Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen





télécharger 137.59 Kb.
titreCours La science de l’empire romain et du moyen age européen
date de publication04.01.2019
taille137.59 Kb.
typeCours
d.20-bal.com > loi > Cours
4er cours

La science de l’empire romain et du moyen age européen
La science de l’empire romain et du moyen age européen n’existe pratiquement pas. Presque rien est ajouté au connaissances grecques, et une grande partie de ce qui avait été acquis est oublié, ou bien n’est plus compris.
Un idée qui n’est pas oubliée est le fait que la terre est sphérique. (L’idée qu’on entend souvent, et qui est même enseignée à l’école, que le moyen age et l’église pensaient que la terre est plate, est une idée fausse. Par exemple, nous pouvons lire dans Saint Thomas :
… Ad secundum dicendum quod diversa ratio cognoscibilis diversitatem scientiarum inducit. Eandem enim conclusionem demonstrat astrologus et naturalis, puta quod terra est rotunda, [Sancti Thomae de Aquino, Summa Theologiae, Prima pars, Quaestio 1, Proemium, Articulus 1].
… in fact les astronomes etr les physiciens arrivent aux mêmes conclusions, par example que la terre est rotonde, avec des instruments differents : les mathematiques pour les astronomes, l’étude des choses matérielles pour les physiciens…
Evidement, à l’école on enseigne aussi bien des choses fausses ! Méfiez vous de l’école ! )

Les astronomes arabes
Les sciences arabes naissent à Bagdad avec le calife Al-Mansour (754-775) qui reçut une délégation Indienne en 773 porteuse d’un livre, aussitôt traduit. Un chapitre concernait la trigonométrie et avait une table de sinus à 25 entrées et sinus verse (1-cos). Leurs sources sont Siddhanta (VI et VIIième siècle). Almageste traduit 5 fois.

al Battâni Albatagnus (877-929) (al Raqq sur l’Euphrate)
« Le Ptolémée arabe » utilise après les indiens, la notion de sinus et non celle de corde et établit la formule fondamentale de la trigonométrie sphérique.
Ecole de Maragha (Iranian Azerbaijan) : Nsir al-Din as Tusi (1201, 1274)
Essaient de se libérer de l'équant, et de le remplacer avec autre cercles.

Réarranger les cercles pour avoir des systèmes plus simples.
Ibn as Shatir (1304 -1375) (Damasque)
Modèle of the lune motion même de celui de Copernic (est que Copernic le connaissait?), qui corrige le plus gros problème de l'Almageste: la dimension de la lune, suivant le modèle de l'Almagèst, devrait changer dramatiquement (1/2), ce qu'on ne observe pas.
La disparition totale de la science autour de la méditerranée est illustré par le fait que la fonctions trigonométrique utilisée par les astronomes Alexandrines est remplacé par le sinus, qui est pratiquement la même chose, mais avec une dénomination qui viens … de l’Inde !
- Corde en Grec, traduit en jya en Hindou.

- Les Arabe utilisent le mot jiba qui ne veut rien dire en Arabe: c'est seulement un translittération du mot Hindi qui a le même son que le mot Hindi jya .

- Apres un peut de temps, dans les écrits Arabe, le mot jiba devienne jaib

qui a une signification: veut dire "plie".

- Les Européennes traduit les textes anciennes de l'Arabe en Latin, et traduisent jaib avec sinus, qui veux dire pli en latin.
Cette histoire montre que la trigonométrie était perdue dans le ouest, et y est retournée après être passée par l’Inde.

La lente sortie du Moyen age européen, grâce au monde Arabe
Les civilisations s’enrichissent quand elles se mélangent, non pas quand elles se renferme.

