Texte du Site Internet de Jean Claude brenac





télécharger 263.55 Kb.
titreTexte du Site Internet de Jean Claude brenac
page1/11
date de publication11.12.2019
taille263.55 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
Une histoire de la Provence,

de la ville, de la rade et des Iles d'Hyères,

Le Journal des Iles d'Hyères

au fil du temps,

mais aussi une histoire de la ville d'Hyères et de la Provence.


    Texte du Site Internet de Jean Claude BRENAC :


"Histoire chronologique des Iles d'Hyères, de l'Antiquité à nos jours"

http://perso.wanadoo.fr/jean-claude.brenac/Iles_d'Hyeres.htm
Avant Jésus-Christ –
Vers 3 000 : l'archipel est habité dès la période néolithique. On a retrouvé des traces de cette époque : céramiques et perçoir en silex, en arrière de la plage Notre-Dame (mouillage de pêcheurs ?), pierres taillées, hachettes en serpentine, en grès, et en jadéite. Des gisements sont attestés dans l'anse du Brégançonnet et au Petit Avis.

Vers 1800 : les Ligures envahissent toute l'Europe occidentale.

Vers 1200 : les Ligures sont chassés d'Italie par les Italiotes, de Corse par les Korsi. Ils occupent tout le sud-est de la France.

900 : les Phéniciens établissent des comptoirs commerciaux sur la côte provençale.

Vers 800 : les Celtes d'Allemagne du sud pénètrent dans l'est de la France, et se fondent avec les Ligures, et forment la confédération des Salyens.

600 : conduits par leur chef Protis, des Grecs de Phocée, chassés de leur patrie par la tyrannie d'Harpalus, satrape de Darius, abordent dans le golfe proche de l'embouchure du Rhône, s'emparent de barques phéniciennes, et s'abritent dans le meilleur port de la côte. Les Grecs sont invités par Namnus, chef de la tribu des Ségobriges(ou des Commoniens) à un banquet au cours de laquelle sa fille Giptis doit choisir un époux. Giptis offre la coupe à Protis qui obtient une concession de territoire pour s'installer et fonder Massa, puis Massilia. Les Grecs importent l'olivier, le figuier, le noyer, le cerisier, la vigne, la poterie.

544 : Phocée est prise par les Perses de Cyrus. Massilia accueille une seconde vague de Phocéens.

515 : un bateau chargé de vaisselle produite à Athènes et en Ionie, ainsi que de vin des îles grecques, coule à la pointe Lequin, à Porquerolles.

Fin du VIème siècle : les Massaliètes édifient des forteresses le long de la côte pour se protéger contre les Salyens. Parmi elles Olbia, au pied de la colline de Costebelle, sur laquelle les Ligures avaient établi un oppidum.

Fin du VIème/début du Vème siècle : une communauté est établie au Levant, dans l'anse du Liserot.

Vers 400 : une tribu ligure, les Bormani, s'installe sur le site de Bormes.

Vers 350 : les Massaliètes viennent aux îles d'Hyères pour pêcher, mais ne s'y installent pas. Ils créent un comptoir qui deviendra Nice.

IIIème siècle : Apollonios de Rhodes (295 - 215), poète grec, bibliothécaire d'Alexandrie sous Ptolémée II, est le premier à évoquer "les îles Ligystides qu'on appelle aussi Stoichades" dans ses Argonautiques, poème épique narrant l’aventure des Argonautes à la recherche de la Toison d’or. Il indique que les Argonautes "y débarquèrent sains et saufs", grâce aux Dioscures ("fils de Zeus", Castor et Pollux), et "c'est pourquoi des autels et des rites sacrés ont été établis immuablement" pour ces derniers.

IIème siècle : un navire transportant des lingots d'étain et des barres de fer de Cornouaille ou d'Espagne fait naufrage à l'Ouest de Bagaud.

182 : Plutarque (50-125), écrivain grec, évoque, dans la Vie de Paul Emile, la piraterie exercée alors par les Ligures et les Gaulois contre les navires massaliètes.

154 : une armée romaine commandée par le consul Opimius débarque à Massilia, et va écraser les tribus celto-ligures soulevées contre elle.

124 : les Romains viennent à nouveau au secours de Marseille attaquée par les Salyens, peuplade qui avait Arelate (Arles) pour capitale, et qui s'était alliée avec les Camatulici (région de Toulon) et les Suelteri (massif des Maures). Ceux-ci doivent évacuer la zone côtière et Massalia acquiert la domination complète du littoral entre le Var et le Rhône. Les Romains s'installent à l'intérieur, détruisent Entremont, forteresse salyenne, et créent la Provincia romana, ainsi que sa capitale Aquae Sextiae (Aix), pour assurer la via Domitia - du nom du consul Domitius Ahenobarbus - qui relie l’Italie à l’Espagne.

