Rapport d’activité 2012





titreRapport d’activité 2012
page4/9
date de publication07.07.2017
taille0.5 Mb.
typeRapport
d.20-bal.com > loi > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9

2PRESTATIONS DELIVREES ET ORGANISATION DES SERVICES


2.1L’ORGANISATION DU TRAVAIL QUOTIDIEN




Organisation et procédures d’accueil
Les demandes d’admissions nous parviennent par le biais des travailleurs sociaux des EDS, des CCAS, des CHRS, des accueils de jour, l’Hôpital, le service Mission Hébergement du Conseil Général, le service DAHO pour le compte de la Préfecture et parfois par Internet sur le site national de la Fondation de l’Armée du Salut (auto signalement des ménages).
Après une première étude des rapports sociaux effectués par les travailleurs sociaux, les dossiers sont préparés pour être présentés en commission logement.
Pour accéder à l’établissement, les plafonds de ressources annuels N-2 sont fixés par la circulaire du Ministère du Logement.
Pour l’année 2012, il s’agit de l’avis d’imposition, établi en 2011, par les services fiscaux au titre des revenus 2010.
Lorsqu’un certain nombre de dossiers est complet, une commission d’attribution en présence du directeur et des travailleurs sociaux se réunit.
Sont invités différents représentants :


  • le conseiller municipal chargé du logement pour la ville de Thiais ;

  • la DRIHL ;

  • la responsable ou les assistantes sociales de l’EDS du secteur de Choisy-le

Roi/Thiais ;

  • la chef de service ou l’assistante sociale de la Mission Hébergement du

Conseil Général du 94 ;

  • la représentante du CCAS de Thiais ;

  • la Préfecture ;


Les candidates retenues sont averties par téléphone dès que la commission a statué. Selon les cas, une liste d’attente est établie. Le jour et la date d’entrée dans les lieux sont fixés après l’entretien de pré-admission. La résidente signe alors le contrat d’hébergement et le règlement intérieur. Les dossiers APL, FSH ou LOCAPASS sont rapidement constitués.
La durée de l’hébergement doit pouvoir être conciliée avec le projet individuel qui, dans certains cas, peut nécessiter un accompagnement à long terme. La durée du contrat est fixée à 24 mois pour la Résidence Sociale et pour la Maison Relais la durée de séjour n’est pas fixée. Après évaluation de l’équipe et accord des différentes parties, des avenants prolongeant le séjour sont proposés aux résidentes de la Résidence Sociale qui le souhaitent.
Le logement ne s’adresse pas uniquement à des personnes en voie de désinsertion. Certaines n’ont besoin que d’un logement avec éventuellement, quelques services. Le projet individuel est élaboré après l’entrée dans les lieux. Il est réévalué chaque fois que cela est nécessaire, sur demande de la personne ou de l’équipe.

L’accompagnement social 
Le suivi est assuré par un travailleur social référent qui accompagne les résidentes durant toute la durée de leur séjour.

Depuis 2009, une ouverture de l’établissement vers les partenaires a été préconisée afin d’offrir la possibilité aux résidentes d’accéder aux multiples services de droits communs mis à disposition sur leur territoire local. Cette répartition des actions nous permet de renforcer la qualité des modalités de l’accompagnement social.
Pour la Résidence Sociale :
► L’accompagnement social spécifique lié au logement :
Les mesures d'Accompagnement Social Lié au Logement (A.S.L.L.) sont expressément prévues dans la circulaire N° 90-89 du 7/12/1990, intervenant en application de la Loi du 30/05/90 (dite Loi BESSON) et visant à la mise en œuvre du droit au Logement.
L'A.S.L.L. a pour objectif de favoriser l'accès ou le maintien dans le logement des ménages en difficulté. Cet accompagnement est centré sur :

  • les questions relatives à l'insertion des ménages dans le logement et par le logement ;

  • la gestion rapprochée en ce qui concerne le suivi des dettes locatives ;

  • l'utilisation correcte des parties communes ou privées ;

  • les relations de voisinage, l'apprentissage du statut de locataire.


La mesure d'A.S.L.L. doit répondre à un problème spécifique de "Logement" à un moment où il est opportun et possible de centrer la prise en charge sur ce problème.

