Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard





télécharger 1.64 Mb.
titreSous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard
page2/47
date de publication13.02.2018
taille1.64 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   47


Liste des abréviations

AFFORD : African Foundation for Development

APG : Accord Politique Global

ATOP : Agence Togolaise de Presse

CAR : Comité d'action pour le Renouveau

CDLT-Lille : Comité pour la Liberté et la Démocratie au Togo

CDPA : Convention Démocratique des Peuples Africains

CENI : Commission Électorale Nationale Indépendante du Togo

CSCTF : Coordination de la Société Civile Togolaise en France

CTC : Communauté Togolaise au Canada

CTR : Comité Togolais de Résistance

DTE : Diaspora Togolaise en Europe

DTF : Diaspora Togolaise en France

DIASTODE : Diaspora Togolaise pour la Démocratie

FEANF : Fédération des Étudiants d'Afrique Noire en France

FMI : Fonds Monétaire International

HAAC-Togo : Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication du Togo

JUDA : Jeunesse Unie pour la Démocratie en Afrique

LTDH : Ligue Togolaise des Droits de l'Homme

LTE : Les Togolais de l'Extérieur

MDTE : Mouvement citoyen de la Diaspora Togolaise en Europe

MTD : Mouvement Togolais pour la Démocratie

ONU : Organisation des Nations-Unies

RPT : Rassemblement du Peuple Togolais

UFC : Union des Forces de Changement

Introduction


Gilchrist Olympio, fils de Sylvanus Olympio, premier président du Togo indépendant, né à Lomé, a étudié les mathématiques et la philosophie aux États-Unis et en Angleterre, a travaillé pour l'Organisation des Nations-Unies (ONU) et le Fonds Monétaire International (FMI), est revenu dans son pays pour devenir homme d'affaires et s'engager en politique, puis est parti en exil à Paris en 1999 après les menaces de mort qui pesaient sur lui. Luc Abalo, handballeur français né à Ivry-sur-Seine est devenu la nouvelle vedette médiatique de l'équipe de France. Fatou Biramah, jeune Française de 34 ans née à Paris de parents togolais, qui a grandi en banlieue parisienne, est retournée plusieurs années au Togo retrouver sa culture d'origine, pour revenir en France et travailler comme journaliste et écrivaine. « Jeanne » Afigéné Crimetz, jeune Togolaise en situation irrégulière, employée comme femme de ménage et exploitée par un couple de Togolais en France1. Emmanuel Gabla, brillant ingénieur en télécommunications de 40 ans, né d'un père togolais et d'une mère lorraine, nommé à plusieurs reprises dans des cabinets ministériels et promu membre du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. A première vue, tous ces individus n'ont rien en commun, mais ils sont tous des Togolais ou Togolais d’origine, qui vivent ou ont vécu hors du Togo et forment ce que l'on appelle communément la diaspora togolaise en France.

Les communautés africaines et diasporas « noires », présentes dans tous les pays du monde, sont de plus en plus étudiées par les sciences sociales. Apparu dans les recherches académiques dans les années 1960, le terme de « diaspora africaine » avait pour objectif, chez beaucoup d'intellectuels, de favoriser la percée d'une pensée afrocentriste. Par ailleurs, l'intérêt porté par les pouvoirs publics ou les acteurs associatifs aux communautés africaines dispersées en Europe ou aux États-Unis se limite parfois, encore aujourd'hui, à une optique de contrôle des flux migratoires ou aux processus de co-développement entre les pays d'origine des migrants et leurs pays d'accueil. La recherche en sciences sociales a dès lors tenté depuis une quarantaine d'années de se départir de ces usages instrumentaux ou politiques en étudiant la sociogenèse, le parcours historique et les profils sociologiques des migrants qui formaient ces communautés africaines en Europe ou en Amérique du Nord. Jusqu'à ce jour, et en tous les cas en France, ce sont principalement les communautés sénégalaises, maliennes et congolaises qui ont fait l'objet d'études scientifiques plus approfondies2. La recherche s'est donc d'abord intéressée aux colonies françaises historiques qui ont rapidement formé les communautés d'immigrés numériquement les plus importantes en France. Les migrants togolais en France n'ont donc fait pour le moment l'objet d'aucune réelle étude scientifique3.

