La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991





télécharger 55.61 Kb.
titreLa politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991
date de publication05.07.2017
taille55.61 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > documents > Documentos
Complément du cours d’histoire sur Les relations internationales depuis 1945
La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en URSS entre 1945 et 1991
Sources des recherches : Dictionnaire Le Petit Robert des noms propres, 2002 + Dictionnaire de la guerre froide, Larousse 2008+ Dictionnaire historique Mourre.
LES PRESIDENTS AMERICAINS DEPUIS 1945

1. Franklin Roosevelt (1882-1945)

Démocrate, président de 1932 à Avril 1945.

Politique internationale : signe accords de Yalta en février 45 : consentit à Staline des positions importantes en Europe et en Extrême-Orient, malgré l’opp° de Churchill.
2. Harry Truman (1884-1972)

Démocrate. Président des EU d’Avril 1945 à 1952. (réélu en 1948)

Vice président de Roosevelt.

Politique intérieure

  • Il poursuit la politique de Roosevelt dans un Fair Deal qui impose le contrôle des prix.

  • Il fait des lois antigrèves en 1947.

  • Il limite l’immigration en 1952.


Politique internationale

- Il met fin à la 2GM contre le Japon en ordonnant le lancement de la bombe atomique sur Hiroshima puis sur Nagasaki en Aout 45.

- Il doit faire face au début de la guerre froide avec l’URSS.

- 1947 : Doctrine Truman sur l’endiguement du communisme + propose le Plan Marshall à l’Europe.

- 1949 : Il est à l’origine de la création de l’Otan, alliance militaire avec les puissances occidentales d’Europe.

- 1950 : décide d’intervenir en Corée suite à l’attaque de la Corée du Sud par la Corée du Nord.
3. David Eisenhower (1890-1969)

Militaire de carrière. Commandant en chef des forces alliées en Europe. Il reçut la capitulation allemande à Berlin le 9 Mai 1945. C’est le grand héros de la 2GM pour les Américains.

Républicain. Président des EU de 1952 à 1960 (réélu en 1956)
Politique intérieure

Il s’entoure de plusieurs conseillers auxquels il confie une grande partie de ses responsabilités.

  • Lutte contre l’inflation et la récession économique par la relance des grandes entreprises. Il libéralise l’économie mais sans revenir sur les nationalisations qui avaient été réalisées avant lui.

  • Lutte contre la ségrégation raciale dans les écoles et dans l’armée.

  • Après l’échec du maccarthysme (1954), il gouverne de manière assez dynamique.

Politique internationale

Il tente de tempérer l’action anti-communiste (containment) de son ministre des affaires étrangères (John Foster Dulles). Mène une politique de contacts directs avec les chefs d’Etat étrangers.

Ex : Visite de Khrouchtchev en 1959 aux EU.
4. John Fitzgerald KENNEDY (1917-1963)
Démocrate. Au pouvoir de 1960 à nov. 1963 (assassiné)

  • Objectif : exercer le leadership du « monde libre » y compris dans le Tiers-Monde.

  • Il renforce la puissance militaire des Etats-Unis

  • Il abandonne la stratégie nucléaire des « représailles massives » au profit de la « riposte graduée » = c’est la « flexible response » exposée en 1962 par son secrétaire à la défense, McNamara.



Politique intérieure
- Il parle d’une « nouvelle frontière » annoncée dans son programme présidentiel = réforme de la justice, nouvelle politique sociale (PB raciaux : volonté d’intégration raciale), conquête de l’espace.
Politique internationale : évènements et grandes décisions
- Avril 1961 : épisode de la « Baie des cochons » (il facilite le débarquement d’exilés cubains) = tentative de renverser Fidel Castro à Cuba. C’est son 1er échec.

- Juin 1961 : rencontre avec Khrouchtchev à Berlin, dans le contexte de la coexistence pacifique. Affirme sa détermination à défendre Berlin Ouest. Mais dans la nuit du 12 au 13 Août 1961, les Allemands de l’Est élèvent le Mur de Berlin.

