D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels





télécharger 56.04 Kb.
titreD’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels
date de publication30.09.2019
taille56.04 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > économie > Documentos

UNE EGLISE COMPLETEMENT DIFFERENTE

« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » Matthieu 6 :21

Honorer Dieu avec mon argent
Ce matin, j’aimerais vous parler d’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels.

Dieu le souhaite. Donc, ça devrait être une valeur de notre église. Mais une autre raison, c’est qu’en tant que pasteur j’ai vu trop des banqueroutes financières dans les familles et en tant que pasteur qui vous aime, j’aimerais vous éviter banqueroute et souffrance.
Comment cela se traduit-il ? Les enfants ne peuvent plus manger, on ne peut plus payer son toit, l’expulsion est là, ou l’huissier, saisies sur salaires, dettes ; on ne dort plus, on prend deux jobs, on travaille trop d’heures, votre famille est détruite. L’argent est la cause numéro deux des divorces. On pense être raté, on veut en finir. Vous êtes ruiné. Cela provoque votre perte, vous avez des tourments. Vous êtes piégé, cela peut vous enlever votre foi !
Si vous ne gérez pas notre argent, au final c’est notre argent qui nous gère. Si nous aimons l’argent et son pouvoir, c’est lui aussi qui nous utilisera ! Et au final, il vous broiera et vous détruira. L’argent devient presque comme une personne. La Bible dit que l’argent est alors une idole. Bref en résumé : tout ceci est une question de rapport à l’argent et à Dieu. Et une question de gestion. Lisons le texte :
Matthieu 6:19 : « Ne vous amassez pas des richesses dans ce monde, où les vers et la rouille détruisent, où les cambrioleurs forcent les serrures pour voler. Amassez-vous plutôt des richesses dans le ciel, où il n'y a ni vers ni rouille pour détruire, ni cambrioleurs pour forcer les serrures et voler. Car ton cœur sera toujours là où sont tes richesses. » « Personne ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra le premier et aimera le second ; ou bien il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'argent. » « Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas au sujet de la nourriture et de la boisson dont vous avez besoin pour vivre, ou au sujet des vêtements dont vous avez besoin pour votre corps. La vie est plus importante que la nourriture et le corps plus important que les vêtements, n'est-ce pas ? Ne vous inquiétez donc pas en disant : «Qu'allons-nous manger ? Qu’allons-nous boire ? Qu’allons-nous mettre pour nous habiller ?» Ce sont les païens qui recherchent sans arrêt tout cela. Mais votre Père qui est au ciel sait que vous en avez besoin. Préoccupez-vous d'abord du Royaume de Dieu et de la vie juste qu'il demande, et Dieu vous accordera aussi tout le reste.

Dieu nous avertit dans ce texte : soit nous aimons l’argent, soit nous aimons Dieu. Ça ne peut pas être les deux. Un des signes de l’amour de l’argent, c’est de s’amasser des richesses. Un des autres signes, c’est de s’inquiéter de ne pas avoir ce que l’argent nous procure.

Comment s’en détacher ? C’est très simple. Il faut comprendre deux vérités : « L’or et l’argent du monde entier m’appartiennent » Agée 2 :8, BFC. Le donateur est toujours supérieur au don ! Et « Votre Père qui est au ciel sait que vous en avez besoin ». Dieu veut prendre soin de toi ! Quand nous commençons à comprendre que celui qui donne les dons veut prendre soin de nous et pourvoir à nos besoins, cela change tout ! C’est pour cela que Jésus dit : « Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront accordées ». Mettez le donateur en premier et toute la question des dons suivra !

Soit le Seigneur est le Seigneur de tout, soit le Seigneur n’est pas le Seigneur du tout ! Alors comment chercher le Royaume de Dieu ? Comment honorer Dieu avec notre argent ? En gérant selon sa volonté. Dieu nous la révèle dans sa parole. J’aimerais voir avec vous six conseils que Dieu nous donne pour gérer notre argent avec sagesse et sérénité :

  1. FAIRE mes comptes.


« Tâche de bien connaître l’état de chacune de tes brebis, sois attentif à tes troupeaux.

