Rapport du Congrès de Rome





télécharger 0.52 Mb.
titreRapport du Congrès de Rome
page13/13
date de publication10.10.2019
taille0.52 Mb.
typeRapport
d.20-bal.com > documents > Rapport
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13
mundus autour de quoi s’enroule la tour immense, qu’il laisse à la vision mystique le soin d’y voir s’élever sur un bois éternel le serpent pourrissant de la vie.
Qu’on nous laisse rire si l’on impute à ces propos de détourner le sens de l’œuvre de FREUD des assises biologiques qu’il lui eût souhaitées vers les références culturelles dont elle est parcourue. Nous ne voulons ici vous prêcher la doctrine ni du facteur b, par quoi l’on désignerait les unes, ni du facteur c, où l’on reconnaîtrait les autres. Nous avons voulu seulement vous rappeler l’a,b,c, méconnu de la structure du langage, et vous faire épeler à nouveau le b-a, ba, oublié, de la parole. Car, quelle recette vous guiderait-elle dans une technique qui se compose de l’un et tire ses effets de l’autre, si vous ne reconnaissiez de l’un et l’autre le champ et la fonction.
L’expérience psychanalytique a retrouvé dans l’homme l’impératif du verbe comme la loi qui l’a formé à son image. Elle manie la fonction poétique du langage pour donner à son désir sa médiation symbolique.

Qu’elle vous fasse comprendre enfin que c’est dans le don de la parole37 que réside toute la réalité de ses effets ;

car c’est par la voie de ce don que toute réalité est venue à l’homme et par son acte continué qu’il la maintient.

Si le domaine que définit ce don de la parole doit suffire à votre action comme à votre savoir, il suffira aussi à votre dévouement. Car il lui offre un champ privilégié.
Quand les Dévas, les hommes et les Asuras, lisons-nous au premier Brâhmana de la cinquième leçon

du Bhrad-âranyaka Upanishad, terminaient leur noviciat avec Prajapâti, ils lui firent cette prière :


  • « Parle-nous ».




  • « Da, dit Prajapâti, le dieu du tonnerre. M’avez-vous entendu ? ».




  • Et les Devas répondirent : « Tu nous as dit : Damyata, domptez-vous », 

– le texte sacré voulant dire que les puissances d’en haut se soumettent à la loi de la parole.


  • « Da, dit Prajapâti, le dieu du tonnerre. M’avez-vous entendu ? ».




  • Et les hommes répondirent : « Tu nous as dit : Datta, donnez », 

– le texte sacré voulant dire que les hommes se reconnaissent par le don de la parole.


  • « Da, dit Prajapâti, le dieu du tonnerre. M’avez-vous entendu ? ».




  • Et les Asuras répondirent : « Tu nous as dit : Dayadhvam, faites grâce », 

– le texte sacré voulant dire que les puissances d’en bas résonnent à l’invocation de la parole.
C’est là - reprend le texte - ce que la voix divine fait entendre dans le tonnerre : Soumission, don, grâce. Da, da, da.
Car Prajapâti à tous répond : « Vous m’avez entendu ».

1 Cf. « Le temps logique ou l’assertion de certitude anticipée » in Écrits, ou Cahiers d’art, 1945.

2 Ferenczi : « Confusion of tongues between the adult and the child », Int. Jour. of Psycho., 1949, XXX, IV, pp. 225-230.

3 C’est là la croix d’une déviation autant pratique que théorique. Car identifier l’ego à la discipline du sujet, c’est confondre l’isolation imaginaire avec la maîtrise des instincts. C’est par là s’offrir à des erreurs de jugements dans la conduite du traitement : ainsi à viser un renforcement de l’ego dans maintes névroses motivées par sa structure trop forte, ce qui est une voie sans issue. N’avons-nous pas lu, sous la plume de notre ami Michaël Balint, qu’un renforcement de l’ego doive être favorable au sujet souffrant d’ejaculatio praecox, parce qu’il lui permettrait une suspension plus prolongée de son désir. Comment le penser pourtant, si c’est précisément au fait que son désir est suspendu à la fonction imaginaire de l’ego que le sujet doit le court-circuit de l’acte, dont la clinique psychanalytique montre clairement qu’il est lié à l’identification narcissique au partenaire.

4 Ceci dans le travail même qui reçoit notre palme à la fin de notre introduction.

5 S. Freud, G. W., XII, p. 71, Cinq psychanalyses, p. 356, traduction faible du terme.

6 S. Freud, G. W., XII, p. 72, n. 1, dernières lignes. On retrouve soulignée dans la note la notion de Nachträglichkeit, Cinq psych., p. 356, n. 1.

