Parcours pédagogique





télécharger 51.64 Kb.
titreParcours pédagogique
date de publication28.10.2017
taille51.64 Kb.
typeCours
d.20-bal.com > histoire > Cours
Sur le site "Ampère et l'histoire de l'électricité"
un parcours pédagogique

(www.ampere.cnrs.fr),

WOLFF, Bertrand
[Pendant mes années d'enseignement, un intérêt pour l'histoire des sciences ainsi que la présence au lycée Emile-Zola de Rennes d'une riche collection d'instruments scientifiques anciens m'ont conduit à mener des activités du type "atelier scientifique" avec des élèves, en particulier sur l'histoire de l'électricité. Quelques unes des conférences publiques organisées par l'Association pour la mémoire du Lycée et Collège de Rennes (Amélycor) ont porté sur cette même histoire. C'est dans ce contexte que Christine Blondel, chercheur en histoire des sciences au CNRS, qui avait déjà apporté son soutien à ces activités, m'a sollicité pour participer à la construction d'un "parcours pédagogique" sur le site Ampère et l'histoire de l'électricité, dont elle est directrice de publication. Grâce à quoi je n'ai pas encore eu le temps de connaître le blues du retraité trop brutalement sevré de son labeur quotidien...]





Sur le site Ampère et l'histoire de l'électricité en cours de construction, le parcours pédagogique s'adresse aux enseignants, aux élèves et au public curieux. Dans quel ensemble s'inscrit ce parcours ?

André-Marie Ampère

Une première partie du site est consacrée à André-Marie Ampère (1775-1836), le "Newton de l'électricité" selon Maxwell.

Pour l'enseignant de sciences physiques comme pour le grand public, le nom d'Ampère reste en effet lié à l'électricité. De fait il a, le premier en 1820, clarifié les concepts de courant et de tension électriques. Il a démontré et étudié les différents types d'interactions entre les courants électriques et en a donné une théorie mathématique parallèle à celle de Newton pour la mécanique. Enfin il a expliqué le magnétisme par l'existence de courants électriques microscopiques à l'intérieur des aimants. Les phénomènes électriques, magnétiques et électromagnétiques se trouvaient ainsi unifiés dans une même théorie.

Mais les intérêts d'Ampère étaient extraordinairement divers : mathématiques, chimie, optique, mécanique, sciences de la vie et, plus important encore à ses yeux : psychologie et philosophie de la connaissance.

Sur le site sont déjà accessibles une partie de son œuvre imprimée, une bibliographie complète de ces œuvres, divers documents biographiques et une nouvelle édition de sa correspondance. Cette riche correspondance témoigne de la multiplicité de ses intérêts, éclaire ses échanges avec les savants européens, et montre un homme souvent proche du romantisme. A terme sera disponible une proportion notable de ses manuscrits inédits.

Une base documentaire sans précédent se trouve ainsi mise à la disposition des chercheurs, pour qui la possibilité d'interrogation en texte intégral ouvre à de nouvelles approches des textes. Grâce à cette possibilité, le non-spécialiste peut aussi trouver son bonheur sans se noyer dans l'océan des ressources mises en ligne. Un moteur de recherche très efficace lui permettra par exemple de trouver aussi bien une lettre d'Ampère à Faraday qu'un des textes fondateurs d'Ampère dans le domaine de l'électrodynamique.

Enfin le diaporama Une vie en images s'adresse à tout public curieux.

L'histoire de l'électricité et du magnétisme

La deuxième partie du site est consacrée à l'histoire de l'électricité et du magnétisme.

Une anthologie, à compléter, de textes scientifiques originaux des XVIIIe et XIXe siècles (sources primaires) donne accès à des articles de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, à des textes de Gray, Dufay, Oersted, Maxwell, etc.

Le laboratoire historique vise à montrer l'intérêt, pour l'historien comme pour le scientifique d'aujourd'hui, d'étudier les expériences du passé, au plus près de leurs conditions d'époque.

