Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard





télécharger 1.64 Mb.
titreSous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard
page3/47
date de publication13.02.2018
taille1.64 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   47

I- De la migration à l’émergence d’une communauté culturelle : état de lieux de la présence togolaise en France :



Afin de vérifier l’ensemble de ces hypothèses, il convient en premier lieu de s’intéresser à ce que l’on appelle communément la « communauté togolaise » en France. Après un détour par les données statistiques disponibles50, qui permettent de dresser des profils migratoires et une morphologie de la présence togolaise en France, il conviendra ensuite d’analyser les tensions identitaires des migrants entre la France et le Togo et enfin de comprendre comment peut advenir une identité togolaise en France. Ainsi, derrière le formalisme statistique il faut questionner l'existence et la portée d'une « communauté » togolaise en France, communauté qui ne fait pas sens de manière si simple.

A- L’ébauche d’une typologie migratoire et d’une morphologie de la communauté togolaise en France :




L'étude des contextes d'émigration au Togo et d'immigration en France, ainsi que des données statistiques disponibles, peuvent permettre d'établir une image relativement précise, une ébauche des grandes lignes schématiques d’une typologie des profils migratoires, puis d’une morphologie de la présence togolaise en France. Ce travail a notamment été amplement engagé par Karin Sohler51, travail sur lequel s'appuie largement cette première sous-partie.

1- Contextes d’émigration et d’immigration et variété des profils migratoires :


Les flux migratoires entre le Togo et la France doivent beaucoup, comme il l'a été mentionné en introduction, aux conditions politiques, économiques et juridiques qui les encadrent, à la fois au départ au Togo et à l'arrivée en France. Sans décrire de manière exhaustive ces différents contextes, on peut toutefois tenter d’en dresser les grandes lignes et de voir dans quelle mesure ils jouent sur les profils migratoires.

Dans un premier temps, au tournant de la période de décolonisation, une partie des migrations a été largement encadrée par le pouvoir togolais. Cette prise en charge permettait implicitement de réguler les flux migratoires alors même que la législation française était relativement libérale52. Si au cours de la période coloniale, le Togo n'était pas marqué par d'importants flux migratoires en direction de l'Europe53, la fin de la Seconde Guerre mondiale a marqué un tournant au Togo dans le domaine des migrations vers l'Europe. On peut notamment observer à cette période une forte migration destinée à la formation des élites togolaises dans les pays occidentaux, et notamment en Allemagne et en France, deux pays qui avaient des liens historiques forts et avaient déjà ancré cette pratique sociale dans la phase de colonisation.

Mais le principal essor des migrations a eu lieu au tournant de l’indépendance. En effet, dans les années 1960, beaucoup de jeunes migrants commençaient à venir chercher un complément de formation supérieure ou un stage professionnel en Europe. Jusqu’aux années 1970, chaque bachelier togolais avait droit à une bourse pour pouvoir étudier dans les universités étrangères. Si l'on en croit Jean de Menthon, ce système était facilité par le fait que l'enseignement supérieur ne comptait que très peu d'étudiants au Togo. Ainsi, le taux de scolarisation était de 26% à l'indépendance54 et, bien que l'on comptait 1975 bacheliers togolais en 198955, il n'y en avait qu'une cinquantaine en 195956. Mais la prise de pouvoir par le général Eyadéma en 1967 a transformé ce schéma. Dès les années 1970, le chef d'État a voulu développer à des fins politiques la formation d'une élite nationale. L'université du Bénin, située à Lomé, a ainsi été créée en 1970. Le pouvoir politique a également instauré un système de bourses nationales, remplaçant l'ancien système, destiné à favoriser prioritairement les études dans des établissements togolais. 1717 bourses auraient été offertes entre 1970 et 1976, selon les chiffres de l'Office de la coopération de l'Accueil universitaire chargé de la gestion des bourses des étudiants africains57. Toutefois, ce système a rapidement perdu de sa vigueur. Ainsi, ce système est rapidement devenu, selon les témoignages des observateurs, un instrument de pouvoir, les bourses n'étant pas distribuées selon le mérite des étudiants mais selon des logiques népotiques ou politiques58. Dans le cas de Camille Lawson-Body, président de Synergie-Togo, il était inscrit à l’école des cadres de Neuilly en 1981 et devait toucher une bourse. Mais l’implication d’un membre de la famille Lawson dans une tentative de coup d’Etat a changé la donne. Camille Lawson-Body s’est donc retrouvé en France sans bourse puisqu’il était considéré comme membre d’une famille de « traîtres »59. Selon Comi Toulabor60, la signature d'un contrat était subordonnée à l'obligation de travailler dix ans dans la fonction publique togolaise, une fois la formation effectuée, au Togo ou parfois en France. La distribution des bourses nationales serait également devenue une arme pour une politique d’instrumentalisation ethnique visant à discriminer les élites Ewé du Sud, jadis favorisées par les différentes vagues colonisatrices, au profit des Kabyé du Nord. En effet, chaque région possédait un nombre égal de bourses alors que les bacheliers étaient très majoritaires au Sud61. C'est finalement la mise en application des politiques d'ajustements structurels envisagées par le FMI ou la Banque Mondiale qui a marqué la réduction du nombre de bourses dès le milieu des années 1980.