Pourtant, les liens historiques et migratoires entre le Togo et la France sont forts. D'abord placé sous protectorat allemand pour mettre fin au commerce négrier et aux ambitions franco-britanniques sur le pays dans la compétition coloniale, le Togo fut confié à la Société des Nations en 1919 et divisé en deux, le Togo britannique et le Togo français. En 1945, et en application de la Charte des Nations-Unies, le Togo est placé sous tutelle française et bénéficie progressivement de pouvoirs élargis et d'une autonomie plus grande. Après la nomination du Premier ministre Sylvanus Olympio, le Togo obtient par référendum le statut de République autonome au sein de la Communauté française avant de devenir, le 27 avril 1960, un État indépendant, membre de l'ONU. Durant toute cette période coloniale, les premières migrations se sont effectuées dans le but de former en France le personnel administratif colonial et politique togolais. Mais ces flux migratoires se sont accélérés avec les troubles politiques des premières années d'indépendance. Ainsi, des militaires togolais proches de l'armée française qui n'avaient pas obtenu leur réintégration dans l'armée ont organisé dans la nuit du 12 au 13 janvier 1963, l'assassinat d'Olympio, entre temps élu président. Et après une période de transition de pouvoir avec Nicolas Grunitzky, candidat soutenu par la France, le lieutenant-colonel Étienne Gnassingbé Eyadéma dissout l'Assemblée nationale, suspend la Constitution et prend le pouvoir. Le monopartisme et la censure se mettent petit à petit en place et Eyadéma, promu général, instaure, selon les termes employés par les opposants et une majorité d'observateurs, une « dictature » qui s'est perpétuée jusqu'à l'année 2005. Les tensions politiques et économiques ont favorisé le départ de nombreux Togolais hors des frontières de leur pays. Et beaucoup sont allés trouver refuge en France. Les migrations togolaises vers la France sont donc anciennes et relativement nombreuses.

Quelques travaux et ouvrages restent néanmoins à la disposition des chercheurs qui s'intéressent à la question togolaise. Ainsi, l'on peut citer les travaux du politiste Comi Toulabor, qui est membre du Centre d'Étude d'Afrique Noire et a participé à la rédaction de la revue Politique africaine. Ses articles, mais surtout son ouvrage sur la politique togolaise4 traitent entre autres du système politique mis en place par le général Eyadéma, des processus de démocratisation, de la culture politique populaire mais aussi, dans une moindre mesure, des organisations politiques des émigrés. On peut également citer l'article d'Alain Macé5, docteur en anthropologie sociale et en ethnologie qui a par ailleurs travaillé sur les techniques du fer chez les Éwé, qui traite des innovations politiques d'Eyadéma entre 1993 et 1998.

D'autres études, historiques celles là, ont été réalisées par deux proches observateurs du Togo, Robert Cornevin6, historien de l'Afrique qui fut commandant de cercle de postes de brousse dans le Nord Togo entre 1948 et 1956, et Jean de Menthon7, qui a vécu au Togo entre 1956 et 1961 où il a créé la Caisse centrale de coopération économique et le Crédit du Togo.

