La Réunion des orsem 101





télécharger 0.71 Mb.
titreLa Réunion des orsem 101
page7/23
date de publication20.05.2017
taille0.71 Mb.
typeRéunion
d.20-bal.com > documents > Réunion
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   23

TÉMOIGNAGES et POINTS de VUE





Regards sur l’Arabie Saoudite



Par le Colonel Joël GRANSON et M. Alain MICHELET, de la MMF à RIYAD.

Un bref aperçu de l’Arabie saoudite



Géographie
Le Royaume d'Arabie Saoudite est situé au Moyen-Orient. Sa superficie est de 1.840.000 Km2 soit près de quatre fois celle de la France pour une population de 21 millions d'habitants environ.

Occupant la majeure partie de la Péninsule Arabique, le pays est bordé au nord par l'Irak et la Jordanie, à l'ouest par la Mer Rouge, à l'est par le Koweït le Golfe Arabique et les E.A.U., au sud par le Yémen et Oman.

Sa capitale est Riyad, les villes principales la Mecque et Médine (villes saintes de l'Islam, dont l'accès est strictement interdit aux non musulmans), Jeddah (port principal sur la Mer Rouge) et Dammam (port pétrolier sur le Golfe Arabique).
On y distingue quatre grandes régions naturelles:

Le HEDJAZ, à l'ouest est constitué par une chaîne de montagnes qui s'étendent du nord au sud, avec des sommets supérieurs à 2500m à l'ouest de cette chaîne, une plaine côtière la TIHAM, bord la Mer Rouge.

Favorisée par sa position sur la route des grandes villes d'Arabie comme la MECQUE (plus de 200.000 habitants) et Médine (plus de 100.000 habitants), qui devinrent à partir du 6ème siècle le foyer de l'Islam, cette région est animée par la ville de Jeddah, (plus de 1000.000 habitants) important centre économique (port, industries, négoce).

Le HASA, à l'est, quoique désertique, recèle en son sous-sol plusieurs des plus riches gisements pétrolifères du monde.

Le NEJD, vaste plateau central, rocailleux, mais parsemé d'oasis est d'accès facile, malgré quelques passages d'oueds assez profonds. Au centre Riyad, la capitale du Royaume groupe environ 1.200.000 habitants.

L'ASIR, prolonge la chaîne du Hedjaz vers le sud. Ses hautes terres, bien arrosées, permettent une grande variété de cultures. Les principales villes sont Jisan et Najran, situées à proximité de la frontière du Yémen.
Population

La population, estimée à 21 millions d’habitants, est constituée:

- d'éléments nomades ou semi-nomades, qui vivent essentiellement de l'élevage et du transport des marchandises par caravanes. Ils conservent les traditions de la civilisation du désert (fierté de leur position d'hommes libres, sens de l'honneur, attrait de la vie en communauté, hospitalité),

- de sédentaires, représentant près d'un million de personnes, groupées dans les oasis, notamment dans le Nejd, dans les centres urbains et à proximité,

- de citadins, en augmentation croissante (plus de 2 millions) groupés dans les grandes villes.

Descendants des tribus bédouines du désert, les habitants de l'Arabie saoudite sont des musulmans à la foi profonde. La religion et l'exercice du culte imprègnent profondément vie sociale, mœurs, culture et lois.

La population étrangère est importante. Elle compte plus de 6 millions d’étrangers représentant 50% des forces actives et 30% de la population.. Les Américains sont entre 30 et 40 000. Les Français sont un peu moins de 3 000. La population d’origine asiatique est prépondérante, souvent dans les commerces (Pakistanais) ou dans les basses besognes : Indiens (1 228 000), Philippins, Sri-Lankais, Bangladais. La présence de ces groupuscules étrangers est liée à l'exécution de grands travaux ou de contrats passés par le royaume d'Arabie saoudite.

Le PIB annuel par habitant en 2003 était de 8 691$, fluctuant selon les quantités de pétrole exportées et le cours du dollar. Il était de 16 000 $ en 1980 (année exceptionnelle). Sur le long terme la tendance sera à l’appauvrissement. La poussée démographique ne sera pas compensée par un accroissement adapté des ressources.
La capitale RIYAD comptait en 2002 près de 5 millions d’habitants. DJEDDAH, 2° ville du pays, port important sur la Mer rouge, compterait de l’ordre de 3,5 millions d’habitants.

