Note de vie scolaire





télécharger 35.5 Kb.
titreNote de vie scolaire
date de publication14.02.2017
taille35.5 Kb.
typeNote
d.20-bal.com > documents > Note
Compte-rendu de la réunion de bassin des CPE du jeudi 28 mars 2013

I- L’entrée du CPE en pédagogie- Extrait conférence d’Anne BOUJU-GOUJON Maitre de conférences en sciences de l’éducation

Il s’agit de se poser les questions suivantes:

  • La pédagogie est-elle l’apanage des enseignants ?

  • Le C.P.E n’est-il qu’un professionnel de l’Education ?

  • Mais éducation et pédagogie peuvent-elles fonctionner l’une sans l’autre?

  • Certains médias ne se trompent-ils pas quelques fois en parlant de nous en tant que conseiller « pédagogique » d’éducation ?

  • Comment se place le CPE dans le triangle pédagogique ?

triangle pédagogique.png

1)Du côté des textes officiels :

Que dit la circulaire de 1982 ?

« …Le CPE est un collaborateur privilégié pour les enseignants. Interlocuteurs privilégiés, chaque fois qu'il est question de l'organisation et du déroulement de la vie quotidienne, notamment en ce qui concerne les rythmes scolaires, ils organisent la vie collective, hors du temps de classe, en étroite liaison avec la vie pédagogique de l'établissement.

L'ensemble des responsabilités exercées par le conseiller principal d'éducation et le conseiller d’éducation doit toujours être assuré dans une perspective éducative et dans le cadre global du projet d'établissement.

La collaboration avec le personnel enseignant : échanges d'informations avec les professeurs sur le comportement et sur l'activité de l'élève : ses résultats, les conditions de son travail, recherche en commun de l'origine de ses difficultés et desinterventions nécessaires pour lui permettre de les surmonter ; suivi de la vie de la classe, notamment par la participation au conseil des professeurs et au conseil de classe, collaboration dans la mise en œuvre des projets.

Donc, le CPE agit à différents niveaux :

  • Suivi d’élèves

  • Suivi de classes

  • Conseils de classe

  • Projet de l’élève, de l’établissement…

  • Plus récemment : conseil pédagogique

Que disent la loi d’orientation de 1989 et l’article 4 du décret de 1989 ?

  • « Sous l’autorité du chef d’établissement et éventuellement de son adjoint, les CPE et les C.E. (…) Ils sont associés auxpersonnels enseignants pour assurer lesuivi individuel des élèves et procéder àleur évaluation. En collaboration avec lespersonnels enseignants et d’orientation, ilscontribuent à conseiller les élèves dans lechoix de leur projet d’orientation. »

Et depuis, même avec :

  • Note de vie scolaire

  • Orientation

  • L’accompagnement éducatif

  • L’Education à … la santé, la citoyenneté, le développement durable…

  • Les PPRE, le soutien scolaire et l’aide aux devoirs.

  • Le B2I, l’ASSR, l’ECJS, les TPE, dontles enseignements et les évaluations sont trèsparticuliers (pas toujours sur toute une année scolaire,petits groupes d’élèves, contrôle continu avec épreuve derattrapage parfois, plusieurs enseignants en mêmetemps,….), réclament là encore une organisation qui doits’appuyer sur la vie scolaire.

Donc de façon indirecte, le C.P.E est appelé sur le champpédagogique, y compris officiellement.Ce qui ne définitpas ensuite les modalités trèsvariables d’un établissement àl’autre, de l’entrée en pédagogiedes C.P.E.

2) La pédagogie quelques précisions, éléments de définition

- « Toute activité déployée par unepersonne pour développer desapprentissages précis chez autrui. » Dictionnaire de Françoise Raynal et Alain Renier :

Pédagogie : dictionnaire des concepts clés ESF éditeur 2007 (6ème édition)

- « La pédagogie est l’ensemble des pratiques et des attitudes d’accompagnement qui font qu’un élève s’approprie les richesses que lui apporte l’école pour construire dans un même acte son savoir, sa personnalité sociale, ses goûts et son avenir. »

Robert Ballion Le conseiller Principal d’Education, auxiliaire éducatif ou pivot de l’établissement ?

