Note de service n°1





télécharger 70.89 Kb.
titreNote de service n°1
date de publication07.07.2017
taille70.89 Kb.
typeNote
d.20-bal.com > documents > Note

Inspection Académique des Bouches-du-Rhône



Circonscription de Marseille 10

L’Inspectrice de


l’Education Nationale

Marie-Christine TALBOT



Téléphone

04 91 49 91 87

Fax

04 91 85 04 56

Mél.

0131309c@ac-aix-marseille.fr

87, boulevard de Roux

13004 Marseille









L’Inspectrice de l’Education Nationale
à
Mesdames les Directrices et Messieurs les Directeurs des écoles de la circonscription

Marseille, le 5 septembre 2011


Note de service n°1

Je souhaite tout d’abord vous exprimer le plaisir que j’éprouve à intégrer la circonscription de Marseille 10 et formuler le vœu que cette nouvelle année scolaire nous apporte à tous de nombreuses satisfactions professionnelles. Ce courrier est aussi l’occasion de rappeler les orientations prioritaires qui seront les nôtres pour l’année 2011/2012, de les inscrire dans un cadre réglementaire qui structurera notre action au quotidien et de vous communiquer dès à présent comment je conçois l’acte d’inspection.
1. Les orientations prioritaires pour l’année 2011/2012 ( B.O. n°18 du 5 mai 2011, extraits de la circulaire de préparation de la rentrée 2011, de la circulaire du 26 août 2011 relative à la continuité pédagogique)
Je soumets à votre lecture une synthèse des priorités nationales liées au 1er degré, qui s’intègrent naturellement dans les six ambitions du projet 2011/2014 de notre académie. Inscrites dans la continuité des réformes engagées, elles ciblent cette année trois points spécifiques :

-La priorité absolue donnée à la maîtrise des savoirs fondamentaux

-La personnalisation des parcours des élèves

-Une plus grande liberté d’action donnée aux établissements scolaires.
  

« Il s'agit donc de concilier l'École pour tous et la réussite de chacun, en s'assurant que chaque élève, quel que soit son parcours, dispose d'un corpus commun de connaissances et de valeurs à la fin de la scolarité obligatoire. »

1.Améliorer les acquis et les résultats des élèves

1.1Consolider les savoirs fondamentaux dans l'École du socle commun
L'acquisition des connaissances et des compétences définies par le socle commun constitue l'objectif premier de la scolarité obligatoire. Les programmes de l'école primaire et du collège fixent les contenus d'enseignement à l'appui de cet objectif et détaillent par niveau ce que les élèves doivent maîtriser. Dès qu'une difficulté apparaît, qui ne peut être levée par la différenciation conduite dans la classe, l'aide personnalisée est mobilisée, complétée, le cas échéant, par les stages de remise à niveau, ou par l'appel aux aides spécialisées. Chaque élève pourra ainsi atteindre les objectifs fixés sans recours au redoublement qui ne saurait être qu'un ultime recours. Les élèves intellectuellement précoces bénéficient de réponses individualisées destinées à développer leurs compétences et contribuer à leur épanouissement.

Aux outils déjà proposés, notamment sur le site Éduscol (progressions, documents d'appui et ressources pour faire la classe, grilles de référence), doivent s'ajouter les outils conçus au sein des écoles. Dans une perspective de diffusion des « bonnes pratiques », les corps d'inspection, sous la responsabilité des autorités académiques, contribueront à la collation et à la mise à disposition des démarches pédagogiques les plus efficientes.

  

L'usage des manuels scolaires

À l'école primaire, l'usage de manuels scolaires conformes aux programmes, dans l'esprit et dans la lettre, permet aux professeurs de disposer d'outils pédagogiques de référence et aux élèves de consolider leurs apprentissages. Leur choix par les équipes pédagogiques s'appuiera utilement sur les méthodes d'analyse qui leur seront proposées par les corps d'inspection dont le rôle est aussi de veiller à la présence et à l'usage de manuels adaptés aux programmes ; car l'on n'enseigne pas sans livre, pas plus que l'on n'apprend sans livre, la photocopie ne pouvant en tenir lieu.


