La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en





télécharger 54.21 Kb.
titreLa laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en
date de publication23.02.2018
taille54.21 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > droit > Documentos
La réforme de la laïcité

Introduction :

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en particulier dans le domaine de l’enseignement.

Dans cette optique, l’État reconnaît toutes les religions sans en adopter aucune. L’affirmation de la laïcité, qui est généralement le signe d’une sécularisation de la société, ne postule pas la disparition du principe spirituel, mais fait de celui-ci une pratique individuelle, relevant exclusivement de la sphère privée.

Affirmée pour la première fois, en matière politique, avec la Révolution française, la laïcité apparaît comme l’un des fondements du pacte républicain, même si son application a donné lieu à d’importantes controverses. Souvent présenté comme constitutif d’une « exception française », le principe de la laïcité s’oppose naturellement aux modèles politiques à religion d’État, mais également à une tradition anglo-saxonne qui reconnaît dans le cadre de l’État l’existence d’un principe religieux, tout en laissant chaque citoyen adopter la croyance qu’il souhaite ( source : Microsoft encarta 2009).

I. La laïcité positive

L’expression laicité positive est apparue dans le monde catholique , dans les années 80.Le 17 octobre 2007, Benoit 16 réutilise cette expression lors d’un congrès a Rome : « Il s’agit en réalité d’une “laïcité positive” qui garantisse à tout citoyen le droit de vivre sa foi religieuse avec une liberté authentique y compris dans le domaine public. »

Le 20 décembre 2007, en tant que chanoine d’honneur de Saint Jean de Latran Nicolas Sarkozy emploie cette expression à son tour provoquant une polémique notamment sur internet. Ainsi, certaines sources déclarent même que le pape benoit XVI aurait une influence sur le président français( pape jugé ultraconservateur et liberticide dans manifestepape.info).cela paraît probable car le président a prononcer un discours assez surprenant pour ne pas dire choquant en déclarant qu’il fallait une laicité positive car « se priver de religion serait une folie » « La laïcité positive, la laïcité ouverte, c'est une invitation au dialogue, à la tolérance et au respect. C'est une chance, un souffle, une dimension supplémentaire donnée au débat public. » Apres ce discours, de nombreuses personnalités politiques sont montés au créneau comme François Bayrou ou Jean Glavany.

Nous allons à présent exposer les phrases qui ont fait tant de remue ménage et voir pourquoi ?


« C'est par le baptême de Clovis que la France est devenue Fille aînée de l'Eglise. Les faits sont là. »

Sarkozy oublie que la France d'avant Clovis était païenne et qu'elle n'est pas devenue chrétienne avec Clovis. D'autre part, c'est l'humanisme (à partir du XVe siècle) qui est à l'origine de la société moderne. La "Fille aînée de l'Eglise" n'est pas un "fait", c'est un concept. Sarkozy nous impose une lecture idéologique de l'Histoire, qui instrumentalise le catholicisme, car un croyant authentique n'a pas besoin de cette référence à Clovis pour témoigner de sa foi.

« Tout autant que le baptême de Clovis, la laïcité est également un fait incontournable dans notre pays.»
Encore les "faits" ! Mettre sur un pied d'égalité le baptême de Clovis, référence ancienne, plus théocratique que théologique, et le principe de laïcité, cadre actuel de la République, est faux et inacceptable.

« L'interprétation de la loi de 1905 comme un texte de liberté, de tolérance, de neutralité est en partie une reconstruction rétrospective du passé. »
Ici, le président de la République ose mettre en doute la sincérité d'un texte fondateur de la République, en soupçonnant ses vertus de n'être qu'une "reconstruction rétrospective" ! Le comble, c'est que le baptême de Clovis est considéré comme un "fait historique" tandis que les valeurs de la loi de 1905 auraient été inventées tardivement !!!

« La morale laïque risque toujours de s'épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n'est pas adossée à une espérance qui comble l'aspiration à l'infini. »
Voilà un retournement dialectique gonflé, digne de Guaino (qui affirmait déjà que l'ultralibéralisme, c'est la faute à Mai 68 !). En réalité, le fanatisme est justement lié à cette "espérance qui comble l'aspiration à l'infini", car elle seule peut conduire des "fous de Dieu" à sacrifier leur vie ... et celle des autres. Par contre, la morale laïque, parce qu'elle ne vise pas l'absolu, ne sombre pas dans le fanatisme.

