Une image «populaire» pas vraiment positive





télécharger 70.38 Kb.
titreUne image «populaire» pas vraiment positive
date de publication02.10.2019
taille70.38 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos
Techniques de vente spécifiques à l’assurance


En quoi l’assurance est-elle une matière spécifique ? En quoi sa vente requiert-elle une approche particulière ?

Une matière complexe



 bases juridiques de l’assurance (codes des assurances, code civil…)

 bases techniques de l’assurance (approche des risques, mathématique, statistiques…)

 environnement fiscal et social important (taxes, prestations, exonérations, CGI…)

Une image « populaire » pas vraiment positive



 assureurs = banquiers = « voleurs »

 c’est obligatoire, pas le choix, imposé !

 un jargon, un vocabulaire « volontairement » compliqué (les petites lignes…)

 c’est toujours trop cher et ca augmente toujours !

Un marché devenu tendu et très concurrentiel



 fini l’époque où la demande faisait tourner les agences…

 les banquiers se sont mis à l’assurance…

 la guerre des prix sur le marché des particuliers

 un interventionnisme de l’état de plus en plus pesant (Loi Châtel, taxe santé, devoir de conseil…)

 une pluralité d’acteurs sur le marché (assureurs traditionnels, banques, MSI, courtiers…)

 un marketing exacerbé (pub télé, campagnes commerciales, promotions permanentes…)

 une réglementation devenue très contraignante (ACP, solvabilité 2, ORIAS, fiches conseils…)

Un comportement d’achat qui a beaucoup évolué



 la course au « moins cher »…

 l’arrivée d’internet et des comparateurs d’offres…

 des assurés mieux informés…

 une sinistralité maîtrisée mais « mieux consommée »

 une fidélisation beaucoup plus fragile…


Des typologies de clientèles à connaître….Pour bien vendre !



Attention, il faut distinguer impérativement deux grandes familles de clientèle :
 les clients en portefeuilles, ceux qui nous font déjà confiance….

 les clients potentiels, les prospects à conquérir…
L’approche de vente devra être adaptée avec pertinence, on ne vend de la même façon à un client en portefeuille qu’à un prospect pur….

Il faut absolument capitaliser sur la confiance que nous témoigne déjà un client en portefeuille…Il faut l’exploiter avec intelligence.

Face à un prospect, il va falloir rassurer, convaincre de nous faire confiance, et pas simplement par le prix et les garanties, mais surtout par le « service après-vente » et la qualité du suivi.
Parmi les clients et prospects « rencontrés », il est possible d’en distinguer quelques portraits types :
(brainstorming en préalable…)
 les « abandonnés » (résiliés compagnie, malussés…)

 les chasseurs de primes…

 les négociateurs…

 les déçus, fâchés contre leur assureur actuel…

 les hésitants…

 les « froids »…

 les prétentieux…

 les angoissés…

 les bavards…

 les « je sais tout déjà… »

 les rigolos…

 les confiants…

 les « recommandés »…

 la famille d’un client…

 la famille d’un collaborateur de l’agence…
Une remarque importante, souvent la vente se fait face à un couple de personne, il est donc important de repérer au sein du couple la personne qui décidera au final, sans bien entendu « délaisser » l’autre personne. Ne jamais s’associer avec l’un des deux contre l’autre…C’est voué à l’échec dans la plupart des cas…

Rappel sur la technique de vente générale



(brainstorming en préalable…)
 Approche croisée des « portraits clients identifiés » et des différentes étapes de la vente, identification des étapes « sensibles »


Mise en pratique de la capacité à s’adapter au portrait identifié….

Jeu de rôle : vente d’un contrat habitation à un prospect de passage à l’agence
Un étudiant joue le prospect en choisissant au préalable un « portrait type client » sans le divulguer au vendeur joué par un autre étudiant….

Les « spectateurs » analysent la scène de vente en appréciant le comportement du vendeur face au prospect…Sa capacité à « canaliser » la personnalité du prospect, et le respect des différentes étapes de vente.
Débriefing général à la fin de chaque jeu de rôle afin d’en tirer tous les enseignements.
Conclusion :
La réussite de la vente dépend bien entendu de la qualité du produit vendu (garanties, prix, services…) mais surtout de la capacité à identifier le type de clientèle abordé et à s’adapter à cette dernière.