Le contenu de l'A.S.L.L. est personnalisé et modulable en fonction de chaque situation. Il s'articule autour des principales étapes :
- l’apprentissage du statut de locataire ;

- l’assainissement durable de la situation financière liée aux impayés de loyers, avec s'il y a lieu, la mise en œuvre des différentes aides au logement ;

- l’insertion dans l'immeuble et le quartier ;

- l'élaboration d'un projet logement, en fonction des besoins et des capacités du ménage ;

- la recherche d'une offre de logement adapté ;

- l'aide à l'installation et à l'appropriation du logement.

Les situations amènent à des investissements dans l’intervention qui sont plus ou moins importants selon les cas traités compte tenu de la diversité des profils psycho-sociaux et des problématiques rencontrées par les personnes accueillies. Aussi, l’accompagnement s’inscrit très souvent dans la durée.

L’intervention ne peut se réduire à la mise en place d’un accompagnement liée au logement. Nous devons tenir compte de la multiplicité des facteurs afin de limiter la logique de gestion de dossier.

Il nous appartient de personnaliser la prise en charge.

►Les actions mises en place concernant l’AGLS (Aide à la Gestion Locative Sociale) :


  • aide à la gestion du budget ;

  • travail sur la vie quotidienne et la place des enfants dans la structure ;

  • présentation des risques liés à une vie en collectivité ;

  • veiller à une bonne intégration des nouvelles résidentes ;

  • soutenir les résidentes dans leurs démarches liées au logement en consolidant et en développant les liens avec les bailleurs ;

  • faciliter le lien entre les résidentes et les services de secteurs.



► Le Rôle de « l’accompagnant social » dans la Résidence Sociale :
L’accompagnement social est une aide apportée à des personnes en difficulté d’insertion pour leur permettre d’acquérir ou de retrouver une autonomie individuelle et sociale, dont le logement est le premier des éléments essentiels. Si hier cette aide se traduisait par une série d’actions individuelles visant à mobiliser la personne, elle évolue aujourd’hui et nécessite une mobilisation de l’ensemble des acteurs et des partenaires de l’insertion. Objectif : créer et optimiser les passerelles qui permettent aux publics accueillis de passer du monde de l’exclusion au monde du droit commun.
Le travailleur social ne doit pas devenir à vie le garant de la capacité de la personne à assurer ses obligations de locataire. Il doit au contraire être un "passeur" qui fait "avec", qui facilite l’accès vers le logement de droit commun.

Il est quelqu’un qui dynamise les personnes, interpelle les administrations, les sociétés HLM… Le travailleur social doit imaginer des solutions nouvelles qui sécurisent les personnes et les bailleurs potentiels. Il cherche à créer des réseaux. Son travail est donc individuel, au plus près de la personne, mais aussi "collectif" : il pointe les difficultés rencontrées, rassemble les personnes dans des ateliers de groupe afin de mutualiser les compétences, partager les expériences, diffuser l’information.
Au-delà de ces objectifs individuels, l’accompagnement social permet, par l’ouverture qu’il apporte sur l’extérieur, de désenclaver la structure et donc les résidentes, en vue notamment de favoriser leur mobilité résidentielle. L'accompagnement social doit désormais tenter de réunir tous les acteurs des secteurs professionnels concernés, qui constituent les maillons de la chaîne du logement.

Pour la Maison Relais :
Plusieurs modalités d’intervention sociale seront utilisées dans le cadre de l’accompagnement des personnes au sein de la Maison Relais.
►Intervention Sociale d’Aide Personnalisée : « L’ISAP est une démarche volontaire et interactive, menée par un travailleur social qui met en œuvre des méthodes participatives avec la personne qui demande ou accepte son aide, dans l’objectif d’améliorer sa situation, ses rapports avec l’environnement voire de les transformer » (rapport du CSTS, 1996). Il s’agit d’une définition proche du travail social dit « traditionnel », c'est-à-dire, une intervention centrée sur la personne et ses problèmes, « traités » indépendamment les uns les autres.
►Intervention Sociale d’Intérêt Collectif : « L’ISIC envisage les conditions d’existence d’une « population », sur un territoire déterminé, elle se donne pour objectifs la prise en compte d’intérêts collectifs, entendus comme des facteurs susceptibles de faciliter la communication sociale des divers groupes, et par là d’aider à la maîtrise de la vie quotidienne, dans ses diverses dimensions » (rapport CSTC, 1998). L’ISIC s’inscrit dans deux types d’intervention professionnelle : l’intervention auprès de groupes et le développement social local. Il vise de nombreux objectifs :


  • favoriser la naissance de relations amicales ;

  • rompre la solitude et l’isolement ;

  • valoriser l’image de soi ;

  • favoriser l’épanouissement personnel ;

  • comprendre et accepter les règles ;

  • faire émerger une dynamique altruiste ;

  • affronter sa peur de l’autre.


