En vous appuyant sur l'évolution de l'Education Physique et Sportive, depuis mille neuf cent quatre-vingt-un, montrez dans quelle mesure les contuus d'enseignement de cette discipline répondent à l'objectif général de santé. 18/20





télécharger 22.8 Kb.
titreEn vous appuyant sur l'évolution de l'Education Physique et Sportive, depuis mille neuf cent quatre-vingt-un, montrez dans quelle mesure les contuus d'enseignement de cette discipline répondent à l'objectif général de santé. 18/20
date de publication16.10.2019
taille22.8 Kb.
typeDocumentos
d.20-bal.com > loi > Documentos

PAYET Fabrice – CAPEPS Interne session 2000 – 18/20 Ecrit 1

SUJET : En vous appuyant sur l'évolution de l'Education Physique et Sportive, depuis mille neuf cent quatre-vingt-un, montrez dans quelle mesure les contuus d'enseignement de cette discipline répondent à l'objectif général de santé. 18/20
La notion de santé est une permanence en Education Physique et Sportive (EPS), et cela peut se voir au travers du célèbre aphorisme "Mens sama in copore seino" du poète Juvénal, que vingt siècles d'histoire n'ont usé. Aujourd'hui la notion de santé est à concevoir comme "un bien être physique et mental" et non plus comme l'absence de maladie, de troubles corporels.
Les coutumes d'enseignement, qui sont les "formes de pratiques proposées aux élèves et au travers elles, les savoirs pratiques et théoriques qu'on veut que les élèves s'approprient", accès sur l'objectif de santé semble d'autant plus d'actualité que la santé représente un coût financier très important au niveau de la sécurité sociale. Les accidents dus à la pratique compétitive, de loisir voire même scolaire nous montre le rôle important que puissent jouer les enseignants d'EPS au travers leur support que sont les activités Physiques Sportives et Artistiques (APSA).

Dès lors un certain nombre de questions peuvent nous interpeller.

Comment évoluent les contenus d'enseignement relatif à la santé de 1981 à nous jours ?

Les contenus d'enseignement relatif à l'objectif général de santé sont-ils dépendants de l'évolution de la discipline ou sont-ils construits pour les besoins propres d'une culture scolaire ?

Nous pensons que les contenus d'enseignement en EPS permettent la scolarisation de la discipline.

En d'autres termes, les enseignants de la discipline doivent faire la preuve de leurs compétences et de leurs utilités sociales au sein de l'école.

C'est pourquoi nous défendons l'idée que partagée entre deux logiques institutionnelles l'une sportive, qui la rapproche de l'initiation ou de l'entraînement, l'autre scolaire qui la conforme aux exigences d'une matière d'enseignement, que les acteurs et enseignants d'EPS doivent didactiser " la santé" pour conforter leur place au sein de l'école.
Pour ce faire, nous verrons que c'est vers une logique scolaire que les contenus d'enseignement vont évoluer dès 1981.

Puis nous verrons que c'est à partir des années quatre vingt trois que la corporation dynamise l'image de la discipline, les contenus d'enseignement.

Puis nous verrons que c'est dans logique didactique que les contenus d'enseignement relatif à la santé vont être rénovés.

L'intégration de la discipline en 1981 à l'Education Nationale manque la reconnaissance comme discipline à part entière. Le combat mené par les syndicats et les enseignants porte ses fruits mais il faut à ces acteurs de l'EPS répondent à leur nouveau rôle que lui assigne l'institution scolaire, à savoir sa contribution à la transmission de savoirs et connaissances utiles et réinvestis ables dans la vie de tous les jours.

Les conditions sociétales (Drulhe, 1985) des années quatre vint sont marquées par un contexte de crises économiques et sociales.

Dès lors c'est une politique sociale de lutte contre l'échec scolaire et de réduction des inégalités sociales qui va apparaître avec SAVARY et suite aux rapports des commissions comme celles d'A. Prost. Un plan de rénovation des lycées et collèges entraîne une restructuration de l'école qui doit maintenant placer l'élève au centre des apprentissages.

Notre discipline, dans ce contexte, se doit alors de participer à cette rénovation de l'école et ceci va se faire au travers une innovation des contenus d'enseignement, des pratiques de terrain et des textes officiels. Une course à la formation, à la réflexion va être lancé par les têtes pensantes de l'EPS, qui se sont déplacés vers l'université, tels que P.Parlebas, FANOSE, J. MARSENACH.

C'est ainsi que les contenus d'enseignement, les finalités et objectifs généraux de l'EPS vont évoluer, autour d'un "métalangage unificateur" (Clément J.P, 1993).

En effet, la corporation présente une disparité avec d'un côté les chargés d'enseignement, formés au CREPS, et les professeurs certifiés, formes en majorité à l'université puis à l'Institut Universitaire Formation des Maîtres (IUFM). Nous pouvons supposer que sur le terrain se sont deux types distincts de contenus qui se mettent en œuvre. D'un côté, nous avons une logique sportive et de l'autre côté une logique plus scolaire.

