Décret n° 97-620 du 30 mai 1997





télécharger 11.86 Kb.
titreDécret n° 97-620 du 30 mai 1997
date de publication07.07.2017
taille11.86 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
Décret n° 97-620 du 30 mai 1997

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 relatif aux conditions techniques de fonctionnement auxquelles doivent satisfaire les établissements de santé pour être autorisés à mettre en oeuvre des services mobiles d'urgence et de réanimation et modifiant le code de la santé publique (troisième partie : Décrets).

NOR: TASP9721873D

Le Premier Ministre,
Sur le rapport du ministre du travail et des affaires sociales,
Vu le code de la santé publique, notamment le titre 1er bis du livre 1er et le livre VII ;
Vu la loi n° 86-11 du 6 janvier 1986 relative à l'aide médicale urgente et aux transports sanitaires ;
Vu la loi n° 87-565 du 22 juillet 1987 modifiée relative à l'organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l'incendie et à la prévention des risques majeurs ;
Vu l'ordonnance n° 96-346 du 24 avril 1996 portant réforme de l'hospitalisation publique et privée ;
Vu la loi n° 96-369 du 3 mai 1996 relative aux services d'incendie et de secours ;
Vu le décret n° 73-381 du 27 mars 1973 modifié portant application des articles L. 51-1 à L. 51-3 du code de la santé publique relatifs aux transports sanitaires privés, titre II et annexe II ;
Vu le décret n° 87-964 du 30 novembre 1987 relatif au comité départemental de l'aide médicale urgente et des transports sanitaires ;
Vu le décret n° 87-965 du 30 novembre 1987 relatif à l'agrément des transports sanitaires terrestres ;
Vu le décret n° 87-1005 du 16 décembre 1987 relatif aux missions et à l'organisation des unités participant au service d'aide médicale urgente appelées SAMU ;
Vu le décret n° 88-622 du 6 mars 1988 relatif aux plans d'urgence pris en application de la loi n° 87-565 du 22 juillet 1987 relative à l'organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l'incendie et à la prévention des risques majeurs ;
Vu l'avis du Comité national de l'organisation sanitaire et sociale en date du 19 mars 1997 ;
Après avis du Conseil d'Etat (section sociale),

Décrète :

Art. 1er. - Au livre VII du code de la santé publique (troisième partie : Décrets), titre Ier, Chapitre II, section 3, sous-section 3, il est inséré un paragraphe 3 ainsi rédigé :

"Paragraphe 3

"Services mobiles d'urgence et de réanimation

"Art. D. 712-66. - Lorsque l'établissement autorisé à faire fonctionner un service mobile d'urgence et de réanimation comporte un service d'aide médicale urgente appelé SAMU, le SAMU et le service mobile d'urgence et de réanimation sont placés sous une autorité médicale unique.

"Art. D. 712-67. - Le médecin responsable du service mobile d'urgence et de réanimation doit répondre aux conditions d'exercice fixées par l'article L. 356 du présent code, et avoir acquis une formation à la prise en charge des urgences par une qualification universitaire et par une expérience professionnelle d'au moins deux ans dans le domaine de l'urgence et de la réanimation.

"Art. D. 712-68. - Pour être autorisé à mettre en oeuvre un service mobile d'urgence et de réanimation, un établissement doit disposer d'un effectif de médecins, d'infirmiers diplômés d'Etat et, en tant que besoin, d'infirmiers ayant acquis une expérience professionnelle de psychiatrie, suffisant pour assurer de jour comme de nuit les missions mentionnées à l'article R. 712-71-1 du code de la santé publique.

"Art. D. 712-69. - Dans les établissements publics de santé, l'équipe médicale du service médical d'urgence et de réanimation ne peut comprendre que des praticiens hospitaliers à temps plein ou à temps partiel, des praticiens adjoints contractuels, des assistants, des attachés, des médecins contractuels. Pour les besoins du service, il peut également être fait appel à des internes de spécialité médicale, chirurgicale ou psychiatrique ayant validé quatre semestres.