« La France a besoin de catholiques convaincus qui ne craignent pas d’affirmer ce qu’ils sont et en quoi ils croient »

Mais la France n'a pas seulement besoin de catholiques pleinement chrétiens. Dirait-il que les musulmans doivent être plus musulmans? Les juifs, plus juifs ? Les libres penseurs, plus libres ? 


« La laïcité n'a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. […] Arracher la racine, c'est perdre la signification, c'est affaiblir le ciment de l'identité nationale. » 

Rappeler que l'histoire de la France est imprégnée de christianisme, c’est enfoncer une porte ouverte. Mais « y insister, n'est-ce pas nier le reste de l'identité française ? […] Les juifs, les musulmans, les athées, les agnostiques, tous les croyants et les non-croyants sont-ils encore des filles et des fils de France, M. Sarkozy ? » (Jean Glavany, PS).


« L'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé, même s'il est important qu'il s'en approche, parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porté par l'espérance. »

« La morale de l'instituteur n'est pas inférieure à celle du prêtre. Pour Jules Ferry, elle est la morale universelle au genre humain, qui prend garde à ne choquer aucune des familles qui confient leur enfant aux maîtres. » (François Bayrou).

« […] la République a intérêt à ce qu’il existe aussi une réflexion morale inspirée de convictions religieuses. »

« Il demande aux religions, toujours dans «l'intérêt» de la République, de fonder la morale du pays. […] D'abord, il ne revient à aucune autorité civile de trancher ainsi une question de conscience. […] De surcroît, en tenant ce discours dans une société comportant différentes religions, on prépare les conditions d'un affrontement entre les différentes religions. Car, quand elles se contredisent, qui décidera qu'une religion est supérieure à une autre dans le domaine de la morale et des valeurs ? » (François Bayrou)

« On ne fait pas un républicain comme on fait un catholique. […] Pour faire un républicain, il faut prendre l’être humain si petit et si humble qu’il soit [...] et lui donner l’idée qu’il faut penser par lui-même, qu’il ne doit ni foi ni obéissance à personne, que c’est à lui de chercher la vérité et non pas à la recevoir toute faite. [...] Croire, c’est ce qu’il y a de plus facile, et penser, ce qu’il y a de plus difficile au monde [...] il ne s’agit de rien moins que de faire un être libre [...]. » (Ferdinand Buisson - président de la Ligue des droits de l’homme, prix Nobel de la paix – 1903).

« Un homme qui croit est un homme qui espère. Et l'intérêt de la République, c'est qu'il y ait beaucoup d'hommes et de femmes qui espèrent. »

« La République n'a pas à sous-traiter l'espérance aux religions. La République est en charge de réaliser un monde meilleur, et pas d'inviter à l'attendre. Cette conception sociologique de la religion, fournissant «l'espérance» qui fait que les peuples se tiennent tranquilles et respectent les règles établies, […] ce n'est pas autre chose que «l'opium du peuple» que dénonçait Marx » (François Bayrou).

« Partout où vous agirez, dans les banlieues, dans les institutions, auprès des jeunes, dans le dialogue interreligieux, dans les universités, je vous soutiendrai. »

Philippe Val écrivait déjà en 2005 : « Ce discours prouve simplement que Sarkozy est de droite, et qu’il pense qu’un peuple soumis à la justice divine coûte moins cher qu’un peuple revendiquant une justice terrestre. » (Les traîtres et les crétins – Ed. le cherche midi).

« La désaffection progressive des paroisses rurales, le désert spirituel des banlieues, la disparition des patronages, la pénurie de prêtres n’ont pas rendu les Français plus heureux. C’est une évidence. »

La disparition des forgerons n’a pas, non plus, rendu les français plus heureux ! Ah, la disparition des patronages... Voilà donc la cause de nos maux. Alors aux chrétiens leurs curés ou pasteurs, aux musulmans leurs imams, aux juifs leurs rabbins, et les Français seront bien gardés. C’est oublier qu'une pratique ne se perpétue que si elle a du sens pour une communauté, sans quoi elle devient du folklore.

Comme on peut lire dans le blog de francois olin (homme du parti radical gauche de charentes maritimes), la laicité positive n’existe pas mais c’est seulement une facon de dire que l’athéisme est negatif.

Jean michel quillardet, franc macon parle lui d’une atteinte a la laicité.

