La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public





télécharger 219.3 Kb.
titreLa séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public
page1/8
date de publication11.10.2019
taille219.3 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8




Compte-rendu intégral

de la réunion d’ouverture du 6 février 2006

Le compte-rendu de la réunion est rédigé et publié sous l’autorité du président de la commission particulière du débat public. Toutes les questions posées au cours de la réunion publique seront traitées et recevront une réponse. La réunion publique a rassemblé 390 personnes. Elle s’est ouverte à 19h15 pour s’achever à 21h35.
Ont participé au débat public :

Membres de la Commission Particulière du Débat Public :

M. Hubert BLANC, Président, Mme Élisabeth POUTRE, M. Daniel GRAS, M. Pierre-Louis DOUCET, M. Paul BAYLAC-MARTRES.

Maîtrise d’ouvrage :

Mairie de Paris :

  • M. Bertrand DELANOË, Maire de Paris

  • M. Denis BAUPIN, Adjoint au Maire de Paris, Chargé des Transports et de la Circulation

  • M. Daniel LAGUET, Directeur de la Voirie et des Déplacements

Conseil Régional Île-de-France :

  • Mme Marie-Pierre de la GONTRIE, Première Vice-présidente du Conseil Régional Île-de-France

STIF :

  • M. Laurent FOURTUNE, Directeur des Projets d’Investissement

RATP :

  • M. Lorenzo SANCHO DE COULHAC, Chargé de Mission au Département des Projets 

Interventions du public  :
M. DUFLOT, M. GARNIER, M. Michel PIFAULT, Association Rocade de Paris, M. MOURANCHE, M. François GODARD, Mme Marie RECH LE ROY, M. Gérard CHICAL, M. RICARD, M. Jean MACHERAS, Association Usagers des Transports d’Île-de-France, M. Vincent DEMERY, Mme Rosette CHARBIT ZUGETTA, Auteur Écrivain, M. Pablo GUARDIOLA, M. Witold MARKIEWICZ, Président Association Paris Banlieue Environnement, M. Didier LOURDIN, Président Association Orbital, M. Laurent PASTEUR, habitant du XXème arrondissement, M. Lionel FAVIER, Association Usagers des Transports d’Île-de-France

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert BLANC, Président de la Commission Particulière du Débat Public.
M. Hubert BLANC, Président de la Commission Particulière du Débat Public :

Mesdames, Messieurs, si vous voulez bien prendre place.

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs, je suis heureux de vous accueillir au nom de la Commission Particulière du Débat Public « Extension du Tramway de Paris », pour cette réunion d’ouverture de notre débat.

Notre débat : c’est 100 jours, qui vont donc être consacrés à l’information, à l’échange, à l’expression des opinions.

Quelques mots pour vous dire ce qu’est un débat public, quelques mots ensuite pour vous dire ce qu’est le déroulement de notre réunion, en quelque sorte les règles du jeu qui sont de vous donner la parole le plus rapidement possible.

Qu’est-ce qu’un débat public ? C’est une procédure légale qui s’applique aux grands équipements publics lorsqu’ils dépassent un montant financier et en fonction de leurs impacts sur l’environnement et sur la vie quotidienne.

C’est sous le contrôle d’une instance nationale : la Commission Nationale du Débat Public, qui désigne une Commission Particulière.

Ce sont les membres de la Commission Particulière du Débat « Extension du Tramway de Paris » qui m’entourent autour de cette table.

Pendant 100 jours, nous devons donc faciliter l’information complète et transparente des citoyens, permettre l’expression de toutes les questions qui peuvent être posées, de toutes les opinions qui peuvent être émises.

Pour cela, il nous faut des outils :

  • Des réunions publiques.

Vous avez la première ce soir, et vous en aurez une douzaine ensuite, soit thématiques, soit consacrées à la proximité des lieux où le tracé doit passer.

  • Un site Internet.

Nous sommes d’ailleurs surpris d’avoir eu, alors que le débat n’était même pas ouvert, déjà 2 200 connexions en quelques jours. C’est dire que c’est un débat qui répond à une attente.

  • Des cahiers d’acteurs.

Comme dans tous les débats publics, nous donnons la possibilité aux associations qui veulent exprimer une opinion spécifique, qui ont une contre-proposition à faire, qui ont des observations à présenter, de le faire dans des conditions qui seront publiées dès la semaine prochaine.

Dans les réunions du débat public, vous trouverez les documents, les premiers cahiers d’acteurs de notre débat.

  • Des forums de discussion.

La Commission est neutre. Elle est là pour organiser le débat, et non pour prendre position. A l’issue de celui-ci seront publiés un compte rendu et un bilan objectif. Nous dirons quels sont les arguments que nous avons entendus, et comment s’est déroulée l’expression du public.