Migrant Formation 1996

-« La compréhension des difficultés d’apprendre pour les élèves et des difficultés d’enseigner pour les enseignants »

CARE, Claude, Le Conseiller Principal d’Education CRDP Lille 1994 218 p. Rapport de l’Inspection Générale de l’Education

Alors, CPE et pédagogie :

  • Une posture, un intérêt : je m’intéresse, je me pose laquestion : comment transmettre ? Qu’est-ce qu’apprendrepour un élève ? Quelles sont les difficultés et lesconditions d’apprentissage ?

  • Des espaces collaboratifs : je suis capable de parlerpédagogie, apprentissages avec les enseignants sans qu’ilsle ressentent comme une ingérence.

  • Quels savoirs ? Est-ce que le CPE transmet ou faitapprendre des savoirs ? Savoir-être ? Savoir-faire ?

  • Une relation adulte élève : Le CPE entretient-il desrelations pédagogiques avec les élèves ?

  • L’enseignant crée des situations d’apprentissage, metl’élève face à une situation problème…etc. Est-ce aussi lecas pour le CPE ? Est-ce que l’on dispose de moments quel’on pourrait qualifier de situations d’apprentissage ?

3) Quels occasions et quels espaces pour une action professionnelle du CPE en pédagogie ?

- Premier niveau ou premier aspect de l’entrée en pédagogie du C.P.E, la collaboration avec les enseignants.

  • Pour une meilleure connaissance des élèves («ils ont besoin d’informations »)

  • Pour des aspects organisationnels qui ont unimpact sur le pédagogique (les cours, les

Examens, les devoirs en lycée…)

  • L’éducatif ->au service du … -> pédagogique

C’est l’idée de « mettre lesconditions possibles…Parce que l’on sait l’influence duclimat d’établissement, del’assiduité… sur lesapprentissages scolaires. La pédagogie dépasse le cadre stricte et fermé de la classe, ce qui apporte déjà des ouvertures possibles du triangle pédagogique.

- Autre niveau, on travaille pour un même objectif : lesapprentissages scolaires.

  • Avec les suivis d’élèves

  • Les suivis de classe

  • La participation aux conseils de classe

  • Donner une orientation pédagogique auxentretiens

  • Dans l’éducatif, on va prendre en comptedes aspects pédagogiques.

  • Le CPE s’intéresse aux résultats scolaires, l’analyse, cherche à comprendre.

  • Le CPE cherche à comprendre commentfonctionne l’élève sur le plan des apprentissages :

Quel est son rapport aux savoirs, sa mobilisation sur le plan scolaire ?

Comment s’organise-t-il pour son travailpersonnel ?

Aurait-il des difficultés d’apprentissages(dyslexie…) ? Certaines modalités et pratiques

Pédagogiques lui conviennent-elles mieux qued’autres ?

Certains de ces éléments sont largement repris par le dispositif du tutorat ou le CPE trouve toute sa place.

  • Les grilles d’entretien, intègrent des aspectsstrictement pédagogiques pour desservir lesapprentissages scolaires.

  • Le CPE a des connaissances dans ces domaines :théories des apprentissages, modalités etconditions, « qu’est-ce qu’apprendre ? »

  • Questions de la motivation, de l’estime de soi, de l’évaluation…

  • Connaît la diversité des pratiques pédagogiques.

  • A une idée de ce qui est demandé à un élève declasse de 4ème, de seconde… S’intéresse à ce quise fait en classe…

- Autre niveau d’action, les espaces traditionnels de la vie scolaire :

  • Salle de permanence -> salles d’études, sallesd’aide aux devoirs, de tutorat….

  • Implication dans les dispositifs d’aide auxélèves en difficultés au-delà des aspectsorganisationnels

  • Engager des actions sur « comment etpourquoi apprendre ? »

-Dernier niveau : le socle commun de compétences

Il devient ainsi intéressant de pouvoir développer des actions en argumentant du fait qu’elles se raccrochent à certaines compétences du socle commun.

A ce titre, dans l’académie de DIJON, certains collègues ont mis en place le « PARCOURS DE VIE SCOLAIRE ». Il vise à déterminer ce qu’on attend des élèves en dehors des compétences proprement disciplinaires et à les accompagner concrètement dans l’acquisition de savoirs, savoir-faire et savoir-être indispensables à l’élève en tant que personne.