- 1961 à 1963 : il engage de plus en plus de moyens éco. et militaires pour soutenir le Sud Vietnam .

Il encourage un changement de gvt et envoie de nbx conseillers militaires (de 700 en 1961 à 16 000 en 1963). Objectif : enrayer la progression du Viêt-cong qui s’est structuré avec la création du Front National de Libération , en réaction au pouvoir autoritaire de Ngo Dinh Diêm (mis en place au Sud par les Américains). En Juin 1963, Kennedy encourage un changement de gouvernement.

- 14 octobre 1962 : Crise des fusées à Cuba. Kennedy décide du blocus de Cuba. En échange du retrait des bases militaires russes à Cuba, il accepte de démanteler ses fusées US en Turquie, mais cela doit rester secret.

  • Après la crise de Cuba, 1ere crise grave de l’ère nucléaire, la détente relative est mise en œuvre.

- Juin 1963 : visite à Berlin-Ouest. Discours « Ich bin ein Berliner ». Réaffirme son soutien à la liberté de la ville face aux menaces de Moscou.

Retenir : après 1963, la Guerre Froide connaît une baisse d’intensité.

5. Lyndon JOHNSON (1908-1973)
Vice président de Kennedy.

Démocrate au pouvoir de novembre 1963 à 1968. Réélu en nov 1964.
Politique intérieure : poursuit la politique de Kennedy

Réformes sociales : sécurité sociale, intégration raciale. 1964 : Droit de vote des noirs.
Politique internationale : Guerre du Vietnam

Il n’a pas le goût des affaires internationales : il s’en remet à MacNamara, nommé à la Défense par Kennedy.
- 7 Août 1964 : il obtient du Congrès américain l’entrée en Guerre des EU contre le Nord-Vietnam, prétextant l’attaque du destroyer US, le Maddox (on a découvert ensuite que c’était faux). Après sa réélection en 1964, il décide des bombardements massifs sur le Nord-Vietnam (opération Rolling Thunder) et sur les zones du Sud-Vietnam tenues par le Viet-cong. Puis il décide de renforcer les troupes US au Vietnam : 18 500 hommes fin 1965 ; 536 000 hommes en Décembre 1968.

Il se heurte cependant à la contestation de l’opinion publique américaine à partir de 1966.

Pour MacNamara, c’est une « guerre pour l’exemple », pour le devenir du Tiers-Monde, destinée à prévenir de nouvelles révolutions communistes.

En fait, c’est une guerre sans issue, qui s’étend au Laos et au Cambodge avec le soutien de la Chine et l’URSS aux guérillas communistes.

En 1968, il perd la confiance du peuple américain.

Le 13 mai 1968 : ouverture des négociations à Paris sur la fin de la guerre du Vietnam. Mais c’est Nixon qui signe le cessez-le-feu le 17 janvier 1973, après 4 ans de négociations.

- 1968 : Signe le Traité de Non Prolifération (NPT) sur les armes nucléaires.

Il poursuit malgré tout une politique de détente avec l’URSS.
6. Richard NIXON (1913-1994)
Républicain au pouvoir de nov. 1968 à Août 1974 (démission suite Affaire du Watergate)

Il fait appel à Henry Kissinger pour les affaires de sécurité internationale. Ils mènent ensemble une politique réaliste et pragmatique.
Politique intérieure 

  • Doit faire face à de graves difficultés économiques = dévalue le dollar.

  • Doit démissionner suite au scandale du Watergate = affaire d’espionnage du parti démocrate par les républicains (parti de Nixon) durant la campagne présidentielle de 1972.


Politique internationale : Evènements et grandes décisions
1 : 1971 et 1972 : visite à Pékin de Kissinger puis Nixon. Les EU se rapprochent de la Chine. Début d’une diplomatie triangulaire avec Chine+URSS qui facilite les négociations.