Premières ouvertures : Frédéric II (1194 – 1250) empereur.
Frédéric II est un mécène des sciences. Il lisait neuf langues. Il fait preuve tout au long de son règne d'une large ouverture d'esprit et d'un avant-gardisme indiscutable. On notera tout d'abord son attitude au cours des croisades où il s'intéresse à la culture arabe et reconnaisse sa grandeur et son raffinement. Il tenta notamment de concilier les deux partis (croisés et jihad) afin d'instaurer une paix durable et une cohabitation pacifique. En 1229, Frédéric signe un traité d'alliance avec al-Kamil, sultan du Caire, qui avait vaincu la cinquième croisade, en échange de la promesse de recouvrer la souveraineté sur Jérusalem, Nazareth et Bethléem. Frédéric entre en roi dans Jérusalem. Comme le pape Grégoire IX condamnaient ce traité, Frédéric est excommunié (deux fois). Le pape Grégoire IX alla même jusqu'à l'appeler l'Antéchrist.
Il échange des savants et des livres avec le sultan al-Kamil.
Traduction de Aristote de l'arabe. Traduction de l'Almageste au 12 et 13 siècle.
Les humaniste du XIV et XV siècle. La passion pour l’antiquité. Le rêve de faire repartir le grande savoir ancien. La chute de Constantinople en 1453, fin de l’ancien empire romain. Arrivé des savants de Constantinople et des livres en Europe.


L’humanisme



Les efforts de redécouvrir les textes anciennes.
Etude de l'Almageste, qui est bien compris et expliqué. Pas des grandes nouveautés, plus une explosion étonnante: Copernic. Copernic reprend le chemin.
Attention : reprendre le chemin ne veut pas dire répéter, veut dire changer !

Copernic


Copernic (Pologne, 1480-1543)

Que veut dire "révolution?" L'expression "révolution" vient du livre de Copernic !

Etude in Cracovie, Université de Bologne, Rome, Padoue and Ferrara. Etude Grec, médecine, mathématiques, lois. Tôt, il a son idée, and travaille toute sa vie sur cette idée on.
Livre "De Revolutionibus", est publié en 1543, au moment ou il meurt.


Il a reçu la première copie de son livre sur le lit de mort.
Il travail en grande isolation. Il est un personnage très médiéval, très pédantic précis. Un chercheur un peut fou, fermé dans sa petite tour dans un perdu pays du nord.
1. La clé mathématique de Copernic:
- la structure Déférente - épicycle peut être substitué avec le mouvement de l'observateur

(dessin) (ancienne idée de Aristarque ?)



2. La clé physique: cela marche pour tous le planètes au même temps !!

 Les trois épicycles de Mars, Jupiter et Saturne et les deux déférents de Venus et Mercure sont tous sur la même ligne!

Données de Ptolémée (Almageste, XI, 3) :


Planète

Cycles de

anomalie



Révolutions

Années

Rayon

déferrent

Rayon

épicycle

Mercure

145

46

46

60

22 1/2

Venus

5

8

8

60

43 1/6

Soleil

1

1

1

60




Mars

37

42

79

60

39 1/2

Jupiter

65

6

71

60

11 1/2

Saturne

57

2

59

60

6 1/2



Explication :

Pour Mercure, par exemple, tous les 46 ans, on vois la planète Mercure faire 46 rotations autour de la Terre, avec 145 cycles de mouvement rétrograde. C’est à dire, tous les 46 ans, on vois le déferrent de la planète Mercure fait 46 tours, tandis que son épicycle fait 145 tours. Le rayon de l’épicycle (en prenant le rayon du déferrent égal à 1) est déterminé par l’amplitude du mouvement rétrograde.

Observations :
1 : Venus et Mercure sont toujours proches du Soleil. Donc leurs déferrent sont toujours aligné avec le soleil, donc le nombre de révolutions est le même que le nombre d’années.
2 : Pour Mars, Jupiter et Saturne, c’est un tout petit plus compliqué. Dans ce cas, observe que les années sont toujours égales à la somme des nombres de révolutions et des nombres des cycles d’anomalie. Pourquoi ?
Copernic re-interprète tout ça dans le modèle héliocentrique. Mais attention !! Cela donne de suite des informations nouvelles très importantes.
1. D’abord le rayons des orbites des planètes peut être déduit par cette table. Pour Venus et Mercure, tout simplement, c’est le rayon de l’épicycle, si le rayon du déferrent est le rayon de l’orbite de la Terre.
Pour les planètes externes, c’est le contraire : le rapport entre le rayon du déferrent et le rayon de l’épicycle est le rapport entre le rayon de l’orbite de la planète et le rayon de l’orbite de la Terre. Donc par exemple pour Saturne on a :

6 ½ / 60 = Rterre / Rsaturne
En prenant Rterre=60, on a 6 ½ / 60 = 60 / Rsaturne, or Rsaturn = 10 750.