La maîtrise de la langue française et des mathématiques

La prévention de l'illettrisme doit être la préoccupation permanente de tous les acteurs du système éducatif. Les travaux conduits dans les académies dans le cadre du plan pour prévenir l'illettrisme doivent désormais se généraliser et se traduire dans les résultats des élèves. La maîtrise de la langue française demeure une priorité à l'oral comme à l'écrit pour l'école du socle commun.

Dès l'école maternelle, comme le prévoit le plan de lutte contre l'illettrisme, les objectifs principaux sont l'appropriation du langage et la découverte de l'écrit. On veillera à enrichir le lexique des élèves et à les sensibiliser à la langue, notamment par la familiarisation avec les textes lus, récités ou chantés. C'est un préalable indispensable à l'apprentissage de la lecture au cours préparatoire. Il convient donc de porter toute l'attention nécessaire aux compétences phonologiques - déjà travaillées à l'école maternelle. Un apprentissage progressif de la compréhension des textes, dans tous ses aspects, doit guider l'organisation de l'enseignement de la lecture en vue de la maîtrise des premier et deuxième paliers du socle commun. L'acquisition d'une lecture fluide permet à l'élève de lire des textes plus longs, en témoignant d'une compréhension ne se limitant pas à une perception générale du sens. La lecture de textes intégraux du patrimoine littéraire est encouragée. L'opération «Un livre pour l'été» est étendue à l'ensemble des élèves de CM1. Elle donne lieu à un travail pédagogique en CM2 pour tirer profit de la lecture encouragée pendant l'été. Une cérémonie sera organisée à cette occasion, en fin d'année scolaire, dans chaque école.

La maîtrise progressive de la langue française passe également par le temps accordé à un enseignement structuré de la grammaire et de l'orthographe. Faire acquérir les mécanismes de la langue, pour mieux comprendre les textes et mieux les écrire, sous-tend une progression méthodique dans laquelle l'analyse et la logique ont toute leur place. À ce titre, les termes grammaticaux sont étudiés à l'école et au collège, en fonction de leurs programmes respectifs, pour constituer un ensemble de références communes. Un enseignement effectif de l'orthographe, dès le cours préparatoire, appuyé sur des entraînements réguliers, est garant d'acquisitions solides en ce domaine.

 

Le dictionnaire des écoliers

Le projet de dictionnaire des écoliers a permis à près de 100 000 enfants d'apprendre le vocabulaire en écrivant des définitions et des exemples. Le tout nouveau dictionnaire des écoliers sera consultable dès le 1er juin. Le projet sera poursuivi dans les années à venir.
 

Le plan pour les sciences et les technologies à l'École, désormais engagé, intervient à un moment où il est plus que jamais nécessaire d'encourager le goût pour les sciences et les vocations scientifiques. À l'école primaire, ce plan a pour objectif d'assurer à tous les élèves les compétences de base inscrites dans les programmes, compris comme une ouverture et un premier questionnement sur le monde, permettant d'asseoir des connaissances et des savoir-faire pour suivre avec profit les enseignements scientifiques du collège, mais aussi, pour prévenir l'innumérisme dont les conséquences sont aussi graves que celles de l'illettrisme.

La maîtrise du calcul et des ordres de grandeur, l'habitude du raisonnement doivent être acquis et régulièrement entretenus. Pour cela, les enseignements de mathématiques à l'école doivent privilégier l'entraînement aux techniques opératoires ainsi que l'acquisition d'automatismes, facteurs essentiels de la réussite des élèves dans la résolution de problèmes. Dans cet esprit, outre la pratique quotidienne du calcul mental, l'utilisation à l'école de jeux pour apprendre et raisonner sera favorisée.

