Sommaire





télécharger 214.05 Kb.
titreSommaire
page1/6
date de publication31.10.2017
taille214.05 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6
Sommaire




  1. Diagnostic

Page 5







  1. Géographie Prioritaire

Page 11







  1. Les thématiques : constats, axes prioritaires










3.1. Habitat et cadre de vie

Page 15

3.2. Accès à l’emploi et développement économique

Page 17

3.3. Réussite Educative - Parentalité

Page 20

3.4. Citoyenneté

Page 22

3.5. Santé

Page 25

3.6. Prévention de la délinquance

Page 28







  1. Positionnement et implications financières

Page 30







  1. Pilotage et organisation des CUCS

Page 40







  1. Observation et évaluation

Page 42







  1. Liste des principaux sigles utilisés

Page 45







  1. Signataires

Page 47



  1. Diagnostic

Le territoire

La Communauté d'Agglomération Castelroussine (CAC), créée en 2000, s’organise autour de la Ville de Châteauroux, chef-lieu du département de l’Indre.

Aujourd’hui constituée de 10 communes, la CAC compte plus de 73 700 habitants et représente, de ce fait, près du tiers de la population départementale (231 134 habitants en 2005).

La CAC est intégrée au territoire du Pays Castelroussin Val de l’Indre (28 communes) et plus largement à celui du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) (30 communes). Au-delà de cette appartenance géographique, c’est l’adhésion à un projet commun et cohérent de développement qui est recherchée.

Le territoire de la CAC peut être découpé en 3 secteurs géographiques présentant des caractéristiques communes (découpage Programme Local de l’Habitat 2006-2012) :

Il s’agit :

  • de la Ville Centre, Châteauroux, 49 100 habitants en 2004 (49 632 habitants en 1999), en décroissance démographique depuis le milieu des années 70 au profit des communes périphériques. Elle concentre 88 % des logements sociaux de la Communauté d'Agglomération ;

  • des communes pôles d’appui : Ardentes, Déols, Le Poinçonnet, Saint-Maur. Elles ont connu les plus fortes évolutions démographiques au cours de la période 1999-2004. Elles ont toutes plus de 3 500 habitants et sont très bien dotées en équipements et services ;

  • des communes résidentielles, de 400 à 1 800 habitants, situées en 2e couronne, à dominante essentiellement rurale, connaissant également une croissance démographique au détriment de la ville centre.

L’agglomération concentre l’essentiel des activités industrielles et commerciales du département et en constitue, de ce fait, le pôle de développement urbain et économique.

La Communauté d'Agglomération Castelroussine exerce la compétence obligatoire Politique de la Ville et, à ce titre, après la mise en place d’un Contrat de Ville en 2000 et d’un Programme de Rénovation Urbaine (PRU) en 2003, elle entend préparer l’avenir en mettant en œuvre un Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) dès 2007.

Ce Contrat s’appuiera sur les autres politiques sectorielles menées sur le territoire ( Habitat, Développement Economique, Déplacement/Transport, Aménagement, Urbanisme, Voirie …). C’est ainsi que le CUCS sera notamment compatible avec les orientations du PLH et les actions mises en œuvre dans le cadre du PRU et l’évaluation qui en sera faite.

La géographie de la Politique de la Ville est celle des quartiers d’habitat social de Châteauroux et de Déols.

L’échelle de la Communauté d'Agglomération Castelroussine donne une autre perspective au poids et aux difficultés de Châteauroux.


En effet, à l’échelle de la CAC, le parc social est concentré sur Châteauroux et Déols. La particularité de la Ville centre est qu’elle a été une des rares, au dernier recensement de 1999, à avoir enregistré une perte de population, au profit des autres communes de l’agglomération. Du fait de l’importance de cette perte de population sur Châteauroux, c’est l’ensemble de l’agglomération qui a connu une baisse démographique. Les résultats des recensements partiels effectués ces dernières années semblent démontrer une inversion de cette tendance pour l’agglomération.

La population castelroussine

Son potentiel est à rechercher dans sa population jeune. En effet, Châteauroux présente une forte représentation des moins de 20 ans (22,6 %) par rapport à la moyenne départementale (20,5 %).

Ses contraintes demeurent :

  • la baisse démographique depuis 1975 au profit des communes périurbaines, même si cette tendance semble s’atténuer à la vue des résultats des recensements partiels ;

  • un solde migratoire négatif mais en légère diminution ;

  • un solde naturel positif, mais en baisse ;

  • une population vieillissante ;

  • un départ des jeunes ménages avec enfants vers les communes périurbaines ;

  • une diminution de la taille des ménages.

Les enjeux consistent donc à :

  • privilégier le renouvellement urbain pour limiter l’étalement urbain ;

  • permettre aux jeunes ménages avec enfants de poursuivre leur parcours résidentiel à Châteauroux ;

  • adapter l’offre de logements à l’évolution démographique (vieillissement, diminution de la taille des ménages) ;

  • adapter l’offre en équipements aux nouveaux besoins de la population.

Le parc de logements

La problématique de l’habitat sur Châteauroux doit s’envisager au-delà des limites communales et intégrer la réflexion enclenchée dans le cadre du PLH de la CAC.