121 : Olbia est créée, colonie de Marseille.

114 : après la défaite des Arvernes contre les Romains, la Celto-Ligurie devient la Provincia Romana, première province transalpine, et prend le nom de Narbonnaise, du nom de sa capitale fondée en 118.

105 : les Romains subissent des défaites face aux Cimbres, peuplade germanique entrée en Gaule par la Suisse.

103 : les Cimbres sont rejoints par les Teutons, originaires de la Baltique. Alors qu'ils s'apprêtent à passer en Italie, les Teutons sont arrêtés sur le Rhône par Marius (157 - 86), consul en 104. L'affrontement définitif a lieu à hauteur de la Montagne Ste Victoire, les Teutons sont exterminés. L’année suivante, il bat les Cimbres en Italie, à Vercellae.

Fin du IIème/Ier siècle : un village de pêcheurs est installé dans l'anse de la Galère, à Porquerolles. Il forme deux quartiers de part et d'autre des petites plages. Une maison centrée sur une cour intérieure est habitée jusqu'au milieu du Ier siècle. Une autre plus au sud, comportant des bassins taillés dans le roc, est habitée jusqu'en 30. L'anse de la Galère sert de mouillage aux navires venus d'Italie pour vendre du vin.

82 : le consul romain C. Scipion, abandonné par ses troupes, et voulant échapper aux proscriptions de Rome, se réfugie à Marseille puis dans les îles d'Hyères où il finit ses jours.

80 : Scymnus de Chio, géographe grec, cite la ville d'Olbia, près de Tauroeis.

67 : à la suite d'une grave disette, les Romains confient le commandement d'une escadre à Marcus Pomponius, pour défendre le trafic maritime contre la piraterie. Celui-ci fonde une station de galères, Pomponiana, soit à côté d'Olbia, soit à Porquerolles, à l'emplacement actuel du village.

59 : César est nommé proconsul de la Gaule cisalpine (plaine du Pô) et de la Provincia romana, à qui il donne les droit latin.

49 : Marseille marque sa préférence pour Pompée (106 - 48) en refusant à Jules César (101 - 44) d'utiliser le port et sa flotte pour combattre Pompée en Espagne. Marseille est assiégée par 18 000 hommes commandés par Trebonius. Après deux batailles navales, menacée de famine, Marseille capitule. Elle garde sa situation particulière de ville fédérée, mais perd ses vaisseaux, ses remparts, et ses territoires, à l'exception de Nice et des îles d'Hyères. César fonde Forum Julii, actuelle Fréjus.

39 : Auguste installe une base navale et un arsenal de galères à Fréjus.

27 : Auguste fixe le statut de la Provincia Romana, érigée en province sénatoriale, administrée par un gouverneur siégeant à Narbonne. Elle prend le nom de Narbonnaise, et couvre la Provence, le Languedoc, le Roussillon, la vallée du Rhône et les Alpes, excepté les Alpes maritimes qui restent placées sous l'autorité directe de l'empereur.
du IIe au Ve siècle –
160 : l'Itinéraire d'Antonin cite Pomponiana comme un port de galères romaines. En revanche, il ne cite pas Olbia.

IIème siècle : Ptolémée, astronome grec, situe Olbia sur le territoire des Commoniens, à l'est de Sicié.

293 : la Narbonnaise est scindée en deux, l'Est du Rhône devenant la Viennoise.

375 : Saint Honorat fonde le monastère des îles de Lérins. Il vient se recueillir auprès de l'ermite Caprais dans les îles d'Hyères qui accueillent alors un grand nombre d'anachorètes.

381 : la Viennoise est démembrée avec la création de la Narbonnaise seconde, de Fréjus à Gap, avec sa capitale à Aix.

406 : les grandes invasions germaniques commencent avec les Vandales, Germains orientaux, qui traversent la Gaule pour franchir les Pyrénées en 408.

410 : les Wisigoths, Germains orientaux, qui vivaient en Thrace depuis 383, traversent les Alpes et vont coloniser l'Aquitaine. Ils importent l'arianisme.

410 : le monastère de Lérins fonde un établissement au Levant, dans le vallon du Titan, sous la direction de Théodore. L'île est alors cultivée, couverte de vignes, d'arbres, et de multiples petites exploitations, et devient le principal grenier du couvent de Lérins. On pêche le thon et le corail, on fabrique des cordages. On étudie la théologie, on recopie des manuscrits.