Car la richesse n’est pas éternelle et une couronne ne subsiste pas à toujours. »

Pro 27 :23-24 SEM



Ce texte souvent cité parmi les pasteurs ne parle justement pas de vie d’église, mais de ressources. La richesse ne se mesurait ni en euros ni en dollars, mais en propriétés et en troupeaux ! Dans les versets suivants nous le voyons bien : v26-27 « Aie des moutons pour te confectionner des vêtements, des boucs pour pouvoir acheter un champ, le lait que des chèvres donnent avec abondance, utilise le pour te nourrir ainsi que ta famille et tes servantes. » Chaque animal est quelque chose de possédé et une source de revenus.
Pour nous croyants des temps modernes, cela veut dire que nous devons connaître ce que nous avons, et ce qui vient régulièrement. La clé, c’est de comprendre que connaître, permet de prendre des décisions, donc de gérer, donc de savoir où l’on va, donc de garder le contrôle et de savoir où l’on va. Connaître c’est diriger et garder le contrôle. Je le dis autrement : si vous ignorez votre condition financière, vous n’en avez pas le contrôle et vous ne savez pas où vous allez ! Et vous allez peut-être droit dans le mur ! Il faut donc s’assoir et calculer ce que je possède, et ce que je dois, mes revenus mensuels et mes dépenses mensuelles.


  • Compter vous permet de savoir si votre patrimoine est au-dessus du crédit et de combien.

  • Compter vous permet de voir si vos recettes sont supérieures à vos dépenses. (Si non, vous puiserez dans votre épargne s’il y en a. Mais à terme, vous vous mettez en danger.) Vous devez veiller à ce que vos recettes restent supérieures aux dépenses. Si ce n’est pas le cas, vous devez, soit gagner plus, soit dépenser moins ! En général, c’est plus simple de dépenser moins que de gagner plus ! Et justement…

  • Compter vous permet de savoir comment économiser. A la fin du mois vous additionnez tout, rubrique par rubrique et vous commencez par ordre de grandeur. Chez nous, l’alimentation, c’est beaucoup plus que l’habillement. Economiser sur l’alimentation aura beaucoup plus d’impact que d’économiser sur l’habillement.

  • Compter vous permet d’analyser les dépenses irrégulières court termes et long termes ! Elles rajoutent toujours une charge inattendue et c’est parfois très embêtant.

  • Enfin, compter évite les distorsions entre la réalité et notre tête. Avez-vous remarqué que le réel est toujours plus élevé que ce qui est dans la tête ? En dépenses et en recettes ?


Donc, collectez tous les tickets de vos dépenses, liquide, carte, chèques et de votre compte. Prenez un cahier ou un logiciel, écrivez tout, recettes, dépenses régulières, irrégulières, court termes, long termes, rubrique par rubrique : alimentation, hygiène corporelle, vêtements, transport, appartement, entretien, offrande au Seigneur, additionnez tout, et posez-vous les questions évoquées.
La connaissance de vos finances vous permet de décider où vous allez.