Nixon et Kissinger pratiquent le linkage = consiste à lier les PB en acceptant de faire des concessions sur un terrain (ex : le contrôle des armements russes) pour obtenir des avantages sur un autre (ex : apaiser les tensions concernant Berlin et la guerre du Vietnam).

La compétition EU/URSS réapparaît cependant au Moyen-Orient et en Afrique.

2 : 1971 : Nixon déclare que le Moyen-Orient est « la zone la plus dangereuse du monde » et confie le dossier israélo-arabe à Kissinger.

3 : 1972 : Traité SALT I sur la limitation des armements stratégiques. Les EU abandonnent la recherche d’une supériorité significative sur l’URSS, en faveur de la « suffisance » ou encore de la parité.

4: 27 janvier 1973 : fin guerre du Vietnam.

Bilan : 2 à 3 millions de morts, 2 millions ½ de blessés et d’invalides et des destructions incalculables (2.8 millions d’hectares ravagés par les défoliants de l’US Air Force)

5 : Octobre 1973 : guerre du « kippour » = attaque égypto-syrienne contre Israël. Les forces armées des deux grands sont en alerte. Kissinger s’impose comme l’unique médiateur accepté par tous les Etats du Moyen-Orient. Il permet d’écarter l’intervention de l’URSS dans cette zone et d’éviter un désastre militaire aux Egyptiens.

7. Gerald FORD (1913-2006)
Vice-président de Nixon. Républicain au pouvoir de Août 1974 à 1976

Il maintien H. Kissinger aux Affaires étrangères.

Retenir : Ford et Kissinger sont gênés dans leur prise de décision par le Congrès américain. Ce dernier refuse de voter les crédits nécessaires et paralyse toute action de l’exécutif.
Politique intérieure 

Rien à signaler.
Politique internationale : Evènements et grandes décisions
- 1er Août 1975 : Acte final de la Conférence d’Helsinki

C’est l’apogée de la détente. La conférence fixe les grands principes du droit international, la coopération éco entre Est et Ouest, la question des droits de l’homme. PB : l’interprétation de ces Accords diverge entre EU et URSS. Pour les EU, la détente implique le statu quo dans le monde entier, tandis que pour l’URSS, le statu quo se limite à l’Europe.

8. Jimmy CARTER (né en 1924-pas encore décédé)
Démocrate au pouvoir de 1976 à 1981

Selon lui, la politique américaine doit être axée sur la défense et l’extension des droits de l’homme pour tous les peuples de la terre. Il accuse ses prédécesseurs d’avoir laissé se produire le déclin de la puissance américaine.
Politique intérieure 

Rien à signaler.
Politique internationale : Evènements et grandes décisions

Son approche s’oppose à la « realpolitik » d’H. Kissinger.

Il reproche à l’URSS de ne pas respecter les Accords d’Helsinki sur les droits de l’homme et la libre circulation des hommes et des idées. Il soutient les dissidents soviétiques (Ex : Andreï Sakharov), mais L. Brejnev proteste contre toute ingérence.
1977 : reprise des discussions avec l’URSS sur la limitation des armements stratégiques.

1978 : il organise la rencontre de Camp David entre le 1er ministre israélien Begin et le président égyptien Anouar-El-Sadate. Il obtient la signature d’un traité de paix israélo-égyptien en 1979.

1979 : Accords SALT II signés à Vienne avec Brejnev sur la limitation des armements.

Décembre 1979 : invasion de l’Afghanistan par l’URSS. Nouvelles tensions entre EU et URSS. Carter prend alors une série de mesures de rétorsion contre l’URSS:

  • Traité SALT II retiré du Sénat

  • Arrêt des ventes de technologie avancée et de céréales à l’URSS

  • Carter propose un boycott des JO de Moscou

  • Réduction des droits de pêche soviétiques dans les eaux américaines

  • Arrêt de l’ouverture de nvx consulats américains en URSS.