Les moines de Saint-Honorat fondent également un monastère, moins important qu'au Levant, à Port Cros, dans le vallon Notre-Dame, ainsi qu'à Porquerolles, également dans la plaine Notre-Dame.

420-450 : des moines cénobites s'installent sur les rochers des Mèdes, à Porquerolles.

426 : les habitants de Fréjus décident d'aller "aux îles titaniques ou Stoecades où vivent quantités de Saints anachorètes" pour offrir à Théodore la succession de saint Léonce, comme troisième évêque de la ville. Théodore accepte après de longues hésitations.

436 : Aétius repousse les Wisigoths de Théodoric I d'Arles et de Narbonne, les empêchant de gagner les bords de la Méditerranée.

456/475 : après plusieurs tentatives pour étendre son royaume jusqu'à la Méditerranée, le roi wisigoth Théodoric II, installé à Toulouse, conquiert la Provence. Son territoire va de Gibraltar aux Alpes maritimes.

476 : l'empire romain d'Occident disparaît. Odoacre, qui a pris le pouvoir en Italie, rétablit l'uniité de l'Empire au profit de l'empereur d'Orient, Zénon.

481 : le littoral méditerranéen constitue la Narbonnaise, entourée du royaume wisigoth à l'ouest, du royaume burgond au nord.

489/493 : Théodoric le Grand (454 - 526), que l'empereur Zénon avait chargé de reconquérir l'Italie, après sa victoire contre le germain Odoacre retranché dans Ravenne, rattache la Provence au royaume des Ostrogoths, qui englobe le nord de l'Italie et la côte dalmate. Il reconnait la suzeraineté de l'empereur d'Orient, à Constantinople.

Vème siècle : Etienne de Byzance cite Olbia comme une ville de Ligurie, proche du mont Olbianus.

Vème siècle : les rochers des Mèdes abritent un habitat fortifié, comprenant plusieurs habitations, protégées par deux lignes de muraille. Il s'agit soit de vestiges d'ermitages, soit de refuge pour la population.
du VIe au Xe siècle –
508 : la Provence est entre les mains des Ostrogoths qui se considèrent comme les mandataires de l’empereur d’Orient, et restaurent les institutions romaines. Ils font de la Provence un foyer de monachisme chrétien.

511 : à la mort de Clovis, la Provence fait partie du royaume ostrogoth. Le royaume franc est partagé entre ses 4 fils, dont un, Sigismond, roi de Bourgogne, est tué en 523, entraînant la disparition du royaume burgonde.

536 : la Provence est conquise sur le général ostrogoth Ibas par Théodebert Ier, roi d'Austrasie de 530 à 547, dont la capitale est Metz. La Provence, théoriquement toujours dépendante de l'empire byzantin, passe sous la coupe des Francs. Le littoral provençal, du Rhône à Fréjus, est toutefois rattaché à la Neustrie de Childebert.

555 : l’Austrasie et la Neustrie sont réunies sous le règne de Clotaire Ier.

561 : l’Austrasie redevient indépendante sous Sigebert Ier.

578 : Olbia est détruite, sous le règne de Gunthram, roi des Francs, lors des irruptions des Lombards.

VIème siècle : un navire byzantin, transportant des sauces de poisson et du vin, coule dans l'anse de la Palud.

VIème/VIIIème siècles : la Provence, rattachée à l'Austrasie, passe successivement à Clotaire Ier le Vieux (555), Sigebert Ier (561), Childebert II (575), Théodebert II (595), Thierry II (612), Clotaire II (613), roi unique de Neustrie, Bourgogne et Austrasie, Dagobert Ier (629), Sigebert II (634), Clovis II le Fainéant (656), Chilpéric II (663), Thierry III (675), Dagobert II (676), Thierry III (679), Clovis III (691), Childebert III (695), Dagobert III (711), Chipéric (715), Clotaire IV (717), Chilpéric II (719), Thierry IV (721), Chilpéric III (743).

736-739 : après sa victoire contre les Arabes, Charles Martel conduit plusieurs campagnes contre la Provence qui est livrée au pillage.

741 : Pépin le Bref (714 - 768), fils de Charles Martel, devient maire du palais d’Austrasie, à la mort de son père. Il reçoit la Neustrie, la Bourgogne et la Provence, son frère Carloman recevant l’Austrasie et la Thuringe. Après la mort de Carloman, en 747, il est élu roi des Francs en 751, puis couronné par le pape en 754.