Le système de santé est très développé. Les soins sont gratuits. L’espérance de vie est de 71,6 ans.
Vie Politique 

L’Arabie saoudite, qui se définit elle-même comme une « monarchie arabe islamique », est dotée d’un régime politique fondé sur une interprétation stricte et une application rigoureuse de l’islam.

Sa majesté, le Roi FAHD, (né probablement en 1921) est le fils du Roi ABDULAZIZ BEN SAOUD, unificateur du Royaume. Sur le trône depuis 1982, pour raison de santé, son activité est très limitée.

En 1985, le souverain s’est attribué le titre de serviteur des deux lieux saints(La Mecque et Médine). Il est également Premier Ministre et son Gouvernement comprend 16 Ministères dont plusieurs sont confiés à des Princes de la famille royale.

Il n'y a pas d'assemblée représentative élue. Depuis 1992, une assemblée traditionnelle islamique (MAJLIS AL CHOURA) prend progressivement de l’importance. Elle comporte maintenant 120 hommes, nommés par le roi, dont seulement 15 % de religieux. Fait marquant et signe d’ouverture, trois femmes viennent d’être désignées comme conseillères.

Les principales provinces administratives sont : NEJD, HEDJAZ, ASIR, NAJRAN et la province orientale. Elles sont dirigées par des gouvernements désignés par le Roi, souvent parmi les membres de sa famille. Ils sont assistés d'assemblées traditionnelles représentatives des groupes humains caractéristiques de la région (tribus, villages, districts, groupements socioprofessionnels).
Politique Extérieure

Dominée par le souci d'éviter toute dissension au sein de la communauté musulmane, l'Arabie saoudite se pose dans le monde arabe et islamique comme la conservatrice religieuse par excellence. Sa politique extérieure a connu des succès remarqués, surtout depuis 1967 et après les guerres du Golfe.

Les autorités du pays sont très sensibles à l’image que le royaume donne à l’extérieur. Toute critique à l’égard de la famille royale et des dirigeants, a immédiatement des répercussions dans le domaine des relations diplomatiques et économiques (report sine die de signature de contrats…).
Forces de Défense

Pour garantir l'indépendance nationale, le Roi, chef suprême des Forces de défense, dispose de:

- La Garde Nationale, forte de 57000 hommes, aux ordres de SAR le Prince ABDALLAH BEN ABDULAZIZ AL SAOUD, Prince Héritier et Vice Premier Ministre.

- L'Armée confiée à SAR le prince SULTAN BEN ABDULAZIZ, (demi-frère d’Abdallah) ministre de la défense (Terre, Mer, Air, Air Défense) et de l'Aviation (civile), depuis 1962 et 2ème Vice Premier Ministre.

- Les Forces de Police, relevant du Ministère de l'Intérieur le prince NAIF AL FAISAL, frère de SULTAN.

Le Royaume est divisé en régions militaires ou MINTAQA dont le siège se trouve dans les principales villes: Riyad, Jeddah, Taif, Tabouk, etc.

Un autre frère du roi, le prince SALMAN BIN ABDULAZIZ AL SAOUD est très influent. Il est gouverneur de RIYAD (avec rang de ministre) depuis plus de quarante ans.
Vie Economique

Le système économique repose sur la libre entreprise. Toutes les formes de transactions, les lois et réglementations, ainsi que la structure sociale sont conçues dans le cadre de la "SHARIAH" ou droit musulman, inspiré par le CORAN.
Ressources

La principale source de revenu national (plus de 90 % des ressources budgétaires) est constituée par le pétrole, et dans une faible mesure par l'agriculture qui exporte surtout des dattes et du blé, mais tous les efforts des dirigeants du pays portent sur la diversification de l'économie, en particulier dans les secteurs des industries pétrochimiques et des minerais.

Le royaume, qui produit 7,6 millions de barils de pétrole par jour, soit 1 million de barils au dessus du quota fixé par l’OPC, peut se prévaloir des coûts d’extraction les plus bas du monde et d’avoir une capacité de production de 10,5 millions de barils, qui pourrait être atteinte en une semaine.