Mais c'est en mai 1983 que les acteurs de la discipline accentuent leurs recherches scientifiques, pédagogiques afin de répondre aux finalités de l'école.

C'est sous l'impulsion d'Alain HEBRARD qui reçoit une lettre de mission que la commission verticale réfléchit sur les contenus, sur les finalités de la discipline.

Les enseignants deviennent les bons élèves des commissions, leur permettent par la même occasion d'assoire leur place dans l'école.

Dans ce contexte, l'objectif général de santé devient un terme polysémique car de nombreuses académies, groupes de recherche s'attacheront à scolariser un peu plus cette notion par le biais de contenus nouveaux et plus adaptés aux élèves qui constituent un nouveau public avec de nouveau besoin.

En bref, nous avons voulu montrer que l'intégration de l'EPS dès 1981 propulse les acteurs à s'orienter vers des contenus plus scolaires afin de conformer et légitimé leur place dans l'école. Dans ce contexte, les contenus d'enseignement sont révisés et la notion de santé sera appréhendée différemment.

La loi du 16 juillet 1984, dite loi "Avice" redéfinit le rôle de la discipline : "l'EPS participe à la lutte contre l'échec scolaire et à la réduction des inégalités sociales". C'est dans ce contexte que l'objectif général de santé doit s'inscrire.

D'ailleurs dans les Institutions officielles de 1985 relatif au collège, les contenus d'enseignement doivent permettre à l'élève de "produire des efforts, de permettre de se dépasser". Dans les instructions officielles de 1986 relatif au lycée la santé étaye une finalité éducative, les objectifs généraux devenant "se connaître, connaître les activités Physiques et Sportives, connaître autrui". Ces textes qui font suite aux travaux d'Hébraïsant, manquent une évolution de la discipline et de ces contenus. En effet, il ne s'agit plus pour l'enseignement d'apporter des solutions prédéterminées à la santé des élèves mais au contraire à faire émerger aux yeux de ces élèves la santé comme un problème, un capital qui se gère. Et c'est donc au travers des activités physiques et sportives que les contenus tenteront de répondre à cette finalité.

Mais les acteurs de la discipline seront concurrencés par d'autres champs qui s'occupent d'éducation corporelle. La corporation se sentant menacée de phagocytage au sein du système scolaire se retranche alors vers une "course à la formation".

Au travers de la Formation Professionnelle continue, institué par la loi du 16 juillet 1971, au travers etc la revue EPS et autres annales. L'objectif de santé ne suffit plus à justifier la place de l'EPS à l'école.

De plus des travaux scientifiques démontrent les faibles répercussions de l'EPS sur la santé physique de l'élève. En effet, en 1984 Flandais montre que les ressources énergétiques des élèves peuvent être mobilisées mais peu développées. R.Delhemmes parle "d'habitus santé", c'est à dire que la santé ne s'obtient que par une permanence que l'on a à l'égard de soi, à l'égard de son corps. Nous croyons bien que les contenus d'enseignement répondent difficilement au développement d'une santé physique, à la construction d'une condition physique qui serait un réservoir d'énergie suffisant pour effectuer les gestes de la vie quotidienne sans fatigue.

En parallèle de cette crise de sens dans la définition de la santé en EPS, la discipline poursuit son évolution, entrant sans l'ère de la didactique.

Il s'agit pour les acteurs de la discipline de revisités, redéfinir les finalités, l'utilité de la discipline autour d'une dynamique identitaire.

Ainsi nous pouvons dire que les contenus d'enseignement répondent plus à des enjeux d'intégration, de corporation au détriment d'objectifs et finalités stables.

Mais au vue des différentes crises que subi le système scolaire, notre discipline peut-elle se démarquer de la culture scolaire, d'une logique didactique ?

Claude Pineau, au travers "une introduction à la didactique de l"Education Physique", en 1990 sera le promoteur d'une nouvelle EPS.

La Charte des programmes, en février 1989 redéfinissent le rôle et la mission de l'école qui devient première priorité nationale. L.Jospin, ministre de l'Education Nationale, déclarait à la Sorbonne que "depuis 10 ans rien n'avait épargné été épargné pour que la greffe de l'EPS sur l'Education Nationale soit réussie".

Mais il faut rappeler que les enseignants ont su réunir les conditions de leur intégration et légitimation en se pliant aux rigueurs scolaires, sociales et politiques. La didactique de l'EPS permet aux enseignants de trouver leurs lettres de noblesse mais surtout de se détacher de la logique sportive où les APS risquaient de se confondre avec l'EPS. La santé prend alors un nouveau visage et c'est au travers l'arrêté du 24 mars 1993 que nous pouvons l'entretenir. Le troisième objectif de l'EPS parle du "savoir gérer sa vie physique d'adulte, notion reprise par la circulaire de 22 novembre 1993.

