Examen de la documentation





télécharger 379.31 Kb.
titreExamen de la documentation
page1/6
date de publication25.10.2016
taille379.31 Kb.
typeExam
d.20-bal.com > comptabilité > Exam
  1   2   3   4   5   6
Examen de la documentation:
Étude des déterminants socio-culturels pour l'adoption de pratiques familiales clés pour l'UNICEF Madagascar

Preparé par




witsoubanner

Introduction



La communication est un élément essentiel pour atteindre les objectifs de développement. L'UNICEF a une longue histoire d'utilisation de la communication pour le développement (C4D) pour améliorer la situation des enfants et des femmes. Les individus, les familles et les communautés suivent certains comportements et ne changent pas leurs pratiques pour un éventail de raisons y compris le manque d'information, l'accès limité aux services, les normes sociales et les traditions. Cependant, malgré la connaissance et la disponibilité des services, les pratiques et les croyances socio-culturelles empêchent ou permettent souvent certaines pratiques familiales. Afin d'exploiter pleinement le potentiel des stratégies de C4D fondées sur des preuves, l'UNICEF Madagascar mène une étude des déterminants socio-culturels de l'adoption de pratiques familiales clés dans trois régions d'intervention (Atsimo Andrefana, Analanjirofo et Anosy). L'étude vise à approfondir et à étendre la base de connaissances existante sur les raisons pour lesquelles les gens ne pratiquent pas certains comportements souhaités mais plutôt continuent à adopter des comportements qui nuisent à la santé et au bien-être des enfants. Une compréhension plus approfondie des obstacles et des facteurs de motivation, y compris les croyances et les pratiques culturelles de certains groupes, les personnes influentes et les réseaux et moyens de communication existants peut mener à des stratégies de C4D mieux informées et ciblées. Cela peut entraîner un renforcement des efforts de C4D qui entraînent à son tour des changements sociaux et comportementaux mesurables.

L'UNICEF soutient le Gouvernement de Madagascar et d'autres partenaires pour promouvoir une gamme de pratiques familiales essentielles liées à la santé maternelle, la survie des enfants, le développement, l'éducation et la protection. Ces 12 pratiques familiales énumérées ci-dessous recoupent les secteurs de programme de l'UNICEF et comprennent le cycle de vie complet d'une mère et de l'enfant (voir Figure 1).
1. Les femmes enceintes et allaitantes cherchent une nutrition appropriée
2. Les femmes enceintes cherchent quatre consultations prénatales
3. Les mères d'enfants âgés de 0 à 6 mois pratiquent l'initiation précoce de l'allaitement maternel et pratiquent l'allaitement exclusif

4. Les mères d'enfants âgés de 0 à 23 mois assurent à faire vacciner leurs enfants selon le calendrier
5. Les mères suivent une alimentation variée, équilibrée et suffisante pour leur enfants âgés de 6 à 23 mois
6. Les parents et les gardiens d'enfants âgés de 6 - 11 inscrivent leurs enfants à l'école primaire
7. Les parents et les gardiens d'enfants âgés de 6 à 11 assurent que leurs enfants achèvent l'école primaire
8. Les parents / gardiens d'enfants âgés de 10 - 18 ans interdisent que leurs enfants soient mariées avant l'âge de 18 ans
9. Les parents / gardiens d'enfants âgés de 10 - 18 ans adoptent des comportements non-violents envers leurs enfants

10. Les ménages se lavent les mains au savon/cendre aux moments critiques
11. Les ménages boivent de l'eau potable à l'aide d'une source améliorée, où bien par le traitement efficace de l'eau des sources non améliorées
12. Les ménages construisent et utilisent des latrines.


Figure 1. Pratiques familiales clés à travers le cycle de vie, catégorisés par secteur programmatique

Objectif
Effectuer un examen approfondi de la littérature et des données disponibles, à la fois quantitatives et qualitatives, est la première étape préparatoire pour le processus de conception de la recherche. Cette revue de la littérature comprend l'analyse secondaire des études existantes et vise à comprendre le contexte et à identifier les lacunes et les domaines que la recherche doit poursuivre. L'examen fournit une synthèse des recherches disponibles, tour en identifiant des données sur la prévalence et les tendances, les obstacles et les facteurs de motivation pour chacune des pratiques familiales. Compte tenu de la large gamme de pratiques familiales, des fiches de données de synthèse ont été respectées par secteur permettant l'analyse et la présentation synchronique des pratiques étroitement liées.