Cette politique de Carter ne fait pas l’unanimité ni dans son pays, ni à l’étranger. Mais c’est surtout l’Affaire des otages en Iran qui explique sa défaite à l’élection de novembre 1981.

Bien après son départ, il reçoit le prix nobel de la Paix pour avoir tenté de résoudre les conflits internationaux de manière pacifique.

9. Ronald REAGAN (1911)
Républicain conservateur élu de 1981 à 1989

Sa priorité : lutter contre le communisme. Il qualifie l’URSS  d’ « empire du mal ». Décide d’aider les opposants dans tous les régimes soutenus par l’URSS : Afghanistan, Angola, Ethiopie, Cambodge, Nicaragua.
Politique intérieure 

- Il relance l’économie par une politique libérale ( réduction de l’inflation, baisse des impôts) au détriment des prestations sociales, considérablement réduites.

- Il est favorable au retour des valeurs morales traditionnelles.
Politique internationale : Evènements et grandes décisions
1984 : il surprend le monde entier en annonçant son initiative de défense stratégique : il veut ériger un bouclier de missiles antimissiles à partir des satellites. La presse parle de « guerre des étoiles ».

1987 : Traité de Washington : pour la suppression des armes nucléaires de courte et moyenne portée.

Stratégie de Reagan : la négociation avec l’URSS dans une position de force qui lui vaut le soutien de l’opinion américaine.

1988 : Voyage triomphal à Moscou. Puis fin 1988, il reçoit Gorbatchev très chaleureusement à New-York.

Retenir : Il achève finalement avec succès la stratégie de « containment » préconisée 40 ans plus tôt par G.Kennan.
10. George Herbert Walker BUSH (né en 1924)

Républicain au pouvoir de 1989 à 1992

Politique intérieure 

- Dans la continuité de la politique menée par Reagan.

- Il ne réussit pas à mettre fin à la crise éco et sociale = déficit budgétaire, récession, montée du chômage.
Politique internationale : Evènements et grandes décisions

Retenir : Des liens privilégiés s’installent avec la Russie. Bush fait preuve d’une grande prudence suite au démembrement de l’URSS (en 1991) qu’il n’a pas cherché à provoquer.
- 19 novembre 1990 : Charte de Paris (signée par 34 pays mb de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) = fin de la division en Europe + proclamation officielle de la fin de la Guerre Froide.

- Juillet 1991 : Accords START avec Gorbatchev sur la limitation des arsenaux stratégiques nucléaires de chacun.

- Juin 1992 : Traité START II suite à la visite de B. Eltsine à Washington. Engagement pour la réduction des têtes nucléaires. Victoire silencieuse des EU.

- 3 Oct 1990 : réunification de l’Allemagne, soutenue sans réserve par les EU.

On est dans le cadre d’un nouvel ordre mondial.
11. Bill CLINTON (né en 1946)

Démocrate au pouvoir de 1992 à 2001
Politique intérieure 

  • Lutte contre la criminalité.

  • Réduction du déficit budgétaire

  • Libéralisation du commerce international : ratification de l’Alena + Accords du GATT.


Politique internationale : plusieurs succès

  • Règlement du contentieux nucléaire avec la Corée du Nord

  • Intervention en Haïti

  • Accord de paix jordano-israélien.


12. Georges W. BUSH (né en 1946)

Républicain conservateur, au pouvoir de 2001 à 2008

Politique intérieure 

Patriot Act : renforce tous les contrôles de sécurité sur le sol américain et autorise les enquêtes sur tous les citoyens et suspects étrangers, au détriment des libertés individuelles et au nom de la sécurité du pays.
Politique extérieure

Mars 2001 : refuse de ratifier le protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre pour limiter le réchauffement climatique.

Sept 2001 : Suite aux attentats terroristes islamistes, il lance l’opération militaire « Liberté immuable » contre Al-Qaida et les Talibans en Afghanistan.
13. Barak OBAMA (né en

Démocrate, au pouvoir depuis janvier 2009
Politique intérieure 


  • Politique sociale : projet d’extension de l’assurance maladie. Plus de 40% des Américains n’en bénéficiaient pas en 2009.