Donc on trouve :


Planète


Rayon orbite


Mercure

22,50

Venus

43,16

Terre

60

Mars

91,14

Jupiter

313,04

Saturne

553,84



Mais plus que cela ! On a aussi les périodes des orbites!
Pour les Planètes externes est facile : le nombre de révolutions autour de la terre est le même que le nombre de révolution autour du Soleil (parce que ces planètes tournent autour du Soleil et de la Terre.) Donc, Mars, par exemple, fait 42 révolutions en 79 ans. Donc sa période est 79/42 ans = 687 jours. Le même calcule est valable pour Jupiter est Saturne.
Pour Mercure, c’est plus difficile. En 46 ans son épicycle fait 145 tours, donc il passe a coté de la Terre 145 fois. Combien de tours du Soleil a fait Mercure dans cette période ?
Pensez a deux voitures sur un circuit. Combien de tours a fait la deuxième voiture (Mercure) si elle a dépassée la première (Terre) N1 fois, tandis que la première a fait N2 tours ? La réponse est clairement N=N1+N2. Comme Mercure est plus vite que la Terre, donc, il fait 145+46 tours autour du Soleil, durant les 46 ans. Donc sa période est 46/(145+46) ans = 88 jours. Même pour Venus.

Tous ensemble :


Planète


Rayon orbite

(unité arbitraire)


Période

(jours)

Mercure

22,50

88

Venus

43,16

225

Terre

60

365,25

Mars

91,14

687

Jupiter

313,04

4 345

Saturne

553,84

10 750


3. ce que on gagne:

- simplicité: élimination des épicycles !!

- explication de l'alignement

- obtient les dimensions des orbites (parce que il faut fixer toutes les échelles) (confirmé par les phases de venus par Galilée, après 70 ans)

- ces dimensions son en accord qualitative avec las période !!! (anticipation III lois de Kepler)

- explication cinématique simple du mouvement rétrograde des planètes; explication d'une simplicité étonnante de la complexité des mouvements des planètes.

- un système avec moins de paramètres, plus de simplicité, plus de choses expliqué.

Attention:

Copernic fait beaucoup plus que ça: il reconstruit entièrement le système de Ptolémée, en en plus, il le reconstruit sans l'équant (mais avec des techniques équivalents, les mêmes utilisé par les Arabes)
(figure 5.8 bravoure) modèle des planètes extérieurs de Copernic.
tout cela, apparemment, n'est pas en Aristarque.

pourquoi Hipparque et Ptolémée n'y sont pas arrivé? parce que les mouvements ne sont pas simple, et il cherchait avant tout de avoir des modèles prédictive simples.
- difficulté: ne colle pas de tout avec la PHYSIQUE de Aristote! qui est basé sur idée que la terre est un lieux spécial, avec des mouvement différents. et alors? confusion!!
- Réaction très positive de l'église: lettre du cardinal très encourageante. l'église est en faveur du climat de renouvellement intellectuel.

Autres détails du modèle de Copernic:
- confusion entre l'élimination de l'équant et l'héliocentrisme

- ce n'est pas vraiment un héliocentrisme:

- incertitude sur le « centre de l'univers »

Arguments en faveur et contre la rotation de la terre : arguments de Ptolémée. (une pierre lancé en haut ne tombe pas à l'ouest)
Buridane  e Oreseme.

Evaluation de Copernic:
Négative:

- Très conservateur en beaucoup d'aspect

- Elimination de l'équant est inutile et artificielle

- Le système, à la fin, est plus complique que celui de Ptolémée

- Les prédictions ne sont pas meilleurs. En effets, elle sont un peut pire.
Positive:

- Il a un image raisonnablement correct du système solaire

- Il peut dire ce que on peut voir si on se met, par exemple, sur Saturne, ou Jupiter

- Il a compris le vrais dimension du système solaire, et son immensité.