Caroline fourest journaliste travaillant pour « charlie hebdo » veut une mobilisation pour que la France ne devienne pas comme les etats unis et declare que sarkozy a voulu enlever art 2 de la loi de 1905.

Au contraire, le theologien jean michel garrigues trouve que le discours du latran est une «  lecon de magnanimité politique. »

Dans Libération, N. Kosciusko-Morizet, notre sous-ministre de l’écologie y est allé, elle aussi de son couplet: “La laïcité, ça doit être quelque chose de naturel qui accepte la religion”. Comme si, dans notre pays, les religions n’étaient pas acceptées.

Il ne faut « pas être extrémiste de la laïcité comme on peut être intégriste de la religion »

Pour conclure, l’expression laïcité positive est très floue et surprenante car elle sous entend que la laïcité actuelle est négative. De plus, le discours du président français est très paradoxal. En effet il veut a la fois un Etat laïque et que la France assume ses racines chrétiennes.

II. Le financement liés aux cultes.

A. Rappel de la loi de 1905


À la fin du XIXe siècle, Émile Combes a cherché à inféoder l’Église à l’État par la réforme du statut concordataire, provocant ainsi la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Saint-Siège. Aristide Briand, rapporteur mesuré de la loi de séparation de l’Églises et de l’État, entérine la disparition du concordat de 1801 tout en reconnaissant la liberté de conscience, c’est-à-dire l’exercice des cultes sans en privilégier ou en inféoder aucun. Par ses diverses dispositions (concession des biens de l’Église à des associations cultuelles chargées de l’entretien, même si l’État en demeure propriétaire), la loi marque l’aboutissement d’un long processus de laïcisation de la société et de l’État français. Ainsi voici ci-dessous, un extrait de la Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l'État, dont on peut avoir deux articles majeures ci-dessous : ( source : diverses)
ARTICLE PREMIER. - La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.
ART. 2.- La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l'État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l'exercice des cultes. Pourront toutefois être inscrites
auxdits budgets les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons.
Les établissements publics du culte sont supprimés, sous réserve des dispositions énoncées à l'article 3. ( source : site du sénat)

Nous pouvons voir ci-dessous un récapitulatif de la loi de 1905 au fil du temps :

(Voir annexe)

B. Les techniques de financement des cultes et des événements liés aux cultes

La loi de 1905, interdisant le financement des cultes par l’Etat, de nombreuses failles de cette loi ont été utilisées afin de subventionner les cultes.

En effet de nombreuses religions ne trouvant pas les fonds nécessaires à la construction de lieux de cultes (mosquées, églises, synagogues, ……), créées un espace culturel dans le lieu de culte afin de percevoir des subventions de l’Etat par le biais du culturel, comme par exemple La Mosquée de Paris ou bien prochainement la construction de La Grande Mosquée de Cergy, où la mairie a offert le terrain et a donné 10 000 euros, pour la subvention du lieu culturel inclus dans la mosquée, permettant ainsi, indirectement de financer la mosquée.

De plus, la subvention des cultes peut se faire grâce à des subventions venant d’autres pays. En effet, en France beaucoup de mosquées ont été financés par l’Arabie Saoudite (elle a financé : les Mosquées d’Evry, la grande mosquée-centre islamique de Lyon…..), mais cependant cette subvention a des limites car l’Arabie Saoudite ne pourra pas fiancer toutes les mosquées de France, car elle a déjà financée de nombreuses mosquées à travers le monde. (source : diverses)

Aussi, une autre technique de financement est que l’on favorise les dons des fidèles par des techniques de déductibilité, comme cela existe pour les chrétiens où le denier du culte (denier de l’Eglise aujourd’hui) est, depuis quelques années seulement, assimilables à un don caritatif et donc ouvre droit à une déduction partielle d’impôt, c’est tout naturel. Mais cependant les athées trouvent cela inacceptable que l’on considère la religion comme une sorte de service public (le service public de la religion nationale ou plutôt des religions nationales). ( source : libres.org/francais/actualite/archives/actualit%E9_1004/mosquees_a5_4504.htm)