Un bon vendeur est une sorte de caméléon…

Un mauvais vendeur utilisera toujours la même méthodologie….
Les méthodes ventes communes à tous les produits assurances

Le produit automobile, le produit habitation

Méthodes de vente spécifiques à ces produits

Croisement méthodes de vente communes et spécifiques sur auto et habitation


Les méthodes de vente communes à tous les produits assurances



Avant de « choisir » une façon d’aborder un client (méthode de vente), il est important de bien identifier dans quelles circonstances ce client est rencontré.
Plusieurs situations sont possibles :
1 - Personne déjà en portefeuille de l’agence (client)

2 - Personne qui ne fait pas partie du portefeuille de l’agence (prospect)
3 - Personne qui vient à l’agence de sa propre initiative

4 - Personne que l’agence fait venir pour un rendez-vous
Ces 4 situations peuvent être combinées entre elles :
1 + 3 : La personne est déjà assurée chez nous et vient à l’agence spontanément

1 + 4 : La personne est déjà assurée chez nous et vient à l’agence à notre initiative (RDV fixé)

2 + 3 : La personne n’est pas client de l’agence et vient à l’agence de sa propre initiative

2 + 4 : La personne n’est pas client de l’agence mais vient en rendez-vous à notre initiative
En fonction de ces combinaisons, la méthode de vente devra être adaptée afin d’être la plus pertinente et efficace possible.

Il faut noter que de nos jours il est impératif, pour se développer correctement, de solliciter les clients et les prospects afin de les faire venir en agence. Il est devenu dangereux de ne se contenter que du flux passif des clients et des prospects.

Les situations subies : 1 + 3 et 2 + 3
C’est la personne qui vient spontanément à l’agence.

Dans ces situations il est impossible d’anticiper le contenu de l’échange à venir….

C’est la personne qui va « planter le décors » de la vente en vous exposant le plus souvent un besoin simple (unique et précis)

Il faudra donc impérativement répondre prioritairement à ce besoin simple afin de satisfaire la demande du client et ne pas provoquer une frustration qui serait alors rédhibitoire.

Une fois la réponse au besoin simple concrétisée (proposition d’assurance sur une assurance auto par exemple) il faudra alors dépasser le périmètre de la demande initiale du client en suscitant chez le client d’autres besoins d’assurance.

Ces autres besoins peuvent avoir été détectés à l’occasion de la phase de découverte du client, notamment s’il s’agit d’un prospect (scénario 2 + 3) ou grâce à l’outil informatique (fichier client) offrant la synthèse des risques assurés pour notre client (scénario 1 + 3)
La méthode utilisée sera alors celle connue sous la dénomination « la vente rebond »
Il est impératif d’exploiter tous les contacts avec les clients et les prospects, notamment ces contacts qui sont déclenchés à leur initiative.

Il ne faut pas se contenter de répondre uniquement à la demande (besoin simple) de la personne.

La méthode de la « vente rebond » permet d’exploiter ces contacts « faciles » (non provoqués) en proposant au visiteur (client ou prospect) plusieurs solutions d’assurances adaptées à ces besoins (besoins conscients et besoins inconscients).

Cette méthode n’est pas propre au domaine de l’assurance, tout commercial performant doit utiliser cette méthode pour exploiter pleinement ses contacts.

La plus-value de cette méthode est donc la multi-vente, ou du moins, la multi-proposition d’assurances.

L’inconvénient est que cette méthode est chronophage et peut donc perturber le planning prévu (RDV planifiés par exemple).

Il faut donc savoir gérer cette méthode dans la durée.

De plus, le client peut ressentir au bout d’un moment un agacement ou une lassitude si vous vous montrez trop insistant et gourmand.

Il est fortement conseillé de ne pas faire plus de 3 propositions d’assurances au total, il est préférable de fixer un rendez-vous ultérieur afin de poursuivre la multi-vente.

Il faudra aussi veiller à fixer avec la personne, si la vente n’est pas conclue immédiatement, une durée limite de réflexion au delà de laquelle vous rependrez contact avec la personne pour connaître sa décision quant à vos propositions.


Résumé de la méthode :
 Visite spontanée et non prévue d’un client ou prospect

 Bien comprendre la demande de la personne (besoin simple)

 Satisfaire cette demande sans aborder d’autres sujets
 Rebondir sur un ou (plusieurs) autre besoin d’assurances détecté par le questionnement (prospect) ou le renseignement (client)…
 Identifier clairement ce besoin supplémentaire 1

 Répondre par une proposition à ce besoin
 Rebondir sur un autre besoin d’assurances détecté par le questionnement (prospect) ou le renseignement (client)…
 Identifier clairement ce besoin supplémentaire 2

 Répondre par une proposition à ce besoin
 Faire la synthèse des besoins exprimés et des propositions apportées

 Fixer avec la personne une durée maximale de réflexion

 Fixer un nouveau rendez-vous si nécessaire


Les situations provoquées : 1 + 4 et 2 + 4
C’est vous qui faites venir la personne à l’agence.