- Le système est beaucoup plus cohérent dans ses lignes générale.
Importance:

- Le monde change encore une fois, d'une façon très drastique, comme au temps de Anaximandre.

- Rien de la structuration originale du monde ne reste le même ! Il faut complètement récrire la structure conceptuelle du monde !
L'étrange passion d'un petit groupe d'initié de l'Astronomie commence à changer le monde.

Les conséquences de la révolution Copernicienne : Galilée et Kepler

La découverte de Copernic déclanche un très grande débat savant en Europe. Est ce que la Terre vraiment est en mouvement? Les deux écoles opposées s’opposent.
Les argument contre Copernic étaient plusieurs:

- Le système de Copernic ne fonction pas mieux que celui de Ptolémée. Pourquoi accepter une hypothèse tellement absurde, comme l'idée que la terre bouge, pour ne rien vraiment gagner en capacité de prédire ?

- Si la terre bouge si vite (30Km/s autour du soleil), pourquoi nous ne nous apercevons pas?

Et l'argument le plus fort:

- La physique est contre cette hypothèse, parce le Ciel est différent que la Terre: dans le ciel, les choses bougent en cercles. Sur la Terre, les choses bougent en ligne droite, en haut et en bas.

Galilée
Galileo Galilei. Pisa 1564 – 1642

Galilée a une personnalité flamboyante, polémique, politique. Il écrit de Pamphlets violents. Il se bagarre avec tout le monde, même avec l'église, qui, pour commencer, était complètement avec lui et derrière lui.
Il est souvent considéré le fondateur de la science moderne. Il donne des contributions majeurs à idée même de science: il fait les premier vrais *expériences*.
Un de ses livres principales est le "Dialogo sui massimi sistemi", dans le quel il explique en détail le système de Copernic (peut connu par le grand public jusque la), et il présente tous les arguments en faveur. Galilée est très convaincu du système Copernicienne, et le défende très fortement.
Galilée fait plain de choses, des quelles nous allons parler seulement de quelques-unes.

Ses plus grandes contributions ont deux.

1. Utilise un télescope, qui vient d'être construit par des artisans du nord de l'Europe, pour étudier le ciel, et y voie plain de merveilles.

- Les phases de Venus

- Les satellites de Jupiter

- Les montagnes de la lune ...

Tout cela confirme indirectement le système de Copernic. En particulier, les Satellites de Jupiter indiquent que la Lune est un satellite, mais pas une anomalie dans le système.




2. Il comprenne par rapport a un référentiel qui se déplace d'un mouvement droit et uniforme, tout se passe comme dans un référentiel qui n'est pas en mouvement. Il y a des pages très belles pour expliquer ça (le bateaux)… . (« la ligne faite par la pointe du crayon de quelqu'un qui fait un dessin sur un bateaux en voyage de Venise a Alexandrie ».)
Ces arguments ne son pas vraiment nouveaux. il sont déjà en Aristote, et d'autre scientifique de l'antiquité, mais Galilée les applique systématiquement pour expliquer que le mouvement de la terre n'est pas facile a apercevoir. Donc, ce n'est pas en contradiction avec nos observations (c'est la réponse a Ptolémée, e a ses arguments au debout de l'Almageste). C'est ce que aujourd'hui on appelle la relativité galiléenne. (Et c'est bien l'idée que Einstein va défendre et re--établir, après que l'électromagnétisme de Maxwell semblait la mettre en difficulté.)
3. En ayant pris au sérieux le système de Copernic, Galilée en tire des conséquences qui vont avoir une influence immense sur l'humanité.
Le raisonnement de Galilée est le suivant.
- Dans le ciel il y a des régularitées.

- Les astres suivent des lois mathématique exactes et simples

- La terre est un astre comme les autres

- Donc il doit y avoir des régolaritées sur la terre aussi !!
Donc le grand programme de Pythagore et Platon, décrire la Nature avec des lois mathématique, doit bien s'appliquer a la Terre aussi !
Galilée est fortement influencé par Platon. Il cherche se régularités ! Il cherche la "vérité caché derrière les choses". Vue le suces de l'astronomie, il sait que des lois existent en ciel. Et vue le succes du Copernicanisme, confirmé par ses observations célestes, il devient convaincu que, au fond, Platon doit avoir raison.
Donc, il cherche les loi exact et mathématique, qui gouvernent le mouvement des corps.
Pour Aristote, les corps lourdes, avant tous, tombes.