Encore une autre technique qui est que c’est la puissance publique qui entretient les églises. Mais il faut rappeler la réalité, qui est un peu différente. Il y a deux sortes de situations : soit l’église a été construite avant 1905, soit elle a été construite après. Avant 1905, les églises ont été construites par la générosité des fidèles et non par l’Etat : depuis le Moyen Age et dans les siècles qui ont suivi, les cathédrales comme les simples églises n’ont été financées que par la charité, les dons des fidèles. En 1905, l’Etat a nationalisé les églises et il a transféré la propriété des simples églises aux communes et des cathédrales à l’Etat. Depuis cette spoliation, municipalités et Etat doivent entretenir les églises, ce qu’ils font d’ailleurs d’une manière fort inégale suivant les cas, puisque certaines sont fort bien restaurées, alors que d’autres menacent ruine. Au titre du patrimoine cela est tout à fait normal que l’Etat est fait cela. Mais cependant comme on l’a vu certaines églises ou cathédrales sont mieux entretenues que d’autres, ne pouvons nous pas interpréter cela par le fait que l’Etat entretient les lieux les plus utilisés ? A vous de juger, chaque personne peut avoir sa propre opinion sur ce sujet, si le fait de restaurer toutes les églises pré 1905 et fait réellement au titre du patrimoine ou bien cela est un contournement de la loi de 1905 ? Pour certaines églises et cathédrales on en doute pas mais pour d’autres…… Cela laisse à désirer…….

Voici une citation d’un maire ayant cette même vision :

"L'argent public sert aussi à financer des églises et pas forcément celles qui ont valeur de patrimoine architectural. Si j'étais prêt de partager votre avis ce serait à une condition : avoir une politique UNIVOQUE vis à vis de toutes les religions. Soit la laïcité consiste à ignorer les nécessités du culte quel qu'il soit, soit elle les finance tous et selon des règles bien définies et identiques pour tous. Je ne crois pas que ce soit le cas dans notre pays. Votre opinion me semble donc partiale  (SIC)" Jean- Marie Cousin , président du Mouvement Démocrate Meuse, maire de Ville en Woëvre et Conseiller Général de la Meuse .

Aussi, une autre question se pose qui est de savoir qui paye lors de la venue du pape en France ? Intéressantes comme question, non ?

Lors de la venue en France du pape, ses frais de transport dans l'Hexagone notamment le déplacement entre Paris et Tarbes-Lourdes, sont pris en charge par Air France, et ses frais de sécurité sont, en partie, pris en charge par la République. Mais l'hébergement est assumé par l'Église. Le pape n’est pas un chef d’état, alors pourquoi est il accueillit comme en étant un ? Pourquoi l’argent publique est elle utilisée pour sa venue ? Cela n’est-il pas une entrave, une violation de la loi de 1905 ? Ci-dessous nous pouvons voir les différentes apparitions de différents pape en France est les frais engendrés, qui sont pris en charge pas la France.

Les visites du pape Jean Paul II en France :

-1996:

Accueil par le président de la République Jacques Chirac à Tours (déclaration du 19 septembre 1996).

Manifestation à Paris le 22 septembre 1996 contre le financement de cette visite par de l'argent public, 10000 personnes

-1997 :

Les scandales des JMJ97 (Journée Mondiale de la Jeunesse 1997) :

La laïcité s'est retrouvée une fois de plus bafouée avec la participation sans équivoque du gouvernement à l'organisation du voyage papal. Un comité interministériel de coordination des JMJ a ainsi été créé avec à sa tête le général Morillon. Cependant, cette création n'a été officialisée par aucun décret comme il est d'usage en temps normal, l'Eglise est probablement au dessus des lois... Bien que Morillon assure qu'il n'en coûte rien au contribuable, le porte parole des JMJ, Mgr Di Falco, l'admet lui-même en disant " pourquoi ceux qui aiment Dieu n'auraient pas le droit de se rassembler, même si ca coûte un peu d'argent aux Français". L'aide de l'état consiste d'abord en l'utilisation de locaux dans l'Hôtel Matignon avec téléphone, fax mis à la disposition du général. C'est aussi l'utilisation de l'armée qui assure, comme en 1996, un soutien logistique. Le service public n'est pas en reste avec des réductions offertes aux pèlerins venues de tous pays par Air France, la RATP, la SNCF, les PTT. Et afin de parquer cette foule de chrétiens, lieux publics, stades et écoles se sont vus réquisitionnés.

