Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude





télécharger 113.34 Kb.
titreCommunication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude
page1/4
date de publication14.10.2019
taille113.34 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4



Communication pour le colloque « Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie », organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique. Paris le 17 et 18 septembre 1999

Usage des mathématiques et scientificité de la science économique
François Facchini
RESUME : Cette communication soutient que le développement des mathématiques en science économique nuit à sa connaissance de l’action humaine et du fonctionnement du marché. Il explique la tendance de l’économie à devenir une branche des mathématiques par une erreur de jugement sur la nature des sciences humaines qui trouve son origine dans le constructivisme philosophique et technique qui a dominé le XX° siècle. Il présente succinctement dans une première partie les arguments avancés en faveur des mathématiques. Deux arguments sont le plus souvent donnés par les économistes mathématiciens. 1) Les mathématiques sont bénéfiques en science économique parce qu’elles précisent la pensée et lui donnent l’exactitude nécessaire au raisonnement scientifique. 2) Les mathématiques renforcent la puissance du raisonnement et permettent de mettre en évidence des relations quantitatives insoupçonnées par le statisticien. La deuxième partie est consacrée à la critique de ces deux arguments. 1) Elle montre, tout d’abord, que les mathématiques ne traduisent pas la pensée. 2) Elle montre, ensuite, que si les mathématiques ont pour objet formel, la quantité, elles ne peuvent atteindre que la dimension quantitative des phénomènes économiques.
JEL: 036
Introduction
La question traitée par cet article est simple : les mathématiques sont-elles nécessaires au progrès de la science économique?
Les économistes mathématiciens ont bien sûre tendance à répondre oui, et à croire que si certains économistes pensent le contraire, c’est par incompétence. « Les économistes non-mathématiciens approcheraient l’économie mathématique comme le peuple l’art moderne. Ils admettraient ne rien n’y comprendre, mais seraient tout de même certain que cela ne leur plaît pas » (Duesenberry 1954, p.361). La critique de l’économie mathématique serait alors le fait d’individus incapables de comprendre et de faire des mathématiques. Dans le même esprit, on peut lire que, Walras, avec ses équations, « dépopularise » la science économique et qu’il met les littéraires dans l’incapacité de le comprendre et de l’enseigner (Dumez 1985, p.97). Plus radical encore, Maurice Allais juge que « ce que précisément la plupart des économistes littéraires apprécient dans leur méthode logique (ou leur manque de méthode! le lecteur appréciera), c’est l’extraordinaire souplesse avec laquelle elle sait suppléer à l’insuffisance de la pensée et faire face à la démonstration des faits ou de la critique » (Allais 1954, p.65). L’économie mathématique serait donc critiquée par ignorance ou par mauvaise foi.
Sans vouloir minimiser la difficulté d’apprentissage des mathématiques pour économistes, il semble raisonnable de penser cependant qu’aucun obstacle insurmontable à la vulgarisation des mathématiques n’existe. Il n’y a pas non plus de raisons de croire que l’économie mathématique permet d’éviter la mauvaise foi et les jugements de valeur. La question de la nécessité des mathématiques mérite donc une réflexion plus approfondie.
La sociologie des sciences économiques a investi cett question et expliqué le développement de l’économie mathématique par l’image d’exactitude qu’elle véhicule auprès des hommes politiques (Mises 1977, p.100), par la simplicité des critères de sélection des économistes qu’il propose ou par l’éviction des débats de fonds au profit de débats sur les questions techniques qu’il suscite (Novick 1954, p.356). Les arguments sociologiques reposent malheureusement sur une vision sceptique de la connaissance humaine où le plus puissant impose sa vérité. Aujourd’hui les mathématiques dominent, demain ce sera l’économie non mathématique, mais rien ne permet de savoir ce qu’il faut effectivement penser du développement de l’économie mathématique depuis maintenant un demi-siècle. Les arguments sélectionnistes tombent sous le coup de la guillotine de Hume, car il paraît difficile de déduire une valeur d’un fait, c’est-à-dire d’affirmer les bienfaits des mathématiques à partir de son développement. Le développement de l’économie mathématique n’est donc pas comme l’affirme Robert Solow (1954) la preuve de sa pertinence. L’approche statistique est de la même manière impuissante, car il ne sert à rien de constater que la proportion des articles utilisant que des mots dans cinq grandes revues internationales de langue anglaise est de 95% en 1892-93, de 56% en 1952-53, de 33% en 1962-63 et de 100% en 2003 (George Stigler cité par Salmon 1995, p.23, note 2) ou que la plupart des découvertes économiques ont été faites par des économistes mathématiciens (Solow 1954, Allais 1954). Ce type de constatation véhicule, tout d’abord, une vision intersubjective de la vérité, selon laquelle, la vérité est l’accord des esprits entre eux. Elle ne permet pas de savoir, pour cette raison, pourquoi ils sont d’accords et de remonter à la source de la vérité, c’est-à-dire la réalité. Il est de plus facile de la contredire par des contre-exemples. On opposera Jevons, Walras, Pareto, Edgeworth, Barone, Wicksell, Allais, Koopmans à Menger, Mises, Hayek, Coase, etc.. Ce débat ne trouve donc sa solution dans une discussion philosophique autour de la nature des mathématiques et de la connaissance humaine.
