Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire





télécharger 47.54 Kb.
titreUn programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire
date de publication07.07.2017
taille47.54 Kb.
typeProgramme
d.20-bal.com > droit > Programme




Qu’est ce qu’un Plan Climat ?
Un Plan climat énergie territorial (PCET) est une démarche de développement durable destinée à mesurer et à organiser la diminution des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle d’un territoire, et de préparer l’adaptation de celui-ci, ainsi que les activités qui s’y déroulent, afin que les habitants vivent les transformations inéluctables (modifications de la météorologie, accroissement des risques, évolution de la végétation…) dans les meilleures conditions possibles.
La loi Grenelle 2 rend obligatoire l’élaboration d’un PCET pour toute collectivité de plus de 50 000 habitants. Ce plan comporte deux niveaux : un volet « atténuation » portant sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) du territoire, et un volet « adaptation » portant sur l’évolution du territoire dans un contexte de changement du climat local.
Ainsi, l’ensemble du territoire doit être couvert par :

  • un état des lieux fondé sur un bilan des émissions de gaz à effet de serre (mesure des émissions de GES : CO2, CH4…),

  • un bilan énergétique du territoire,

  • un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire,

  • un plan d’actions pour limiter les émissions et réduire les effets du réchauffement climatique attendu sur la vie quotidienne.


La CPA a anticipé cette obligation réglementaire d’élaborer un Plan climat énergie territorial en engageant dès 2008 la mise en œuvre de son Bilan énergétique et carbone.

L’état des lieux réalisé à partir des données sur les émissions de CO2 de 2007, montre ainsi que :

- Les habitants du territoire émettent des quantités de CO2 supérieures à la moyenne nationale,

- la couverture énergétique du territoire de la CPA est de l’ordre de 10% : il ne produit que 10% de l’énergie que consomment ses habitants,

- le Pays d’Aix est très vulnérable, notamment aux fluctuations économiques, en raison de sa grande dépendance aux énergies fossiles et aux énergies de réseaux. Le recours à des énergies locales et renouvelables (bois énergie et solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire…), et à des modes doux et collectifs de déplacement (vélo, marche à pied, transports en commun) permettrait au territoire d’être plus autonome,

- ce même territoire dispose de ressources potentielles considérables (solaire, biomasse, petit hydraulique) peu ou pas exploitées, et un gisement d’économie d’énergie encore plus important qui permettrait de surcroît le développement de l’emploi dans le bâtiment, la lutte contre la précarité énergétique… .
Ces analyses confirment également que l’atteinte des objectifs (rester sous le seuil des 2° C d’augmentation de la température dans les pays industrialisés et en conséquence diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050) fixés à tous les niveaux – mondial, européen, français et local –, ne pourra se faire sans un programme de maîtrise massive de nos consommations d’énergie, associé à la production d’énergie de sources non émettrices de gaz à effet de serre.

Liens utiles pour comprendre le changement climatique :
http://www.rac-f.org/Changements-Climatiques-Comprendre,1943.html

Pourquoi, un Plan Climat ?

La contribution locale aux objectifs d’atténuation du changement climatique


L’objectif de division par quatre des émissions de GES sur la période 1990-2050 (« Facteur 4 ») fixé par les pouvoirs publics représente une grande ambition nationale pour l’atténuation du phénomène de changement climatique. L’analyse de l’origine des émissions de GES fait apparaître le rôle clé des collectivités territoriales dans la réduction du volume des émissions ; aussi, les secteurs du bâtiment et des transports, sur lesquels la collectivité peut intervenir le plus directement, sont les secteurs dont les émissions sont en hausse depuis 1990.

L’adaptation du territoire à de nouveaux climats locaux


Lutter contre le changement climatique à l’échelle locale implique également la définition d’une stratégie d’adaptation aux manifestations des dérèglements climatiques. L’enjeu est ici pour la Communauté du Pays d’Aix et ses co-pilotes et partenaires privilégiés, de préparer les acteurs de son territoire à faire face aux évolutions des aléas climatiques et à réduire leurs impacts sur les milieux, populations et activités.

Les priorités de la stratégie d’adaptation au changement climatique seront d’adapter le territoire à la hausse des températures moyennes, à l’augmentation des températures estivales, aux modifications de la pluviométrie et de l’humidité des sols. Ces aléas climatiques ont des impacts directs sur la population (surmortalité caniculaire, pollution par l’ozone, etc.), sur de nombreuses activités climato-dépendantes (agriculture, industrie, etc.) et sur les milieux (qualité de l’eau, risque incendie, etc.). La question des risques climatiques extrêmes doit également être posée dans le cadre d’une réflexion sur l’adaptation.