Ces situations sont donc provoquées et programmées. Il est donc possible de les préparer en amont afin d’en optimiser les effets.

C’est vous qui allez « planter le décor » de la vente en proposant à votre interlocuteur différents besoins à aborder.

Au préalable vous avez donc fixé un rendez-vous avec la personne et sans doute (c’est mieux) une durée d’entretien.

Il est fortement conseillé de respecter l’horaire du rendez-vous (ne pas se faire piéger donc par les visites spontanées…) et sa durée (la personne a sans doute d’autres impératifs, vous n’êtes son seul sujet de préoccupation).

Au début de l’entretien il est bienvenu de revalider avec votre interlocuteur le temps qu’il peut vous allouer (engagement réciproque).

Si vous faites venir un client de votre agence



2 méthodes peuvent être utilisées selon les circonstances :
 Le « Harpon – Pelote »
Cette méthode consiste à faire venir le client pour un produit bien déterminé à l’avance, produit pour lequel le potentiel attractif est très fort. Par exemple tarif promotionnel, garantie novatrice, conditions d’assurances privilégiées pour les clients….etc…

Vous faites donc venir le client pour un sujet précis, il faudra donc impérativement tenir votre « promesse ». Après avoir présenté votre produit « harpon » vous allez devoir capitaliser sur cet entretien en proposant à votre client des contrats supplémentaires afin de couvrir au mieux ses besoins d’assurances, conscients ou inconscients. Bien entendu une analyse préalable des risques assurés par le client donc des contrats en portefeuille permettra d’avoir une approche commerciale efficace et ciblée.  
Résumé de la méthode :
 Contacter le client afin de lui proposer l’offre « harpon » qui le fera venir à l’agence

 Analyser l’équipement « contrats » du client afin de préparer et d’optimiser au mieux sa visite à l’agence.
 A l’occasion du rendez-vous, présenter en détail l’offre « harpon » et faire souscrire le client.

 Puis le questionner sur ces autres besoins d’assurance dans le but de lui faire d’autres propositions (multi-équipement / Cf. vente rebond)

 Si nécessaire fixer un nouveau rendez-vous avec le client pour traiter ultérieurement avec lui ses autres besoins d’assurance.
Le « Bilan Assurances »
Cette méthode consiste à faire venir votre client à l’agence afin de réaliser avec lui un bilan de ses besoins d’assurances et des solutions apportées ou à apporter.

Le client accepte normalement facilement un tel rendez-vous car pour lui c’est une démarche de qualité qui le rassure et le valorise.

Pour l’agence c’est une façon d’exprimer au client l’intérêt qu’on lui porte et lui démontrer la qualité et le sérieux de notre suivi client, c’est un acte de fidélisation.

Ce bilan doit être axé sur deux approches



 Revoir les contrats existants et vérifier que ces derniers sont toujours en phase avec les besoins réels du client, ne pas hésiter à diminuer les garanties le cas échéant, par exemple en passant un véhicule d’une formule « tous risques » à une formule « au tiers ».

Cette démarche objective contribuera à renforcer la relation de confiance entre vous et votre client.

Identifier les éventuels besoins d’assurance, souvent non conscients, sensibiliser votre client aux risques encourus…Lui proposer des solutions adaptées et personnalisées, toujours dans le cadre d’une démarche de qualité.

Il est alors possible, souvent, de financer en partie ces nouveaux contrats en utilisant les « économies » réalisées sur les contrats existants…

L’objectif pour vous étant le multi-équipement, qui contribuera à la fidélisation de votre client.

Plus un client est équipé plus il est fidèle…Il faut lutter absolument contre le « mono-équipement » qui fragilise le portefeuille.


Résumé de la méthode :
 Contacter le client en lui proposant un bilan de ses assurances

 Bien préparer au préalable les axes de progrès sur les contrats existants et les potentiels à exploiter (nouveaux contrats)

 Ne pas hésiter à revoir à la baisse certaines garanties afin de renforcer la relation confiance entre vous et le client.