Dans le cadre de ces interventions, plusieurs actions pourront être envisagées :
• Réunions d’information thématiques à partir d’actions collectives et individuelles : elles seront organisées en fonction des besoins par l’hôte avec, ce qui serait souhaitable, des intervenants extérieurs qui pourront être des partenaires.

Ce lieu d’expression permettra les échanges, la discussion, la réflexion sur les aspects de la vie quotidienne, la régulation…
• Animation de groupe par l’équipe ou le collectif des locataires eux-mêmes afin de créer une dynamique de groupe et favoriser l’autonomie (préparations de repas, de fêtes...) avec une ouverture sur le quartier.
Il s’agira donc d’allier finement ces deux actions pour que le collectif vienne en soutien aux progrès individuels et à la réappropriation de soi.


►Accompagnement dans la vie quotidienne :
L’objectif dans ce type d’accompagnement et de permettre aux personnes accueillies de retrouver leur capacité à accomplir les gestes de la vie quotidienne, de retrouver un rythme de vie, de (re) devenir plus autonomes.

Ces gestes et apprentissages sont réalisables grâce au soutien technique et attentionné de l’équipe. L’acteur pivot de cette réappropriation du quotidien est l’hôte. Il joue un rôle majeur dans le ré apprentissage des gestes du quotidien et la réappropriation de son corps. Il aide les personnes accueillies à bien se nourrir, à s’occuper de leur chambre et de leur linge, à faire leurs courses ou à faire la cuisine.

L’accompagnement spirituel 

La Fondation de l’Armée du Salut œuvre pour la restauration de la personne dans son intégralité, pour son épanouissement complet. Elle s’efforce de le faire dans le respect des personnes et par une qualité de service offerte à chacun des résidents de ses établissements.
Elle a choisi de prendre en compte l’ensemble des besoins de la personne, y compris ses besoins et ses demandes d’ordre spirituel.
Elle propose donc des temps de présence, d’écoute et d’échange dans la plupart de ses établissements.
En ce qui nous concerne, depuis 2010, un accompagnant spirituel, membre de la Congrégation et salarié de la Fondation de l’Armée du Salut, vient chaque 15 jours (le premier et le 3ème mercredi du mois) de 16 heures à 17 heures 15’, en accord avec la direction, pour une permanence d’écoute et de dialogue sur des questions posées par la vie. Cette aide est assurée en toute liberté et confidentialité.
Cet espace a vocation à apporter, dans le respect des convictions de chaque personne, des éléments de réflexion, de connaissance et d’approfondissement autour d’une recherche de sens sur les événements qui surgissent dans la vie, et d’accomplissement de soi. Aussi, permet-il de rompre l’isolement afin d’entrevoir l’avenir avec espoir.
Les résidentes de l’établissement, sont informées des permanences d’écoute et d’accompagnement spirituel par le biais du bimestriel, ainsi que par un petit rappel de l’équipe des référents socio-éducatifs, lors d’entretien. Cela permet alors aux nouvelles résidentes de bénéficier de ce service, participant à la prise en charge globale de l’établissement.
Quelques chiffres :

Au cours de cette année 2012, nous avons dénombré :

  • 19 entretiens individuels et/ou en famille

  • 2 visites demandées à domicile

  • 3 entretiens téléphoniques


Au cours de ces rencontres, des thématiques diverses et variées sont abordées, apportant des échanges philosophiques et spirituels fructueux, tant pour la personne écoutée que pour l’écoutant.
Par exemples : Pourquoi la souffrance physique et morale, la mort et l’au-delà, le sens de la vie, l’espérance même lorsque tout va de travers, comment obtenir et garder la paix du cœur dans les épreuves, la souffrance, et sa face cachée (quel sens ?…), la rupture d’une relation, la culpabilité, le pardon et la réconciliation, comment reconstruire sa vie, la crise matérielle, philosophique et spirituelle, le déracinement et ses conséquences, la parentalité, la conjugalité, l’amitié, l’amour…