Par ailleurs, l'on dispose également d'un certain nombre d'essais journalistiques et politiques, qui se positionnent clairement en faveur ou en opposition frontale au régime togolais. Si ces livres n'offrent pas une vision purement objective, ils n'en sont pas moins autant de témoignages précieux. Parmi ceux-ci, on peut citer ceux du général Eyadéma lui-même8 ou de Charles Debbasch9, professeur de droit et constitutionnaliste devenu le conseiller controversé de plusieurs chefs d'État africains, dont Eyadéma. D'autres essais ont été écrits par des opposants comme Yawowi Agboyibo10, qui fut bâtonnier de l'Ordre des avocats du Togo entre 1987 et 1990, président de l'Union des barreaux de l'Afrique de l'Ouest de 1995 à 1997, président du CAR et accusé en 2002 par le Premier Ministre Agbéyomé Kodjo de diffamation après avoir dénoncé des milices du pouvoir coupables, selon lui, du meurtre d'un de ses militants. L'on peut citer également le journaliste diplômé de sciences politiques Tètè Tete11, mais aussi Jean Yaovi Dégli12, avocat aux barreaux de Paris et Lomé, exilé en France depuis 1992, qui a été rapporteur général de la Conférence Nationale de 1991 et président de la LTDH, ou encore Hilaire Dossouvi Logo13, jeune militant de la CDPA qui a organisé la distribution de tracts « anti-régime » avant d'être dénoncé, arrêté, torturé et jugé en 1990 après les émeutes du 5 octobre. Il a fondé par la suite le M05, Mouvement patriotique du 5 octobre, avant de s'exiler au Canada où il réside aujourd'hui.

Enfin, plusieurs essais ont été écrits sur le Togo, par des personnes allant plutôt dans le sens d'un soutien aux opposants politiques et aux détracteurs du régime Eyadéma. C'est le cas de l'ethnologue et journaliste suisse Gilles Labarthe14 ou de l'association Survie15 qui milite pour « l'assainissement des relations franco-africaines ». Enfin on peut citer parmi les nombreux travaux sur la « Françafrique », les deux livres écrits par François-Xavier Verschave16, qui traitent largement du cas Eyadéma.

Finalement, le seul travail académique dont on dispose à l'heure actuelle sur les organisations des migrants togolais en France est un mémoire de sociologie et d'anthropologie réalisé par Karin Sohler en 2006 et 2007 à Paris VII17 et qui dresse un tableau important et précis des organisations et associations togolaises présentes en France et des pratiques transnationales des migrants, ainsi que de leurs évolutions respectives.

Le projet initial de la présente étude visait à analyser le travail des organisations togolaises en France pour bâtir une force politique et sociale suffisamment puissante et organisée pour pouvoir participer au développement économique et démocratique du Togo. La volonté de production d'une sociologie des membres des associations et organisations togolaises en France ou d'une approche par les trajectoires militantes de ces derniers était rendue impossible par le difficile accès aux parcours biographiques18. Toutefois, la lecture combinée de tous ces travaux ainsi que ceux effectués sur d'autres communautés africaines en France et d'autres diasporas a permis de réorienter les axes de recherches et l’optique adoptée. On peut d’ailleurs citer ici une partie des travaux utilisés dans le cadre de cette enquête et qui ont grandement participé à la construction de l’objet. En effet, bon nombre de chercheurs ont aujourd’hui permis de renouveler l’étude des phénomènes migratoires. On peut penser notamment aux travaux de l’anthropologue et sociologue Catherine Quiminal19 et de l’anthropologue Christophe Daum20 qui travaillent sur les associations de migrants africains en France, sur leur participation au développement et sur la relation entretenue avec le pays d’origine. D’autres auteurs travaillent plutôt sur la dimension territoriale des migrations et le rapport à l’espace dans les représentations des migrants. C’est le cas de l’anthropologue et géographe Christine Chivallon qui travaille dans le cadre des Antilles21, de William Berthomière qui traite des territorialités migrantes dans les migrations juives22, ou d’Emmanuel Ma Mung qui décrit le nouveau rapport à la territorialité comme une ressource des diasporas chinoises23. Des chercheurs comme la sociologue Dominique Schnapper24 ou le socio-historien Stéphane Dufoix25 insistent plutôt sur la dimension politique de la migration en abordant les thèmes de la citoyenneté et de l’action politique dans l’exil. Enfin, des thèmes plus précis sont abordés par certains auteurs, comme l’usage des nouvelles technologies dans les migrations chez Myria Georgiou26 ou la mémoire collective des diasporas chez l’anthropologue Martine Hovanessian27. Le point commun de l’apport de tous ces travaux réside dans l’optique nouvelle adoptée. En effet, tous ces auteurs « humanisent » la recherche sur les migrants et s’intéressent non seulement aux enjeux institutionnels, structurels, économiques ou politiques, mais aussi à des dimensions plus psychologiques ou émotionnelles. C’est l’identité du migrant qui est ici questionnée. Cette démarche fait écho à plusieurs travaux sur l’identité plurielle des individus, chez Bernard Lahire28 ou Jean-Claude Kaufmann29, et surtout à l’analyse en terme « d’émigration-immigration » comme jeu à somme nulle chez le sociologue franco-algérien Abdelmalek Sayad30. A ces études, il faut enfin ajouter des recherches sur le thème périphérique du sentiment national traité chez le psycho-sociologue britannique Michael Billig31 comme un élément identitaire quotidien, ou chez Benedict Anderson32 comme une construction identitaire ou un imaginaire collectif. Tous ces travaux combinés permettent d’interroger une certaine orthodoxie passée des sciences sociales et d’introduire dans la réflexion de nouvelles dimensions. Ainsi, dans une approche pluridisciplinaire et dans la continuité conceptuelle de beaucoup de ces travaux, cette étude vise à introduire les apports quant à l’identité migrante individuelle dans le cadre plus collectif d’un certain type d’associations d’immigrés. Adopter une telle approche c’est donc partir du postulat que l’identité individuelle des migrants, la conception collective de la migration, le poids de la migration sur les sociétés de départ et d’accueil, la formation d’associations de migrants et les rapports de ces organisations avec les Etats sont autant d’éléments interdépendants et pris dans un système d’interactions complexes.