Le gaz contribue à 15 % du produit national brut (22,5 M€) et va faire l’objet d’investissements importants. La production actuelle se situe entre 200 et 250 millions de mètres cubes par jour. Celle de gaz liquide est de 345 millions de barils par an, ce qui fait du royaume le premier exportateur mondial. La production de gaz pourrait atteindre 340 millions de mètres-cubes par jour en 2025.
Objectifs

Les objectifs du plan de développement traduisent nettement la triple préoccupation du Gouvernement royal: diversification de l'économie, développement de l'initiative privée, accélération de la formation professionnelle.
Finances

La monnaie du Royaume, le Riyal Saudi, est garantie par une encaisse en or et en devises.
Echanges Commerciaux avec la France

Les importations de produits français diminuent régulièrement depuis 2000.

Toutefois, les ventes françaises qui s'étaient limitées, jusqu'en 1969, au secteur des matériels mécaniques, électriques et aux automobiles sont en progression et se développent maintenant dans les secteurs de pointe (électronique – forages pétroliers – ingénierie).

Plusieurs grandes sociétés françaises se sont vues confier d'importants marchés de travaux publics et de constructions.

L'Arabie Saoudite a été pour la France le 1er marché d'exportation d'armement militaire.

Dans l’ordre d’importance, les exportations françaises actuelles représentent respectivement :

Céréales et plantes industrielles : 11 %

Viandes de volailles et plumes : 6 %

Parfums et produits de toilette : 6 %

Produits pharmaceutiques : 5 %

Contrairement à certains pays européens, du fait notamment des importations de pétrole, la France est en déficit commercial avec le royaume.

Les exportations françaises enregistrent une baisse de 7% passant de 1 549 M€ en 2002 à 1 443 M€ en 2003. Les exportations saoudiennes vers la France passent de 2 250 M€ en 2002 à 2 118 M€ en 2003 (soit - 6%) et restent concentrées à plus de 94% sur le pétrole brut et raffiné (1 994 M€). Le solde de l’année 2003 se monte à – 675 M€.

Du fait notamment de l’importance des importations de pétrole, pour les six premiers mois de 2004, les importations françaises ont été de 1 096 M€, les exportations de 616 M€.

L’Arabie est le 40° client et le 29° fournisseur de la France. Les achats français de pétrole, gaz, et produits raffinés se sont orientés en 2003 vers la Russie (5 029 M€), la Norvège (4 987 M€), le Royaume uni (2 381 M€). Pour le premier semestre 2004, l’Arabie saoudite est notre troisième fournisseur de produits pétroliers et notre premier partenaire commercial au sein de la péninsule arabique. La France est actuellement le troisième investisseur dans le royaume avec 1,2 milliards de $.

La tendance est à vouloir relancer les échanges, notamment dans les domaines tels que la gestion des aéroports et des autoroutes, le dessalement de l’eau de mer et les télécommunications.

Par ailleurs, on note qu’en fin d’année dernière, un consortium conduit par TOTAL et SHELL a signé un accord en vue de l’exploration et de la production du gaz dans la région du Rab Al-Khali.

Le groupe ACCORD a signé un accord pour la construction d’une série d’hôtels dans le royaume.

Un hypermarché GEANT vient d’ouvrir à RIYAD, d’autres hypermarchés français sont en construction. La banque BNP PARIBAS devrait pouvoir opérer prochainement.

Début 2004, un contrat a été signé entre le ministère des finances saoudien et deux compagnies française et canadienne pour mener l’étude de faisabilité d’un tronçon de 1 600 km de voies ferrées pour relier les régions Nord et Est.
Perspectives 

Pour l’ensemble de l’année 2004, compte tenu des cours du brut, on peut estimer, à ce stade, que le déficit commercial de la France avec le royaume pourrait à nouveau approcher 1 000 M€.
Communications

Des routes, en général excellentes, relient les différentes régions et un effort permanent est consenti pour améliorer la densité et la qualité d'un réseau exceptionnel pour un pays aussi vaste.
Vie sociale

La dynastie saoudite a dès l’origine scellé une alliance à la fois politique et religieuse avec le wahhabisme (de Mohammed ABDEL 1703-1792) prônant un islam rigoureux. Cependant, les Saoudiens actuels ne se réclament pas du « wahhabisme » mais se considèrent comme les détracteurs de l’islam le plus pur. De ce fait, en Arabie, le terme de royaume « wahhabite » n’est jamais utilisé alors qu’il l’est couramment (et à tort) à l’étranger.