Parallèlement, je recueille aussi des sujets de reconnaissance et de joie (accès au logement, réussite scolaire des enfants, amitié retrouvée, obtention d’un diplôme-formation qualifiante), demande de bénédiction d’une habitation… Demande de recueil de méditations bibliques, de soutien dans la prière (démarches administratives, de logement, de stages, tourments dus aux esprits maléfiques…). Il y a eu aussi des demandes d’explications et de compréhension sur certains écrits sacrés, au sujet de la foi en Dieu, voire des lieux de culte…


Voici le témoignage de deux résidentes qui bénéficient de cet apport spirituel :

  • « Franchement, j’avais peur suites aux problèmes psychologiques de mon fils, ainsi que d’autres situations dans ma famille. Mais grâce au soutien moral et spirituel, aux conseils et prières que j’ai demandé au pasteur et accompagnant spirituel, Monsieur Jean-Claude Ngimbi, j’ai retrouvé la paix du cœur, la sérénité… Mes doutes sont dissipés. J’ai retrouvé la confiance, de l’encouragement. De plus, grâce à Dieu et à l’accompagnement de l’équipe de Thiais, j’ai obtenu mes papiers de dix ans… » (Mme M. M, ancienne résidente).

  • « L’accompagnement spirituel est pour moi un espace où j’apprends beaucoup de choses : à lâcher-prise, à reprendre confiance en moi, à croire encore en la Vie, à prier, à recevoir une parole qui me vivifie... Vraiment, j’attends avec impatience le premier ou le troisième mercredi du mois pour aller vider mon sac. Après quoi, je suis rassurée et pleine d’énergie nouvelle pour affronter la vie. Merci au directeur et son équipe qui permettent à ce que cet espace continue à nous aider à donner sens à notre vie. » (Mme M.J.)





Aussi avons- nous noté trois temps forts :


  • Participation de l’accompagnant spirituel au Conseil de la Vie Sociale.

  • Invitation à l’opération Rockcorps Orange.

  • Participation à la Fête de Noël 2012 par le discours sur le sens de Noël.


Conclusion :
Je conclurais ce rapport d’activité 2012 en remerciant d’abord le Directeur, Monsieur EL ABDI Abdallah ainsi que toute son équipe pour l’accueil cordial et la confiance qui me sont réservés à chacune de mes visites.
L’accompagnement spirituel est en effet un service gratuit dans l’accompagnement social global de la personne accueillie. Une composante du projet associatif, qui permet la valorisation des propos, du ressenti et du vécu de la personne accueillie, par l’écoute, sans jugements de valeurs et de l’aide à construire du sens.
Je citerais enfin une pensée de Sartre : « Ce qu’il y a de mieux en nous, c’est notre effort pour être au-delà de nous-mêmes. »

Le conseil de la vie sociale
Le conseil de la vie sociale créé le 19 juin 2009 à la Résidence Sociale est un lieu d’exercice et d’apprentissage de la démocratie entre les différentes composantes de l’établissement : résidentes élues (au moins quatre), un représentant du personnel, un représentant de l’organisme gestionnaire du siège de la Fondation et un élu. Le directeur de l’établissement participe aux réunions avec voix consultative.

L’objectif de la participation des résidentes est qu’elles retrouvent une place sociale à l’extérieur grâce à cet espace de liberté, d’existence, pour les aider à imprégner cette idée de citoyenneté.


►le nombre de réunions :
Trois réunions ont été organisées au sein de la Résidence : le 27/03/2012, le 26/06/2012 et le 08/10/2012.
►le suivi des décisions du CVS :
C’est le directeur qui coordonne et met en œuvre avec l’équipe les décisions du CVS.
►la participation :
16 résidentes le 27/03/2012, 11 le 26/06/2012 et 11 le 8/10/2012.
►l’animation :
Le directeur a animé l’ensemble des réunions sur 2012.
►le bilan d’activité du CVS :

- intervention d’Orange Rockcorps le 6 juin 2012 dans l’établissement. Participation de 50 volontaires et certaines résidentes dans l’installation d’un abri pour les poussettes et les vélos, de bacs pour y planter des sapins. Des travaux de peinture ont aussi été effectués dans certains appartements ;

