Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc





télécharger 145.35 Kb.
titreAnnick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc
page1/3
date de publication14.02.2017
taille145.35 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3

Annick Hoffmann – Véronique Moens – Bérénice Winderickx – 2 NPC

Ecole communale du centre - Rixensart




INFORMATIONS GÉNÉRALES


ANNÉE:

6e primaire

D DATE:



COMPÉTENCE(S) DISCIPLINAIRE(S) TRAVAILLÉE(S)

Séquence 1 : CLT.3.1. Comprendre le mode de vie des gens à un moment donné.

Séquence 2 : CLT.2.1. Caractériser des évènements marquants, des personnages en relation avec les périodes conventionnelles.

COMPÉTENCE(S)TRANSVERSALE(S)TRAVAILLÉE(S)

Instrumentales: traiter l’information



DISCIPLINE: histoire

SUJET: La révolution industrielle


SEANCE N°1 et 2


TEMPS PRÉVU

2 x 50’



OBJECTIF(S) :

A la fin de la leçon, les Es connaîtront les différences de conditions de vie entre un enfant du 19e et du 21e siècle. Ils connaîtront les principales découvertes de la révolution industrielles ainsi que leurs avantages et inconvénients.




PLAN DE LA SÉQUENCE:

Séquence 1

1. Situation mobilisatrice (5’)

2. Travail sur la première trace du passé (20’)

3. Travail sur la seconde trace du passé (5’)

4. Synthèse des deux traces (20’)

Séquence 2

1. Rappel et lien avec la machine à vapeur (5’)

2. La ligne du temps (15’)

3. Correction + avantages et inconvénients des découvertes (30’)



INFORMATIONS CONCERNANT LA MATIÈRE


DIFFICULTÉS POSSIBLES DES ÉLÈVES

  • tirer les conclusions de l’analyse des 2 traces

  • percevoir les avantages et inconvénients des découvertes

PRÉREQUIS

- savoir ce qu’est une mine, un charbonnage

- connaître la locomotive à vapeur, l’automobile, le vaccin, le téléphone et le cinéma



DOCUMENTS CONSULTÉS AU NIVEAU CONTENU ET MÉTHODOLOGIQUE

  • C. FAVRY, J. LIEBIN, M. REVELARD, Dossiers documentaires (dans le cadre du Centre de documentation d´Histoire de Mariemont)-le charbon, point de départ dans la région du centre : une visite à Bois-de-Luc

  • D. GALLOY, F. HAYT, De 1848 à 1918, de boeck Wesmael, BXL, 1989

  • Disney-le monde merveilleux-l´histoire de civilisations, 2007

  • J. ANDRE, D. BERTRAND et autres, Bois-de-Luc : un témoignage de la révolution industrielle, Collection Milieux-civilisations et sociétés

  • R.-M. BLOQUET, M.GREMBERT, Enseigner l’histoire cycle 3, Tome 3, coll. Outils pour les cycles, Ed. CRDPN, Pas-de-Calais, 2004






DESCRIPTIF DE LA SÉQUENCE



ÉTAPES


ACTIVITÉS

ORGANISATION


1.

Situation mobilisatrice

5’



« Par quoi est occupée votre journée essentiellement ? »

 Par l’école.
„ Est-ce cela vous confient ou préféreriez-vous ne pas être obligés de venir?“
« Pensez-vous que les enfants ont toujours eu leurs journées occupées par l’école ? »

 non 
„Depuis quand l’école est-elle obligatoire?“
„Depuis 1841. A votre avis, que s’est-il passé avant cette date pour que l’école deviennent obligatoire?“
„ Pour répondre à cette question, nous allons découvrir de la journée d’un enfant en 1850. „






2.

Travail sur la première trace du passé.

20’



Jeu pour amener à la description de cette trace :

1 E sort de la classe.

I montre aux autres la trace du passé sur laquelle les enfants vont travailler et qui représente le travail d’un enfant dans un charbonnage en Belgique. (Annexe 1)

I leur demande de bien visualiser cette image car ensuite ils devront la décrire à l’élève qui est sorti pour qu’il puisse la dessiner au tableau.
I fait rentrer l’élève et lui explique le jeu.

Les élèves doivent donc pouvoir décrire précisément la gravure pour que l’élève volontaire puisse la dessiner le plus correctement possible. Ainsi, ils doivent pouvoir expliquer qui est la personne, où elle se trouve, ce qu’elle fait, ce qu’elle porte comme vêtements, ce qu’il y a dans le chariot,…

Après cet exercice, I place la trace au TN.

I demande alors aux enfants d’exprimer ce qu’ils ressentent par rapport à cette image. La description les aura peut-être aidés à peaufiner leurs impressions.

Impressions possibles :

- Quoi ! Les enfants travaillaient ?!

- L’environnement autour de la personne est noir, sombre.