Pour conclure, nous pouvons affirmer que loin d’être exclu du triangle pédagogique, le CPE est à la fois « DANS » le triangle, « AVEC » les différents protagonistes et « AUTOUR » d’eux.

II- Echanges de pratiques, CPE et pédagogie

  1. Mme Dauvergne, collège Amiral Bouvet

Dans un collège classé ECLAIR avec 25 divisions et 73% des élèves issus de familles défavorisées, qu’est-ce qui est mis en place pour les élèves en difficulté ?

-Coordonnatrice réseau : liaison cm2-6ème

-Animatrice éclair : actions en lien avec la vie pédagogique

-préfets des études : 4 professeurs qui suivent les élèves en difficulté et mettent en place des séances de remédiation.

-études dirigées : 2h pour les classes de 6ème pour l’aide au devoir

-aide individualisée : concerne les 6ème. L’enseignant de la discipline fait des petits groupes d’élèves et travaillent avec eux sur des compétences non-acquises.

-Co-animation : 2 enseignants mathématiques et en français pendant 2 h pour accompagner les élèves qui sont en difficulté

-Pour tous les niveaux : soutien scolaire mis en place par les enseignants et les assistants pédagogiques

Comment repérer les élèves en difficulté ? Le repérage se fait dès le mois d’octobre lors des bilans intermédiaires. Collaboration PP + Préfet des études

CPE : organisation de la mise en place du soutien pour les élèves avec l’assistant pédagogique en relation avec l’enseignant. Convocation des parents pour les élèves en difficulté ou les avoir au téléphone dans le but de les faire adhérer au projet.

Bilan : augmentation du taux de réussite au brevet + augmentation du nombre d’élèves qui vont au lycée général. Les élèves sont demandeurs d’aides dès qu’ils rencontrent des difficultés.

-Ecole ouverte en mars : Mise en place d’une comédie musicale

-Ecole ouverte mai : révision du brevet

-Une case parent : Quelques parents qui sont là régulièrement : actions : stages en informatique, cours de cuisine…..encore des difficultés à faire venir les parents à l’école.

Le collège propose également une diversité des activités hors temps scolaires non négligeable : théâtre, comédie musicale, mime, atelier chant, piano, guitare, modern jazz, confection d’instruments traditionnels, atelier cuisine, jeu d’échec, tennis, tir à l’arc, atelier jardinage

2) Dispositif d’aide à l’internat, Mme Carpin

Déroulement d’une soirée :

  • Loisirs 17h 18h20

  • Dîner 18h30

  • Détente 19h à 19h30

  • Etudes

  • Extinction des feux

- Petit déjeuner 6h30

Chaque dortoir est constitué d’un salon avec télévision. Les élèves sont regroupés par filière ou niveau dans la mesure du possible. Les élèves peuvent donc travailler en groupe et s’entraider. Le public accueilli est celui des lycées Jean-Perrin, Mahatma Gandhi, Sarda Garriga, Bras-Panon et des stagiaires du LP de Saint-Pierre.

L’objectif de l’internat est d’amener les élèves à la réussite où contribuer à leur réussiteau travers d’un environnement accueillant et stable et par des dispositifs d’aide (pédagogiques, culturels, sociaux et éducatifs). Ce qui se traduit sur le plan pédagogique par :

  • TUTORATENTRE ELEVES : Regroupés par niveau, l’entraide est favorisée

AIDE AUX DEVOIRS : Les Assistants d’Education apportent leurs connaissances aux lycéens. Notamment aux élèves de Jean Perrin où on constate 100% de réussite

SUIVI DES RESULTATS : élève/famille du lycée professionnel ont un entretien et un suivi concernant les résultats avec les CPE

Sur le plan éducatif et culturel, l’objectif est de créer du lien et favoriser la vie en collectivité.

