Sommaire





télécharger 0.81 Mb.
titreSommaire
page20/20
date de publication23.12.2016
taille0.81 Mb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   20

Merci à l’équipe organisatrice de Thémat’IC 2010 :
BEYE Jessica, DAHLENT Mélanie, EYNIUS-GENNESON Christophe, FISCHER Anaïs, HAMM Jimmy, HAUSER Léonor, LEONHARD Sophie, KELCHE Clémence, MANGIN Claire, MANTE Patricia, PIZZINAT Camille, SELAME Natalia, SCHIFFNER Adèle, SOUNALATH Bettina, WEHRUNG Célia, WILHELM Elise, ZARAGOZA Antoine

Impression : Patrick HUBER

Achevé d’imprimer en France

Dépôt légal : Octobre 2011

Imprimerie de la DALI

Université de Strasbourg




1 http://www.slate.fr/story/21799/editer-le-boucher-les-echos

2 http://blog.lefigaro.fr/education/2010/06/le-delit-dinitie-des-professeurs-1.html

3 Comme l’indique le site du Conseil de l’Europe, il ne s’agit pas de travailler à l’homogénéisation des systèmes ce qui découragerait aurait pour conséquence de rendre redondante la mobilité, mais de créer des « ponts » entre les différents systèmes. Voir site du Conseil de l’Europe

http://www.coe.int/t/dg4/highereducation/ehea2010/bolognapedestrians_fr.asp (visité le 21 mars 2011)

4 Voir, texte de loi http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr/IMG/pdf/loi100807universites.pdf (visité le 21 mars 2011)

5 Voir le rapport : http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPA/10_agence_nationale_de_la_recherche.pdf

6 Ces chiffres sont ceux du Ministère de l’Enseignement Supérieur. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid53023/garantir-la-serenite-du-dialogue-i.u.t-universite.html (site consulté le 21 mars 2011).

7 Ces chiffres sont tirés du Livre Blanc des IUT, Après 40 ans d’expérience : Histoire, bilan, perspectives (2008). Comme le note le site du Ministère, de telles comparaisons ne sont plus possibles aujourd’hui puisque la LOLF donne le pouvoir aux universités de financer les IUT.

8 Ibid, p. 22.

9 « 80% d’une génération au niveau du bac » était le slogan lancé par Jean-Pierre Chevènement en 1985 alors ministre de l’Education Nationale

10 Document PDF en ligne « Un regard sur l’école. En guise d’introduction » : www.debatnational.education.fr/upload/pdf/introduction.pdf

11 Discours de J.M. Blanquer. Consulté le 21/10/2010 disponible sur :

http://www.education.gouv.fr/cid52088/baccalaureat-2010-discours-de-jean-michel-blanquer.html

12 Et notamment les revenus du capital—financier, industriel, commercial, foncier... ; on sait bien que la distribution du patrimoine est beaucoup plus inégalitaire encore que celle des revenus, qui est déjà forte ; revenus tirés de l'exercice d'une profession libérale; hauts salaires de cadres du secteur privé et de la haute fonction publique, dont quelques catégories d'universitaires: des professeurs de Droit ou d'Economie.

13 Voire trois fois pour les prépas commerciales : mais plutôt que d'y voir le signe d'une différence radicale de transmission de « capital culturel », n'est-ce pas l'indice d'une anticipation d'un héritage patrimonial, redoublée d'une orientation vers les métiers « rentables » ?

14 Consultable dans la Revue Sociologie, n° 1, avril 2010, PUF : débat entre Philip Brown et Marie Duru-Bellat animé par Agnès van Zanten sur le thème « La méritocratie scolaire. Un modèle de justice à l’épreuve du marché ».

15 Cependant, les liens entre contractualisation et évaluation, avancés dès 1984 avec la création du CNE (Comité national d’évaluation), ont été plus ténus en France qu’au Royaume-Uni, par exemple.

16 RNCP : Répertoire national des certifications professionnelles créé en 2002 par la loi de modernisation sociale et enjeu de contradictions entre les instances productrices de certifications

17 AERES : Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, créé en 2006, complète ou concurrence la DGESIP, leurs prérogatives et attributions étant assez peu élucidées.

18 PRDF : Plan régional de formation, inscrit dans les lois de décentralisation, concerne plus précisément l’enseignement secondaire et l’apprentissage.

19 C’est-à-dire l’ensemble des formations associées aux IUP, les DEUST, DUT, licences professionnelles, MST et DESS, devenus master professionnel en 2002.

20 Les données de la DEPP permettent d’approcher ces phénomènes, la publication annuelle Repères et références Statistiques (2009) recense 128 222 diplômés d’une licence générale en 2007 pour 34 480 d’une licence pro.

21 On compte 20 000 diplômés de DEA et 12 000 en DESS en 1990, 23 000 en DEA pour 32 000 en DESS en 2000, 24 000 en Master Recherche pour 66 000 en Master Professionnel en 2007, (RRS, 2009, p251).

22 Un contrat ANR (2007-2009) nous a amené à faire des entretiens auprès d’une vingtaine de porteurs de projet de licences professionnelles.