Cette suppression, loin de ralentir le flux des migrants, a suscité, chez les familles qui avaient les moyens de financer par eux-mêmes les études de leurs enfants à l'étranger, un vif intérêt pour les universités européennes et principalement françaises. En effet, il y avait en France en 1986-1987, 1415 étudiants togolais, soit environ 24% de la population togolaise présente en France62 et en 2001, 65% des étudiants togolais qui poursuivaient un cursus hors du Togo étaient inscrits dans une université française63. On pourrait alors parler de migrants « aventuriers » en suivant les termes de Jean Schmitz64 qui les comparent aux « miséreux » et aux « notables ». Il s'agit là de migrants qui ont exprimé ce que l'on pourrait appeler un désir d'accomplissement par la migration, qui sont venus se former en Europe ou parfois trouver fortune en Europe, attirés par l'idée préconçue d'une richesse et d'une réussite européenne65. Ces migrations ont également pu êtres encadrées, non pas par le pouvoir en place, mais par des associations. Ainsi, l'Église catholique avait organisé un système parallèle de bourses pour favoriser l'accès à l'école primaire et à l'enseignement secondaire en France des jeunes enfants togolais touchés par la pauvreté. En 1963, l'APARENTO (« Association des Parents Togolais ») voyait le jour et, selon le journaliste togolais en exil Tido Brassier66, elle permettait d'envoyer dans des familles de parrains français près de 200 à 500 enfants togolais. Toutefois, sous l'impulsion de l'archevêque de Lomé, monseigneur Dosseh-Anyron, le système « Aparento » se serait dévoyé et aurait favorisé rapidement les familles aisées, si bien qu'il a été arrêté en 1970.

Enfin, un troisième profil migratoire peut être décrit, après ceux de l’encadrement par le pouvoir et de l’aide des familles ou des associations privées. Anani Akakpo-Ahianyo67 expliquait que les migrations togolaises étaient généralement la résultante de crises sociales. Si cette explication n'est peut-être pas la seule qui puisse être mise en avant, il est clair qu’il existe une émigration plus politique ou plus liée aux contextes sociaux. En effet, à la suite des deux coups d'État, de 1963 et 1967, les leaders et les militants des partis nationalistes et indépendantistes ont fui le pays. Parmi ces leaders on trouvait des membres de familles bourgeoises très puissantes au Togo, comme les Olympio. Certains de ces exilés sont partis au Ghana et ont tenté un coup d'État en 1977, connu sous le nom de « complot des mercenaires », puis ont renouvelé l'expérience, en vain, en 1986. Le départ vers l'Europe a souvent été la solution adoptée par ces exilés politiques, ou par les prisonniers politiques soutenus par Amnesty International, qui étaient devenus les ennemis du régime. Ainsi, le général Eyadéma avait lancé des poursuites judiciaires contre eux et les avait privés de leur nationalité togolaise. Par la suite, tous les évènements politiques marquants et violents de l'histoire du Togo ont accéléré les flux migratoires, notamment vers la France. Ce fut le cas après les répressions des soulèvements des années 1990, comme le procès contre des étudiants le 5 octobre 1990, après la mort de manifestants dans la lagune de Bé à Lomé en avril 1991 ou encore les manifestations de 1993 et de 2005 après la transition de pouvoir entre Gnassingbé Eyadéma et Fauré Gnassingbé68. Chacun de ces épisodes a créé des flux de réfugiés dans les deux pays voisins que sont le Bénin et le Ghana69, mais également un exil vers l'Europe ou les États-Unis. C'est ce qui fait dire à Jean Yaovi Dégli et à d'autres observateurs que les migrations des Togolais, qui, d'après la croyance communément admise, ne sont pas réputés pour leur goût du voyage70, sont beaucoup plus contraintes que celles d'autres pays africains, comme le Mali. La contrainte peut venir directement des activités politiques du régime d'Eyadéma ou de leurs corollaires sur la situation économique du Togo. Hilaire Dossouvi Logo parle ainsi de tous ces immigrés et réfugiés politiques qui ont voulu « quitter cette vie dangereuse pour vivre enfin en paix, à l'étranger »71.

