Montpellier notre ville / n ° 3





télécharger 0.68 Mb.
titreMontpellier notre ville / n ° 3
page10/14
date de publication19.01.2020
taille0.68 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

Judo, beach volley, tir à l’arc

Ces activités mobilisent plusieurs associations de la ville, notamment Montpellier agglomération triathlon. Le Mat a l’idée d’organiser, du 26 au 29 avril, une découverte du triathlon (natation, VTT, course à pieds) et un stage d'initiation à la sécurité routière. Les 8-12 ans sont concernés.

La présence, au complexe, du Montpellier arc club, a conduit naturellement les archers de l’association à se joindre au dispositif Sports pour tous. C’est durant la première semaine des vacances, qu’ils initieront les apprentis Guillaume Tell, de 14h30 à 16h30. Au même moment, les terrains de beach volley seront investis par les 8-13 ans. Le matin, au dojo, les 6-10 ans auront été formés au judo par l’association Maison du judo. Non loin de là, sur le terrain de foot Granier, les minimes s’entraînent sous la houlette du Saint Martin Gazélec.

La deuxième semaine, du 2 au 6 mai, ce seront les activités de pleine nature (cyclo, course d'orientation, natation…) qui seront pratiquées toute la journée. Toutes ces activités sont gratuites.


Infos : Les inscriptions sont à effectuer à partir du 12 avril auprès du service des sports.

04 67 34 72 73.
Photo : Le Montpellier triathlon transmet sa passion.
Encadré

Richesses berbères

L’association culturelle berbère de Kabylie a investi la maison pour tous L’Escoutaïre du 21 au 25 mars. Elle y présentait sa 9e Semaine culturelle. Le public a ainsi pu découvrir la richesse des Amazigh, ce peuple issu d’Algérie, du Maroc, de Tunisie ou encore des îles Canaries. Les Berbères en côtoyant différentes civilisations (les Égyptiens, les Romains, les Arabes, etc.) se sont inspirés et ont pu démontrer leur savoir. Un concert du groupe Wrisse était programmé et a permis d’écouter des chants kabyles.
Agenda

Les manifestations signalées par


  sont gratuites
Maison de quartier
Jean-Pierre-Caillens
04 67 42 63 04


Vent des Suds. Trio Zéphyr en concert,
le 8 avril à 21h30. 



Maison pour tous L’Escoutaïre
04 67 65 32 70


Stage de yoga par l’association Yoga bien être, le 10 avril de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Deux lotos sont organisés par l’Âge d’or. Celui du 12 avril (14h à 17h) est gratuit, celui du 19 avril (14h à 17h) est payant.

Bal de l’Âge d’or, le 14 avril de 14h à 17h.

Soirée organisée par l’association Jasmin d’Orient, le 30 avril de 19h à 23h.

Stage de peinture sur porcelaine par l’association Bergamote du 4 au 6 mai de
9h à 12h et de 14h à 18h.
Maison pour tous Boris-Vian
04 67 64 14 67


Exposition de photographies
de Laetitia Pouillot, autour de l’Afrique. Vernissage le 4 avril
à 18h30. 



Encadré

Médiathèque
Federico-Garcia-Lorca


La médiathèque est ouverte le mardi et le jeudi de 14h à 18h30, le mercredi
et le samedi de 10h à 13h et de 14h à 18h ainsi que le vendredi de 14h à 18h.

162 avenue de Palavas. 04 99 13 39 49
Brève

Repas dansant l’Escoutaïre

Les amis qui se retrouvent au sein du comité A l’écoute Saint Martin se sont amusés à se déguiser lors du bal organisé à la maison pour tous L’Escoutaïre, le 19 février. Ce moment a aussi été l’occasion de rendre hommage à Paule Journet et Charles Sarrouy pour leur dévouement et le travail accompli au sein du quartier.
.........................................................................................................................
p34-35

Art de vivre

Culture

Article 1

Zone artistique temporaire. Du 23 au 25 avril, la Ville organise au parc Méric, la 2e édition de cet événement artistique et culturel. L’occasion unique de redécouvrir ces lieux encore empreints de la présence du peintre Frédéric Bazille.