 Proposer de nouveaux contrats pour des risques non couverts (ou couverts à la concurrence bien entendu)

Si vous faites venir un prospect



Lorsque vous faites venir un prospect à l’agence (cas abordé ici) il s’agit souvent de l’aboutissement d’une démarche de prospection : mailing, phoning…

Cette prospection est le plus souvent réalisée sur la base d’une offre bien ciblée et relayée dans les médias, ce qui renforce son attractivité.

Le prospect qui viendra à l’agence viendra donc inéluctablement pour bénéficier de cette offre.

Il faudra donc ne pas le décevoir et satisfaire son attente (espoir même).

Il ne faut pas se faire d’illusion, à l’occasion de ce rendez-vous il est rare de pouvoir concrétiser avec le prospect d’autres contrats d’assurance.

Il faudra donc fixer un nouveau rendez-vous à ce prospect afin de faire avec lui un bilan de ses assurances (cf. méthode du « bilan assurances »)
A l’occasion de ce rendez-vous, l’objectif est de récupérer les contrats souscrits à l’assurance.

Il faut donc dans un premier temps s’intéresser exclusivement aux contrats souscrits auprès de la concurrence.

Souvent les clients et les collaborateurs d’agence ont une vision « contrat » et non « client global ». Il est rare d’être moins cher que la concurrence sur tous les contrats, il ne faut donc pas tomber dans le piège qui consisterait à comparer contrat par contrat.

La stratégie réside en un objectif simple, faire faire une économie au prospect, ce qui est une condition sine qua none pour avoir une chance de le conquérir.

Pour ce faire, il faut donc utiliser la méthode du « gain global ».

Cette méthode consiste à faire des contre propositions pour chaque contrat souscrit à la concurrence, puis à comparer la somme des cotisations des contrats souscrits à la concurrence à la somme des cotisations de nos propositions.

Au final, il faut s’arranger pour que le total de nos propositions soit inférieur à celui de la concurrence. Ce qui compte pour le client c’est que son poste « assurances » baisse….
Résumé de la méthode :
 Faire un bilan des contrats souscrits à la concurrence

 Faire des contre propositions pour chaque contrat concurrent

 Générer des économies sur les contrats pour lesquels c’est possible

 Démontrer que le coût global d’assurance de nos propositions est inférieur à celui de la concurrence

Autres méthodes de vente



Méthode de la « remise progressive »



 L’objectif est faire comprendre au client que plus il souscrira de contrats chez nous plus il bénéficiera de remises commerciales…

 Cette méthode est à « coupler » avec la méthode du « rebond » bien entendu

Méthode du parrainage



 Conquérir de nouveaux clients par l’intermédiaire de clients en portefeuille. Vous êtes recommandé par un client auprès d’une autre personne de ses connaissances.

 Il faudra réserver donc des conditions privilégiées à ce client « apporté » et une « récompense » pour le client « entremetteur »

Méthode du « vu avec le patron »



 L’objectif de cette méthode est d’obtenir l’accord du client ou du prospect sur une proposition d’assurance en le valorisant…

 Il faut, en présence du client, aller voir l’Agent ou un responsable afin d’obtenir des conditions privilégiées …

Méthode du « concours »



 L’objectif est de faire souscrire des clients avec lesquels les rapports sont excellents et proches.

 Il faut faire croire au client que vous êtes en concours pour votre production et que cela serait très sympathique de sa part de souscrire un contrat pour vous aider à gagner…


Le produit AUTOMOBILE




L’obligation d’assurance



 Loi de 1958

 Loi de 1985

Les garanties d’un contrat d’assurance AUTO



 Responsabilité Civile

 Les garanties dommages au véhicule

 Les autres garanties

 Ce qui n’est pas couvert

Les critères de tarification



 Le véhicule

 Le lieu de circulation et de garage

 L’utilisation du véhicule

 Les formules de garanties et de franchises

 Le conducteur

Méthodes de vente spécifiques à l’AUTO




De la franchise pour les excellents conducteurs
Si votre client est un excellent conducteur (absence de sinistres), félicitez le pour ces qualités et incitez le à souscrire un contrat avec franchise afin de faire baisser sa prime, notamment si votre tarif est peu « limite » par rapport à la concurrence…

Ou sinon, la baisse de tarif sur le contrat AUTO peut être utilisée à bon escient pour « financer » la souscription d’un contrat supplémentaire.
La montée en gamme validée par le client
Cette méthode consiste à proposer au départ au client le minimum de garanties (l’obligatoire : RC), puis de lui expliquer chaque garantie supplémentaire en lui demandant s’il estime que cette nouvelle garantie lui est nécessaire…Le but c’est de « faire valider » au client chaque garantie / option supplémentaire…En lui indiquant à chaque le coût supplémentaire…

Il sera alors plus facile de lui faire accepter la proposition finale puisqu’en fait c’est un peu lui qui l’aura construite et valider au fur et mesure de l’entretien.
Un budget assurance AUTO respecté
Cette méthode consiste à demander à votre client le budget maximal qu’il souhaite / peut allouer à l’assurance de son automobile.