Galilée se demande comment tombent-t-il ! Avec quelle loi mathématique exacte. Et il la cherche.
La, il a un série d'intuitions géniales:
Ne pas regarder, mais faire des observations dans les quelles, on monte exactement la situation qu'on veux étudier: Galilée invente les expériences.
C'est peut être le dernier élément manquant à la liste des caractéristique de la science complète.
Il comprenne que il faut étudier des situation "idéal", en faisant abstraction de tout phénomène complémentaire:
Quand les choses tombent, elle sont ralenti par l'aire. Il intéresse au la chute des corps "quand il n'y a pas l'aire". Non pas parce que cela nous intéresses plus en soit, mais pour briser un problème complexe en élément plus simples.
Il se met dans des situation simplifié:

Plan incliné.


Il construit le premier "laboratoire scientifique" de l'histoire, et étudie la chute des corps.
L'étonnante découverte des la première lois (mathématique) de nature sur terre
Le boules roulent le long d'un plan incliné.

Il découvre que

- Si la longueur dans un temps T est L, alors:

la longueur dans le deuxième T est 3L, alors:

la longueur dans troisième temps T est 5L, alors:

la longueur dans quatrième temps T est 7L.
c'est à dire si je prenne un pendule qui va fait un clic tout le seconde, et je marque le positions ou est la boule, à chaque clic, j'obtient:
I - I - - - I - - - - - I - - - - - - - I - - - - - - - - - I - - - - - - - - - - -
1 3 5 7 9 11 ....
Or: la chose étonnante est que cela reste vrais:

- quel que soit le matériel de la boulle,

- quel que soit le pois et la dimension la boule,

- quel que soit l'inclination du plan,
donc, se doit être vrais même dans le limite dans le quel le plan est verticale ! (par continuité!)

donc cela est une lois universelle de la chute de tous le corps !
Galilée l'appelle "la lois de nombre impaires"
Galilée est étonné. Il écrit que il n'y à pas plus grande bonheur qu'à avoir vue pour le première fois la clarté mathématique caché derrière les apparences !
Observé: tout le monde aurait pu faire cet expérimente, n'importe quand. mais personne n'avait vraiment pris au sérieux idée Pythagoriques/platonique qu'il y à des régularité mathématique derrière les tous le phénomènes.
Il faut comprendre ce qu'il y a derrière la lois des nombres impaires. Galilée y met deux ans. nous on ira plus vite:
D'abord observe que
1

1+3 = 4

1+3+5 = 9

1+3+5+7 = 16

1+3+5+7+11 = 25
les carré parfaites!

Donc dans un temps T, L=1

dans un temps 2T L = 4

dans un temps 3T L = 9

dans un temps 2T L = 16

...
c'est à dire: les distances vont comme le carré des temps !!

donc
x = c t^2
a = 2 L/t^2 = 2c
deuxième observation. la constante c est la même pour chaque boule et chaque dimension et pois,. elle change avec l'inclination, dans la manière suivante
a = g (h/L)
ou L est la longeur du plan et h est l'élévation (donc h/L est le sinus de l'angle entre le plan et l'horizontale).
et, ou

a = 9,8 m/s^2 circa 10 m/s^2
- la lois de la chute
ce que veux dire que la VITESSE d'un corps qui tombe est
v = dx/dt = d/dt (4.9m/s^2) t^2 = 9.8 m/s^2 t
et l accélération
a = dv/dt = 9.8 m/s^2
est une constante "universelle" qui détermine la chute des graves, qui ne dépend ni du pois ni de la dimension de la boulle, ni de rien.
observe:
- approximations: néglige la friction avec l'aire, ne regarde pas la vrais chute, mais un chute "retardé et considère la limite.
- construction de situation fictives

le plan incliné.
- interrogation de la nature

expérimente, et non pas expérience
- platonisme

il sait déjà' qu'il doit y a voir un lois, et la cherche.
- vitesse et accélération

il comprenne que la clé de tout est accélération. or, personne avant lui n'avait mis l'accent sur l'accélération.

l'importance de ce résultat est énorme: il y a des loi mathématiques qui gouvernent le mouvement de tous les corps ! ciel: cercles, terre: accélération vers le bas constant ! deux lois différents, mais des lois partout.
- l'homme.