L'enseignement des sciences et des technologies à l'école primaire, correspondant aux objectifs du programme, s'appuie sur la démarche d'investigation et d'expérimentation encouragée par le programme « La main à la pâte » avec la collaboration de l'Académie des Sciences.
La sensibilisation précoce à la première langue vivante

Aujourd'hui, l'enseignement des langues vivantes est obligatoire dès le CE1 et une sensibilisation est proposée en CP. Il est souhaitable que cette sensibilisation commence plus tôt, dès l'école maternelle. Le comité stratégique pour les langues est chargé d'étudier la progression de l'apprentissage d'une langue vivante de l'école maternelle au baccalauréat afin de gagner en efficacité. La question de l'apprentissage précoce sera traitée avec une priorité donnée à l'anglais dont la maîtrise constitue une nécessité absolue. L'enseignement des langues vivantes peut utilement s'appuyer sur des outils numériques et des activités créatives. L'initiation à la première langue vivante dès l'école élémentaire, le plus souvent l'anglais, permet d'ouvrir la voie à apprentissage de la LV2 au collège.
1-2 Développer l'éducation artistique et culturelle
Fondée sur le projet d'école, la mise en place de projets artistiques et culturels doit contribuer à enrichir le parcours de formation artistique et culturelle suivi par chaque élève. Adossé aux enseignements obligatoires et facultatifs et construit en référence aux objectifs fixés par le socle commun de connaissances et de compétences, ce parcours se développe tout au long de la scolarité. Il associe la rencontre et la connaissance des œuvres du patrimoine comme celles issues de la création contemporaine, le développement de pratiques artistiques dans différents domaines d'expression, la fréquentation des lieux culturels et la rencontre avec les artistes et les professionnels de la culture.

Dans cet esprit et à tous les niveaux scolaires, une attention particulière sera portée aux résidences d'artistes en milieu scolaire, dispositif amené à se développer sur l'ensemble du territoire national.

À l'école,l'offre de pratique musicale complémentaire des enseignements continuera à se développer. Déjà largement implantées dans une majorité d'écoles et de collèges, les chorales scolaires continueront à se développer jusqu'à être proposées aux élèves dans chaque unité d'enseignement. Les chartes départementales de développement de la pratique chorale et vocale comme les associations académiques des chorales scolaires constituent à cet égard des leviers essentiels. Les pratiques instrumentales collectives seront également encouragées sous des formes pouvant relever de l'accompagnement éducatif, des classes à horaires aménagés ou, à titre expérimental, de l'article 34 de la loi du 23 avril 2005.
La pratique musicale, facteur de réussite scolaire

La musique à l'école est d'abord une pratique. Comme toute pratique artistique, elle est à la fois un espace de plaisir et de rigueur. L'enfant y apprend la joie de chanter, il y apprend aussi la maîtrise de soi, la collaboration avec les autres, il y entraîne sa mémoire et son attention. Visant l'interprétation d'un répertoire, elle sollicite la responsabilité et la maîtrise individuelles au service d'un travail de groupe.

Le chant, dans des formations collectives, est pratiqué par tous les élèves, de leur entrée à la maternelle jusqu'à la fin du collège. À l'école, il est une activité régulière de la classe qui apporte un climat serein, propice à l'ensemble des apprentissages. Il contribue à la construction des diverses compétences du socle commun (de la maîtrise de la langue à la culture humaniste). La pratique du chant choral, par le travail nécessaire sur la maîtrise d'un répertoire et par les occasions qu'il offre de se produire en public, permet la réalisation d'un véritable projet de pratique artistique à la mesure des élèves. Une pratique fréquente du chant dans toutes les écoles est l'objectif qu'il faut poursuivre en prenant appui sur des outils nationaux qui seront diffusés dès la rentrée, et sur les ressources locales.
1.3 Promouvoir l’éducation à la santé et le sport scolaire
Le programme pour la santé des élèves 2011-2015 constitue un des éléments d'une politique éducative globale qui vise au bien-être et à la réussite scolaire des élèves. C'est dans ce cadre que l'École est un acteur de santé publique qui joue un rôle essentiel dans l'éducation à la santé, le repérage, la prévention, l'information et l'orientation.