Afin de compléter tous ces travaux, la présente étude se focalise donc sur ce qui peut sembler être a priori un nano-objet au sein de cette « communauté » togolaise en France, c'est-à-dire, les associations dites de la diaspora togolaise, que l'on nommera ici associations diasporiques. Schématiquement, l'on peut dire que ces associations se fixent pour objectif de fédérer plusieurs organisations et associations citoyennes et politiques dans un cadre permettant d'organiser et de coordonner les actions communautaires et de créer un interlocuteur unique à la diaspora togolaise. Ces associations ne sont donc en rien des isolats sociaux. Elles favorisent au contraire des frontières poreuses et une multi-positionnalité effective de leurs membres. Ainsi, elles coexistent, s'interpénètrent largement et ne doivent pas être confondues avec les associations humanitaires, les associations d'aide au développement, les associations socioculturelles ou cultuelles, ou encore avec les organisations partisanes ou les associations de défense des droits de l'Homme. En effet, leur objectif est double et ne se retrouve pas dans les autres associations : favoriser l’intégration des migrants en France et changer la société et le monde politique togolais depuis l’étranger. Il est également à noter que parmi ce panel d’organisations, les associations diasporiques sont celles qui parviennent aujourd’hui à obtenir la plus grande visibilité. On peut dire qu'il existe aujourd'hui en France trois grandes associations de ce type, la plus récente, Synergie-Togo, la Diaspora Togolaise en France (DTF)33, et à une échelle géographique plus large le Mouvement citoyen de la Diaspora Togolaise en Europe (MDTE)34. Mais il est clair que les associations diasporiques sont un objet mouvant, en perpétuelle construction et reconstruction. Ces associations sont dirigées par des responsables qui seront appelés ici « entrepreneurs diasporiques »35. Ces entrepreneurs possèdent des ressources matérielles et sociales qui leur ont permis de fonder ces associations à but non lucratif et de poursuivre, sans en vivre, ces activités diasporiques.