Dans le parcours pédagogique, en construction, l'Agora constitue un espace ouvert à toutes les activités liées à l'histoire de l'électricité menées dans l'enseignement : travaux pédagogiques s’appuyant sur des textes originaux, travaux pratiques sur des expériences historiques, ateliers scientifiques autour d'instruments anciens, projets artistiques et culturels, TPE, TIPE, projets d'étude d'élèves ingénieurs, etc. Les contributions sont encore peu nombreuses : n'hésitez pas à en proposer !

Enfin, au sein de ce parcours pédagogique, Zoom sur ... présente une série de dossiers multimédia sur des moments ou des thèmes particulièrement riches de l'histoire de l'électricité. Ces dossiers renvoient aux textes originaux et comportent de courtes vidéos réalisées avec des instruments anciens, ainsi que des animations 3D, des propositions d'exercices. Quatre dossiers, L'électricité au XVIIIe siècle, Des grenouilles de Galvani à la pile de Volta, L'expérience d'Oersted, Mythes et légendes de l'électricité et du magnétisme, sont actuellement en ligne. D'autres sont en cours de réalisation ou en projet : Coulomb et les lois de l'électricité, Avec Ampère le courant passe, Créer de l'électricité avec le magnétisme, etc.





Retrouver la complexité des expériences historiques

Les expériences historiques décrites dans les traités et manuels ont subi un processus d'épuration et de simplification, destiné à faciliter au maximum l'appréhension par les élèves des conclusions à tirer de ces expériences. Le choix des différents éléments de l'expérience, leur disposition dans l'espace, la manière de les faire interagir sont donnés d'avance. Tout effet parasite a été éliminé. L'interprétation, les éventuels résultats numériques, puis la loi, doivent découler "naturellement" du processus expérimental. Le recours à l'histoire permet de questionner ce caractère "naturel" des interprétations et déductions à faire d'une expérience et de retrouver le caractère complexe et construit – par les hommes du passé – de l'ensemble du processus. Ceci ne peut naturellement se faire sur l'ensemble de l'enseignement, efficacité oblige. En revanche, quelques cas d'étude permettent au professeur de retrouver un regard neuf sur des expériences bien connues, parfois trop connues.

Nous présenterons deux exemples d'expériences discutées sur le site, à travers trois films. Deux appartiennent au dossier Des grenouilles de Galvani à la Pile de Volta, et le troisième au dossier L'expérience d'Oersted, dossier que nous visiterons plus en détail.

La controverse entre Galvani et Volta

La controverse entre l'anatomiste Galvani et le physicien Volta montre comment une même expérience, la contraction d'une cuisse de grenouille sous l'action d'un arc bimétallique, peut être interprétée de deux façons radicalement différentes selon les approches disciplinaires et les pratiques expérimentales. "Electricité animale" c'est-à-dire engendrée par l'organisme vivant, selon Galvani et les "galvanistes" ? "Electricité métallique" c'est-à-dire engendrée par le contact de deux métaux et simplement détectée par l'organisme, selon Volta et ses partisans ? Le débat fait apparaître que des interprétations divergentes peuvent présenter une grande cohérence même si aucune ne correspond à l'interprétation de la science actuelle. Enfin on voit que l'aboutissement de la controverse, l'invention de la pile par Volta, se présente comme la concrétisation d'une théorie fausse.





Un dossier : L'expérience de Hans-Christian Oersted

En 1820, alors qu'il porte à incandescence un fil de platine reliant les deux pôles d'une pile de Volta, Oersted constate qu'une boussole située dans le voisinage du fil dévie légèrement. Cette expérience d'apparence très simple, mettant en évidence un lien entre électricité et magnétisme, ouvre un nouveau champ théorique et expérimental. Elle conduit Ampère à élaborer la notion de courant électrique et à poser les bases de l'électrodynamique, puis Faraday, Maxwell et bien d'autres savants du XIXe siècle à construire l'électromagnétisme qui régit aujourd'hui la production et la consommation d'électricité.

Autour de cette expérience, notre dossier propose au choix du visiteur sept rubriques : plusieurs textes, le mémoire original d'Oersted, une vidéo et une animation 3D. A leur tour, les textes comportent des liens qui renvoient vers d’autres éléments du site : textes, images ou d'autres vidéos.