France Télévision a créé une frénésie médiatique autour d'un évènement qui n'a pas passionné la population. En plus de la note de 9.5 millions de francs, France Télévision a aussi constitué une tribune pour les JMJ97 qui ont pu s'exprimer largement par la voix de Mgr Di Falco. (source : http://www.atheisme.org/visites.html)

De plus Benoît XVI, lors de sa visite à Lourdes pour célébrer le 150ème anniversaire des apparitions de la Vierge à Bernadette Soubirous, s’est vu recevoir un traitement digne des chefs d’état, voire plus même. En effet selon le ministère de l'Intérieur, cité par La Croix, "comme pour tout chef d’État étranger en visite officielle, l’État prendra à sa charge les frais de réception et de transport de la délégation." Selon Le Parisien, 9.200 policiers et gendarmes seront mobilisés pour la visite du premier personnage de l'Etat du Vatican. Le quotidien ajoute que "la sécurité rapprochée du pape sera, elle, assurée par le Service de protection des hautes personnalités et le RAID. (...) Les services territoriaux, des CRS et escadrons de gendarmerie seront mobilisés pour la gestion des fidèles." Il y aura même la police aux frontières pour patrouiller dans les trains et 400 agents de la sécurité civile seront présents. A Lourdes, "un 'commissariat européen' sera spécialement mis en place, avec des policiers italiens, allemands et néerlandais", selon Le Parisien.

Jointe par Le Post, la mairie de Tarbes confirme que "100.000 euros ont été débloqués par le ministère de l'Intérieur pour rénover le stade Antoine-Béguète." Stade dans lequel le pape doit arriver par hélicoptère. Si, toujours selon La Croix, place Beauvau on fait valoir que c'est "une rénovation qui profitera ensuite à la collectivité", on prétexte un "concours de circonstances" à Lourdes. Aussi, la mairie "financera surtout les cent navettes mises à disposition des pèlerins au départ des parkings pour un coût total de 180.000 euros", selon le quotidien catholique. ( source : forum aux féminins)

Alors peut-on subventionner les évènements exceptionnels d’un culte alors que la loi de 1905 l’interdit, sous prétexte que le chef de cette religion est, comment dirait-on un pseudo « chef d’état », alors qu’en réalité il est un chef spirituel. Est ce parce que la France doit « assumer ses racines chrétiennes » comme le dirait le représentant de notre État ? Ou bien est ce bel et bien une violation de cette loi de 1905 ? La solution, pencherait plutôt vers la seconde interrogation, mais bon chaque personne est libre de son choix.

Aussi, notons que le Conseil français du culte musulman, a été crée en 2003 avec le soutien de Sarkozy, à l’époque ministre de l’intérieur. Certes, le Conseil français du culte musulman (CFCM) est une association régie par la loi de 1901 destinée à représenter les musulmans de France ce qui est tout à fait légal. Mais est ce vraiment le rôle du ministre de l’intérieur de s’occuper des cultes, donc de ce fait de remettre en cause sa neutralité, étant ministre d’une république « laïque » ? La réponse penchera plutôt vers le non.

Enfin, tout les dimanches, France 2 présente des émissions religieuses, sur les 3 grandes religions du Livre. Chaque religion à la sienne, mais est ce normal de présenter cela sur une chaîne financer en grande part par la redevance audiovisuel, donc par l’argent public ? Cette émission ne va pas t’elle à l’encontre de la loi de 1905 ? On supposera que oui …

C. Les pours et les contres

Ainsi, le contournement de la loi de 1905 et les récents propos de notre Président de la République, ont relancés le débat sur le fait de savoir si la loi de 1905 n’est elle pas tout simplement devenue archaïque ? Mais aussi, le maintient de cette loi n’est elle pas nécessaire à garder une certaine cohésion au sein de notre République. Je m’explique, les personnes demandant un refonde de la loi de 1905, n’appartiennent-elles pas en majorité si ce n’est toutes, à une des trois religions du Livre ? Ainsi, cette refonde marginalisera-t-elle pas les autres religions existantes en France ? De ce fait les valeurs de la République ne seraient-elles pas remises en cause car nous savons que la devise de la France est « Liberté, Égalité, Fraternité » et ainsi le mot « Égalité » ne serait-il pas remplacé par le mot « Intérêt » (ce mot sous entend intérêts pour les religions dominantes, à savoir l’Islam, le Christianisme et le Judaïsme) ? Car nous le savons tous il est plus préférable de satisfaire une majorité de personne plutôt qu’une minorité.