Tout comme le fait de


  1. PLANNIFIER mes dépenses.


« Si l'un de vous veut construire une tour, il s'assied d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a assez d'argent pour achever le travail. Autrement, s'il pose les fondations sans pouvoir achever la tour, tous ceux qui verront cela se mettront à rire de lui 30 en disant : «Cet homme a commencé de construire mais a été incapable d'achever le travail !» Luc 14 :28-3O (BFC)
De quoi nous parle Jésus ici ? Il nous parle du coût à assumer, quand on veut devenir disciples de Jésus-Christ ! Jésus fait appel à deux situations courantes de l’époque. La construction d’une tour et la guerre d’un roi qui va combattre un autre roi, ayant le double de soldats ! Si vous construisez une tour, il est normal de calculer la dépense (entourez cette expression). Vous vous posez la question de savoir si vous avez assez d’argent. C’est la question du coût du projet. C’est la question de ma capacité : est-ce que je pourrais payer ? C’est la question du budget. Planifier ces dépenses, c’est faire un budget. Aux yeux de notre Seigneur Jésus, c’est normal. « Celui qui s’applique à élaborer des plans connaît l’abondance, celui qui agit précipitamment connaît la disette » Pro 21 :5 (BFC)
Faire un budget, c’est élaborer un plan. Faire un budget, c’est très simple : c’est planifier et décider ce qui va se passer, c’est diriger vos dépenses et vos recettes, c’est vous qui décidez où vont vos finances et pas l’inverse.
Sur quelle base faites-vous ce budget ? Sur la base des comptes que vous avez faits. Vous regardez vos recettes régulières et irrégulières, vous écrivez ce que vous êtes sûr d’avoir. Vous regardez vos dépenses régulières et irrégulières, court et long termes, et vous programmez chaque mois qu’elles vont arriver. Vous lissez l’irrégulier court ou long terme. Vous provisionnez les dépenses irrégulières, ce qui est les lisser. Vous prévoyez les dépenses dans le mois en écrivant les dépenses comme des échéances déjà dans vos comptes.
Cela vous permet en début de mois de savoir le niveau de fin de mois. Cela vous évite de dépenser votre argent en début de mois, comme si vous en aviez plein, alors que vous aurez plein de dépenses durant le mois ! Cela vous permet de ne pas sombrer dans le rouge en fin de mois et de rester paisible et tranquille tout au long du mois.
Il y a de multiples avantages à faire un budget, à planifier des échéances et à provisionner.

  • Cela vous donne plus de paix et de sérénité. Vous ne dépenserez pas en début mois ce dont vous avez besoin dans le mois ! Mais vous pourrez aussi manger lorsqu’il faudra réparer la voiture ! Nous avons connu cela. Soudainement la voiture tombe en panne. Il faut réparer. On répare, mais on n’avait pas provisionné, on n’avait pas d’épargne, alors on a fait la réparation mais il n’y avait plus de quoi manger ! C’était stressant !

  • Cela vous permet d’atteindre des objectifs importants. Nous n’aurions jamais pu acheter les instruments des enfants, tout comme notre voiture, si nous ne les avions pas prévus et budgétés. D’ailleurs, c’est le troisième avantage.

  • Cela vous fait décider de votre vie plutôt que de laisser vos finances en décider. Enfin la promesse de Dieu faite dans la bouche de Salamon demeure :

  • Faire un budget vous permet de connaître l’abondance ! A condition bien sûr d’éviter tout ce qui est achat compulsif. « Celui qui agit précipitamment connaît la disette » Proverbes 21 :5, BFC. Comment éviter cela ? Encore une fois, on décide où va l’argent en faisant son budget, en fonction des vrais besoins, en se posant la question combien ça coûte ? Est-ce que je peux ? Et on évite de se faire avoir par le principe des soldes et des achats à crédit !

Pour honorer Dieu et avoir une vie financière saine, je fais mes comptes, je planifie mes dépenses.