Le texte Une découverte due au hasard ? fait l'historique de la découverte. La vidéo de l'expérience, ainsi que La simulation interactive permettent une représentation visuelle dans l'espace, le mémoire d'Oersted ne comportant aucune figure. Le mémoire d'Oersted original est accessible en ligne dans trois des langues dans lesquelles il fut publié en 1820 : latin, français, anglais.

Les trois autres rubriques sont consacrées aux suites de la découverte. Le texte Une expérience qui dérange… et passionne analyse les réactions immédiates du monde savant, tandis qu’Une promenade à travers les manuels depuis 1820 rend compte de l’évolution du statut de l’expérience dans l’enseignement jusqu'à nos jours. Refaire l’expérience en propose trois versions, de la "science amusante" du XIXe siècle aux travaux pratiques contemporains à dimension historique.





Une découverte due au hasard ? 

"L'électricité peut-elle agir sur le magnétisme ?" Au début du XIXe siècle, la réponse à cette question est en général négative. Guidé par sa conviction philosophique d’une unité profonde des "forces de la nature", Oersted est de ceux qui s’acharnent à rapprocher ces deux domaines disjoints de la physique, par exemple en cherchant des interactions entre pôles d'aimant et pôles d'une pile. Il découvre au contraire que "[l’action sur la boussole] a lieu lorsque le circuit est fermé et non lorsqu'il est interrompu". C'est pour avoir laissé le circuit ouvert, ajoute-t-il, que "de célèbres physiciens n'ont point réussi, il y a quelques années, à montrer cet effet".

Pour l’élève d’aujourd’hui, c'est là une évidence : tous les effets "utiles" de l’électricité ne sont-ils pas liés à la notion de courant électrique ? Il fallait donc rappeler que cette notion, vingt ans après l'invention de Volta, n'est pas encore établie. Selon les conceptions héritées du XVIIIe siècle et de ses machines électriques à frottement, on continue de raisonner en termes de décharges successives pour interpréter le fonctionnement de la pile. Or la pile en court-circuit paraît déchargée à Volta. Il sait en effetévaluer, avec son électromètre, la tension entre les deux extrémités de la pile et constate que, d'après l'électromètre, cette tension disparaît lorsqu'on met ces extrémités en communication par un fil conducteur. La pile semble donc avoir perdu sa principale propriété, qui la rapprochait justement de l’aimant, celle d’avoir des "pôles".

C'est ce que nous avons souhaité illustrer par une vidéo La pile de Volta en court-circuit. Dans cette expérience, très facile à réaliser au lycée, on voit qu'à la chute de la tension aux bornes de la pile est associé le passage d’un courant dit de court-circuit, courant maximal que peut délivrer la pile.

Mais c'est précisément l'analyse de l'effet magnétique, manifesté dans l'expérience d'Oersted, qui permettra à Ampère d'établir cette notion de courant.

Une légende tenace voit dans l'observation d'Oersted l’effet d’un heureux hasard. Mais un examen plus attentif montre que c’est le résultat de ses conceptions philosophiques et de réflexions très personnelles sur la nature de l’électricité, réflexions que nous avons tenté de présenter sur le site, bien qu’Oersted lui-même en reconnaisse le caractère obscur. Nous sommes ici en présence d'un cas historique où le contexte philosophique permet de mieux comprendre un processus de création scientifique.

La description des différents moments de son expérimentation par Oersted n'étant pas simple, il fallut le travail de représentation dans l'espace réalisé par Ampère, puis une suite de réflexions d'ordre pédagogique pour re-présenter cette expérience aux élèves. Pour celui qui sait déjà que "le courant tend à tourner l’aiguille en croix avec lui", comme le dira Pouillet dans ses Eléments de Physique (1828), il est facile, après coup, de choisir de placer d’emblée le fil conducteur juste au-dessus de la boussole, selon une orientation nord-sud. A partir de 1850 c’est la seule disposition qui figure dans les traités de physique comme on peut le voir dans la rubrique Promenade dans les manuels. Plus éclairant encore, à la fin du XIXe siècle, on représente le fil conducteur vertical perçant un plan horizontal parsemé de petites boussoles qui s’orientent alors tangentiellement à des cercles centrés sur le fil (les lignes de champ).

