Montpellier notre ville / n ° 3





télécharger 0.68 Mb.
titreMontpellier notre ville / n ° 3
page11/14
date de publication19.01.2020
taille0.68 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

p37

Art de vivre

Culture
Article 1

La fête des luthiers. Lumsa, l’association des luthiers Montpellier Sainte-Anne célèbre l’instrument à cordes, ses artisans et ses virtuoses, du 25 avril au 1er mai.

Les secrets du quatuor

«Notre ville a la grande chance de compter des luthiers très actifs. La première Fête des Luthiers sera l’occasion de découvrir cet artisanat méconnu, de visiter des ateliers, d’écouter en concert de grands artistes jouant des instruments contemporains, d’assister à des conférences, de participer aux joutes sonores, de voir et d’essayer des instruments, de rencontrer leurs créateurs venus du monde entier, d’aller au marché aux bois de lutherie...», explique Frédéric Chaudière. Il exerce le métier de luthier à Montpellier depuis 1986 et est fondateur de l’association des luthiers de Montpellier Sainte-Anne (LuMsa), avec Yann Poulain, Nicolas Gilles et Wolfram Neureither, également luthiers. Ils forment le quatuor de Sainte-Anne.

Les luthiers sont des artisans-artistes. Ils fabriquent, réparent et restaurent les instruments de musique à cordes pincées ou frottées tels que les violons, altos, violoncelles, ainsi que les violes d'amour, guitares sèches et électriques. Mais la fête sera uniquement dédiée aux instruments du quatuor : violons, altos et violoncelle. La lutherie originaire de Cremone en Italie, est un métier empreint d’une longue tradition du culte du secret, car, comme dans la haute couture, chaque instrument est un modèle unique fabriqué pour un musicien particulier. Dans la cour intérieure du Conservatoire, une exposition didactique mettra en scène les étapes de fabrication d’un instrument, avec un atelier de luthiers, animé par des élèves de l’école nationale de Mirecourt, l’unique en France.

Durant cette fête, une quinzaine de concerts viendra animer ce premier événement dédié aux instruments à cordes.
Un marché exceptionnel

Des virtuoses du stradivarius s’exprimeront en musique, ainsi que les solistes de l’orchestre national de Montpellier, l’orchestre du Conservatoire et le Quatuor Shanghai. Cette première fête des luthiers de LuMsa est largement encouragée par la Ville avec sa contribution à l’académie internationale de musique de Montpellier également partenaire. Le 30 avril au Corum, deux violons, altos et violoncelles s’affronteront dans une joute musicale. LuMsa propose également des conférences à l’auditorium du musée Fabre : les violons, leur histoire par Éric Blot, luthier expert et Le bois et l’arbre de Francis Hallé, écrivain, botaniste, inventeur du Radeau des Cimes. Le 1er mai sur le parvis de Sainte-Anne, le marché des luthiers proposera partitions, instruments d’occasion et grillades cuites sur feu de chutes de bois de violon. La fête dévoilera peut-être le secret des luthiers. 


Infos : Programme sur
www.fetedesluthiers.com

contact@lumsa et 04 67 60 87 11.
Photo : Le quatuor des luthiers : Frédéric Chaudière, Yann Poulain, Nicolas Gilles, Wolfram Neureither
Encadré

Un métier d'art et de précision

Montpellier est l’un des chefs-lieux de la lutherie moderne dans le monde, avec 11 ateliers, dont 3 archetiers-luthiers, soit 14 personnes travaillant à la fabrication de violons, d’altos et violoncelles. La plupart des ateliers fabriquent des instruments destinés à l’international.

L’esprit de l’école de lutherie montpelliéraine rayonne grâce à ses clients renommés, aux nombreux prix remportés dans des concours et aux retombées de l’exposition Stradivarius en 2008 organisée par les luthiers de la ville au Musée Fabre.

.........................................................................................................................

p38

Art de vivre

Culture

Article 1

Les Rencontres du court, présidées par Jean-Pierre Mocky, honorent le court-métrage du 8 au 10 avril, à la salle Pétrarque et au centre Rabelais.