Cet article soutient, dans cette perspective philosophique, que l’exclusion de l’économie dite littéraire s’explique par une erreur de jugement. Les économistes ont fait une erreur de jugement au sens de la philosophie thomiste de la connaissance qui trouve son origine dans la philosophie des sciences de la première moitié du Xxème siècle. Il se propose de montrer pourquoi la croyance selon laquelle la théorie économique doit être axiomatisée et soumise à la preuve statistique n’est pas juste. Les mathématiques sont utiles mais pas nécessaires au développement de la science économique.
- La première partie présente les arguments en faveur de l’usage des mathématiques. Les économistes mathématiciens soutiennent deux arguments parfois contradictoires. Le premier affirme que les mathématiques ne font que traduire dans un langage formel le discours verbal. Le second considère que les mathématiques font plus. Elles permettent de proposer des hypothèses confrontables aux données statistiques. Les deux arguments renvoient à deux définitions des mathématiques. La définition antique des mathématiques comme science des nombres, et la définition moderne des mathématiques comme science des possibles. Les mathématiques sont bénéfiques en science économique parce qu’elles précisent la pensée et lui donnent l’exactitude nécessaire au raisonnement scientifique. Ce premier argument est accompagné d’un second. Les mathématiques renforcent la puissance du raisonnement et permettent de mettre en évidence des relations quantitatives insoupçonnées par le statisticien.
- La deuxième partie critique ces deux arguments. Si les mathématiques sont la science des nombres, elles permettent sans aucun doute de concentrer l’attention des économistes sur les dimensions quantitatives des phénomènes économiques. Cela ne permet pas d’en inférer l’impossibilité d’une ontologie sociale. Si l’argument de l’économie mathématique se radicalise et estime que tout est quantité, autrement dit, que tout est matière, il pose un problème qu’il lui sera difficile de résoudre sans utiliser des catégories qui appartiennent au monde qualitatif qu’il souhaite ignorer. Si les mathématiques sont la science des possibles, elles ne sont qu’un instrument au service de la formulation d’hypothèse. La question est alors de savoir si comme n’importe quel outil, les mathématiques n’ont pas des effets sur le résultat du travail effectué. Il apparaît, en fait, que les mathématiques ne font pas que préciser les concepts et renforcer la puissance de raisonnement de l’intelligence humaine, elles modifient aussi et surtout le contenu de la connaissance parce qu’elles changent la manière de poser les problèmes à résoudre (maximisation, équilibre, stabilité des préférences, information imparfaite, etc.).
1 Les arguments en faveur de l’économie mathématique
La science économique pure développée par A. Cournot, L. Walras, Jevons, F. Pareto, P. Samuelson, J. Hicks, M. Allais, G. Debreu et tous les continuateurs de l’Ecole mathématique s’attache à modéliser à l’aide du langage mathématique le comportement des producteurs et des consommateurs et à montrer les conditions d’existence d’un accord, c’est-à-dire d’un échange équilibré entre ces deux acteurs essentiels de la vie économique. L’accord contractuel entre le consommateur et le producteur est présenté comme la preuve de la réalisation d’un équilibre entre des forces opposées sur le marché. L’économie mathématique soutient qu’elle a formulé de manière rigoureuse la théorie de l’utilité, que la programmation linéaire lui a permis de mieux comprendre la nature du système de prix, que les systèmes d’équations simultanées lui ont donné les moyens d’expliquer la coordination économique sous la forme d’un équilibre général ou que les systèmes d’équation en équilibre dynamique lui ont donné une solution à la théorie des cycles (Klein 1954). Le premier argument des économistes mathématiciens est donc de présenter leur bilan.
Ensuite, ils expliquent pourquoi la science économique n’aurait pas pu progresser autant si elle n’avait utilisé les sciences mathématiques. Implicitement leurs arguments utilisent deux définitions des mathématiques : la définition antique et la définition moderne. La définition antique définit les mathématiques comme la science des nombres. La définition moderne définit les mathématiques comme la science des relations hypothético-déductives et universelles. Les mathématiques sont une langue de symboles dont les éléments représentent des contenus conceptuels qui existent seulement dans la conscience pensante (Claassen 1967, p.89). Elles sont une science formelle de nature purement spéculative qui se distingue des sciences appliquées. La logique et les mathématiques sont des sciences formelles. « Une théorie formelle est une classe de propositions qui est engendrée à partir de certaines d’entre elles (les axiomes) moyennant l’intervention de règles de déduction explicitement formulables. Comme la déduction propage la vérité (des prémisses vers les conclusions) la validité des propositions d’un système dépend de celle des axiomes » (Ladrière 1984). Elles sont, au contraire de la physique ou de la biologie, des recherches de nature purement spéculatives, ce qui signifie qu’elles produisent de la connaissance pour la connaissance, indépendamment de leurs applications. Les sciences formelles relèvent d’un domaine où l’intelligence humaine se donne son objet. Elles sont abstraites du domaine sensible physique et sont du domaine de l’intelligence et de l’imagination. Le domaine des mathématiques est donc en ce sens « celui d’une certaine modalité du possible » (Philippe 1990, p.6).