Mais une chose est de trouver la meilleure présentation pédagogique d'une action "en cercle" autour du fil, une autre était de déduire une telle action des observations initiales. D'autant que ces observations surprennent profondément. Oersted s’attendait à un effet magnétique rayonnant à partir de chaque point du fil. Et pour ses contemporains l’idée d’une action perpendiculaire à la fois à la direction du fil – "en croix avec le courant" - et à la ligne joignant les deux éléments en interaction (ici le fil et la boussole) est inconcevable !

Nous avons tenté, dans le texte et surtout dans le film La vidéo de l’expérience, de restituer ces difficultés. Filmée devant une classe de première scientifique du Lycée Emile-Zola à Rennes, l’expérience de cours classique y est complétée par l’observation de l'interaction entre le fil et la boussole dans d’autres configurations et en des points divers du circuit, y compris sur la pile. Le film donne une image de l’interprétation imaginée par Oersted : ce qu’il appelle le "conflit électrique" agit sur les "particules de matière magnétique" en tournoyant, formant une hélice autour du fil. Pour Ampère, il s’agira plutôt de cercles centrés sur le fil, nos modernes "lignes de champ". Le difficile problème de la direction de l’action magnétique est ainsi résolu. Reste la question du sens le long de cette direction : c’est celui indiqué par le fameux "bonhomme d’Ampère".


Une expérience qui dérange … et passionne


Analysant et complétant les expériences d’Oersted, Ampère est le premier à affirmer que "quelque chose", que l'on peut définir comme une grandeur physique mesurable, sans connaître sa nature, circule de façon continue en tout point du circuit, y compris à travers la pile, lorsque ses deux pôles sont reliés par un conducteur.

Alors qu’Ampère s’empare rapidement de la découverte, la première réaction dans le monde savant de l’époque est pourtant le scepticisme. L’adhésion d’Oersted aux vues de la "Naturphilosophie" allemande, vision romantique de la nature qui affirme l'unité profonde des phénomènes, suscite la méfiance des physiciens. Pour les Français, c'est encore une "rêverie allemande". De plus, la découverte et son interprétation remettent en cause le succès du modèle newtonien qui semblait devoir s’imposer à toute la physique : réduire tous les phénomènes à des interactions instantanées et à distance entre corpuscules ou entre fluides impondérables, obéissant à des lois mathématiques calquées sur la loi de la gravitation universelle. Pour les newtoniens, il y a similitude des lois mathématiques, mais distinction radicale entre les phénomènes de la gravitation, de l'électricité et du magnétisme.

Des interprétations alternatives au "conflit" d’Oersted sont proposées. En supposant l’existence de courants microscopiques au sein des aimants, Ampère ouvre une voie totalement originale : il ramène les interactions entre un courant et un aimant ainsi que toutes les interactions magnétiques à des interactions entre courants électriques.

Le mémoire d’Oersted

Une lecture du mémoire d'Oersted sans quelques aperçus préalables risque de déconcerter le lecteur moderne encore davantage que les contemporains d’Oersted. D’abord par le caractère très personnel du récit, mené à la première personne du singulier. Ensuite par l’étrangeté des notions utilisées, celle par exemple de "conflit électrique", indissolublement liée à l’arrière-plan philosophique : "j'ai démontré, dans un ouvrage publié il y a sept ans, que le calorique et la lumière composaient le conflict électrique". Enfin, du fait de l’absence de figures, un lecteur qui ne serait pas déjà familiarisé avec les lignes de champ concentriques aura du mal à se représenter les observations, pourtant minutieusement décrites, ainsi que l’interprétation "tourbillonnaire" qu’en donne l’auteur.

Peut-on être à la fois pédagogique et historique ?

Utiliser les textes originaux ?