Cinq axes prioritaires sont définis : « l'hygiène de vie, l'éducation nutritionnelle et la promotion des activités physiques » ; « l'éducation à la sexualité, l'accès à la contraception, la prévention des IST et du sida » ; « la prévention des conduites addictives et la lutte contre les jeux dangereux » ; « la prévention du mal-être » ; « la formation aux premiers secours ».

Ce programme impulse une démarche nouvelle qui s'appuie sur trois leviers :

- la mise en œuvre systématique de la démarche de projet adaptée aux réalités et aux besoins spécifiques des écoles et des établissements scolaires : chaque académie élabore, dans le cadre de son projet global, un « projet santé » qui est décliné dans les différents territoires ;

- une responsabilisation de l'ensemble des acteurs avec de nouveaux partenaires : des collaborations au niveau régional développées entre les académies et les agences régionales de santé ;

- un accompagnement des personnels, en particulier des personnels de santé, par la mise à disposition de documents et l'organisation de formations, notamment dans le cadre de conventions de partenariat.
Des partenariats nouveaux sont mis en œuvre à travers des conventions spécifiques avec l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), la MGEN, la Maif, la Croix rouge, le Planning familial, le Comité national contre le tabagisme. Ces partenariats permettront de développer de nombreux outils pédagogiques au service de la communauté éducative.

Développer la pratique sportive

En complément de l'enseignement obligatoire de l'EPS, la pratique sportive à l'école doit être développée afin d'approfondir les apprentissages et d'améliorer la vie scolaire et le bien-être des élèves.

La rentrée 2011 est l'occasion de donner un nouveau souffle aux sections sportives scolaires, l’USEP tout particulièrement.

.

La journée du sport scolaire prévue le 21 septembre 2011, et dont la thématique sera annoncée prochainement, permettra aux associations sportives scolaires de valoriser leurs activités.
2. Suivre en continu les progrès des élèves
- Le livret personnel de compétences au service des élèves, des familles et des enseignants

L'acquisition des connaissances et des compétences du socle commun est progressive. Sa mise en œuvre à l'école primaire est effective depuis 2008 et connaît une étape importante au collège avec sa prise en compte pour l'obtention du diplôme national du brevet (DNB) à compter de la session de juin 2011 via l'application informatique LPC. Cependant, c'est dans la continuité des apprentissages de l'école et tout au long de la scolarité obligatoire que les démarches propres à la construction et à l'évaluation des compétences du socle doivent s'inscrire. C'est dans cette optique qu'il faut poursuivre l'effort d'accompagnement des équipes pédagogiques.

L'année scolaire 2011-2012 verra la généralisation de la version informatisée du livret personnel de compétences à l'école primaire, déjà en usage au collège. Réunissant les trois paliers de validation du socle commun, il permettra aux équipes d'enregistrer progressivement la validation des compétences pour chaque élève et renforcera ainsi la cohérence de son parcours scolaire. Facile à renseigner et à consulter, il offre toutes les garanties de sécurité et permet une transmission aisée entre établissements scolaires.

L'efficacité du livret personnel de compétences dépend de la régularité et de la qualité des évaluations menées en classe. Il convient de mettre en place des modalités diversifiées d'évaluation qui permettent un réel « contrôle continu » des élèves. La qualité et la pertinence de l'évaluation, comme levier de réussite des élèves, doivent être l'objet d'un travail de réflexion collective permanent au sein des écoles et des établissements. L'enseignant veillera particulièrement à ce que les « contrôles » soient annoncés aux élèves et que les points sur lesquels ils porteront aient été travaillés préalablement et soient clairement répertoriés. Il pourra également préciser aux élèves quels items de quelle(s) compétence(s) sont visés par chaque évaluation.