Les sciences formelles sont, par ailleurs, plus généralement des activités d’ordre spéculatif, sans pratique ni efficience (Aristote) qui se donnent à elle-même par l’abstraction un nouvel horizon d’intelligibilité. Elles explorent des êtres qui n’appartiennent pas à la réalité sensible. « Les réalités qu’elles font connaître, bien que n’ayant pas le mode d’être des réalités sensibles, sont bien de certaine réalité ayant leur mode propre d’exister. En cela, le réalisme des mathématiques conduit à l’idéalisme » (Balmes 1990).
Le manque de clarté des arguments sur la place des mathématiques en science économique trouve son origine dans cette dualité sur la définition des mathématiques. Cette tension est extrêmement perceptible dans les articles de « The Review of Economics and Statistics » de 1954. La critique de l’usage des mathématiques en économie de David Novick (1954) oscille entre les mathématiques comme langage et les mathématiques comme méthode quantitative (Duesenberry 1954). L.R. Klein (1954, p.361), J.S. Duesenberry (1954, p.362) ou Dorfman (1954, p.374) peuvent alors facilement jouer sur cette dualité pour affirmer que les mathématiques sont à la fois un moyen de formuler les théories économiques et une étape vers la confrontation aux données statistiques (économétrie). C’est parce que nous pouvons utiliser le langage mathématique que nous pouvons avoir une méthode quantitative. Nous acceptons cette dualité de sens, parce qu’elle est un fait dans la littérature et que nous n’avons pas comme objectif de trancher la question. Nous considérons, cependant, qu’il n’est pas raisonnable de penser que les mathématiques ne produisent aucune connaissance sur le monde. Même si elles sont une science des formes imaginaires, elles décrivent des relations quantitatives entre les choses.
Cette dualité de la définition des mathématiques permet, en revanche, aux économistes mathématiciens de se couvrir contre la critique selon laquelle l’homme ne se met pas en équation. « Mathématiser l’économie politique ne veut pas dire mathématiser son objet, ce qui supposerait la mesurabilité, cela signifie plutôt la mathématisation du contexte de justification des hypothèses relatives à la science économique, la possibilité d’interpréter une théorie dans un langage mathématique de précision, dans laquelle un concept consécutif est défini mathématiquement » (Claassen 1967, p.42). Mathématiser l’économie ce n’est donc pas mathématiser l’homme et son comportement mais mathématiser le contexte de justification des hypothèses relatives à la science économique. Mais si mathématiser l’économie signifie simplement mathématiser le langage afin de limiter les pièges du verbe, cela signifie que comme la logique, le langage mathématique équivaut absolument à transformer un énoncé en un autre. Mathématiser le langage ne procure pas d’informations supplémentaires sur le monde réel (Claassen 1967, p.43), mais rend les raisonnements plus exacts. Cet argument est fondé sur l’usage de la définition moderne des mathématiques comme science des possibles.
L’usage de l’autre définition permet de dire que le langage mathématique dit plus que le langage verbal, parce qu’il donne les moyens de focaliser notre attention sur la dimension mesurable des phénomènes économiques (Dorfman 1954, p.375).
Les économistes mathématiciens peuvent alors utiliser les deux définitions des mathématiques pour affirmer que les mathématiques permettent de focaliser l’attention sur des relations statistiques insoupçonnées par les statisticiens et de sortir l’économiste de la complexité du réel. Les mathématiques sont un outil irremplaçable au service de la formation d’hypothèses immédiatement testables.
L’économie mathématique soutient donc la nécessité des mathématiques à la science économique sur ces deux arguments : précision et mesure.
1.1 Critique du langage et précision des mathématiques
L’introduction des mathématiques dans l’analyse économique épouse, tout d’abord, la critique du langage engagée par l’Ecole de Vienne. La critique du langage pour l’empirisme logique est la première et la plus indispensable démarche de toute pensée scientifique. L’économiste formalisateur utilisera principalement deux outils : le calcul différentiel et le calcul matriciel (Michel 1990, p.308). Le calcul différentiel lui permettra de formaliser le raisonnement marginaliste utilisé pour développer la théorie de la valeur utilité et d’isoler l’effet d’une variable sur une autre. Il lui permettra de préciser toutes les hypothèses nécessaires au raisonnement marginaliste. Le calcul matriciel pour sa part lui servira notamment lors de l’utilisation de tableaux entrée-sortie à la Léontieff. Il donnera un moyen d’interpréter les données statistiques. Le langage mathématique serait donc un moyen d’écarter l’équivoque et l’imprécision des mots. Il permettrait de travailler dans l’exactitude (Klein 1954, p.361, Tinbergen 1954, p.366, Colson 1922, Préface à l’ouvrage de J. Rueff). Il préciserait les hypothèses de travail de l’économie littéraire. La théorie économique n’est exacte que si elle est conforme à la norme mathématique; l’exactitude n’existant que pour les choses que les hommes ont créés (Guitton 1967, p.91).
  1   2   3   4