  1. OFFRIR A DIEU en proportion de ce que l’on a.

« Rappelez-vous ceci, celui qui sème peu récoltera peu : celui qui sème beaucoup récoltera beaucoup. Il faut donc que chacun donne comme il l’a décidé, non pas à regret ou par obligation : car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu a le pouvoir de vous combler de toutes sortes de biens, afin que vous ayez toujours tout le nécessaire et en plus de quoi contribuer à toutes les œuvres bonnes… Dieu qui fournit la semence au semeur et le pain qui le nourrit, vous fournira toute la semence dont vous avez besoin et le fera croître, pour que votre générosité produise beaucoup de fruits. Il vous rendra suffisamment riches en tout temps pour que vous puissiez sans cette vous montrer généreux…» 2 Corinthiens 9:6-11, BFC
Il y a de nombreux versets dans la Bible qui nous parlent d’adorer Dieu avec notre argent. Le fondement de tout, c’est que nous sommes venus dans ce monde sans rien ! Tout nous a été donné. Les richesses que nous avons, nous ont été données par Dieu. Nous repartirons sans rien, notre argent ne part pas avec nous dans le ciel. Tout lui appartient. L’or et l’argent du monde lui appartiennent. Et s’il le veut, il peut tout nous retirer ! L’autre fondement cité plus tôt, c’est que le donateur qui nous a tout donné, est supérieur au don. Il a promis de prendre soin de nos besoins, il l’a fait jusqu’à maintenant et il le fera encore ! C’est pour cela que Dieu nous invite à donner !
Donner est un acte de reconnaissance. Nous disons « Seigneur Dieu, merci de me donner et de me faire vivre ! Je reconnais que cela vient de toi ! »  C’est un acte par lequel je reconnais la suprématie de Dieu sur ma vie. C’est adhérer à ce qui est dit dans ce verset : Dieu a le pouvoir de vous combler de toutes sortes de biens, afin que vous ayez toujours tout le nécessaire. Le donateur est supérieur au don. C’est pour cela que je peux donner. Je peux être confiant qu’il va prendre soin de moi. C’est aussi un acte de foi. Si je sème un grain de blé, cela va donner combien de grains de blé ? 40, 60 ou 100 ? Il en est de même pour mon don au Seigneur. C’est aussi un acte par lequel je me détache du matérialisme. Le matérialisme dit : je garde tout pour moi. C’est adorer Mammon. Comment se détacher de Mammon ? En se disant : « Le donateur est supérieur au don », « Il a promis de prendre soin de moi ! » Et en se détachant du matériel ! Comment fait-on ? Eh bien, on le donne à Dieu !
Combien est-ce qu’on devrait donner ? L’ancienne alliance nous parle de dîmes, mais pas la nouvelle. Il n’y a aucun commandement dans le Nouveau Testament sur la dîme, et on ne voit pas l’église la pratiquer. Jésus loue la veuve de ce qu’elle a donné deux sous, car elle a donné de son nécessaire ! Dieu veut certainement que nous l’imitions. Dans le Nouveau Testament, on voit aussi des personnes vendre des champs et donner le produit de la vente aux apôtres. Le but, c’est que l’église soit autonome financièrement, qu’elle paye bien celui qui enseigne bien et dirige bien. Dieu recommande la générosité mais aucune quantité n’est fixée. Les personnes qui mettent l’accent sur 10% le peuvent, à condition que ce ne soit pas présenté comme une norme ou un commandement, c’est la liberté que Dieu nous laisse !
Dieu est bien plus intéressé par l’attitude que nous avons ! Pas de regret, pas d’obligation, mais de la joie, c’est ce qu’il aime. On décide à la maison, pas lors de l’offrande, cela évite les pressions ou les manipulations. Dieu recommande la générosité. Il la promet décuplée en retour. On ne peut jamais donner à Dieu plus que ce qu’Il nous donne et donnera.
Donc je fais les comptes, je planifie mes dépenses, j’offre à Dieu en proportion de ce que j’ai