768 : à la mort de Pépin le Bref, le royaume est partagé entre Charles, l’aîné, qui reçoit l’Austrasie, la Neustrie, et une partie de l’Aquitaine, et son frère Carloman (751 - 771), à qui échoient la Provence, la Septimanie, la Bourgogne, l’Alsace, l’Alémanie et l’autre partie de l’Aquitaine, et qui prend le titre de roi d’Austrasie.

771 : Charlemagne (742 - 814) devient seul roi des Francs à la mort de son frère Carloman. Son empire englobe la Provence.

814 : Louis Ier le Pieux (ou le Débonnaire) (778 - 840), couronné empereur d’Occident en 814, succède à son père Charlemagne.

817 : Louis le Pieux désigne son fils aîné Lothaire Ier (795 - 855) comme son successeur. Ses frères Louis II le Germanique et Pépin reçoivent, l’un la Bavière, l’autre l’Aquitaine. Il épouse Judith de Bavière en 819, qui lui donne un fils, Charles, futur Charles II le Chauve.

829 : Louis le Pieux modifie le partage entre ses fils pour y inclure Charles le Chauve.

840 : à la mort de leur père, Charles et Louis se révoltent contre Lothaire Ier, successeur désigné, et remportent la bataille de Fontenoy.

838/842 : Marseille subit deux raids de la part des musulmans.

843 : par le traité de Verdun, les trois fils de Louis le Débonnaire se partagent l’empire. La Provence, comme l’Italie, la Lorraine, l’Alsace, la Bourgogne et les Pays Bas reviennent à l’aîné, Lothaire Ier. Charles le Chauve (823 - 877), son demi-frère, fils de Judith de Bavière reçoit la partie occidentale de l'empire, qui deviendra la France, Louis II le Germanique (805 - 876) la partie orientale, qui deviendra la Germanie.

855 : à la mort de Lothaire Ier, la Provence et le Viennois forment un royaume indépendant dévolu à à son fils cadet Charles.

863 : à la mort de Charles de Provence, Charles le Chauve récupère une partie de la Provence et le Viennois. L’autre partie de la Provence revient à Louis II (825 - 875), frère de Charles, qui avait succédé à son père Lothaire Ier.

871 : Charles le Chauve confie le gouvernement des comtés de Lyonnais et de Viennois, englobant la Provence, au duc Boson, son beau-frère.

875 : à la mort de Louis II le Germanique (825 - 875), son frère Charles II le Chauve, devient empereur d'Occident, puis roi des Lombards.

877 : Louis II le Bègue (846 - 879) succède à Charles le Chauve comme roi de France, mort dans les Alpes, au cours d’une campagne contre Carloman, fils de Louis le Germanique.

879 : à la mort de Louis le Bègue, ses fils Louis III de France et Carloman lui succèdent. Louis III doit accepter de céder une partie de la Lotharingie à Louis le Jeune, roi de Germanie, et laisser le duc Boson se fait sacrer par l'archevêque d'Arles, roi de Provence, Bourgogne, Dauphiné et Savoie. Celui-ci installe sa capitale à Arles. La partie orientale de la Provence reste à Charles le Gros (839 - 888), seul fils survivant de Louis II le Germanique.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconJacques couture. Thierry albertini. Isabelle bourgeois. Daniel lesage...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconMmes et mm. Jacques couture. Thierry albertini. Isabelle bourgeois....
«multi sites» a l’echelle du territoire communal a intervenir entre l’etablissement public foncier provence alpes cote d’azur (epf...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconMme le Sénateur-Maire Jacques couture. Thierry albertini. Isabelle...
«que le candidat venant sur une liste immédiatement placé après le dernier élu, est appelé à remplacer le Conseiller Municipal élu...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac icon«get the london look» Article 1 : Organisateur La société Coty France division «Beauty»
«Jeu get the london look» ou le «Jeu» ou «l’Opération», accessible par Internet depuis la «fan page» rimmel london site internet...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconVictor baldi, Philipe martinez, Marcello toscano, Jean-michel fernandez,...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconAngot christelle, badinier jean-Pierre, barre didier, cochin nelly,...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconJean-Claude loiseau commissaire Priseur Judiciaire

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac icon[Rapport Rioux] Jean-Pierre Rioux
«Maison de l’histoire de France». Enquête critique, par Isabelle Backouche et Vincent Duclert, Paris, éditions de la Fondation Jean-Jaurès,...

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac iconJean-Claude missonier président 79 rue de la Santé 75013 paris

Texte du Site Internet de Jean Claude brenac icon : 01. 69. 91. 45. 87  : Site Internet






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com