Commission de réflexion sur la laïcité





télécharger 11.63 Kb.
titreCommission de réflexion sur la laïcité
date de publication27.10.2016
taille11.63 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos


Commission de réflexion sur la laïcité

M. le Président Bernard STASI

Paris, le 24 Juillet 2003

Monsieur le Président,

En tant qu’association œuvrant pour le respect de la liberté de conscience et de conviction, nous saluons la création de cette commission, qui dénote par sa composition une réelle volonté d’examiner la question de la laïcité à la lumière de points de vues multiples, alliant la compétence universitaire à la pratique du terrain.

La question de la visibilité croissante de l’Islam au cœur de nombreuses facettes de la société française, et de ses conséquences tant dans le domaine scolaire que culturel et politique, est bien évidemment à l’origine de cette commission. Cependant, nous considérons que l’on ne saurait réellement traiter les questions que soulève le Chef de l’Etat dans sa lettre de mission sans inclure une réflexion sur l’inévitable renouvellement des croyances et des pratiques religieuses et spirituelles dans nos sociétés modernes, dont le mode de fonctionnement s’éloigne de plus en plus du modèle monolithique des siècles passés. Un véritable pluralisme dans les faits est même l’un des critères essentiels revendiqué par les démocraties authentiques.

Aussi, nous sommes persuadés que, grâce à la présence en son sein d’historiens, de sociologues et de juristes, la Commission ne sera que plus sensible aux enseignements de l’histoire en ce qui concerne le rejet de nouvelles pratiques et de nouvelles croyances. Si l’on compare en effet les situations au cours des siècles, on ne peut qu’être frappé par les similitudes profondes de ces rejets de principes, alimentés par de fortes rumeurs. Nous sommes d’ailleurs tous conscients aujourd’hui du pouvoir énorme que constituent les médias, et de la position de faiblesse d’individus ou de groupes pris pour cibles, quel que soit leur bon droit. Nous avons, nous aussi, notre système de « rumeurs » moderne.

Nombre des membres de cette commission sont probablement conscients de la particularité de la culture politique française qui fait que, bien plus que chez ses voisins occidentaux, l’Etat français possède une tradition d’encadrement de la pensée parmi les plus fortes, héritant en cela d’un système fortement centralisé et d’un règne millénaire sans partage de l’Eglise Catholique. En conséquence, nous pensons que l’examen de la laïcité devrait inclure ces questions : quelle est la limite de compétence de l’Etat et de ses institutions dans l’approbation ou la stigmatisation de tels ou tels courants de pensée ? Que peut-on dire et ne pas dire dans un manuel scolaire ? Où commence le devoir de réserve d’un maire ou d’un élu ?

Pour ce qui concerne le domaine strictement religieux, nous attirons l’attention de la commission sur le fait que, contrairement à la plupart des pays comparables, tout se passe en France comme si tout était fait pour rendre l’émergence de nouvelles religions quasi impossible, avec une dérogation « par droit d’antériorité » implicite pour les sept ou huit religions « reconnues ». La fameuse liste de nouveaux mouvements religieux mis à l’index, constituée par le Renseignements Généraux, incluait pratiquement la totalité des religions minoritaires ou émergentes, et à aucun moment, les différents rapports examinant la question n’ont suggéré qu’il pouvait exister ne serait-ce que quelques mouvements légitimes. En cela, la plupart des mesures qui ont été prises par les différents pouvoirs d’Etat, au nombre desquelles la fameuse loi About-Picart, témoignaient d’une rupture avec l’esprit même de la laïcité. L’auteur de ladite loi, Catherine Picart, a par ailleurs déclaré que le prosélytisme est interdit en France, ce qui témoigne d’une méconnaissance de ce qu’est la laïcité.