- le dialogue.

- un extraordinairement beaux texte de science expliqué à tout le monde et de discussions.
- la confrontation avec l'église. Galilée se trouve en difficulté avec l'église, qui commence a s'opposer au copernicanisme. Il subit plusieurs procés pour ses livres, et a la fin, il se sauve en abjurant a sa théorie (la tradition veux qui jure, mais juste après il dit "e pur si muove", qui veut dire, "quand même elle bouge" elle est la terre, bien sure). Ce confrontation entre Galilée est l'église devienne le symbole d'une lutte entre la religion est la science comme système d'explications du monde.
A bien voir la situation est un peut plus complique que ça parce que l'église ne voulait pas trancher, seulement laisser la question ouverte. Galilée exagère tout le temps. Il est certain du système de Ptolémée. L'église est contente de considère le systèmes comme une hypothèse intéressante, mais ne pas de lui donner un valeur de vérité. L'église fait référence à la Bible. Galilée dit que interprétation de la Bible peut être changer sur la base de ceux qu'on apprenne sur le monde. Galilée prétend que les écritures doivent être re-interprétées a la lumière des ses découvertes, donc en réalité il entre dans le territoire même de la religion. Ca n'est pas variaient acceptable pour l'église. Galilée, qui était amie des cardinaux et d’un pope, à la fin, il à tout le monde contre.


Kepler

Johannes Kepler : Weil-der-Stadt (Baden-Württemberg, Allemagne) (1571 1630)
- Étrange personnage qui oscille entre des attitudes de moyen âge et des éléments très modernes.

- Beaucoup des résultats et de découvertes importantes (les lunettes, optique...)
Il devient bien connu et trouve un travail à la court de Prague, avec une idée farfelue: les diamètres des orbites sont déterminés par les solides platoniques l'un dans l'autre. Mais le problème posé est intéressant : comment sont déterminées les orbites des planètes ?
À la mort de Tycho Brahé en 1601, il fut désigné comme mathématicien impérial à la cour de Rodolphe II, de Habsbourg Empereur du Saint Empire et roi de Bohême et de Hongrie : A nouveau, après deux milles ans des Ptolémées, les princes soutien la recherche scientifique ! Mais il ne faut pas exagérer dans l’admiration de ses princes : le devoir primaire de Kepler' etait de fournir des prédictions astrologiques à l’impéreur. Vous pensez que s’est stupide : Ronald Regan, président des Etats Unis, avais son astrologue aussi ! La stupidité est très dure a mourir !



I

Image du modèle du système solaire de Kepler, dans son Mysterium Cosmographicum (1596).

