Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction





télécharger 116.77 Kb.
titreConsultée le 16/12/13). Sommaire Introduction
page1/12
date de publication29.10.2017
taille116.77 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12
La rhétorique
Source : Contributeurs de Wikipédia. Rhétorique. Wikipédia, l’encyclopédie libre [en ligne]. Disponible sur . (Consultée le 16/12/13).

Sommaire



Introduction


La rhétorique est l’art ou la technique de persuader, généralement au moyen du langage. Ce mot provient du latin rhetorica, emprunté au grec ancien ῥητορικὴ τέχνη (rhêtorikê tekhnê), qui se traduit par « technique, art oratoire », et désigne au sens propre « l’art de bien parler », d’après le nom rhêtôr, « orateur ». Elle est née au ve siècle av. J.-C. en Sicile, selon la légende, puis fut introduite à Athènes par le sophiste Gorgias, où elle se développa dans les activités judiciaires et politiques.1-demosthene

La rhétorique est à la fois la science (au sens d’étude structurée) et l’art (au sens de pratique reposant sur un savoir éprouvé, une technique) qui se rapporte à l’action du discours sur les esprits, « bene dicendi scientia » selon les mots de l’orateur romain Quintilien. Selon Ruth Amossy : « telle qu’elle a été élaborée par la culture de la Grèce antique, la rhétorique peut être considérée comme une théorie de la parole efficace liée à une pratique oratoire. » À ses débuts, la rhétorique s’occupait du discours politique oral, avant de s’intéresser de manière plus générale aux textes écrits et surtout aux textes littéraires et dramatiques, discipline nommée aujourd’hui la « stylistique ». L’art de persuader a progressivement cédé la place à un art de bien dire, qui restreint la rhétorique à un inventaire de figures relevant des ornements du discours.


Figure - Démosthène s'exerçant à la parole (toile de Jean-Jules-Antoine Lecomte du Nouy)
D’après l’opposition traditionnelle entre la philosophie et la sophistique, la rhétorique se distingue de l’argumentation et de la dialectique par l’usage des effets pathétiques ou éthiques du discours sur le public, qui s’ajoutent à la dimension purement logique du discours. Cette séparation est contestée par les théories rhétoriques modernes, inspirées notamment par les travaux de Chaïm Perelman.

1Problématiques de la rhétorique

1.1Polémiques autour d’une définition


Marc Fumaroli comme Joëlle Gardes-Tamine ont étudié les conceptions de la rhétorique au cours des siècles et relèvent que celles-ci peuvent se rattacher à deux traditions philosophiques :

la définition d’origine sophistique, selon laquelle la rhétorique doit persuader. Bien que propagée par les sophistes comme Gorgias, il s’agit de la conception héritée d’Aristote qui la définit comme « la faculté de considérer, pour chaque question, ce qui peut être propre à persuader » ;

la définition de la martinache d’origine stoïcienne qui pose qu’elle est l’art de bien discourir. Elle requiert une bonne moralité et se rapproche en cela d’une représentation de la sagesse. Ses représentants sont Quintilien et Cicéron.

Cette double tradition a conduit les auteurs, au cours des siècles, à multiplier les définitions de l’art rhétorique. « Aide mémoire » pour Roland Barthes, la rhétorique est pour Arthur Schopenhauer ou John Stuart Mill la technique du discours public, alors que, pour Antelme Édouard Chaignet, dans La Rhétorique et son histoire (1888), elle consiste à « persuader et convaincre », deux buts qui lui sont associés systématiquement dans la conscience populaire et même dans l’enseignement du français. Pour le philosophe anglais Francis Bacon, elle est « l’art d’appliquer la raison à l’imagination pour mieux mouvoir la volonté », alors que, pour l’Américain Richard Weaver, elle est « un art de l’emphase ».

En dépit de toutes ces définitions, parfois nettement divergentes, l’expression d’» art rhétorique » renvoie avant tout, et historiquement, au « système rhétorique », c’est-à-dire l’ensemble des techniques pour structurer son discours, en vue de convaincre ou persuader l’auditeur. Partant de là, selon Michel Meyer, il existe trois définitions historiques concurrentes de la rhétorique :

la rhétorique est une manipulation centrée sur l’auditoire (cette idée prévaut chez Platon qui y voit un mouvement verbal fallacieux) ;

la rhétorique est l’art de bien parler (suivant la formule latine de Quintilien, la rhétorique est un « ars bene dicendi » (un « art du bien dit »), notion qui renvoie à celle d’éloquence ;

la rhétorique est le fait d’un orateur ; en ce sens elle est l’exposé d’arguments ou de discours qui doivent persuader l’auditoire au sein d’un cadre social et éthique. Selon Michel Meyer, l’humanisme incarne cette définition.


Figure - Nicolas Poussin, L'inspiration du poète.
Michel Meyer parle par ailleurs, dans son Histoire de la rhétorique des Grecs à nos jours, de véritable « casse-tête » quant à donner une définition acceptable de la rhétorique ; il ajoute : « on peut tirer la rhétorique de tous les côtés, mais ça sera aux dépens de son unité, si ce n’est par réduction et extension arbitraires qui se verront de toute façon opposées par une autre ». Le spécialiste et universitaire Jean-Jacques Robrieux souhaite quant à lui mettre un terme au débat, dans Éléments de rhétorique, en expliquant qu’on peut : « essayer de résumer très simplement : la rhétorique est l’art de s’exprimer et de persuader ». Enfin, Michel Meyer ajoute que « la rhétorique lisse et arrondit les problèmes, qui s’estompent du même coup sous l’effet du discours éloquent », se focalisant alors sur la portée utile de la discipline oratoire, qui reste un assemblage de techniques prévalant dans une situation de communication socialement cadrée. 2-nicolas poussin

Les recherches contemporaines ont disséqué la rhétorique et les interprétations se sont multipliées. En dépit de cela, remarque Michel Meyer, la rhétorique est demeurée cohérente avec ses fondements. En effet, « L’unité est une exigence interne de la rhétorique » selon cet auteur11, autrement dit, il existe un « noyau technique » irréductible au sein de la discipline, en dépit d’applications très différentes les unes des autres. Il existe ainsi une rhétorique judiciaire, une autre politique, une troisième scolaire etc. Cette logique interne à la discipline concerne en effet à la fois le droit, la littérature, la vente, la publicité, le discours religieux comme politique et bien sûr le parler quotidien. Ainsi pour les Grecs, la rhétorique est « la discipline de la parole en action, de la parole agissante ».

Une définition globale de l’art rhétorique doit donc prendre en considération l’acte de communication et la dimension proprement personnelle de celui-ci :

« La rhétorique est la discipline qui situe [les problèmes philosophiques, comme scientifiques] dans le contexte humain, et plus précisément inter-subjectif, là où les individus communiquent et s’affrontent à propos [des] problèmes qui en sont les enjeux ; là où se jouent leurs liaison et leur déliaison ; là où il faut plaire et manipuler, où l’on se laisse séduire et surtout, où l’on s’efforce d’y croire. »
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconSommaire Introduction

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconSommaire introduction : a propos des définitions

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconSommaire Introduction p. 7 Chapitre 1 : Le safe harbor en application...

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconSynthèse de documents
«Le retour du plaisir de cuisiner», Psychologies com, février 2009, (page consultée le 1er décembre 2014)

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconIntroduction (ou insérer dans les chapitres géogr et rédiger une introduction commune)

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction icon1. Présentez, brièvement, les objectifs recherchés par une entreprise...

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconSur le site de la manifestation, les internautes trouveront le programme...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Consultée le 16/12/13). Sommaire Introduction iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com