Il est rappelé à ce propos que la notation n'est pas contradictoire avec l'évaluation de compétences. La notation est un élément de l'évaluation mais elle n'a pas vocation à définir un seuil de validation de la compétence.

- Les évaluations nationales pour jalonner le parcours des élèves

À l'école primaire, les évaluations nationales en CE1 et CM2 réalisent avant tout un bilan. Elles fournissent un portrait fiable du niveau des élèves à toutes les échelles, de la classe au territoire national. Elles permettent aussi aux professeurs de valider ou d'ajuster les méthodes utilisées en classe, de donner les impulsions pédagogiques nécessaires de façon ciblée et efficace, et d'engager les actions de soutien aux élèves en difficulté. Ces évaluations nationales ont vocation à être complétées par des évaluations conçues à l'échelon de l'école, de la circonscription ou du département.

Les outils d'aide à l'évaluation en ligne pour la grande section de maternelle seront enrichis et augmentés de ressources nouvelles dès la rentrée 2011. Adaptés aux objectifs de l'école maternelle et à la spécificité de ses formes d'enseignement, ils permettront de mieux situer les acquis de chaque élève dans la perspective d'une prise en charge personnalisée dès l'entrée au cours préparatoire et de mieux suivre les progrès des élèves au cours de la grande section.

Au collège, une évaluation nationale sera expérimentée en classe de 5ème  dans les établissements volontaires au cours de l'année 2011-2012. Elle portera sur deux compétences du socle commun. Proposée à mi-parcours de la scolarité au collège, dans le courant du troisième trimestre, elle permettra de disposer d'informations statistiques comme point d'étape entre les évaluations de CM2 et le DNB.
3. Renforcer la continuité école-collège : vers l'Ecole du socle commun
- Une continuité CM2- sixième renforcée

Les rencontres entre les enseignants de l'école et les enseignants de sixième sont organisées de manière systématique par les IEN et les chefs d'établissement avant la fin de l'année de CM2 afin d'assurer la continuité de la prise en charge des élèves dès leur arrivée au collège. Elles prennent le nom de commissions de liaison dont les objectifs et les modalités d'organisation font l'objet d'une note de cadrage. Elles centrent leurs travaux sur la continuité pédagogique, l'articulation des programmes et des apprentissages ainsi que sur les élèves, repérés par les maîtres de l'école primaire, qui devront faire l'objet d'un suivi particulier. Les stages de remise à niveau de CM2 de la fin du mois d'août auront lieu, chaque fois que possible, dans les locaux du collège d'affectation de l'élève.
- L'élaboration de « PPRE passerelles »

S'appuyant sur les constats du livret personnel de compétences au palier 2, ces rencontres permettent de formaliser dès la fin du CM2 des «programmes personnalisés de réussite éducative (PPRE) passerelles » conçus dans le cadre des commissions de liaison par le professeur des écoles et les professeurs de français et de mathématiques du collège. Ce PPRE passerelle définit les objectifs d'apprentissage prioritaires et les modalités de poursuite des aides engagées dès le début de la sixième.
- L'accompagnement personnalisé en 6ème

D'une durée de 2 heures hebdomadaires et se substituant à l'aide aux élèves et à l'accompagnement de leur travail personnel, l'accompagnement personnalisé a pour objectifs d'aider l'élève à devenir un collégien, notamment dans l'organisation de son travail, et de proposer différentes modalités de soutien et d'approfondissement. L'accompagnement personnalisé sera spécifiquement mis à profit en début d'année scolaire pour effectuer les mises à niveau nécessaires. Selon les lacunes et les besoins repérés, les modules de mise à niveau sont assurés par le professeur de l'élève en sixième, par un autre professeur du collège et, pour les élèves les plus en difficulté, par un professeur des écoles ou par un enseignant spécialisé de SEGPA.