Pâques au parc Méric

Réservez dès-maintenant votre destination pour le week-end de Pâques. À quatre stations de tramway du Corum (ligne 2- arrêt Saint-Lazare), la Ville vous invite à un voyage poétique et artistique au pays des coquelicots, sur la colline de l’Aiguelongue. Pas besoin de bagages, juste un peu de curiosité, l’envie de rêver sur un transat et de partager des instants de complicité. L’escapade vous tente ? Rendez-vous du 23 au 25 avril, du lever au coucher du soleil, pour une gigantesque Zone artistique temporaire (ZAT). L’occasion unique de découvrir ou redécouvrir ce site classé, avec ses 12 hectares de parc, jardins et massifs boisés.
On y va en famille !

Le domaine de Méric, datant du 17e siècle, tire son nom de son propriétaire de l’époque, Aimeric d’Etienne d’Americ. La famille de Frédéric Bazille en fait ensuite l’acquisition, donnant à cette propriété tout le charme et l’authenticité qui en font aujourd’hui encore la renommée. Le peintre, précurseur de l’impressionnisme, y a séjourné de 1860 à1870 et y a peint une dizaine de tableaux : Vue de village, La terrasse à Méric, Réunion de famille

Avec la ZAT, l’art investit l’espace public, tout comme l’histoire des lieux sert d’inspiration aux créations. La Cie Le Phun dialogue avec les Pheuillus, des êtres de feuilles infiltrés dans le parc, comme en écho aux recherches de Frédéric Bazille sur l’inscription des corps dans les paysages. Jordi Cardoner, de la Cie Bao, nous entraîne sur les traces du monstre du Loch Lez, dans ses Contes du pêcheur pêché. Les tableaux et la vie du peintre seront commentés pendant ses trois journées, à l’occasion de conférences avec d’éminents spécialistes. Michel Valantin, ethnobotaniste analysera l’évolution du paysage peint par Frédéric Bazille.

La ZAT, ancrée dans le lieu qu’elle investit, est également connectée à l’actualité locale, d’abord. Le dimanche 24, au lendemain du match de foot opposant le MHSC à l’OM en finale de la coupe de la Ligue, le chorégraphe David Rolland, invite le public à danser sur le thème de la défaite ou de la victoire.

Actualité politique aussi, puisqu’il sera possible de communiquer pendant la ZAT, par le biais de skype, avec des Tunisiens, installées dans les mêmes dispositions que les Montpelliérains. Une table, un ordinateur, des dattes, du thé … des gestes à l’identique pour échanger, au-delà du récit médiatique, avec les artisans de la Révolution de jasmin et ce, 100 jours après le départ du président Ben Ali et 3 mois avant les élections tunisiennes.
Commando poétique, concert forestier…

Aux côtés d’artistes mondialement reconnus, comme la compagnie Le Phum ou les Souflleurs, les artistes régionaux ont toute leur place. Patrice Barthès revient avec deux propositions étonnantes. Dimoné s’inspire des lieux pour écrire une nouvelle chanson sur le thème cette fois du silence.

Des performances se juxtaposent aux installations et aux nombreuses rencontres avec le public à l’occasion d’ateliers sur l’expérience du vertige, ou encore une cueillette de salades sauvages. Les surprises se multiplient. Manuel vient à votre rencontre pour un lavage de mains. À l’écart de l’agitation artistique, une zone de repos est aménagée avec des transats et la possibilité de déguster de jus de fruits bios et de bénéficier gratuitement de massages.

Des conférences, des rencontres insolites avec les chanteurs d’oiseaux, des moments d’échange avec les zones d’apéros temporaires et des pique-niques sur l’herbe… l’expérience sera unique.

Une deuxième ZAT à vivre au bord du Lez, fil conducteur des trois premières éditions, puisqu’après Antigone et Méric, la ZAT nous transportera en novembre du côté de Port-Marianne, au pied du nouvel hôtel de ville. 


Infos sur : http://zat.montpellier.fr

Un journal programme sera disponible. Retrouvez chaque jour de la ZAT, des reportages vidéo et le Zating quotidien, sur ce site et sur Facebook.

Découvrez également sur Internet et sur smartphone, les films Points de vue, points de vie (le Mérictionnaire), réalisés avec des habitants, des artistes et des observateurs de Méric.
Citation

« Le week-end de Pâques, laissez-vous porter par la magie du parc Méric et venez vous approprier ce paysage dépeint par Frédéric Bazille ».