Il est à noter que ces départs successifs pour des raisons politiques ont été accompagnés d'un certain nombre de retours dans les périodes de fléchissement et de dialogue politique. La promesse d'une transition démocratique avec la convocation d'une Conférence Nationale Souveraine en 1991, ou encore les appels du pouvoir à un retour des réfugiés avec l'instauration d'un Haut Commissariat aux rapatriés et à l'action humanitaire en juin 2005 et la signature de l'Accord Politique Global (APG) en 2006, accord visant notamment à régler le problème des réfugiés devenu un sujet de tension avec les pays voisins, ont suscité un certain nombre d'espoirs et ont marqué le retour provisoire, ou non, de certains exilés72. Ainsi, après la découverte le 11 avril 1991 de 30 cadavres de manifestants flottant à la surface de la lagune de Bé près de Lomé, le général Eyadéma adopte dès le lendemain une amnistie. C'est après cette décision que Gilchrist Olympio, condamné à mort depuis 1986, rentre au Togo le 7 juillet.

Il faut tout de même dire un mot, une fois cette schématisation des profils migratoires togolais effectués, des migrants clandestins. En effet, la restriction des législations migratoires françaises et la multiplication des risques politiques au Togo, a pu favoriser le recours à la clandestinité. Ce cas est beaucoup plus problématique dans le cadre de cette étude, car il ne peut que très difficilement être cerné et quantifié. L’existence de migrants togolais clandestins en France ne peut être qu’entre-aperçue lorsque quelques cas sont publicisés dans les médias73. Cependant, si l'on en croit le journaliste Serge Daniel74, le Togo est une des étapes majeures des réseaux clandestins d'immigration subsaharienne et fournit beaucoup d'aspirants à l'émigration75. Ce durcissement de la législation française et cet alignement sur les mesures instaurées par la mise en place de l'accord européen de Schengen ont par ailleurs favorisé la diversification des destinations des migrants togolais, qui sont allés notamment au Canada ou aux États-Unis dans les périodes plus récentes.

Il faut également préciser un point important qui a trait aux associations diasporiques. Malgré la tentation de se présenter comme des exilés politiques ou comme des émigrés tenus de rester loin du Togo à cause de la dictature76, ces entrepreneurs symbolisent plus les profils des élites estudiantines ou des aventuriers venus se former en France ou chercher la réussite et l’accomplissement en France77.

Si l'on considère tous ces profils confondus78, on observe qu'ils ne représentent pas une masse migratoire majeure, par rapport à d’autres migrations africaines79. En effet, jusqu'en 1999, on ne comptait pas plus de 500 entrants sur le territoire français par an, ce qui signifiait que cette immigration ne représentait qu'1% de l'immigration africaine en France. En 2004, point culminant des entrées togolaises en France, on ne comptait officiellement que 960 immigrants arrivés dans l'année. Si l'on s'en tient dans un premier temps aux données émises par le ministère des Affaires Étrangères et Européennes, la « communauté togolaise en France » était composée au 1er janvier 2007 de 9 000 membres80. Pour inscrire ce chiffre dans la durée, il suffit de le comparer à celui livré par le Sénat81 pour constater une légère augmentation des migrations dans les années 1990. Ce rapport stipulait ceci : « En 1993 (dernières statistiques disponibles), on comptait 6 251 Togolais titulaires d'une autorisation de séjour. Cet effectif, qui ne comprend ni les enfants mineurs, ni les éventuels clandestins, s'est élevé à 6 720 en 199082 et à 6 431 en 1991. Les flux d'entrée et de séjour récemment enregistrés (456 en 1994, 402 en 1995) pourraient attester un léger recul du nombre de Togolais entrant et séjournant dans notre pays. ». Ce léger recul ne s'est finalement pas vérifié puisque selon le recensement de l'INSEE pour l'année 1999, on comptait 13 026 Togolais de nationalité ou d'origine. A titre indicatif, il y avait selon la même source seulement 1 320 Togolais en France en 1968. On le voit, les sources ne fournissent pas les mêmes évaluations mais permettent donc d'établir un chiffre autour de 10 à 15 000 Togolais en France.