 

Le livret de compétences expérimental

Depuis la rentrée 2010, 140 établissements scolaires et près de 18 000 élèves sont engagés dans l'expérimentation relative au «livret de compétences expérimental» prévue par la loi du 24 novembre 2009. Elle encourage à mobiliser les partenariats pour permettre aux élèves de valoriser toutes leurs compétences acquises dans le cadre scolaire et extrascolaire, mais aussi leur engagement dans des activités associatives, sportives ou même familiales, sans oublier les expériences liées à la découverte du monde professionnel. Ce livret donne la possibilité à chaque jeune de valoriser son potentiel dans la construction de son parcours.

4 - Accompagner les professeurs
4-1 Améliorer l'accueil et la formation des nouveaux enseignants

La formation des enseignants est un facteur clé de réussite du système éducatif. L'année de stage doit prolonger et consolider les acquisitions de compétences professionnelles commencées durant le master.

L'accueil des stagiaires sur leur lieu d'activité fera l'objet d'une attention particulière de la part des directeurs et des corps d'inspection. Leur rôle sera décisif pour organiser et faciliter l'entrée progressive des stagiaires dans le métier. Ils veilleront en particulier à ce que les stagiaires progressent dans l'acquisition des compétences du référentiel de l'arrêté du 12 mai 2010, tout en mettant en évidence la dimension collaborative du métier d'enseignant.

À coté des formations didactiques, la formation à la conduite de classe, à la gestion des situations conflictuelles et à la prévention de la violence devra être développée dans le cadre des trois jours préconisés par la circulaire du 13 janvier 2011. L'espace en ligne de formation et de ressources « Tenue de classe, la classe côté professeur », mis à disposition des professeurs stagiaires, sera enrichi notamment par des ressources académiques. La période de stage doit aussi permettre aux professeurs d'approfondir leur connaissance des méthodes de pédagogie différenciée et d'aide aux élèves en difficulté, pour mieux prendre en compte la diversité des élèves.
4-2 Développer les ressources et accélérer la diffusion des usages numériques

La mise en œuvre des nouveaux programmes d'enseignement et des nouveaux dispositifs d'accompagnement doit s'appuyer sur des ressources adaptées. C'est pourquoi le site Éduscol rénové proposera à la rentrée 2011 des ressources pédagogiques transversales et disciplinaires plus nombreuses et mieux signalées. Il mettra progressivement en place des portails disciplinaires de référence afin que les enseignants puissent disposer de toutes les ressources utiles pour exercer leur métier.

La production collaborative de ressources et leur mutualisation sous l'égide des corps d'inspection sont encouragées. Conjointement, le CNDP poursuit et étend sa mission de développement et de diffusion de ressources numériques pour tous les enseignants.

Les outils, les ressources et les services numériques constituent des leviers indispensables pour favoriser les apprentissages des élèves et la personnalisation de leur travail. Ils contribuent à enrichir, à diversifier et à renouveler les modalités d'enseignement. Le Plan de développement des usages du numérique à l'École prévoit d'encourager et d'accompagner les nouvelles pratiques enseignantes liées au numérique. Plusieurs centaines d'écoles et d'établissements seront ainsi dotés

d'un « chèque ressources numériques » leur permettant d'acquérir des ressources pédagogiques complémentaires
Le développement des usages numériques repose d'abord sur la généralisation des espaces numériques de travail (ENT) qui offrent un cadre sécurisé et simplifié pour tous les usages d'internet dans les écoles et les établissements et renforcent le lien avec les familles.

Des expérimentations d'ENT propres aux écoles peuvent être engagées, notamment pour faciliter l'aide personnalisée, l'accompagnement éducatif, l'accès aux ressources d'apprentissage et le lien avec les familles.

