Adresse





télécharger 230.68 Kb.
titreAdresse
page3/5
date de publication19.02.2018
taille230.68 Kb.
typeAdresse
d.20-bal.com > loi > Adresse
1   2   3   4   5

PROBLÈME DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE DES POSEURS





  • Nous vous faisons sommation de ne pas installer de compteur Linky, car son installation n’est pas réalisée par des électriciens.


Dans la lettre que vous avez adressée aux Maires des 36.000 communes de France le 19 février 2016, vous avez écrit, p. 6 : « Les interventions de remplacement du compteur sont exclusivement réalisées par des électriciens qualifiés ».
Mais cela ne correspond pas aux annonces de recrutement qui ont été relevées sur des sites comme « Le Bon Coin » ou ailleurs, comme dans la copie d’écran présentée ici, où le prestataire sous-traitant d’ERDF/ENEDIS recrute des intérimaires sans aucune formation ni expérience en électricité : « pas d’expérience demandée dans le métier » « profils juniors acceptés » :

http://www.santepublique-editions.fr/images/copie-ecran-INDEED-annonce-recrutement-Linky.png
Autre exemple, cette annonce de la société Solutions30 enregistrée le 4 janvier 2017, offrant des emplois à des « débutants hommes ou femmes », de « 0 à 2 ans d’expérience », sans « aucun diplôme » :

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Annonce-Le-Bon-Coin-4-janvier-2017-poseur-Linky-H-F-0-2-ans-d-experience-aucun-diplome.pdf


  • L’aveu que les poseurs de Linky ne sont nullement électriciens figure d’ailleurs p. 4 de votre lettre aux Maires du 19 février 2016, dans laquelle vous déclariez que, s’agissant des « entreprises assurant la relève des compteurs », « nombre d’entre elles souhaitent se positionner sur les appels d’offres pour les prestations de pose » :

http://www.santepublique-editions.fr/objects/examen-lettre-de-philippe-monloubou-ERDF-aux-maires.pdf

(voir p. 39)
Cela signifie que des releveurs font office de poseurs de Linky. Or, ils ne sont pas électriciens !


  • Par conséquent, Enedis contrevient aux prescriptions du décret n°1998-246 « relatif à la qualification professionnelle exigée pour l'exercice des activités prévues à l'article 16 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 relative au développement et à la promotion du commerce et de l'artisanat » qui, au paragraphe III de son annexe, inscrit au nombre des professions réglementées : « Mise en place, entretien et réparation des réseaux et des équipements utilisant les fluides ainsi que des matériels et équipements destinés à l'alimentation en gaz, au chauffage des immeubles et aux installations électriques : plombier, chauffagiste, électricien, climaticien et installateur de réseaux d'eau, de gaz ou d'électricité. »




  • Cette activité professionnelle réglementée est obligatoirement assortie d’une assurance biennale et décennale, nécessaire pour garantir des interventions ponctuelles ou non directement liées au circuit électrique mis en place lors de la construction ou de l’aménagement du bâtiment, aux termes des articles 1792-3, 1792-4 et 1792-4-1 du Code civil :

http://www.assurance-decennale-pro.fr/decennale-electricien/#0
Or, ce défaut d’assurance, ainsi que cela été analysé ci-dessus p. 2-3, empêchera les propriétaires de biens immobiliers dont les installations électriques ne seraient pas en conformité d’obtenir réparation, au titre de la compatibilité électromagnétique, des préjudices subis du fait du Linky, et empêchera également les occupants des logements, bureaux et commerces, qu’ils soient propriétaires ou locataires, d’obtenir réparation pour les biens mobiliers leur appartenant, détruits, endommagés ou piratés consécutivement à la mise en place des éléments de l’architecture Linky (compteurs, concentrateurs, antennes-relais, systèmes d’information, etc.)
Aussi, quand dans votre lettre aux Maires du 19 février 2016, p. 6, vous affirmez que : « L’installation du nouveau compteur permet en réalité de diminuer le risque d’incendie. En effet cela permet de vérifier l’état du branchement et d’améliorer ainsi la sécurité globale de l’installation », nous avons beaucoup à craindre !
Selon l’Observatoire National de la Sécurité Electrique (Onse), « 87 % des bâtiments [sur 6 000 diagnostics avant-vente concernant des bâtiments de plus de 15 ans] ne disposent pas d'une liaison équipotentielle principale (mise à la terre de toutes les canalisations métalliques : eau, gaz, chauffage…) ».
Ce n’est certainement pas en faisant poser des Linky par des non-électriciens que l’on va améliorer la sécurité électrique, compte tenu de la vétusté de certaines installations électriques. Selon l’Observatoire, 400.000 logements sont testés et sécurisés chaque année mais 300.000 logements supplémentaires chaque année présentent des risques.