  • Politique éco : Mise en place du plan de relance de l’économie suite à la crise bancaire de septembre 2008.

Ex : soutien à l’industrie automobile (General Motors, Ford, etc)
Politique extérieure

  • Projet de retrait des troupes américaines d’Irak

  • Tentative de relance du processus de paix israélo-palestinien. Sans issue à ce jour.

  • Reprise du dialogue avec la Syrie et l’Iran = Obama privilégie le soft power (la diplomatie) sur le hard power ( la menace militaire).

  • Novembre 2009 : prix Nobel de la Paix

  • Décembre 2009 : signe les Accords de Copenhague sur le réchauffement climatique.

  • Envoi de renforts militaires en Afghanistan dans le but de sécuriser les territoires conquis et d’effectuer un retrait des troupes US à partir de 2011.


CHEFS D’ETAT RUSSES DEPUIS 1945
1. Joseph STALINE (1879-1953)

1er secrétaire du PCUS de 1924 à 1953
Politique intérieure 

Industrialisation et modernisation de l’URSS, à marche forcée. Priorité aux industries lourdes et à l’armement.

Dictature politique : parti unique, censure, déportations au Goulag, culte de la personnalité renforcé à la fin de sa vie.

Planification économique : plans quinquennaux.
Politique internationale 
Jusqu’en 1945, il ne s’est jamais montré antiaméricain. Au contraire, étant pragmatique, il a recherché la reconnaissance officielle de la Maison Blanche avant la guerre, pour l’industrialisation de l’URSS, en manque de crédits et de légitimité.

Il se montre plutôt conciliant avec Roosevelt.
De 1945 à 1949 : Staline exerce de nouvelles pressions en Europe et au Proche-Orient.

  • En 1947 : en réaction au Plan Marshall, il entame un processus de « communisation de l’Europe » et une mise au pas des partis communistes occidentaux (partis co. Italiens et français en tête), pour faire échouer le projet américain. Il créé pour cela le Kominform dirigé par Jdanov, qui deviendra ensuite le Komintern.

  • Juin 1948, Staline déclenche le Blocus de Berlin, espérant faire tomber la ville dans son orbite.

  • Août 1949 : il teste la bombe atomique soviétique, obtenue grâce à un réseau d’espionnage entretenu depuis les années 1930.

Fin de l’été 1949 : Staline semble faire une pause dans la GF.

Il a subi de nbx échecs en Europe orientale : Allemagne divisée, rupture avec la Yougoslavie de Tito, échec en Turquie, en Grèce et en Iran.
De 1950 à 1953

  • 1950 : la guerre de Corée lui donne l’occasion d’intervenir en Asie auprès de son allié Mao.

  • 1952 : il exerce de nouvelles pressions sur l’Allemagne dans le but de faire échouer l’intégration de la RFA à l’Ouest.

  • 1952-53 : il se lance dans un programme de réarmement, croyant à une guerre inévitable avec les EU.

2. Nikita KHROUCHTCHEV (1894-1971)
1er secrétaire du PCUS de sept 1953 à octobre 1964
Politique intérieure

- Volonté de rompre avec le stalinisme = déstalinisation. Ex : dénonce les crimes de Staline et le culte de la personnalité.

- Echec dans ses tentatives de réformes agricoles et industrielles. Cela déclenche l’opposition d’une partie des dirigeants soviétiques.
Politique extérieure

Relations avec l’Ouest : il met en œuvre la coexistence pacifique.