23 Les établissements qui les proposent doivent encore être habilités à développer des formations de bac+3 ou s’allier à un établissement habilité (université).

24 La DEPP a produit dans les premières années de création plusieurs notes d’information dont le n°12, 2007. Elle n’a rien produit depuis. Il semblerait que les LP soient arrivées à un rythme de croisière qui affaiblit l’intérêt du ministère.

25 Il s’agit d’une double sélection puisqu’un certain nombre de DUT et de BTS sont déjà sélectifs et qu’une deuxième sélection peut être appliquée pour les licences professionnelles les plus demandées. Les données sur ces sélections sont très parcellaires.

26 Le taux de poursuite est suivi avec attention, un taux élevé peut compromettre la reconduction d’une formation.

27 Ajoutons que ces enquêtes locales et partielles ne sont pas soumises à des méthodologies très fiables. Elles sont effectuées dès la sortie de formation, sur de très petits échantillons non représentatifs, ce qui les met en complet décalage avec les acquis méthodologiques du CEREQ.

28Le nombre important de refus d’habilitation des licences professionnelles proposées conforte cette idée et constitue une nouveauté. D’après les analyses de Maillard et Veneau, (2003), la moitié des propositions était rejetée au début de la décennie, moins souvent en 2008-2009. Pour autant, les critères de recevabilité restent obscurs.

29 Cependant, là aussi, on assiste à une certaine professionnalisation des procédures, puis à leur intégration dans les nouvelles formules de contractualisation. Le bilan du CNE pour la campagne 2006 fait état du rejet de 20% des dossiers et donc d’une réception de 80% des 596 dossiers examinés, dont 40% ont fait l’objet d’une demande de complément d’information.

30 Pour les DUT, les spécialités, les programmes, l’organisation des études sont créés au niveau national par une commission spécifique et sont fortement encadrés. On compte 24 spécialités dont les intitulés sont courts et relativement homogènes, ils nomment des secteurs « chimie », ou des activités, « carrières juridiques », « gestion administrative et commerciale », rarement des disciplines « informatique » (ambiguë), « mesures physiques ». Les programmes se présentent sous forme de référentiels de 120 à 160 pages, d’une précision tatillonne.

31 À la demande du Ministre de l’éducation, nous avions produit en 2006 un rapport « Objectif 50% dune génération diplômée de l’enseignement supérieur » dans le cadre des travaux du HCEEE, pour lequel nous avions interrogé des représentants des organisations professionnelles (UIMM, Syntec).

32 Ajoutons qu’au niveau des masters professionnels, on retrouve le même éclectisme. Il n’y a pas de liste nationale qui permettrait une analyse systématique comparable. Cependant, à lire les intitulés sur les sites des universités, on retrouve à la fois cette dispersion sur des secteurs, des emplois, des fonctions, des compétences et des disciplines, mais aussi l’usage de termes similaires : management et gestion d’une part, responsable, terme qui ne définit pas un niveau d’emploi tant son usage est extensif, d’autre part. On remarquera encore que certaines formations de licence et de master ne se distinguent pas, tant leurs intitulés et parfois leurs contenus sont proches : dans la gestion des ressources humaines ou du risque, dans la gestion hôtelière ou même en informatique.

33 À l’inverse des formations générales qui, en licence et en master, rassemblent un grand nombre d’étudiants, ces formations professionnelles sélectionnent leurs étudiants et en retiennent moins d’une trentaine. Et, paradoxalement, puisqu’elles ne sont pas destinées à la poursuite d’études, elles sont vécues comme plus ou moins élitistes.

34 Le taux de sélectivité est un des indicateurs de cette hiérarchie, la part des enseignements généraux en est un second.

35 Réponse à un appel d'offre du CNCRE, 1997-1999 « Hétérogénéité et réussite dans les premiers cycles universitaires »

36 Du nom donné aux trente années d'expansion séparant la fin de la deuxième guerre mondiale de la « crise » survenue vers le milieu des années 70.

37 Selon une enquête AFGES de novembre 2008 « Travail personnel et habitudes documentaires des étudiants de Strasbourg » : 74% des étudiants ont un ordinateur portable et 83% ont un accès à internet.

38 Pour des études qui appréhendent le phénomène d’arrêt d’études dans cette perspective à propos du cas des jeunes sortant du système scolaire sans diplôme, cf. notamment Sylvain Broccolichi, Les abandons d’études avant la fin de cycle, Ministère de l’Éducation Nationale, Direction des lycées et des collèges, CPC Documents, n° 1, 1997 ; Bernard Charlot, Laurence Emin et Aziz Jellab, L’abandon scolaire en cours de formation : le cas des élèves de BEP, Ministère de la Jeunesse, de l’.Éducation Nationale et de la Recherche, CPC Documents, nº7, 2002 ; Mathias Millet et Daniel Thin, Ruptures scolaires : l’école à l’épreuve de la question sociale, Paris, PUF, 2005 ; Dominique Glasman et Françoise Œuvrard (dir.), La Déscolarisation, Paris, La Dispute, 2004 ; Maryse Esterle-Hedibel, Les élèves transparents. Les arrêts de scolarité avant 16 ans, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2007.

