dispositions generales

Contexte et objet du marché iconAP. 1 Objet du marché et désignation des contractants






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com