En Début d’année, un constat des attentes des élèves a été effectué notamment par la mise en place d’un questionnaire proposant diverses activités. Les élèves les ont classés dans l’ordre de priorité. La mise en place de ces activités s’est ensuite fait selon un découpage trimestriel :

Trimestre 1 : danses de salon avec intervenant extérieur. Suivi d’un spectacle de fin d’année animé par les élèves. Mise en place d’ateliers jeux de société divers

Trimestre 2 : Mise en place d’une salle de jeux Billard et table de ping-pong

Développement jeux de société et tournoi

Trimestre 3 : Mise en place de l’atelier cinéma au lycée et Karaoké (projection salle audio)

Grâce à l’internat, le lycée a proposé ces différentes activités aux élèves demi-pensionnaires pendant la pause déjeuner. Objectif : motiver les élèves externes à devenir DP. A long terme, développer la musique, la danse, le cinéma, diverses manifestations (journée culturelle,……)

3)/ Le CPE et le décrochage scolaire Mme Miton (lycée Bel air)

-Lors de l’inscription des élèves à la rentrée, rencontre avec les parents et réunion pour présentation de l’établissement et préciser nos attentes à leur égard. S’ajoutera à la rentrée prochaine une présentation du logiciel pronote. Cela leur permettra de mieux suivre la scolarité de leur enfant.

- Action de lutte contre le décrochage scolaire, financé par la Région Réunion. Des temps de formation pour les personnels (enseignants+ CPE + AED). Un travail avec une médiatrice accompagnatrice et l’IRTS a été initié. Il prévoit la présence au sein de l’établissement de quatre nouveaux éducateurs spécialisés pour un stage d’une année. Le CPE organise le partage de l’information entre les différents partenaires (enseignants, éducateur, AS…), mise en place de réunions de régulation et de suivi.

III/ La loi d’orientation sur la refondation de l’école. (M. l’Inspecteur)

Juillet 2012 : La question de l’école est une priorité. La volonté affichée du Président de la République n’est pas seulement de réformer l’école mais de la « Refonder », c’est-à-dire en refaire les fondations. L’ambition est très grande.

1) Les constats :

a)Les performances/les résultats : 2 indicateurs :

-le taux d’accès d’une classe d’âge au bac de 80 % n’est pas atteint ou stagne.

-Le taux des élèves sortant ou quittant le système sans qualification : 150000 élèves environ. Ce taux ne change pas alors que l’objectif est l’obtention du diplôme pour préparer à la vie professionnelle.

b) Les inégalités augmentent :

- le taux d’accès à l’enseignement supérieur par rapport aux CSP. Aujourd’hui le devenir scolaire d’un élève issu d’une catégorie défavorisé est prédéterminé par son origine sociale. L’école ne corrige pas suffisamment les effets de l’origine sociale. L’ascenseur social est en panne ou en partie en panne (pour la moitié des élèves).

-Une enquête de l’inspection générale révèle des inégalités géographiques.Par exemple, un élève de Paris a une fois et demi plus de moyens de réussir qu’un élève de seine st Denis.

Les inégalités sont doubles donc inadmissibles.

c) La France dans l’Europe et le monde

L’éducation est le premier budget de l’état. Pourtant les résultats de nos élèvent restent moyens. avec des écarts très marqués entre ceux qui sont en difficultés que nous n’arrivons pas véritablement à aider et une proportion d’excellents élèves qui s’en sortent mieux que dans la plupart de nos voisins européens aux différents tests internationaux . Donc, une école élitiste qui privilégie les bons élèves.

d) La confiance en l’école s’effrite :

- interrogations des familles qui attendent beaucoup de l’école : faire en sorte que l’élève ait un futur professionnel assuré et un savoir-être.

-interrogation des personnels qui ont le sentiment d’être mal aimés et malmenés.

e) Les actions en éducation sont devenues incohérents et illisibles.

A force de réformer, on oublie les fondamentaux. Il faut redonner du sens à l’école.

f) Décalage croissant entre ce qu’est l’Ecole et le monde du 21ème siècle :

Les pratiques pédagogiques ont peu évolué. Pourtant, l’irruption du numérique a bouleversé l’accès des élèves au savoir. Avant on se référait aux livres mais aujourd’hui on ne travaille plus comme cela.

Quelque part nos modes de transmission sont devenus « ringards ». Les métiers changent. 2/3 des métiers qui vont s’exercer dans 20 ans que nous ne connaissons pas.