Les problématiques de l’adaptation aux changements du climat révèlent des enjeux économiques importants : le maintien des activités industrielles et agricoles dans un contexte de conflit d’usage sur les ressources en eau, une réorientation des cultures vers des cultures optimales dans un nouveau climat local (la maîtrise du besoin d’irrigation), la maîtrise du besoin de rafraîchissement dans le bâtiment (et des dépenses énergétiques qu’il implique), etc. La politique locale d’adaptation doit également permettre au territoire d’optimiser sa stratégie de développement pour tirer le meilleur parti du changement climatique (localisation des activités, stratégie de développement des Energies Renouvelables, etc.).

Une action publique locale pour répondre aux menaces de crise énergétique


L’explosion des prix des énergies depuis le début des années 2000 a conduit à l’émergence de la notion de « précarité énergétique » qui caractérise la situation des ménages dont les dépenses pour la satisfaction des besoins d’énergie dépassent 10% de leurs revenus. En France, 13% des ménages sont considérés en précarité énergétique. Le phénomène touche avant tout les ménages appartenant au premier quartile de niveau de vie, ne pouvant habiter un logement performant sur le plan thermique ou ne pouvant se passer de leur véhicule particulier pour leurs déplacements domicile-travail.
Le Plan Climat Pays d'Aix - Aix-en-Provence - Gardanne – Vitrolles, a inscrit cette question comme une action prioritaire.
Des plans d’actions sont en cours d’élaboration.
Le Pays d’Aix et le Plan climat
Pour le Pays d’Aix, le Plan climat énergie territorial intervient naturellement après la mise en œuvre depuis 2003 d’une politique active en faveur de l’environnement, et notamment d’une politique en faveur du développement des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie, inscrite dans deux plans locaux de l’énergie successifs (2003 et 2009).
En Pays d’Aix, ce projet s’intègre parfaitement dans la Charte vers un développement durable signée le 17 décembre 2010 entre la Communauté du Pays d’Aix, la Préfecture de région, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Conseil général des Bouches-du-Rhône et les 34 communes du Pays d’Aix.
Les mesures de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, portées par le plan climat, impactent pour certaines déjà les politiques sectorielles de la CPA et de la ville de Gardanne et apportent une nouvelle lecture à l’élaboration du SCOT en cours sur le Pays d’Aix. Les objectifs du Plan climat devront être repris dans les différents outils de programmation de la Communauté du Pays d’Aix : le Programme local de l’habitat (PLH), le Plan de déplacements urbains (PDU), et le Schéma de cohérence territoriale (SCOT), pour construire un projet de territoire.

Un périmètre inhabituel, mais cohérent au regard de l’état des lieux…
Les émissions de gaz à effet de serre :

Etat des lieux en Pays d’Aix

1 - Avec la centrale thermique



Le secteur le plus émissif est l’industrie de l’énergie : principalement du fait de la présence à Meyreuil et Gardanne d’une centrale thermique produisant de l’électricité via la combustion de charbon, d’où l’invitation faite à la ville de Gardanne de s’associer à l’élaboration du Plan climat.
Le second poste est celui des transports (marchandises et personnes), la voiture étant le premier mode de déplacement des habitants du pays d’Aix.
Le troisième secteur le plus émissif est l’industrie, avec la présence notamment d’une cimenterie.
Viennent ensuite les secteurs résidentiel et tertiaire, représentant 12%.
Il faut noter que la CPA seule dispose de peu de moyens de pression sur les émissions de la centrale thermique dont l’activité, la production et les décisions dépassent largement le cadre territorial, la centrale produisant une énergie de pointe reliée au réseau européen électrique. Les leviers d’actions résident principalement sur les secteurs transports, le résidentiel et tertiaire, et bien, évidemment sur le patrimoine et les activités communautaires et communales.

2 - Hors centrale thermique



Le bilan énergétique effectué dans la même étude montre un taux de couverture énergétique de 10%, malgré une production d’énergie électrique hydraulique importante, mais qui présente la particularité d’être une énergie de pointe versée sur le réseau national et international. La répartition des émissions de GES (gaz à effet de serre) a incité les élus de la CPA à proposer à la commune de Gardanne, territoire voisin et imbriqué, d’engager une action politique coordonnée et des actions cohérentes de lutte pour limiter ces émissions de GES.
Par ailleurs, la ville d’Aix-en-Provence, tenue par la loi Grenelle d’engager un Plan climat énergie territorial sur son patrimoine communal (équipements et bâtiments) et son fonctionnement, a rejoint la CPA. La ville de Vitrolles a souhaité s’engager volontairement dans un PCET afin de compléter une politique déjà très active dans le domaine de l’énergie. Enfin, les autres communes du Pays d’Aix, signataires de la Charte vers un développement durable, s’engagent également dans cette opération.