Mocky, Président

Le réalisateur, Jean-Pierre Mocky est cette année le président du jury, non pas du festival de Cannes ou de Deauville, mais de Montpellier, plus exactement des rencontres du court du 8 au 10 avril. C’est la 3e édition de ce festival fondé et dirigé par Laurent Mesguich. Trois jours pour sélectionner onze courts métrages qui se verront décerner trois prix : le Grand prix des industries techniques d’une valeur de 15 000 e pour aide à la production, le Prix Beaumarchais Sacd, d’une valeur de 1 500 e pour le réalisateur d’un court-métrage francophone de la compétition assortie d'une bourse complémentaire pour l'écriture d'un long métrage et enfin le prix décerné par le public, le prix Nova.

La Ville valorise ces Rencontres du court, par l’octroi de salles et par un soutien financier.

Font parties des onze films de la sélection officielle, J'veux pas de noyau dans ma cerise de Louise Arhex, La femme à cordes de Vladimir Mavounia-Kouka, Sissi de Frédéric Aylmer, Le meilleur ami de l'homme de Mariette Vincent, Pandore de Virgil Vernier et Le bel été de Catherine Paillé. Le jury se concentrera durant trois jours sous la présidence du trublion du cinéma français à la gouaille sans pareille. Jean-Pierre Mocky, cinéaste provocateur dénonce les travers de la société par des films grinçants, voire drôles. Il est ardent défenseur du cinéma populaire, son regard sera sans nul doute avisé et perspicace.

Elina Lowensohn est également membre du jury. Actrice d'origine roumaine, elle joue pour Hal Hartley, avant de se faire remarquer notamment en France, dans les films de Jean-Pierre Jeunet et récemment Abdellatif Kechiche.

Le troisième membre du jury est Patrick Bouchitey. En 1988, il joue dans La vie est un long fleuve tranquille d'Etienne Chatiliez, rôle qui le rendra célèbre grâce à son cultissime : Jésus, reviens. En 2000, il était président du jury du Festival des Très Courts. Il a également réalisé La vie privée des animaux où il double toutes les voix.

Après deux années de fidélité aux Rencontres du Court, André S. Labarthe, dit ASL, en est aujourd’hui le parrain. Critique de cinéma depuis les années cinquante, ASL a aussi réalisé de nombreux films sur les réalisateurs qu’il a rencontrés : Luis Bunuel, Fritz Lang, Alfred Hitchcock, John Ford, John Cassavetes, Jean Renoir, Martin Scorsese, Jean-Luc Godard et Éric Rohmer.
Des courts-métrages de la région

Les rencontres professionnelles du 9 avril, avec une leçon de cinéma, seront suivies par un séminaire animé par la section cinéma de l’université Paul-Valéry.

Les Rencontres du Court font le plein de nouveautés, notamment l'espace Kinétoscope, lieu dédié au visionnage de 60 films courts de la région qui sera en libre accès durant le festival à la salle Rabelais. Au programme également, une nuit de courts-métrages québécois, un hommage à Claude Chabrol, une soirée Elina Löwensohn et une rétrospective du cinéaste géorgien, Otar Iosseliani. Ses films, muets et parlants à la fois, sont habités de mélancolie et d'un désespoir amusé. On y trouve parfois une certaine familiarité de style avec Jacques Tati.

Les Rencontres du court de Montpellier allie petits films et grands noms du cinéma. 


Infos :
www.rencontresducourt.fr

et 04 67 02 68 98.
Encadré

Programme Le 8 avril, cinéma Rabelais

20h / Avant-première : Johnny, film de Bruno Ballouard, lauréat 2010, plus Dossier Toroto de Jean-Pierre Mocky

Le 9 avril, cinéma Rabelais

11h / Hommage à Claude Chabrol : Claude Chabrol, l’entomologiste d’André S. Labarthe

14h / Rétrospective courts-métrages d'Otar Iosseliani

16h et 18h30 / Compétition

21h / Soirée Elina Löwensohn 

Le 9 avril, salle Pétrarque

17h / Leçon de cinéma par Otar Iosseliani

Le 10 avril, cinéma Rabelais

10h / Compétition

14h / Lune froide de Pierre Bouchitey

16h / Compétition

18h / Soirée de clôture : Palmarès & Avant-première de La peinture à l’huile de Claude Duty

