Cours a «la medecine de proximite»





télécharger 228.57 Kb.
titreCours a «la medecine de proximite»
page1/11
date de publication13.10.2019
taille228.57 Kb.
typeCours
d.20-bal.com > loi > Cours
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11


MOUVEMENT ATD QUART MONDE


STRATEGIES DE RECOURS

A  « LA MEDECINE DE PROXIMITE »

DANS LES POPULATIONS DEMUNIES


L’expression de personnes en situation de précarité, recueillie au niveau national par les groupes « Accès aux Droits Fondamentaux » du Mouvement ATD Quart Monde, a été présentée et confronté à celle de terrain de professionnels ou membres d’associations de Nancy, Paris, Béziers, Montpellier et Nîmes ainsi qu’aux membres du réseau Wresinski.

OCTOBRE 2009

Introduction




Depuis plusieurs années, ATD Quart Monde se mobilise autour de la défense des droits fondamentaux et de leur application effective auprès des familles les plus démunies. Le Mouvement considère en effet que garantir « l’accès de tous aux droits de tous, par la mobilisation de tous » est un levier indispensable pour lutter contre l’exclusion. Chaque personne ne pourra participer pleinement au développement de la société que si elle bénéficie d’un accès réel aux différents droits fondamentaux (santé, logement, culture, justice, emploi…). Le Mouvement cherche ainsi à promouvoir une société fondée sur le respect des droits fondamentaux et l’égale dignité de chacun.
Le groupe national « Accès aux droits fondamentaux (ADF)», relayé au niveau local par des groupes de réflexion, a pris le relais des groupes de suivi de la loi d’orientation relative à la lutte contre l’exclusion de1998 créés pour accompagner l’élaboration puis les premières évaluations de la loi.
Aujourd’hui, tout en continuant à dénoncer les situations de violation des droits, les groupes ADF ont pris une nouvelle impulsion pour s’ancrer dans l’action politique du Mouvement. Ils sont devenus à la fois un espace de formation, un lieu de réflexion mais aussi un endroit où se dessine le combat politique.
Trois groupes régionaux, sur lesquels l’équipe nationale s’appuie, fonctionnent durablement dans le Nord, en Rhône-Alpes et en Bretagne. D’autres groupes locaux, moins importants mais dont l’action est tout aussi significative, contribuent également à cette dynamique ADF (Alès, Belfort, Chalons sur Saône, Chambéry, Dôle, Limoges, Nancy, St Etienne et la Réunion…). Ils sont généralement spécialisés dans un domaine (l’accès à la santé, au travail, à l’école…). Chaque groupe s’organise de manière autonome : il choisit le rythme de ses réunions, ses thèmes de réflexion, sa méthode de travail et la façon de mener ses enquêtes.

L’équipe nationale propose chaque année aux groupes régionaux et locaux un thème sensible d’actualité. Elle assure l’unité et la cohérence de ce travail commun aux groupes qui choisissent de contribuer. Pour cela, elle organise toutes les six semaines des réunions de réflexion et d’information auxquelles participent plusieurs membres de chaque groupe régional.

Depuis le début 2006, les groupes ADF ont entrepris une réflexion sur l’accès aux soins. Ils ont souhaité s’appuyer sur une enquête dont le déroulement et les enseignements sont relatés ci-dessous.


Méthodologie



Les groupes ADF ont activement participé à l’élaboration de questionnaires et aux méthodes d’administration. Dans la plupart des groupes, les questionnaires ont été administrés par des binômes comprenant une personne militante du quart monde et une autre personne « alliée » au mouvement. Cette méthode a plusieurs avantages : les entretiens et la prise de note peuvent être dissociés et être effectués avec plus d’attention ; les personnes rencontrées ont peut-être davantage d’aisance pour répondre à des personnes issues du même milieu ; lors de ces rencontres, des échanges d’informations et un dialogue aboutissant à des résolutions de problèmes peut s’instaurer. Le fait d’agir en binôme permet de pallier le manque de neutralité qu’un non professionnel seul pourrait manifester en posant les questions ou en consignant les réponses. Cette consignation était systématiquement vérifiée auprès des personnes interrogées. Parmi les inconvénients, on peut citer la difficulté d’être confronté, en tant que personne du Quart Monde, à ses propres difficultés ou à des situations pires. Cet inconfort a pu concourir au fait que sur certaines thématiques des réponses n’ont pas été sollicitées car par moments certaines questions paraissaient être indiscrètes.
Il faut également mettre en garde le lecteur : même si les enquêteurs ont traqué les réponses « plaquées », ne collant pas à la réalité ou trop convenues (c’est à dire que les personnes savent ce qu’il faut faire mais ne le font pas pour autant), il n’est pas toujours aisé pour les personnes enquêtées d’avouer leurs insuffisances. D’autre part, lorsque les personnes s’expriment, c’est souvent à propos des ressentis. Il nous a paru important de s’en faire l’écho car comme nous l’a exprimé une personne responsable d’une institution : « Il faut entrer dans la démarche et l’accepter. On ne peut pas partir dans une collaboration où on cherche à savoir ce qui se passe en face de nous si on n’accepte pas d’entendre ce qui se dit en face. »
Dans plusieurs enquêtes, les questions d’identification « sensibles » comme la situation de travail, les revenus ou le logement n’ont pas été posées. Dans certains cas, les personnes interrogées elles-mêmes n’ont pas souhaité s’exprimer sur certaines thématiques. Dans d’autres cas, les enquêteurs se sont rendu compte a posteriori que certains termes, souvent selon les régions, ne recouvraient pas les mêmes significations, par exemple le recours aux médecins d’une maison médicale ou une maison médicale qui assure les gardes.

