L'amour de l'enfant





télécharger 7.07 Kb.
titreL'amour de l'enfant
date de publication06.07.2017
taille7.07 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > économie > Documentos
L'amour de l'enfant 
Le jour venait de se réveiller, tout comme mes paupières toujours lourdes de sommeil, le soleil paraissait encore fatigué. Mon cadran affichait une heure destinée aux lève-tôt : 7 heures.

Je m'étirais avant de traîner des pieds, lentement , vers mon miroir orné d'une bordure or.
Mes yeux bruns étaient vides de toute émotion. Le teint blanc mais les joues légèrement rosées me donnaient un air de Blanche-neige. Mes cheveux corbeau longeaient élégamment mes courbes.
Je chaussai mes pantoufles noires, qui le soir, retrouvaient leur place habituelle devant ce miroir.

Mes jambes toujours fébriles m'amenèrent comme à leur habitude dans la cuisine. Mes gestes se firent lents mais précis.
Automatiquement mes doigts actionnèrent le bouton de la radio, une douce mélodie y était diffusée. Pendant que la musique entraînait mes membres dans une danse fulgurante, mes toasts sautèrent brusquement du grille-pain, et la musique laissa place à un flash-info :
« Citoyens, aujourd'hui une nouvelle loi a été établie : toute personne exposant ouvertement ses yeux sera grièvement punie par l'Etat. Nous en profitons pour vous rappeler comme chaque matin notre devise : L'amour vivra mais tuera ».
L'amour ? L'amour qu'est-ce ? L'amour nous a été interdit par l'Etat il y a 10 ans de cela.

Je n'ai jamais pu la connaître, cette petite lueur qui brille dans les yeux de personnes touchées par les foudres de l'amour. Mais pourquoi donc supprimer le regard ?

Mon esprit toujours en pleine réflexion, je finis de manger mon petit-déjeuner et partis me préparer pour aller travailler. Seulement aujourd'hui, mes yeux étaient cachés sous des lunettes de soleil.
Je marchais dans les rues bondées de gens courant de tous les côtés. Tous portaient des lunettes de soleil. Tous excepté un ; un petit garçon seul qui regardait affolé autour de lui. Certains passaient à côté de lui comme s'il était invisible, d'autres le fuyaient comme la peste. Il pleurait à chaudes larmes, appelant ses géniteurs, criait des mots bannis de notre société depuis bien longtemps : « Maman » , « Papa ». Ces mots auparavant chéris par les enfants avaient disparu. Ces deux mots qui ne formaient qu'un : « Parents » avaient été effacés et enfermés à clé au fond de notre cœur.

Je l'observais étant face à lui. Mes membres restèrent cloués au sol. Ses perles d'eau qui coulaient le long de ses joues cessèrent de dégringoler. Il tourna lentement son frêle corps dans ma direction, plantant son regard au plus profond du mien. Ses yeux. Ces yeux là, jamais je ne les oublierai. Un noir exquis entouré d'un bleu océan assemblé à un vert, un vert d'une beauté sans mot. Deux couleurs unies parfaitement, formant une explosion de sentiments, d'émotions. Trop de sentiments, il y en avait trop , tant que mes yeux en devinrent humides.
« La magie existait-elle ? » J'avais à présent réponse à cette question. Elle existait bel et bien dans un regard empreint d'innocence.
Les gens commencèrent petit à petit à s’arrêter et bientôt à nous entourer entièrement lui et moi.

Il me fixait, je le fixais. Ni lui, ni moi n'avions fait le moindre geste. Pourtant, une chaleur soudaine envahit mon corps , mon cœur. Mes mains se portèrent à hauteur de mes yeux et enlevèrent ces lunettes de mon nez. Des hoquets de surprise firent écho à travers le silence pesant qui régnait. Une foule de visages me fixèrent sagement. Mes jambes d'elles mêmes bougèrent en sa direction.

« Qui était-il? » Cette phrase résonnait intensément en mon esprit. Ce regard-là, ce regard m'avait hypnotisée. Il m'avait transpercée. Il m'avait aimée.
La foule au regard caché laissa tomber une à une les paires de lunettes. Et à chaque paire de lunettes tombée, la force régnait.
Mes pas m'emmenèrent juste devant lui, mes genoux, eux, me firent accroupir à sa hauteur mais mes lèvres elles, firent ce que jamais je n'aurais pensé prononcer ; lui dire deux mots : « Je t'aime ».

similaire:

L\Spinoza et l’amour intellectuel du prochain
Ceux qui confirment l’âme dans l’amour du prochain Mieux encore, la charité, inséparable de la justice, ou encore le culte de Dieu...

L\1 La guerre de Troie 1180 avant jc
«Miss Olympe» entre Aphrodite, Athéna et Héra, chacune promettant un cadeau. C’est le cadeau d’Aphrodite, déesse de l’amour qui fut...

L\Soutenir le lien parent-enfant à La Parenthèse, la pause des parents,...
«Protéger l’enfant avec ses deux parents. Le centre parental, une autre voie pour réussir la prévention précoce»

L\La fessée et la punition
«De l'enfant roi à l'enfant tyran», précise même qu'il y aurait aujourd'hui une banalisation de la fessée. Après des années passées...

L\1°Les attributs de l'autorité parentale
«d'intérêt supérieur de l'enfant». Notion souple et évolutive, l'intérêt de l'enfant doit être apprécié dans le cas de chaque enfant...

L\Homélie du 7e
Commence par aimer ton prochain, car c’est déjà un premier pas. Commence par aimer celui qui se fait proche de toi, que tu rencontres...

L\L’adoption : droit de l’enfant et non pas droit à l’enfant
«Tout enfant a droit à une famille, d’abord la sienne, à défaut une autre famille d’accueil qui a vocation à devenir la sienne par...

L\Titre VI : la filiation et la parentalite
«recherche» en justice. Mais qui n’intégrait pas l’enfant dans une famille, parce que, selon la conception dominante, l’enfant naturel...

L\«Si je n'ai pas l'amour »

L\Amour et magie






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com