Dans ce contexte, la sensibilisation et la formation des élèves aux usages responsables d'internet sont aujourd'hui renforcées pour tenir compte de la mutation des pratiques liées aux réseaux sociaux. Le vecteur de cette éducation à la responsabilité est le brevet informatique et internet (B2i) qui repose sur l'acquisition de compétences identifiées dans l'ensemble de ces domaines. Pour tenir compte de ces évolutions, une révision du référentiel des B2i école, collège et lycée est engagée pour la rentrée 2011.
5. Dialoguer avec les parents
Le dialogue entre l'institution scolaire et les parents est indispensable pour contribuer à la réussite scolaire de l'enfant. Les familles doivent en effet être mieux accompagnées pour suivre la scolarité de leurs enfants.

Le règlement intérieur constitue un support essentiel pour instaurer un véritable dialogue avec les familles dans un esprit de coéducation. Les informations qu'il apporte sur le fonctionnement de l'établissement, sur l'organisation des contacts avec l'équipe enseignante et éducative ainsi que sur le calendrier des rencontres entre parents et enseignants sont précieuses. De même, le projet d'école précise les moyens qui sont mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves et associe les parents à cet objectif.

 

L'amélioration des acquis des élèves repose sur l'engagement et la responsabilité de tous les acteurs de la communauté éducative. L'autonomie dont ils disposent permet de mieux répondre à la diversité des besoins des élèves et de renforcer l'égalité des chances. La réussite de chaque élève repose sur l'innovation, tant pédagogique que structurelle, et sur la mesure de l'efficacité des actions engagées.

Elle suppose aussi un esprit de confiance entre tous ceux qui œuvrent pour l'éducation ; confiance entre les personnes mais aussi confiance en l'avenir parce que nous aurons su créer une confiance des élèves en eux-mêmes.



  1. Documents et démarches administratives

2.1 Documents à transmettre en début d’année 

Au moment de la rentrée scolaire :
- Fiche individuelle de renseignements. Il est indispensable que tous les nouveaux enseignants remplissent ce document ou si modifications pour les anciens.

- Etat des personnels

- Répartition du service des enseignants en cas de service partagé (1

imprimé par enseignant)
Il est indispensable que ces documents soient remplis avec la plus grande précision.
Au cours du mois de septembre :


  • Calendrier prévisionnel des différents conseils d’école, de maîtres, de cycles.




    1. Documents à utiliser tout au long de l’année




  1. Déclaration d’accident scolaire : utiliser exclusivement le formulaire réglementaire qui est à envoyer à l’I.E.N en un seul exemplaire dans les 48 heures qui suivent l’accident.

  2. Comptes- rendus des réunions des conseils d’école, des conseils de cycle et des conseils des maîtres : à adresser à l’I.E.N au fur et à mesure de la tenue des réunions (En-tête Charte graphique) .

  3. Comptes- rendus des trois exercices de sécurité (Réf : circulaire n°84-319 du 3/09/84 ; BO n°31 du 6/09/84) : à adresser à l’I.E.N.

  4. Congés ou autorisations d’absence : le document doit être renseigné avec précision et accompagné des justificatifs réglementaires.

Suivant les cas, il y a lieu de respecter certaines règles :

    1. Congé maladie : l’imprimé, obligatoirement accompagné de l’original du certificat d’arrêt de travail, doit être envoyé à l’ I.E.N. Une retenue sur salaire systématique sera effectuée dès lors que l’imprimé et le justificatif ne seront pas envoyés dans les 48 H.

    2. Congé de maternité ou d’adoption : joindre le certificat médical ou les pièces justificatives dans les meilleurs délais (date présumée d’accouchement).

    3. Accident du travail (trois exemplaires): joindre le certificat médical ou les pièces justificatives dans les meilleurs délais.

    4. Congé pour garde d’enfant malade : il doit être accompagné d’un certificat médical.

    5. Demandes d’autorisations d’absences exceptionnelles (deux exemplaires) : elles doivent être motivées et justifiées. Elles sont susceptibles d’être accordées ou refusées avec ou sans traitement.

Régularisation d’absence : les absences imprévues et exceptionnelles sont à régulariser et à transmettre le jour du retour de l’intéressé. Dans le cas contraire, il sera procédé à une retenue sur salaire.

