Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points)





télécharger 385.94 Kb.
titreRaisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points)
page1/7
date de publication20.12.2019
taille385.94 Kb.
typeDocumentos
  1   2   3   4   5   6   7
Partie 3 d’une épreuve composée

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points)
Sujet zéro : France métropolitaine, juin 2012
Quels sont les effets de l’évolution de la structure des professions sur la mobilité sociale ?
DOCUMENT 1
Table de mobilité en France en 2003

En %, sauf ligne et colonne effectifs en milliers


Catégorie socioprofessionnelle du fils

Catégorie socioprofessionnelle du père

Agriculteur

Artisan, commerçant, chef d’entreprise

Cadre et profession intellectuelle supérieure

Profession intermédiaire

Employé

Ouvrier

Ensemble

Effectif fils

Agriculteur

88

22

2

1

1

0

1

0

1

0

7

1

100

4

285

Artisan, commerçant, chef d’entreprise

12

6

29

21

6

6

10

8

7

7

36

8

100

9

619

Cadre et profession intellectuelle supérieure

8

9

14

22

24

52

20

33

11

22

23

10

100

19

1317

Profession intermédiaire

11

17

12

24

9

26

16

33

11

28

41

23

100

24

1690

Employé

13

9

10

9

5

6

9

9

14

17

49

12

100

11

770

Ouvrier

18

37

9

24

2

9

6

17

7

26

58

46

100

34

2364

Ensemble

16

100

12

100

8

100

11

100

9

100

43

100

100




Effectif pères

1143

870

591

800

644

2998




7045


Champ : hommes actifs ayant un emploi ou anciens actifs ayant un emploi, âgés de 40 à 59 ans en 2003.

Lecture : en 2003, 7 045 000 hommes âgés de 40 à 59 ans ont un emploi ou sont d’anciens actifs occupés. Parmi eux, 2 364 000 sont ouvriers, soit 34 % des hommes de cette classe d’âge. Plus généralement, dans chaque case, le premier chiffre indique l’origine et le second chiffre indique la destinée : 2 % des ouvriers sont fils de cadres et 9 % des fils de cadres sont ouvriers.
Source : INSEE, Enquête FQP, 2003.
DOCUMENT 2
La stabilité sociale (immobilité ou hérédité sociale : même catégorie d’origine et de destinée, position sur la diagonale du tableau) est généralement importante, bien que variable selon les catégories et les époques. Des flux de mobilité non négligeables apparaissent cependant, qui ne se distribuent pas n’importe où dans les cases du tableau*. Les cas de mobilité ascendante sont plus nombreux que ceux de mobilité descendante. Les cas de mobilité modérée, entre des catégories relativement proches par leur niveau social, sont plus importants que ceux qui associent des catégories socialement très différentes : les trajets de mobilité sont plutôt courts que longs. Enfin, les situations de mobilité peuvent s’expliquer largement par les changements de la structure sociale (part des différentes catégories dans la population) entre les générations, qui se traduisent par les différences entre les deux marges (structures des origines et des destinées) du tableau.
Dominique Merllié, in « Les mutations de la société française », Les grandes questions économiques et sociales,

Coll. « Repères », La Découverte, 2007.
* Table de mobilité.

DOCUMENT 3

Si la dégradation des perspectives de mobilité intergénérationnelle pour les cohortes nées au tournant des années 1960 est ainsi généralisée aux enfants de toutes les origines sociales, c’est en grande partie parce que ces générations font face à une évolution moins favorable de la structure sociale. En effet, si la part des cadres et professions intermédiaires avait augmenté de 6,1 points entre 1964 et 1977, la hausse n’est plus que de 3,7 points entre 1983 et 1997, période à laquelle les générations nées au tournant des années 1960 font leur entrée sur le marché du travail. […]

En réalité, ce sont les effets de la crise économique qui s’installe dans les années 1970 qui expliquent la dynamique moins favorable de la structure sociale. Le calcul de l’évolution moyenne du PIB et du taux de chômage lors des cinq années qui suivent la fin des études des générations successives permet d’établir de manière plus précise le lien entre leurs perspectives et l’évolution des indicateurs macroéconomiques. Les individus nés dans les années 1940 qui entrent sur le marché du travail alors que les Trente glorieuses battent leur plein bénéficient d’une situation privilégiée. La situation se dégrade pour les individus qui naissent au milieu des années 1950, mais ce sont ceux qui naissent au début des années 1960 qui font face à la situation la plus dégradée : lorsqu’ils arrivent sur le marché du travail, la croissance n’est que de 1,4 % par an. Quant à la génération suivante, elle retrouve, avec une croissance de l’ordre de 3 %, une situation comparable à celle du milieu des années 1950. Le constat est encore plus simple pour le taux de chômage : plus on avance dans le temps, plus les générations sont confrontées à un taux de chômage élevé. Lorsque la génération 1944-1948 arrive sur le marché du travail, le taux de chômage est inférieur à 2 %. Il est de 8 % pour la génération 1959-1963 et de 10 % pour celle née entre 1964 et 1968. La dégradation généralisée des perspectives de mobilité sociale à laquelle sont confrontées les générations nées après les années 1940 s’explique en partie par la dynamique moins favorable de la structure sociale. Il est cependant paradoxal qu’elle se produise en dépit de l’élévation sensible du niveau d’éducation.
Camille Peugny, « Éducation et mobilité sociale : la situation paradoxale des générations nées dans les années 1960 », Économie et statistique, n° 410, 2007.