A l’inverse de la population, le parc de logements castelroussin augmente régulièrement mais connaît cependant un certain ralentissement au profit des communes périurbaines. Alors que Châteauroux représentait 61 % des logements commencés sur l’agglomération entre 1990 et 1998, sa part ne représentait plus que 47 % en 2000.

Le parc de logements est relativement récent puisqu’il a majoritairement été construit entre 1949 et 1974. Les logements les plus vétustes sont recensés dans le centre ville, ainsi que l’essentiel des logements vacants. Si la vacance est faible dans le parc social, à l’inverse, elle touche très fortement le parc locatif privé.

L’offre de logements est diversifiée et équilibrée en nombre. Cependant, des disparités existent entre les quartiers en ce qui concerne la proportion de collectif et d’individuel. Le PRU contribue à l’atténuation de ce problème puisque , après les démolitions de collectifs, les reconstructions s’effectuent quasi-exclusivement en individuel. Au niveau des statuts d’occupation, Châteauroux se distingue du reste du département et de l’agglomération par sa part de locataires qui représentent + de 54 % des ménages. Une attention particulière est portée au relogement et à l’accompagnement social des populations concernées par les démolitions : une conseillère en éducation sociale et familiale a été affectée à cette mission depuis 2003.

Le parc social enregistre des disparités par quartiers dans le sens où la majorité des logements sociaux sont concentrés sur 3 quartiers (St-Jean – St-Jacques – Beaulieu). En 2005, la CAC comptait 9 301 logements locatifs sociaux, 28,8 % du parc de Résidences Principales (RP), ces logements étant essentiellement localisés sur Châteauroux et Déols qui accueillent à elles deux 93,2 % des logements sociaux de l’aire urbaine. A Châteauroux, le parc locatif social représente 35,6 % des RP en 2005. En 1999, il représentait 35,8 % du parc et était composé à 90,5 % de logements collectifs.

Entre 1999 et 2004, le nombre de logements sociaux construits à Châteauroux représente 60 % des logements construits à l’échelle de l’agglomération, contre 88 % entre 1990 et 1999. La mise en œuvre du PRU explique en partie la prédominance de la ville centre dans la localisation des programmes sociaux neufs entre 2004 et 2005.

Cependant, alors que sur Châteauroux la part relative de ce parc est en légère diminution par rapport à 1999 (35,8 % des RP en 1999 contre 35 % en 2006), la demande a progressé, sur la même période, de + 14,5 %.

La taille des logements castelroussins n’est plus en adéquation avec la structure des ménages qui, pour la majorité, comptent 3 personnes. L’essentiel des logements castelroussins sont, soit des grands logements (4 pièces et +), soit des T1 et T2.

Les enjeux en matière de logement consistent à :

  • réhabiliter les quartiers d’habitat collectif afin d’enrayer leur dévalorisation ;

  • adapter l’offre en logements à la demande ;

  • améliorer la mixité sociale à l’échelle des quartiers en favorisant les parcours résidentiels ;

  • proposer une nouvelle offre de logements en accession.

Précarité / Emploi

A l’image de la population totale, la population active castelroussine voit ses effectifs diminuer. Toutefois, le taux d’activité, même en baisse (46,74 % en 2004 contre 47,20 % en 1999), reste supérieur à celui du département (43,5 %).

Le taux de chômage de Châteauroux, du fait de son rôle d’accueil des jeunes et des plus démunis, se distingue du reste de l’agglomération et du département par une valeur assez élevée. Avec 11,2 % au 31/12/2004, le taux de chômage castelroussin est supérieur au taux départemental (9,1 %) et national (9,9 %).
Le taux de bénéficiaires du RMI a augmenté entre 1999 (1,7 % des habitants) et 2004 (1,9 %) mais il reste moins élevé que dans les autres agglomérations de la Région Centre. Son évolution est néanmoins inquiétante et traduit une précarisation d’une frange de la population castelroussine.

En terme de ressources, Châteauroux est la commune de la CAC qui a le revenu fiscal médian par UC (Unité de Consommation) le plus faible, du fait du nombre important de bénéficiaires des minima sociaux ou aides au logement. Avec 14 038 € en 2001*, Châteauroux se situait au dessus du niveau du Département (13 379 €) mais bien en dessous de la commune d’Etrechet (17 801 €). A l’échelle régionale, l’aire urbaine de Châteauroux est la seule à présenter un revenu fiscal médian par UC ne dépassant pas 15 000 €.

Les enjeux en terme d’emploi consistent à :

  • adapter l’offre de logements pour attirer et retenir les actifs sur Châteauroux ;

  • assurer une bonne desserte des pôles d’emplois par les transports en commun et les liaisons douces ;

  • poursuivre les actions en faveur de l’insertion par l’économie (plate-forme BTP, PLIE, chantiers d’insertion …) ;

  • développer l’activité économique et commerciale dans les quartiers d’habitat social ….


*chiffres Direction Générale des Impôts 2002

  1. Géographie prioritaire
  1   2   3   4   5   6

similaire:

Sommaire iconSur le site de la manifestation, les internautes trouveront le programme...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa commission accessibilité de l’union des aveugles vous propose...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconEr d’Aragon. Chaque case du jeu de l’oie installé dans le hall de...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconI. sommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com