7 Dans un article à la portée du lecteur français le moins exigeant, puisqu’il est paru dans la Revue neurologique dont la collection se trouve

habituellement dans les bibliothèques de salles de garde.

8 Nous empruntons ces termes au regretté Édouard Pichon qui, tant dans les indications qu’il donna pour la venue au jour de notre discipline que

pour celles qui le guidèrent dans les ténèbres des personnes, montra une divination que nous ne pouvons rapporter qu’à son exercice de la sémantique.

9 Idem note précédente.

10 Roman Jaworski (1890-1942) : « La crevette et le chevalier » .

11 Cf. Gegenwunschträume, in Traumdeutung, G. W., II, pp. 156-157 et pp. 163-164. Trad. anglaise, Standard édition, IV, p. 151 et pp. 157-158.

Trad. française, éd. Alcan, p. 110 et p. 146.

12 Cf. Oberndorf (C. I.) : « Unsatisfactory results of psychoanalytic therapy », Psychoanalytic Quarterly, 19, 393-407.

13 Cf. Virgile : « Énéide » : «  Timeo danaos, et dona ferentes. »

14 Cf. entre autres : « Do Kamo », de Maurice Leenhardt, chap. IX, et X.

15 Jules H. Massermann : « Language, behavior and dynamic psychiatry », in Intern. Journal of Psychan., 1944, 1 et 2, pp. 1-8.

16 κτῆμαςεί : Un bien pour toujours, une richesse impérissable, Cf. Thucydide : Guerre du Péloponnèse, livre I, XXII, 4.

17 Aphorisme de Lichtenberg : « Un fou qui s’imagine être un prince ne diffère du prince qui l’est en fait, que parce que celui-ci est un prince négatif, tandis que

celui-là est un fou négatif. Considérés sans leur signe, ils sont semblables ».

18 Pour obtenir immédiatement la confirmation subjective de cette remarque de Hegel, il suffit d’avoir vu, dans l’épidémie récente [myxomatose],

un lapin aveugle au milieu d’une route, érigeant vers le soleil couchant le vide de sa vision changée en regard : il est humain jusqu’au tragique.

19 Les lignes supra et infra montrent l’acception que nous donnons à ce terme.

20 L’erreur de Reich, sur laquelle nous reviendrons, lui a fait prendre des armoiries pour une armure.

21 Cf. Claude Lévi-Strauss : « Language and the analysis of social laws », in American anthropologist, vol. 53, n° 2, april-june 1951, pp. 155-163.

22 Cf. sur l’hypothèse galiléenne, et sur l’horloge de Huyghens : « An experiment in measurement », par Alexandre Koyré, in Proceedings of American

philosophical Society, vol. 97, avril 1953.

23  Lewis Carroll : « Through the Looking-Glass » :

« When I use a word - Humpty Dumpty said, in rather a scornful tone - it means just what I choose it to mean - neither more nor less. »

« The question is - said Alice - whether you can make words mean so many different things. »

« The question is - said Humpty Dumpty - which is to be master – that’s all. »

24 Ernest Jones : - « The theory of symbolism », in « Papers on Psycho-analysis », Baillière, Tindall and Cox, 1950, p. 102 ;

- « La théorie du symbolisme », in « Théorie et pratique de la psychanalyse », Payot 1969, p. 95.

25 Il s’agit de l’enseignement d’Abhinavagupta, au Xe siècle. Cf. l’ouvrage du Dr Kanti Chandra Pandey : « Indian esthetics » in « Chowkamba

Sanskrit series, Studies » vol. II, Bénarès, 1950.

26 Ernst Kris : « Ego psychology and interpretation », Psychoanalytic Quarterly, XX, n° 1, January 1951, pp. 15-29, passage cité pp. 27-28 :

« I did not speak of his demand for love, but of his need for love… »

27 Ceci à l’usage de qui peut l’entendre encore, après avoir été chercher dans le Littré la justification d’une théorie qui fait de la parole une « action

à côté », par la traduction qu’il donne en effet du grec παραβολή parabolê (mais pourquoi pas « action vers » ?) sans y avoir du même coup

remarqué que si ce mot toutefois désigne ce qu’il veut dire, c’est en raison de l’usage sermonnaire qui réserve le mot verbe, depuis le Xe siècle,

au Logos incarné.