Sujet zéro : France métropolitaine, juin 2012
A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez comment le progrès technique favorise la croissance économique.
DOCUMENT 1
Contribution des facteurs de production à la croissance


Taux de croissance annuels moyens en %




1966-1970

1971-1980

1981-1990

1991-1995

1996-2008




Etats-Unis

PIB

3,4

3,2

3,1

2,4

2,8

Travail

1,6

1,6

1,7

1,3

1,1

Capital

0,6

0,5

0,3

0,2

0,5

Productivité globale des facteurs

1,2

1,1

1,1

0,8

1,2




Union européenne à 15

PIB

5,0

3,2

2,4

1,7

1,9

Travail

– 0,7

– 0,6

0,1

– 0,7

0,9

Capital

1,8

1,4

0,7

1,0

0,5

Productivité globale des facteurs

3,8

2,4

1,5

1,4

0,5


Source : Eurostat 2010.

DOCUMENT 2
Les pays industrialisés ont connu des gains de productivité d’une ampleur fantastique depuis 1870 : la production par emploi a été multipliée par environ 12 en France et 8,5 aux États-Unis sur ces 130 années.

Les « Trente glorieuses » de l’après Seconde Guerre mondiale au 1er choc pétrolier sont les années fastes de forte croissance de la productivité. C’est la fameuse « grande vague » de productivité, évoquée par Gordon, déferlant sur les États-Unis dès 1913. Puis, succèdent des années de fort ralentissement de la productivité, dès le milieu des années soixante aux États-Unis, et après le 1er choc pétrolier dans les différents pays industrialisés. Le rattrapage des niveaux de productivité américains par les économies européennes et japonaise s’amorce au début des années 50 pour se poursuivre jusqu’au début des années 90, sans être interrompu par le 1er choc pétrolier. Puis s’opère une réelle rupture des évolutions relatives de productivité au cours des années quatre-vingt-dix : une accélération de la productivité aux États-Unis et au contraire un ralentissement dans les pays européens. […]

Les écarts de gains de productivité entre l’Europe et les États-Unis : la production et la diffusion des TIC…

L’impact de la production et de la diffusion des technologies de l’information et de la communication (TIC) sur les gains de productivité du travail transite par trois canaux :

    • grâce à l’augmentation des performances des processeurs la baisse rapide des prix des TIC amplifie la forte hausse des volumes produits par ces secteurs et permet des gains de productivité globale des facteurs dans ces secteurs et dans l’économie avec le renforcement de leur part dans le PIB ;

    • la diffusion des TIC permet aussi d’augmenter la productivité globale des facteurs des secteurs non-TIC qui utilisent intensément ces technologies, comme les assurances, la finance, la grande distribution ou l’aéronautique, grâce notamment à une meilleure coordination des acteurs du processus de production ;

    • l’investissement en TIC entraîne une hausse du stock de capital TIC disponible par emploi (substitution du capital au travail) et un renouvellement plus rapide des matériels et aurait un effet positif sur la productivité du travail.

Rapports de Patrick ARTUS et Gilbert CETTE, Productivité et croissance,

Conseil d’Analyse Économique, n°4, 2004.
DOCUMENT 3


J. BOURDIN, « Objectif 3 % de recherche - développement : plus de recherche pour plus de croissance »,

Les rapports du Sénat, n° 391, 2004.

Sujet N°1 : France métropolitaine, juin 2013
A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que les conflits sociaux peuvent être un facteur de cohésion sociale.
DOCUMENT 1
La vague de grèves de mai-juin 1968 constitue ce que le politologue René Mouriaux a appelé « le plus grand mouvement social de l’histoire française au 20ème siècle » ». […] Par certains traits, elle ressemble aux vagues de grève qui l’ont précédée. […] Là encore, l’Etat fait se réunir autour d’une table patronat et syndicalisme pour négocier. […]

Les négociations de Grenelle et celles qui les ont suivies dans les branches [professionnelles] et les régions aboutissent à une augmentation de 35 % du salaire minimal et de 10 % des autres salaires, à une diminution du ticket modérateur(1) de la sécurité sociale, à une réduction d’une heure de la durée hebdomadaire du travail, et à la reconnaissance, par la loi, de la section syndicale d’entreprise. […]