Enfin , partant d’un constat de bons sens qui veut que les pollutions ne connaissant pas les frontières administratives, la CPA a invité les territoires voisins à s’associer pour conjuguer les efforts et mettre en place une démarche coordonnée pour la lutte contre l’effet de serre et l’adaptation des territoires.

Les institutions invitées sont :

  • le Parc naturel régional du Luberon

  • l’Agglopôle Provence

  • Marseille Provence Métropole

  • La Communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile


C’est pourquoi, le périmètre du PCET s’étend au-delà des frontières administratives du Pays d’Aix. Au total, ce bassin de population représente 385 780 habitants.
Pour illustrer cette collaboration, le comité de pilotage du Plan climat a souhaité signer ses publications et ses actions d’une même « voix », c’est pourquoi, une signature commune a été adoptée. 


Des communes engagées
Parmi les 35 communes du périmètre du Plan climat :


  • Deux communes, Vitrolles et Venelles, ont signé la Convention des maires pour une énergie locale durable,

  • 15 sont engagées dans un Agenda 21,


Au total, plus de la moitié des communes – soit environ 317 000 habitants - s’est engagée à des niveaux divers dans des démarches de développement durable. Autant de signes encourageants pour qu’elles soient force de proposition dans la mise en place du PCET.

Une démarche reconnue et soutenue…

Sur le territoire régional, 34 collectivités sont soumises à l’obligation d’élaborer un Plan Climat. L’
ADEME, la Région PACA, avec le renfort de fonds européens FEDER, ont décidé de sélectionner de 6 à 10 Plans Climat qui feront l’objet de soutien financiers.

La carte des Plans climat lauréats de l’appel à projet « construire et mettre en œuvre un PCET »


Les critères de sélection :

  • pertinence du territoire d’intervention du plan climat (d’où la sollicitation de Gardanne),

  • candidature commune entre les territoires « imbriqués », soumis à l’obligation d’élaboration du PCET (ex : Aix) ou volontaires (ex : Vitrolles)

  • un mode de gouvernance intégré à toutes les échelles du territoire et garantissant opérationnalité et pérennité du système (sollicitation des communes de la CPA qui ont engagées des programmes d’actions tournés vers le développement durable)

  • l’expérimentation d’outils et de méthodologies déployées par les partenaires

  • intervention dans les réseaux d’échanges régionaux et nationaux (Plateforme Parene, réseau des villes lauréates, AMORCE …)

  • l’efficacité du programme, intégrant toutes les politiques du territoire, en disposant d’indicateurs de mesures

La sélection du Plan Climat pays d’Aix – Aix-en-provence – Gardanne – Vitrolles, par les partenaires régionaux, nationaux et européens apportent outre une reconnaissance, un soutien financier à hauteur de 54% pour mener à bien les actions envisagées :

  • dans un premier temps sont financées les études, et l’animation du dispositif, puis la communication et la concertation avec les partenaires, ensuite les actions.

  • Le plan climat a mis en avant une action de lutte contre la précarité énergétique (à partir de janvier 2012) et a obtenu des subventions.

Ces aides sont partagées entre toutes les collectivités co pilotes de la démarche en fonction de leurs projets (CPA, Aix, Gardanne, Vitrolles).
Un partenariat actif, gouvernance et concertation
Gouvernance et schéma organisationnel du plan climat




Le PCET est une démarche partenariale : les acteurs locaux doivent être associés à chaque étape de sa construction. Il comprend une dimension stratégique qui synthétise leur réflexion et une dimension opérationnelle qui organise leur action.
La gouvernance du Plan climat traduit ainsi le partenariat recherché par les collectivités du territoire. Elle est organisée autour de comités de pilotage et d’un comité technique, composés d’élus et d’experts, et d’une cellule opérationnelle.
Les partenaires du PCET souhaitent une concertation fondée sur l’intégration des acteurs à tous les stades de la démarche : partage du diagnostic avec l’ensemble des communes, ateliers de concertation communs, co-construction des objectifs et des actions, suivi des évaluations et partage des expériences.