La discipline continue sa rénovation, en innovant dans la terminologie des finalités et contenus. Les savoirs s'expriment en termes de compétences et connaissances vérifiables dans des situations spécifiques.

Puis c'est à partir dès 1996 avec les programmes de sixième (arr 18/06/96) que la discipline se hisse un peu plus sur le podium des disciplines d'enseignement.

La société est toujours marquée par des fractures sociales, de chômage, de violence et dans ce contexte les enseignants parviennent à s'adapter à cette nouvelle jeunesse. Certes la forte influence de la psychologie cognitive a entraîné quelques dérives mais nous pouvons dire que la centration sur le sujet est réussie. Pour répondre à la finalité de santé, l'enseignant d'EPS au travers de projet pédagogique établie donc ce concept. La santé en EPS passe alors par savoir gérer son capital santé, par une transformation des attitudes et habitudes à l'égard de soi, du corps et de ses relations avec autrui.

Des travaux viennent appuyer le bienfait des activités physiques et sportives (APS).

Biddle et Gouras en 1993 montrent les bienfaits des APS sur l'activité mentale des sujets, notamment la réduction de l'anxiété, l'augmentation de l'estime de soi. A.Renault, en 1990, s'axe sur les bienfaits physiques comme augmentation de la minéralisation des os, diminution des problèmes cardiaques.

Ces travaux ont donc conforté l'importance d'un objectif santé en EPS, et c'est alors dans cette dynamique identitaire que les professeurs d'EPS tenteront d'élaborer des contenus d'enseignements propédeutique à l'amélioration de la santé physique et mentale de tous les élus.

Pour conclure, nous pouvons dire que c'est pour se démarquer des champs s'occupent d'éducation corporelle que les acteurs de la discipline vont redéfinir la notion de santé et par la même modifier les contenus d'enseignements. Ces derniers répondront à l'objectif général de santé à chaque fois que l'identité de la discipline et son utilité sont remises en cause, à chaque fois que les acteurs s'éloignent des normes scolaires ou se rapprochent de la logique sportive ou de loisirs.

C'est pour cela que nous avons vu que c'est une logique scolaire dès 1981 qui entraîne les acteurs à donner un nouveau visage à l'EPS. Ici l'objectif de santé sera négligé au détriment d'enjeu corporatif, d'intégration.

Puis nous avons vu que les travaux au sein de la commission verticale sous Hébrard entraînent une dynamique dans la rénovation des contenus d'enseignement à partir de 1983. La santé devient polysémique englobant l'individu dans sa totalité.

Et finalement, c'est au travers de la didactique que des contenus rénovés vont répondre pleinement à la notion de santé.

Le "savoir gérer sa vie physique" trouve alors tout son sent face aux déficits financiers de la sécurité sociale. Mais la notion de citoyenneté semble voler la vedette à la finalité de "santé" (programme 15/08/99). Vu les proportions que prend cette notion de citoyenneté aujourd'hui espérons qu'elle ne devienne un traitement social au détriment d'un traitement pédagogique et didactique, au détriment des autres objectifs de la discipline.



similaire:

En vous appuyant sur l\L'année mille neuf cent vingt-huit

En vous appuyant sur l\Sport et Education physique : une seule histoire ?
«l’ep dès lors qu’elle devient Sportive, est-elle une éducation sportive, une éducation physique par le sport, ou une éducation physique...

En vous appuyant sur l\Au siège de la Communauté de Communes du Bassin de Neufchateau, 2...
«La Bosse», pour une superficie de un hectare quatre-vingt cinq ares quatre-vingt neuf centiares (01ha 85a 89ca)

En vous appuyant sur l\2ème partie : L’eps de 1981 à nos jours : de la crise à la discipline d’enseignement
«gymnastique de grand-père est morte» (De Rette, 1962), l’ep deviendra une éducation sportive

En vous appuyant sur l\Le vingt-neuf du mois de novembre deux mille douze, à vingt heures...

En vous appuyant sur l\Résumé : L'article rapporte les résultats d’une enquête qualitative...
«conversation» sur la loi et la norme informelle entre quatre sociétés européennes

En vous appuyant sur l\La présente entente n’a aucune incidence sur les droits qui sont...
«Aucun problème détecté» signifie que rim a établi qu’un porsche design p’9981 renvoyé pour réparation, remplacement ou remise à...

En vous appuyant sur l\Question orale posée par Mme Marie-Jeanne fedi
«modification du règlement des aides dans le domaine du sport» et arrêtait en séance du 23 novembre 2006 un «plan de développement...

En vous appuyant sur l\L’an deux mille dix-sept le vingt-trois janvier à dix-neuf heures quarante
«Monsieur le Maire propose à l’assemblée de rajouter une délibération à l’ordre du jour.» ?

En vous appuyant sur l\Le quatre mars deux mille quinze, à vingt heures trente minutes,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
d.20-bal.com