Nous aimerions également signaler que, en faisant un tour de France des blocages et d’un certain ostracisme vis-à-vis d’options de vie tout à fait légitimes en ce XXIè siècle, les membres de notre coordination ont pu constater un problème tout à fait similaire en ce qui concerne les médecines dites « non-conventionnelles », de même que pour le domaine du développement personnel. Nous tenons à signaler que, là encore, les rumeurs et campagnes de dénigrement ne partent absolument pas d’un mouvement populaire, car une part croissante de notre population a recours à ces services, mais de groupes de pression qui sont souvent parvenus à influencer les institutions pour établir une défiance systématique envers ces courants de pensée. Sur ce point, la commission pourrait réfléchir aux devoirs de réserve qui s’imposent à un Etat laïque, ou du moins à la nécessité d’un arbitrage équitable entre différentes options, ne laissant pas prise en son sein à de simples courants d’opinions – minoritaires qui plus est - sur des sujets qui touchent d’aussi près aux conviction intimes de nos concitoyens.

Il nous paraît enfin à propos de rappeler que, dans l’école laïque d’autrefois, l’instituteur incluait le plus souvent dans son cours de morale une leçon sur les préjugés et les rumeurs, et nous apprenait à nous informer et connaître les gens ou les groupes avant de les juger. Cette règle de conduite nous semble s’imposer aujourd’hui, à l’échelon national.

Nous sommes conscients que les lois et la culture d’un pays résultent d’une part d’idéal, de traditions et de compromis, et qu’un système parfait n’existe pas. Cependant, nous pensons que le travail de cette commission est une chance pour la France d’entrer dans le XXIè siècle sans frilosité, mais avec sagesse, et espérons que le bon sens, la juste appréciation des problèmes en comparant les diverses réalités nationales et internationales, sauront suggérer des solutions raisonnables, acceptables par tous, au bénéfice d’une laïcité garante d’un pluralisme authentique, ouverte et généreuse.

Nous vous prions d’accepter, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments respectueux.

Le Président de CAP pour la Liberté de Conscience

Michel BOURDIN


similaire:

Commission de réflexion sur la laïcité iconRapport de la Commission de réflexion sur la laïcité, 15 décembre 2003. (Paragraphe 2)
«laïcité de combat», ce qui constitue une rupture salutaire avec ce qui a été prôné ces dernières années par quelques élus

Commission de réflexion sur la laïcité iconComment agir pour bien vivre ensemble au collège ?
«mobiliser la réflexion des élèves sur le sens du principe de laïcité et des valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité qui lui...

Commission de réflexion sur la laïcité iconUn arbre de la laïcité
«sans religion». La laïcité n’est pas à côté des religions, elle est ailleurs. Cet arbre de la laïcité que nous plantons à Soyons,...

Commission de réflexion sur la laïcité iconNos sources (liste non exhaustive) : Pour la France et la Turquie
«La laïcité à l’épreuve des droits de l’homme» et «Brève histoire de la laïcité en France», in Jean Baubérot (dir), La laïcité à...

Commission de réflexion sur la laïcité iconRapport à François Hollande commission de réflexion sur la fin de...
«Les actes médicaux ne doivent pas être poursuivis par une obstination déraisonnable», afin d’éviter un «seul maintien artificiel...

Commission de réflexion sur la laïcité iconLa laïcité est un terme désignant une conception politique, selon...
«Il s’agit en réalité d’une “laïcité positive” qui garantisse à tout citoyen le droit de vivre sa foi religieuse avec une liberté...

Commission de réflexion sur la laïcité iconLa laïcité, actualité et histoire d’une idée, Bernard jolibert
«de faire vivre ensemble des hommes qui ont des croyances différentes, voire des croyances à la limite de l’incompatibilité…la laïcité,...

Commission de réflexion sur la laïcité iconProgrammes de geographie -classe de Terminale bac pro 3 ans
«la France en été», on se concentrera sur une réflexion sur la gestion, l’aménagement et la protection des territoires notamment

Commission de réflexion sur la laïcité iconAtelier de reflexion sur les suretes immobilieres

Commission de réflexion sur la laïcité iconRapport annuel de l’Observatoire de la laïcité 2014-2015
«journée nationale de la laïcité» le 9 décembre de chaque année et faisant des recommandations pour le 9 décembre 2013






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com