http://onse.fr/ressources.html
En raison du défaut d’assurance de la société Enedis, nous sommes en droit de refuser de subir les préjudices de toute nature et les conséquences financières qui résulteraient de l’installation du Linky.

PROBLÈMES FINANCIERS


  • Nous vous faisons sommation de ne pas installer de compteur Linky, en raison d’une modification de facturation : Avec le Linky, EDF/ENEDIS ne facture plus la puissance active (KWh) mais la puissance apparente (KVA) et c’est de facto une augmentation de 15 à 25 % de la consommation mesurée et facturée pour les appareils à moteur : réfrigérateurs, machines à laver, aspirateurs, et une augmentation de 50 % pour les lampes basse consommation fluocompactes.


http://www.enedis.fr/sites/default/files/Notice_Compteur_Linky_Monophase.pdf

http://www.enedis.fr/sites/default/files/Notice_Compteur_Linky_Triphase.pdf

(voir au bas de la p. 2 :

« 3252 VA

PUISSANCE APP

Puissance apparente :

Puissance utilisée au moment

de la consultation »)
Cela contrevient aux prescriptions de l’arrêté du 4 janvier 2012 définissant les spécifications des appareils de comptage évolué, qui précise dans son article 4, applicable aux contrats concernant les puissances souscrites jusqu’à 36 kVA :
« Les dispositifs de comptage dont font usage les gestionnaires de réseaux publics de distribution d’électricité aux points de raccordement des installations des utilisateurs des réseaux publics raccordées en basse tension (BT) pour des puissances inférieures ou égales à 36 kVA doivent pouvoir mesurer et enregistrer la courbe de mesure en puissance active, selon trois pas de temps : horaire, demi-horaire, de dix minutes, ainsi que la valeur maximale de la puissance soutirée. »
Vous conviendrez qu’en raison du non-respect des dispositions de l’arrêté du 4 janvier 2012, le compteur Linky doive impérativement faire l’objet d’une mesure de retrait.



  • Nous vous faisons sommation de ne pas installer de compteur Linky car, à terme, ce sera la disparition des heures pleines/heures creuses, remplacées par une tarification pouvant s’étaler sur 11 plages horo-saisonnières (rapport Sénat n° 185 du 15 décembre 2010). Les nouvelles offres tarifaires que Linky est capable de gérer, dans lesquelles le prix de l’électricité pourra varier dans la journée en fonction de la demande globale, ne nous permettront pas de contrôler notre facture.


Nous entrons dans une complexité absolue et ingérable pour nous, particuliers.


  • Selon vous, « le déploiement du Linky n’aura aucun impact sur la facture de chacun » (votre lettre aux Maires de février 2016) Or, nous commençons déjà à en faire les frais via l’augmentation de la CSPE, de la TCFE et du TURPE (qui apparaît sur notre facture sous la rubrique « Contribution tarifaire d’acheminement »). Au total, au cours des six dernières années, les taxes apparaissant sur notre facture ont déjà été multipliées par 6 ! D’ores et déjà, la consommation d’électricité ne représente que 20 % du montant TTC de notre facture, les 80 % restant, correspondent aux taxes et à l’abonnement.


Il ne saurait non plus être question de nous facturer ultérieurement le coût de la relève à pied. Celle-ci coûte largement moins de 30 millions d’euros par an (28,8 millions d’euros pour 1 200 releveurs payés au SMIC, charges patronales incluses, soit 1 574 euros par salarié, et par mois, arrondis à 2 000 euros pour inclure les frais de véhicule et d’essence). Le chiffre de 1 200 releveurs a été fourni par Mme Gladys LAROSE-STAESSENS, l’une des responsables du programme Linky au niveau national, lors de la réunion du 20 décembre 2016 à Montreuil.
Même en admettant le budget annoncé actuellement par ENEDIS, de 4,5 à milliards d’euros, le coût du système Linky représente 150 années de relève à pied !
(en arrondissant les chiffres : 4,5 milliards de budget du Linky divisés par 30 millions par année de coût de relève à pied = 150 ans). 