Une approche parfois utilisée pour introduire des éléments d'histoire des sciences dans l'enseignement consiste à proposer aux élèves des extraits de textes originaux. L’exemple du mémoire d’Oersted en montre les difficultés et les limites. Dans un autre dossier, L'électricité au XVIIIe siècle, nous proposons une rubrique Que dit l'article ELECTRICITE de l'Encyclopédie ? Seul le lecteur très courageux – ou spécialiste – lira l’article intégral de l'Encyclopédie auquel nous renvoyons. En revanche, nous espérons que le résumé commenté de cet article permet de remettre dans leur contexte les principales expériences de l'époque, visualisées dans plusieurs vidéos. Nous proposons également des exercices pédagogiques de "traduction en termes modernes" de certains extraits de l'article original ou d'interprétation d’expériences classiques d’électrostatique. Encore une fois ces expériences mettent en évidence des difficultés qui sont souvent passées sous silence dans l'enseignement.

Un extrait de la page Que dit l'article ELECTRICITE... : liens vers vidéos et exercices





Quand un scientifique croit faire de l’histoire des sciences

Faite par des scientifiques, l’histoire des sciences est souvent dirigée exclusivement vers le présent. La tentation est grande en effet de rechercher l'origine de ce que l’on considère comme acquis aujourd’hui, en éliminant ou même en dénigrant le reste. Lorsqu’on écrit qu’Oersted  "découvre les effets magnétiques du courant électrique", cela est scientifiquement exact, mais c’est l’ordre pédagogique actuel de l’exposé que l’on projette sur l’histoire puisque la notion même de courant électrique est construite postérieurement à cette expérience.

L’électricité abonde en exemples de "recherches d’ancêtres" : Thalès, par ses réflexions sur la propriété qu’a l’ambre (elektron) frotté d’attirer des objets légers, serait un des fondateurs de l’électricité. Mais cette propriété est-elle perçue dans l’Antiquité comme autre chose qu’une curiosité isolée, et sans grand intérêt ? Il faut attendre deux millénaires (1600) pour que l'Anglais William Gilbert constate que cette propriété est partagée par toute une classe de corps, qu’il qualifie du mot nouveau électrique.

Otto Von Guericke est souvent présenté comme le constructeur (vers 1660) de la première "machine électrique". En frottant un globe de soufre tournant, il observe un ensemble de phénomènes que nous attribuons à l'électricité. De petits objets sont attirés, une plume d’abord attirée est repoussée après contact puis accompagne le globe à distance, on entend des crépitements, des lueurs se manifestent dans l’obscurité… Mais pour lui, seule l'attraction est de nature électrique. S’il a choisi un globe de soufre auquel il a incorporé quelques minéraux, c’est qu’il cherche à réaliser un modèle réduit de la Terre, dont il croit ainsi imiter la composition et dont il veut reproduire les "vertus". Parmi ces vertus, seule l'attraction des corps (notre gravité) peut être associée à l'électricité. Une autre "vertu" de la Terre est de tenir à distance d'autres corps, tels le feu ou la lune, tout comme le globe de soufre tient à distance la plume repoussée. D'autres vertus encore, comme les vertus lumineuse ou sonore (l'éclair, le tonnerre) se trouvent également reproduites en miniature par son globe. Ainsi Von Guericke n'a pas l'intention d'étudier des effets électriques et, lorsqu'il en obtient, il ne les considère pas comme tels. Son objectif est de simuler le fonctionnement du globe terrestre, et ce sont les premiers historiens de l'électricité au XVIIIe siècle qui, à la recherche de pères fondateurs, en firent l'inventeur de la "première" machine électrique.

Un apprentissage difficile

Le point de vue de l'historien aide à se défaire des jugements de valeur formulés au nom de la science actuelle ("erreur malheureuse" d’untel, "prescience géniale" de tel autre…) et à éviter les "déjà" ("Dufay en 1733 découvre déjà l’existence de deux espèces d’électricité") ou les "pas encore" ("il ne leur attribue pas encore un caractère algébrique").

Mais parfois la tendance à projeter la conception moderne sur une interprétation ancienne est plus insidieuse, et exige d’aller plus avant dans l’étude du contexte.