Vous construisez alors votre proposition d’assurance en respectant cette limite posée par le client.

L’avantage c’est qu’au final le client ne remettra pas en question le prix puisque c’est lui qui l’a défini au préalable….Il restera juste à bien négocier le contenu de la proposition.

L’automobile, une assurance sensible
Cette méthode consiste à identifier le rapport qu’a votre client avec son véhicule…

Si vous ressentez que ce véhicule est un objet valorisant, important pour votre client, il est alors judicieux d’alimenter ce sentiment au travers de votre vente.

Par exemple flatter votre client sur son choix, aller voir la véhicule devant l’agence…

Votre client sera heureux de partager avec vous ce sentiment et la vente en sera plus aisée.

Il sera plus difficile pour votre client de « mégoter » sur la qualité des garanties à souscrire pour protéger l’objet de sa fierté….

Le produit HABITATION



Quels biens peut-on assurer ?



 Les biens mobiliers

 Les biens immobiliers

 Les aménagements et embellissements

Quels évènements peut-on assurer ?



 Incendie et risques annexes

 Tempête, grêle et poids de la neige (TGN)

 Dégâts des eaux

 Dommages électriques

 Bris de vitres

 Vol

Les critères de tarification



 L’adresse de l’habitation

 La surface à assurer, le nombre de pièces

 La valeur des bâtiments

 L’utilisation des bâtiments

 La matérialité des bâtiments

 Le statut de l’occupant

 Les éléments aggravants intérieurs et extérieurs

Méthodes de vente spécifiques à l’HABITATION




Une visite de risque, c’est presque une vente garantie
En effet si l’occasion se présente et l’organisation de l’agence le permet, il est très judicieux de proposer à votre client une visite de son bien à assurer. Ce sera la preuve de votre professionnalisme et de votre disponibilité.

De plus, pour le client c’est très rassurant, il saura que son bien a été apprécié avec justesse et par conséquent son contrat d’assurance sera tout à fait adapté à la réalité de ses risques.
Ne pas faire une surévaluation des biens mobiliers à assurer
Il est important de bien déterminer avec le client la valeur de remplacement de ses biens mobiliers, sans rien n’omettre certes mais sans surévaluer leur valeur globale, cela pèserait inutilement sur la cotisation globale alors que l’indemnisation ne dépassera jamais la valeur réelle des biens mobiliers endommagés par l’éventuel sinistre.

Jeux de rôle



Il faut mettre à l’épreuve les différentes méthodes abordées :
Méthodes générales et communes :


  • La vente rebond (x4)

1 prospect / demande AUTO / rebond HABITATION

1 client / Avenant AUTO à la baisse / rebond EPARGNE

1 client / HABITATION studio fils étudiant / rebond AUTO du fils rebond EPARGNE fils

1 prospect / HABITATON / rebond AUTO rebond EPARGNE


  • Le Harpon Pelote (x3)

1 client / phoning harpon AUTO fidélité client > 10 ans / Pelote EPARGNE (gain auto)

1 prospect / phoning dans le dur harpon promo habitation 3 mois gratuits / pelote AUTO

1 client / harpon zéro franchise sinistre auto 2 ans / pelote HABITATION



  • Le Bilan Assurances (x3)

1 client / assuré AUTOS Mr et Mme mais pas HABITATION

1 client / assuré HABITATION maison 1 et maison 2 mais pas AUTO Mr et Mme

1 client / assuré AUTO et HABITATION mais pas EPARGNE


  • Le Gain Global (x2)

1 prospect / concurrence 2 AUTOS et HABITATION (450 euros / 325 euros / 252 euros)

1 client / devis concurrence 2 AUTOS et HABITATION / propositions pour garder client


  • La remise progressive (x1)

1 prospect / démarche AUTO puis AUTO2 puis HABITATION


  • Le parrainage (x1)

