Journal officiel de la république française





télécharger 23.91 Kb.
titreJournal officiel de la république française
date de publication31.10.2017
taille23.91 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos



2734

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

22 février 2000

TEXTES GÉNÉRAUX

MINISTÈRE DE L'EMPLOI ET

DE LA SOLIDARITÉ

Décret n° 2000 140 du 21 février 2000 relatif aux pénalités concernant l'application de l'article 32 de la loi n° 2000 37 du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée du temps de travail et des articles L.212 4 bis, L.212 4 3, L.212 4 4, L.212 4 6, L. 212 4 13 et L. 212 15 3 du code du travail et modifiant ce code (deuxième partie: Décrets en Conseil d'Etat)

NOR: MESC0010183D

Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de l'emploi et de la solidarité et du garde des sceaux, ministre de la justice,

Vu le code pénal, notamment son article R. 610 1 ;

Vu le code du travail;

Vu la loi n° 2000 37 du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée du temps de travail ;

Le Conseil d'Etat (section sociale) entendu,
Décrète:
Art. 1er  .   A l'article R. 154 1 du code du travail, après les mots : « prévu par les articles L. 141 1 à L. 141 9 », sont ajoutés les mots : « , les employeurs qui paient des salaires mensuels inférieurs aux minima définis à l'article 32 de la loi n° 2000 37 du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée du temps de travail ».
Art. 2.   Dans l'article R. 154 3 du code du travail, la référence à l'article L. 143 5 est supprimée.
Art. 3.   L'article R. 261 3 du code du travail est ainsi modifié:

I.   Après le premier alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé:

« Sera puni de la même peine d'amende l'employeur qui n'aura pas accordé les compensations prévues au deuxième alinéa de l'article L. 212-4 bis, qui n'aura pas remis à chaque salarié concerné ou qui n'aura pas conservé à la disposition des agents de contrôle de l'inspection du travail le document prévu au troisième alinéa du même article. »

II.   Au dernier alinéa, les mots: « d'ouvriers » sont remplacés par les mots : « de salariés ».
Art. 4.   Le titre du paragraphe 2 de la section II du chapitre Ier du titre VI du livre II du code du travail (deuxième partie : Décrets en Conseil d'Etat) est ainsi rédigé:

« Travail à temps partiel et travail intermittent »
Art. 5.   L'article R.261 3 1 du code du travail est modifié comme suit:

I.   Au premier alinéa, après les mots: « mensuelle ou annuelle », sont insérés les mots: «, ou d'un salarié sous contrat de travail intermittent».

II.   Le a est ainsi rédigé:

«a) Aura omis d'établir un contrat de travail écrit mentionnant:

«  pour un salarié occupé à temps partiel, la durée du travail de référence, la répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois et les limites dans lesquelles peuvent être effectuées des heures complémentaires ;

«  pour un salarié occupé en application d'une convention ou d'un accord collectif mentionné à l'article L. 212 4 6, la durée du travail de référence ;

«  pour un salarié occupé en application d'une convention ou d'un accord collectif mentionné à l'article L. 212 4 13, la durée annuelle minimale de travail ainsi que les périodes de travail et la répartition des heures de travail à l'intérieur de ces périodes lorsque ces mentions sont obligatoires ; ».

III.   Le b est ainsi rédigé:

«b) Aura fait effectuer:

  par un salarié occupé à temps partiel, des heures complémentaires sans respecter les limites fixées par l'article L. 212 4 3 ou par les conventions ou accords collectifs prévus par l'article L. 212 4-4;

  par un salarié occupé en application d'une convention ou d'un accord collectif mentionné à l'article L. 212 4-6, des heures au delà des limites fixées par cette convention ou cet accord ;

  par un salarié occupé en application d'un contrat de travail intermittent, des heures au delà de la durée annuelle minimale prévue par ce contrat, sans respecter, en l'absence de l'accord de ce salarié, la limite fixée à l'article L. 212 4 13 ; ».

IV.   Le c est abrogé.

V.   Le d devient le c et les mots : « l'article L. 212 4 3 ou par une convention ou un accord collectif de branche étendu », sont remplacés par les mots: « les articles L. 212 4 4 et L. 212 4 6 ou par une convention ou un accord collectif de branche étendus ou agréés prévus par ces articles ».

VI.   L'article est complété par un alinéa ainsi rédigé:

« Sera puni de la peine d'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe quiconque, en violation des dispositions de l'article L. 212 4-4 ou du II de l'article 14 de la loi n° 2000 37 du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée du temps de travail, n'aura pas accordé une majoration de salaire de 25 % pour chaque heure complémentaire effectuée au delà du dixième de la durée stipulée au contrat. Les contraventions donneront lieu à autant d'amendes qu'il y a de salariés indûment employés. »

Art. 6.   I.   A l'article R. 261 4 du code du travail, les mots : « et L. 212 7 » sont remplacés par les mots : « , L. 212 7 et aux stipulations des conventions ou accords collectifs substituant, sur le fondement du II de l'article L. 212 15 3, des limites journalières et hebdomadaires aux limites fixées par les articles L. 212 1 et L. 212 7 ».

II.   A l'article R. 261-4 du code du travail, les mots: « d'ouvriers », sont remplacés par les mots : « de salariés ».


22 février 2000

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANCAISE

2735

Art. 7.   Après le paragraphe 4 de la section II du chapitre 1er du titre VI du livre II du code du travail (deuxième partie: Décrets en Conseil d'Etat), il est inséré un paragraphe 5 ainsi rédigé:

« § 5. Dispositions relatives aux cadres

«Art. R.261 6 1.   Sera puni de la peine d'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe tout employeur qui n'aura pas fait bénéficier un cadre des jours de repos auquel ce cadre a droit en application de la deuxième phrase du dernier alinéa du III de l'article L. 212 15 3. Les contraventions donneront lieu à autant d'amendes qu'il y a de salariés indûment employés. »
Art. 8.   La ministre de l'emploi et de la solidarité et le garde des sceaux, ministre de la justice, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.
Fait à Paris, le 21 février 2000.

Par le Premier ministre:

La ministre de l'emploi et de la solidarité,

MARTINE AUBRY

LIONEL JOSPIN

Le garde des sceaux, ministre de la justice,

ÉLISABETH GUIGOU

similaire:

Journal officiel de la république française iconJournal officiel de la republique francaise

Journal officiel de la république française icon28 janvier 1988 journal officiel de la république française page 01385

Journal officiel de la république française iconJournal officiel de la republique democratique du congo

Journal officiel de la république française iconConcours «le challenge culinaire du president de la republique francaise»
«Les Cuisiniers de la République Française» est gratuit et sans aucun engagement. Si un membre du jury a un candidat de sa brigade...

Journal officiel de la république française iconJournal officiel de l’Union européenne

Journal officiel de la république française iconJournal officiel du 21 janvier 2014

Journal officiel de la république française iconAnsej et cnac: Les nouvelles lois publiées au Journal officiel

Journal officiel de la république française icon27 aoыt 1996 journal officiel de la rйpublique franзaise page 12849

Journal officiel de la république française iconAux origines de la Ve république, blocages et crises de la ive république
«mort-né» et périmé dés sa naissance (en 46). Théorie reprise par François Mauriac et le journal «Le Monde» et son auditorialiste...

Journal officiel de la république française iconMontreuil sous Bois
«relative au dialogue social et à l’emploi» publiée au journal officiel le 18 août 2015






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com