  1. REMBOURSER mes crédits.


C’est un sujet dont on parle rarement : «  Payez à chacun ce que vous lui devez : payez l'impôt à qui vous le devez et la taxe à qui vous la devez ; montrez du respect à qui vous le devez et honorez celui à qui l'honneur est dû. N'ayez de dette envers personne, sinon l'amour que vous vous devez les uns aux autres. Celui qui aime les autres a obéi complètement à la loi. » Romains 13:7-8
Dieu nous dit : « N’ayez de dettes envers personne » ! (Entourez cela). Cela est vrai entre nous chrétiens, et cela est vrai aussi vis à vis des gens du dehors. Nos impôts doivent être payés et si nous avons une dette envers quelqu’un, nous devons absolument rembourser cette dette.
Techniquement, un crédit est une somme d’argent que l’on emprunte pour la rembourser plus tard avec des intérêts. Ceux-ci s’accumulent non pas en s’additionnant mais en se multipliant, ce qui donne des intérêts exponentiels (Si sur 1 an cela fait 20%, sur deux ans à ce taux-là, cela fait 44% d’intérêts en tout et 73% sur trois ans !) Ce qui explique pourquoi certaines personnes une fois rentrées dans un crédit, ne s’en sortent plus jamais ! Elles payent des intérêts qui sont astronomiques et n’arrivent plus jamais à rembourser le capital !
Le crédit est dangereux parce qu’il permet d’avoir quelque chose qu’on ne peut pas se payer sur le moment. On l’achète quand même et doit assurer ensuite une charge accrue, moindre certes que le prix total, mais au final, cela revient bien plus cher que le bien ! Il vaut mieux provisionner ou s’emprunter à soi-même. Cela coûte beaucoup moins cher.
Bibliquement, un crédit, c’est l’inverse de la volonté de Dieu. Dans la parabole des talents, les deux serviteurs utilisent leur argent pour en faire plus ! L’argent fructifie et rapporte. Le crédit, c’est totalement l’inverse : utiliser l’argent de quelqu’un d’autre et payer les intérêts en plus ! C’est exactement le contraire de ce que Dieu souhaite !
Je ne pense pas cependant qu’on puisse dire qu’un crédit à la consommation est absolument un péché. Car Dieu avait prévu dans la loi de Moïse qu’on puisse de prêter de l’argent. Mais le conseil de Dieu est quand même que nous le remboursions.
Est-il mauvais d’avoir un crédit pour le logement ? C’est un problème différent qu’un crédit à la consommation, parce que dans une location, le loyer part en fumée. Dans un achat à crédit, un bien immobilier est « vôtre à la fin ». C’est sans doute un bien meilleur usage des biens que Dieu donne, que d’acheter un appartement à crédit plutôt que de ne pas le faire. Mais là encore cela fait partie des libertés que Dieu nous laisse, parce qu’Il nous aime. Il n’y a rien dans la parole de Dieu dans un sens ou dans l’autre.
Alors qu’en est-il de vous ? Avez-vous des cartes de crédit ? Avez-vous des crédits ? Un crédit coûte toujours plus cher que de ne pas en avoir. Coupez vos cartes, remboursez par anticipation si possible, sinon remboursez-le régulièrement. Un engagement est un engagement. N’ayez aucun retard de paiement. Autant que possible, puisqu’il correspond à une charge complémentaire, affranchissez-vous de ce crédit le plus vite possible. J’ai vu trop d’expulsions, et de banqueroutes à cause de ce problème, c’est le piège numéro 1 après les achats compulsifs.
Donc, je fais mes comptes, je planifie mes dépenses, j’offre à Dieu une partie, je rembourse mes crédits, prochaine chose


  1. ECONOMISER pour le futur.


« Toi qui es paresseux, va voir la fourmi. Observe son comportement et tires-en une leçon de sagesse t. La fourmi n'a ni surveillant, ni contremaître, ni patron. Pourtant elle amasse de la nourriture pendant l'été, au temps de la récolte elle fait des provisions. Et toi, paresseux, combien de temps resteras-tu couché ? Quand cesseras-tu de dormir ? » Pro 6 :6-9 FC

Si Dieu nous laisse un tel verset dans proverbes, c’est que nous devrions prendre exemple sur la fourmi ! Elle a compris qu’il faut faire des réserves dans les moments d’abondance pour les moments de difficultés ou les périodes de besoin ! Et si Dieu cite l’exemple positif de la fourmi, c’est pour nous inciter à l’imiter !

Economiser est nécessaire pour deux raisons.

La vie comporte toujours avec soi des coups durs et des aléas ! Nous ne maîtrisons jamais tout, ni nos émotions, ni nos circonstances. Elles n’appartiennent qu’à Dieu. De quoi est-ce que je parle ? Je parle de la machine à laver qui lâche alors que vous en avez besoin, du chauffe-eau qu’il faut remplacer mais vous n’avez pas d’épargne, de l’accident de voiture que vous venez d’avoir, alors que votre semaine est pleine. Certaines choses sont couvertes par les assurances, mais pas tout ! Nous ne maîtrisons pas les circonstances, mais nous pouvons maîtriser nos finances.