La CPA a su, en outre, s’entourer de réseaux régionaux et nationaux dans lesquels ses élus et techniciens partagent leur expertise (PACA 21, BDM, ENVIROBAT, AMORCE, le Réseau IDEAL, CAT MED…). Dans le cadre de la Charte, de l’élaboration du PDU, du PLH, de la charte économique, agricole et du SCOT notamment, elle a également tissé des liens tant avec le monde institutionnel qu’avec la société civile au premier titre de laquelle, le Conseil de développement.

Axes et principes du programme d’actions

Parallèlement à la définition d’un programme d’actions, un état des lieux des actions et interventions sur le périmètre du Plan climat sera effectué.
Si la collectivité n’est pas responsable de la mise en œuvre de l’ensemble des actions identifiées, elle doit néanmoins inciter les acteurs du territoire à s’engager dans une démarche collective en soulignant les bénéfices qu’ils peuvent en retirer (réduction de leurs coûts par une maîtrise de leurs dépenses énergétiques, préservation de leur activité à long terme face aux risques climatiques, production à plus grande valeur ajoutée…).

Dans un premier temps, seront recensées toutes les actions des collectivités concernées par le Plan climat, ou qui ont un impact (positif ou négatif) sur le bilan effet de serre, et l’adaptation du territoire. Puis au cours de l’avancement du dispositif de concertation avec les autres acteurs, ce recensement sera étendu à leurs activités.

Les données ainsi collectées permettront de créer une banque de ressources, commune à l’ensemble des partenaires.
Les résultats de ce travail serviront aussi de socle commun à l’engagement des partenaires dans le PCET. Les actions seront analysées selon les indicateurs du plan, selon leur reproductibilité, et selon un critère à définir reliant leur coût et leur efficience au regard de la diminution des GES, et leur adaptabilité dans un contexte de changement climatique.
Ainsi, les nouvelles actions proposées selon le principe de subsidiarité, devront présenter un fort caractère d’innovation ou de nouveauté pour le territoire. Les actions seront classées selon un périmètre temporel à plusieurs niveaux : court, moyen, et long terme.

Certaines actions seront immédiatement opérationnelles, d’autres nécessiteront la réalisation de préalables en amont pour qu’elles se réalisent dans de bonnes conditions

Le programme d’actions se développera selon quatre cibles d’intervention :

  • le patrimoine des collectivités, comportant les bâtiments et équipements, les flottes de véhicules

  • les compétences des collectivités, cela concerne principalement l’exercice des activités des services, des partenaires, les événements organisés…

  • les actions portées par les partenaires associatifs, les entreprises et l’industrie, et les professionnels…

  • les actions portées par la population.


Enfin, chaque fin d’exercice, sera l’occasion de dresser le bilan des actions réalisées et d’engager un nouveau programme pour l’année à venir. Le Plan Climat Pays d'Aix - Aix-en-Provence - Gardanne – Vitrolles devra être mis à jour dans 5 ans, le bilan des émissions de GES tous les 3 ans. L’objectif du Plan climat étant bien d’atteindre le facteur 4 en 2050.




similaire:

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconLes competences sociales du departement
«en tenant compte des compétences confiées à l'Etat et aux autres collectivités et qu'il coordonne les actions menées sur son territoire»....

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconPrison en france et maladies mentales
...

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconChapitre I. Données dont IL faut tenir compte

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconJacques pelissard, en qualité de Président
«ce réseau compte au moins 17 000 points de contact répartis sur tout le territoire français en tenant compte des spécificités de...

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire icon1616 actions pénales, 223 actions civiles et 351 actions ordinales

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconCharte de collaboration pour les achats de formation par le fafsea pour le compte de l’ademe
«Cahiers des charges», les marchés peuvent concerner un ou plusieurs lots, constitués d’une ou plusieurs actions relatives à une...

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconRésumé Les dernières orientations des pouvoirs publics
«Coordination Aide et Soins» (Définition du plan d’actions sur le territoire)

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconLes droits des agents de la fonction publique territoriale
...

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconArticle Capital Social
«Actions Ordinaires C») et un maximum de 496. 358 actions privilégiées de la catégorie c (ci-après " Actions Privilégiées C")

Un programme d’actions pour tenir compte de la vulnérabilité du territoire iconProgramme d’investissements d’avenir 408 relatif aux internats de la réussite
«Agence», opérateur agissant au nom et pour le compte de l’Etat, représentée par son directeur général, et le préfet de la région...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com