L'examen est guidé par les questions suivantes:
• Qu'est-ce que les données indiquent sur les 12 pratiques familiales à l'échelle nationale et dans les trois régions cibles?
• Qu'est-ce que les données indiquent en termes de connaissances, des attitudes et des comportements en ce qui concerne les 12 pratiques familiales clés?
• Qu'est-ce que les données indiquent en termes d'obstacles à l'adoption des 12 pratiques familiales clés?
• Qu'est-ce que les données indiquent en termes des facteurs de motivation pour l'adoption des 12 pratiques familiales clés?
• Qu'est-ce que les données indiquent au sujet des pratiques de communication actuelles et les influenceurs clés sur les décideurs pour les 12 pratiques familiales clés?
• Qu'est-ce qu'indiquent les données quant aux normes sociales actuelles et les croyances culturelles qui favorisent ou empêchent l'adoption des 12 pratiques familiales clés?
• Qu'est-ce que les données indiquent sur l'accès et l'utilisation des médias et des technologies de communication et de l'information relative à l'adoption des 12 pratiques familiales clés?

Ces questions ont fourni un cadre de référence pour l'analyse initiale et l'identification des lacunes dans les données et les nouveaux domaines de recherche.
Méthodologie

La revue de la littérature a compris des données de l'enquête nationale, des documents du programme de pays de l'UNICEF, la revue documentaire initiale menée par l'Université d'Antananarivo (UA) et des études anthropologiques qualitatives et récentes. Ces sources de données ont été complétées par plusieurs articles de revues évaluées par des pairs qui ont été identifiés grâce à un processus rigoureux de recherche de base de données spécifique en utilisant des mots clés et des critères d'inclusion.

La recherche de base de données a été réalisée en utilisant trois principaux moteurs de recherche: un moteur académique (EBSCO), un orienté spécifiquement vers la C4D et le CFSC (The Communication Initiative, CI), et finalement un moteur général (Google). Les mots-clés sont ceux qui sont le plus étroitement liés aux 12 pratiques familiales, à la communication, aux médias, à la famille, la santé, les enfants, les mères et les trois régions sélectionnées. Les combinaisons qui rendaient le plus, et qui se produisaient le plus fréquemment étaient:

• Les enfants, les mères et les médias à Madagascar;
• La communication et les médias et la pratiques familiales à Madagascar;
• La rétention scolaire à Madagascar
• Le décrochage scolaire à Madagascar
• Le mariage précoce, le mariage des enfants, le mariage forcé, la grossesse chez les adolescentes, la communication, à Madagascar; et
• Les enfants et Madagascar.

Les résultats ont été filtrés à travers des critères que l'équipe de recherche avaient spécifiés avant la recherche. Ils comprenaient des études qui:
• datait de moins de 15 ans;
• étaient axées sur les enfants et leurs unités familiales;
• s'occupaient des pratiques familiales discutées;
• comprenaient une stratégie de communication, de pratique ou d'intervention;
• avaient une orientation nationale plutôt que régionale ou continentale.

Les études opérant sur les statistiques et les tendances générales mais sans spécifier le processus ou l'intervention qui menaient au changement ont été exclues. Enfin, les principales conclusions, la zone de mise au point, le type de communication utilisé et des recommandations ont été compilés.

La revue de la littérature était fondée sur l'examen de la revue et l'analyse initiales menée par UA. Cela comprenait des matrices détaillées pour chaque secteur soulignant les données qualitative et quantitatives et des objectifs techniques. Le contenu technique et des conseils stratégiques étaient plus pertinentes pour le développement de la stratégie que pour la recherche proposée et donc n'ont pas été inclus dans la présente analyse. Les données ont fourni des indications sur le niveau et les tendances ainsi que les obstacles existants et les motivations à l'adoption des 12 pratiques familiales. Cette évaluation initiale a été complétée par des données supplémentaires de l'enquête nationale, l'analyse de la situation de l'UNICEF, des études qualitatives menées dans la région du Sud et de la cartographie des pratiques socio-culturelles et de l'analyse des goulets d'étranglement dans les trois régions sélectionnées. Figure 2 donne un aperçu des ressources qui ont été inclus dans l'examen.