Et programmation au cinéma Diagonal.
Brève

Lo Cabaret d'en Fàcia *

La comédie de Charles Nemes, Au bistro du coin, sortie sur les écrans, le 16 mars dernier, paraît simultanément en français et en six langues régionales : corse, breton, ch’ti, créole, alsacien et occitan. Une première au cinéma. Un film produit par l’Occitan, Sébastien Fechner avec Eddy Mitchell, Bruno Solo, Éric et Ramzy… et dans le rôle principal d’un patron de bar, Fred Testot, du Service après-vente de Canal+. Sa voix occitane est celle de l’artiste montpelliérain Joanda, chanteur, compositeur et acteur du mouvement culturel occitan. Il traduit chaque mois un article dans Montpellier Notre Ville(voir page 11). Joanda vient d’enregistrer un album Register, qui signifie Résister, un voyage en pays d’Oc, mariage entre style pop et sonorités de la vielle à roue. Le making-off du film est visible sur son site.
Infos : www.joanda.net

*Au Bistro du coin
.........................................................................................................................

p39

Art de vivre

Culture

Article 1

Iaross, groupe montpelliérain de musique poético-rock, sort son album à l’occasion du concert en première partie d’Imbert Imbert, le 21 avril au Théâtre Jean-Vilar.

Un violoncelle pop & rock

Fruit d’une rencontre entre le compositeur, interprète Nicolas Iarossi et Germain Lebot, le groupe Iaross, dévoile son univers très personnel, le 21 avril au théâtre Jean-Vilar, en première partie d’Imbert Imbert. À sept ans, Nicolas Iarossi apprend le violoncelle au conservatoire régional de Montpellier. Lors de son cursus en musicologie à l’université Paul-Valéry, il découvre le piano, la guitare et son goût pour la composition. La littérature se pose naturellement sur les harmonies et les chansons qu’il compose. En 2008, Nicolas lance son projet solo : Iaross. Et avec en 2009, Germain Lebot, percussionniste et batteur réunionnais, Iaross devient un groupe. Nicolas Iarossi chante avec son violoncelle, sa guitare et sa scie musicale, mais depuis septembre, Colin Vincent, à la guitare électrique et au clavier, les a rejoint. Iaross utilise des morceaux à la frontière de la musique répétitive, voire tribale et de chanson libre, aussi bien influencé par le grand Léo, Noir Désir, Miossec, que par des musiques de la Réunion ou du Maroc.

Le chanteur s’exprime avec souffrance et poésie, poussant parfois sa chanson française vers une énergie rock qui le transcende. À l’occasion, de son concert, Iaross sort son premier album Ventre.
Un talent reconnu

Son talent est reconnu, la Ville lui a octroyé en 2010, un fonds d’aide à la création musicale pour l’enregistrement de son album. Nicolas Iarossi écorché vif bâtit un univers surprenant autour de chansons cassées, laissant une place à l’improvisation. Anciennement dénommé Lazare, le groupe Iaross a été sélectionné pour les découvertes du festival Quand je pense à Fernande au théâtre de la Mer à Sète en juin 2010 et a obtenu la médaille d’argent en 2010 au tremplin de la médaille d’or de la chanson, à Saignelégier en Suisse. En février, il a été sélectionné en demi-finale par le Mans cité chansons, en février et revient tout juste du festival Voix de fête à Genève, le 12 mars. Pour ce premier enregistrement, Iaross s’est entouré du collectif d’artistes Tram/e/, afin de produire un disque “équitable“ à la marge du circuit traditionnel. Le 21 avril à 21h, sur la scène du théâtre Jean Vilar, il laissera libre cours à son violoncelle.
Photo : Nicolas Iarossi, dit Iaross se laisse porter par son instrument de musique.
Encadré

Imbert Imbert, à fleur d’archet

Le chanteur Mathias Imbert à la contrebasse avec Frédéric Jean à la batterie et au clavier donnent un concert exceptionnel, de poèmes mélodiques, le 21 avril au théâtre Jean Vilar. Imbert Imbert est un chanteur révolté, plein d’une tendresse, fragile, à fleur d’archet, aussi lourde que sa contrebasse. Il a été sacré Révélation Printemps de Bourges en 2007 et a obtenu le Prix Félix Leclerc en 2008. L’album Bouh ! est paru en février 2010. 21h / Jean Vilar.