1956 : se rend à Londres, accueille Guy Mollet à Moscou

1957 : 1er envoi dans l’espace d’un satellite russe : Spoutnik, puis 1er vol habité envoyé par les Russes en 1961. La coexistence pacifique n’empêche pas la « course à l’espace » et le maintien d’une concurrence permanente avec les EU. 1959 : se rend aux EU (discours à l’ONU) CF archives INA gratuites en ligne

1961 : la coexistence pacifique butte sur la question allemande. Opposition frontale avec la construction du Mur de Berlin.
Relations avec l’Europe de l’Est

Nov 1955 : il ordonne la répression armée suite au soulèvement de Budapest (capitale de la Hongrie) et ordonne la « normalisation » : la satellisation des démocraties populaires se poursuit.

1955 : il se réconcilie avec Tito, chef de la Yougoslavie.
Relations avec le Tiers monde

1955 : il est tenu à l’écart à la Conférence de Bandung (entre les pays du Tiers monde : certains se méfient de l’URSS).

Cependant, à partir de 1955-56, il met en place une politique de séduction envers le Tiers monde, surtout dans les pays jeunes (indépendances récentes), attirés par le modèle soviétique qui a tjs dénoncé l’impérialisme et le colonialisme.

Il recourt au concept rassurant de « démocratie nationale » par lequel l’URSS reconnaît la spécificité des pays du 1/3M.

1956 : Crise de Suez : il se rapproche de Nasser, le dirigeant égyptien.

1960-61 : il soutien l’ex Congo belge.

1961 : Baie des Cochons à Cuba : il soutien Castro à Cuba contre un coup d’état.

  • Il fait figure d’allié naturel de tous les Etats nouvellement indépendants auprès desquels il cherche à asseoir sa légitimité. Il dénonce le monde occidental comme égoïste et oppresseur par essence.

  • Il développe avec le 1/3M la coopération militaire, le soutien économique, l’assistance sanitaire et éducative.

  • Cet activisme conduit à des tensions avec l’Ouest et à la Crise de Cuba en 1962, qui se solde par un échec.


Ces choix lui valent l’hostilité du Comité central. Il sera démis de ses fonctions en octobre 1964.

3. Leonid BREJNEV (1906-1982)

Au pouvoir d’Octobre 1964 à 1982
Politique intérieure

Période de stagnation : échec des tentatives de réformes, répression contre les dissidents, sclérose du pouvoir.

A sa mort, Brejnev laisse un pays en déclin
Politique internationale

Il promeut la Détente (effective jusqu’en 1975) puis la remet en question : retour de la guerre froide à partir de 1979.

1966 : accueille De Gaulle

1972 : Signe Accords SALT I

1975 : Signe l’acte final de la conférence d’Helsinki
Engagement dans le Tiers Monde : il poursuit la politique de Khrouchtchev

  • Ex : Il soutien les mouvements de libération nationale. Ex : en Angola.


Tournant fin années 1970 : l’interventionnisme russe dans le Tiers monde et ailleurs créé de nouvelles tensions avec les Occidentaux.

  • Déc 1979 : entrée en guerre contre l’Afghanistan pour y maintenir un régime ami. Cela déclenche des sanctions immédiates de J.Carter.

  • Crise des euromissiles : URSS installe des missiles mobiles à moyenne portée (les SS-20), menaçant l’Europe de l’Ouest. La course aux armements est relancée. L’Otan installe à son tour des missiles en Europe, capables de frapper l’URSS.


4. Iouri ANDROPOV (1914-1984)

Au pouvoir de novembre 1982 à 1984 = 15 mois au total.
Son action est rapidement freinée par des PB de santé qui lui interdisent toute apparition en public à partir d’août 1983. Sa mort ne surprend pas l’opinion internationale.

Politique extérieure : retour des tensions = guerre fraîche
5. Mikhaïl GORBATCHEV (né en 1931)

Au pouvoir de mars 1985 à décembre 1991
Politique intérieure : mise en place de la Perestroïka = restructuration.

Suppression du parti unique, nouvelle loi électorale, liberté d’expression de la presse.

Plan éco : il reconnaît le rôle du marché et de la propriété privée.