Pays musulman à la foi profonde, l'Arabie Saoudite observe un mode de vie rigoureux, dans le respect absolu des règles coraniques. Chaque année une quarantaine de personnes sont décapitées.

L'observation des rites est totale. L’Arabie saoudite est massivement de tradition sunnite : il existe toutefois une minorité chiite (10 à 15 % de la population).

Une police particulière, dite police religieuse « mutawa », veille aux bonnes mœurs, au respect des prières et au recueillement général qui doit les entourer, même de la part des non pratiquants et des chrétiens.

Les prières sont récitées cinq fois par jour et les magasins sont strictement fermés pendant toute leur durée. Il est interdit de tenter de pénétrer dans un magasin à ce moment là.

L'alcool est interdit sur tout le territoire saoudien. Tenter d'en introduire dans ce pays est une infraction, non seulement au régime douanier, mais, ce qui est plus grave, aux règles religieuses.

La consommation de produits stupéfiants est sévèrement réprimée (10 ans de prison). La revente ou le trafic de drogue sont punis de la peine de mort. Les dernières décapitations l’ont été pour ce motif. Les lieux saints sont interdits aux non musulmans. Y pénétrer constitue un acte grave.

Des itinéraires particuliers ont été aménagés pour contourner les zones ainsi interdites.

La vie familiale est restée traditionnelle, elle doit être entourée de la DISCRETION la plus rigoureuse.

Selon les religieux, la seule place de la femme est à la maison. A l’extérieur, elles doivent porter l ‘ « Abaya » longue pèlerine noire qui ne laisse voir que leur face. La plupart porte aussi l’ « Hijab » qui masque complètement le visage. Elles ne peuvent sortir seules sans un chaperon (mari ou membre de la famille) et elles ne peuvent pas conduire d’automobiles. Dans beaucoup d’endroits (banques, restaurants,…) il y a une entrée particulière pour les hommes et pour les familles (femmes et enfants).

Toutefois, pour les élections municipales annoncées en 2005, toutes les personnes de plus de 21 ans pourraient voter, ce qui constituerait un événement (élection et vote des femmes).

Education

Sous l'impulsion de feu sa Majesté le Roi Khaled, monarque aussi ouvert aux idées modernes et attentif au développement de son peuple que soucieux de maintenir la foi et les traditions du Royaume, l'éducation est en plein développement dans tous les secteurs : primaire, secondaire, technique et professionnel, religieux, universitaire.

Plusieurs milliers d'étudiants sont envoyés chaque année à l'étranger pour parfaire leur formation.

L'enseignement du français connaît des débuts prometteurs malgré l'influence prépondérante de l'anglais dans les milieux d'affaires et chez les cadres, notamment dans l'Armée.

Il existe une école internationale française à Riyad, de la maternelle à la terminale inclues. Elle participe au rayonnement de la culture française et permet aux enfants francophones de suivre une scolarité en français.
Langue

La langue nationale est l'arabe très proche de l'arabe classique. L'anglais est compris à peu près partout.
Change

Il n'y a aucune restriction de change et on trouve des changeurs partout accessibles aux cartes internationales VISA, MASTERCARD.

Récemment, le taux de change était de 1€ pour 4,5 SR.
Compagnies Aériennes

AIR FRANCE dessert Jeddah (environ 3 fois par semaine) et Riyad (3 fois par semaine). La compagnie SAUDIA (SAUDI ARABIAN AIRLINES) dessert les capitales de l'Europe ocidentale et du Moyen-Orient dont Paris plusieurs fois par semaine. Elle a l’exclusivité sur les liaisons internes en Arabie. Toutes les grandes compagnies aériennes internationales ont des escales à RIYAD, DAMMAN et DJEDDAH

Les lignes aériennes régulières de la SAUDI ARABIAN AIRLINES (Cie Nationales d'Aviation) relient 14 villes du Royaume et plusieurs grandes capitales du Moyen-Orient, d'Europe, d'Amérique et d'Asie.
Climat

L'Arabie Saoudite est un des pays les plus chauds du monde, la chaleur y est sèche ou humide selon les régions.