Il convient également que vous donniez instruction aux poseurs de Linky de cesser une pratique à laquelle ils ont fréquemment recours pour intimider les personnes qui refusent le Linky, en situation de face à face avec les poseurs, ou par téléphone, consistant à les menacer de coupure d'électricité ou de devoir payer le compteur plus tard : "150", "450", voire "500 euros", selon les témoignages.
Cette pratique a pourtant été qualifiée "d'escroquerie" par Mme Gladys STAESSENS le 20 décembre 2016 à Montreuil. Elle a affirmé : « Je ne vais pas vous dire qu’on va vous couper l’électricité parce que ce n’est pas vrai. Pour ce qui est du prix, on ne peut pas vous faire payer le compteur. Le compteur n’est pas facturé à la pose. Si on vous dit que ce sera payant plus tard, c’est une escroquerie ».



  • Le Linky lui-même est énergivore. Vous comparez sa consommation (dans votre lettre aux Maires) à celle d’une machine à café, alors que le compteur actuel ne consomme… rien ! De surcroît, une machine à café ne fonctionne que quelques minutes par jour alors que le compteur Linky consomme 24h/24.


L’ADEME précise, dans un rapport de 2015, que « le changement du parc de compteurs électromécaniques et électroniques actuels par des compteurs Linky impliquera une augmentation de la consommation électrique annuelle de l’ordre de 0,5 TWh, soit la production d’un réacteur nucléaire de 900 MW, ou la consommation de 500 000 foyers par an [comprenant] les consommations des concentrateurs associés (déploiement de 638 000 concentrateurs prévu) et les centres de traitement et de stockage de données du système Linky ».

http://www.presse.ademe.fr/wp-content/uploads/2015/07/MAJ_AvisLinky_Vdef.pdf
Philippe Van de Maele, président de l’ADEME a déclaré le 26 janvier 2011 lors des Assises de l’Energie à Grenoble : « Ce compteur n’a rien d’intelligent, il n’apporte rien en ce qui concerne la maîtrise de la demande d’électricité, et son modèle économique n’est pas d’une clarté absolue ».

http://www.journaldelenvironnement.net/article/un-comite-de-suivi-pour-le-compteur-linky,21343



  • Nous savons que CAPGEMINI n’a pas tenu compte, dans son étude du 8 mars 2007, du coût de renouvellement des matériels (p. 38).


Or, selon ce rapport (p. 27), la durée de vie du matériel n’est que d’une quinzaine d’années pour les compteurs et de 10 ans pour les concentrateurs, alors que nos compteurs actuels, qui sont encore en état de fonctionnement, ont une durée de vie largement supérieure.

Et que dire du vieillissement d’un compteur Linky bourré d’électronique situé à l’extérieur du domicile !

http://www.smartgrids-cre.fr/media/documents/070308_CapG_etudeCRE.pdf
Philippe Faugeras, dirigeant de la société Webdyn fabricant des puces pour les concentrateurs du système Linky, sur le salon Smart city/Smart grid, le 8 octobre 2015, avoue avec une franchise désarmante en réponse à la question : Comment avez-vous fait pour allonger la durée de vie de 10 à 20 ans ? : « Dans 20 ans, je ne serai plus là. On m’a demandé de signer pour garantir une durée de vingt ans et j’ai signé. C’est tout ! »

http://www.santepublique-editions.fr/alerte-linky-le-nouveau-compteur-electrique-evolue-un-fiasco-technique-industriel-financier-et-sanitaire.html

(Voir paragraphe 2)



  • La Directive 2006/32/CE du parlement européen et du conseil du 5 avril 2006 : « Les Etats membres veillent à ce que dans la mesure où cela est techniquement possible, financièrement raisonnable et proportionné compte tenu des économies d’énergie potentielles, les clients finals (…) reçoivent à un prix concurrentiel des compteurs individuels qui mesurent avec précision leur consommation effective et qui fournissent des informations sur le moment où l’énergie a été utilisée ».