J’ai souvent entendu, « Moi je mets rien de côté, je fais confiance à Dieu » Ecoutez, si vous faites confiance à Dieu, vous écoutez ce qu’il dit dans ce verset. Epargner, n’est pas mettre notre assurance dans notre argent, mais en Dieu, qui veut que nous imitions la fourmi ! Si nous n’avons pas d’économies de côté et qu’un coup dur arrive, nous pourrions être tentés d’utiliser la carte de crédit. C’est ailleurs ce que beaucoup de gens font avec le crédit révolving. Si nous n’avons pas d’économies et que nous avons déjà ouvert une ligne de crédit, nous serons tentés de tirer encore plus sur le crédit. Avoir une réserve évite cela.

Il y a aussi les dépenses irrégulières court terme et long terme. Celles qui interviennent tous les trois mois, tous les six mois, le conservatoire, les frais de santé non remboursés, la maintenance voiture ou la maintenance des instruments de musique. Il faut provisionner pour celles-ci ! Et puis il y a les dépenses irrégulières long terme, la voiture, la toiture… Si on ne provisionne pas ces grosses dépenses, lorsqu’elles surgissent, c’est un véritable coup de massue.

On ne peut pas toujours prévoir tout, mais on peut prévoir certaines choses. Ne pas prendre en compte et ne pas provisionner ses dépenses irrégulières, peut nous amener à une position de vulnérabilité. Il est toujours moins cher de provisionner et d’épargner pour atteindre son objectif ou pour prévenir les coups durs que de faire appel à des crédits qu’on prend parce qu’on est déjà juste.

En étant conscient de ses dépenses, en les gérant, en donnant la priorité au nécessaire, en donnant une portion au Seigneur et en planifiant l’irrégulier que l’on peut, on est en mesure d’économiser quelque peu et de mettre de côté. On gère de manière sage, cela honore Dieu. C’est de la gestion saine et sereine.

Enfin, le dernier point, c’est


  1. JOUIR DE LA VIE avec ce qui me reste.


« … Dieu… nous accorde tout avec abondance pour que nous en jouissions »

1 Timothée 6 :17, BFC
« Contentez vous de vos biens actuels 

car Dieu lui- même a dit : je ne te délaisserai pas, ni ne t’abandonnerai ! »

Hébreux 13 :5 (BFC)
« J’ai appris à me contenter toujours de ce que j’ai » Philippiens 4 :11b, BFC
C’est la capacité d’être content et d’avoir de la joie avec ce que Dieu nous donne. C’est la volonté de Dieu pour notre vie. Dieu n’est pas un rabat joie, c’est l’inverse ! Pour l’Ecclésiaste, le sens de la vie, c’est d’en jouir et respecter Dieu. Notez cependant que le principe que Paul a appris, c’est d’être content et d’avoir de la joie avec ce qui reste. « J’ai appris à être content de l’état dans lequel je me trouve, famine ou abondance ». Ce n’est pas toujours facile. Mais avec Dieu c’est possible. Je peux apprendre le contentement. Et je dois !
C’est un principe que trop souvent, nous les humains, violons. C’est à cause de cela que nos désirs dépassent notre capacité financière. Et que nos finances nous utilisent et nous détruisent. C ‘est la faute à la publicité peut-être, au bien-être matériel apparent de mes proches que j’envie, aux super promotions.
La vérité, c’est que nous sommes responsables. On ne fait pas attention à ses dépenses, les choses dérapent, on achète à crédit. C’est la première phase. Puis vient la seconde. Trop de défis à relever financièrement, trop à payer, ce qui me plonge dans la troisième phase, une phase de suractivité et d’effervescence. Il faut bien répondre de tous les engagements pris. Les deux, Papa, Maman travaillent trop. Pas le temps d’être à la maison ! Tout le monde dit « oui, mais c’est pour un temps –cela ne durera pas ». On rationnalise, on explique, on justifie. Parfois le couple explose, les crédits explosent, on remplit le formulaire de faillite personnelle. Personne ne s’y retrouve : les enfants, les parents. Rien ne va plus.
Le vrai responsable, c’est nous, qui ne savons pas jouir de ce que nous avons et de ce qui reste. Mais les choses peuvent être différentes. Personne ne tient un pistolet sur notre tête. Personne ne m’oblige à faire autant d’argent. Personne ne m’oblige à faire des crédits, personne ne m’oblige à acheter cher ! Je peux dire « NON cela suffit » ! On peut changer le cours des choses et être libre. On peut se retirer ! On peut simplifier sa vie. On peut vivre dans une maison plus petite.
Des décisions peuvent être prises, mais sur quelle base ? Mais la question est de savoir ce qui compte. Je le dis, vous êtes plus important que votre compte en banque ou que vos possessions. Votre couple est plus important, vos enfants sont plus importants, vos amis sont plus importants. Dieu est plus important que l’argent. Le donateur est supérieur aux dons. Il a promis de prendre soin de vous. Gérez selon ses principes. Le faire, c’est l’honorer en écoutant ses conseils. C’est chercher d’abord le royaume de Dieu et toutes ces choses vous seront données. Si le Seigneur n’est pas le Seigneur de tout, il n’est pas le Seigneur du tout !