39 Sur la notion d’étiquetage et plus largement la « labelling theory » ou « théorie de l’étiquetage », cf. Howard Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié, 1985 (1963).

40 La plupart des CPE rencontrés au cours de l’enquête ne connaissait pas le nombre exact ou approximatif d’arrêts d’études en cours de Bac pro pour l’année scolaire en cours : ceux-ci devaient se référer à leurs listes, lorsqu’ils en avaient une.

41 « Principaux de collèges et proviseurs de lycées doivent offrir un entretien de situation à tous les élèves qui les quittent, puis les suivre et les accompagner jusqu’à un an après leur sortie. » Source : Mission communication du Rectorat de l’académie de Créteil, « La Mission Générale d’Insertion », La Fiche, nº10, avril 2003, p. 1.

42 Sur la faible pertinence de l’opposition entre « abandon, démission et exclusion » du fait, notamment, de la question des menaces d’exclusion, cf. Sylvain Broccolichi, op. cit., p. 4.

43 Pour confirmer ces conclusions, il faudrait avoir des données nationales sur les différences de taux de sortie (et non sur les différences d’effectifs de sortants) entre secteurs (Production-Services) et entre spécialités.

44 Entretien novembre 2006.

45 Entretien février 2007.

46 Si « la trajectoire scolaire des élèves étrangers nés en France ressemble fort à celle des Français de même milieu social », « les élèves étrangers nés hors de France ont une scolarité beaucoup plus perturbée que les autres élèves d’origine ouvrière » (Cacouault et Œuvrard, 2001, 45).

47 Les classes Élèves Non Scolarisés Antérieurement (ENSA) sont des classes d’accueil à effectif restreint.

48 Christine Rebière, Claude Sauvageot et Estelle Orivel, « Les abandons en lycées professionnels en cours ou à la fin de l’année scolaire 1999-2000 », Les dossiers, nº135, DEP, octobre 2002.

49 Pour une description du dispositif, de l’objectif et des actions, voir le site de l’Académie de Strasbourg.

http://www.ac-strasbourg.fr/sections/lacademie/vous_etes/journaliste/journaliste_1/downloadFile/attachedFile_2/Cordees_reussite_complet_internet.pdf

50 Cette réflexion ne porte que sur ces filières. Cependant, il faut savoir que de nombreuses filières sélectives, notamment les DUT, donnent souvent aux candidats qu’ils reçoivent en entretien de sélection des conseils quant à leur orientation.

51 Cette étude a été réalisée avec les ingénieurs d’études de 5 observatoires du supérieur, (OPE université V. Segalen Bordeaux 2, ODE université de Bourgogne, ORFS Caen, OFIPE université Paris Est Marne-la-Vallée, OSIPE université Rennes 1) et le centre associé au Céreq de Rennes ; Collaboration assistée par Gérard Boudesseul (CAR Céreq de Caen).

52 Les enquêtes des observatoires locaux des établissements du supérieur, les enquêtes Génération du Céreq, celles du Ministère de l’enseignement supérieur et celle de l’OVE.

53 Cette activité est inspirée du questionnaire que nous avions soumis à 6000 étudiants dans le cadre de la recherche sur le tutorat dont il sera question plus loin.

54 « Tutorials » anglo-saxons qui sont des rencontres d’un petit groupe d’étudiants avec son professeur référent.

55 Dans le cadre de ma recherche de doctorat, 61 entretiens biographiques ont été conduits auprès de parents immigrés et de leurs enfants, afin de reconstruire des historiques de famille.

56 Il ne sera question que de cas où les immigrés arrivent en France alors qu’ils avaient déjà travaillé dans leur pays d’origine et de familles dans lesquelles un ou plusieurs enfants, nés en France ou arrivés avant leur scolarisation, sont en âge de travailler.

57 L’intérêt d’une approche longitudinale se réfère aux travaux de Daniel Bertaux (1974) mais également à ceux de Catherine Delcroix (2005).

58 Nous ne revenons pas ici sur la critique faite à la construction des tables de mobilité qui ne prennent en compte que le statut du père, oubliant celui de la mère qui a pourtant toute son importance. Cette critique est développée dans de nombreux travaux sur la mobilité sociale et a été reprise dans la conférence présentée pour ce colloque par Roland Pfefferkorn.

59 Cette seconde méthode limite certains biais dans la mesure de la mobilité puisque, entre 40 et 59 ans, les carrières des parents et des enfants sont déjà largement construites.

60 Je pense ici à un Togolais, rencontré sur mon terrain de thèse, qui avait acquis une fortune et un prestige important en créant une société de transport au Togo, avant de venir en France suite au coup d’Etat en 1963.

61 Sur les inégalités de revenus en fonction de l’origine ethnique et raciale, voir notamment les travaux de Blank R. M., Dabady M., Citro C. F. (2004).
1   ...   12   13   14   15   16   17   18   19   20

similaire:

Sommaire iconSur le site de la manifestation, les internautes trouveront le programme...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconEr d’Aragon. Chaque case du jeu de l’oie installé dans le hall de...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconI. sommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com