- Comment passer d'une mère sorcière à un fils grand scientifique.
Sa mère, Catherine — qu'il qualifie même de « petite, maigre, sinistre et querelleuse » — fut élevée par une tante qui finit sur le bûcher pour sorcellerie. En 1615, sa mère, alors âgée de 68 ans, est accusée de sorcellerie. Kepler, persuadé de son innocence, va passer six années à assurer sa défense auprès des tribunaux et écrire de nombreux plaidoyers. Kepler doit retourner dans le Wurtemberg. Elle passe une année enfermée dans la tour de Güglingen aux frais de Kepler ayant échappé de peu à la torture. Finalement, défendu par son fils elle, est acquittée le 28 septembre 1621. Affaiblie par ces dures années de procès et d'emprisonnement, elle meurt six mois plus tard.
Kepler raconte dans un compte (le Somnium, le rêve), que la mère l'accompagne dans le système des planètes et lui explique les sentiers des planètes, en volant sur une ballé. Sa mère était dévouée apparemment à un culte solaire, et dans le rêve lui explique que « le Soleil est la cause des mouvements des planètes ».
- Fois dans les lois
- Grande intuition que le soleil doit être la clé de tout: la ligne excentrique - centre - l'équant de tous les planètes passe par le soleil.et que le soleil doive exercer une force sur le planètes.idées très un--claire de force. (force magnétique, le soleil pousse les planètes sur leurs orbites.
- intuition qu'il y a une force due au soleil. il veut revoir tout en relation au soleil
il fait le pas crucial: on s'en fout des cercles !! ce n'est pas les cercles qui sont importants!! c'est la trajectoire de la planète, qu'elle qu’elle soit.
pour arriver là, c'est un parcours très long:
-Premier modèle copernicien révisé (toujours des cercles), en utilisant beaucoup des données de Tyco Braille, un riche danois fou qui avait construit le premier grand observatoire "moderne". et avait mis ensemble plain d'observations beaucoup plus précises que le passe'. pour la première fois le monde moderne recommence à faire des observations précise, a la hauteur des observation anciennes.
Kepler refait tout le système de Ptolémée, mais beaucoup mieux (avec les même principes). Il écrits des nouvelles tables, qui sont beaucoup meilleur que les anciennes. Il deviens célèbre comme astronome.
- MAIS: pour la planète Mars les prédictions du modèle ne collent pas exactement avec les observations : 8 minutes d'arc qui manquent. Attention 8 minutes d’arc est très peut. (Combien des minutes d’arc est le rayon de la lune ?)
il cherche pour des année de refaire mieux le système, mais il n'y arrive pas. puis, il a l'intuition complète: les trajectoires sont des ellipses.
- trois lois très simples qui gouverne toutes les planètes:

- ellipse

- aires à vitesse constante (c’est-à-dire, vitesse proportionnelle à l'inverse du carré de la distance)

- précisément approximé par le déférent !
mais peut être la loi plus importante du point de vue historique c'est la troisième:

pour la comprendre, il faut reconsidérer Ptolémée.Les rayons des orbites des planètes ne sont pas déterminées.seulement le rapport entre l’excentrique et l'épicycle est déterminé, parce que le model est invariant d'échelle.
mais avec Copernic, tous les épicycles qui correspondent au mouvement apparent de la Terre sont de la même longueur, donc il faut "agrandir les orbites des planètes extérieures", pour le mettre a la bonne échelle.donc, on y déduit la dimension des orbites des planètes? et comme Ptolémée avait déjà leurs périodes, on a les données périodes/rayons.



Planète


Rayon orbite

(unité arbitraire)


Période

(jours)

Mercure

22,50

88

Venus

43,16

225

Terre

60

365,25

Mars

91,14

687

Jupiter

313,04

4 345

Saturne

553,84

10 750


Avec cela, Kepler observe que: les temps et les rayons sont en proportion cube/carré: R^3/T^2=constante : même constant pour toutes les planètes. (la lune n'est pas une planète)

Planète


Rayon orbite

(unité arbitraire)


Période

(jours)

R^3/T^2

Mercure

22,50

88

1,5

Venus

43,16

225

1,6

Terre

60

365,25

1,6

Mars

91,14

687

1,6

Jupiter

313,04

4 345

1,6

Saturne

553,84

10 750

1,5


Avec les deux grand résultas de Kepler et Galilée, Newton va résoudre le puzzle à la fin. Et ce sera la prochaine course.


Descartes

- le philosophe, la base conceptuelle d'un monde complètement nouveau.

- le doute systématique, repartir de soit même. certitudes, idées claires et distinctes.

- le scientifique:

- matière (res estensa), géométrie, relativité du mouvement.

De la « discours sur la méthode », la première règle de la pensée :
Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle ; c'est-à-dire, d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention, et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute.