Le territoire est composé à 98 % de zones désertiques ou semi-désertiques.

Le climat varie en fonction des régions et de l'altitude.


  • TABOUK, climat continental désertique contrasté tant sur le plan saisonnier que dans les alternances du jour et de la nuit. En été, les maxima peuvent atteindre 50° (à l'ombre) les nuits sont relativement tempérées. En hiver, le temps ensoleillé élève la température à 25° les nuits sont froides avec des minima de –6°. Au printemps et en automne, le climat est tempéré et agréable sauf pendant les périodes de vent de sable (3 à 4 fois par an).

  • RIYAD, climat est désertique, analogue à celui de Tabouk, avec des contrastes moins accusés.

  • JEDDAH, climat maritime tropical, très chaud et rendu très pénible par une constante humidité, sauf quelques semaines en hiver.

  • TAIF, grâce à l'altitude (1600 m) la ville est réputée pour sa fraîcheur, même en été (station climatique). La proximité de la Mer Rouge soumet la région à des pluies fréquentes surtout de février à avril.

  • KHAMIS MOUCHET, sud montagneux (supérieur à 2000m), frais et relativement verdoyant, c’est l’ASSIR, une région très belle et très différente du reste de l’Arabie.


Les Défis de l’Arabie Saoudite 

Pour le royaume des Saoud, premier exportateur mondial de pétrole, qui campe sur le quart des réserves mondiales, les chocs pétroliers ont constitué une véritable révolution.

Le PIB saoudien s’est trouvé multiplié par cinq entre 1973 et 1975.

Cependant l’explosion démographique – l’une des plus fortes du monde avec un taux de natalité de 3,5%- a provoqué des transformations sociales « massives ». En une génération, le PIB par tête a été divisé par trois, pour revenir à celui de la Hongrie (environ 8 700 $), alors qu’il était égal à celui des Etats Unis en 1980 (année exceptionnelle). Le taux de chômage atteint désormais 20 %, alors que les femmes ne travaillent pas et ne sont pas comptées. Les frustrations grandissent dans ce pays où 70 % de la population a moins de 21ans et où plus de 60% des emplois civils sont tenus par des expatriés.

Les attentats du 12 mai 2003 ont montré que la communauté américaine était visée mais également le pouvoir en place. En mai, le compound, qui a été le plus touché, était occupé principalement par les conseillers américains de la garde nationale commandée par le prince héritier. Les récents attentats du 9 novembre 2003 et du 21 avril 2004 n’ont fait que confirmer. Celui du 21 avril visait un des postes de commandement de la police nationale.

Des actions meurtrières ont été perpétrées sur des ressortissants occidentaux travaillant pour des sociétés pétrolières et/ou chimiques à YANBOU et Al KHOBAR .

Les résultats significatifs, obtenus par les forces de sécurité, amènent à penser que la probabilité d’actions importantes du type attaques coordonnées de compounds, va diminuer. En revanche, il faut s’attendre à davantage d’actions individuelles incontrôlées contre tous les ressortissants occidentaux, sans exception, comme celle qui a touché notre compatriote à Djeddah le 25 septembre dernier.

En fonction de l’état de la sécurité dans le royaume, l’ambassade diffuse des messages de sécurité contenant les mesures à appliquer : restriction de circulation, fermeture des écoles, rapatriement des familles,…

Il faut s’accoutumer des mesures de sécurité : présence de gardes armés, contrôles de police…

La règle permanente à appliquer est la discrétion. Les occidentaux ne sortent qu’en cas d’absolue nécessité (travail, courses).
Les facteurs de fragilité du pouvoir ne manquent pas :


  • Déficit démocratique face à l’une des monarchies les plus conservatrices du monde,

  • Pression islamique radicale,

  • Défiance de l’allié américain depuis les attentats du 11 septembre.