Problème : il rencontre de vives résistances dans son pays. Montée de la contestation sociale et politique. Tentative de putsch en Août 91. Il est finalement contraint de démissionner le 25 déc. 1991, suite à l’éclatement de l’URSS.
Politique internationale

Il inaugure la « nouvelle pensée ». Son objectif = en finir avec la guerre froide. Il relance le dialogue avec l’Occident.

Plusieurs succès :

1987 : Traité de Washington pour éliminer les armes nucléaires de portée intermédiaire.

1988 : Reconnaît devant l’ONU le droit des démocraties populaires à choisir leur régime politique et à recouvrer leur pleine souveraineté. Cela accélère l’autonomie des peuples et la chute du mur de Berlin en nov 89, puis la réunification de l’Allemagne en 90.

1988-1989 : retrait des troupes russes d’Afghanistan.

1990 : reçoit le prix Nobel de la paix.
6. Boris ELTSINE (1931-2007)

Au pouvoir de 1991 à 1999.

Premier président de la Fédération de Russie, élu au suffrage universel. Régime démocratique.
Politique intérieure

Ouverture à l’économie de marché : réformes libérales. Mais il se heurte à l’opposition des tenants de l’ancien régime communiste, par exemple au soviet suprême. Il finit par briser cette opposition par la force.

Crise économique et sociale

Fait adopter une nouvelle Constitution en 1993, pour renforcer les pouvoirs présidentiels.

Démissionne en 1999, affaibli par la maladie, au profit de son 1er ministre : Vladimir Poutine.
Politique extérieure

1994 : entre en guerre contre la Tchétchénie, république du Caucase ayant déclaré son indépendance.
7. Vladimir POUTINE

Au pouvoir de 2000 à 2008.

Elu grâce au soutien du peuple russe dans le contexte de la guerre en Tchétchénie.

8. Dmitri MEDVEDEV
Au pouvoir depuis 2008. Poutine reste premier ministre.








similaire:

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconHistoire partie 1 – les relations internationales: vocabulaire et notions (en rouge)
«bombe atomique» ou «bombe A» (Etats-Unis 1945, urss 1949) ou la fusion de l’hydrogène : «bombe thermonucléaire» ou «bombe H» (Etats-Unis...

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconLa présence des États-Unis au Proche et au Moyen Orient en 1945 et en 1991
«Sur le bateau américain «Quincy», le roi d’Arabie saoudite Abdoul Aziz Al-Saoud rencontre le président américain F. D. Roosevelt...

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconRe: referendum aux francais : oui / non a la francafrique? De : pamela...
«Afrique 50» de René Vautier, suivi de «Qui arrêtera la Françafrique» de François-Xavier Verschave, actuellement poursuivi par plusieurs...

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconLa modernisation politique et sociale de l’europe et aux etats-unis (1850-1914)

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconUs army, Les Neuf de Little Rock., 1957, Arkansas, États-Unis d’Amérique. Fiche technique
«La 101e us aéroportée escortant les neuf à l’école de Little Rock, Arkansas.», 1957, Little Rock, État de l’Arkansas, États-Unis...

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconLe juge des référés du tgi de Nantes a contraint l'État à délivrer...
«identité». «Nous sommes contents mais cet appel nous empêche de nous réjouir», commente Sylvie Mennesson

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconLe référendum aux Etats-Unis
«caractère indestructible de l’union». En même temps, l’autonomie des états était garantie

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 icon1991 secrétariat d'État aux anciens combattants et victimes de guerre...

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconSequence d’ histoire n°1 : les etats-unis et le monde
«destinée manifeste», une idée selon laquelle les Etats- unis seraient tenus à une mission civilisatrice

La politique étrangère des chefs d’Etat aux Etats-Unis et en urss entre 1945 et 1991 iconLa question des «working poors» était initialement une problématique...
«chômeurs pauvres» avait doublé entre 1984 et 1994. Elles ont aussi révélé que, contrairement aux idées reçues, le taux de pauvreté...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com