On peut cependant affirmer que dans l’ensemble, les résultats obtenus reflètent le profil des personnes rencontrées.
Les enquêtes se sont effectuées sur une base de volontariat. Elles ont demandé un investissement considérable de contact et de dialogue. La durée était variable mais pouvait prendre de 30 minutes à 2 heures. La répartition géographique reflète les localisations des équipes Accès aux Droits Fondamentaux du Mouvement ATD.
L’enquête étant basée sur la participation des militants issus du quart-monde et appartenant à des groupes de droits fondamentaux, l’enquête était aussi un support : d’une part pour aller à la rencontre des habitants du quartier, ceux qui ne sont pas insérés dans le tissu associatif ou institutionnel, d’autre part pour rencontrer d’autres associations (en particulier des groupes de parole de femmes) ou pour aller dans des lieux de vie. En Bretagne, une information collective, avec remise d’une plaquette de présentation de l’enquête, a été faite dans les différentes associations et seules les personnes volontaires ont été interrogées.

Il n’y a cependant pas eu de recherche systématique de poches de pauvreté dans les grandes métropoles (Paris, Marseille). L’enquête a été l’occasion de créer des liens et d’apporter une information sur l’accès aux soins. « Il ne suffit pas d’avoir des lois, il faut qu’elles soient connues et que les personnes soient au courant de leurs droits ».
Le groupe de recherche constitué par la déléguée à la santé de l’association, le Dr Boissonnat Pelsy, une salariée Mme Cassard et une sociologue Mme Sibue de Caigny a prévu que les résultats de cette enquête seront communiqués dans les régions auprès des groupes ADF et des personnes interrogées. Puis ces résultats sont présentés à plusieurs réseaux de professionnels qui réagissent au travers de leurs expériences et connaissances à ces données et le résultat de ces confrontations permettra de croiser les expériences des professionnels et des bénévoles avec l’expression des plus démunis et ainsi de donner une photographie plus nuancée de la situation existante sur le terrain.


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Cours a «la medecine de proximite» iconI. Historique A. Définition Médecine légale = médecine au service...

Cours a «la medecine de proximite» iconCours de medecine sociale

Cours a «la medecine de proximite» iconAmiante, bruit, accidents de trajet, médecine préventive et médecine scolaire…

Cours a «la medecine de proximite» iconPolitique de développement de l’approvisionnement en circuits-courts et de proximité
«je mange local» : developper l’approvisionnement de proximite pour reconquerir la valeur ajoutee agricole regionale

Cours a «la medecine de proximite» iconLa Grèce antique : médecine sacerdotale et médecine hippocratique
«Le Très-Haut a fait sortir de terre tout ce qui guérit et l’homme sage ne dédaignera pas ce secours»

Cours a «la medecine de proximite» iconRelations medecine statutaire-medecine du travail
«nul ne peut avoir la qualité de fonctionnaire […] s’il ne remplit pas les conditions d’aptitude physique exigées pour l’exercice...

Cours a «la medecine de proximite» iconLa croissance et l’emploi, c’est nous !
«sacrifiés» pour protester contre l’augmentation continue des prélèvements sur les entreprises de proximité. La pétition pour sauver...

Cours a «la medecine de proximite» iconEn cours de nomination
«Justice de proximité, accès au droit et résolution amiable des conflits» est publié par la Mission régionale d'appui Droit et Ville,...

Cours a «la medecine de proximite» iconCours n°13 1ère partie : La Médecine Humanitaire dans l’Hexagone
«on ne doit pas laisser une personne sans soin». Le droit à la santé est un droit fondamental, constitutionnel et concerne tout le...

Cours a «la medecine de proximite» iconEn medecine generale en 20 questions
«Troisième Cycle d’Etudes Médicales» résidents est opérationnel et précède le remplacement. Le «6ème semestre» commence ce semestre....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com