28 À chaque langage, sa forme de transmission, et la légitimité de telles recherches étant fondée sur leur réussite, il n’est pas interdit d’en faire un usage moralisant. Considérons, par exemple, la sentence que nous avons épinglée en épigraphe à notre préface. Son style, d’être embarrassé

de redondances vous paraîtra peut-être plat. Mais que vous l’en allégiez, et sa hardiesse s’offrira à l’enthousiasme qu’elle mérite.

Oyez : « Parfaupe ouclaspa nannanbryle anaphi ologi psysoscline ixispad anlana – égniakune n’rbiol’ ô blijouter têtumaine ennouconç’… ».

Voici dégagée enfin la pureté de son message. Le sens y relève la tête, l’aveu de l’être s’y dessine et notre esprit vainqueur lègue au futur

son empreinte immortelle.

29 Edward Glover : « The therapeutic effect of inexact interpretation ; a contribution to the theory of suggestion », Int. J. Psa., XII, p. 4.

30 Robert Fliess: « Silence and verbalization. A supplement to the theory of the analytic rule », Int. J. Psa, XXX, p. 1.

31 Équivalent pour nous ici du terme Zwangsbefürchtung qu’il faut décomposer sans rien perdre des ressources sémantiques de la langue allemande.

32 On désigne, sous ce terme, la coutume d’origine celtique et encore en usage dans certaines sectes bibliques en Amérique, qui permet aux

fiancés, et même à l’hôte de passage conjoint à la jeune fille de la maison, de coucher ensemble dans le même lit, à la condition qu’ils gardent

leurs vêtements. Le mot tire son sens de ce que la jeune fille y est ordinairement empaquetée dans des draps. (Quincey en parle. Cf. aussi le livre d’Aurand le Jeune sur cette pratique dans la secte des Amish.) Ainsi le mythe de Tristan et Yseut, voire le complexe qu’il représente, parrainerait désormais le psychanalyste dans sa quête de l’âme promise à des épousailles mystifiantes par la voie de l’exténuation de ses fantasmes instinctuels.

33 Car c’est là la traduction correcte des deux termes qu’on a traduits, avec cette infaillibilité dans le contresens que nous avons déjà signalée,

par « analyse terminée et analyse interminable ».

34 Cf. Aulu-Gelle : « Nuits attiques », II, 4 : « Dans un procès, quand il s’agit de savoir qui sera chargé de l’accusation, et que deux ou plusieurs personnes demandent

à se faire inscrire pour ce ministère, le jugement par lequel le tribunal nomme l’accusateur s’appelle divination. Ce mot vient de ce que l’accusateur et l’accusé étant

deux choses corrélatives, et qui ne peuvent subsister l’un sans l’autre, et l’espèce de jugement dont il s’agit ici présentant un accusé sans accusateur, il faut recourir à

la divination pour trouver ce que la cause ne donne pas, ce qu’elle laisse encore inconnu, c’est-à-dire l’accusateur ».

35 Cf. Maurice Leenhardt  : « Do kamo » Gallimard, Coll. Tel, 1985.

36 C’est la forme appelée Laksanalaksana.

37 On entend bien qu’il ne s’agit pas ici de ces « dons » qui sont toujours censés faire défaut aux novices, mais d’un don qui leur manque en effet

plus souvent qu’à leur tour.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Rapport du Congrès de Rome iconCitoyenneté et empire à Rome (Ier-iiième siècles)
«Persicus», un des grands personnages de son temps, illustre par les charges qu’il a revêtues, illustre de par sa famille (son père...

Rapport du Congrès de Rome iconUne fois déterminé le juge compétent, IL faut s’interroger à nouveau...
«Rome 2» va adopter une solution analogue. Ce chapitre va donc présenter successivement les trois voies possibles de détermination...

Rapport du Congrès de Rome iconPanorama de presse 08/12/2009 Spécial 49ème Congrès de la cgt sommaire
«Je ne suis pas affecté d'un sarkozysme aigu, je me sens vacciné contre cela.» Bernard Thibault secrétaire général de la cgt, à l'ouverture,...

Rapport du Congrès de Rome iconRome, le 12 octobre 2011 introduction

Rapport du Congrès de Rome iconEssais. Rome, démocratie impossible ?

Rapport du Congrès de Rome iconL’Empire russe et Moscou Troisième Rome
«la Russie n’était ni d’Orient, ni d’Occident, mais participait également des deux»

Rapport du Congrès de Rome iconRésolution de congrès p. 37

Rapport du Congrès de Rome iconAppel du 51ème congres

Rapport du Congrès de Rome iconDiscours du Président de la République Congrès du Parlement

Rapport du Congrès de Rome iconThème 1, version d’entrée en congrès départementaux, mode d’emploi






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com