Figure 2. Résumé des ressources de littérature
En résumé, la méthode d'examen comprend les étapes suivantes:


• Examen documentaire des données à grande échelle existante, y compris les MICS (Enquête Grappes à Indicateurs Multiples), EPM 2010 (Ménages Périodiques Enquête), EDS 2008-2009 (Enquête Démographique et de Santé), et des OMD 2013 (Objectifs du Millénaire);
• Examen de l'étude anthropologique menée au sud de Madagascar en 2011 et la recherche qualitative sur les pratiques socio-culturelles et les acteurs d'influence à partir de 2013, et d'autres études relatives aux organisations socio /culturelles, les comportements de la population, et les droits de l'enfant;
• A travers la recherche des bases de données pour des articles de revues évaluées par des pairs et les rapports publiés par les organisations de développement nationales et internationales ou des institutions de recherche relatives aux 12 pratiques familiales et de la communication à Madagascar;
• Résumé des données existantes afin d'identifier les lacunes de l'information et les domaines potentiels à poursuivre dans les recherches.
Résultats Principaux


Quantitatives

L'examen des données de l'enquête au niveau des ménages disponibles nous a permis de suivre les indicateurs principaux et les données de prévalence concernant la situation des enfants et des femmes à Madagascar. Les deux indicateurs nationaux et régionaux étaient disponibles pour plusieurs pratiques familiales, y compris la nutrition infantile et des jeunes enfants, l'alphabétisation et la scolarisation dans l'éducation, l'accès aux soins prénatals, la vaccination, la protection des enfants, et l'exposition aux médias. Les MICS axés spécifiquement sur quatre régions vulnérables dans le Sud; les résultats ne sont pas représentatifs à l'échelle nationale, mais nous permettent de comprendre les variations régionales. Il n'y avait pas de données quantitatives disponibles pour le lavage des mains à des moments critiques, la diversité et la fréquence alimentaire chez les femmes enceintes et allaitantes, et les abus sexuels et l'exploitation. Les indicateurs quantitatifs pertinents tirés des quatre enquêtes nationales sont présentés dans le Tableau 1 et les principales conclusions sont résumées ci-dessous.

Nutrition maternelle

La nutrition maternelle et les habitudes alimentaires ont des conséquences intergénérationnelles, affectant à la fois la mère et l'enfant. La pauvreté généralisée et la sécurité alimentaire faible constituent un obstacle important à la réalisation des régimes adéquats et diversifiés. Plus de 90% des ménages vivent avec moins de 2 dollars par jour et plus d'un tiers des ménages sont classés comme souffrant d'insécurité alimentaire (2012) ENSOMD. En outre, 27% des femmes en âge de procréer souffrent de malnutrition (Sitan 2014). Il n'y avait pas d'indicateurs sur les pratiques alimentaires actuelles des femmes enceintes ou allaitantes. Toutefois, des études qualitatives suggèrent que la plupart des familles vulnérables consomment un repas par jour. Le statut social subalterne des femmes, les habitudes alimentaires traditionnelles et les tabous et le contrôle des hommes sur les charges de la famille contribuent tous à une alimentation inadéquate des femmes.

Soins prénatals


Près de 9 sur 10 des femmes à Madagascar reçoivent des soins prénatals (ANC) auprès du personnel de santé qualifié; mais il y a eu une forte baisse du nombre de femmes qui achèvent les quatre visites prénatales recommandées. Moins de la moitié des femmes enceintes complète tous les quatre visites prénatales et le pourcentage est plus faible pour le Sud (43%). La mortalité maternelle est très élevé à 478 par 100,000 naissances vivantes, et plus d'un tiers d'entre eux résultent de grossesses chez les adolescentes (UNICEF DPC, 2014). L'accès et la qualité des services de santé demeurent faibles. Cette situation est aggravée par des barrières socio-culturelles et une préférence pour les guérisseurs et les remèdes traditionnels.

L'allaitement maternel

L'allaitement maternel est quasi universelle à Madagascar avec presque tous les enfants allaités (98%). Environ deux-tiers des enfants (66%) sont allaités dans l'heure de naissance. Les données indiquent une baisse de l'initiation précoce de l'allaitement maternel de 72% en 2008 à 66% en 2013 (Sitan 2014). Selon l'EDS 2009, environ la moitié des enfants âgés de moins de six mois (51%) sont exclusivement allaités. L'allaitement maternel exclusif est plus élevé dans les deux premiers mois, puis rapidement diminue de 4-5 mois où près de 70% des enfants reçoivent d'autres liquides et aliments complémentaires. La durée médiane de l'allaitement maternelle est estimée à 21,9 mois et que l'allaitement maternelle exclusif 2,3 mois. Il ya une grande variabilité dans les taux d'allaitement en fonction du lieu de résidence. Le niveau d'éducation de la mère et l'accouchement assisté par un agent de santé ou dans un établissement de santé semblent avoir une influence positive sur l'allaitement (EDS 2009). Les taux sont plus faibles dans le Sud où 26,6% pratique l'allaitement exclusif seulement pendant moins de six mois et 45,5% pratique l'initiation précoce (MICS 2012).