Le monde a changé car la place et la reconnaissance de l’autorité ont changé. La parole du maître est désacralisée. Le fait d’être enseignant ou CPE ne suffit pas à valider nos paroles donc il faut avoir une autre relation. Nous ne sommes plus sur un mode d’injonction mais sur le mode de la persuasion.

3 piliers orientent les mesures de la refondation :

1) La formation des personnels 

Mise en place d’une école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE qui se substitue aux IUFM à la rentrée 2013). L’ESPE est rattachée à l’université et vise à restaurer une vraie formation des personnels.

2)La priorité réaffirmée de la pédagogie en école primaire et au collège.

-Deux tiers des nouveaux enseignants supplémentaires seront affectés dans le premier degré car c’est le maillon faible. Les résultats de nos élèves aux évaluations démontrent un retard préoccupant que nous n’arrivons pas à rattraper.

-Enseignement obligatoire d’une langue étrangère dès le CP.

-Réécriture du socle commun de compétence : enseignement moral et civique, il faut remettre du lien entre les citoyens.

-Parcours artistique et culturel renforcé. Refonte des programmes : allégés et plus digestes.

-Création d’un conseil entre l’école et le collège pour renforcer la liaison entre le premier et le second degré.

-Suppression des dispositifs d’apprentissage précoce dès la rentrée 2013: DIMA + Apprentissage junior. La lutte contre le décrochage scolaire est une priorité de l’Etat (engagement et faire en sorte qu’aucun élève ne quitte le système sans diplôme). L’éducation à la citoyenneté est prise en charge par TOUTE la communauté éducative.

- Enfin, la réforme des rythmes scolaires. La France a l’année la plus courte et la journée la plus longue (140 jours d’école sur 365 jours).

Les difficultés rencontrées : Les communes doivent prendre en charge le temps périscolaire/éducatif = difficulté financière. Pour y remédier l’état prévoit 50 euro par élève mais ce n’est pas suffisant.

De plus pas assez de personnels formés. Enfin, la réticence des enseignants. Le ministère ne s’attendait pas à cette réaction.

3) Le développement du numérique dans la relation pédagogique et éducative 

Donner les moyens d’accès aux élèves d’avoir une vision critique et une éducation au numérique. Apprendre aux élèves à utiliser à bon escient le numérique. Apprendre aux enseignants à enseigner avec le numérique, revisiter leur façon de transmettre, remettre en cause leur pratique. Création d’un conseil numérique éducatif.

Conclusion : cela s’accompagne d’un effort dans tous les moyens.

V/ Partenaires extérieurs 

1) VITTAVI : actions de prévention = promotion de la santé : alimentation, les addictions, Les MST…

2) LMDE : actions = promotion + éducation + prévention à la santé = sexualité, conduites addictives, sécurité routière, l’audition, respect et égalité dont la lutte contre les discriminations, nutrition et bien-être, handicap.

similaire:

Note de vie scolaire icon235 – D62 – 15 : chambre regionale des comptes – rapport d’observations...
...

Note de vie scolaire iconL’auxiliaire de vie scolaire

Note de vie scolaire iconAuxiliaires de vie scolaire individuels (avs I)

Note de vie scolaire iconLes assistants d'éducation auxiliaires de vie scolaire

Note de vie scolaire iconTextes sur les différents personnels de la Vie Scolaire

Note de vie scolaire iconFonction place de l’assistant d’Éducation – auxiliaire de vie scolaire

Note de vie scolaire iconCse du 7 février 2013
«vie scolaire» ? Convient-il en ce sens de prendre appui sur l’existant (heures de vie de classe, etc…) ? Ou peut-on imaginer de...

Note de vie scolaire iconContrat de recrutement en qualite d’auxiliaire de vie scolaire pour...

Note de vie scolaire iconNote de service N° 1 Année scolaire 2015/2016
«lire, écrire, parler et compter», en mobilisant un enseignement plus explicite et une pédagogie différenciée

Note de vie scolaire iconLe présent règlement intérieur est régi par le Code de l’Education
«public» et se rend directement à la Vie Scolaire pour faire enregistrer son retard






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com