De plus, il convient de noter que le terme « diaspora », comme il l'a été mentionné plus haut, est un terme en plein essor et qui fait débat dans les sciences sociales. La « diaspora » serait ainsi un « mot statique »36 qui donne l'image de communautés nationales allogènes stables alors qu'il recouvre notamment des réalités et des dynamiques migratoires et identitaires très complexes37. Au cours de cette étude, le terme sera principalement employé pour décrire le label utilisé par ces associations. En effet, au delà de « la ferveur académique autour d'un mot » ou de la « fétichisation du mot »38 qui poussent à établir des typifications et des classifications de plus en plus complexes, l'engouement généré par cette expression est si fort qu'on le retrouve également dans le langage courant39. Parler de diaspora est devenu banal. Et ce sont finalement les acteurs eux-mêmes qui ont fini par l'utiliser. Dans le cas des Togolais en France, même si le terme était utilisé auparavant, on observe son apparition dans les dénominations et les appellations des organisations principalement depuis la forte mobilisation de 200540. La médiatisation inflationniste du mot dans les années 1990 l'a transformé en véritable « label » dont on se revendique, même s'il a été nettement refusé par certains groupes41. Il est clair que beaucoup de communautés l'utilisent car son usage assure une plus grande visibilité42 et un plus grand enthousiasme43 autour du groupe en question. C'est donc en gardant à l'esprit les différentes facettes du phénomène diasporique et surtout en s'appuyant sur l'idée d'une labellisation que le terme de diaspora sera utilisé ici. L'objectif n'est donc en rien de valider ou non l'existence d'une diaspora togolaise en France, et plus largement dans le monde.

L’enjeu de cette étude est donc d’inscrire, dans une démarche compréhensive, les formes organisationnelles et les stratégies militantes des associations diasporiques dans le cadre plus global de la présence togolaise en France. Autrement dit, on analysera ici les liens existants entre l’immigration togolaise en France et ces associations et l’on expliquera de quelle manière et dans quelle mesure les dynamiques de la présence togolaise en France et de l’existence d’associations de la diaspora togolaise s’auto-entretiennent. L’explication de ces liens passe par trois hypothèses principales qui sont particulièrement imbriquées. D’abord, il s’agit de voir que ce que l’on appelle « communauté togolaise en France » ne fait pas sens naturellement et n’existe pas d’elle-même, selon une optique trop essentialiste. Dans un second temps, il convient de montrer que les entrepreneurs diasporiques, par le travail culturel, rhétorique, politique et communicationnel qu’ils mènent, participent pleinement à la création d’un sentiment communautaire autour d’une identité citoyenne togolaise en France. Enfin, il faut comprendre qu’en retour les tensions propres à l’identité migrante individuelle et collective des Togolais en France influencent les activités des entrepreneurs diasporiques. Ainsi l’intérêt est double : voir ce que ces associations diasporiques apportent dans le processus de construction d’une communauté togolaise en France et à l’inverse, observer les répercussions que peuvent avoir ces spécificités migratoires et identitaires sur le fonctionnement de ces associations.

Pour comprendre ces logiques et vérifier ces hypothèses, plusieurs axes d’enquête ont été explorés. Dans un premier temps, l’analyse documentaire (sur des thèmes tels que le Togo, l’immigration, le communautarisme, le sentiment national, la citoyenneté ou le développement) a été complétée par le suivi d’un séminaire organisé par Nicole Khouri au Centre d'Etudes des Mondes Africains (CEMAF) sur les diasporas africaines et non-africaines44. Ensuite, l'enquête a été menée auprès de ces associations et plus largement des Togolais en France. Ainsi, plusieurs entretiens sociologiques semi-directifs ont été réalisés, avec Joël Viana, le président de la Diaspora Togolaise en France (DTF), avec Emile Djakpah, un référent du Mouvement citoyen de la Diaspora Togolaise en Europe (MDTE) et avec Camille Lawson-Body, président de Synergie-Togo45. Ces entretiens avec des responsables diasporiques visaient à analyser à la fois leur parcours migratoire, leur progressif engagement dans les associations diasporiques, mais aussi le fonctionnement, les stratégies et les liens entre ces différentes associations. Ces trois entretiens permettaient également d’observer des dissemblances et des convergences entre ces différents entrepreneurs diasporiques. Les différents entretiens ont pu être comparés aux propos tenus dans la multitude de communiqués publiés au nom de ces associations. La mise en parallèle des deux types de source permettait de relativiser le poids de certains propos écrits mais aussi de confronter les discours d’institution et les pratiques effectives des entrepreneurs diasporiques.