  • Pression américaine pour séparer les pouvoirs (monachique/religieux)


Le prince héritier Abdallah, demi-frère du roi, âgé de 81 ans, conscient des réalités et de l’appauvrissement de son peuple, malgré des années de ressources exceptionnelles, sait qu’il faut désormais diversifier les pôles de croissance et d’emploi.
Sur le plan économique, les chantiers de la diversification sont multiples :


  • Développement de la pétrochimie,

  • Ouverture à l’investissement étranger,

  • Adhésion à l’organisation mondiale du commerce,

  • Loi sur l’investissement,

  • Modernisation des marchés financiers,

  • Privatisation d’une vingtaine de secteurs économiques,

  • Et surtout, récente ouverture du secteur du gaz à de grandes entreprises internationales.


Sur le plan international, les axes d’évolution sont délicats à appréhender :


  • Meilleure reconnaissance du royaume face à la lutte contre le terrorisme,

  • Moins de dépendance auprès de l’allié américain,

  • Rôle de stabilisateur dans les conflits de la région…


D’autres chantiers d’évolution, tout aussi importants, sont à lancer :


  • Place des femmes dans la société,

  • Réforme de l’éducation,

  • Impact de la religion dans la vie quotidienne,

  • Processus démocratique…


Autant dire que la longue marche vers une prospérité plus équilibrée sera difficile, mais quand on dispose de telles ressources, tous les espoirs sont permis…
Un aspect original de la MMFC de Riyad.

Dans ce pays considéré comme un des plus fermés au monde au plan social, religieux et touristique, on peut se demander quel rôle peut jouer la MMFC (Mission militaire française de coopération) quand on sait que son effectif (une poignée de colonels, coiffés par le contre-Amiral Bertrand Vibert) est dérisoire par rapport à la représentation américaine par exemple….Dans ce pays où même le papier toilette est aux normes américaines, quel rôle, quelles fonctions la mission française peut-elle bien remplir ?

Tout d’abord, elle a pour vocation d’éclairer de ses conseils les états-majors saoudiens, de les aider à perfectionner leur entraînement, de présenter l’armée française et ses matériels, d’organiser des visites et des participations aux manœuvres et exercices, de mettre sur pied les différents stages prévus en France pour certains officiers saoudiens, et aussi, cela va de soi, de soutenir les exportations d’armement….
Mais, et c’est l’aspect le plus original de son action, grâce à la participation financière du ministère des affaires étrangères par l’intermédiaire de la direction de la coopération militaire et de défense (DCMD), la MMFC s’est évertuée, depuis une bonne dizaine d’années à mettre en place tout un ensemble d’assistances pédagogiques à destination de l’IML (Institut Militaire de Langues) de Riyad. Puisque l’institut dépend de l’armée de terre royale saoudienne, il revient à l’adjoint Terre de la MMFC, le Colonel Joël GRANSON de piloter la participation de la MMFC. Il y enseigne d’ailleurs la terminologie militaire.
L’institut est chargé de former en six mois des officiers saoudiens détachés pour l’occasion à l’apprentissage des langues étrangères suivantes : l’Anglais, l’Hébreu, le Français, le Farsi.

Cet effort procure à ces officiers une majoration de leur traitement très significative.
C’est dans le domaine de l’apprentissage du français, que la MMFC joue sans doute - à long terme - un rôle capital dans la promotion de notre langue et de notre culture.