J’ai terminé mon message.
Ma question à vous est : qu’allez-vous faire de ces principes de gestion aujourd’hui ? J’aimerais vous inviter à mettre en pratique ces choses. Nous allons prier et si à la fin de la prière vous souhaitez honorer Dieu avec votre argent et avoir une vie financière saine, j’aimerais vous inviter à lever la main.

Prions ensemble.
Seigneur, merci de ce que tu es le donateur. Toutes les richesses t’appartiennent. L’or et l’argent t’appartiennent. Merci parce que tu as promis de pourvoir à mes besoins. Merci pour ta parole.
Seigneur, je veux t’honorer aussi avec la gestion de mon argent. Je veux mettre en pratique ce que tu dis dans ta parole, faire les comptes, planifier mes dépenses, t’en offrir une partie, rembourser mes dettes, économiser pour le futur, être content avec ce qui reste !
Accompagne-moi dans cela. Aide moi à être discipliné, donne-moi s’en la capacité ! Amen !
Nous gardons la tête baissée, les yeux fermés…
Si vous avez fait cette prière et pris cet engagement, voulez-vous lever la main ?

UNE EGLISE COMPLETEMENT DIFFERENTE

Honorer Dieu avec mon argent

« Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » Matthieu 6 :21
Matthieu 6:19 à 33 

« Ne vous amassez pas des richesses dans ce monde, où les vers et la rouille détruisent, où les cambrioleurs forcent les serrures pour voler. Amassez-vous plutôt des richesses dans le ciel, où il n'y a ni vers ni rouille pour détruire, ni cambrioleurs pour forcer les serrures et voler. Car ton cœur sera toujours là où sont tes richesses. » « Personne ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra le premier et aimera le second ; ou bien il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'argent. » « Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas au sujet de la nourriture et de la boisson dont vous avez besoin pour vivre, ou au sujet des vêtements dont vous avez besoin pour votre corps. La vie est plus importante que la nourriture et le corps plus important que les vêtements, n'est-ce pas ? Ne vous inquiétez donc pas en disant : «Qu'allons-nous manger ? Qu’allons-nous boire ? Qu’allons-nous mettre pour nous habiller ?» Ce sont les païens qui recherchent sans arrêt tout cela. Mais votre Père qui est au ciel sait que vous en avez besoin. Préoccupez-vous d'abord du Royaume de Dieu et de la vie juste qu'il demande, et Dieu vous accordera aussi tout le reste.


  1. FAIRE mes comptes.


« Tâche de bien connaître l’état de chacune de tes brebis, sois attentif à tes troupeaux.

Car la richesse n’est pas éternelle et une couronne ne subsiste pas à toujours ».