- Le chariot qu’elle pousse a l’air lourd.

- Le travail semble pénible.
Ensuite, nous situons cette trace dans son contexte historique.

« En 1850, c’est le début de la révolution industrielle.

Quelqu’un a-t-il déjà entendu ce terme ? Quelqu’un sait-il en quoi consiste cette révolution ? »

Nous prenons les représentations initiales et expliquons :

« La révolution industrielle commence au début du XIXe siècle. C’est le passage d’une société où l’économie repose essentiellement sur l’agriculture à une société dominée par les industries. Ce changement implique que tous les hommes, femmes et enfants devaient travailler.»
« Par quoi était occupée la journée d’un enfant au 19e siècle ? »

 Par le travail.
Nous leur demandons d’imaginer des interprétations plausibles quant à l’intention de l’auteur d’avoir représenté cet enfant.

Exemples d’interprétations :

- L’auteur a voulu dénoncer le travail difficile des enfants dans les charbonnages.

- L’auteur a voulu montrer un des travaux possibles attribués aux enfants.





3.

Travail sur la seconde trace du passé.

5’


Suite à l’analyse de la gravure, nous proposons aux enfants d’analyser un écrit du passé pour en savoir un peu plus sur le travail des enfants. (Annexe 2)

Nous distribuons donc le texte à chaque élève et le lisons à voix haute en facilitant la lecture des phrases quelque peu complexes et en expliquant le vocabulaire difficile.

Suite à cette lecture, nous demandons aux élèves d’exprimer leurs réactions.
Exemples d’impressions :

- Ils ne s’amusent pas beaucoup.

- La vie était dure.

- Ils ne mangent jamais de biscuits ou de bonbons et se nourrissent toujours des mêmes aliments.

Après cette phase, I interroge les enfants sur les intentions de l’écrivain.
Intention possible :

- Ce texte est en réalité un rapport pour dénoncer les atroces conditions de travail des enfants à cette époque. Puisque c’est une enquête, l’auteur rapporte simplement les faits de manière objective et ne donne aucune impression. Cette trace permet de se faire une idée exacte de la journée d’un enfant lors de la révolution industrielle et a probablement été rédigée dans l’intention d’améliorer la situation.






4.

Synthèse des deux traces

20’


Les Es complètent un tableau à double entrée comparant la vie d’un enfant du 19e siècle avec la vie d’un enfant aujourd’hui en nous aidant les deux traces. Les conclusions sont écrites au dos de la feuille.(Annexe 3)
Correction en groupe classe.

I ajoute des informations sur les conditions de travail des enfants (voir analyse matière);

Au dos de leur feuilles, les Es collent leurs traces et notent.

Pour le contrôle, les Es devront connaître les conclusions.








DESCRIPTION DE LA SEQUENCE 2






1.

Rappel et lien avec la machine à vapeur

5’


„ Qu’avons-nous appris la semaine dernière?“

 Pendant la révolution industrielle, des enfants travaillaient dans les mines.
„Etait-ce un travail facile?“

 Non, les conditions de travail étaient difficiles.
„A cause de quoi?“

 humidité, courant d’air, manque de lumière…
« Oui il y avait beaucoup d’humidité. On trouve toujours de l’eau quand on creuse le sol. C’est particulièrement vrai sur une plage, parce qu’on est tout prêt de la mer. Un des dangers dans la mine était de creuser et de rencontrer des couches d’eau. L’eau rentrait alors dans la mine et inondait alors les galeries. A votre avis, comment faisait-on pour enlever cette eau ? »

 RI des Es.
Si les Es n’ont pas cité la machine à vapeur, l’I leur propose de découvrir le moyen utilisé grâce à une charade :
« Mon premier est un pronom personnel

mon deuxième est un pays

mon troisième est le premier de 26 autres

mon quatrième est le verbe « aller » conjugué

mon dernier est le sentiment que l’on ressent quand on voit un fantôme.

Mon tout servait à retirer l’eau des mines ! »

 la machine à vapeur






2.

La ligne du temps

15’


« La machine à vapeur est LA grande invention de la révolution industrielle. Il y en a eu beaucoup d’autres ! Pour les découvrir, vous allez être réparti en groupe. Dans chaque groupe, vous disposerez d’une feuille A3, de textes, de schémas et de portraits. Vous devrez rassembler les textes (qui expliquent une invention) avec le schéma y correspondant et le portrait de son inventeur. Ensuite, vous construisez une ligne du temps et vous les placez dessus. Je veux voir sur votre ligne du temps que la révolution industrielle se déroulait entre 1750 et 1880.

Attention, soyez soigneux parce que cette feuille sera votre synthèse !

Si vous avez tous fini dans 15’ et que vos lignes du temps sont claires et soignées, vous recevrez tous un œuf en chocolat ! »
Les Es sont répartis par groupe de 4. Travail autonome.