Résumé 4
 Après mille ans de progrès très lent de la connaissance scientifique, à la sortie du Moyen âge Européen, un groupe de « fanatiques » cherche de reconstruire le savoir ancien perdu. Les anciens textes grecs sont traduits de l'Arabe en Latin. On étudie Aristote en détail. On recommence à discuter la Science.
 Copernic reprend l'Almageste, et re-interprète le système épicycle-déférent comme la description des mouvements apparents par rapport au mouvement de la Terre, comme dans le modèle d'Aristarque. Cela aura des conséquences immenses pour l'humanité entière.
 Galilée (Galileo Galilei) comprend que si la Terre est une planète comme les autres, alors il doit y avoir des lois mathématiques aussi sur la Terre, pas seulement en ciel. Il les cherche, et il trouve la loi avec laquelle les corps tombent: l'espace est proportionnel aux carrées des temps: x=1/2 g t2 , où : g=9,8 m/s2.
 Les contributions de Galilée sont nombreuses et majeures:

- utilise le télescope pour regarder le ciel et découvre phénomènes jamais observés, qui confirment l’idée de Copernic: satellites de Jupiter, phases de Venus, montagnes de la Lune.

- commence la science expérimentale: construire des situations simples et contrôlées, pour faire des mesures précises, et en déduire de résultats de validité générale.

- comprend que l'accélération est la clé pour comprendre la dynamique, et qu’un corps en mouvement reste en mouvement s'il n'y a pas des forces à l'arrêter.
 Kepler améliore le système de Copernic. Il abandon l'idée que les mouvements doivent être expliqué par des compositions de cercles. Il comprend que les trajectoires des planètes sont des ellipses (Loi 1). Et que la vitesse est telle que l'aire parcourue est constante (Loi 2). (Le déférent d'Hipparque donne une approximation très bonne à cette loi.)
 Le système de Copernic, à différence du système de Ptolémée permet d’évaluer le rayon de l'orbite des planètes, parce que les épicycles apparents doivent être de la même dimension que le rayon de l'orbite de la Terre. Grâce a ça, Kepler observe qu’il y a une relation entre rayons et périodes: les cubes des rayons sont proportionnels aux carrés des périodes: T2/R3 = même pour toutes les planètes (vrais aussi pour les satellites de Jupiter) (Loi 3).
Devoir:
1. En utilisant la 3ème loi de Kepler, calculer la vitesse à laquelle se déplacerait une « petite lune », en orbite autour de la Terre juste au-dessous des montagnes, c’est-à-dire, avec un rayon orbital égal au rayon de la Terre. (Rappelez vous que de la dimension angulaire de la Lune que vous avez mesuré, et de la comparaison de la Lune avec l'ombre de la Terre durant une éclipse, nous avons évalué, suivant Hipparque, la distance de la lune à 60 fois le rayon de la Terre.) Si vous êtes capables, calculez l’accélération de cette lune sur cette orbite basse.
2. Le résultat des expériences de Galilée est qu’une boule a une accélération constante. Cette accélération est de plus en plus faible quand l'inclination est mineure. Il a aussi vérifié que si la boule monte un plan incliné, elle décélère, et sa décélération est de plus un plus faible si l'inclination est mineure. De là, il en tire qu’en plan, s'il n'y avait pas de frottement une boule continuerait sans jamais s'arrêter (contrairement à ce que tout le monde avait pensé depuis des siècles). Quel est le raisonnement de Galilée ? Comment arrive-t-il a cette conclusion ?

similaire:

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconLa science-fiction américaine de l’Age d’Or et son influence sur...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconCitations du cours «La révolution scientifique de l’âge classique.»
«La science née de ses efforts et de ses découvertes (Galilée, mais aussi Descartes) ne suit pas l’inspiration des «précurseurs parisiens...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconErnest-Émile Lopez-Sanson de Longval : L’image au Moyen-Âge d’après...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconTaux d’emploi des 20/65 ans et âge moyen de retrait du marché du...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconPériode de l’empire : l’œuvre de l’empire c’est la codification....

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconMémoires maj
«Inventaire des destinataires des lettres connues (publiées ou encore inédites) de Romain Rolland», la deuxième la «Liste des publications...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconArticles dans des revues avec comité de lecture
...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconL'État, qui s'est organisé depuis le Moyen-âge et a contribué à la...
«délégation des partis». La Constitution est cependant adoptée par référendum

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconChapitre 4 : Emile Durkheim
«Nous ne devons pas tirer la morale de la science mais faire la science de la morale». La science doit en effet aider à trouver le...

Cours La science de l’empire romain et du moyen age européen iconCours ali a51a histoire du moyen-orient contemporain (Mme verdeil)






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com