"Art. D. 712-70. - Tous les médecins participant aux équipes médicales des services mobiles d'urgence et de réanimation doivent avoir acquis une formation à la prise en charge des urgences soit par une qualification universiaire, soit par une expérience professionnelle d'au moins un an dans le domaine de l'urgence et de la réanimation. Les internes appelés à intervenir aux côtés de ces équipes doivent satisfaire aux même obligations. Des étudiants en médecine, des résidents ou des internes ne remplissant pas les conditions précédemment mentionnées, accomplissant un stage ou une partie de leur formation dans un service mobile d'urgence et de réanimation, peuvent toutefois accompagner ces équipes.

"Art. D. 712-71. - Lors de chaque intervention, la composition du service mobile d'urgence et de réanimation est déterminée par le médecin responsable du service mobile d'urgence et de réanimation, en liaison avec le médecin régulateur du service d'aide médicale urgente auquel l'appel est parvenu. Cette équipe comprend au moins deux personnes, dont le responsable médical de l'intervention. Pour les interventions qui requièrent l'utilisation de techniques de réanimation, cette équipe comporte trois personnes, dont le responsable médical de l'intervention et un infirmier.

"Art. D. 712-72. - L'équipe du service mobile d'urgence et de réanimation dispose de moyens de télécommunications lui permettant d'informer à tout moment le centre "15" du SAMU du déroulement de l'intervention en cours.

"Art. D. 712-73. - Pour être autorisé à faire fonctionner un service mobile d'urgence et de réanimation, un établissement de santé doit disposer des véhicules nécessaires au transport des patients, de l'équipe médicale et de son matériel, ainsi que des personnels nécessaires à l'utilisation de ces véhicules : ambulanciers titulaires du certificat de capacité d'ambulancier, conducteurs et pilotes. Un arrêté du ministre chargé de la santé précise la nature et les caractéristiques exigées des véhicules ainsi que leurs conditions d'utilisation.
"Les véhicules et les personnels mentionnés à l'alinéa précédent peuvent être mis à la disposition de l'établissement considéré, dans le cadre de conventions conclues avec des organismes publics ou privés. Ces conventions n'entrent en application qu'après l'approbation du directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation.

"Art. D. 712-74. - Le service mobile d'urgence et de réanimation doit notamment disposer :
"1° D'une salle de permanence ;
"2° De moyens de télécommunications lui permettant de recevoir les appels du SAMU, d'entrer en contact avec ses propres équipes d'intervention et d'informer le SAMU ;
"3° D'un garage destiné aux moyens de transports terrestres et aux véhicules de liaison ;
"4° D'une salle de stockage des matériels ;
"5° D'un local fermant à clef permettant d'entreposer et de conserver des médicaments."

Art. 2. - Le ministre du travail et des affaires sociales, le ministre de l'intérieur et le secrétaire d'état à la santé et à la sécurité sociale sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 30 mai 1997.

Alain Juppé

Par le Premier ministre :

Le ministre du travail et des affaires sociales,
Jacques Barrot

Le ministre de l'intérieur,
Jean-Louis Debré

Le secrétaire d'état à la santé et à la sécurité sociale,
Hervé Gaymard

Retour

similaire:

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconCirculaire n° 97 – 123 du 23 Mai 1997

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconPartir du 1er septembre 2006 (Journal Officiel du 25 mai 2006, décret...

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconDélibération n° 2008-175 du 16 juin 2008
«edvige» et d’un projet de décret portant modification du décret n° 91-1051 du 14 octobre 1991 relatif aux fichiers gérés par les...

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconLes collectivités territoriales peuvent s'appuyer sur la circulaire...

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconDécret no 92-521 du 16 juin 1992 relatif à la mise en harmonie du...

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconArrêté du 9 septembre 1997 relatif aux décharges existantes et aux...

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 icon[15/05/2017] DÉcret du 6 mai 1995

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconArt 1 du Décret Organique du 20 mai 1903

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconBulletin de l'aislf, n° 14, janvier 1998, compte rendu du Colloque...
D’un principe philosophique à un genre littéraire : les secrets (11-14 septembre 2002), publiés par D. de Courcelles, 2005

Décret n° 97-620 du 30 mai 1997 iconMise en conformite des statuts a. S. L. II. Le décret du 3 mai 2006






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com