I dessine au TN une ligne du temps et passe dans les groupes.



5 feuilles A3

textes

schémas

portraits (voir analyse matière)
œufs en chocolat



3.

Correction

+

avantages et inconvénients des découvertes

30’


I suit l’ordre chronologique.

Les Es viennent placer le nom de la découverte, le schéma et le portrait au TN. Lecture du texte. Les Es soulignent (et pas surlignent, à cause la photocopie) les éléments à retenir.
Ensuite, en groupe classe, recherche des avantages et inconvénients de chaque découverte. 1 E par groupe et chargé de prendre note au verso de la ligne du temps.(voir analyse matière, dernière page)
Reprise des lignes du temps pour les corriger et les photocopier pour les membres du groupe.



Noms des découvertes sur étiquettes, schémas, portraits pour TN


ANALYSE MATIERE

Révolution industrielle ou industrialisation 

Phénomène de développement de l’industrie autour des années 1760-1880 en Europe. C’est le passage d’une économie reposant presque exclusivement sur la terre et son travail, à une société organisée autour d’une utilisation de plus en plus intensive des machines.
En bref :

Jusqu’à l’aube du 19e siècle, l’Europe était encore essentiellement un continent agricole. A cette époque en effet, 75% de sa population active tirait ses ressources du travail de la terre, contre moins de 5% aujourd’hui.

L’origine de cette révolution fut la révolution industrielle. Le démarrage de cette révolution eu lieu en Angleterre, vers 1750. cette rupture est due à plusieurs facteurs :

  • L’augmentation de la population provoqua une augmentation de la demande de biens qui incita les artisans-entrepreneurs à produire en masse des biens de consommation. Ils disposaient également ainsi de plus de main-d’œuvre.

  • Devant ce besoin, de nouvelles inventions (pompe à feu de Newcomen, machine à vapeur de Watt, navette volante de Kay..) se succédèrent à un rythme rapide et ne cessèrent d’accroître le rendement des entreprises et de l’agriculture. Des hommes et des femmes de la campagne se retrouvent sans emplois. Ils migrent alors vers la ville pour devenir de la main-d’œuvre dans les manufactures et les industries.

  • Les technologies nouvelles amenèrent les capitalistes, c’est-à-dire les propriétaires de capitaux, à parier sur l’avenir et à investir dans l’industrie naissante (sidérurgie notamment) et les transports (chemin de fer).


Ainsi, de grands empires industriels se constituèrent pour fabriquer, à un rythme de plus en plus fou et avec des travailleurs de plus en plus nombreux, des productions de plus en plus variées, dans des usines qui ne cessaient de s’étendre.

La révolution industrielle amena de grands bouleversements et engendra notamment une nouvelle classe sociale : le prolétariat (ou classe ouvrière).

L’Angleterre fut donc la première à connaître la révolution industrielle. Elle fut cependant suivie par la Belgique ; John Cockerill implanta, dès 1817, à Seraing, une des pus vastes usines d’Europe pour la production de machines à vapeur et plus tard de locomotives.

La révolution industrielle s’étendit ensuite à la France, aux Etats-Unis et à l’Allemagne avant de gagner la Suède et la Russie.
Les causes du déclin des charbonnages belges

  • La demande de charbon a baissé face à la concurrence du pétrole et de l’électricité, tant pour les usages domestiques que pour les usages industriels.

  • Par le traité de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier), les frontières se sont ouvertes aux charbons étrangers ayant des prix de revient nettement inférieurs à ceux des charbons belges. Les charbonnages belges ne faisaient plus de profits.

  • A cause de ce manque de profit, la CECA imposa un plan de fermeture progressive des charbonnages qui coûtaient de plus en plus cher.

En 1973, le dernier siège d’exploitation de Bois-du-Luc -, le Siège du Quesnoy à Trivières a cessé toute activité.

  1   2   3

similaire:

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconCours de Véronique

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconVœu Association Véronique Lautrédou

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconJean-Marie colombani, Annick morel, Bénédicte vassallo, Philippe...

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconAu terme de l’ag du 7/10/10, les soussignés
«Association des Parents de l’Ecole Sainte Véronique», association sans but lucratif

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconS npc snpc la force en liberté
«la Cour des comptes était de moins en moins une juridiction mais de plus en plus une institution de certification des comptes.»

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconCe document a été réalisé par Mme Véronique joucla, agrégée de Lettres...

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconAbsents : Mme Annick Gayton, m patrick Vigneron, Mme Marcelle Reixach
«Urbanisme et Habitat» et de son décret d’application n° 2004-531 du 9 Juin 2004. IL rappelle que ces dispositions ont été prorogées...

Annick Hoffmann Véronique Moens Bérénice Winderickx 2 npc iconCette courte séquence sur la rentrée en 6ème est proposée par Mme...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com