Infos : www.theatrejeanvilar.montpellier.fr
Brèves

Rencontres littéraires

Le 12 avril, Jean-Marie Valentin présente Kleist, Büchner, Kafka : l'univers multiforme de la nouvelle allemande. La nouvelle est le genre par excellence de la langue allemande depuis Goethe.
Le 10 mai, Jean-Pierre Lefebvre propose Heinrich Heine, entre Allemagne et France, le passeur essentiel. Il reviendra sur cette figure considérable, poète et journaliste qui vécut très longtemps à Paris. Au XIXe siècle, il fit connaître la France aux Allemands et l’Allemagne aux Français.
Infos : 04 67 34 73 30. 20h30 salle Rabelais.
Entrée libre
Concours Jeunes Talents BD

Durant la Comédie du Livre du 27 au 29 mai, la Ville organise le Concours Jeunes Talents BD qui met en valeur des auteurs/dessinateurs sur le thème de Impressions. Deux catégories sont proposées : moins de 18 ans et 18 à 35 ans, six prix seront décernés, plus un prix spécial du Jury. Les planches seront toutes exposées au Kiosque Bosc ; une sélection sera publiée dans un album. Dossier à adresser à Concours Jeunes Talents BD, Comédie du Livre, Direction de la Culture, 16 rue de la République, jusqu’au 15 avril.
Infos: www.tiptop.montpellier.fr

et www.comediedulivre.montpellier.fr
Stages théâtre

La Compagnie maritime propose, les 9 et 10 avril, un stage utilisation de la voix destiné aux chanteurs, enseignants, avocats… à tous les orateurs. Elle organise du 25 au 29 avril, un stage Clown. L’école est située 24 avenue de la Croix du Capitaine.
Infos: 04 67 64 40 72 et www.laciemaritime.com
Les murs ont des oreilles

Sur le thème du patrimoine culturel et historique de la ville, l’émission radio Les murs ont des oreilles est riche en ambiances. Elle est le lieu privilégié de témoignages, donnant naissance à une production vivante, sur ce qu’a été la ville et ce qu’elle est devenue, avec mise en lumière de lieux patrimoniaux. En partenariat avec l’Office de tourisme de Montpellier.

Le prochain thème sera : La cathédrale Saint-Pierre, à écouter, sur radio Clapas (93.5 fm), le 18 avril à 9h30 et à 16h30, et le 22 avril 9h30 et à 16h30, également sur le site www.montpellier.fr
L’Allemagne fait sa comédie

Pour sa 26e édition, la Comédie du Livre mettra à l’honneur, du 27 au 29 mai, les littératures de langue allemande. En plein cœur de ville, une vingtaine d’écrivains et de penseurs allemands, autrichiens et suisses participeront à une cinquantaine d’événements, de rencontres publiques, lectures et tables rondes. Parmi eux, le Suisse Paul Nizon, l’Autrichien Josef Winkler, les Allemands Christoph Hein et Ingo Schulze. Mais aussi Katharina Hagena, dont
Le Goût des pépins de pomme a rencontré un immense succès public, en France comme en Allemagne. Sans oublier les auteurs jeunesse Miriam Koch et Anne-Charlotte Voorhoeve, le sociologue critique Hartmut Rosa, auteur du décisif Accélération, une critique sociale du temps.
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   14

similaire:

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n ° 3

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n ° 3

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n° 373 • décembre 2012

Montpellier notre ville / n ° 3 iconMontpellier notre ville / n° 367 • avril 2012

Montpellier notre ville / n ° 3 iconEr d’Aragon. Chaque case du jeu de l’oie installé dans le hall de...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Montpellier notre ville / n ° 3 iconAction publique tranquillité publique, faciliter la vie des riverains...
...

Montpellier notre ville / n ° 3 iconLa Panacée: Ouverture du centrede culture contemporaine de Montpellier
«oui». Vincent et Bruno se sont mariés, le 29 mai, à l’Hôtel de Ville de Montpellier, inaugurant la toute nouvelle loi du mariage...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com