Ensuite, un délai est ouvert pour que l’auteur du projet, c’est la loi, dise quelle suite il donne au débat : est-ce qu’il maintient son projet ? est-ce qu’il le modifie ? C’est à lui, à ce moment-là, en toute souveraineté de prendre sa décision.

A ce stade, tout est ouvert.

La réunion de ce soir comprend, et c’est un dispositif qui s’applique pour toutes les réunions de débat public :

  • D’un côté, la Commission qui est chargée de s’assurer que les questions puissent être posées et qu’il puisse y être répondu, que tout le monde puisse s’exprimer.

  • De l’autre, le Maître d’ouvrage, c’est-à-dire l’auteur, celui ou ceux qui ont voulu et porté le projet. Ils ont toujours, tant qu’ils le veulent, la parole pour répondre à toutes les questions posées, à toutes les observations faites.

Ce soir, comme les autres soirs, nous vous proposons un petit visuel d’environ deux minutes qui, mieux que je ne l’ai fait peut-être maintenant, vous présente ce qu’est un débat public ; et ensuite, la parole sera donnée normalement au Maître d’ouvrage pour présenter en 20 mn environ son projet.

Le Maître d’ouvrage en l’occurrence, c’est la réunion de quatre acteurs majeurs :

  1. La Ville de Paris, qui a été désignée comme porteur du projet dans le débat.

  2. Le syndicat des transports d’Île-de-France, autorité organisatrice des transports, représenté par Monsieur FOURTUNE.

  3. La Région, représentée ce soir par Madame de LA GONTRIE.

  4. La RATP, représentée par Monsieur SANCHO DE COULHAC.

C’est ce soir, très normalement, et je l’en remercie, Monsieur le Maire de Paris, qui inaugurera la parole du Maître d’ouvrage.

Ensuite, la parole sera donnée au public en deux parties :

  • D’abord en fonction du visuel qui vous sera présenté par le Maître d’ouvrage, c’est plutôt l’ensemble du projet sur lequel vous pourrez réagir sur son opportunité sur la solution Tramway.

  • Dans un deuxième temps, nous regarderons plus en détail les modalités techniques du projet et les questions qu’il pose.

Vous avez la possibilité de poser des questions par écrit. Des fiches vous ont été distribuées. On me dit qu’il y en a déjà qui arrivent ici.

Ceci dit, il n’est pas nécessaire d’écrire une fiche pour poser une question, on peut aussi lever la main.

Ceux qui auront posé leurs questions par écrit, et auxquelles il n’aurait pas pu éventuellement être répondu ce soir, s’il y a trop de questions, nous y répondrons de toute façon par la suite ; ce qui est normal.

Je terminerai par l’esprit du débat : tout peut être dit, bien sûr dans le respect des personnes, sans monopolisation du temps de parole, il faut que le plus grand nombre puisse s’exprimer et il faut que les auteurs du projet puissent faire valoir leurs arguments et les réponses.

Je remercie les élus et les personnalités qui sont là pour ce débat d’ouverture. Comme ils le savent, c’est un débat sans protocole. Donc, nous n’allons pas faire une distribution solennelle de paroles, mais je les remercie d’être là, et en particulier Madame la Maire du XIIème arrondissement, puisque nous sommes dans son arrondissement.

Donc, un visuel de deux minutes et Monsieur le Maire, vous avez la parole.

(Projection d’un visuel de présentation de la CPDP).
M. Hubert BLANC, Président de la Commission Particulière du Débat Public :

Monsieur le Maire, vous avez la parole.
M. Bertrand DELANOË, Maire de Paris :

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, d’abord je voudrais vous saluer tous, vous saluer vous, Monsieur le Président et les membres de la Commission que vous animez, saluer les élus. Il y a ici beaucoup d’élus de différents arrondissements de Paris, bien sûr la Maire du XIIème arrondissement, des Maires-adjoints de Paris, le 1er Adjoint au Maire du XIIIème arrondissement, car ils sont déjà dans la vie du tramway ; saluer aussi beaucoup d’animateurs d’associations que je vois, puis vous toutes et vous tous, je ne dirai pas seulement Parisiennes et Parisiens, mais tous les Franciliens concernés et invités à bâtir avec nous cette nouvelle aventure urbaine.

D’abord, je voudrais vous dire comment a été envisagée l’extension du Tramway. Lorsque nous avons porté la candidature de Paris aux Jeux Olympiques dans une formidable ambiance, unanime, créative, nous avons pensé que nous devions être ambitieux et développer l’agglomération parisienne à l’occasion de ce projet.