En liaison étroite avec la direction de l’institut et notamment avec M.Abdallah AGUL, responsable de l’enseignement du français, le colonel GRANSON, fait appel à deux lecteurs français (étudiants de FLE en position de stagiaires effectuant le stage de formation venant mettre un terme à leur maîtrise) détachés par le CNOUS (Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires). Ce stage est rétribué et voit sa durée passer à neuf mois à compter de la rentrée prochaine. Les deux lecteurs sont chargés d’apporter leur soutien aux cinq professeurs saoudiens responsables de l’encadrement des deux classes d’étudiants (au total 38 élèves). Les séquences de cours durent quarante-cinq minutes avec la méthode « CAFE CREME » comme outil de travail.
Puisqu’ils sont également rattachés à l’Ambassade de France pour la partie pédagogique, et qu’ils profitent de quelques facilités, ce rattachement vaut aux deux stagiaires un supplément de travail qui se traduit par quelques cours en nocturne au centre franco-saoudien de Riyad, dirigé par M.Olivier HUYNH VAN, attaché de coopération et d’action culturelle à l’Ambassade de France à Riyad. Cette activité leur permet, en outre, de rencontrer un autre genre de population intéressée par notre langue.
Vers la fin de la session de formation au Français, c'est-à-dire, en avril-mai, pour préparer de façon plus intense les stagiaires au test de connaissance du français (TCF), le colonel Granson fait appel à deux professeurs de lettres (parfois agrégés et même docteurs d’état ou directeurs d’IUFM) à la retraite et adhérant à l’Association générale des intervenants retraités (AGIRabcd). Forte d’environ 3600 membres de toutes origines, elle représente un vivier de bénévoles disponibles et souvent extrêmement compétents. Ces professeurs viennent parfaire la formation et organiser l’examen de français.

A l’issue de la scolarité, les meilleurs étudiants sont retenus pour un séjour d’immersion d’un mois au sein d’unités françaises, organisé par le bureau relations internationales de l’armée de terre.
Toutes ces actions relaient la volonté du commandant des forces royales terrestres pour l’enseignement du français, marquée récemment par de nombreuses initiatives : augmentation du nombre de stagiaires et de la durée de la scolarité, envoi de professeurs en stages de perfectionnement, multiplication des échanges d’officiers pour les exercices et manœuvres…

Mais surtout, elles vont permettre à des officiers saoudiens de suivre un cursus de carrière alternant des stages et séjours en France, qui leur permettra d’être des militaires francophones aptes à diffuser la pensée militaire française et en mesure de suivre avec profit dans quelques années le cours du collège interarmées de défense.
Ainsi donc, la sous-représentation militaire de la France est incontestablement contre balancée par ces actions de l’ombre dont l’objectif à long terme est de développer l’amitié entre nos deux pays, si opposés au plan des mœurs, de la langue et de la culture. Du même coup, elles permettent – et ce n’est pas la moindre de leurs vertus – à de jeunes étudiants français d’en tirer expérience très intéressante et de profiter d’un stage bénéfique à tous dans ce pays, l’Arabie, qui jusqu’à ces derniers temps méritait bien le qualificatif d’heureuse.
Et même si du fait de restrictions budgétaires, les exportations d’armement ne sont pas au niveau espéré, la France offre des désirs de profiter temporairement de la vie à la française, de découvrir notre pays et nos productions.

Chacun sait bien que ces désirs germent, croissent et donnent un jour ces fleurs inattendues que l’on trouve parfois au cœur même des plus beaux déserts.




1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   23

similaire:

La Réunion des orsem 101 iconLa Réunion des orsem 123
«tendre vers la meilleure adéquation possible entre qualification, affectation et poste tenu»

La Réunion des orsem 101 iconLa Réunion des orsem 123
«continuum» de la formation des officiers, en mettant en perspective, et en cohérence, l’ensemble de ses étapes, depuis la formation...

La Réunion des orsem 101 iconReglement du raid 101 hippocampe

La Réunion des orsem 101 iconMais à quoi sert l’Europe 23 par le Général (2°s) de la maisonneuve...

La Réunion des orsem 101 iconDecret n° 100/ 101 du 3 avril 2013 PORTANT REVISION DU decret n°...

La Réunion des orsem 101 iconObjet : Plainte en vertu de l’article 100, al. 1 et l’article 101...

La Réunion des orsem 101 iconPrefecture de la reunion
«Réunion d’Aventures», qui emprunte pour l’essentiel, des sentiers de randonnée et de grande randonnée parcourant le domaine soumis...

La Réunion des orsem 101 iconRéunion annuelle des parlements
«relique du passé»; ce Saint Empire n’existe concrètement que par la diet (réunion annuelle des parlements)

La Réunion des orsem 101 iconRéunion de rentrée du centre social d’animations (lire p. 8) Maison...

La Réunion des orsem 101 iconQu’est-ce que la politique de la concurrence ?
«décisions d’associations d’entreprises et toutes pratiques concertées […] qui ont pour objet ou pour effet d’empêcher, de restreindre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com