- les problèmes de voisinage avec l’association des Orphelins Apprentis d’Auteuil sont aujourd’hui réglés. Rappel : pendant l’été 2011, des bouteilles en verre et de la vaisselle en porcelaine avaient été retrouvées dans la cour de notre établissement. M. AUDOGOND éducateur expliquait qu’il s’agissait à ce moment là de jeunes provenant d’autres structures de l’association des Orphelins Apprentis d’Auteuil rapatriés au 5 bd de Stalingrad pour l’été. Ceux-ci ne connaissaient pas leur voisinage et n’ont pas mesuré la dangerosité de leur geste. Avec l’arrivée de nouveaux apprentis, le cadre a été posé et les jeunes de l’établissement ont pris connaissance du public accueillis à la Résidence Sociale et de la configuration des lieux ;
- en ce qui concerne le règlement du loyer en espèces, l’établissement ne peut accepter ce fonctionnement qui est en totale contradiction avec ce qui est demandé par les bailleurs sociaux. Le travail de l’équipe de l’établissement, consiste à défendre les dossiers des résidentes auprès des bailleurs en démontrant qu’elles sont prêtes à basculer sur du logement stable, et qu’elles sont suffisamment autonomes. Faire apparaître dans un dossier que la résidente continue de payer en espèces pourrait être un frein à son départ. De même, il faut noter que payer par chèque ou par virement est une garantie pour le bailleur de la solvabilité des personnes ;
- la salle informatique est ouverte un week-end sur deux par le gardien de l’établissement ;
- la femme de ménage a été sollicitée pour nettoyer la laverie sur le temps de ménage des locaux administratifs ;
- l’ensemble du mobilier de l’établissement a été référencé suite à un inventaire. Il arrive trop souvent que des résidentes demandent à déplacer des meubles qu’elles jugent encombrant et/ou qu’elles souhaitent remplacer par un autre. Ces demandes ne pourront plus être acceptées car elles posent un double problème : celui de déplacer et mélanger du mobilier numéroté et tracé ; celui de solliciter trop souvent l’aide du gardien ne pouvant physiquement pas assurer tous les déplacements. Chaque résidente devra donc conserver le mobilier déjà présent à leur entrée, toutefois elles pourront aménager leur studio selon leur souhait afin de s’y sentir le mieux possible. Ce point est maintenant inscrit dans le règlement de fonctionnement.

Les temps forts de l’année
Les obligations règlementaires :
- mise à jour du classeur ERP (Etablissement Recevant du Public).
La participation des personnes accueillies :
- organisation de trois CVS et des ateliers thématiques ;

- inscription à des sorties culturelles (plus de 23 places pour 10 sorties en 2012).
Les ressources humaines :

- réunion du comité de suivi concernant le plan ACQ (Amélioration Continue de la Qualité) ;

- mise en place d’une analyse de nos pratiques professionnelles ;

- validation du rapport des RPS (Risques Psychosociaux) par la médecine du travail le 24/04/2012 (disponible sur notre site internet www.armeedusalut.fr/thiais, rubrique « télécharger »).
L’établissement :
- inscription des usagers et des salariés dans des groupes de travail internes de la

Fondation ;

- validation du référentiel managérial ;

- convention d’accompagnement social signée dans la plupart des cas avec

l’assistante sociale à l’origine de l’admission des résidentes ;

- dans le cadre du Programme Orange RockCorps 2012, le projet de l’établissement a été retenu. Le mercredi 6 juin 2012 de 14h00 à 18h00, 50 jeunes se sont mobilisés et se sont portés volontaires pour réaliser et mener à bien le projet de plusieurs créations (jardinière, abris pour vélos et poussettes, peinture et plantations de sapins à la Résidence Sociale à Thiais ;

- Création et financement le 01/09/12 de la Maison Relais de 23 places.


1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activité 2012
«Balades», conférences, fêtes, salons, expositions sans oublier notre e 8ème concert de trompes et orgue à Chilleurs aux Bois. Plus...

Rapport d’activité 2012 iconAccompagnement des malades Alzheimer : l’activité des structures d’accueil en 2012
«Evaluation du plan Alzheimer 2008-2012» du Professeur Joël Ankri et de Christine van broeckhoven est disponible sur ce lien

Rapport d’activité 2012 icon*2* Ordonnance n° 2012-34 du 11 janvier 2012
Art. L. 311 Le fonds exploité dans l'exercice de l'activité agricole définie à l'article L. 311-1, dénommé fonds agricole, peut être...

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activite

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activité

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activité

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activite

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activité 2016

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activité 2015

Rapport d’activité 2012 iconRapport d’activité 2010






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com