2- Quelques réflexions sur la morphologie de la communauté togolaise en France :



Quels que soient ces profils83, quelles que soient les trajectoires migratoires, il semble clair que des migrations qui étaient initialement perçues comme provisoires ont donné lieu à des séjours beaucoup plus longs84, à des naturalisations et à une sorte de sédentarisation des migrants togolais en France. D'après Tido Brassier, moins d'un tiers de ceux qui étaient partis avec des bourses ou avec le système « Aparento » sont revenus s'installer au Togo. Il ajoute même que beaucoup de ceux qui ont tenté un retour sont repartis presque aussitôt en France85. C'est dans cette optique d'une installation des migrants que l'on peut envisager d'analyser une éventuelle communauté togolaise en France.

Au delà de l'étendue statistique de la présence togolaise en France, il faut revenir sur le profil des Togolais qui vivent en France et tenter d'en dresser un rapide tableau. La « communauté » togolaise en France est somme toute assez différente des autres « communautés » africaines. Et non pas à cause du caractère supposé pacifique des Togolais et donc de « l'invisibilité sociale » de cette communauté. Cet argument étonnant avait été notamment utilisé dans le rapport du Sénat déjà cité : « Aucune mesure d'expulsion n'a été prononcée depuis 1994 (deux ressortissants togolais seulement avaient alors été concernés ; un en 1993). Il s'agit donc d'une communauté paisible, qui ne pose pas de problème particulier. »

La différence réside plutôt dans le profil des Togolais en France. Ainsi, les migrations togolaises n'ont rien à voir avec les migrations de travail maliennes ou sénégalaises, décrites notamment par Catherine Quiminal. Il ne s'agit pas majoritairement de jeunes ruraux non qualifiés, comme c'est le cas pour ces deux pays. En effet, l'immigration togolaise est une immigration d'individus qualifiés. D'après les données de l'INED étudiées par Karin Sohler, entre 1994 et 2004, le premier motif d'admission restait les études. Et il aura fallu attendre 2003 pour que le regroupement familial représente une part plus importante. L'admission au motif d'une obtention d'un travail est nettement moins prégnante dans le cas des migrants togolais86.

Contrairement aux autres communautés, composées principalement de jeunes hommes rejoints par la suite par leur famille, la communauté togolaise compte une part importante de femmes. Ainsi, seule la période 2000-2002 a vu le nombre d'hommes devenir majoritaire87. La présence des femmes était tout à fait notable lors des réunions et conférences observées. On dénombre également quelques associations de femmes comme le Collectif des Femmes de la Diaspora Togolaise en France (COFEM-DTF) créé en 2006 par des militantes du CTR ou plus anciennement le Collectif des Associations de Femmes (CAF).

Les profils migratoires développés tout à l'heure nous donnent déjà quelques informations sur la répartition des âges au sein de la communauté togolaise en France. Si les mineurs sont minoritaires et que leur nombre diminue, les 20/29 ans et les 30/39 ans sont majoritaires depuis 199488. Il peut s’agir là des générations successives d’étudiants venus en France depuis l’indépendance et qui ont finalement débuté leur carrière hors du Togo.

Une autre particularité de la communauté togolaise en France par rapport aux autres communautés africaines réside dans le fort taux d'obtention de la nationalité française. En 1999, 48% des Togolais en France étaient naturalisés, contre 30,2% pour les autres migrants de l'Afrique de l'Ouest89.

Pour finir, on peut également donner quelques grandes lignes des caractéristiques de la répartition géographique. Si l'on prend comme indice la localisation des sièges des différentes associations des Togolais en France90, la population semble majoritairement se répartir dans l'Ile-de-France (54%, dont 24% pour la seule ville de Paris), le Pas-de-Calais (9,5%) et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (6%). De plus, l'observation des forums en ligne dédiés aux Togolais permet de retrouver majoritairement des commentaires postés depuis Paris, Lille, Strasbourg, Marseille ou Bordeaux.