Cette stupéfiante tricherie fausse le ratio « coût de développement/profit ». Dès lors, il n’est pas possible de conclure sur l’aspect « financièrement raisonnable et proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles » puisque le renouvellement du matériel pendant la période considérée n’est pas pris en compte dans l’analyse technico-financière.
Concrètement, cela signifie que les milliards d’euros déjà engagés pour cette opération de déploiement des 35 millions de compteurs Linky et de l’infrastructure afférente devront être déboursés une seconde fois dans dix à quinze ans, lorsque non seulement le matériel, mais également les logiciels, seront obsolètes.

Ce coût sera couvert par l’augmentation des factures.
En tout état de cause, en application de cette directive européenne, puisque les conditions posées par celle-ci ne sont pas remplies, le déploiement est d’ores et déjà inutile.



  • De surcroît, les directives européennes prévoient le remplacement de 80 % des compteurs existants (et non de la totalité), de sorte que vous ne pouvez pas légalement contraindre les 20 % restants, parmi les titulaires d'un contrat de fourniture d'électricité, à accepter le Linky. Nous faisons partie de ces 20 %.




  • Aucune sanction n’est instaurée à l’encontre des abonnés, ni d'ailleurs à l'encontre des communes, par la loi du 17 août 2015, en cas de refus du Linky. Vous ne pouvez dès lors pas légalement nous l’imposer.

PIRATAGE DES DONNEES


  • Nous nous opposons au Linky en raison du fait qu’il comporte un contact sec, un simple bouton qui permet à n’importe qui d’éteindre et d’allumer un appareil à partir de notre compteur (le contact sec peut mettre en marche et arrêter automatiquement certains appareils électriques, ballon d’eau chaude par exemple).


De plus, en un clin d’œil, un cambrioleur pourra vérifier, avant de passer à l’acte, si nous sommes présents ou absents grâce à la touche de défilement des données.
Notre compteur étant situé à l’extérieur, celui qui le souhaiterait pourrait avoir accès à toutes nos données et connaître nos habitudes. Une personne mal intentionnée aura une arme de plus à utiliser.

https://particulier.edf.fr/content/dam/2-Actifs/Documents/Autres/Notice_ERDF_Compteur_Linky_monophase.pdf
Dans ce document d'avril 2015, on voit que le Linky comporte une voie d'accès TIC pour accéder à des informations clients (consommation client, puissance apparente, période tarifaire en cours).

Son mode de fonctionnement est expliqué ici :

http://www.enedis.fr/sites/default/files/ERDF-NOI-CPT_54E.pdf
Par la voie d'accès TIC se branche un module ERL émettant des radiofréquences afin de transmettre des données vers l'interface "choisie" par l'abonné pour connaître ses consommations d'électricité.

https://www.lembarque.com/les-objets-vont-pouvoir-se-connecter-aux-compteurs-linky-par-liaison-radio-zigbee-ou-knx_003357
Un féru d'informatique arrivera tôt ou tard à casser les codes et à accéder aux données transmises par le Linky. Ce n'est qu'une question de temps. Le jour où cela arrivera, n'importe quelle personne mal intentionnée pourra accéder aux données, non plus seulement pour les Linky accessibles situés à l’extérieur, comme expliqué ci-dessus, mais également pour les Linky inaccessibles situés à l'intérieur.



  • Nous vous faisons sommation de ne pas installer de compteur Linky, en raison des risques de piratage des données collectées, qui pourraient être utilisées à des fins de cambriolage ou de chantage. Les informations circulant par le CPL peuvent être très facilement interceptées et modifiées (par exemple : erreur ou modification de relevé).