L’impact de la vague de grèves de 1968 est beaucoup plus fort sur le long terme. Par les mouvements de femmes et les mouvements écologistes qui en sont issus, elle a transformé les rapports masculin-féminin et ville-environnement. Les changements qu’elle a entraînés dans l’attitude des individus à l’égard des structures existantes, de l’ordre social et culturel n’ont pas peu contribué à la modernisation de la société française et aux bouleversements politiques qui ont caractérisé les décennies 1970 et 1980.
Source : « Le conflit social », Histoire de la France, les conflits, FRIDENSON Patrick, dans BURGUIÈRE André, REVEL Jacques, (sous la direction de), [1990], 2000.
(1) Ticket modérateur : part d’une dépense de santé qui n’est pas prise en charge par la sécurité sociale et reste donc à la charge de l’assuré social.
DOCUMENT 2
Nous avons vu qu’un conflit, à l’intérieur d’un groupe, peut contribuer à créer son unité, ou à ramener l’unité et la cohésion lorsque celles-ci ont été menacées par des sentiments hostiles et opposés parmi ses membres. […] Les conflits sociaux internes, qui concernent des valeurs(1) et des intérêts qui ne sont pas en contradiction avec les principes fondamentaux sur lesquels sont fondés les rapports [entre individus et groupes sociaux] ont un effet positif sur la structure sociale. De tels conflits rendent possible une rectification des normes(2) et des rapports de force à l’intérieur des groupes, conformément aux besoins ressentis par les individus qui en font partie et par les sous-groupes. […]

Le conflit, qui a pour objectif de résoudre la tension entre les antagonismes, a des fonctions stabilisantes sur les relations. En permettant l’expression immédiate et directe des revendications rivales, de [telles sociétés] peuvent améliorer leurs structures en éliminant les sources de mécontentement. Les conflits multiples qu’ils mènent servent à […] établir l’unité. […] Ces systèmes bénéficient d’un important mécanisme de stabilisation.
Source : Les fonctions du conflit social, COSER Lewis A., 1956.

(1) Valeurs : idéaux que se donne une société.

(2) Normes : règles.
DOCUMENT 3
Négociation collective, signature d’accords collectifs et grèves dans les entreprises en 2008 (en %)


Taille des entreprises

Négociations engagées

Aboutissement des négociations : entreprises ayant signé un accord parmi celles ayant négocié (1)

Grèves : entreprises ayant connu un arrêt de travail

Entreprises ayant négocié

(rappel 2007)

Salariés

concernés







Ensemble

16,8 (14,5)

63,9

79,1

2,4

De 10 à 49 salariés

9,1 (7,2)

11,4

74,5

0,8

50 à 199 salariés

42,9 (58,6)

48,0

78,6

5,4

200 à 499 salariés

76,7 (76,5)

78,3

86,2

16,0

500 salariés et plus

93,6 (92,8)

97,4

89,6

38,8


(1) Cet indicateur ne porte que sur les négociations engagées au niveau central de l’entreprise, et non sur les négociations menées au niveau des établissements, d’un groupe ou d’une unité économique et sociale.
Champ : France métropolitaine, entreprises de 10 salariés ou plus du secteur marchand non agricole.

Lecture : 9,1 % des entreprises de 10 à 49 salariés ont engagé au moins une négociation collective durant l’année 2008. 11,4 % des salariés employés dans les entreprises de cette taille étaient donc potentiellement concernés par au moins une négociation. 0,8 % des entreprises de 10 à 49 salariés ont connu un arrêt collectif de travail en 2008. Dans 74,5 % des entreprises de 10 à 49 salariés ou plus ayant ouvert une négociation au niveau central, au moins un accord a été signé.
Source : Emplois et salaires, INSEE, Edition 2011.

Sujet N°2 : France métropolitaine bis, juin 2013
A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que les inégalités peuvent avoir un caractère cumulatif.
DOCUMENT 1
  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconRaisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconDossier documentaire

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconDossier documentaire

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconDossier documentaire chapitre 2

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconEcjs – realiser un dossier documentaire

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconDossier documentaire 1 Documents rassemblés par jm dauriac – 2014

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconDissertation s’appuyant sur un dossier documentaire
Est tenu, outre la restitution du prix qu'il en a reçu, de tous les dommages et intérêts envers l'acheteur (art. 1645)

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconNote de synthèse et de propositions, à partir d’un dossier, portant sur un sujet d’économie

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconDissertation s’appuyant sur un dossier documentaire
«passager clandestin» : des pays peuvent avoir intérêt à ne rien faire pour bénéficier des relances effectuées par les autres via...

Raisonnement à partir d’un dossier documentaire (10 points) iconPour les articles homonymes, voir
«induction» est donc venu à signifier un genre de raisonnement qui n'assure pas la vérité de sa conclusion en étant donné les prémisse...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com