Immunisation

L’analyse de situation menée par l'UNICEF signale une baisse du pourcentage d'enfants complètement vaccinés de 47% en 2003 à 38% en 2012 (Sitan 2014). Bien que les taux varient légèrement entre les sources de données, plus que la moitié des enfants âgés de 1-12 mois sont complètement vaccinés selon le calendrier recommandé. Le EDS 2009 rapporte que 55% des enfants âgés de 1-12 mois sont complètement vaccinés selon le calendrier recommandé. Dans le groupe âgé de 12 à 23 mois, près des deux tiers des enfants (62%) ont reçu tous les vaccins du PEV, c’est à dire, une dose de BCG, trois doses de DTC, trois doses de polio et une dose de vaccin antirougeoleux. Les données reflètent une couverture plus élevée dans les zones urbaines (81%) par rapport aux zones rurales (60%). Le MICS 2012, menée dans quatre régions du Sud, fait rapport que parmi les enfants âgés de 12 à 23 mois, 64% ont été vaccinés contre la tuberculose et moins de 50% pour la poliomyélite, la rougeole et le DTC.

Alimentation complémentaire

A Madagascar, la Politique Nationale de Nutrition (2004) suit les directives de l'OMS et de l'UNICEF pour le nourrisson et le jeune enfant (ANJE), qui recommande l'allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie suivi par l'introduction des aliments complémentaires riches en nutriments avec poursuite de l'allaitement jusqu'à l'âge de deux ans. 87% des enfants de 6 à 23 mois sont nourris selon les recommandations. En outre, parmi les enfants de 6 à 35 mois, 79% avaient consommé des aliments riches en vitamine A et 46% de fer riche en aliments. Consommation alimentaire augmente avec l'âge, mais ce qui c’est intéressant, les enfants non allaités sont nourris plus fréquemment que les enfants allaités. Par exemple, 58% des enfants allaités ont consommé des fruits et légumes riches en vitamine A, comparativement à 63% de ceux qui ne allaité, et 41% des enfants allaités consommé des aliments tels que la viande, le poisson, la volaille et les œufs, comparativement à 53% des non allaités. Un très faible pourcentage des enfants consomme du fromage, du yogourt ou d'autres produits laitiers, s'ils sont allaités ou non.

Selon les MICS, chez les enfants âgés de 6 à 23 mois, indépendamment du statut de l'allaitement maternel, plus d'un tiers a reçu au moins quatre groupes alimentaires différents (38%) et plus de la moitié (68%) a reçu la fréquence des repas minimum. Moins d'un quart (22%) des enfants ont reçu une nourriture suffisante, c’est à la fois la fréquence des repas minimum et au moins quatre groupes alimentaires distincts (diversité alimentaire).
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Examen de la documentation iconAu cours des cinq dernieres annees
«Etat de droit et urbanisme», La Documentation française, collection Les Cahiers du gridauh, La Documentation française 296 pages,...

Examen de la documentation iconA- la documentation cadastrale manuscrite
«Minute». Chaque commune de France et donc du département possède également un autre exemplaire de l’ensemble de la documentation...

Examen de la documentation iconExamen : Centre d’examen international autorisé : Port-au-Prince...

Examen de la documentation icon1. materiel / logiciels documentation

Examen de la documentation iconDocumentation technique du joafe

Examen de la documentation iconL’Association nationale envie documentation

Examen de la documentation iconCentre Régional de Documentation en Santé Publique crdsp

Examen de la documentation iconProjet svt – physique – documentation responsabilité en matière de...

Examen de la documentation iconApproche juridique, fiscale, sociale du professionnel artisans, commercants...

Examen de la documentation iconBibliographie et documentation
«dop» désigne une boisson alcoolisée à base de peaux de raisins que les guerriers zoulous consommaient






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com