1 prospect / de la part d’un très bon client de l’agence / AUTO et HABITATION


  • Vu avec le patron (x1)

1 client / assuré AUTO et HABITATION / AUTO 2 mais voir le tarif, remise avec le patron


  • Le concours (x1)

1 client / avenant AUTO / EPARGNE (concours…)

Méthodes AUTO :


  • La franchise pour les excellents conducteurs (x1)

  • La montée en gamme validée par le client (x1)

  • Un budget assurance auto respecté (x1)

  • L’automobile, une assurance sensible (x1)



Méthodes HABITATION :





  • La visite de risque

  • Ne pas surévaluer les biens mobiliers

Le produit SANTE



Les différents régimes sociaux
Comment sont calculées les prestations ?
L’assurance complémentaire Santé


Méthodes de vente spécifiques à la SANTE
 Expliquer le contexte général du désengagement des régimes sociaux de base

 Bien cerner les besoins réels du client (gros risques / petites risques)

 Bien expliquer le principe du remboursement complémentaire

 Vendre les services d’assistance

 Vendre les réseaux partenaires source d’économie

 Exprimer la cotisation en mensualités

Le produit PREVOYANCE




Rappel sur les régimes de prévoyance des salariés, artisans commerçants et exploitants agricoles
Rappel sur les différentes garanties possibles en contrat de prévoyance complémentaire


Méthodes de vente spécifiques à la PREVOYANCE
 Bien cerner les besoins réels du client (diagnostic du manque à gagner)

 Bien expliquer le principe du remboursement complémentaire

 Donnez des exemples concrets, de la vie courante et des risques encourus

Jeux de rôle sur la commercialisation des produits SANTE et PREVOYANCE

Le produit ASSURANCE VIE

Rappel du cadre fiscal et juridique de l’assurance VIE

Les différents produits commercialisés


  • Supports en euros

  • Supports mixtes

  • Packs Epargne

  • Etc…


La commercialisation par l’approche des besoins du client


  • Besoin d’épargne pour un projet précis

  • Se constituer une retraite complémentaire

  • Obtenir des revenus complémentaires

  • Protéger ses proches


Jeux de rôle sur la commercialisation des produits ASSURANCE VIE

similaire:

Une image «populaire» pas vraiment positive iconPrécis sur la négation
«ne…pas», on peut utiliser «ne…pas du tout», /«ne…absolument pas», «ne…vraiment pas» (langage standard) : Je ne comprends pas du...

Une image «populaire» pas vraiment positive iconDésigne tout type de processus permettant la désignation de représentants par un
«Il constitue aussi un facteur important d'orientation positive du vote populaire, puisque sa logique et sa dynamique [ ] influencent...

Une image «populaire» pas vraiment positive iconUne drôle d’histoire pas vraiment drôle, mais qui peut l’être, parfois

Une image «populaire» pas vraiment positive iconChapitre 4 : Dé-linéariser le son dans son rapport à l’image : émergence...
«Joy Stick» ou par le mouvement de la souris, ou dans une interaction avec (une action sur) l’image

Une image «populaire» pas vraiment positive iconQui sont les nouveaux défenseurs du «bon sens populaire» ? Comment...
«bon sens populaire». C'est ainsi qu'il qualifiait l'adoption de quatre amendements portés par le collectif de la Droite populaire...

Une image «populaire» pas vraiment positive iconMonstres sacrés nom (prénom)
«image»; Image représentant une divinité et qu’on adore comme si elle était la divinité elle-même. Voir fétiche. Culte des idoles....

Une image «populaire» pas vraiment positive iconLe recours aux théories : une exigence épistémologique
«Deux hommes, s’ils veulent s’entendre vraiment, ont dû d’abord se contredire. La vérité est fille de la discussion, non pas fille...

Une image «populaire» pas vraiment positive iconDavid ismain magistère de Relations Internationales
«dynamiques du dehors» ne sont pas vraiment séparables des «dynamiques du dedans» ( en d’autre termes pas de dichotomie entre l’interne...

Une image «populaire» pas vraiment positive iconMais que signifie «une forme de cloche» ? De quoi est-ce spécifique ?
«voir une forme de cloche» émerger d’un histogramme, là où eux voient une montagne, un tas, mais vraiment, pas de cloche. L’objet...

Une image «populaire» pas vraiment positive iconLa solution positive de l’équation : 0,9x
«au risque» n’est pas clair pour un non initié aux tests d’hypothèse : peut être parler de probabilité ?






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com