2.3 Sorties scolaires 

  • Sorties scolaires avec nuitées

Le dossier est à télécharger sur le site de la circonscription et à envoyer en 4 exemplaires au moins 8 semaines avant le départ. A l'issue de la sortie, un compte- rendu du séjour doit être envoyé à l'Inspection.


  • Autres sorties

Elles sont soumises à l'autorisation du directeur ou de la directrice de l'école. Vous pouvez me les adresser pour vérification dans un délai suffisant pour qu'elles soient étudiées. Je vous rappelle que les sorties obligatoires doivent être gratuites.

2.4 Règlements intérieurs des écoles 
Références : circulaire n° 91-124 du 6 juin 1991,B.O. 91/ns 9, modifiée par la circulaire 92-216 du 20 juillet 1992, B.O. 92/30 et par la circulaire n° 946190 du 29 juin 1994, B.O. 94/27.
Je vous rappelle que les règlements intérieurs (R.I) des écoles s’inscrivent dans un cadre national précis en matière de législation. Ce cadre est défini par les textes officiels. A cet effet, les articles qui composent les R.I votés en conseil d’école doivent se trouver en conformité avec les textes nationaux et le règlement départemental.
L’actualité récente nous a montré que les exclusions de classe pouvaient avoir des conséquences dramatiques. Je vous demande donc de veiller strictement à ce qu’aucun élève placé sous votre responsabilité ne puisse échapper à votre vigilance.

  1. Les inspections


Les inspections débuteront à la fin du mois de septembre. Tout enseignant dont la dernière inspection date de trois ans et plus est inspectable au cours de l’année scolaire 2011/2012.Il est donc indispensable que chaque collègue se trouvant dans ce cas fasse parvenir son emploi du temps au plus tard le 23 septembre. Les enseignants concernés seront prévenus au moins 48 heures à l’avance de la date de ma visite.

Le protocole d’inspection est disponible sur le site de la circonscription, ainsi que le questionnaire de préparation à remplir et me transmettre par la navette du vendredi précédant la semaine de visite d’inspection. En outre, un classeur de classe est instauré : un document vous indiquant comment il doit être constitué est également mis en ligne. Afin de faciliter sa mise en place, ce classeur sera renseigné dès maintenant et complété jusqu’ aux vacances de Toussaint. Il sera exigé en inspection à partir du mois de novembre.

Outre le contrôle des documents réglementaires et l’attention portée à l’indispensable travail de préparation et de réflexion formalisé à l’écrit et disponible le jour de la visite, la prise en compte du socle commun de connaissances et de compétences, l’évaluation des élèves et la gestion de l’hétérogénéité ( à travers la mise en place des PPRE entre autres) seront au centre de mon évaluation.
Je suis confiante dans votre capacité à vous engager au service de la réussite des élèves qui vous sont confiés. Vous pouvez en retour compter sur mon soutien et sur la mobilisation de l’équipe de circonscription.

Marie-Christine TALBOT








similaire:

Note de service n°1 iconNote de Service N°1

Note de service n°1 iconNote de service n°1

Note de service n°1 iconNote de Service n°2

Note de service n°1 iconNote de service

Note de service n°1 iconNote de service n° 94-116 du

Note de service n°1 iconNote de service n° 1 : rentrée 2016

Note de service n°1 iconJeune, dynamique, tenace et rigoureux, je suis professionnel, polyvalent...
«fine dining» en Ecosse, Service restaurant et service de vinsfrançais et du monde haut de gamme. Préparation et service de cocktails,...

Note de service n°1 iconNote de service dga/sddprs/N2002-1067, du 25 février 2002, relative...

Note de service n°1 iconNote sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement
«prix de l’eau», à distinguer des «prix du service de l’eau potable» et «prix du service d’assainissement collectif»

Note de service n°1 iconNote de service N° 1 Année scolaire 2015/2016
«lire, écrire, parler et compter», en mobilisant un enseignement plus explicite et une pédagogie différenciée






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com