Ainsi, dans le dossier, L'électricité au XVIIIe siècle une rubrique présente, vidéo d’expérience à l’appui, la découverte de Dufay : "Il y a deux sortes d’électricité (…) l’une que j’appelle électricité vitrée, et l’autre électricité résineuse. Le caractère de ces deux électricités est de se repousser elles-mêmes et de s’attirer l’une l’autre." Le Monnier, dans l’article ELECTRICITE de l’Encyclopédie publié une vingtaine d’années plus tard, rejette les conclusions de Dufay, suivant en cela l’abbé Nollet et la plupart des "électriciens" français de l'époque. Pour nous qui avons appris la traduction moderne des lois de Dufay dès le collège, Le Monnier paraît de prime abord comme réfractaire à l’évidence expérimentale. Une lecture plus approfondie de son article amène à reconnaître que son système d'explication est cohérent. Il est en accord avec les faits connus à l’époque, à l’exception des surprenantes propriétés de la bouteille de Leyde. Pour lui, il y a attraction lorsque les "atmosphères électriques" de deux corps sont de densité inégale, répulsion lorsqu’elles sont du même ordre. Cela rendait compte notamment du phénomène qui était alors la définition même de la propriété électrique : l’attraction de corps neutres légers. Pour expliquer l’attraction entre verre et "résineux", point n’était besoin des deux électricités, il suffisait que la "densité d'atmosphère électrique" des résineux soit moindre que celle du verre. Or le verre était alors – et de loin – le corps que l’on savait le mieux électriser.

Mais les conceptions de Dufay ne permettent-elles pas, en revanche, de résoudre l’énigme de la bouteille de Leyde sur laquelle butent Le Monnier et ses contemporains ? Il suffit en effet, semble-t-il, de traduire les électricités "vitreuse" et "résineuse" de Dufay en électricités positive et négative à la manière de Benjamin Franklin pour arriver à l’explication moderne de la condensation de l’électricité : il y a attraction mutuelle, de part et d’autre d’une mince paroi de verre isolante, entre ces deux électricités. "Il suffit… de traduire"… mais c’est précisément cette "traduction" qui est illégitime car elle projette sur les conceptions de Dufay nos connaissances modernes sur l’action à distance entre charges électriques de signes opposés. Or entre Dufay et cette interprétation moderne, il n’y a pas seulement différence de terminologie, c’est tout le cadre interprétatif qui change. Dufay reste dans le cadre de l’interprétation des actions électriques en termes d’effluves ou d’atmosphères. Dans ce cadre, conduction électrique et actions électriques à distance sont mal distinguées. Nous montrons dans la rubrique consacrée à la bouteille de Leyde en quoi cela rend le fonctionnement de cette bouteille si énigmatique.

Comment respecter l’histoire sans mettre à mal la pédagogie, et réciproquement ?

S'il ne peut y avoir de règles absolues, quelques principes nous ont guidés :

- Essayer d'éviter l'anachronisme. Dans les scénarios des vidéos sur Oersted ou sur la bouteille de Leyde par exemple, nous avons choisi, sauf mention explicite, d’éviter l’emploi anachronique de termes modernes. Sur le plan pédagogique, cela devrait permettre d’exercer l’art d’observer sans être muni d’avance des "bonnes" lunettes interprétatives.

- Transmettre quelques connaissances scientifiques sur l'électricité, en fournissant l’explication moderne des phénomènes comme dans la rubrique Comprendre la condensation de l’électricité en termes modernes. Mais aussi offrir des exercices d'une forme inattendue, faisant appel seulement au raisonnement qualitatif, tels que : Brins de paille, filet d’eau… pourquoi sont-ils attirés ?ou Pourquoi l’armature d’une bouteille de Leyde doit-elle être reliée à la terre pendant la charge ?

Dans le cas du dossier sur la controverse entre Galvani et Volta, ou dans la rubrique sur l’accueil de l’expérience d’Oersted, la présentation des grandes controverses historiques devrait contribuer à la formation de l’esprit scientifique. Les connaissances ne surgissent pas miraculeusement de l’expérience seule, le débat scientifique, la confrontation des hypothèses et des interprétations entre savants de cultures et de pratiques expérimentales différentes jouent un rôle majeur. Bref la science est une production humaine, l'erreur, comme la vérité, n'y sont pas absolues.