Lorsque nous avons perdu, et je ne risque pas de l’oublier, il nous a manqué trois voix, petite boutade entre nous qui n’a pas de rapport : quand on travaillait beaucoup pendant deux ans et demi, unanimement (toutes les décisions ont été prises à l’unanimité), je disais : « Si jamais on gagne, je sais que ce sera la victoire de tout le monde. Si jamais on perd, je sais qui aura perdu ». Je ne me suis pas trompé.

Bref, revenons à ces beaux projets qui font que, lorsque l’on partage une ambition constructive, il ne faut pas se laisser désarçonner par un aléa.

Donc, de la même manière que nous voulons aménager la totalité des 50 ha des Batignolles, donc les 35 ha supplémentaires ; de la même manière que la Ville de Paris a confirmé son engagement pour créer un centre nautique à Aubervilliers, dont la Ville de Paris réaffirme qu’elle accepte de financer 20 %, nous avons pensé que pour ce 21ème Siècle, il pouvait être important d’offrir aux Franciliens et aux usagers de l’agglomération parisienne, parce que les usagers de l’agglomération parisienne ce sont les Parisiens, ce sont les habitants des communes voisines et ce sont aussi tous ceux qui visitent Paris (je vous rappelle que Paris est la ville la plus visitée du monde) un moyen de transport moderne, écologique, efficace, et qui soit une occasion d’embellir la ville, et de faire progresser la qualité de vie dans nos métropoles du 21ème siècle.

Alors comment aborder ce débat ?

D’abord, parce que nous l’avons voulu. Il y a un Tramway qui sera utilisé par 100 000 voyageurs par jour sur le boulevard des Maréchaux dans 10 mois, le Tramway qui va du Pont de Garigliano jusqu’à la Porte d’Ivry. Cela nous fait donc déjà une base d’observation et cela nous en fera une pour la prolongation que nous proposons.

Je viens de vous le dire, 100 000 voyageurs par jour entre le Pont de Garigliano et la Porte d’Ivry. Denis BAUPIN mon Adjoint ou Daniel LAGUET, Directeur de la voirie, de la circulation et des transports à Paris, pourraient vous donner plus de détails que moi. Mais, déjà ce Tramway qui va circuler en décembre prochain offre beaucoup de connexions avec des lignes de métro et d’autobus pour Paris et pour la banlieue.

C’est aussi une situation délibérément choisie pour que cela serve non pas seulement d’abord les Parisiens, mais tous les usagers de l’agglomération parisienne.

Je précise que le Tramway sud est financé à la fois par la Ville de Paris (c’est bien normal), par la Région Île-de-France, et aussi par l’État.

Dans le projet olympique, nous avions envisagé que la prolongation jusqu’à la Porte de la Chapelle d’un côté, et jusqu’à la Porte d’Auteuil de l’autre, pourrait être financée à 70 % par la Ville et à 30 % par la Région.

La Région et la Ville ont maintenu cet engagement. Si l’État veut venir, il est cordialement invité. Je ne veux pas me bercer d’illusions. En tout cas, la Ville maintiendra l’engagement qu’elle a pris.

Bien entendu, dans un projet de cette ampleur, le partenariat du STIF (Syndicat des Transports d’Île-de-France), qui va évoluer dans les prochaines semaines, et de la RATP, est fondamental, mais je n’insiste pas.

A propos de la première tranche de Tramway, sur 7 km, c’est tout un quartier qui n’était qu’une vaste autoroute urbaine et qui devient un boulevard du cœur de l’agglomération parisienne. On a longtemps conçu le cœur de Paris comme les premiers arrondissements, mais vivons aujourd’hui, pas il y a quarante ans !

Aujourd’hui, le cœur de l’agglomération parisienne, c’est Paris. Lorsque sur 7 km de boulevard, nous refaisons totalement le boulevard urbain, cela veut dire que nous créons pour l’ensemble des usagers de la ville un quartier beaucoup plus agréable, beaucoup plus beau et beaucoup plus facile à vivre.

N’oubliez pas qu’il y a 200 000 parisiens, plus tous les habitants des communes voisines qui vivent près du périphérique. Monsieur le Président, je suis un peu long, mais cela a un rapport. Lorsque ce matin, nous visitions le chantier de la couverture du périphérique Porte des Lilas où nous entamons la reconstruction urbaine du lien entre Paris et la Banlieue, avec qualité de vie, lutte contre les nuisances sonores, équipements collectifs, jardins, équipements partagés entre les communes de Seine St-Denis voisines et les XVIIIème et XIXème arrondissements, c’est vraiment une ambition urbaine qui porte un tel projet sur le Boulevard des Maréchaux entre le Pont de Garigliano et la Porte d’Ivry.

Ce sont 7 km de boulevards, totalement refaits et totalement replantés, avec du mobilier urbain extrêmement beau, à l’issue d’une grande compétition. Ce sont aussi des œuvres d’art pérennes que nous installons.