Pro 27 :23-24 SEM




  1. PLANNIFIER mes dépenses.


« Si l'un de vous veut construire une tour, il s'assied d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a assez d'argent pour achever le travail. Autrement, s'il pose les fondations sans pouvoir achever la tour, tous ceux qui verront cela se mettront à rire de lui en disant : «Cet homme a commencé de construire mais a été incapable d'achever le travail !» Luc 14 :28-30, BFC
« Celui qui s’applique à élaborer des plans connaît l’abondance, celui qui agit précipitamment connaît la disette » Pro 21 :5, FC



  1. OFFRIR A DIEU en proportion de ce que l’on a.


« Rappelez-vous ceci, celui qui sème peu récoltera peu : celui qui sème beaucoup récoltera beaucoup. Il faut donc que chacun donne comme il l’a décidé, non pas à regret ou par obligation : car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu a le pouvoir de vous combler de toutes sortes de biens, afin que vous ayez toujours tout le nécessaire et en plus de quoi contribuer à toutes les œuvres bonnes… Dieu qui fournit la semence au semeur et le pain qui le nourrit, vous fournira toute la semence dont vous avez besoin et le fera croitre, pour que votre générosité produise beaucoup de fruits. Il vous rendra suffisamment riches en tout temps pour que vous puissiez sans cette vous montrer généreux…» 2 Corinthiens 9:6-11, BFC

  1. REMBOURSER mes crédits.


«  Payez à chacun ce que vous lui devez : payez l'impôt à qui vous le devez et la taxe à qui vous la devez ; montrez du respect à qui vous le devez et honorez celui à qui l'honneur est dû  N'ayez de dette envers personne, sinon l'amour que vous vous devez les uns aux autres. Celui qui aime les autres a obéi complètement à la loi. » Ro 13:7-8, BFC


  1. ECONOMISER pour le futur.


« Toi qui es paresseux, va voir la fourmi. Observe son comportement et tires-en une leçon de sagesse. La fourmi n'a ni surveillant, ni contremaître, ni patron. Pourtant elle amasse de la nourriture pendant l'été, au temps de la récolte elle fait des provisions. Et toi, paresseux, combien de temps resteras-tu couché ? Quand cesseras-tu de dormir ? » Pro 6 :6-9, BFC

  1. JOUIR DE LA VIE avec ce qui me reste.


« … Dieu… nous accorde tout avec abondance pour que nous en jouissions »

1 Timothée 6 :17, BFC
« Contentez-vous de vos biens actuels car Dieu lui- même a dit : je ne te délaisserai pas,  ni ne t’abandonnerai ! » Hébreux 13 :5, BFC
« J’ai appris à me contenter toujours de ce que j’ai », Philippiens 4 :11b, BFC


similaire:

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconVeillee de priere en lien avec la communauté de Taizé
Ce Dieu est notre Dieu, pour toujours et à jamais, notre guide pour les siècles. (R)

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconLa douleur, la fatigue sont des signaux d’alerte émis par notre organisme...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconComposition du personnel à la date de l’Assemblée Générale du 03. 06. 2004
«Ô Éternel Dieu, consolide pour nous l’œuvre de nos mains» (Psaume 90. 17). C’est vers Lui, en effet, que se dirige notre prière

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconDe nos jours, la société de consommation qui a connu des avatars...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconBulletin des arrêts des chambres civiles de la Cour de cassation
«De l’argent, de l’argent, de l’argent.»Ah ! Ils n’ont que ce mot à la bouche : «de l’argent.»Toujours parler d’argent».’’ Molière,...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconNous venons de voir le déroulement de l’histoire du peuple de la...
«de même perspective» : Matthieu, Marc et Luc]. Reconnaissons donc à l’Ancien Testament toute son autorité de Parole de Dieu pour...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconIsmène, ma petite sœur, sang de mon sang, laisse-moi toucher ce cher...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconLes biens Classification des biens
«bien» est un terme générique qui englobe à la fois les choses matérielles (les biens corporels) et les choses immatérielles que...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels iconMerci enfin à Sophie (notre Secrétaire), Patrice et Lydie (nos adjoints...

D’honorer Dieu avec notre argent et nos biens matériels icon«Nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu»
«Nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu» (Act 2,10-11)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com