Photo : Michaël Delafosse, adjoint à la culture
Photo 1 : Le chorégraphe David Rolland invite le public à danser.
Photo 2 : Les contes dits du bout des doigts, racontés en langage des signes.
Photo 3 : Cent Pheuillus s’infiltrent dans le parc Méric.
Photo 4 : Mélissa joue avec un miroir et son reflet, guidée par son pianiste.
Info :

On y va en tramway !

Il y a peu de places de stationnement
à proximité du parc Méric.
Il faut impérativement privilégier
le tramway pour s’y rendre. Le parc Méric est situé à 4 stations du Corum (ligne 2 - Saint-Lazare).
Agenda

100 rendez-vous sur 3 jours
Pendant trois jours, du lever au coucher du soleil, du 23 au 25 avril, une centaine de spectacles seront proposés, en voici une sélection :

Chaque matin, le public sera invité au lever du soleil (samedi à 6h49, dimanche à 6h48 et lundi
à 6h46), pour un petit déjeuner sur la terrasse du mas.

Salam Toto, en résidence à l’Atelline à Villeneuve-lès-Maguelone, séjournera à Méric, pour 24 heures de la vie d’une femme : une performance surprenante d’une femme avec son cheval.

La Cie
Musicabrass

invite le public à un concert forestier itinérant dans le parc.

La Cie Yoann Bourgeois, un jeune et brillant circassien, invente de petits jeux de vertige sur un trampoline posé dans la prairie.

Les Souffleurs

organisent un commando poétique dans le verger.

Johnny Rasse et Jean Boucault
chanteurs d’oiseaux, nous racontent l’histoire ancestrale de la relation de l’homme avec les oiseaux, au cours d’une promenade très singulière.

Les Compagnons de Pierre Ménard proposent des contes interprétés, notamment en langue des signes : Les contes dits du bout des doigts. Pour les enfants et pour tout public.

De nombreuses installations in situ :

Au bord du Lez, des lettres installées par Lorentino se reflètent, comme l’arbre qui cache la forêt.

Dans l’aire des jeux sont accrochées des images d’aires de jeu du photographe montpelliérain Guillaume Martial,
prises entre chien et loup.
.........................................................................................................................
p36

Art de vivre

Culture
Article 1

Vincent Bioulès, peintre montpelliérain nous convie à poser un certain regard sur les tableaux qu’il aime dans son ouvrage : Allons au musée Fabre.

Un regard libre

Dès l’âge de dix ans, Vincent Bioulès traînait ses guêtres au musée Fabre, déjà pris de passion pour la peinture qu’il transmet aujourd’hui dans son livre Allons au musée Fabre. « Je suis toujours passionné, je ne m’en suis jamais remis, puisque je suis devenu peintre », explique l’artiste montpelliérain. « J’avais sûrement un don pour le dessin, une sensibilité visuelle. Il faut avoir de l’œil, comme Pierre Boulez a de l’oreille ». Et voilà la proposition de l’artiste : il invite à se promener au musée Fabre, à regarder les tableaux à l’infini. Vincent Bioulès, né à Montpellier en 1938, est entré en 1957 aux Beaux-arts et à la faculté de lettres.

Il est l’un des inventeurs du groupe Supports/surfaces en 1973, mais ensuite abandonne l’abstraction pour revenir à la figuration par le portrait et le paysage. Il n’a jamais vraiment quitté sa Méditerranée natale, même lorsqu’il fut professeur à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris. Sa recherche sur la figuration associée à son goût pour l'expérimentation, en ont fait un artiste majeur du courant contemporain.

La peinture, c’est sa vie, alors ce n’est pas n’importe quel regard qu’il propose.
De l’émotion et de l’imagination

Son livre, dans lequel il a sélectionné trente œuvres a pour but de montrer que c’est par l’émotion et l’imagination que les gens auront accès à la peinture. « Elle n’est pas faite pour se distraire, pas plus qu'elle n'est un objet de consommation, poursuit-il, la peinture existe pour s’enrichir intellectuellement. Ensuite, il est possible de la situer dans l’espace, le temps et l’histoire, mais la toute première chose, c’est d’avoir un rapport subjectif et affectif avec les tableaux. »