De plus, des contacts plus ou moins informels ont été établis avec des sympathisants de ces associations ou avec des Togolais en France qui n'y appartiennent pas, mais aussi avec les autorités consulaires togolaises en France et en Europe et avec le groupe d'amitié parlementaire France-Togo (notamment avec Michel Dubreuil, secrétaire administratif du groupe d’amitié, avec qui un entretien a été réalisé). Un entretien a ainsi été réalisé avec un jeune Togolais arrivé en France en 2007, Batoulim Sebabe, qui ne participe pas aux actions diasporiques. L’ensemble de ces contacts permettaient d’obtenir d’autres points de vue que ceux des entrepreneurs et de mesurer notamment la pénétration de ces associations au sein des Togolais en France. Enfin, plusieurs observations ont par ailleurs été réalisées lors de réunions ou de conférences organisées par le Mouvement citoyen de la Diaspora Togolaise en Europe (MDTE), Synergie-Togo et le Comité Togolais de Résistance (CTR)46 pour observer le fonctionnement concret des associations mais aussi pour comprendre qui participait à ces réunions et quels pouvaient être notamment les liens entre ces associations et leurs sympathisants. Mais d’autres observations ont également été menées dans des restaurants togolais de Paris pour voir si ces lieux ne pouvaient pas être des lieux de rassemblements culturels ponctuels47. Par ailleurs, notre enquête nous a mené à examiner les contenus des médias togolais en ligne et des discussions engagées sur les forums qui leur sont liés pour prendre la mesure des échanges politiques et citoyens menés hors de ces associations. Enfin, les limites rencontrées dans la mise en place de cette démarche méthodologique et théorique et les tentatives de contournement, seront abordées dans le corps même de l’exposé48 mais surtout seront largement explicitées dans les annexes49.

Cette étude questionnera donc dans un premier temps la présence togolaise en France, afin d'inscrire les actions citoyennes et politiques diasporiques dans un contexte socioculturel et migratoire à la fois individuel et collectif. Au delà des statistiques disponibles et des parcours migratoires que l'on peut tracer, il convient d'analyser les éléments de tensions et d'objectivation identitaires qui peuvent créer les conditions de possibilité de l'émergence d'une communauté togolaise en France. Par la suite, il faudra étudier la création et le fonctionnement des associations diasporiques, leurs discours producteurs d'identifications pour faire vivre cette diaspora togolaise, mais aussi leur auto-désignation ambigüe comme mouvement citoyen et apolitique de la société civile. Enfin, l'étude permettra d'analyser la manière dont les entrepreneurs se représentent le potentiel mobilisateur de leurs associations, mais aussi les voies d'actions qu'ils privilégient et leur inscription dans une dynamique africaine plus globale.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   47

similaire:

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconSous la direction de M. le Professeur Michel germain

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconSous la direction de Monsieur le Professeur Dominique bureau

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconDécembre 2007 Sous la direction de Mme Valery Aillot

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconCours sous la direction de responsable des travaux diriges

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconThèse de doctorat en Sciences de l’Éducation Sous la direction de Marc Derycke et Chia Longman

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconEn vue de la délivrance par la direction générale des finances publiques...
«le demandeur», des données cadastrales mises à disposition par la direction générale des finances publiques sous la dénomination...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconRecherche collective en cours
«L’ajournement du prononcé de la peine – Césure et recomposition du procès pénal», sous la direction de M. Delmas-Marty (Université...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconDe gestion durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 1,5
«Finances Comptabilité et Contrôle de gestion», une direction «Qualité et Achats», une direction «Marketing» et une direction «Ressources...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconComprendre la Mission Mécénat de la direction de la culture et du...
«Mission Mécénat», se concentre sur le milieu culturel, qui semble pertinent pour mener à bien ce projet. Ce dernier établit donc...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconQuelques informations sur Mr Richard Munthe-Brace






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com