- Les pours

- Sarkozy : Fervent partisan d’une « adaptation » de la loi de 1905 pour permettre le financement des associations cultuelles, Nicolas Sarkozy développe depuis plusieurs années une nouvelle de la laïcité, en remplaçant la « liberté de conscience » par la « liberté de religion ». « Je continuerai à plaider avec force, mais sans prosélytisme, pour l’instauration de nouveaux rapports entre les religions et les pouvoirs publics »

- Didier Leschi chef du bureau des cultes du ministère de l'Intérieur : «Soit on demande à des riches Saoudiens de nous construire des minarets, soit on modifie la loi de 1905 »

- Philippe Portier : «  La loi de 1905 est un frein au financement. Certaines collectivités essaient de trouver des solutions non prévues dans la loi, pour permettre aux personnes de célébrer dignement leur culte. »

-Richard Lejoyeux : "Un élu est censé être à l'écoute de tous ses concitoyens". Donc il veut dire par là qu’un élu doit s’adapter au culte de sa population.

- Maire d'Epinay-sur-Seine : «  il faut s’adapter aux besoins de la population ».

- Les contres

- Jean-Louis Biot :"Vouloir financer des mosquées est une opération politicienne destinée à s'attirer la sympathie de l'électorat de confession musulmane".

- le Comité national d'action laïque : "Le choix de pratiquer une religion est d'ordre privé et un lieu de culte doit donc être financé par des recettes d'ordre privé. Si l'on modifiait la loi, on toucherait à la clé de voute de la République et l'article 1er de la Constitution rappelle que la France est une République laïque."

Les organismes laïques sont les premiers à s’opposer au financement des cultes.

Conclusion :

La réforme de la laïcité remet en cause la laïcité actuelle. En effet cette laïcité dite « positive », voudrait que celle qui existe soit négative, comme le dirait Caroline Fourest. Mais cependant, pour de nombreux cultes, elle serait un bond en avant dans l’évolution de la société, leur permettant le financement de leur culte et une adaptation aux nouveaux besoins qui se créent au fil du temps. En revanche d’autres pensent plutôt qu’il s’agit d’un bond en arrière. En effet les laïques estiment que se seraient un retour aux vieilles querelles Etat-Eglise, mais cependant cette fois ci avec d’autres religions. Mais aussi, d’une part cette réforme évitera que certaines personnes viols cette loi, lors de la venue d’un chef spirituel, en prétextant que ce chef spirituel est en fait un chef d’état et que les coûts engendrés lors de sa venu son tout à fait justifié, mais d’autre part, elle pourrait être une remise en cause des principes de la République. Ainsi ce débat de la laïcité restera toujours d’actualité ……


similaire:

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconLe terme loueur définit la société welcome cars booking. Le loueur...
«welcome cars booking» au départ comme au retour et signé par les deux parties. Tous dégâts constatés lors de «l’état retour» et...

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconLes causes de la rupture
«culte reconnu» et fait de l’Eglise une association de droit privé. C’est la fin du Concordat et l’invention de la laïcité à la française....

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconLa guerre n’est donc point une relation d’homme à homme, mais une...
«Clause Martens», Préambule de la IV. Convention de La Haye concernant les Lois et Coutumes de la Guerre sur Terre du 18 octobre...

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconRapport de jury capeps ecrit 1 2007
«Une finalité est une affirmation de principe à travers laquelle une société (ou un groupe social) identifie ou véhicule ses valeurs....

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconLa politique, la democratie, L’etat
«Considérés comme vivants dans une société qui doit être maintenue, les hommes ont des lois dans le rapport de ceux qui gouvernent...

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconThèse des travaux de la journée de réflexion sur le dispositif «clas»
«Ambition réussite» développée en Martinique. Cette éducation prioritaire est une politique à laquelle le gouvernement et donc la...

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconRappel du principe du dispositif du «Permis à un euro par jour»
«Permis à un euro par jour» repose sur des conventions entre, d'une part, l'Etat et les écoles de conduite et, d'autre part, l'Etat...

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconÉpreuve de conception prÉliminaire d’un systÈme, d’un procÉdÉ ou d’une organisation

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconLe programme 147 «Politique de la ville»
«Politique de la ville» n’est qu’un des éléments de la politique conduite au bénéfice des quartiers en difficulté et à laquelle chacun...

La laïcité est un terme désignant une conception politique, selon laquelle l’organisation de la société repose sur la séparation de l’Église et de l’État, en iconLe diaconat : évolution et perspectives (2003)
«verbalisation» du Verbe qui est Dieu et s’est fait chair, selon l’expression de la profession de foi de l’Église, réponse à la Révélation...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com