On ne peut que s’émouvoir devant Le bord de mer à Palavas de Gustave Courbet ou La jeune femme assise devant sa fenêtre de Berthe Morizot... Vincent Bioulès explique : « dans un musée, les chefs d'œuvres vivifient les autres tableaux, eux-mêmes animés par la présence des chefs d’œuvre.» Et puis, il paraît que chaque chef d’œuvre a un talon d’Achille, mais seul l’œil avisé peut le déceler. Les tableaux sont tout à fait accessibles, il faut aller les voir pour de bon et les regarder avec l’émotion car elle est la voie royale de la connaissance. « Seule l’imagination et le dédain du qu’en dira-t-on constituent la clé du trousseau pour ouvrir la peinture » affirme-t-il. Car en plus de l’émotion, il faut être libre pour regarder un tableau. Les gens sont très soucieux de leur éclairage. Or, il faut d’abord être sincère et cohérent avec soi-même, sans se priver de liberté. D’autant que la vision du peintre est une proposition faite au spectateur et les tableaux sont enrichis par leur regard. Vincent Bioulès, artiste très cultivé insiste : «Il faut aller voir les tableaux, ils changent tous les jours à cause de la lumière et ne surtout pas se laisser impressionner par les œuvres, il faut être libre ». Il propose même d’éteindre le portable pour regarder les toiles. Avec Allons au musée, il devient le guide privilégié d’une rencontre singulière presque physique. Tout le monde peut se laisser aller à la contemplation et à l’émotion devant un tableau, car il est une fenêtre sur le monde. 


Infos : Allons au musée Fabre aux éditions Méridianes.
Photo :

Vincent Bioulès, dans son atelier à Montpellier.
Article 2

Carré Sainte-Anne. L’artiste lyonnais, Marc Desgrandchamps, présente son exposition Dernier rivage du 15 avril au 19 juin.

Effet de transparence

Dernier Rivage, est le nom de l’exposition du peintre Marc Desgrandchamps, organisée au Carré Sainte-Anne par la Ville, du 15 avril au 19 juin. Avec une vingtaine de tableaux récents, c’est autour du film de Stanley Kramer, réalisé en 1959, Dernier Rivage, que s’articule l’exposition. On the Beach, titre anglais de ce chef d’œuvre du cinéma américain réunit sur une même affiche, Gregory Peck, Ava Gardner et Anthony Perkins. Il raconte les derniers mois d’une population vivant en Australie qui se sait condamnée suite à un conflit nucléaire ayant opposé les états de l’hémisphère nord. Tandis que le nuage atomique glisse inexorablement vers le sud, chacun continue à vivre comme si de rien n’était. «Il fait beau, les gens vont à la plage et se baignent, ils travaillent, écoutent de la musique, passent leurs soirées à danser et à boire. » explique Marc Desgrandchamps. Il est connu pour ses scènes de plages et ses paysages où objets et figures oscillent entre apparition et disparition, avec effet de transparence. Les coulures de la peinture à l’huile représentent les corps et participent à leur effritement. Cette exposition souligne la fragilité des instants captés par Marc Desgrandchamps, ces moments de bonheur solaires et estivaux qui peuvent à chaque minute basculer dans la catastrophe. Dans l’église désacralisée, l’accrochage rejouera cette disparition progressive. Plus le public avancera dans la nef, plus les figures se déliteront, s’effaceront complètement jusqu’à la transparence. 


Infos : Carré Sainte-Anne, 2 rue Philippy - du mardi au dimanche de 10h à 12h30
et de 13h30 à 18h - 04 67 34 88 21.
Entrée libre.
Photo : Sans titre, 2008, Huile sur toile - Courtesie
Galerie Zürcher, Paris – New-York.

.........................................................................................................................
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

similaire:

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n ° 3

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n ° 3

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n° 373 • décembre 2012

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n° 367 • avril 2012

Montpellier notre ville / n ° 3 iconEr d’Aragon. Chaque case du jeu de l’oie installé dans le hall de...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconAction publique tranquillité publique, faciliter la vie des riverains...
...

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa Panacée: Ouverture du centrede culture contemporaine de Montpellier
«oui». Vincent et Bruno se sont mariés, le 29 mai, à l’Hôtel de Ville de Montpellier, inaugurant la toute nouvelle loi du mariage...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com