3- Utiliser les statistiques pour créer la communauté :


Ce détour par les statistiques n’est pas anodin car les données chiffrées jouent un rôle non négligeable dans le discours des entrepreneurs diasporiques.

D’abord, il faut s’interroger sur la genèse et la production de ces données. Si la source qui paraît être la plus à même de produire des statistiques détaillées sur la présence togolaise en France parait être le service consulaire togolais en France, il est clair que le recensement consulaire n’est pleinement réalisé. A ce jour, il n’existe pas de fichier centralisé et publiable sur la question, même si le consulat et l’ambassade disposent bien entendu de données91.

Ce sont finalement les administrations et les pouvoirs publics français qui produisent le plus de données sur la communauté togolaise en France92. Or, ces données ne prennent en compte que les immigrés togolais aux trajectoires migratoires simples. Ainsi, Joël Viana, président de la DTF, qui a vécu en Allemagne et y a obtenu la nationalité allemande, n’a pas été comptabilisé comme migrant togolais à son arrivée en France93. Les enfants de migrants togolais nés en France ne sont donc pas non plus comptabilisés. On perçoit donc très facilement la faiblesse d'une telle catégorisation statistique.

Cela n’empêche pas les associations diasporiques de donner des estimations chiffrées de la présence togolaise en France, et plus largement de la diaspora togolaise dans le monde. Au delà du poids du mot, la labellisation diasporique se double d'un deuxième moyen de légitimation que constitue la quantification de la population décrite par ce label. Lorsque les associations togolaises parlent de la communauté ou de la diaspora togolaise, elles ont tendance à adopter une définition large comprenant les migrants, y compris les clandestins, les individus naturalisés ou ayant obtenu d’autres nationalités mais aussi les enfants nés des premières générations d'immigrés. Ces estimations, généralement très approximatives et volontiers surévaluées offrent la simple somme des individus dispersés. Écrire un nombre permettrait ainsi de donner du sens et de rendre réel un groupe humain94. Cette logique agrégative crée la communauté en se basant sur un présupposé trompeur qui veut que le partage de situations communes crée des consciences similaires et des identifications communautaires automatiques. Ainsi, les chiffres annoncés paraissent colossaux95. D'après l'estimation la plus haute, la diaspora togolaise représenterait donc près de 23% de la population du pays96.

Paradoxalement, si les associations diasporiques ont tendance à surévaluer dans leurs communiqués la présence de Togolais expatriés dans le monde, le chiffre plus précis généralement donné pour la communauté togolaise n'a finalement été que très peu contesté par les responsables des associations diasporiques interrogés97. Preuve qu’ils sont bien conscients du fait que la présence togolaise en France n’est pas la plus importante parmi les pays africains, mais que l’outil statistique leur permet quand même de soutenir et de rendre légitime leur action communautaire.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   47

similaire:

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconSous la direction de M. le Professeur Michel germain

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconSous la direction de Monsieur le Professeur Dominique bureau

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconDécembre 2007 Sous la direction de Mme Valery Aillot

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconCours sous la direction de responsable des travaux diriges

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconThèse de doctorat en Sciences de l’Éducation Sous la direction de Marc Derycke et Chia Longman

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconEn vue de la délivrance par la direction générale des finances publiques...
«le demandeur», des données cadastrales mises à disposition par la direction générale des finances publiques sous la dénomination...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconRecherche collective en cours
«L’ajournement du prononcé de la peine – Césure et recomposition du procès pénal», sous la direction de M. Delmas-Marty (Université...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconDe gestion durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 1,5
«Finances Comptabilité et Contrôle de gestion», une direction «Qualité et Achats», une direction «Marketing» et une direction «Ressources...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconComprendre la Mission Mécénat de la direction de la culture et du...
«Mission Mécénat», se concentre sur le milieu culturel, qui semble pertinent pour mener à bien ce projet. Ce dernier établit donc...

Sous la direction d’Alphonse Maindo, Richard Banégas, Guillaume Girard iconQuelques informations sur Mr Richard Munthe-Brace






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com