similaire:

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconAdresse personnelle
«Quelle réponse éthique à la crise économique et sociétale : Modèle mutualiste et coopératif et/ou modèle actionnarial», colloque...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconL’économie de la vie privée : les données personnelles au cœur des...
«[l]a théorie économique considère les données personnelles (DP) comme des biens particuliers, des ressources immatérielles dont...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconCommunication co-écrite avec Olivier Hassid, pour le Colloque internationale...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconDu côté de la géographie scolaire. Matériaux pour une épistémologie...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconRésumé L’application de modèles macro-économiques à l’analyse et...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconParcours anglais
«grand», c’est avant tout parce qu’il est ainsi «magnifié» par le narrateurtémoin, Nick Carraway. Pour mieux apprécier le modernisme...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconRèglement intérieur de l’association enfants vacances
«enfants vacances» confie à la famille vacances volontaires, un ou plusieurs enfants (3 maximum), pour la durée des séjours que l’association...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconHistoire et épistémologie de la psychologie moderne

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconRapport financier semestriel
«information dont la diffusion n’est pas obligatoire pour l’entreprise» pour essayer de manipuler le destinataire de l’information,...

Communication pour le colloque «Modèles formels et théorie économique : histoire, analyse épistémologie», organisé par l’Association Charles Gide pour l’Etude iconLe Samedi 15 Janvier 2011 à partir de 16 h
«forum civile pour la démocratie», organisé par le C. C. F. D. Elles ont également soutenu une initiative, malheureusement en panne,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com