Une question se pose cependant : si l’histoire, dès qu'on y regarde de près, est si complexe, pourquoi vouloir l’introduire dans l’enseignement des sciences ? Faut-il vraiment s’ingénier, comme nous l’avons fait plus haut, à montrer à quel point la simplicité de l’expérience d’Oersted n’est qu’apparente ? N’est-ce pas semer le trouble là où l’on a déjà bien du mal à faire assimiler par les élèves quelques lois simples ?

En effet, enseigner la physique n’est pas enseigner l’histoire de la physique ! Mais on peut toujours mettre un peu d’histoire dans son enseignement. Si on le fait avec discernement, sur un moment particulier, cela peut être très stimulant : replacer une découverte dans son contexte ressuscite l’étonnement, et l’on peut faire revivre en classe le débat scientifique. Il n’est pas mauvais non plus, pour que l’insistance justifiée sur le caractère expérimental de l’enseignement des sciences ne dérive pas vers un "expérimentalisme étroit",  de montrer l’importance de la pensée spéculative – y compris dans ses dimensions philosophiques – et la nécessité des hypothèses… mêmes fausses !

En outre en se frottant à des textes scientifiques du passé, l'enseignant se replace dans une position d'apprenant. Il se trouve confronté à d'autres interprétations ayant leur propre cohérence mais en contradiction avec son savoir acquis. Il peut mieux percevoir les difficultés de l'élève qui, avec ses propres représentations, se trouve pour sa part confronté au savoir scientifique contemporain. Les connaissances scientifiques actuelles deviennent un peu moins "naturelles" pour l'enseignant.

Enfin, l’objectif didactique immédiat – mieux prendre en compte les difficultés des élèves pour mieux leur faire comprendre et assimiler les lois physiques – ne saurait être le seul objectif de l’enseignement. Pour que cet enseignement participe réellement d’une culture, la dimension historique qui inscrit les sciences physiques dans une aventure humaine nous semble indispensable.

Les éléments historiques n’ont pas à faire partie de ce que les commentaires de programme appellent les "connaissances exigibles". Mais s’ils contribuent simplement à ce que l’élève, devant toute connaissance apprise, acquière le réflexe du "d’où ça vient ?", bref une vraie curiosité scientifique, le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ?
Référence :

BLONDEL, Christine; WOLFF, Bertrand. "De la création d'un site scientifique à son exploitation pédagogique. Ampère et l'histoire de l'électricité (www.ampere.cnrs.fr)", ATALA numéro 10, Sciences et techniques. Modalités de l'innovation, enjeux de la diffusion 2007, p. 131-142.

similaire:

Parcours pédagogique iconParcours pédagogique

Parcours pédagogique iconParcours pédagogique
«traditionnel» : utiliser des craies ou des feutres de couleur pour différencier les thèmes

Parcours pédagogique iconParcours pédagogique
«toute parole de reproche ou irrespect prononcé contre Dieu». Aujourd’hui, le dictionnaire Larousse retient que le blasphème «est...

Parcours pédagogique iconObjet du contrat
«les présentations vidéo») et en une lecture de matériel pédagogique complémentaire (ci-après désigné «le matériel pédagogique»)

Parcours pédagogique iconParcours ludique
«Challenge intercommunal relais», «course open» et «Parcours ludique» organisés par la commune de Treuzy-Levelay

Parcours pédagogique iconLivret Scolaire Unique : bilans périodiques des élèves
...

Parcours pédagogique iconEducation nouvelle
«nouveauté» en matière pédagogique, qui n’est pas tant à comprendre dans un ordre chronologique (le nouveau est une valeur très ancienne),...

Parcours pédagogique iconComplémentarités et coopération autour du parcours du bénéficiaire
«parcours». IL s’agit ainsi de viser collectivement une prise en charge globale, continue et de qualité, au moyen du renforcement...

Parcours pédagogique iconQu’est-ce-que le parcours de soins ?
«parcours» peuvent être résumés dans la phrase suivante : faire en sorte qu’une population reçoive les bons soins par les bons professionnels...

Parcours pédagogique iconI. fiche d’identite de la formation
«Linguistique, Analyse du Discours et Didactique») et le parcours mcc («Médiation Culturelle et Communication»). Dans le projet actuel,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com