C’est donc bien une ambition de ville qui est associée à la totalité de ce projet de Tramway.

Alors maintenant, son extension et ce débat.

D’abord, je veux remercier très chaleureusement et très sincèrement la Commission Nationale du Débat Public d’avoir souhaité que pour un projet d’une telle ampleur, il y ait cette très vaste consultation, et que celle-ci s’adresse à tous ceux qui veulent et tout particulièrement aux Franciliens.

A l’occasion de ce projet, nous allons pouvoir discuter avec les habitants, avec les experts, avec les associations, avec les élus de toutes les communes concernées, de ce que peut être ce moyen de transport et son lien avec tout notre environnement géographique.

C’est très important car, lorsque avec Denis BAUPIN et nos partenaires nous avons pu inaugurer le Noctilien, nous nous sommes aperçus que sur ces lignes où l’on peut désormais circuler la nuit, ce n’était pas principalement les Parisiens qui en étaient les usagers, mais tous les habitants de l’agglomération ou de la région parisienne, et ils en ont bien le droit.

Lorsque nous pensons Tramway T3, extension vers la Porte de la Chapelle et vers la Porte d’Auteuil, cela veut dire que c’est un service que nous voulons créer pour l’ensemble des usagers de l’agglomération parisienne.

Cela veut dire aussi que nous allons discuter avec vous tous de son tracé. Nous allons discuter des endroits où il passe, des connexions avec les lignes de métro et les lignes d’autobus.

Nous allons aussi discuter des détours qu’il ferait dans telle ou telle commune.

Nous allons discuter de la manière dont sont desservis des lieux aussi importants pour toute la région parisienne que le Zénith ou la Cité de la Musique.

Comme nous avons aussi un projet d’auditorium pour la musique au Parc de la Villette, cela a aussi un rapport avec ce nouveau moyen de transport. Je le précise exprès pour apporter dès maintenant ma contribution à la créativité générale. Il ne faut pas oublier qu’il y a ce projet d’auditorium à la Villette qui va, là aussi, amener du monde.

Et donc, nous allons discuter avec nos collègues, avec tous les citoyens, de son itinéraire : comment va cheminer ce fameux Tramway pour faire en sorte qu’il y ait des centaines de milliers d’usagers qui puissent en profiter ?

Je voudrais dire aussi, en tant que Maire de Paris, que mon souhait, et j’ai mon adjoint à l’urbanisme en face de moi (Jean-Pierre CAFFET) est que ce soit pour les années à venir, ce n’est pas pour les deux ans à venir seulement.

Je souhaite que nous ayons la même ambition urbanistique pour toute l’extension du Tramway que nous avons eue pour le premier tronçon, qui est en cours de réalisation.

Cela signifie que ce que j’ai dit, en terme de boulevards urbains, en terme de qualité, en terme d’apport de l’art, dans la ville là où se trouve la population, c’est une ambition que j’ai aussi pour la totalité des tronçons qui naîtront.

Voilà, j’ai déjà été un peu long. Je pense que Monsieur LAGUET va bien mieux que moi présenter un visuel pour compléter le propos de la Ville.

Je ne sais pas dans quel ordre les propos vont se dérouler. Il y a sûrement la Région, avec Marie-Pierre de LA GONTRIE, qui va nous donner son sentiment, la RATP et la STIF, mais il faudra que Daniel LAGUET présente des images et des concrétisations de mon propos pour l’illustrer, au moment qu’il vous conviendra.
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLa séance est ouverte à 20 h 40 sous la présidence de Monsieur Hugues rondeau
«le candidat venant sur une liste immédiatement après le dernier élu est appelé à remplacer le conseiller municipal élu sur cette...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLa Commission permanente s’est réunie en séance ordinaire à l’Hôtel...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLa Commission permanente s’est réunie en séance ordinaire à l’Hôtel...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLe Conseil Municipal de Bouilly-en-Gâtinais, convoqué le 18 octobre...
«Le Cœur du Pithiviers» et de la Communauté de Communes du Plateau Beauceron et portant création de la Communauté de Communes du...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconSous la présidence de Monsieur Jean-Louis dumont, Maire

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLe conseil municipal s’est réuni à la mairie en séance ordinaire,...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconNote technique en réponse a la lettre ouverte du 6 novembre 2014,...
«l’arcad», Monsieur cohen n’hésite pas à vous laisser entrevoir les pires conséquences, à la suite de la liquidation judiciaire de...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconL’an deux mil douze le onze septembre à dix huit heures trente minutes...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLe douze novembre deux mille quinze, à vingt heures trente minutes,...

La séance est ouverte à 19 h 15 sous la Présidence de Monsieur Hubert blanc, Président de la Commission Particulière du Débat Public iconLe quatre mars deux mille quinze, à vingt heures trente minutes,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com