Des hackers ont déjà expliqué comment ils avaient piraté un « smart-meter » (compteur intelligent), en réussissant sans peine à lui faire afficher une consommation négative. Et le contraire sera aussi possible sans que nous n’ayons la possibilité d’aucun recours.

http://www.nikopik.com/2012/01/les-compteurs-delectricite-intelligents-deja-pirates.html

L’informatisation des réseaux électriques rend la France vulnérable au piratage, à l’espionnage et au cyber-terrorisme pouvant provoquer le black-out.

http://www.01net.com/actualites/compteur-electrique-intelligent-quand-le-hacking-mene-au-black-out-general-628914.html
En 2014, deux hackers espagnols « se sont plongés dans les entrailles électroniques de l’appareil pendant plusieurs mois et ont analysé son fonctionnement par rétro-ingénierie. Ce qu’ils ont découvert n’est pas très glorieux. Ainsi, le mode bloqué peut être contourné sans grande difficulté, car il est possible de modifier directement certaines parties du firmware. La clé de chiffrement AES est stockée dans le processeur et peut être lue au moment de la mise en route. Et en plus, il s’avère que cette clé est la même pour tous les appareils ! »
Voici leurs révélations : « Une fois que l’on a le contrôle d’un appareil, il est possible de détourner ses fonctionnalités. Par exemple: envoyer des faux rapports de consommation pour diminuer sa note d’électricité. Comme les compteurs fonctionnent en réseau, on peut également couper l’électricité chez son voisin. Il suffit d’envoyer la bonne commande. Autre possibilité: faire passer son compteur pour celui de quelqu’un d’autres en changeant l’identifiant (spoofing). »
« On peut aussi rajouter des fonctionnalités, en modifiant le firmware, ou simplement siphonner les données des autres compteurs pour se constituer une petite base de données. Ça peut toujours servir. “Théoriquement, on peut même imaginer la création d’un ver qui infecte les compteurs de proche en proche puis génère un black-out général dans une quartier ou une ville”, souligne Javier Vidal. On est plus très loin du scénario catastrophe. »

http://www.01net.com/actualites/compteur-electrique-intelligent-quand-le-hacking-mene-au-black-out-general-628914.html

Sites web piratés, arnaques en ligne, vols de données en entreprises… Plus un jour ne passe sans son lot de cyberattaques aux conséquences potentiellement désastreuses :

http://www.rtl.fr/culture/medias-people/cyberpirates-dans-la-curiosite-7782628333
Blaise Mao et Thomas Saintourens, auteurs du livre Cyber Fragiles (éditions Tallandier, en librairie depuis le 1er avril 2016), invités de l’émission de RTL La curiosité est un vilain défaut le 31 mars 2016, ont dit avoir interviewé un expert en cybersécurité leur ayant affirmé avoir piraté le Linky sans aucune difficulté. Cet expert est cité p. 104 de leur livre : « Le compteur Linky, on a réussi à en prendre le contrôle en seulement trois heures ».
Interrogé par téléphone par une journaliste, cet expert a affirmé avoir précisé que l’élément qu’il avait piraté était le « gateway TIC », ainsi que cela est mentionné ici :

http://www.santepublique-editions.fr/Linky-l-essentiel-de-l-enquete.html
« Gateway TIC » signifie « Voie d’accès Télé Information Client ». Il s'agit donc du même élément de vulnérabilité déjà identifié par les hackers (voir p. 12).

1   2   3   4   5

similaire:

Adresse iconAdresse de messagerie (e-mail) Equivalent de l'adresse postale pour...
«boîte aux lettres électronique» d'un correspondant, ce qui permet à d'autres utilisateurs du réseau de lui envoyer des messages....

Adresse iconAdresse internet; tous les agents en poste sont joignables à l’adresse

Adresse iconAdresse géographique, et si elle est différente, adresse du siège social

Adresse iconAdresse :   cp  Ville :  Adresse électronique (facultatif)...

Adresse iconAdresse :   cp  Ville :  Adresse électronique (facultatif)...

Adresse iconAdresse postale où le courrier doit être adressé : 43 rue du Congo 31500 Toulouse

Adresse iconAdresse Adresse à laquelle doit être envoyée la réponse

Adresse iconAdresse :   Code Postal :   Localité :   Pays :   Téléphone...

Adresse iconAdresse (Adresse)
«stagiaire», «enseignant référent», «tuteur de stage», «représentant légal», «étudiant» sont utilisés au masculin

Adresse iconAdresse (Adresse)
«stagiaire», «enseignant référent», «tuteur de stage», «représentant légal», «étudiant» sont utilisés au masculin






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com